Navigation – Plan du site
Dossier

Nomenclatures industrielles en Grèce. Variations du champ du secteur secondaire et limites de comparabilité

Industrial nomenclatures in Greece. Variations of the field of the secondary sector and limits of comparability
Βιομηχανικές ταξινομήσεις στην Ελλάδα. Αλλαγές στον πεδίο του δευτερογενή τομέα και περιορισμοί στην συγκρισιμότητα
Vincent Gouzi

Résumés

Vincent Gouzi s’est penché sur les nomenclatures industrielles en Grèce et, à travers leur histoire et leur structure, sur les variations du champ du secteur secondaire et les limites de comparabilité.
Les nomenclatures industrielles ont profondément évolué en Grèce comme en France ; depuis le milieu du xixe siècle, elles ont été profondément influencées par les institutions internationales. Les moteurs de cette évolution sont l’innovation, les conceptions de l’organisation industrielle, et le besoin de comparabilité.
Ce papier a pour but de rappeler en premier lieu la théorie économique des nomenclatures (notamment leur structure évolutive entre les trois secteurs d’activités) ainsi que l’histoire des nomenclatures industrielles. En second lieu, il tente de définir une spécificité méditerranéenne à travers les items constitutifs de différentes nomenclatures, l’analyse des tableaux d’emplois et ressources de la comptabilité nationale des cinq pays étudiés et l’analyse de leurs productions industrielles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « [… ] lors de la grande Exposition de Londres, ce bazar universel où toutes les parties du monde (...)

1Nomenclature, classification, taxinomie (en grec), échelle technologique (technologiki klimax)… quel que soit le mot, il désigne ce travail premier du chercheur pour mettre un peu d’ordre dans les produits des activités humaines, dans ce « bazar » qu’évoque Adolphe Quételet1. Il le fait pour les outils de la préhistoire (André Leroi‑Gourhan), pour les pierres à meules (Margarita Vrettou Souli), pour les outils de la culture du blé en Méditerranée (Pascal Rivet et Serge Luquet) et pour bien d’autres. Une nomenclature est l’inventaire détaillé d’activités dans des temps et des espaces donnés, c’est aussi le moyen de les rendre intelligibles et comparables entre elles.

2Pour caractériser la Révolution industrielle, on a construit des nomenclatures. Aussi, pour traiter de l’industrie en Méditerranée, ai‑je interrogé les nomenclatures de produits, leur histoire, leur division économique en secteurs et branches, la répartition statistique des items et de certains résultats par branches.

3J’esquisserai d’abord un bref historique, raccrochant la Grèce à l’activité internationale. Je développerai ensuite une analyse économique des transferts de valeur entre secteurs et branches et de leurs causes. Je livrerai enfin quelques hypothèses résultant de l’analyse statistique des nomenclatures industrielles dans cinq pays méditerranéens, comparée à celles de l’Union européenne (UE) à 27 et de l’Allemagne comme pays de référence.

Une brève histoire des nomenclatures

4Le tableau de Quesnay de 1758 est probablement une des premières nomenclatures d’activités économiques, car leur essor est plutôt contemporain de la Révolution industrielle. Pour simplifier, on distingue ici trois étapes : le milieu du xixe siècle, l’entre‑deux‑guerres et l’après‑guerre.

5Le milieu du xixe siècle est marqué par la Révolution industrielle qui touche à la fois les produits et la société. Le besoin d’enregistrer ces transformations est pressant : Adolphe Quételet, statisticien et sociologue, anime les Congrès internationaux de statistiques qui se réunissent de 1853 à 1876 et dont l’influence sur la création de commissions ou de bureaux statistiques dans les pays participants, et sur le lancement d’enquêtes industrielles, est déterminante. L’Institut International de Statistique (IIS) créé en 1885 prend le relais. De son côté, la Grèce délègue au Congrès statistique de Paris, en 1855, le Secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Spyridon Spiliotakis. Le même est commissaire de la Grèce à l’Exposition universelle, la même année, à Paris. Alexandre Mansolas, dont on présente les chiffres, participe aux deux congrès statistiques de Saint‑Pétersbourg en 1872 et de Budapest en 1876. Le tableau ci‑dessous compare les « groupes » de produits grecs à ceux de l’Exposition universelle :

Tableau 1. Les groupes de produits grecs à l’Exposition universelle de 1867

Classes Expo Univ.1867 Classes Mansolas Exposants grecs Objets exposés % exposants % objets
Groupe 1 Œuvres d’art 5 5 18 44
Groupe 2 Matériel et applications Des arts libéraux 8 5 23 76
Groupe 3 Meubles et objets pour l’habitation 13 5 18 38
Groupe 4 Vêtements (tissus compris) et autres Objets portés 13 10 81 161 19,37 18,92
Groupe 5 Produits bruts et ouvrés des industries extractives 7 6 135 172
Dont agriculture non alimentaire 3 3 80 109 14,83 16,92
Groupe 6 Instruments et procédés des arts usuels 21 5 7 10
Groupe 7 Aliments frais ou conservés à divers degrés de préparation 7 6 291 350 50,79 41,13
Total 74 42 573 851 100 100

Notons que les recensements de population de 1861 et de 1889 s’intéressent aux activités, mais moins aux produits qu’aux professions.

