Navigation – Plan du site
Dossier

Salaires, division sexuée du travail et hiérarchies sociales dans d’industrie textile grecque, 1912‑1936

Salaries, gender division of labour and social hierarchies in the Greek textile industry, 1912‑1936
Μισθοί, έμφυλος καταμερισμός εργασίας και διαμόρφωση των κοινωνικών σχέσεων εργασίας στην ελληνική κλωστοϋφαντουργία, 1912‑1936
Léda Papastefanaki

Résumés

L’article examine l’historiographie grecque sur les salaires et porte sur l’évolution des salaires dans l’industrie textile de Grèce (1912‑1936). En nous fondant sur les sources des archives d’une grande entreprise textile du Pirée, nous voulons étudier non seulement l’évolution des salaires sur le marché du travail, mais aussi la division sexuée du travail et la formation sociale des hiérarchies aux lieux du travail.

Haut de page

Texte intégral

L’historiographie grecque sur les salaires

1La rémunération du travail est un des problèmes les plus cruciaux de l’histoire économique et sociale, car elle reflète d’une part le coût du travail pour l’entrepreneur et d’autre part, le niveau de vie des salariés, lorsqu’on la compare aux prix des biens de consommation courante. On ne peut vraiment comprendre le lien social – historiquement dynamique –, qui relie le travail au capital, soit les rapports de production capitaliste, qu’en concentrant la recherche sur la production et notamment sur les mécanismes qui régulent la production des revenus et leur répartition entre salaires et profits.

  • 1 Zolotas, 1964, p. 64.
  • 2 Pour une discussion historiographique du problème « travail salarié » en Grèce, voir Papastefanaki (...)
  • 3 Asdrachas, 1983, p. 175‑198 ;Mitrofanis, 1985, p. 216‑222.

2Depuis l’entre‑deux‑guerres, lorsque l’économiste Xénophon Zolotas faisait valoir qu’en raison de l’offre de travail, « les bas salaires prévalaient pendant toute la période de développement de l’industrie »1, jusque dans les années 1980, quand certains historiens prétendirent que le coût de la main‑d’œuvre au xixe siècle était trop élevé à cause de la pénurie de main‑d’œuvre, l’histoire économique de la Grèce n’a pas franchi un grand pas dans ce domaine2. Certes, un intérêt théorique et méthodologique se manifesta pendant les années 1980 en faveur de la définition du concept de salaire mensuel et de salaire journalier au xixe siècle, mais les recherches n’ont pas abouti à de vastes approches historiographiques sur l’évolution des salaires et des rémunérations à la journée. Au contraire, l’accent a été mis sur un seul aspect de cette problématique, celui des prix, et notamment sur le fonctionnement et l’organisation du marché des produits3.

  • 4 Pizanias, 1985.
  • 5 Pizanias, 1985, p. 48.

3Ces considérations ont conduit à l’étude de l’évolution des salaires et de la rémunération globale des employés de la Banque Nationale de Grèce et de la fixation de leurs revenus à partir du matériel des Archives historiques de cette banque4. L’étude a révélé qu’au cours du xixe siècle, les employés de banque étaient mieux rémunérés que tous les autres employés du secteur des services, et que leurs revenus avaient une portée sociale accrue. D’aucuns prétendent que la dimension sociale de la rémunération du travail dans le système bancaire amorce des mécanismes d’intégration sociale des employés en prenant la forme de primes et de participation aux bénéfices. La rémunération globale dont bénéficient les employés en tant que membres du personnel bancaire, outre leur salaire, constitue le moyen de reproduction physique et sociale des travailleurs. On estime que « le salaire de l’employé de banque n’est pas fonction de la durée et de la quantité de travail offerte, également soumis à la demande générale de travail, mais le résultat de sa présence à la banque, donc du fait qu’il fait partie du personnel bancaire »5. Cette approche tend à sous‑estimer le poids spécifique du travail salarié des employés et mettrait en évidence l’avantage social et le prestige. Il n’en demeure pas moins que cette étude est la seule à avoir tenté à ce jour de quantifier les données salariales dans le secteur tertiaire.

  • 6 Tsoukalas, 1979, p. 23.
  • 7 Tsoukalas, 1979, p. 26.

4S’agissant de la rémunération du travail dans le secteur secondaire au xixe siècle, on a soutenu que « la rémunération de la main‑d’œuvre dépendante s’affiche en permanence étonnamment élevée », ce qui constitue une « spécificité du marché du travail grec, qui vient s’ajouter à tant d’autres spécificités qui caractérisent l’évolution de la formation sociale grecque »6. Après un rapprochement des données éparses sur les salaires des travailleurs grecs et des rémunérations des travailleurs dans les pays industrialisés européens, ainsi qu’une comparaison des prix des denrées alimentaires de base avec les salaires journaliers, le sociologue Constantin Tsoukalas conclut que « la Grèce, à aucun moment, du moins jusqu’à la fin du siècle, ne semble être confrontée à une situation de misère absolue telle que celle que l’on retrouve dans le prolétariat des autres pays »7. Ces conclusions se fondent cependant sur des indices hétéroclites et ne forment pas une série statistique.

  • 8 Agriantoni, 1986, p. 290‑293 ;Kardassis, 1987, p. 154‑156, 166‑167.
  • 9 Hadziiossif, 1993, p. 33.

5L’absence de données statistiques suffisantes et le manque de traitement et de valorisation des sources disponibles au moyen de méthodes quantitatives contribuent à la simple mention par la recherche historique d’éléments isolés et fragmentaires qui « témoignent » de l’existence de hauts salaires journaliers dans diverses branches et zones géographiques du pays8. Toutefois, les salaires élevés et les grandes variations de salaires observées entre régions ne suggèrent pas une pénurie de main‑d’œuvre, mais plutôt le caractère fragmenté et inachevé du marché national. Il convient d’appréhender les informations éparses et contradictoires sur les salaires journaliers comme un « symptôme de la fragmentation du marché qui génère dans des limites géographiques et temporelles restreintes des salaires élevés qui s’effritent à la moindre augmentation de l’offre de travail »9. Ainsi, l’irrégularité et la flexibilité des salaires journaliers trahissent‑ils l’absence d’un large marché du travail, sans être nécessairement synonymes d’absence de main‑d’œuvre disponible.

