Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Réplique - Chiffre et objectivité : il y a convention et convention

Robert Salais
p. 45-55

Texte intégral

  • 1  O. Leclerc, « Statistiques et normes : jalons pour une rencontre interdisciplinaire », dans ce num (...)
  • 2  R. Salais, « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évaluation chiffrée de l (...)

1Parmi les pistes de recherche interdisciplinaires qu’il suggère dans sa contribution1, Olivier Leclerc s’interroge sur la conception de l’objectivité que j’expose, sans la développer, dans ma contribution de la Revue française d’Administration Publique2. Ne serait objectif que ce qui, à l’issue d’un processus social de connaissance, est jugé par ses participants comme juste, au double sens de justesse et de justice (expression reprise de Laurent Thévenot). Et considéré à ce stade d’achèvement comme juste, je dirais, spontanément par chacun si on l’interroge. Cela vaudrait aussi pour les données obtenues à l’issue d’un tel processus, ce que j’appelle, ci-après, le tableau de la situation. Olivier Leclerc se demande comment l’on peut défendre une conception de l’objectivité qui semble emprunter à la subjectivité, ou, je dirais plutôt, passer au travers de l’opposition canonique entre objectif et subjectif.

  • 3  Les réflexions qui suivent participent d’une recherche en cours avec Ota de Leonardis.
  • 4A. Desrosières, « The economics of Convention and Statistics : The Paradox of Origins ».

2Belle question. Je mets, de fait, au cœur de la quantification comme activité sociale la double question du juste, non seulement la justesse, mais avant tout la justice3. On est là au cœur de l’approche de la réalité sociale (au sens large) mise en œuvre par l’économie des conventions. Alain Desrosières4 a montré comment, historiquement, l’économie des conventions a pris racine (une de ses principales) dans les recherches sur l’histoire des conventions et catégories statistiques. Néanmoins, la convention de mesure que le statisticien pose sur un domaine donné est-elle de même nature que les conventions sociales auxquelles s’intéresse l’économie des conventions, ces conventions qui nous permettent dans ce même domaine de nous coordonner, de régler nos attentes mutuelles (et de nous comprendre) sans même que nous ayons besoin de réfléchir auparavant et d’expliquer aux autres le sens de ce que nous allons faire ? Sans que nous ayons besoin de les mettre en mots ? Convention statistique et convention sociale sont-elles compatibles ? Ou sont-ce deux univers étrangers qui ne se rencontrent que fortuitement ? Et si oui, comment et à quelles occasions ?

3Dans un premier temps, je passe en revue le statut de l’objectivité dans quelques travaux canoniques de la sociologie de la quantification. Je les contraste dans un deuxième temps, ou plutôt analyse au prisme du concept de base informationnelle de jugement en justice introduit par Amartya Sen. Dans un troisième et dernier temps, j’examine jusqu’où il est possible de caractériser les processus de quantification vus sous l’angle de l’économie des conventions.

I. Objectivité scientifique et convention sociale

  • 5A. Megill, « Rethinking Objectivity », Annals of Scholarship, vol. 8-9, 1992
  • 6L. Daston, « Baconian Facts, Academic Civility and the Prehistory of Objectivity », in A. Megill, (...)
  • 7T. Porter, « Objectivity as Standardisation : The Rhetoric of Impersonality in Measurement, Statis (...)
  • 8Conception de la règle qu’on retrouve chez J. Rawls, « Two Concepts of Rules », The Philosophical (...)
  • 9Frederick Wiseman, Welfare, Documentaire, 1992.