Source : Exposition universelle de 1867, Alexandros Mansolas, Πολιτειογραφικαί πληροφορίαι περί Ελλάδος, 1867, [Renseignements statistiques sur la Grèce], Βασιλικό τυπογραφείο [Imprimerie royale, Athènes].

Tableau 2. Les professions dans le recensement grec de 1861

Recensement de 1861 en Grèce
Propriétaires fonciers 16 122
Industriels 32 801
Agriculteurs 147 507
Bergers 38 953
Ouvriers 19 592
Domestiques hommes 12 651
Domestiques femmes 7724
Voituriers et loueurs de chevaux 2307
Artistes 1346
Ecclésiastiques 5102
Petits marchands 9452
Gros négociants 793
Marins de la marine royale 510
Marins de la marine marchande 19 303
Employés et fonctionnaires 3553
Employés des communes 5199
Maîtres et professeurs 1176
Avocats 394
Journalistes 68
Médecins 398
Pharmaciens 161
Sages femmes 832
Étudiants garçons 42 680
Étudiants filles 9035
Total 377 659

Source : Elstat [INSEE grec], Απογραφή Πληθυσμού 1861 [Recensement de population de 1861], Βασιλικό τυπογραφείο [Imprimerie royale, Athènes].

  • 2 Albert Thomas, premier directeur du BIT participe en 1914, au ministère de l’Armement, à l’organis (...)

6L’IIS et le Bureau international du Travail (BIT)2 sont les deux chevilles ouvrières de la normalisation de l’entre‑deux‑guerres. Le premier participe à la Commission d’étude de la Société des Nations (SDN) pour l’unification des méthodes de statistiques économiques. La Convention de 1928 charge un Comité d’experts de préparer une classification des industries qui aboutit, en 1938, à recommander une classification internationale par branches des activités économiques. Le BIT s’intéresse aux professions, mais recommande, par souci de rigueur, de caler ces classifications sur celles des activités et des produits.

7En Grèce, Georges Chomatianos met en relation les travaux du recensement de 1907 et ceux des congrès statistiques internationaux et ceux de l’IIS. Le recensement de la population de 1928 cite les travaux du Comité d’experts de la SDN qui a développé « un projet de nomenclature des branches d’activité ». D’ailleurs, la participation des statisticiens grecs à ces activités internationales mériterait sans doute un éclairage supplémentaire.

8Enfin, en janvier 1947, la Commission de Statistique de l’ONU fait adopter l’International Standard Industrial Classification (ISIC). En 1970, Eurostat construit la Nomenclature des Activités économiques dans la Communauté européenne (NACE), harmonisée en 1988 avec l’ISIC et désormais obligatoire pour les États membres.

9La Grèce adopte les nomenclatures internationales. Le recensement industriel de 1958 sous la direction de Pierre Kouvelis, se réfère à l’ISIC de 1948 :

  • 3 Elstat, Απογραφή βιομηχανίας 1948 [Recensement industriel de 1948], Βασιλικό τυπογραφείο, Αθήνα, [ (...)

La codification des branches d’activité a été opérée selon la Classification internationale type de toutes les branches d’activité économique, révisée par la Commission de Statistique de l’ONU, et dont les activités ont été subdivisées pour tenir compte des caractéristiques spéciales des « unités économiques » de la Grèce, afin que les données recueillies pussent être classées d’après leur cas d’espèce3.

10Les nomenclatures d’activités, produits, professions, résultats de cette activité, sont toutes alignées sur les mêmes principes de comparabilité. Elles sont toutes construites sur des regroupements partiels par classes, branches et secteurs, affectés de codes décimaux. Elles prennent en compte à la fois le produit « naturel » et sa filière, le processus technologique et l’entreprise productrice. Telle est la dynamique historique qui sous‑tend l’évolution des nomenclatures. Voyons la dynamique économique qui, elle aussi, entre en ligne de compte.

Théorie économique et secteurs d’activité

11Les trois secteurs, primaire, secondaire et tertiaire n’ont pas seulement une valeur descriptive : on a essayé de théoriser la dynamique de passage d’un secteur à l’autre et, plus récemment, d’expliquer la désindustrialisation des années 1970. Dans cet esprit, une brève analyse quantitative des items des nomenclatures met en évidence la transformation profonde et des secteurs et des nomenclatures.

Les transferts intersectoriels.

  • 4 William Petty, 1905.
  • 5 Smith, 2012, p. 354: “Of the different employment of capital: A capital may be employed in four di (...)
  • 6 Malthus, 1969, Chapitre 1, Des définitions de la richesse : « La ligne qu’il est le plus naturel e (...)
  • 7 Say, 1803. Livre premier, chapitre II : « Lorsqu’elle (notre industrie) se borne à les (les produi (...)