  • 10 Riginos, 1987.
  • 11 Riginos, 1987, p. 249.
  • 12 Riginos, 1987, p. 153‑154.
  • 13 Riginos, 1987, p. 155‑156.
  • 14 Riginos, 1987, p. 228.

6Le recensement des salaires journaliers dans les entreprises manufacturières se limite au xxe siècle et se fonde sur la confection de séries à partir de sources officielles publiques (rapports de l’Inspection du travail pour la période 1913‑1935 et recensement des salariés de 1930)10. On en déduit que la rémunération du travail, notamment de la main‑d’œuvre masculine qualifiée, s’est maintenue au cours de la première moitié du xxe siècle à un niveau élevé, étant donné que de larges pans de la population active ont été absorbés par les petites manufactures, privant ainsi le marché d’une main‑d’œuvre spécialisée. On en conclut donc que « la principale forme de mobilité sociale qui caractérise la formation de la société grecque, c’est le passage de la petite exploitation agricole à la petite bourgeoisie urbaine »11, tandis que l’arrivée des réfugiés (dès 1922) a renforcé les rangs de la petite bourgeoisie. Pour la période 1900‑1912, cette étude n’échappe pas au risque d’utiliser des informations fragmentées et hétérogènes pour conclure que, au cours de la première décennie du xxe siècle, « les salaires journaliers industriels se sont maintenus à des niveaux [élevés] »12. Pendant les guerres balkaniques de 1912‑1913, il semblerait que la demande de biens de consommation ait augmenté, donnant une impulsion à l’industrie alimentaire et textile grâce aux commandes de l’État. En revanche, on constate une pénurie de main‑d’œuvre due à la mobilisation qui entraîne tout naturellement une hausse des salaires. Selon cette analyse, le salaire nominal moyen des hommes a enregistré une hausse importante dans l’industrie textile (43 %), l’industrie chimique (22 %) et l’industrie agroalimentaire (21 %)13. Les calculs aboutissent à la conclusion que, pour la période 1914‑1935, les « salaires [réels] dans l’industrie textile affichent une relative stabilité face aux conjonctures et se maintiennent pendant la majeure partie de la période à des niveaux supérieurs à ceux de la période 1914‑1916 »14.

  • 15 L’industrie textile Retsinas, fondée en 1872, dispose cinq usines au Pirée vers la fin du xixe siè (...)
  • 16 Papastefanaki, 2009, p. 261‑269.

7L’étude sur l’évolution des salaires journaliers au sein de la plus grande industrie textile du Pirée, l’entreprise Retsinas, qui se base sur la fabrication d’une « série » pendant la période 1912‑1940 comme en témoignent les registres de salaires de l’entreprise, ne corrobore pas la conclusion ci‑dessus15. Au contraire, la situation varie considérablement : de 1912 à 1915, les salaires nominaux journaliers moyens, pour les hommes comme pour les femmes, restent à peu près stationnaires, ils ne sont donc pas affectés par la demande conjoncturelle résultant des guerres balkaniques. Au contraire, la Première Guerre mondiale a agi comme un catalyseur sur le revenu des travailleurs dans le textile et sur leur niveau de vie : les salaires journaliers réels ont perdu près de 9 % de leur pouvoir d’achat déjà en 1915. Pendant la période 1915‑1936, le salaire réel des travailleurs, hommes et femmes, dans l’industrie textile Retsinas demeure stable, en dessous de l’indice du coût de la vie, contribuant ainsi à des pertes considérables du pouvoir d’achat atteignant jusqu’à 30 à 40 %. En outre, on observe une variation significative des salaires des hommes et des femmes, constituée à partir de la division sexuée du travail au sein de l’entreprise16.

8Les données sur les salaires réels des hommes et des femmes dans des professions spécifiques de l’espace urbain constituent, vraisemblablement, la seule source d’informations solide et fiable sur la répartition du revenu et le niveau de vie dans le pays. Par ailleurs, elles sont certainement un indice plus fiable du revenu par habitant. De plus, les données sur les salaires réels peuvent être un outil d’approche comparative (pour les pays méditerranéens, l’Empire ottoman et l’Europe). Il est certain que les revenus des travailleurs sont affectés et déterminés par la taille et la composition de leur famille, par les changements de niveaux d’emploi (sous‑emploi, chômage), par le degré respectif de participation des hommes, des femmes et des enfants au travail rémunéré, par les revenus complémentaires – souvent hors marché – qui alimentent aussi le ménage. La constitution du revenu des travailleurs par des formes et des mécanismes multiples est un phénomène qui caractérise mondialement presque tous les ménages au xixe siècle et au début du xxe siècle. Aussi, la critique exercée à l’égard de la recherche historiographique en matière de salaires réels fait valoir que le pouvoir d’achat réel des salariés n’est pas un critère de prospérité suffisant pour les familles de travailleurs, étant donné que leur revenu est constitué de sources diverses que l’étude ne peut vérifier. Cette critique ne remet pas en question l’importance de la recherche et la valeur probante du salaire réel. En dépit des variations et de la diversité des relations de travail salarié ainsi que de l’origine des revenus, le lien entre les salaires réels et le niveau de vie reste fort. Toute dégradation des salaires réels entraînait une baisse du niveau de vie des ménages, contraints dès lors de consacrer plus de temps au travail pour se procurer la même quantité de biens. Par la même occasion, travailler plus et effectuer un travail plus pénible équivalait à une autre forme de réduction des revenus (de la petite exploitation agricole ou de l’auto‑emploi), ou à une réduction du temps libre (ou les deux à la fois).

  • 17 Scholliers & Zamagni (dir.), 1995 ; Allen, 2001, p. 411‑447 ; Őzmucur & Pamuk, 2002, p. 292‑321.