4Je me suis plongé dans une série de contributions sur l’objectivité que j’avais mises de côté, me promettant de les lire un jour. Elles viennent de deux numéros spéciaux de revue, publiés en 19925, où se retrouvaient quelques chercheurs déjà connus, tous anglo-saxons, de la sociologie de la quantification, dont Lorraine Daston, Ted Porter et Peter Miller. Ce qui m’a paru résumer les conceptions et pratiques dominantes dans l’univers anglo-saxon, c’est une forte prégnance historique des « facts » comme connaissance détachée tant du contexte d’observation où ils ont été générés que des controverses théoriques ambiantes (réduites au rang d’idéologies). En d’autres termes l’idéal d’objectivité poursuivi est celui d’« évidence », selon le terme anglais. Ces « faits » ainsi constitués doivent tout à eux-mêmes, et rien aux turbulences de l’idéologie ou de l’observation. Ils sont singuliers et s’imposent dans le champ de réflexion comme étant une vérité indiscutable. Cette posture, très influente dans la durée, est celle de Francis Bacon au xviie siècle, en opposition à celle d’Aristote et des scolastiques. Lorraine Daston6 en suit la postérité dans les débats auxquels elle a donné lieu dans la communauté scientifique. Cette posture est proche de celle que Ted Porter et Peter Miller7 constatent dans les univers bureaucratique et managérial anglo-saxons. Dans ces milieux, la force de la quantification vient de son appui sur l’objectivité du chiffre et sur l’intangibilité des règles, bureaucratiques ou managériales, qui sont au principe de leur constitution. L’objectivité du chiffre vient de ces propriétés arithmétiques, donc non contestables : 4 est plus grand que 3 ; passer de 100 à 80 est une réduction de 20 %. L’intangibilité des règles vient de leur établissement rigoureux, scientifiquement fondé, visant un certain type d’optimum aussi bien social qu’économique8. Le film de Wiseman consacré à un bureau de welfare9 aux États-Unis montre bien le conflit, très douloureux pour les deux côtés, qui se crée quand une demande d’aide qui, sur le plan d’une justice fondée sur le bien de la personne se justifierait, n’entre pas dans les cadres définis par les systèmes de règles. L’employé est pris dans une contradiction entre son désir de bien faire et l’impossibilité de le satisfaire. Et le demandeur n’arrive pas à ce que justice lui soit rendue.

  • 10A. Megill, « Introduction : Four Senses of Objectivity », A. Megill, op. cit., vol. 8, 1992, p. 1- (...)

5S’agissant de la connaissance scientifique, la possibilité de s’appuyer sur ce type d’objectivité tient dans le protocole d’expérience qui doit être aussi rigoureux, contrôlable et reproductible par un tiers que possible. Comme le souligne A. Megill dans son introduction10, l’objectivité sous-jacente est procédurale. Du moment que la procédure est suivie, le résultat obtenu se tient dans une sphère qui n’est ni le vrai, ni le juste, mais le non falsifiable. Il reste valide tant qu’un chercheur n’aura pas posé une autre théorie et montré, par une méthodologie de même nature, qu’en fait il fallait avoir une autre compréhension de la même réalité, que d’autres propriétés et forces agissaient. Même alors le chiffre restera toujours établi selon les mêmes processus ; la quantification sera recherchée toujours dans le même but, apporter la preuve procédurale indiscutable que l’on a raison.

6S’agissant de la vie sociale, Porter et Miller concluent tous deux que la force de la quantification dans ces univers bureaucratique et managérial vient de la même caractéristique, celui d’être non contestable. En disputer et convaincre que l’on a raison n’est pas envisageable, sauf à se lancer dans le décryptage complet de la chaîne de production de la donnée, une compétence très peu partagée en dehors, et encore, des statisticiens et à laquelle l’homme ordinaire ne pense même pas. Cette objectivité procédurale a une propriété de valeur dans le domaine social : elle est impartiale. Le sujet d’une quantification de ce type ne peut se plaindre d’une quelconque partialité à son égard, et il peut arguer dans l’autre sens qu’il n’a profité d’aucune faveur. Ni injustice, ni favoritisme, ce type de quantification met en œuvre un principe de justice particulier, celui d’une égalité de traitement objective. Ces deux auteurs suggèrent comment dans un tel contexte social d’objectivité, le chiffre, convenablement manipulé, a le pouvoir de transformer les conduites et les modes de pensée. Du moins un tel projet émerge de ce contexte. Comme le dit Miller, les promoteurs de la comptabilité dans l’entreprise (dans son cas la comptabilité analytique) sont mus par l’utopie de « former » un homme nouveau, au sens fort de donner forme et, presque, de donner vie. Un homme nouveau qui pense et qui agit selon les impératifs de performance prescrits par la comptabilité, et n’imagine pas d’autres manières d’être. Car il devient convaincu que le monde qu’on a ainsi bâti pour lui, est efficient (primat de la performance) et juste (égalité de traitement objective entre les individus). Ce monde promeut des valeurs dans lequel cet individu se reconnaît : talent, mérite, responsabilité.

  • 11W. Espeland and M. Stevens, « Commensuration as a Social Process », Annual Review of Sociology, 24 (...)

7Vu depuis l’économie des conventions, ce qui ressort de ces travaux, c’est que les conventions statistiques ne sont pas des conventions au sens d’attentes mutuelles entre personnes, mais des règles. Ces règles ont été longuement réfléchies, selon des formes empruntant à la science, visant l’objectivité et le non contestable. De même les catégories générales qui fondent l’équivalence pour suivre Alain Desrosières (ou la commensurabilité pour suivre Wendy Espeland11), ainsi que les méthodes d’observation pour les mettre en œuvre sont élaborées, critiquées, révisées dans des univers professionnels, ceux de la statistique, de la comptabilité… ou celui du droit.