12L’économie politique à la fin du xviie siècle s’accompagne des premières nomenclatures, divisions analytiques de « la richesse des nations ». Les physiocrates pensent que la seule activité économique est l’agriculture (plus largement les produits du sol, dont les mines) et que l’industrie consomme ses propres produits en les fabriquant et n’ajoute donc aucune valeur. William Petty, précurseur, note en 1682 : « Il y a beaucoup plus à gagner par l’industrie que par l’agriculture, et beaucoup plus par le commerce que par l’industrie… »4. Adam Smith fonde sur la division du travail l’enrichissement des nations et dessine une première esquisse des secteurs, calée sur l’offre5. Thomas Malthus, lui, s’intéresse à la distinction entre biens matériels et biens immatériels, mais pour rejeter ces derniers6. Jean‑Baptiste Say, enfin, parmi ces précurseurs, considère que c’est l’utilité qui inspire l’activité économique, qu’il répartit entre les trois secteurs7. La valeur, l’utilité, et donc plutôt la demande, fondent l’économie, le reste est simple affaire de classification.

  • 8 Fisher, 1939, p. 24‑38, Clark, 1940.

13Il faut attendre Colin Clark et Allen Fisher en 1939 et 1940 pour une analyse dynamique des secteurs8. Leur définition repose sur la nature de leurs inputs, autrement dit de leur processus de production. Les glissements de l’activité de l’agriculture à l’industrie sont expliqués (Fisher) par l’élasticité des revenus à la demande, le tertiaire accueillant les produits, dont l’élasticité à la demande est la plus forte.

  • 9 Fourastié, 1952, Sauvy, 1981.
  • 10 Engel, créateur de l’Office saxon des Statistiques en 1850, décrit en 1857 le résultat de son anal (...)

14Jean Fourastié et Alfred Sauvy, en 1947, après la Seconde Guerre mondiale, montrent que c’est l’amélioration de la productivité, alimentée par l’innovation, qui constitue le moteur à la fois du déplacement de la demande (par la baisse des prix qu’elle engendre) et de l’emploi (en libérant une main‑d’œuvre disponible pour d’autres secteurs)9. Alfred Sauvy parle de déversement. Ces analyses se réfèrent à la loi d’Ernst Engel de l’élasticité de la demande au revenu qui décroît des biens primaires aux biens tertiaires10.

Désindustrialisation ou dématérialisation de l’industrie ?

  • 11 Flacher & Pelletan, 2007, p. 13‑46, « Le nom même d’industrie, tel qu’il a été façonné par l’histo (...)
  • 12 Caron, 1997.

15La mutation profonde des activités dans les années 1970 est décrite souvent comme une désindustrialisation et une tertiarisation des économies. David Flacher et Jacques Pelletan montrent que les nomenclatures répondent mal aux mutations industrielles11 : la succession des trois Révolutions industrielles se caractérise par une multiplication considérable des produits, liée à l’évolution des besoins12. L’innovation, sa diffusion rapide dans l’économie, fait éclater le dispositif classificatoire. Mais ils soulignent également la « dématérialisation » progressive à la fois du produit et de la demande.

  • 13 Gershuny, 1978.

16On a insisté sur le rôle de l’innovation, sur le déplacement de l’entreprise le long des secteurs à la recherche du profit et sur le flou consécutif des frontières (mines, agro‑industrie, construction). Je voudrais insister sur la dématérialisation de la production et sur la modernité économique qui s’attache à l’immatérialité des biens. Jonathan Guershunny relève à ce sujet trois cas13 :

  • Les biens culturels : la loi d’Engel, les goûts des ménages, l’innovation, se traduisent par une explosion de cette catégorie de biens, l’édition de contenus culturels sur tous supports – de moins en moins coûteux –, une production artistique déjà marchandisée depuis le début du siècle, l’importance croissante de la recherche et des logiciels.
  • Les services à l’industrie : le produit industriel se dématérialise, incorpore une valeur ajoutée intellectuelle de plus en plus grande, tels le design et les logiciels. L’entreprise externalise de nombreuses fonctions et les sous‑traite, ainsi le marketing, la comptabilité, l’audit, la gestion de l’emploi, la gestion locative d’immeubles, de machines, de salariés.
  • Enfin émerge une économie de self‑service, d’autoproduction des ménages, de bricolage, liée à la montée du temps libre sous toutes ses formes, caractérisée par l’achat de biens d’équipement à prix relatif bas pour économiser un service. L’« autostegasi » en Grèce me paraît relever de ce cas14.

Analyses chiffrées des lignes de nomenclature

17La simple analyse quantitative des items des nomenclatures par secteur montre ces évolutions : approfondissement de la division du travail par multiplication du nombre des items dans le temps, dans l’entre‑deux‑guerres et surtout l’après Seconde Guerre mondiale. En revanche, la fluidité des secteurs et les déversements de l’agriculture vers l’industrie, puis les services ne sont pas vraiment avérés. Mais une analyse plus fine par branche confirme le « déversement » de l’industrie vers les services à l’industrie et les produits culturels.

18Les tableaux 3 et 4, en annexe, concernent la Grèce : curieusement, dans ce pays, la description des professions met l’accent sur les professions libérales, puis, lentement, sur les professions industrielles. L’industrie, à partir de 1907, trouve sa place qui croît jusqu’en 1928. La décroissance des services en 1928 est une anomalie. Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie, comme activité, maintient sa place jusqu’en 2002, avant de décroître au profit des services.

  • 15 « Dénomination » des produits soumis à tarifs douaniers.