9De ce point de vue, la recherche historiographique sur les salaires réels des hommes et des femmes, malgré la critique exercée sur le plan théorique et méthodologique, ne cesse d’offrir des méthodes de plus en plus élaborées permettant d’évaluer les tendances des salaires réels à long terme, et créant ainsi un système fiable d’analyse comparative17. L’établissement de séries quantitatives sur les salaires réels pratiqués dans des catégories professionnelles homogènes et spécifiques (selon certains critères) de l’espace urbain dès le xixe siècle est désormais possible, même sur le territoire grec, grâce aux nouveaux fonds d’archives disponibles. Les salaires réels peuvent ainsi constituer une composante macroéconomique sûre pour l’étude du niveau de vie des salariés.

Les salaires dans l’industrie textile du Pirée, 1912‑1936

10Les observations sur l’évolution des salaires journaliers dans l’industrie textile du Pirée sont associées à la fois à des phénomènes structurels de la croissance économique au cours du xxe siècle (tels l’inflation et le chômage), ainsi qu’à des événements conjoncturels de l’histoire de la Grèce (telle l’offre excédentaire de main‑d’œuvre avec l’arrivée des réfugiés). Néanmoins, les observations sur l’évolution des salaires réels et le pouvoir d’achat ont également, semble‑t‑il, un impact sur le xixe siècle, bien que le fonds d’archives d’avant 1912 n’ait pas encore été exploité.

11Ces constatations soulèvent certaines questions de nature méthodologique. Il convient de citer, tout d’abord, le problème du volume des sources, en fonction de l’angle et de l’objectif sous lesquels celles‑ci sont établies. En l’occurrence, l’écart entre les sources officielles publiques et les statistiques de l’État, comparées aux archives d’une grande entreprise industrielle, illustre de manière éloquente la question. L’établissement de séries de salaires basées sur les archives des entreprises et leur traitement quantitatif diversifie ou nuance les interprétations précédentes, tout en posant le problème des salaires réels et du niveau de vie des salariés.

  • 18 Papastefanaki, 2009, p. 245‑249.

12Dans la firme textile Retsinas, les hommes et les femmes travaillent à des postes différents et se voient assigner des tâches distinctes dans la division technique du travail. La division sexuée du travail, centrale tant pour le coût de travail que pour la hiérarchie sociale, est également liée au marché du travail, aux choix technologiques, à l’organisation et au contrôle du travail, ainsi qu’au degré d’organisation syndicale. C’est ce qui explique par ailleurs la grande diversité observée dans la division sexuée du travail dans les industries textiles du monde entier. En 1936, dans la filature Retsinas, les hommes travaillent aux cardes et aux batteurs, les femmes aux diverses machines à filer. Au tissage, les femmes travaillent au dévidage, canetage, ourdissage et aux métiers, alors que les hommes travaillent à l’encollage et à l’emplacement de la chaîne sur le métier à tisser. Les hommes travaillent aussi à la finition. Certaines filières emploient exclusivement des hommes : la teinture, la machinerie, la chaufferie et l’entrepôt. Dans les bureaux de la firme, les hommes remplissent des fonctions d’encaisseur, de clerc et d’huissier, alors que les femmes sont chargées du nettoyage et de la centrale téléphonique18.

  • 19 Papastefanaki, 2009, p. 201‑214.

13On dispose de peu de renseignements sur la composition de la main‑d’œuvre par âge19. Mais il semble que la main‑d’œuvre est nettement jeune en 1936, en même temps que la présence des femmes de 31 à 50 ans est assez forte (voir Tableau 1).

Tableau 1. Composition par âge de la main-d’œuvre, 1936, en pourcentage (%)

Âge Femmes Hommes Total
14‑18 14, 9 2,64 17,5
19‑25 29 7,7 36,7
26‑30 11 6 17
31‑35 4,6 2,7 7,4
36‑40 6,7 1,5 8,3
41‑45 3,3 0,7 4
46‑50 3,4 1,5 5
51‑55 0,9 0,1 1,00
56‑60 0,1 1,3 1,4
61‑65 0,2 0,6 0,8
>65 0 0,3 0,3
100

Source : Archives de l’entreprise textile « Retsinas Frères S.A. », Liste du personnel, 1936.

  • 20 Papastefanaki, 2009, p. 249‑258.
  • 21 Lazonick, 1990, p. 27‑67 ; Bourdin, 1990, p. 101‑109 ; Scholliers, 1996, p. 120‑131 ; Marty, 1996, (...)
  • 22 Papastefanaki, 2009, p. 253.

14Dans la période 1912‑1940, coexistent dans la firme Retsinas plusieurs formules de rémunération : une rémunération en fonction du temps de travail (salaire journalier), une rémunération à l’heure, une rémunération selon la performance (forfaitaire), des systèmes de sous‑traitance ainsi qu’un salaire mensuel (voir Tableau 2). Le personnel ouvrier est payé à l’heure ou à la tâche (rémunération forfaitaire et sous‑traitance). Dans toutes les filières de l’usine, les ouvriers et les ouvrières perçoivent un salaire journalier, à l’exception des tisserandes qui sont rémunérées à la pièce (forfaitaire) tout au long de la période 1912‑1940. Le pourcentage de tisserandes rémunérées au forfait représente 20 à 35 % de l’effectif total. Dans les années 1930, la rémunération forfaitaire se répand dans d’autres secteurs du tissage et dans la filature. Cette forme de rémunération tentait d’assimiler sur le plan salarial les tâches les plus complexes et spécialisées, tel le tissage, aux tâches plus simples et moins qualifiées20. La rémunération à la pièce (associée parfois à des systèmes de sous‑traitance) était une méthode de rémunération largement répandue dans le monde du textile : dans les ateliers de tissage, notamment aux métiers à tisser, ainsi que dans toute autre filière du processus de production où il était techniquement possible de calculer le paiement à la pièce21. En Grèce, la plupart des usines de tissage appliquaient ce système de rémunération22.

