Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Comptes rendusRené Bouchet, 2020, Nikos Kazantz...

Comptes rendus

René Bouchet, 2020, Nikos Kazantzaki, les racines et l’exil, Éditions universitaires de Dijon, Collection Essais, 130 p, ISBN : 9782364413504

Joëlle Dalègre

Texte intégral

1Des ouvrages de valeur ont déjà paru en France à propos de Nikos Kazantzaki ; néanmoins l’essai de René Bouchet, Nikos Kazantzaki, les racines et l’exil, ne fait pas double emploi ; « petit » par la taille, c’est une étude approfondie, sensible et synthétique dont le sous-titre, les racines et l’exil, indique clairement la problématique.

Car une chose est sûre : Kazantzaki n’a cessé au fil de ses livres de revenir sur le caractère problématique pour ses personnages, de l’enracinement ou du déracinement, du départ ou du retour, du maintien dans ses foyers ou de l’aventure sur les routes du monde. (p. 7)

2Les racines, celles de l’arbre, c’est la Crète, racine omniprésente, affirmée, revendiquée, une Crète « féroce », « sauvage », « orgueilleuse », combattante, LIBRE. L’écrivain, après son adolescence, n’y passe plus que peu de temps, juste le temps de reprendre de « l’élan », mais il la porte en lui.

La Crète n’a pas disparu de mon esprit, mais le monde tout entier s’est déployé en moi comme une Crète gigantesque qu’opprimaient toutes sortes de Turcs, maux qui se relevait sans cesse et réclamait sa liberté (p. 39).

3Mais la Crète, c’est aussi un père tyrannique qui l’étouffe. Les révoltes contre le père sont nombreuses dans l’œuvre de Kazantzaki (p. 19) comme l’image de l’étouffement qu’il ressent également en Grèce, sentiment d’étouffement qui le pousse à l’arrachement, à l’errance à travers le monde à la découverte des Autres. C’est la découverte de l’URSS des années 1920, d’un espace immense qu’il a largement parcouru, du communisme, la rencontre d’une humanité une et diverse, d’une sorte de monde entier à lui seul, dans une société à la fois diverse et sans classes. Cet enthousiasme retombera, mais la quête, le déplacement permanent de l’Extrême‑Orient à la France, l’expérience de la diversité humaine se poursuivra, malgré deux arrêts plus longs, l’un à Égine, l’autre, à Antibes où il mourra. Mais :

Je reste ici, exilé, dans ce paradis d’Antibes, et je travaille, autant que je le puis, la langue et l’esprit néo‑grecs. Depuis quarante ans, je ne fais que cela, sans autre récompense que les persécutions des Grecs officiels. Mais je suis fait de bonne terre, made in Creta, et je résiste, j’espère lutter ainsi jusqu’à la mort. (p. 99)

4Ce compte‑rendu est bref, je l’avoue, mais la richesse de cet essai en analyses prises à toutes les œuvres de Kazantzaki, ne peut se résumer, il ne peut que se lire et enrichir le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Dalègre, « René Bouchet, 2020, Nikos Kazantzaki, les racines et l’exil, Éditions universitaires de Dijon, Collection Essais, 130 p, ISBN : 9782364413504 », Cahiers balkaniques [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 21 août 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceb/18211 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.18211

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search