Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47DossierLa Voix du Monténégrin – La Voix ...

Dossier

La Voix du Monténégrin – La Voix du Monténégro : Journal officiel d’exil d’un Royaume en voie de disparition, 1917‑1921

The Voice of the Montenegrin–The Voice of Montenegro, Official journal from exile of an endangered kingdom (1917‑1921)
Glas Crnogorca – Glas Crne Gore, Službeni glasnik iz egzila kraljevine na putu nestanka (1917‑1921)
Prof. Dr Dragan Bogojević et Prof. Dr Ivona Jovanović

Résumés

Le Monténégro acquiert la reconnaissance internationale au Congrès de Berlin en 1878. Proclamé Royaume en 1910, il participe aux guerres balkaniques, ainsi qu’à la Grande Guerre aux côtés de l’Entente. Néanmoins, il doit déposer les armes en janvier 1916 devant les troupes austro‑hongroises. Les décisions de l’Assemblée populaire de Podgorica, en novembre 1918, modifient son destin. Incorporé au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, il cesse d’exister.
Après la capitulation de son pays, le roi Nikola, sa cour et son gouvernement partent en exil. Ils sont accueillis en France, le journal officiel, Glas Crnogorca, dont la publication est interrompue au Monténégro en décembre 1915, réapparaît à Paris dès janvier 1917. Il est publié en langue monténégrine sous le titre La Voix du Monténégrin, puis La Voix du Monténégro. Le dernier numéro édité en France annonce la mort du roi Nikola au Cap d’Antibes en mars 1921.
Cet article se propose de retracer les différentes rubriques du journal officiel en exil, le public qu’il visait, le (ou les) maître(s) d’œuvre de l’entreprise ainsi que l’impact qu’il souhaitait obtenir.

Haut de page

Texte intégral

Le contexte historique

1Le Monténégro a acquis sa reconnaissance internationale en 1878 au Congrès de Berlin : les grandes puissances, ainsi que l’ennemi séculaire du pays, l’Empire ottoman, ont reconnu son indépendance. Le Monténégro a doublé son territoire et, pour la première fois, s’est étendu jusqu’à la côte adriatique, avec un accès à la mer grâce à la ville d’Antivari (aujourd’hui Bar). Les frontières de 1918 sont très proches de leur dessin actuel, à l’exception de la partie côtière allant de Bar aux bouches de Kotor, détenue à l’époque par les Autrichiens.

Figure 1. La carte historique du Monténégro en 1918

Figure 1. La carte historique du Monténégro en 1918

Source : Cartographie monténégrine, Internet

2Le souverain monténégrin, le prince Nikola (qui prend le titre de roi en 1910), est issu de la dynastie Petrović Njegoš qui était à la tête du pays depuis deux siècles. C’était un francophile passionné de littérature, scolarisé à Paris au collège Louis‑le‑Grand, avant de succéder en 1860 au dernier prince-évêque du Monténégro, Danilo 1er, sur le trône monténégrin.

3Lors des guerres balkaniques (1912‑1913), avec la Serbie, la Bulgarie, la Grèce et soutenu par la Russie, le Monténégro attaque l’Empire ottoman qui, vaincu, doit renoncer à ses possessions européennes. Le 8 août 1914, par solidarité avec la Serbie voisine, il déclare la guerre à l’Autriche‑Hongrie qui est en possession de régions côtières situées à une dizaine de kilomètres à peine de son territoire. À la tête de l’État‑major monténégrin sont placés les commandants serbes Božidar Janković et Petar Pešić. En septembre 1914, la France envoie à la capitale monténégrine, Cetinje, l’un de ses détachements de l’infanterie coloniale de Skadar, qui exerce la fonction de garde royale jusqu’à la capitulation du Monténégro en janvier 1916.