8La différence essentielle est la suivante.

9Les conventions statistiques sont bâties dans la perspective d’une scène fondatrice : la scène (la configuration même au sens de Norbert Elias) dans laquelle la personne est face à la question (terme à prendre dans ses diverses significations), mise en question et est enjointe à y répondre. Ces conventions visent à construire et équiper cette scène adéquatement pour atteindre les fins attendues. On peut parler d’injonction car l’interrogé a face à lui (tout comme dans l’entreprise) tout un système institutionnel incorporé dans le dispositif, les règles et les éléments de la scène, donc un rapport de pouvoir. C’est évident dans la statistique administrative (par exemple la production des données qui accompagne le fonctionnement quotidien d’un bureau de welfare), mais aussi de manière plus souterraine pour l’interrogé dans le recensement ou l’enquête.

10Les conventions sociales qui nous servent à nous coordonner dans la vie de tous les jours participent aussi de la cognition, mais de personnes ordinaires, mais tendue vers l’action dans les situations courantes de la vie ordinaire où il s’agit de se coordonner avec d’autres. Il ne s’agit pas de répondre, mais d’agir. Cette cognition est d’ordre pratique, ou mieux pragmatique, et ne mobilise que ce qui sert à la coordination : à la fois produit d’une épreuve de réalité, reproduction et acquis d’expérience. L’objectivité qu’elle produit et à laquelle elle se réfère n’est pas de l’ordre d’un donné « objectif » au sens trivial. Elle est tout entière la condensation de ce moment cognitif avec un moment pragmatique et un moment normatif. Elle se réalise dans l’action lorsque celle-ci est bien ajustée à sa visée. Elle est donc, si l’on reprend l’opposition canonique entre objectif et subjectif, ni l’une, ni l’autre.

11On peut résumer, en un concentré un peu abrupt, la conception ci-dessus qu’en a l’économie des conventions (celle dont j’use dans mes travaux en tout cas) de la manière suivante. L’action ordinaire a toujours trois moments qui se trouvent, en quelque sorte, surgir dans l’instant et le lieu de cette action et qui sont indexés à cet instant et à ce lieu : un moment cognitif, un moment normatif et un moment pragmatique. Le moment cognitif fait surgir ce qui « suffit » pour réussir l’épreuve de la coordination (moment pragmatique). La découverte cognitive de ce qui suffit pour réussir est liée au moment normatif. Les conceptions du juste qu’a la personne qui agit orientent sa conscience du réel qui importe pour elle, dans ce qu’elle voit et dans ce qu’elle ne voit pas. Elles donnent du sens tant au réel qu’à son action.

  • 12  On suit ce qu’en dit L. Quéré, « A-t-on vraiment besoin de la notion de convention », Réseaux, 62, (...)

12Le rapprochement est un peu hardi et demanderait à être approfondi, on peut suggérer que les conventions en ce sens, nos conventions du quotidien font partie de ce que Wittgenstein12 appelle la pré-connaissance des faits généraux de la nature et de la société. Cette pré-connaissance (pré au sens d’arrière-plan) nous vient de notre appartenance à une communauté, et plus généralement de notre participation à divers collectifs dans lesquels notre vie se passe. Pour Wittgenstein, cette pré-connaissance précède la réflexion discursive. Diversement étendue et mobilisée selon les personnes, elle prend, pour chacun, la forme d’une attente qui naît de la situation. Globalement parlant, elle relève d’un accord de base, en permanence renouvelé, entre les membres d’une communauté au niveau, non des opinions, mais des actions. Elle est ce qui permet l’intercompréhension des actions. On trouve une idée proche chez David Lewis pour qui les conventions de langage ne sont des conventions que pour autant qu’elles sont partagées. L’important n’est pas leur arbitraire en tant que nomination des choses et des êtres, mais leur utilisation par tous dans la mesure où elles sont attendues comme partagées.

13Mais cette pré-connaissance ne détermine aucunement à l’avance, ni une fois pour toutes la manière dont les personnes vont agir dans une situation donnée. Ni la manière dont celles-ci conçoivent la situation, ni comment elles la rapportent à des expériences antérieures ou discutées avec d’autres. On est là dans un univers de liberté et de pluralité et non d’alignement à des représentations collectives.