19Les tableaux 5, 6 et 7 décrivent successivement les nomenclatures d’activités ISIC, de produits CPC et CPA, de professions (STP et ISCO). Au niveau des activités, il y a bien montée, puis décroissance de l’industrie, et inversement, des services. Au niveau des produits, en revanche, l’inflation des items industriels plus faciles à identifier empêche les services de trouver leur place : ce n’est qu’en 2008 que le toilettage se fait. Au niveau des professions, la décroissance de l’industrie est vive et se fait au profit des services : la sensibilité de la statistique aux structures sociales est plus grande. Le tableau 6 détaille les services. Le tableau 9 aussi, mais il décrit la difficulté d’un pays du Sud, la Grèce, à rentrer dans le cadre général de l’Union européenne à travers l’onomatologia15 de 2008. Celle‑ci spécifie les caractéristiques grecques : le commerce de détail (à huit chiffres il est vrai) y représente 1036 items, contre 202 dans le CPA de l’UE à six chiffres et le commerce de gros 1635 contre 106. Inversement, l’industrie est nettement mieux représentée dans le CPA que dans l’onomatologia. C’est le premier indice d’inadaptation des nomenclatures européennes aux réalités méditerranéennes.

Nomenclatures industrielles en Méditerranée

20Ce travail sur les nomenclatures nous permet, à partir des résultats observés sur les pays méditerranéens qui nous intéressent, de tenter de vérifier l’existence d’un profil méditerranéen comparé à l’ensemble de l’UE à 27 et à titre de référence, à l’Allemagne.

21J’ai utilisé deux cadres statistiques homogènes, les tableaux emplois ressources des comptabilités nationales et les enquêtes Prodcom (productions communautaires).

22Voir Τableaux emplois ressources des comptabilités nationales (Tableaux 10 et 11 en annexe)

23La moyenne des quatre pays méditerranéens (hors Turquie) comparée aux valeurs correspondantes de l’Allemagne met en évidence, au niveau des PIB, la part de l’agriculture et celle des services, nettement supérieures, et inversement celle de l’industrie, nettement inférieure. Toutefois, l’Italie et l’Espagne présentent un profil industriel plus proche de celui de l’Allemagne que de ceux de la France ou de la Grèce et, pour l’Italie notamment, dans le cas des machines. Pour l’Espagne cependant, il faudrait corriger l’anomalie que constitue la construction : la part de l’industrie rejoindrait la moyenne européenne. En revanche, la moyenne des quatre pays méditerranéens ne s’écarte de celle de l’UE 27 que pour affirmer un profil inverse où la part de l’industrie est plus élevée, et celle des services, moindre. Indices de développement plus que de localisation : Chastagnaret a sans doute raison.

24L’analyse fine des services fait apparaître un profil sinon méditerranéen, en tout cas spécifique. Le rapprochement Grèce‑France est très remarquable, si l’on considère l’administration publique, mais la moyenne des quatre ne diffère pas de celle de l’UE, et à peine de celle de l’Allemagne. En revanche, services immobiliers, produits culturels, commerce ‑ transports ‑ télécoms distinguent nettement les quatre pays méditerranéens de la moyenne européenne, et plus encore de l’Allemagne. Si l’on peut hésiter au niveau des PIB, on ne le peut pas au niveau des Valeurs Ajoutées et des Output. Le cas français des services à l’industrie (14,2 % de la VA) mériterait une étude à part, qui corrige, en partie, la faiblesse de la part de l’industrie commune aux trois autres pays du Sud. Notons le profil très spécifique de la Grèce, intégrant une vision particulière du commerce et le rôle stratégique des transports et des communications (presse, audiovisuel, télécom). Depuis 2010, l’activité du port du Pirée connaît la plus forte croissance en Europe, ce qui renforce la part de ce poste.

Tableaux prodcom

25Les limites inhérentes aux TER n’existent pas ici. Les produits industriels sont classés par branches, mais on dispose du détail à l’intérieur des branches. De plus, Eurostat dispose des enquêtes par pays jusqu’en 2014. La seule limite est qu’ils ne comportent ni les produits agricoles ni les biens immatériels et services.

26La première observation (Tableau 12) concerne le remplissage des cases par chacun. Les zones non renseignées correspondent à des absences de production. La Grèce, et à un moindre degré, la Turquie, ont un taux élevé de lignes non renseignées, l’Allemagne ayant le taux le plus bas. France, Italie, et Espagne ont des taux très bas, proches de ceux de l’Allemagne. La confidentialité n’est pas forcément un trait méditerranéen, l’Allemagne ayant un taux plus élevé que la Grèce, et l’Italie ayant le taux le plus bas.

27La deuxième observation est relative au nombre d’items par branche : les industries traditionnelles, y compris l’agroalimentaire, ne représentent que le tiers des lignes, alors que la métallurgie et les machines et matériels en représentent 48 %, et la chimie et ses dérivés 19 %. On rejoint la remarque ci‑dessus sur l’onomatologia grecque : la nomenclature est faite pour des pays dont le profil industriel est bien précis, et comme par hasard, proche du profil allemand. Là encore, la Méditerranée ne rentre pas bien dans la focale.