Figure 2. L’alignement des soldats français à Cetinje

Figure 2. L’alignement des soldats français à Cetinje

Source : Exposition Ratna razglednica – Crna Gora 1914-1918, auteur A. Brkuljan (novembre 2014, Ministère de la culture, Cetinje)

4La France a un intérêt stratégique à contrôler un port puissant à l’entrée de l’Adriatique. Aussi envoie-t-elle deux batteries d’infanterie, qui sont placées sur le mont Lovćen (au sud‑ouest du Monténégro) afin d’intervenir avec les Monténégrins contre les fortifications austro‑hongroises et leurs navires dans les bouches de Kotor. L’attaque tourne à l’échec : 21 Français ont été tués ou blessés et plusieurs canons endommagés. Les Français se retirent en novembre 1914 avec la promesse de revenir mieux armés.

5La Serbie n’était pas favorable à la prise des bouches de Kotor par le Monténégro et préférait des opérations serbo‑monténégrines communes sur les fronts de Bosnie. Face au blocus austro‑hongrois, la France accompagne les navires marchands qui transportent matériel de guerre et vivres pour le Monténégro et, dans ces opérations, elle subit des pertes considérables : en février 1915, le contre‑torpilleur Dague est coulé, entraînant la mort de 38 marins ; en avril 1915, le cuirassé Léon Gambetta est envoyé par le fond à l’entrée du canal d’Otrante et 700 marins français disparaissent ; au large de Kotor, le sous-marin Monge et son commandant Morillot périssent en décembre 1915.

Figure 3. Le croiseur cuirassé français Léon Gambetta qui sera coulé à l’entrée du canal d’Otrante

Figure 3. Le croiseur cuirassé français Léon Gambetta qui sera coulé à l’entrée du canal d’Otrante

Source : wikimedia commons, http://u-boat-laboratorium.com

6Lors de la bataille de Mojkovac (6 et 7 janvier 1916), le Monténégro (le plus petit et le plus faible des alliés) joua le rôle d’ultime ligne de défense pour l’armée serbe qui se retirait vers Corfou à travers les territoires monténégrin et albanais. Néanmoins, quelques jours seulement après cette glorieuse victoire, il dut déposer les armes devant les troupes austro‑hongroises, beaucoup plus nombreuses, au pied du mont Lovćen en janvier 1916. L’Autriche‑Hongrie entra au Monténégro, et le gouvernement dut dissoudre son armée. Le 20 janvier, le roi, contraint à quitter le pays, part en exil avec son gouvernement ; il est soupçonné par les Serbes et les alliés, d’entretenir des relations clandestines avec l’Autriche qui lui aurait garanti son indépendance vis‑à‑vis de la Serbie. Il s’installe d’abord à Lyon, puis à Bordeaux et finalement, à partir de novembre 1916, à Paris, à Neuilly‑sur‑Seine.

Figure 4. Le roi Nikola, exilé, arrive à la gare à Lyon

Figure 4. Le roi Nikola, exilé, arrive à la gare à Lyon

Source : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6945648d

7Le Monténégro, à la fin de la guerre, abandonné aux luttes civiles, est occupé par les armées de l’Entente, alors qu’une campagne de propagande en faveur d’une union inconditionnelle avec la Serbie, largement soutenue par le gouvernement serbe, bat son plein. Le général Franchet d’Esperey, à la tête de l’armée d’Orient, parvient à l’aide des Serbes et d’autres alliés à percer le front de Salonique. Entretemps, au Monténégro, se profilent deux blocs politiques opposés (les Verts, royalistes, partisans de l’indépendance et les blancs, partisans de l’Union avec la Serbie). Le maréchal Foch fait occuper le pays par des troupes à la tête desquelles est placé le général français Venel. Le roi Nikola, qui désire rentrer dans son pays, est maintenu en France sous prétexte de rétablissement de l’ordre.

8En 1917, un ancien chef de gouvernement, Andrija Radović, investi par la Serbie, a créé le Comité monténégrin pour l’union nationale qui jouera un rôle déterminant dans la disparition du royaume du Monténégro. Quatre gouvernements se succèdent jusqu’à la fin de 1918, insistant sur la question de l’union avec la Serbie que le roi refuse. Le 26 novembre 1918, la Grande Assemblée populaire de Podgorica, convoquée dans des conditions douteuses et difficiles, décide la déchéance de la dynastie Petrović Njegoš et le rattachement du Monténégro à la Serbie et au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, dont Pierre i de Serbie devient roi. Cela provoque l’insurrection dite « de Noël », des 6 et 7 janvier 1919, un soulèvement des Monténégrins mécontents, avec la devise Pour la liberté, l’honneur et le droit du Monténégro, qui se prolonge en combats de guérilla et qui durera une dizaine d’années. De l’exil, avec son gouvernement, le roi Nikola entreprend de justifier la capitulation et de préparer le terrain pour un retour au pays.