II. Bases informationnelles de jugement, justice et pluralité

14Ce qui pêche dans les travaux sur la quantification discutés plus haut et les empêche d’aller plus loin, ce sont, d’une part, la tendance au rabattement de la personne sur l’individu rationnel, d’autre part, la non considération de la pluralité, l’un dans l’autre l’absence d’une prise au sérieux de la liberté. Pour aborder par la recherche les processus sociaux de quantifications dans leur plénitude, il faut dépasser ces limites.

  • 13  R. Salais et M. Storper, Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, (...)

15La personne est nécessairement un être social, inscrit dans un temps et un lieu, dans des collectifs d’appartenance. Elle peut donc avoir plus qu’une défiance ou une révolte face aux dispositifs d’injonction externe, avoir du fait de ses inscriptions multiples un autre mode de connaissance du réel, voire une autre idée de la manière de quantifier et d’en user socialement. Prendre par ailleurs l’objectivité scientifique comme modèle général de l’objectivité dans les pratiques sociales de quantification, même quand on en fait une approche critique, c’est se condamner à ne voir ces pratiques qu’à partir d’un seul monde, le monde industriel (ou la cité industrielle, selon qu’on s’appuie sur Les mondes de production ou sur Les économies de la grandeur13). Ce monde est fondé sur la standardisation et l’abstraction, c’est-à-dire précisément sur des catégories comptables et des opérations arithmétiques, qui érigent une convention d’équivalence par laquelle on passe immédiatement, sans vraies médiations intermédiaires, du particulier au général, en d’autres termes sur des procédures de généralisation immédiate.

  • 14  L. Thévenot, « L’économie du codage social », Critiques de l’économie politique, 23-24, 1983, p. 1 (...)

16Le monde industriel est en congruence avec l’objectivité procédurale du chiffre et la prend comme fondement de la preuve quantifiée qu’il exhibe pour affirmer sa vérité. Il n’y a rien de singulier dans ce particulier pris comme point de départ, rien d’un singulier susceptible de résister à la mise en généralité et en équivalence : ni de personnes résistantes, ni d’autres mondes pouvant servir d’appui à la critique. Car ce particulier n’est saisi qu’en tant qu’exemple, une application du modèle général. Il n’est plus un indice possiblement révélateur de la présence dans la situation d’un autre monde (ce qui peut apparaître souterrainement dans les opérations de codage des enquêtes14). C’est le prix à payer pour faire de l’impartialité impersonnelle du constat chiffré de la situation le seul principe de justice rendant possible la coordination sociale ou économique.

17Mais il existe d’autres mondes, comme le monde interpersonnel ou le monde marchand. Dans le monde interpersonnel, la connaissance commune peut éviter d’en passer par la quantification et s’en tient à des formes spontanées de compréhension de la situation, fondées sur la familiarité et l’expérience ; dans le monde marchand, la quantification n’a d’intérêt que par ce qu’elle révèle du degré de concurrence entre les êtres (la comparaison des prix, des coûts ou les batteries d’indices qui à la Bourse permettent de conjecturer quelles seront les actions de vente ou d’achat dominantes). Dans les compromis qui s’installent entre ces mondes et le monde industriel, la quantification peut être utile à certains niveaux agrégés, mais pas dans des niveaux plus « locaux ».

18Il faut donc aller chercher ailleurs qu’en sociologie de la quantification fondée sur les sciences, pour élaborer les bases théoriques de la pluralité des mondes, donc de celle des formes sociales de connaissance et, finalement, des modes de quantification. Les travaux d’Amartya Sen relatifs aux concepts de capacité (en anglais capability) et de base informationnelle de jugement en justice sont d’un grand secours, même s’ils ne résolvent pas tout. Amartya Sen, dans un tout autre univers de pensée, les théories de la justice, s’est approché de la dimension de justice et de justesse dans les processus sociaux de quantification. Le point crucial est son insistance sur la base informationnelle de jugement en justice (BIJJ) qui, dans un régime démocratique, va définir le contenu et les modalités du choix collectif. Sen entend en effet dans le traitement théorique des choix collectifs maintenir la nécessité d’une évaluation objective de l’état des personnes (contre le courant procédural dominant du classement ordinal). La connaissance de la réalité sociale – de sa substance – qu’une collectivité acquiert lui apparaît donc comme la question première en démocratie. Sans renvoyer aux travaux canoniques d’Arrow ou de Rawls, disons que le problème de la démocratie dans cet univers de pensée est d’arriver à un état de la société optimal au double sens suivant : 1. Chacune et chacun estiment que la position qu’ils occupent dans cet état est juste, car ils y trouvent les ressources et, plus selon Sen, les capacités adéquates pour mener la vie qu’ils considèrent pour eux comme de valeur ; 2. On arrive à cet état optimal par une délibération démocratique entre égaux à laquelle chacune et chacun ont pu participer, faire valoir leurs revendications (claims) et être entendus par les autres. L’accord collectif n’est possible qu’à ces deux conditions. Il s’agit donc d’arriver collectivement à une connaissance commune, ce qu’on peut appeler aussi un tableau de la situation, qui soit juste, au double sens de justesse et de justice. Ainsi ce tableau couvrira-t-il ce que Sen appelle dans une expression remarquable « le territoire de la justice » qu’il appréhende comme un « territoire factuel » :