28L’analyse des contenus nous semble confirmer l’existence d’un modèle industriel méditerranéen, dont les valeurs moyennes occupent une place symétriquement inverse de celle de l’Allemagne par rapport à la moyenne européenne. Le tableau 13 expose les parts de branches industrielles dans le total Prodcom, dans les quatre pays méditerranéens, en Allemagne et dans l’UE 27. En mode simplifié, on a regroupé ces quatre pays, l’Allemagne et l’UE 27 pour les IAA (Industries agroalimentaires), la chimie (plus plastiques et pharmacie) et l’industrie « lourde » (NACE, 24 à 30). Il nous semble bien que les 4 pays méditerranéens partagent des caractéristiques nettement différentes de celles de l’Allemagne. Le poids des IAA leur est commun, et, même si l’Italie détonne, son « régime alimentaire » reste bien caractérisé. Les industries « traditionnelles » comme le textile, le bois, le papier, les matériaux de construction ont en général un poids particulier (encore l’Espagne et la Grèce ont‑elles un secteur immobilier en plein effondrement). L’Italie, qui se rapprocherait plutôt de l’Allemagne, s’en distingue nettement au niveau des industries « traditionnelles », qui représentent 15 % de sa production, contre 10 % en Allemagne, indiquant l’importance de la Troisième Italie. Inversement, les industries « lourdes » pèsent en Allemagne d’un poids exceptionnel. Enfin, la chimie et ses dérivés, sauf en Italie, ont un poids assez proche, ce qui montre que la Méditerranée n’exclut pas par nature ce type d’activités.

29Le tableau 14 reprend ces mêmes données Prodcom par pays, pour extraire le poids des branches d’un pays lorsqu’elles y représentent au moins 10 % de la production de l’UE 27. C’est une sorte de mesure de la concentration de certaines productions dans certains pays. C’est aussi une invitation à regarder de plus près encore ces productions : les mines en Grèce, bauxite, bentonite et perlite, sont une spécialité de dimension européenne, encore plus nette si l’on y ajoute les produits métalliques (alumine et aluminium et tubes de cuivre), comme aussi certaines fabrications textiles spécialisées (fourrures, fils de coton peigné pour tapis de sol, sacs plastiques, filets à maille noués et cordages en textile naturel ou synthétique). L’Espagne et l’Italie se distinguent aussi dans ces branches traditionnelles du textile, de l’habillement et du cuir (on peut y ajouter l’ameublement). L’originalité des profils est donc très prononcée et cette sélection l’amplifie. À la détermination géographique, il nous semble cependant nécessaire d’ajouter une détermination historique : ancienneté de l’industrialisation, aléas politiques, et peut‑être une détermination culturelle, manière de répondre aux défis du siècle.

Conclusions

  • Les nomenclatures sont filles des Lumières (transparence, universalité).
  • L’industrie a changé de forme et avec elle, sans doute, l’emploi, l’organisation du travail et les formes de conflits sociaux.
  • Le profil méditerranéen existe, mais il faut l’apprécier au niveau détaillé des productions industrielles ; ce n’est qu’à ce niveau fin qu’il subvertit les nomenclatures et dénonce le regard qu’elles portent sur lui, mais aussi se révèle.
  • On pressent que ces formes d’industries propres à ces pays méditerranéens sont liées à la localisation des matières premières, mais qu’elles induisent des formes d’emploi elles aussi « méditerranéennes ». À vrai dire, ces produits dessinent une anthropologie que l’exploration des comportements des hommes approfondirait, révélant la « méditerranéité » qui nous échappe encore.

Annexes

Tableau 3. Nomenclatures professionnelles dans les recensements de population en Grèce de 1861 à 1928.

Répartition des items par secteur dans les recensements Elstat
1861 1907 1920 1928*
Agriculture 2 10 20 23
Industrie 2 87 113 137
Services 20 100 114 94
24 197 247 254
Répartition des items par secteur dans les recensements Elstat en %
Agriculture 8,33 5,08 8,10 9,06
Industrie 8,33 44,16 45,75 53,94
Services 83,33 50,76 46,15 37,01
100 100 100 100

Tableau 4. Nomenclatures d’activité en Grèce après la Seconde Guerre mondiale d’après les recensements

Items 1951 1960 1971 1980 Stakod91 Stakod32002 Stakod82008
Agriculture 23 40 37 39 23 34 39
Industrie 210 391 365 396 289 294 284
Services 299 325 280 324 224 236 291
%
Agriculture 4,32 5,29 5,43 5,14 4,29 6,03 6,35
Industrie 39,47 51,72 53,52 52,17 53,92 52,13 46,25
Services 56,20 42,99 41,06 42,69 41,79 41,84 47,39
100 100 100 100 100 100 100

Tableau 5. Évolution des items des nomenclatures CITI (Classification Internationale Type par Industrie) (ISIS) de l’ONU
Classification Internationale Type par Industrie. En nombre et en %

1948 Rév 1 1958 Rév 2 1968 Rév 3 1989 Rév 4 2008
CITI nombres 1948 1958 1968 1989 2008
Agriculture 5 8 7 10 36
Industrie 40 76 94 141 173
Services 35 40 59 134 219
total 80 124 160 285 430
CITI en %
Agriculture 6,25 6,45 4,38 3,51 8,84
Industrie 50 61,29 58,75 49,47 40,23
Services 43,75 32,26 36,88 47,02 50,93
Total 100 100 100 100 100

Tableau 6. Nomenclatures de produits CPC (ONU) et CPA (Union européenne)