  • 1 Andrijašević, 2012, p. 188.

9À la Conférence de Paix à Paris en 1919‑1920, malgré les nombreuses revendications présentées par le roi, le Monténégro – pays allié qui perdit 10 % de sa population dans la guerre –, n’est pas invité à participer à la conférence. Il ne lui est accordé qu’une chaise vide avec l’inscription Monténégro. L’appréciation la plus illustrative du traitement qui lui est réservé par la diplomatie européenne est celle de Gladstone à la chambre des Lords en mars 1920 : « Le Monténégro n’aurait pu être plus mal traité s’il avait combattu du côté des puissances centrales1 ».

10La Serbie devient l’appui principal de la politique française dans les Balkans où il n’y a plus de place pour le Monténégro et la France rompt ses relations diplomatiques avec lui le 20 décembre 1920. Le roi Nikola meurt en exil au Cap d’Antibes le 1er mars 1921. Il sera enterré à San Remo. Sa dépouille mortelle, celles de son épouse Milena et de ses deux filles Vjera et Ksenija, ne seront rapportées à Cetinje que le 1er octobre 1989.

La Voix du Monténégrin, imprimé en France (1917‑1921)

  • 2 Selon les dates des calendriers julien et grégorien.

11Le journal officiel du Monténégro, Glas Crnogorca (La Voix du Monténégrin), dont la publication avait été interrompue le 20 décembre 1915, reparaît le 22 janvier/4 février2 1917 à Paris, où il sera imprimé jusqu’en 1922, à l’initiative du gouvernement en exil. Le premier numéro de ce journal ayant pour sous-titre nedjeljni list za politiku i književnost (hebdomadaire de politique et de littérature) fut imprimé à Cetinje le 21 avril 1873, cinq ans avant la reconnaissance officielle du pays. Le dernier numéro (96) sortira en 1922 en Italie à Rome, où la rédaction avait déménagé. Ajoutons que durant la Seconde Guerre mondiale, entre 1941 et 1943, 147 numéros paraîtront de nouveau à Cetinje, le dernier datant de septembre 1943. Finalement, les 2374 numéros parus en 50 années témoignent du caractère yougoslave du journal, vu que parmi les 17 rédacteurs en chef au total, quatre seulement étaient des Monténégrins.

Figure 5. Le premier numéro paru en France le 22 janvier/4 février 1917

Figure 5. Le premier numéro paru en France le 22 janvier/4 février 1917

12L’hebdomadaire sera publié en langue monténégrine (appelée serbe à l’époque) sous le titre La Voix du Monténégrin. À partir du numéro 47 (juin 1918), le journal change de titre (uniquement en français) en Voix du Monténégro. À partir du numéro 58 en 1918 sera inséré en monténégrin le sous-titre existant déjà en français : Službeni organ kraljevine Crne Gore (Journal officiel du royaume du Monténégro).

13Le journal sera imprimé à Paris par l’Imprimerie universelle, et à partir de 1918 par l’Imprimerie royale monténégrine à Neuilly‑sur‑Seine. Durant cette période, 91 numéros parurent. En procédant à un découpage annuel, nous pourrions répartir ces publications en 5 séries. La première série de 1917 comporte les numéros 1 à 36. La deuxième série de 1918 des numéros 37 à 61. La troisième, de 1919, regroupe les numéros 62 à 81, la quatrième débute en 1920 avec 9 numéros (82 à 90) et le dernier exemplaire édité en France annoncera la mort du roi Nikola au Cap d’Antibes en mars 1921.