  • 15A. Sen, « Justice : Means versus Freedom », Philosophy and Public Affairs, 19, 2, 1990, p. 111-121

« La base informationnelle de jugement identifie l’information sur laquelle repose directement le jugement et – tout aussi important – assure que la vérité ou la fausseté des autres informations ne peut directement influencer la justesse du jugement. Le base informationnelle de jugement détermine donc le territoire factuel sur lequel les considérations relatives à la justice s’appliquent directement »15.

19La validité de cette « invention » de Sen n’est pas limitée à son approche par les capacités (concept dont il fait le socle de l’évaluation de l’état de chaque personne). Elle a vocation à s’étendre à l’ensemble des processus de quantification des situations de la vie sociale, quel que soit leur objet. Car toute situation de ce genre soulève une triple interrogation indissociable : cognitive bien sûr, mais aussi normative (qu’importe-t-il de mesurer ?) et pragmatique (vers quelle action conduit-elle ?). Le concept peut s’appliquer à toutes les situations de choix à faire, donc de connaissance commune à élaborer. Rapprochée de nos préoccupations, elle est grosse de potentialités.

20Un tel factuel n’est pas ordinaire. En lui, se déploient des formes d’objectivité qui « intègrent de la subjectivité » pour reprendre l’expression d’Olivier Leclerc, mais comment ?

A. Ce factuel n’a rien d’une « évidence »

  • 16  R. Salais et M. Storper, 1993, op. cit., chapitre IV.2.
  • 17  R. Salais, « Capacités, base informationnelle et démocratie délibérative. Le (contre)-exemple de l (...)

21Il ne peut être que socialement et historiquement construit, donc reposer sur des cadres cognitifs (les catégories et les procédures sociales de connaissance) conçus pour donner à voir (et à évaluer) aux membres d’une collectivité ce qui importe et ce qui n’importe pas comme problème à prendre en charge par cette collectivité. Les bases informationnelles de jugement de ce type ne sont pas que des ensembles de données empiriques ; elles sont, avant tout, le produit d’États qui se sont vus historiquement fixés, quoique de manière spécifique à chaque pays, la tâche de produire une connaissance publique du bien commun de manière à pouvoir agir pour sa concrétisation. Dans une approche conventionnelle de l’État, comme nous l’avons abordée avec Michael Storper16, la dévolution à l’État par les membres de la communauté politique de la responsabilité d’établir cette connaissance publique et les formes, démocratiques ou non, qu’elle prend est une question centrale. Son actualité et importance sont rappelées par la gouvernance européenne sur fond d’indicateurs de performance, dérivée de la gestion privée des entreprises de « scoring » des États membres. Les tableaux d’indicateurs, décidés depuis le Centre, sans concertation autre que formelle, se substituent à de vraies bases informationnelles de jugement en justice. Leur critère unique est celui de l’efficacité instrumentale, de la performance déconnectée de tout principe de justice et de toute délibération collective du bien commun. Cette gouvernance duplique les formes de quantification, analysées il y a déjà vingt ans dans le contexte bureaucratique et gestionnaire anglo-saxon. La description et la critique faites par Porter et Miller peuvent, cum grano salis, lui être transposées. Et il faut aller plus loin dans la critique, car, comme nous le montrons17, cette gouvernance rationnelle en arrive à produire de manière interne et autoréférentielle des résultats quantifiés donnant à voir la preuve de sa performance ou à imputer l’échec à d’autres qu’elle-même. L’objectivité impartiale, si limitée qu’elle soit, se trouve de surcroît instrumentalisée.