CPC 1989 CPC 2002 CPC2008 CPA 1993 CPA 2002 CPA 2008
Items
Agriculture 80 83 113 94 96 204
Industrie 1145 1122 1379 1541 1813 2006
Services 586 893 814 670 699 1008
Total 1811 2098 2306 2305 2608 3218
%
Agriculture 4,42 3,96 4,90 4,08 3,68 6,34
Industrie 63,22 53,48 59,80 66,85 69,52 62,34
Services 32,36 42,56 35,30 29,07 26,80 31,22
Total 100 100 100 100 100 100

Tableau 7. Nomenclatures professionnelles en Grèce et internationales (ISCO)

Items 1973 3 chiffres 1992 4 chiffres ISCO 1958 ISCO 1968 ISCO 1998 ISCO 2008
Agriculture 43 40 5 16 20 26
Industrie 129 145 108 119 134 100
Services 135 216 202 285 464 436
Total
%
Agriculture 14,01 9,98 2,48 5,61 4,31 5,96
Industrie 42,02 36,16 53,47 41,75 28,88 22,94
services 43,97 53,87 44,06 52,63 66,81 71,10
Total 100 100 100 100 100 100

Tableau 8. Détail des Services dans les nomenclatures d’activités grecques (Stakod) et ONU

Services Stakod 91 Stakod 3 2002 Stakod 8 2008 ISIC 1968 ISIC 1989 ISIC 2008
Transports 21 21 23 5 17 20
Services industrie 30 32 56 4 25 41
Informatique 6 7 8 0 6 6
Produits culturels 16 17 32 3 11 27
Services personne 6 11 16 4 7 15

Tableau 9. Items dans 2 nomenclatures de produits CPA (Union européenne) et Grèce

Items CPA 2008 Onomatologia 2008 % CPA % Grèce
Agriculture 205 190 6 4
Industrie 1921 555 59 11
Services 1147 4087 35 85
Total 3273 4833 100 100
Source Elstat/Ramon 8 chiffres

Tableau 10. PIB, en % du PIB total, de quelques pays de l’UE et de la Turquie, par secteur (TER Eurostat), en 2010

PIB Grèce Espagne Italie France Moyenne des 4 UE 27 Allemagne Turquie
Agriculture 2,94 2,14 1,83 1,67 2,15 1,68 0,80 10,52
Industrie 23,56 31,47 29,72 24,11 27,21 25,34 34,75 33,74
Services 73,50 66,40 68,46 74,22 70,65 72,98 64,45 55,74
PIB
Agriculture+ IAA 8,39 5,62 4,87 4,62 5,87 3,73 3,79 15,65
Travail métaux et machines 2,80 4,69 7,42 4,54 4,87 6,83 12,33 5,64

Tableau 11. Étude de profils Services (VA Eurostat 2010)

Étude de profil VA Allemagne Quatre pays UE 27
Administration 18,32 19,57 19,41
Produits culturels 4,39 7,83 5,54
Commerce, transp. Télécom. 12,07 17,12 15,54
Immobilier 16,54 18,87 16,77
Services industrie 12,57 9,88 11,9
Étude de profil output Allemagne Quatre pays UE 27
Administration 12,82 13,4 13,47
Produits culturels 4,16 7,1 5,25
Commerce, transp. Télécom. 12,1 17,2 15,15
Immobilier 12,47 15,5 14,34
Services industrie 10,25 9,5 10,46

Tableau 12. Enquêtes Prodcom : taux de remplissage des 3814 lignes de produits en 2014

Grèce France Italie Espagne Allemagne Turquie
Non renseigné 57 10 10 12 7 24
Confidentiel 23 38 18 26 29 40
Renseigné 20 52 71 62 65 36
Total 100 100 100 100 100 100

Tableau 13. Part de certaines branches dans le total Prodcom 2014 par pays

Grèce Espagne Italie France Allemagne UE 27
Industries agroalimentaires 47,53 32,03 17,58 28,45 14,20 19,32
Textile habillement cuir 3,56 3,30 6,81 1,61 0,97 2,64
Bois ameublement 1,47 2,31 4,06 2,61 2,98 3,20
Papier presse 5,41 4,53 4,75 4,05 3,69 4,21
Chimie pharmacie plastiques 15,84 14,91 13,04 17,21 16,86 16,56
Produits non métalliques 5,18 3,63 3,88 3,70 2,39 3,06
Métallurgie de base 10,90 5,71 7,57 2,58 6,99 6,99
Prod. électr. électron. Mach‑mat transp. 7,35 29,23 36,78 31,54 46,43 38,44
Réparation installation 0,90 3,00 2,96 6,09 3,38 2,98

Ou en simplifiant : Industries lourdes regroupe Métallurgie de base, produits électriques, électroniques, machines et matériels de transport

Tableau 14. Part des branches dans Prodcom 2014, par pays, lorsqu’elles y représentent plus de 10 % du total UE