Figure 6. Le dernier numéro paru en France le 3 mars/16 mars 1921

Figure 6. Le dernier numéro paru en France le 3 mars/16 mars 1921

14La plupart des numéros comptent quatre pages, excepté les numéros 1 à 30 (1917), 40, 41, 51, 54, 55, 56, 60, 61 (1918) et 63, 65, 70, 74 (1919), qui seront imprimés sur deux pages. Le numéro 76, qui a pour supplément le numéro 77, le numéro 81 et le dernier numéro, 91, ont six pages. Le numéro 62 n’a qu’une seule page, et le numéro 89 de 1920 s’affiche sur huit pages. Le rythme de publication devait être bimensuel, en respectant la datation des deux calendriers (julien et grégorien) ; évidemment, au vu des circonstances, ce projet n’a pas pu être réalisé.

Figure 7. L’en-tête de la première page

Figure 7. L’en-tête de la première page

15L’en‑tête de la première page est donné en deux langues : en français, nous avons les données suivantes :

  • Titre : LA VOIX DU MONTÉNÉGRIN
  • Lieu d’édition : Neuilly‑sur‑Seine
  • Sous‑titre : Journal officiel du Royaume du Monténégro/GLAS TZERNOGORTZA (La Voix du Monténégrin) – paraissant actuellement à Neuilly‑sur‑Seine, suivant les exigences du service.
  • Avertissement : ON S’ABONNE AU BUREAU DU JOURNAL, 9, rue Ancelle, Neuilly‑sur‑Seine ; Prix de l’abonnement pour la France : un an : 6 f – six mois : 3 f. Pour l’Étranger : un an : 12 f.– six mois : 6 f.

16Quant au contenu des encadrés de la première page en monténégrin, à droite on nous informe des conditions de publication des annonces et à gauche des possibilités de publication d’articles. Pero Bogdanović signe en tant que rédacteur en chef.

La conception du journal

17La plupart des numéros de La Voix du Monténégrin contiennent des rubriques que nous pourrions considérer comme permanentes. D’habitude, le journal s’ouvre avec la partie officielle (Službeni dio), des nouvelles d’ordre administratif où sont présentées les activités et les démarches du gouvernement monténégrin en France. Parmi celles‑ci, soulignons celles dont la fréquence est patente : projets de lois, décrets, nominations, révocations, bourses pour les étudiants, renseignements concernant la régularisation des papiers en France, annonces publiques, etc. Ensuite vient la partie non officielle (Neslužbeni dio) dont les articles décrivent pour l’essentiel les nombreuses visites, les réceptions et les nouvelles à propos de la vie privée de la famille royale, ainsi que des notices sur la célébration de Noël, de Pâques, des anniversaires ou des fêtes de famille… La rédaction du journal évoque souvent les correspondances de courtoisie entre les dignitaires des pays étrangers, pour insister sur l’impact international dont jouit toujours le gouvernement en exil.

18Le journal est très attentif à reproduire des nouvelles au sujet du Monténégro et des Monténégrins, parmi lesquelles les activités de la Croix‑Rouge et celles des prisonniers de guerre sont rapportées régulièrement, il prête souvent ses pages aux annonces de décès et aux retrouvailles familiales, et fait cas de nouvelles sur les Monténégrins exilés aux États‑Unis. La Voix du Monténégro nous donne, bien évidemment, des nouvelles de Paris, majoritairement politiques, mais qui comportent aussi, parfois, quelques annonces évoquant des événements culturels.

19Des nouvelles de l’espace yougoslave en création (Bosnie, Croatie, Serbie, Macédoine) et des nouvelles venant du front (France‑Angleterre, Italie, Grèce, Russie) sont régulièrement présentées dans les deux premières séries, offrent des renseignements ponctuels sur la situation et dressent le bilan des combats sur les fronts respectifs.

20Dans les deux premières séries, on retrouve presque dans chaque numéro des annonces commerciales, où figurent le plus souvent les adresses et les noms de restaurants et de banques (Au rendez‑vous des Serbes : Café E. Greze, 19, bd Saint Michel ; Prvi srpski restoran ; Au rendez‑vous des Monténégrins – Restaurant SCHMITZ – ici on lit Le Journal du Monténégro, 64, Avenue des Ternes ; Banques françaises et suisses, etc.).