B. La re-présentation cognitive

22Ce factuel n’emploie pas que des catégories cognitives générales ; les faits à bâtir sont situés, ou mieux à situer dans un territoire de la justice pertinent pour le problème traité. La définition, le formatage cognitif du territoire factuel, sa description impliquent nécessairement la participation de ses membres potentiels (citoyens, acteurs collectifs économiques et sociaux, collectivités territoriales, associations, etc.). Car eux-seuls, de par leur expérience et leur savoir pratique, possèdent la clé – sans nécessairement le savoir – qui ouvre vers le concret des situations. L’enjeu, politique encore une fois, de la quantification, si l’on veut qu’elle soit juste en son double sens, est d’engendrer un processus de montée en généralité pertinente qui ne plaque pas des catégories générales définies a priori sur ces savoirs concrets, multiples et pluriels, mais en assure le passage vers le niveau général du territoire factuel en question. On pourrait qualifier ce passage de présentation, à nouveaux frais, de l’information détenue au sein de ce territoire factuel par ceux qui y vivent, au niveau agrégé où se prend la décision collective, autrement dit de re-présentation.

23Plus encore, dans un contexte politique de gouvernance a-démocratique comme celle que les institutions européennes veulent imposer, la survivance des pratiques démocratiques requiert de bâtir des espaces publics où puissent se confronter, à égalité de considération collective, la connaissance publique prédéfinie par le Centre (telle que les tableaux d’indicateurs) et un savoir collectivement construit qui, lui, part des attentes et savoirs des citoyens et des acteurs.

C. Territoires factuels multiples et subsidiarité

24Dans la logique de son modèle de l’action publique, évaluer les capacités de chaque personne suppose pour Sen de repérer et construire les variables qualifiant son état (ce qu’il appelle les « traits focaux »). Combiner l’emploi de catégories (ou de règles) générales avec la prise en compte des singularités pertinentes de la situation devient, dans la perspective de Sen, une contrainte pour construire un savoir commun. Ce n’est pas ce que Sen dit, mais cela en découle. Là aussi, la conjonction cognition – normatif – pragmatique induit la multiplicité des territoires factuels à quantifier et, surtout, des niveaux plus ou moins désagrégés où l’opération de quantification doit prendre place. De surcroît le degré d’agrégation où elle doit prendre place peut varier selon les domaines.

25En effet, pour Sen, mais la question vaut pour la quantification, le « territoire de la justice » qui s’avère pertinent pour une personne A n’a pas de raison a priori d’être identique à celui d’une personne B, quant à son étendue et ses qualifications. Pour un même problème, les variables d’action (les traits focaux) diffèrent entre les situations de A et de B. Il s’en suit qu’un territoire de la justice, bien que centré sur la personne, est de nature non pas individuelle, mais collective. Si nous ne voulons rien perdre de la substance cognitive du réel relativement aux fins visées, la construction de tels territoires doit présenter à la fois une étendue et une hauteur sociales variables selon le problème et qui ne peuvent être fixées a priori de l’extérieur. Étendue, hauteur, variables pertinentes, méthodes doivent au contraire émerger du mouvement de la société, avec une diversité adéquate de contenu et de configuration. Pour aller plus loin, la connexion des recherches sur la quantification devrait être faite, d’un côté avec la philosophie de la subsidiarité, de l’autre avec les théories politiques du fédéralisme.

D. Pluralité des principes de justice et compromis substantiels entre eux

26Dans la mesure où une pluralité de principes de justice coexistent dans toute société (le marché n’étant pas le seul principe concevable et pratiqué d’organisation), les catégories cognitives admises traduisent un compromis entre ces principes. Les compromis cognitifs ainsi réalisés ne peuvent plus être rattachés à un modèle normatif donné. La pluralité continue de vivre au sein des compromis inscrits dans les catégories de connaissance. Ces compromis sont incorporés et distribués au sein des institutions, des équipements et des règles. Le débat sur les normes a lieu en permanence dans la dynamique sociale, non seulement par l’échange discursif, mais avant tout par l’action collective (dont l’échange discursif n’est qu’un élément). Ces compromis sont susceptibles d’évoluer sous l’impact de la critique sociale, car celle-ci peut espérer s’appuyer sur la présence dans les faits établis (au sens fort) d’éléments issus de divers modèles normatifs.

III. Démocratie délibérative et quantification

27C’est pourquoi, à nouveau, le moment cognitif de l’action collective est si important. Car c’est à ce moment que les compromis entre principes de justice peuvent faire l’objet d’un déplacement. Les travaux sur la démocratie délibérative apportent des éléments pour avancer dans la prise en compte de ces déplacements dans la recherche sur les processus de quantification.