Tableau 2. Formules de rémunération dans l’industrie textile « Retsinas Frères S.A », 1912‑1937 (en pourcentage %)

1912 1915 1919 1925 1928 1930 1935 1937
Salaires journaliers 67,9 65,5 81,5 82,9 82,4 79,5 68,54 76,67
Salaires à la pièce 32,1 34,5 18,5 17,1 17,6 20,5 25,6 17,3
Salaires mixtes - - - - - - 5,86 6,03
Total 100 100 100 100 100 100 100 100

Source : Archives de l’entreprise textile « Retsinas Frères S.A. », Registres de salaires 1912‑1937.

  • 23 Papastefanaki, 2009, p. 253‑255.

15Dans l’usine Retsinas du Pirée, la rémunération forfaitaire génère de fortes inégalités de revenus parmi les tisserandes, mais également parmi tous ceux qui sont payés selon cette formule au cours des années 1930. L’âge, la condition physique, l’expérience sont autant de facteurs qui conditionnent la performance et le niveau des salaires23.

  • 24 Papastefanaki, 2009, p. 263, 454.

16Nous pouvons suivre l’évolution des salaires, hommes et femmes, à travers le temps. On constate ainsi une forte variation entre les deux sexes. Pendant la période 1912‑1936, les salaires les plus élevés des femmes sont inférieurs de 20 à 30 % aux salaires moyens des hommes, et cet écart se creuse lorsqu’on compare le salaire journalier moyen des femmes à celui des hommes : le salaire journalier moyen des hommes est de 60 à 70 % plus élevé que celui des femmes (voir Graphique 1). L’écart se réduit à 50‑55 % dans les années 1930, lorsque les salaires des hommes baissent plus que ceux des femmes24.

Graphique 1. Salaires journaliers masculins et féminins dans l’entreprise textile “Retsinas Frères S.A”, 1916

Graphique 1. Salaires journaliers masculins et féminins dans l’entreprise textile “Retsinas Frères S.A”, 1916

Source : Archives de l’industrie textile « Retsinas Frères S.A », Registres de salaires 1916.

  • 25 Papastefanaki, 2009, p. 263‑264.

17On observe des écarts de salaires non seulement entre hommes et femmes, mais également au sein des diverses filières de l’usine. Les ouvriers du tissage perçoivent en général des salaires plus élevés que ceux de la filature. La nouvelle usine de tissage, qui commence à fonctionner en 1932 et est équipée de nouvelles machines destinées à traiter des tissus de meilleure qualité, pratique des salaires plus élevés que l’ancien atelier de tissage, bien que cet écart tende à s’atténuer au fur et à mesure que la rémunération à la pièce s’étend dans la nouvelle filière. Dans la hiérarchie des salaires masculins, la « mécanique et la forge » occupent le premier rang (en termes de salaire moyen nominal et de salaire plus élevé) pendant la période 1912‑1925, enregistrant par la suite une régression. Ce recul sur le plan salarial est probablement lié à la crise qui frappa l’industrie mécanique en général pendant l’entre‑deux‑guerres. Depuis 1925, la filière du tissage et le travail qualifié masculin (au tissage, agent de maîtrise) occupent le plus haut rang dans la hiérarchie des salaires tant en termes de salaire moyen que de salaires plus élevés. La « teinture » maintient jusqu’en 1930 environ la deuxième place dans la hiérarchie des salaires (salaire nominal moyen), mais régresse à partir de cette année‑là. L’innovation technologique opérée à cette époque est à l’origine de cette dégradation salariale. Il convient de noter que l’« entrepôt », un département non productif de l’usine associé à l’entreposage sécurisé et à la manutention des produits, figure en haut de la hiérarchie des salaires. Tout au long de la période 1912‑1938, l’entrepôt occupe la deuxième ou la troisième place dans la hiérarchie salariale, en compétition avec l’atelier de teinture et de forge. Aux derniers rangs de la hiérarchie des salaires figurent la filature et la finition. La place de la finition aux derniers rangs de la hiérarchie suggère que cette dernière étape du traitement des tissus est une moindre préoccupation pour l’entreprise qui se tourne vers la production de tissus grossiers. D’ailleurs, l’équipement mécanique destiné à la finition et au traitement final des tissus demeure rudimentaire25.

  • 26 Papastefanaki, 2009, p. 264‑272.

18Dans la firme Retsinas, le salaire réel moyen (hommes et femmes) se situe de manière constante entre 1915 et 1936 en dessous de l’indice du coût de la vie (voir Graphique 2). Les graves pertes du pouvoir d’achat, l’expansion de la rémunération à la pièce et l’extension des heures de travail dans de nombreuses entreprises textiles ont provoqué des mouvements de grève en 1932‑1933. En outre, pendant cette même période, les travailleurs se mobilisent dans d’autres branches dans les grandes villes. En 1933, une vague importante de grèves éclate dans l’industrie textile d’Athènes et du Pirée avec comme revendication l’augmentation des salaires de 40 %, la suppression de la rémunération à la pièce et des heures supplémentaires ainsi que l’instauration universelle de la journée de 8 heures. Dans l’usine textile Retsinas, la grève qui a éclaté en 1933 sur ces mêmes revendications dura un mois, mais n’a pas abouti. Les salaires journaliers ont à peine augmenté de 3 à 5 %, un peu moins que les pertes enregistrées en 1930, alors que la rémunération à la pièce n’a pas été abolie26.

Graphique 2. Évolution du salaire réel moyen (hommes et femmes) dans l’entreprise textile “Retsinas Frères S.A”, 1914‑1935 (1914=100)

Graphique 2. Évolution du salaire réel moyen (hommes et femmes) dans l’entreprise textile “Retsinas Frères S.A”, 1914‑1935 (1914=100)

Source : Archives de l’entreprise textile « Retsinas Frères S.A », Registres de salaires 1912‑1937.

  • 27 Papastefanaki, 2009, p. 269.