Figure 8. Exemple d’une annonce commerciale, 5 février 1917, p. 2

Figure 8. Exemple d’une annonce commerciale, 5 février 1917, p. 2

21Dans la rubrique des informations diverses, nous avons repéré quelques annonces et courts rapports sur des soirées littéraires. Ainsi, on note la première traduction en français de la Couronne de Montagne par Divna Veković en 1917 et le prix qui lui a été attribué pour la publication de son dictionnaire franco‑serbe. Comme curiosité bizarre, on mentionne l’achat d’un million de montres suisses par le gouvernement américain. Le journal nous informe aussi d’un projet de tunnel sous la Manche, de la revendication des droits d’auteur d’une chanson par un Monténégrin et de la publication d’un long reportage sur le roi Nikola dans le journal Je sais tout

22À partir du numéro 21 du 4 août 1917, on ne distribue plus le journal qu’aux abonnés. Une nouvelle rubrique est introduite : Tribune libre (Slobodna govornica). Elle s’ouvre aux débats sur l’avenir de l’État monténégrin en dénonçant les activités unionistes de l’ancien ministre Andrija Radović, de ses complices et du gouvernement serbe, en remettant en cause la déclaration de Corfou et en réagissant aux fausses nouvelles qui discréditent le roi Nikola et le gouvernement. Il s’agit d’articles plus longs, traduits en français la plupart de temps et dont la fréquence progresse en fonction des événements. La série datant de 1920 est presque entièrement consacrée à la question et à la cause monténégrines.

23À partir du numéro 39 apparaît une nouvelle rubrique, De la presse étrangère : La voix du Monténégro. On y publie des articles qui traitent de la question monténégrine, des textes issus de journaux, revues et magazines de l’époque parus dans différents pays. En dehors de la France, nous pouvons repérer des réactions provenant de l’Italie, de la Norvège, de l’Angleterre, de la Suisse, des États‑Unis, de l’Espagne, du Pays‑Bas, des pays de l’espace yougoslave…

24La stratégie de publication de textes en faveur de la cause monténégrine respecte certaines démarches prévisibles et attendues. D’abord, la rédaction du journal propose des notices et des démentis, adressés au grand public, par exemple des articles intitulés : Démenti du gouvernement au sujet d’une nouvelle calomnie de la part de l’Autriche et de la Serbie ; Une lettre des insurgés monténégrins et un témoignage, signé Sutormanski (numéro 78) ; ou Déclaration de M. Kovacevic et notice sur la propagande serbe (numéro 49). Ensuite, on use de démarches auprès des autorités étrangères (Mémorandum de Plamenac à Wilson [numéro 76] et des réactions de ministres en forme de lettres officielles (Le Monténégro devant la Conférence de la paix, numéros 72 et 73, suppléments i iv).

25On recourt parfois également à des manifestes, dont le plus célèbre est certainement celui du numéro 62, nommé tout simplement : Monténégrins ! Une grande partie de la lutte consistant à revendiquer une juste résolution de la question monténégrine est présente à travers des lettres de soutien de la part de Monténégrins (anciens combattants, réfugiés, insurgés du soulèvement de Noël) et de discours, livres et conférences tenues par des amis du pays (politiciens, parlementaires, hommes de lettres, journalistes étrangers). À titre d’exemple, on peut mentionner : Pour l’indépendance du Monténégro, M. Eugène Boggiono, docteur en droit ; La réponse de Dr F. Dobrečić, suite à une campagne contre son livre Le Montenegro nel conflitto Europeo dans le journal Ujedinjenje ; Déclarations des Monténégrins de Paris, Rome, Marseille, Bordeaux ; Popovic : Un crime, le contrat de 1907 [36] ; Une opinion anglaise sur le Monténégro d’Alex Devine [43] ; La justice vaincra, signé R.M. d’Amérique [47] ; La fin d’une intrigue de A. Prlja [47].

