Navigation – Plan du site

Le droit est mort. Vive les Normes !

Éditorial
Stéphanie Lacour

Texte intégral

1Malgré cette annonce parodique, il n’aura pas échappé aux lecteurs assidus de notre revue, les Cahiers Droit, Sciences & Technologies, que son titre et son apparence extérieure sont restés les mêmes avec ce septième numéro. Ce n’est donc pas à notre publication elle-même que fait référence le détournement en question, et sous la boutade, c’est moins, en outre, d’une succession qu’il est question, que d’un élargissement de nos approches. Car si les cahiers n’ont, en apparence pas changé, il n’en est pas de même de la recherche portant sur les rapports entre le droit, les sciences et les techniques.

2Institutionnellement, tout d’abord, au fil des années, les réseaux qui ont soutenu cette recherche (mission ministérielle et groupement de recherche « Science et Droit » dans les années 1990 puis GDR « Droit, Sciences et Techniques » à partir de 2008), se sont transformés en profondeur. Leur évolution la plus récente a abouti, en janvier 2016, à la création d’un nouveau groupement de recherche, « Normes, Sciences et Techniques », associant aux membres du réseau droit, sciences et techniques un grand nombre d’équipes de sciences humaines et sociales – sociologues, économistes, philosophes ou encore politistes – prenant elles aussi les sciences et techniques comme objets d’études privilégiés.

3Au niveau éditorial par ailleurs, comme en témoignent les colonnes de notre revue, nos numéros se sont également illustrés par leur ouverture aux analyses et aux regards d’autres chercheurs. Ils sont venus de sciences de la nature engagées dans le développement des connaissances scientifiques et techniques mais surtout, de plus en plus régulièrement, d’autres sciences humaines et sociales, dont les travaux ont progressivement été associés aux thèmes des numéros de la revue et les analyses sont venues compléter celles des juristes.

  • 1 Stéphane Gerry-Vernières, Les « petites » sources du droit : à propos des sources étatiques non con (...)
  • 2 Conseil d’État, Étude annuelle 2013 : Le droit souple, EDCE, 2013.
  • 3 R. Encinas de Munagorri, S. Henette-Vauchez, C.-M. Herrera, O. Leclerc, L’analyse juridique de (x), (...)

4L’évolution est, enfin, le fait des juristes eux-mêmes. Ces derniers se sont, toutes branches du droit confondues, montrés de plus en plus ouverts à l’examen de normes dont la juridicité pouvait être interrogée par ailleurs – petites sources1 ou encore droit souple2. Ils ne se sont pas toujours autorisés pour autant à étudier les objets et pratiques situés hors des frontières traditionnelles de la normativité. Ce pas de côté théorique a récemment été franchi par certains d’entre eux avec une audace qu’il convient de saluer3. Sans entrer nécessairement dans la profondeur d’une telle perspective programmatique, et en mettant davantage l’accent, sans doute, sur l’intérêt de collaborations interdisciplinaires poussées que sur une nécessaire rupture épistémologique de la recherche juridique, on peut, nous semble-t-il, tirer parti de l’ensemble de ces évolutions pour tracer, à grands traits, les lignes que nous souhaitons voir fructifier au sein de notre revue pour les années à venir.

5L’ensemble des recherches menées depuis les années 1970 a en effet conduit les chercheurs en sciences humaines et sociales à mieux percevoir à quel point les objets, outils et méthodes qui caractérisent les sciences et techniques façonnent le monde dans lequel nous vivons tout comme ils ordonnancent, plus ou moins directement, nos corps, nos représentations, notre rapport à la matérialité, et les façons dont nous faisons société. Cette normativité intrinsèque des constructions sociales, scientifiques et techniques venant s’ajouter aux normes émanant des structures et institutions dans lesquelles ces activités sont administrées et se pratiquent, justifient, si besoin était, amplement que les chercheurs en droit soient impliqués dans leur étude. Pour la percevoir, la caractériser et l’étudier correctement, toutefois, l’association des méthodes et compétences développées par l’ensemble des chercheurs de sciences humaines et sociales est d’une indéniable valeur ajoutée. La réussite d’une entreprise aussi nécessaire que l’étude des connaissances, des outils et des pratiques qui structurent aujourd’hui une part importante de notre vie sociale réside dans la complémentarité des approches que nous sommes capables de développer.

  • 4 Lawrence Lessig, « Code is Law – On Liberty in Cyberspace », janvier 2000, Harvard Magazine, http:/ (...)

6Par ailleurs, si elles sont effectivement sources de normes, il ne faut pas oublier que les sciences et techniques se déploient, elles-mêmes, dans des espaces, des temps, des sociétés au sein desquels le droit, mais aussi l’éthique ou encore les règles sociales, économiques et techniques se distinguent comme autant de régimes d’énonciation souvent conçus et toujours pour le moins pratiqués sur un registre normatif. L’étude de ces régimes d’énonciation a, elle aussi, tout à gagner de l’association fructueuse des compétences des sociologues, économistes, philosophes, historiens, anthropologues et spécialistes de sciences de l’éducation avec celles des juristes. Ce sont toutes ces raisons qui ont motivé les chercheurs et enseignants-chercheurs du RDST à proposer un élargissement significatif de leur réseau, pour y intégrer des collègues de toutes les disciplines de SHS concernées par l’étude des normes, sciences et techniques. Si le droit, où qu’il soit, n’est sans doute pas près de mourir, les liens qu’il entretient avec le pouvoir, sous toutes ses formes, peuvent être mis en évidence dans de nombreux autres codes, qu’ils relèvent de l’architecture de l’Internet4 ou se projettent – code génétique, code neural – sur des descriptions des sources de la vie et de l’esprit. Gageons que ces normes, tissées de fils scientifiques et techniques, peuvent gagner à ce que des regards multiples se penchent sur leur analyse. C’est ce que le groupement de recherche « Normes, Sciences et Techniques », GDR n° 3769 soutenu par le CNRS, entend promouvoir, pour les années à venir, dans cette revue.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Gerry-Vernières, Les « petites » sources du droit : à propos des sources étatiques non contraignantes, Economica, Coll. Recherches Juridiques, 2012.

2 Conseil d’État, Étude annuelle 2013 : Le droit souple, EDCE, 2013.

3 R. Encinas de Munagorri, S. Henette-Vauchez, C.-M. Herrera, O. Leclerc, L’analyse juridique de (x), Le droit parmi les sciences sociales, Éditions Kimé, coll. « Nomos & Normes », 2016.

4 Lawrence Lessig, « Code is Law – On Liberty in Cyberspace », janvier 2000, Harvard Magazine, http://harvardmagazine.com/2000/01/code-is-law-html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Lacour, « Le droit est mort. Vive les Normes ! », Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 09 janvier 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdst/525

Haut de page

Auteur

Stéphanie Lacour

Membre du comité éditorial de la revue les Cahiers, Droit, Sciences et Technologies, Directrice du GDR 3769 « Normes, Sciences et Techniques »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Réseau Droit, Scences et techniques
  • Logo CNRS
  • Logo AMU
  • OpenEdition Journals