19L’application des conventions collectives de travail dès 1936 va stabiliser le revenu des travailleurs à des niveaux élémentaires en fixant un taux de salaire minimal. La reprise de la firme Retsinas après la crise ne se situe pas en 1933, comme le suggèrent certains indicateurs de l’activité économique qui l’associent aux résultats de la politique protectionniste et de la libéralisation de la circulation monétaire. En dépit des augmentations qu’entraîna l’instauration des conventions collectives pour les salaires des ouvriers et des ouvrières, l’inégalité des salaires entre hommes et femmes est désormais inscrite dans la législation27.

  • 28 Riginos, 1987, p. 141‑144, 170‑171, 251.
  • 29 Papastefanaki, 2009, p. 269‑274.

20L’historiographie grecque comporte un volet spécial, à savoir la question de la main‑d’œuvre des réfugiés d’Asie Mineure qui arrivent en Grèce après 1922 (1 400 000 personnes sur une population d’à peine 5 531 474). D’aucuns estiment que la rémunération du travail qualifié dans l’industrie grecque était onéreuse, y compris pendant le xxe siècle, car peu abondante. D’autres, par ailleurs, prétendent que l’insertion professionnelle des réfugiés n’était pas orientée vers l’industrie, mais plutôt vers la petite entreprise artisanale et l’auto‑emploi, secteurs dans lesquels les réfugiés ont déployé une faible activité entrepreneuriale. Il semblerait que l’orientation professionnelle des réfugiés priva l’industrie d’une main‑d’œuvre qualifiée, en maintenant les salaires masculins à un niveau élevé. Ainsi, l’absence de main‑d’œuvre bon marché « qualifiée » n’aurait pas entraîné, conjointement avec d’autres facteurs, la « valorisation qualitative » de l’industrie28. Les données issues de l’entreprise textile Retsinas dévoilent une image différente. Il apparaît ainsi que la rémunération du travail masculin n’était pas élevée (telle celle des teinturiers) et par conséquent, que la main‑d’œuvre n’était pas coûteuse pendant l’entre‑deux‑guerres, du moins pour cette firme. En outre, la forte présence d’hommes réfugiés parmi les ouvriers embauchés ‑ ne fut‑ce que temporairement ‑ par l’usine textile entre 1933 et 1938 (représentant 32 %), illustre l’abondance de l’offre de main‑d’œuvre issue de ces réfugiés dans le secteur industriel et les pressions ainsi exercées sur les salaires29.

Le revenu des travailleurs et la famille

  • 30 Papastefanaki, 2009, p. 274‑279.

21Le revenu des travailleurs est affecté et dépend de la taille et de la composition de la famille, des changements au niveau de l’emploi, de la participation respective des hommes, des femmes et des enfants au travail salarié, des revenus complémentaires ‑ souvent hors marché ‑ qui alimentent le ménage. Les revenus issus du travail salarié et des activités parallèles assurent la reproduction de la force de travail et son maintien en périodes de sous-emploi et de chômage. Face à la politique de bas salaires pratiquée dans l’industrie textile du Pirée qui affecte les familles des couches populaires, de plus en plus de membres de ces familles sont contraintes de recourir au travail salarié. Pendant les périodes de dépression et de coupes salariales, les conditions de vie de ces familles se sont fortement détériorées. Toute dégradation des salaires réels générait une baisse du niveau de vie des ménages, contraints dès lors de consacrer plus de temps au travail pour se procurer la même quantité de biens. Par la même occasion, travailler plus et effectuer un travail plus pénible équivalait à une autre forme de réduction des revenus et/ou à une réduction du temps libre30.

  • 31 Kessler‑Harris, 1990.

22Les salaires révèlent des habitudes sociales et sont le reflet de relations sociales de pouvoir liées à la place et au rôle des hommes et des femmes dans la famille et dans le processus de production31, correspondant parfaitement aux objectifs économiques des entreprises. De ce point de vue, le niveau des salaires masculins et féminins résulte de l’interaction entre les choix économiques rationnels des entreprises et les conceptions sociales sur la nature du travail des hommes et des femmes. La politique des employeurs, soit l’octroi de bas salaires, est en lien direct avec les conceptions sociales sur la « complémentarité » du travail des femmes dans le revenu familial, contribuant à la fixation du niveau des rémunérations salariales. La politique des bas salaires appliquée par les employeurs intègre des notions de genre qui renforcent certaines formes de comportement social et économique. Les bas salaires féminins accroissent l’attachement à la famille, la soumission (continue ou intermittente) au système de l’usine. En revanche, les salaires masculins élevés favorisent un comportement fondé sur la mobilité géographique et sociale qui récompense les caractéristiques « masculines », telles que la spécialisation, la formation et l’expérience.

Les revendications ouvrières et hiérarchies sociales

  • 32 Avdela, 1990. Sur l’historiographie grecque de l’histoire du travail et du genre, 2006 ; Papastefa (...)

23Le genre jouait un rôle important dans l’organisation du processus de production, le marché et la division du travail, et la rémunération32. Dans l’industrie textile, le statut inférieur des ouvrières dans le milieu du travail était lié aussi bien aux stratégies des employeurs (réduction du coût du travail) qu’aux pratiques sociales et aux relations de pouvoir à l’intérieur comme à l’extérieur de l’usine, l’intérieur comme à l’extérieur de la famille.

  • 33 Pour les détails de ces revendications et les luttes ouvrières pendant la période, voir Papastefan (...)
  • 34 Papastefanaki, 2009, p. 434‑437.