Plus de 10 % Grèce Espagne Italie France Allemagne
Mines 14,3 1,8 1 1,3 0,6
IAA 38,1 21,5 9,1 18 9,1
Textile 14,3 6,7 8 3,8 2,5
Habillement 4,8 6,7 5,4 1,1 0,4
Cuir 4,8 2,5 2 1,1 0,2
Bois 0 2,1 1,7 2,1 1,3
Papier 4,8 3 2,7 3 2,6
Impression et autres media 0 1,1 1,1 1,3 1
Chimie 0 15,3 7,8 12 13,3
Pharmacie 0 1,1 0,8 1,2 1,1
Caoutchouc, Mat. plastiques 0 3,1 4,1 4,6 4,8
Autres prod. non métall. 4,8 4,9 4,2 4,8 3,8
Métallurgie de base 9,5 4,8 6,7 3 6,7
Produits métalliques 0 7,7 10,3 10,2 10,5
Électronique, optique 0 1,1 2,4 4,7 7,1
Mat. électrique 4,8 2,5 5,7 5,7 6,7
Machines, équipement 0 6,6 17 10,6 19,1
Véhicules à moteur 0 1,1 1 1,6 1,6
Autres transports 0 1,1 1,5 1,2 1,2
Ameublement 0 0,7 1,2 0,8 0,9
Divers industries 0 2,1 3,7 3,7 3,2
Réparation, installation 0 2,4 2,4 4,1 2,3
Total 100 100 100 100 100
Haut de page

Bibliographie

Monographies et articles de revues

Cahuc Pierre & Debonneuil Michèle, 2004, « Productivité et emploi dans le tertiaire », Centre d’Analyse économique, La Documentation française no 5, Paris, 249 p.

Caire Guy, 1965, « Un précurseur négligé : William Petty, ou l’approche systématique du développement économique », Revue économique, vol. 16, no 5, p. 734‑776.

Caron François, 1997, Les deux révolutions industrielles du xxe siècle, Albin Michel, Paris, 528 p.

Chastagnaret Gérard, 1997, « L’industrie en Méditerranée : une histoire en construction », Méditerranée, Tome 87, 3‑4, Industries en Méditerranée de la marginalisation à la mondialisation. p. 5‑12.

Clark Colin, 1940, The Conditions of Progress and Security, Macmillan, London, 720 p.

Debonneuil Michèle, 2007, L’espoir économique : vers la révolution du quaternaire, François Bourin, Paris.

Debonneuil Michèle, 2010, L’économie quaternaire : une croissance durable à construire, Centre d’analyse stratégique. URL : http://archives.strategie.gouv.fr/cas/system/files/cb992032d01.pdf, consulté le 7 avril 2014.

Delaunay Jean‑Claude & Gadrey Jean, 1987, Les enjeux de la société de services, Presses de la FNSP, Paris, 333 p.

Desrosières Alain, 1972, « Un découpage de l’industrie en trois secteurs », Économie et Statistique, no 40, p. 25‑39.

Desrosières Alain, 1985, « Histoires de formes : statistiques et sciences sociales avant 1940 », Revue française de sociologie, 26‑2, p. 277‑310.

Desrosières Alain, 1977. « Éléments pour l’histoire des nomenclatures socioprofessionnelles », Pour une histoire de la statistique, tome I, INSEE, Paris, p. 155‑231.

Dumontier Jacques, 1965, « Généralisation de la loi des trois secteurs », Revue économique, Vol. 16, no 6, p. 974‑978.

Fischer Allan, 1935, The Clash of Progress and Security, Macmillan, London.

Fisher Allan, 1939, “Production, primary, secondary and tertiary” Economic Record 15.1, p. 24‑38.

Flacher David & Pelletan Jacques, 2007, « Le concept d’industrie et sa mesure : origine, limites et perspectives. Une application à l’étude des mutations industrielles », Économie et Statistique, no 405/406, p. 13‑46.

Fourastié Jean, 1963, Le grand espoir du XXe siècle, Gallimard, Paris, Collection « Idées », no 20.

Fourastié Jean, 1952, La Productivité, PUF, Paris.

Gadrey Jean, 2002, « Une économie de services », Les Cahiers français, no 311, p. 1‑27.

Gershuny Jonathan, 1983, Social Innovation and the Division of Labor, Oxford University Press, Oxford, 191 p.

Gershuny Jonathan, 1978, After Industrial Society, the Emerging Self‑Service Economy, Macmillan, London, 192 p.

Guilbert Bernard, Laganier Jean & Volle Michel, 1971, « Essai sur les nomenclatures industrielles », Économie et statistique, no 20, p. 23‑36.

Lainé Frédéric, 1999, « Logiques sectorielles et nomenclatures d’activités », Économie et Statistique, no 323, p. 95‑113.

Landes David S., 1969, Unbound Prometheus. Technological change and industrial development in Western Europe from 1750 to the present, Cambridge University Press, Cambridge, 590 p.

Lestang Philippe, 1973, « Le nouveau système français des nomenclatures d’activités et de produits », Économie et statistique, no 51. p. 55‑56.

Malthus Thomas, (1820), 1969, Principes d’économie politique, Calmann Levy, Paris.

Palairet Michel, 1985, « Désindustrialisation à la périphérie : études sur la région des Balkans au xixe siècle ». Histoire, économie et société, 4e année, no 2. p. 253‑274.

Petty William, 1905 (1682), “Political Arithmetic” in Les Œuvres économiques de Sir William Petty, Giard et Brière, Paris.