Reconnaissance de l’injustice 100 ans plus tard…

26Il est évident que les efforts du gouvernement en exil et du roi Nikola n’ont pas abouti à une solution satisfaisante pour le peuple, pour la dynastie et pour la survie de l’État monténégrin. Le contexte géopolitique n’était pas favorable alors aux revendications et aspirations monténégrines pour une nouvelle structure politique, qui respecte leur identité nationale et leurs valeurs traditionnelles. Pour la première fois dans son histoire, le Monténégro a cessé d’exister et a été supprimé de l’échiquier européen.

27Le journal La Voix du Monténégrin [La voix du Monténégro] a joué le rôle d’ultime défenseur de l’honneur et de la piété d’un peuple qui n’a pas pu valoriser ses conquêtes sur les champs de bataille en temps de paix et de négociations diplomatiques. En plein cœur de Paris et loin de son peuple, le souverain comptait ses derniers jours, sans vouloir croire que le scénario de la disparition de son pays était déjà irréversiblement déclenché. Le journal imprimé à Paris pendant presque quatre ans représente un témoignage pathétique et douloureux d’un combat sans issue et perdu d’avance, mais aussi la foi en la voix publique, grâce à laquelle on espérait faire bouger les choses et sensibiliser l’opinion internationale pour la cause.

28Le vendredi 21 avril 2017 à Paris, l’héritier du trône du Monténégro, le prince Nikola ii Petrović Njegoš a été décoré de la Légion d’honneur. Cette décoration lui a été remise par la directrice de l’Europe continentale du ministère des Affaires étrangères, Mme Florence Mangin, au sein du Quai d’Orsay. À cette occasion, elle a prononcé ces mots :

Le Monténégro a été le seul pays dans l’Europe de l’Est qui a résisté à l’Empire ottoman. Cependant, en 1918, c’est ici, entre ces murs, que nous avons dans l’euphorie de la victoire sacrifiée le Royaume du Monténégro au profit de ce que nous avons jugé être nos intérêts supérieurs. Par la remise de cette décoration, la France corrige l’erreur commise envers la dynastie Petrović‑Njegoš.

Figure 9. Le prince Nikola et Mme Florence Mangin le 21 avril 2017 À l'occasion de la remise de la Légion d'honneur au prince héritier Nikola Petrović Njegoš, la chaîne nationale du Monténégro a consacré une émission à cet événement, qui a été diffusée plusieurs fois en avril 2017.

Figure 9. Le prince Nikola et Mme Florence Mangin le 21 avril 2017 À l'occasion de la remise de la Légion d'honneur au prince héritier Nikola Petrović Njegoš, la chaîne nationale du Monténégro a consacré une émission à cet événement, qui a été diffusée plusieurs fois en avril 2017.

Source : Pobjeda, 04 février 2018, p. 2

29Finalement, un moment symbolique et solennel pour les deux pays…

Haut de page

Bibliographie

Sources

Глас Црногорца: недјељни лист за политику и књижевност, zbirka Montenegrina, Digitalna biblioteka, NBCG Đurđe Crnojević, Cetinje.

Godina: 1917.

god. 1917.- brojevi: 36 (25.12.)2 (18.02.)3 (04.03.)4 (18.03.)5 (25.03.)6 (01.04.)7 (08.04.)8 (15.04.)9 (22.04.)10 (29.04.)11 (06.05.)12 (14.05.)13 (24.05.)14 (05.06.)15 (14.06.)16 (23.06.)17 (02.07.)18 (11.07.)19 (20.07.)20 (28.07.)21 (04.08.)22 (12.08.)23 (21.08.)24 (26.08.)25 (09.09.)26 (16.09.)27 (24.09.)28 (04.10.)29 (08.10.)30 (17.10.)31 (27.10.)32 (11.11.)33 (27.11.)34 (13.12.)35 (31.12.)

Godina: 1918.

god. 1918.- brojevi: 36 (07.01.)37 (19.01.)38 (04.02.)39 (05.02.)40 (14.02.)41 (24.02.)42 (17.03.)43 (21.04.)44 (16.04.)45 (24.04.)46 (15.05.)47 (02.06.)48 (17.06.)49 (10.07.)50 (22.07.)51 (09.08.)52 (12.08.)53 (20.08.)54 (13.09.)55 (25.09.)56 (08.10.)57 (15.10.)58 (02.11.)59 (24.11.)60 (05.12.)61 (26.12.)