24Les revendications des travailleurs de l’industrie textile grecque, au début du xxe siècle et pendant l’entre‑deux‑guerres, étaient formulées dans un contexte de capitalisme industriel : hausse des salaires, abrogation de la rémunération forfaitaire, réduction du temps de travail, respect de la législation en matière de travail, instauration de la sécurité sociale33. Ces demandes formulées par le syndicalisme communiste concernent théoriquement les hommes et les femmes de la même façon, car, dit‑on, les hommes et les femmes sont unis dans la lutte commune pour l’amélioration des conditions de vie face à l’exploitation capitaliste. Cependant, ces revendications ne remettent pas en cause la division sociale du travail en vigueur ni la position subordonnée des femmes, car, non seulement, elles insistent sur le maintien de la législation prévoyant une protection spécifique à l’égard des femmes et des enfants considérant ainsi indirectement les deux catégories comme étant « sans défense », mais aussi, car aucune critique n’est exercée sur la division sexuelle du travail dans les lieux de production. La distinction entre « personnel technique » masculin et main‑d’œuvre féminine imprègne toutes les publications faisant référence aux conditions et aux questions salariales dans l’industrie textile. La revendication du principe « à travail égal, salaire égal », formulée pendant l’entre‑deux‑guerres, reste sans écho puisque les hommes et les femmes ne font pas le même travail dans le textile, comme il a déjà été démontré dans cette étude. En fait, lorsque les travailleurs revendiquent une augmentation des salaires, parfois satisfaite, celle‑ci tient compte des écarts de salaires déjà existants entre hommes et femmes. Par ailleurs, quand les communistes revendiquent la participation des femmes (et des jeunes) aux syndicats professionnels avec un droit d’élire et d’être élu, ils préconisent une réduction des cotisations des femmes « en fonction de leur salaire ». Ainsi, la division sociale du travail entre les sexes et l’inégalité des salaires entre hommes et femmes sont considérées comme évidentes et restent en dehors du champ de la critique syndicale. De ce point de vue, l’industrie textile illustre remarquablement bien la manière dont le syndicalisme s’est construit sur un modèle masculin34.

  • 35 Papastefanaki, 2009, p. 214‑240.

25Dans les entreprises grecques, le manque de modernisation des moyens technologiques, et les multiples investissements entrepreneuriaux étaient compensés par l’exploitation intensive de la main-d’œuvre. Les usines du Pirée se spécialisaient dans la fabrication de produits grossiers destinés à l’armée et aux couches sociales à faibles revenus. Le retard technologique et les priorités différentes des industriels (par ex. l’activisme politique quasi exclusif) au tournant du xxe siècle changent l’orientation des pratiques entrepreneuriales. Dans la mesure où la modernisation des moyens technologiques restait inachevée, du moins au xxe siècle, il était vital pour les entreprises de maintenir le coût de la production à un niveau bas. Face à la dépendance des commandes publiques et au marché intérieur restreint, confronté périodiquement à des crises de surproduction, un système d’emploi flexible a été mis en place dans lequel une grande partie de la main-d’œuvre travaillait occasionnellement et de manière cyclique, en vue de la réduction des coûts de la main‑d’œuvre35.

  • 36 Papastefanaki, 2009.

26La politique de mobilité de la main‑d’œuvre [turn‑over] est associée aux cycles de vie des ouvrières alors que la faible qualité des produits n’exigeait pas un niveau de spécialisation élevé ni la stabilité du personnel36. La répartition technique du travail se fondait sur une répartition par sexe qui s’avérait extrêmement utile aux entreprises. La division sexuée engendrait tout d’abord une inégalité de rémunération entre hommes et femmes, un élément important dans la réduction du coût de la production. En outre, l’exploitation par les employeurs des relations de pouvoir en vigueur entre les sexes consolidait ces relations de pouvoirs sexués à un niveau intraclasse, minant l’alliance entre les classes. Les relations de pouvoir qui se créaient ainsi entre les sexes soutenaient la division sexuée du travail au sein des usines, car elles renforçaient le caractère « complémentaire » et « occasionnel » du travail féminin, consolidant sur le plan politique et idéologique aussi bien les termes de l’hégémonie de la bourgeoisie que les relations sociales inégales entre les hommes et les femmes de la classe ouvrière.

27L’inégalité salariale renforçait l’inégalité des relations de pouvoir entre les ouvriers et les ouvrières ainsi qu’entre les membres d’une même famille d’ouvriers, puisqu’elle était source de dépendance des femmes vis‑à‑vis de leur famille, celles‑ci étant « sous‑payées » et exerçant un travail « complémentaire ». Par ailleurs, elle cultivait l’autonomie relative du travail masculin adulte. L’intensification du travail se réalisait grâce à la mise en place d’un régime de travail au forfait et aux systèmes de sous‑traitance. Il s’agissait de systèmes de rémunération à double effet : a) réduction du coût du travail pour l’entreprise et b) transfert apparent du contrôle du travail entre les mains des ouvriers, hommes et femmes, ce qui renforçait l’hégémonie idéologique de la bourgeoisie et la rupture de la collégialité dans le milieu du travail.

  • 37 Papastefanaki, 2009, chapitre 7.

28Dans les industries textiles, la constitution des qualifications professionnelles se fondait sur la division sexuelle du travail, sur la différenciation systématique des tâches masculines et féminines, sur l’accès différencié des hommes et des femmes à l’« enseignement technique » et sur l’usage différent de l’équipement mécanique promu au sein du travail. Bien que l’intervention humaine et un certain niveau de spécialisation de la main‑d’œuvre fussent encore nécessaires ‑ pendant l’entre‑deux‑guerres ‑, dans de nombreuses étapes du processus de production, la dépréciation et la « dé‑qualification » du travail étaient de plus en plus apparentes et concernaient le travail féminin. Le processus de « dé‑qualification » qui caractérisait – principalement – le travail des femmes dans le secteur textile ne portait pas tant sur l’absorption des connaissances et des capacités techniques de l’homme par les machines que sur l’intégration dans un système hiérarchique de bas salaires, d’absence de prestige et d’impossibilité d’avancement professionnel37.

Conclusion

29Les revendications des travailleurs ont été particulièrement militantes dans certaines périodes de l’entre‑deux‑guerres. Cependant, elles ne contestaient pas la division sociale du travail en vigueur entre les sexes ni l’inégalité de rémunération entre hommes et femmes. En somme, les relations de pouvoir sexuées au sein du travail et de la famille n’étaient pas remises en cause.