Quételet Adolphe, 1873, Congrès international de statistique de Bruxelles 1853, Bruxelles , Imprimerie royale de Belgique, Bruxelles, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6540041f, consulté le 2 mai 2015.

Sauvy Alfred, 1980, La machine et le chômage, Dunod, Paris, 336 p.

Say Jean Baptiste, 1803, Traité d’économie politique ou simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se composent les richesses, 1ère éd., Crapelet, Paris.

Smith Adam, 2012 (1776), Wealth of Nations, Wordsworth Classics of World Literature, Worsworth editions ltd, London, 1008 p.

Toffler Alvin, 1980, La troisième vague, Denoël, Paris, 623 p.

Volle Michel, 1982, Histoire de la statistique industrielle, Economica, Paris, 302 p.

Zarka Claude, 1965, « Intensité du progrès technique et classification des activités économiques en trois secteurs », Revue économique, vol. 16, no 2, p. 199‑211.

Autres sources

Archives statistiques françaises

Enquête sur les manufactures de Colbert, 1669.

Enquête sur l’industrie, 1861.

INSEE : guide des nomenclatures.

La France économique : statistique raisonnée et comparative par Alfred de Foville, 1887.

La statistique avant l’I.N.S.E.E., 1971, Économie et statistique, no 24, juin. p. 14‑16.

Nomenclature de 1913 des industries et professions.

Statistique générale de la France : « Industrie 1847 ».

Statistique générale de la France : « Industrie, enquête de 1861‑1865 », Paris, 1873.

Statistique générale de la France : « Recensement de 1896. Industrie ».

Tableau de Quesnay, 1758.

Tableau des principales industries de la France de Tolosan, 1788.

Tableau de l’état physique et moral des ouvriers de Villermé, 1840.

Haut de page

Notes

1 « [… ] lors de la grande Exposition de Londres, ce bazar universel où toutes les parties du monde civilisé sont venues étaler les merveilles de leur art et de leur industrie, ce n’était pas seulement la confusion des langues qui faisait obstacle à l’échange des idées ; c’était surtout l’insuffisance où l’on était de comparer tant de choses et de ramener à une même appréciation les forces et les richesses de tant de nations ». « Il devenait indispensable d’employer les mêmes méthodes et d’observer les mêmes instruments, portant les mêmes échelles et gradués de manière homogène ». Quételet, 1873, p. 7.

2 Albert Thomas, premier directeur du BIT participe en 1914, au ministère de l’Armement, à l’organisation de la production industrielle en temps de guerre, puis il y est comme sous‑secrétaire d’État, puis comme ministre. François Simiand, l’historien des fluctuations économiques, l’assiste au ministère, et Lucien March, précédemment responsable de la Statistique à l’Office du travail, est alors directeur de la Statistique générale de la France.

3 Elstat, Απογραφή βιομηχανίας 1948 [Recensement industriel de 1948], Βασιλικό τυπογραφείο, Αθήνα, [Imprimerie royale, Athènes].

4 William Petty, 1905.

5 Smith, 2012, p. 354: “Of the different employment of capital: A capital may be employed in four different ways: first in procuring the rude produce [primaire], or secondly in manufacturing and preparing the rude produce [secondaire], or thirdly in transporting either the rude or the manufactures produce or lastly in dividing portions of either…”[tertiaire, transport et commerce]

6 Malthus, 1969, Chapitre 1, Des définitions de la richesse : « La ligne qu’il est le plus naturel et le plus utile de tracer nettement est celle qui sépare les objets matériels des objets immatériels ».

7 Say, 1803. Livre premier, chapitre II : « Lorsqu’elle (notre industrie) se borne à les (les produits de la nature) recueillir des mains de la nature, on la nomme industrie agricole, ou simplement agriculture. Lorsqu’elle sépare, mélange, façonne les produits de la nature, pour les approprier à nos besoins, on la nomme industrie manufacturière. Lorsqu’elle met à notre portée les objets de nos besoins, qui n’y seraient pas sans cela, on la nomme industrie commerciale, ou simplement commerce ».  « Toutes (les activités) donnent une utilité à ce qui n’en avait point ».

8 Fisher, 1939, p. 24‑38, Clark, 1940.

9 Fourastié, 1952, Sauvy, 1981.

10 Engel, créateur de l’Office saxon des Statistiques en 1850, décrit en 1857 le résultat de son analyse des budgets ouvriers.

11 Flacher & Pelletan, 2007, p. 13‑46, « Le nom même d’industrie, tel qu’il a été façonné par l’histoire, plus qu’un simple découpage statistique, doit beaucoup au modèle de civilisation de la révolution industrielle occidentale, qui repose sur les innovations techniques et organisationnelles dans la production, sur les nouveaux produits, mais aussi sur les tensions et les luttes sociales ».

12 Caron, 1997.

13 Gershuny, 1978.

14 Autoconstruction (par les ménages et non par des professionnels).

15 « Dénomination » des produits soumis à tarifs douaniers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Gouzi, « Nomenclatures industrielles en Grèce. Variations du champ du secteur secondaire et limites de comparabilité », Cahiers balkaniques [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceb/10254 ; DOI : 10.4000/ceb.10254

Haut de page

Auteur

Vincent Gouzi

CREE/Inalco/UPSC

Articles du même auteur

Haut de page