28On peut résumer la confrontation entre convention statistique et convention sociale ainsi :

  1. Il n’y a aucune raison a priori pour que les règles de la statistique (ou dans un autre domaine, celles de l’organisation de l’entreprise) auxquelles une personne se trouve confrontée fassent partie de la pré-connaissance qu’elle a acquise et entretient (l’ensemble des conventions qui lui permettent de vivre sa vie). Elles lui sont externes, donc dans un rapport, plutôt, de confrontation. Règles et conventions ne peuvent converger que si, en se généralisant et en étendant leur influence, les règles modifient les conceptions des personnes et sont à la source, chez elles, ou de l’emploi de conventions nouvelles ou de révision de conventions existantes au sein de ce qu’elles pré-connaissent. Ce qui, historiquement, nous l’avons dit, est d’une certaine manière toujours en devenir et menacé de « rechutes ».

    • 18J. Bohman, Public Deliberation, Cambridge MA, The MIT Press, 1996; J. Bohman, « Deliberative Democ (...)

    Inversement, les pré-connaissances du monde qu’ont les personnes peuvent fournir la base d’une critique sociale des règles à condition qu’elles deviennent le support d’un processus de réflexivité collective. Et aboutir à ce que James Bohman18, réinterprétant la notion de « public » telle qu’elle est utilisée par John Dewey, appelle une « compréhension » alternative des mêmes réalités, laquelle ouvre sur des possibles qui étaient auparavant inenvisageables.

  • 19  R. Salais, 2008, op. cit..

29À ce stade, nous pouvons reformuler ce que nous avons écrit dans la dernière partie de notre contribution19 au numéro de Raisons pratiques, La liberté au prisme des capacités.

30Le problème majeur politique posé, qui est bien plus qu’un simple à-côté technique, est d’arriver à constituer collectivement une connaissance objective, au sens riche que nous avons exposé, car elle devient par cette objectivité « enrichie » opposable au dire et au faire du pouvoir. Il devient possible de mettre publiquement à l’épreuve les preuves « fabriquées » par le Centre. Il s’agit de faire émerger publiquement ce que, d’un certain point de vue, sans le savoir le public potentiel d’une situation sait déjà. Mais il n’en a pas encore reconnu la valeur de vérité, ni découvert ses implications quant à la configuration de la situation et à ce qu’il est possible d’y faire.

31L’enjeu est d’élaborer par un processus collectif une base informationnelle de jugement en justice portant sur le domaine visé. Non pas recourir à l’« opinion » ou à des experts, mais faire de la construction conjointe d’un public et du savoir commun un processus médiateur entre les conceptions différentes, tant du bien commun que de la justice, incorporées dans ce qu’ils voient et comprennent de leur situation. Dans la mesure où il s’agit de donner valeur générale à un savoir pratique, local et individuel, le processus devrait inclure des spécialistes de l’enquête (chercheurs, juristes, statisticiens). Ils agiraient en tant que tiers, mobilisant leurs méthodologies pour élaborer un questionnement, des catégories et nomenclatures, des méthodes d’enquête et une mise en forme des résultats. Leur rôle serait de constituer le tableau de la situation au sens, vu précédemment, de représentation cognitive et de le présenter, à la fois comme miroir et objet de débat propre à favoriser la prise de conscience du public en tant que public. Focalisés sur la mise en évidence de la connaissance générale portée par le savoir pratique des personnes (et sur sa mise en commun et en public), ils n’agiraient pas comme des experts (délivrant leur savoir préconstruit à des ignorants), mais comme des passeurs entre le singulier et le général. Passeur semble un terme plus adéquat que traducteur, dans la mesure il ne s’agit pas simplement de transcrire un savoir local en des catégories générales déjà existantes. De tels passeurs ne viendraient pas pour autant dans la situation en se dépouillant de leur savoir déjà constitué, mais l’utiliseraient de manière à faire le pont avec l’expérience vécue des personnes. Les contraintes d’une égalité des capacités à délibérer, avancées par James Bohman, prennent toute leur valeur, celle d’assurer un passage égal pour tous entre le savoir que chacun possède et la connaissance générale.

32Mais, plus fondamentalement – il y aurait urgence à travailler sur cette transformation – il nous semble que la figure du citoyen dans cette perspective se modèle sur celle de l’enquêteur, mais d’une enquête d’un genre particulier que l’on pourrait appeler l’enquête délibérative. Une telle enquête formule un accord sur les faits à prendre en compte pour décrire la réalité dans sa diversité. Elle ne supprime donc pas les contradictions ou antagonismes. Elle conduit ses participants à reformuler contradictions et antagonismes sous forme d’arguments. Même si certains participants les désapprouvent, ces arguments sont néanmoins compris par tous, car ils s’appuient sur la même base produite et acceptée de connaissances. La critique sociale, si elle se focalise sur l’introduction de nouvelles catégories et variables cognitives, si elle fait de l’objectivité du savoir le fondement de son action, pourra introduire dans le tableau des faits (cette seconde forme de représentation politique à côté de la forme classique de représentation des intérêts) des données qui donneront un appui, dans le processus politique (forme classique de représentation), à la voix de ceux qui n’étaient pas représentés jusqu’alors. Même si les revendications n’aboutissent pas au départ (car elles risquent de se voir attribuer un poids trop faible dans le processus de décision ultérieur), du moins seront-elles présentes et personne ne pourra dénier leur existence et leur légitimité. Le dernier mot pourra rester, en tant que potentialité, au processus social et à la mobilisation collective.