Haut de page

Bibliographie

Agriantoni Christina [Αγριαντώνη Χριστίνα], 1986, Οι απαρχές της εκβιομηχάνισης στην Ελλάδα τον 19ο αιώνα [Les débuts de l’industrialisation en Grèce au xixe siècle], Ιστορικό Αρχείο της Εμπορικής Τράπεζας Ελλάδος [Fonds historique de la Banque commerciale de Grèce], Αθήνα [Athènes], 457 p.

Agriantoni Christina [Αγριαντώνη Χριστίνα], 1991, « “Frères Retsinas S.A.”, Ascension et déchéance d’une grande entreprise textile de la Grèce », in L’entreprise en Grèce et en Europe xixexxe siècles, Association interdisciplinaire Franco‑Hellénique, Athènes, p. 213‑226.

Allen Robert, 2001, “The Great Divergence in European Wages and Prices from the Middle Ages to the I World War”, Explorations in Economic History, 38, pp. 411‑447.

Asdrachas Spyros [Ασδράχας Σπύρος], 1983, «Η κίνηση των τιμών, ημερομισθίων και μισθών, 1832‑1912. Συζήτηση γύρω από μια έρευνα», [Le mouvement des prix, des salaires journaliers et des salaires, Discussion sur une recherche] Ζητήματα Ιστορίας [Questions d’histoire], Θεμέλιο [Themelio], Αθήνα [Athènes], p. 175‑198.

Avdela Efi [Αβδέλα Έφη], 1990, Δημόσιοι υπάλληλοι γένους θηλυκού : καταμερισμός της εργασίας κατά φύλα στον δημόσιο τομέα, 1908‑1955, [Employés du secteur public de sexe féminin : répartition du travail par sexe dans le secteur public, 1908‑1955], Ιστορικό Αρχείο της Εμπορικής Τράπεζας Ελλάδος [Fonds historique de la Banque commerciale de Grèce], Αθήνα [Athènes].

Avdela Efi [Αβδέλα Έφη], 2006, le genre entre classe et nation : essai d’historiographie grecque, préface de Michelle Perrot, Éditions Syllepse, Paris.

Bourdin Gérard, 1990, « L’usine et ses hommes dans le textile du Bocage ornais », 1860‑1914, Le Pays Bas‑Normand 197, Flers.

Canning Kathleen, 1996, Languages of labor and gender. Female factory work in Germany (1850‑1914), Cornell University Press, Ithaca‑London, 368 p.

Hatziiossif Christos [Χατζηιωσήφ Χρίστος], 1993, Η γηραία Σελήνη, η βιομηχανία στην ελληνική οικονομία, 1830‑1940 [Vieille lune, L’industrie dans l’économie hellénique, 1830‑1940], Θεμέλιο [Themelio], Αθήνα [Athènes], 440 p.

Kardassis Vassilis, 1987, Σύρος. Σταυροδρόμι της Ανατολικής Μεσογείου (1832‑1857), [Syros, Carrefour de la Méditerranée Orientale, 1832‑1857], ΜΙΕΤ, Αθήνα [Athènes], 476 p.

KesslerHarris Alice, 1990, A womans wage. Historical meanings and social consequences, University Press of Kentucky, Lexington. 168 p.

Lazonick William, 1990, “Theory and History in Marxian Economics”, Competitive adventage on the shop floor, London, pp. 27‑67.

Marty Laurent, 1996, Chanter pour survivre. Culture ouvrière, travail et techniques dans le textile. Roubaix 1850‑1914, L’Harmattan, Paris.

Mitrofanis Georges [Μητροφάνης Γιώργος], 1985, «Η συγκρότηση ενός συστήματος πληροφόρησης για την έρευνα “Τιμές, μισθοί και ημερομίσθια στην Ελλάδα, 1832‑1912”» [La composition d’un système d’information sur la recherche “Prix, salaires et salaires journaliers en Grèce, 1832‑1912”], Τα Ιστορικά [Les historiques] 3, p. 216‑222.

Őzmucur Süleyman & Pamuk Sevket, 2002, “Real wages and standards of living in the Ottoman Empire, 1489‑1914”, The Journal of Economic History, 62, pp. 292‑321.

Papastefanaki Léda [Παπαστεφανάκη Λήδα], «Mισθωτή εργασία», [Travail salarié] in Kostis Kostas  [Κώστης Κώστας] & Petmezas Socrates [Πετμεζάς Σωκράτης] (dir.), 2006, Η ανάπτυξη της ελληνικής οικονομίας κατά τον 19ο αιώνα (1830‑1914), [Le développement de l’économie grecque au xixe siècle], Αλεξάνδρεια [Alexandria], Αθήνα [Athènes], 506 p.

Papastefanaki Léda, [Παπαστεφανάκη Λήδα], 2009 Εργασία, τεχνολογία και φύλο στην ελληνική βιομηχανία. Η κλωστοϋφαντουργία του Πειραιά (1870‑1940), [Travail, technologie et genre dans l’industrie grecque, l’industrie textile du Pirée, 1870‑1940], Πανεπιστημιακές εκδόσεις Κρήτης [Presses universitaires de Crète], Ηράκλειο [Héraklion].

Papastefanaki Léda [Παπαστεφανάκη Λήδα],«Ανάμεσα στην ιστορία της βιομηχανίας και την ιστορία της εργασίας: η οπτική του φύλου στην ελληνική ιστοριογραφία», [Entre l’histoire de l’industrie et l’histoire du travail : le genre dans l’historiographie grecque] in Dialeti Androniki  [Διαλέτη Ανδρονίκη], Gotsi Glafki [Γκότση Γλαύκη]& Fournaraki Eleni [Φουρναράκη Ελένη] (dir.), 2015, Το φύλο στην ιστορία: αποτιμήσεις και παραδείγματα, [Le genre dans l’histoire : évaluations et exemples] Ασήνη [Assini], Αθήνα [Athènes], 373 p.