Godina: 1919.

god. 1919.- brojevi: 62 (02.01.)63 (14.01.)64 (06.02.)65 (01.03.)66 (21.03.)67 (05.04.)68 (22.04.)69 (08.05.)70 (15.05.)71 (01.06.)72 (15.06.)73 (30.06.)74 (07.07.)75 (27.07.)76 (19.08.)77 (14.09.)78 (10.10.)79 (10.11.)80 (27.11.)81 (23.12.)

Godina: 1920.

god. 1920.- brojevi:82 [08.02.] 83 [11.03.] 84 [26.07.] 85 [02.08.] 86 [19.08.] 86 [07.09.] 88 [24.09.] 89 [28.10.] 90 [12.12.]

Godina : 1921.

god. 1921.- brojevi : 91 [03.03.]

Monographies

Andrijašević Živko M., Rastoder Šerbo, 2000, Histoire du Monténégro : des temps les plus anciens jusqu’à l’indépendance, Grude, Coopération Luxembourg Monténégro, 334 p.

Vuksan D. Dušan [Вуксан Д., Душан], 2017, Црна Гора у европском рату 19141916, [le Monténégro dans la guerre européenne 1914‑1916], Матица црногорска [Voix du Monténégro], Подгорица [Podgorica], 508 p.

Jovanović Ivona, 2016, Francuski jezik i kultura u Crnoj Gori (18301914) – Langue et culture française au Monténégro [18301914], UCG, Fondacija Petrović Njegoš, Podgorica.

Rastoder Šerbo, 2004, Crna Gora u egzilu, knjiga 1 i 2, Istorijski institut Crne Gore, Almanah, Podgorica, 455 p.

Ružić Nataša, Lalović Mladen, 2016, Izvještavanje Glasa Crnogorca o osnivanju Kraljevine Srba, Hrvata i Slovenaca, HAZU, Zadar.

Haut de page

Notes

1 Andrijašević, 2012, p. 188.

2 Selon les dates des calendriers julien et grégorien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La carte historique du Monténégro en 1918
Crédits Source : Cartographie monténégrine, Internet
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Figure 2. L’alignement des soldats français à Cetinje
Crédits Source : Exposition Ratna razglednica – Crna Gora 1914-1918, auteur A. Brkuljan (novembre 2014, Ministère de la culture, Cetinje)
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figure 3. Le croiseur cuirassé français Léon Gambetta qui sera coulé à l’entrée du canal d’Otrante
Crédits Source : wikimedia commons, http://u-boat-laboratorium.com
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 4. Le roi Nikola, exilé, arrive à la gare à Lyon
Crédits Source : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6945648d
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 5. Le premier numéro paru en France le 22 janvier/4 février 1917
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Figure 6. Le dernier numéro paru en France le 3 mars/16 mars 1921
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 7. L’en-tête de la première page
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 8. Exemple d’une annonce commerciale, 5 février 1917, p. 2
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Figure 9. Le prince Nikola et Mme Florence Mangin le 21 avril 2017 À l'occasion de la remise de la Légion d'honneur au prince héritier Nikola Petrović Njegoš, la chaîne nationale du Monténégro a consacré une émission à cet événement, qui a été diffusée plusieurs fois en avril 2017.
Crédits Source : Pobjeda, 04 février 2018, p. 2
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/16722/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Prof. Dr Dragan Bogojević et Prof. Dr Ivona Jovanović, « La Voix du Monténégrin – La Voix du Monténégro : Journal officiel d’exil d’un Royaume en voie de disparition, 1917‑1921 », Cahiers balkaniques [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 21 août 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceb/16722 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.16722

Haut de page

Auteurs

Prof. Dr Dragan Bogojević

Université du Monténégro, Faculté de philologie, Nikšić, Monténégro

Prof. Dr Ivona Jovanović

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search