Haut de page

Notes

1  O. Leclerc, « Statistiques et normes : jalons pour une rencontre interdisciplinaire », dans ce numéro, 2014.

2  R. Salais, « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évaluation chiffrée de la performance », Revue française d’administration publique, 135, 2010, p. 497-515.

3  Les réflexions qui suivent participent d’une recherche en cours avec Ota de Leonardis.

4A. Desrosières, « The economics of Convention and Statistics : The Paradox of Origins ».

in R. Diaz-Bone and R. Salais, eds., special issue of Historical Social Research, « Institutions and Conventions from a Historical perspective », 36, 4, 2011, p. 64-81.  

5A. Megill, « Rethinking Objectivity », Annals of Scholarship, vol. 8-9, 1992

6L. Daston, « Baconian Facts, Academic Civility and the Prehistory of Objectivity », in A. Megill, op. cit., vol. 8, 1992, p. 37-63.

7T. Porter, « Objectivity as Standardisation : The Rhetoric of Impersonality in Measurement, Statistics, and Cost-Benefit Analysis», in A. Megill, op. cit., vol. 9, 1992, p. 19-59; P. Miller, « Accounting and Objectivity: The Invention of Calculating Selves and Calculable Spaces », in A. Megill, op. cit., vol. 9, 1992, p. 61-86

8Conception de la règle qu’on retrouve chez J. Rawls, « Two Concepts of Rules », The Philosophical Review, 64, 1, 1955, p. 3-32.

9Frederick Wiseman, Welfare, Documentaire, 1992.

10A. Megill, « Introduction : Four Senses of Objectivity », A. Megill, op. cit., vol. 8, 1992, p. 1-20.

11W. Espeland and M. Stevens, « Commensuration as a Social Process », Annual Review of Sociology, 24, 1998, p. 313-343.

12  On suit ce qu’en dit L. Quéré, « A-t-on vraiment besoin de la notion de convention », Réseaux, 62, 1993, p. 19-42, s’appuyant sur Wittgenstein. Voir R. Salais, « Convention, sens commun et action publique », Communication au Colloque de Cerisy « Conventions, l’intersubjectif et le subjectif », 2009, téléchargeable sur : www.halshs.archives-ouvertes (halshs-00577036, version 1).

13  R. Salais et M. Storper, Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993 ; L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

14  L. Thévenot, « L’économie du codage social », Critiques de l’économie politique, 23-24, 1983, p. 188-222.

15A. Sen, « Justice : Means versus Freedom », Philosophy and Public Affairs, 19, 2, 1990, p. 111-121.

16  R. Salais et M. Storper, 1993, op. cit., chapitre IV.2.

17  R. Salais, « Capacités, base informationnelle et démocratie délibérative. Le (contre)-exemple de l’action publique européenne », in J. De Munck et B. Zimmermann, s. dir., La liberté au prisme des capacités. Amartya Sen au-delà du libéralisme, Paris, Éditions de l’EHESS, Raisons pratiques, 18, 2008, p. 297-326.

18J. Bohman, Public Deliberation, Cambridge MA, The MIT Press, 1996; J. Bohman, « Deliberative Democracy and Effective Social Freedom: Capabilities, Resources, and Opportunities », in J. Bohman et W. Rehg, eds., Deliberative Democracy, Cambridge MA, The MIT Press, 1999, p. 321-348.

19  R. Salais, 2008, op. cit..

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Salais, « Réplique - Chiffre et objectivité : il y a convention et convention », Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 4 | 2014, 45-55.

Référence électronique

Robert Salais, « Réplique - Chiffre et objectivité : il y a convention et convention », Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdst/309 ; DOI : 10.4000/cdst.309

Haut de page

Auteur

Robert Salais

Économiste et statisticien, chercheur à l’École normale supérieure de Cachan et au Centre Marc Bloch de Berlin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Réseau Droit, Scences et techniques
  • Logo CNRS
  • Logo AMU
  • OpenEdition Journals