Pizanias Petros [Πιζάνιας Πέτρος], 1985, Μισθοί και εισοδήματα στην Ελλάδα (1842‑1923). Το παράδειγμα των υπαλλήλων της Εθνικής Τράπεζας, [Salaires et revenus en Grèce, 1842‑1923, L’exemple des employés de la Banque Nationale], ΜΙΕΤ, Αθήνα [Athènes ], 326 p.

Riginos Michalis [Ρηγίνος Μιχάλης], 1987, Παραγωγικές δομές και εργατικά ημερομίσθια στην Ελλάδα, 1909‑1936, [Structures de production et salaires journaliers des travailleurs en Grèce, 1909‑1936], Ιστορικό Αρχείο της Εμπορικής Τράπεζας Ελλάδος [Fonds historique de la Banque commerciale de Grèce], Αθήνα [Athènes], 352 p.

Scholliers Peter, 1996, Wages, Manufacturers and Workers in the 19th century factory. The Voortman Cotton Mill in Ghent, Berg Publisher, Oxford‑Washington.

Scholliers Peter, Zamagni Vera (dir.), 1995, Labour’s Reward. Real Wages and Economic Change in 19th‑20th century Europe, Edward Elgar Publishing, Aldershot.

Scholliers Peter, Schwarz Leonard (dir.), 2006, Experiencing wages. Social and cultural aspects of wage forms in Europe since 1500, Berghahn, New York‑Oxford.

Tsoukalas Constantin [Τσουκαλάς Κωνσταντίνος], 1979, «Η εξέλιξη των ημερομισθίων στην Ελλάδα του 19ου αιώνα. Μια πρώτη προσέγγιση ενός ανοικτού προβλήματος», [L’évolution des salaires journaliers dans la Grèce du xixe siècle, une première approche d’une question ouverte], Ο Πολίτης [Le citoyen] 31, p. 22‑30.

Zolotas Xénophon [Ζολώτας Ξενοφών], 1964 (1926), Η Ελλάς εις το στάδιον της εκβιομηχανίσεως, [La Grèce au stade de l’industrialisation], Ελευθερουδάκης [Eleftheroudakis], Αθήνα [Athènes], 760 p.

Haut de page

Notes

1 Zolotas, 1964, p. 64.

2 Pour une discussion historiographique du problème « travail salarié » en Grèce, voir Papastefanaki, 2006, p. 253‑291.

3 Asdrachas, 1983, p. 175‑198 ; Mitrofanis, 1985, p. 216‑222.

4 Pizanias, 1985.

5 Pizanias, 1985, p. 48.

6 Tsoukalas, 1979, p. 23.

7 Tsoukalas, 1979, p. 26.

8 Agriantoni, 1986, p. 290‑293 ; Kardassis, 1987, p. 154‑156, 166‑167.

9 Hadziiossif, 1993, p. 33.

10 Riginos, 1987.

11 Riginos, 1987, p. 249.

12 Riginos, 1987, p. 153‑154.

13 Riginos, 1987, p. 155‑156.

14 Riginos, 1987, p. 228.

15 L’industrie textile Retsinas, fondée en 1872, dispose cinq usines au Pirée vers la fin du xixe siècle et emploie environ 2000 ouvriers et ouvrières par an. Voir Agriantoni, 1991, p. 213‑226 ; Papastefanaki, 2009, p. 139‑195.

16 Papastefanaki, 2009, p. 261‑269.

17 Scholliers & Zamagni (dir.), 1995 ; Allen, 2001, p. 411‑447 ; Őzmucur & Pamuk, 2002, p. 292‑321.

Pour une discussion générale sur les divers modes de rémunération, voir Scholliers & Schwarz (dir.), 2006.

18 Papastefanaki, 2009, p. 245‑249.

19 Papastefanaki, 2009, p. 201‑214.

20 Papastefanaki, 2009, p. 249‑258.

21 Lazonick, 1990, p. 27‑67 ; Bourdin, 1990, p. 101‑109 ; Scholliers, 1996, p. 120‑131 ; Marty, 1996, p. 62 ; Canning, 1996, p. 293.

22 Papastefanaki, 2009, p. 253.

23 Papastefanaki, 2009, p. 253‑255.

24 Papastefanaki, 2009, p. 263, 454.

25 Papastefanaki, 2009, p. 263‑264.

26 Papastefanaki, 2009, p. 264‑272.

27 Papastefanaki, 2009, p. 269.

28 Riginos, 1987, p. 141‑144, 170‑171, 251.

29 Papastefanaki, 2009, p. 269‑274.

30 Papastefanaki, 2009, p. 274‑279.

31 Kessler‑Harris, 1990.

32 Avdela, 1990. Sur l’historiographie grecque de l’histoire du travail et du genre, 2006 ; Papastefanaki, 2015, p. 79‑106.

33 Pour les détails de ces revendications et les luttes ouvrières pendant la période, voir Papastefanaki, 2009, chapitre 10.

34 Papastefanaki, 2009, p. 434‑437.

35 Papastefanaki, 2009, p. 214‑240.

36 Papastefanaki, 2009.

37 Papastefanaki, 2009, chapitre 7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Salaires journaliers masculins et féminins dans l’entreprise textile “Retsinas Frères S.A”, 1916
Crédits Source : Archives de l’industrie textile « Retsinas Frères S.A », Registres de salaires 1916.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/10949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Graphique 2. Évolution du salaire réel moyen (hommes et femmes) dans l’entreprise textile “Retsinas Frères S.A”, 1914‑1935 (1914=100)
Crédits Source : Archives de l’entreprise textile « Retsinas Frères S.A », Registres de salaires 1912‑1937.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/10949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léda Papastefanaki, « Salaires, division sexuée du travail et hiérarchies sociales dans d’industrie textile grecque, 1912‑1936 », Cahiers balkaniques [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceb/10949 ; DOI : 10.4000/ceb.10949

Haut de page

Auteur

Léda Papastefanaki

Département d’Histoire et d’Archéologie, Professeure assistant Université de Ioannina

Haut de page