Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Comptes rendusAnna Pouradier Duteil‑Loizidou (d...

Comptes rendus

Anna Pouradier DuteilLoizidou (dir.), 2018, Chypre au temps de la Révolution grecque d’après la correspondance consulaire et diplomatique française – année 1821, Centre de recherche scientifique, Nicosie, 413 p., ISBN : 9789963080168

Faruk Bilici

Texte intégral

  • 1 https://journals.openedition.org/ceb/4463

1Spécialiste des archives politiques et consulaires françaises concernant Chypre du xviie et du xviiie siècle, Anna Pouradier Duteil‑Loizidou a déjà publié six volumes de correspondance provenant des Archives nationales de France, des archives du ministère des Affaires étrangères (Paris et Nantes), des archives de la Chambre de commerce de Marseille, de la Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits occidentaux. Nous avons eu l’occasion d’en rendre compte dans les Cahiers balkaniques en 2013, no 411.

  • 2 Les publications de Neoklis G. Kyriazis couvrent en partie cette période. Cf. bibliographie, p. 369 (...)

2L’ouvrage dont il est question ici sort du cadre général de Chypre et se consacre à un thème particulier : la Révolution grecque et le début de la guerre d’indépendance grecque2. En poste sur une île relativement éloignée du théâtre principal des opérations, le consul de France relate essentiellement la vie et économique, sociale et politique de Chypre, mais également les échos et ondes de choc de la Révolution grecque.

3Réunissant une centaine de documents et annexes, après une introduction générale, l’ouvrage marque un souci particulier d’expliciter par de nombreuses notes certains points, notions, noms de personnes et de localités. Liste commentée des documents, sources, bibliographie et index complètent ce travail important, basé essentiellement sur la correspondance du consul Jérôme Isaac Méchain (1778‑1851), ancien membre de l’Institut français du Caire lors de l’occupation française, et sous le gouvernement de Küçük Mehmed Pacha.

4L’auteure ne se contente donc pas de publier uniquement les documents consulaires. De nombreux documents provenant de l’ambassade de France à Istanbul, ou encore des lettres envoyées au consul par le ministère des Affaires étrangères, font partie du volume. Ainsi l’ambassadeur, au centre des informations provenant de toutes les échelles du Levant, relate l’atmosphère en Grèce, mais aussi et surtout à Constantinople, à la suite de l’insurrection à Chio et en Morée. Le sort réservé au malheureux Patriarche grec de Constantinople Grégoire V (Georgios Angelopoulos) en est une illustration frappante. En effet, ce prélat est pendu près du Patriarcat et son corps jeté dans le Bosphore (10/22 avril 1821) (doc. 7, 8 a, 8 b, p. 58‑63).

5Naturellement, parmi les documents publiés, certains ont une importance capitale pour la compréhension des répercussions de la révolution grecque à Chypre. Notamment les lettres envoyées par le consul Méchain au ministre des Affaires étrangères, Pasquier, visent à expliquer la terreur, la panique et la méfiance qui règnent à Chypre depuis l’arrivée de la nouvelle de l’insurrection en Grèce. Ainsi « le sultan a ordonné aux pachas de la Syrie et de l’Égypte d’envoyer un contingent de quatorze mille hommes à Chypre » (doc. 11). On remarque également les mesures prises par le gouvernement ottoman pour intercepter la correspondance des Européens (doc. 12) ou encore la situation critique de Chypre et des menaces de massacres, malgré les assurances données par la Porte (doc. 33). Or on apprend, par une lettre du consul français à Larnaca, le 27 juillet 1821, que l’insurrection grecque a des répercussions graves à Chypre même, puisque :

[L]es évêques, les principaux membres du clergé, les employés du gouvernement et les négociants les plus marquants ont été pendus ou mis en pièces. Les villages et les villes sont déserts et les récoltes abandonnées sur le terrain. Les Grecs fuient l’île, les commerçants, et cultivateurs turcs sont aussi désespérés que les Européens (doc. 38).

6De cette anarchie et de la spoliation des biens des églises, la responsabilité incombe au gouverneur ottoman Küçük Mehmed Pacha, considéré par les insulaires et les Francs comme un « fléau » (doc. 51, 52, 53) et protégé par le grand amiral (Capitan pacha) dont les compétences administratives couvrent l’île (doc. 56, 65). C’est la présence de la division navale en Méditerranée orientale et fréquemment à Chypre qui rassure quelque peu le consul et la population de l’île (doc. 55). Cependant les malheurs de cette population chypriote ne se limitent pas uniquement à la Révolution grecque : l’épidémie y fait souvent des ravages (doc. 71).

7Dans cette correspondance relatant aussi la vie quotidienne, les relations entre Français et en particulier entre le consul et son premier drogman Lapierre trouvent une place de choix (doc. 83 ; annexe 4 : « Lettre du consul Méchain au ministre des Affaires étrangères concernant l’affaire Jean et Catherine Monochir, les créances des Français, le rôle du drogman G. Lapierre dans l’affaire des créances et la déposition des biens et objets précieux des Grecs au consulat de France [24 janvier 1824] »).

8Cette série de documents se termine par la publication de certaines données économiques relatives au volume du commerce français avec Chypre, des produits importés et exportés, ainsi qu’à la navigation française vers/de Chypre en 1820 et 1821.

9Cependant, l’ouvrage prend tout son sens avec probablement la publication du « rapport du contre‑amiral E. Halhan au ministre de la Marine et des Colonies à Paris sur la situation de l’Empire ottoman », daté de Smyrne le 30 septembre 1821. Inutile de dire que ce rapport a pour objet central la guerre d’indépendance grecque, les rapports de forces entre les insurgés et les forces gouvernementales, l’influence et jeux diplomatiques des grandes puissances dans la Révolution grecque en cours.

10Visiblement l’auteure laisse entendre implicitement que d’autres séries de publication sur la Révolution grecque dans les années postérieures à 1821 suivront. Il s’agit en effet, d’un programme de recherche dont Anna Pouradier est responsable : « Consulat de France : documents inédits pour servir à l’histoire de Chypre ».

Haut de page

Notes

1 https://journals.openedition.org/ceb/4463

2 Les publications de Neoklis G. Kyriazis couvrent en partie cette période. Cf. bibliographie, p. 369‑370. Voir par ailleurs, la liste des 22 documents consulaires français publiés par Kyriazis, p. 325‑332.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faruk Bilici, « Anna Pouradier DuteilLoizidou (dir.), 2018, Chypre au temps de la Révolution grecque d’après la correspondance consulaire et diplomatique française – année 1821, Centre de recherche scientifique, Nicosie, 413 p., ISBN : 9789963080168 », Cahiers balkaniques [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceb/15345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.15345

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search