Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Éditorial

Texte intégral

1Ce nouveau numéro des Cahiers balkaniques marque trois nouveautés dans l’histoire des Cahiers.

2En premier lieu, il me faut remercier le centre de recherches PLIDAM (Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations) de l’Inalco qui, à la suite d’une réorganisation intérieure, accepte dorénavant en son sein les Cahiers balkaniques.

3En second lieu, il faut signaler que ce numéro ne comprend ni varia ni compte-rendu et se trouve totalement consacré à un seul sujet : l'évolution de la broderie de tradition byzantine en Méditerranée orientale et dans le monde slave (1200‑1800)

4Enfin je tiens à insister sur le côté exceptionnel de ce sujet, traité par de grands spécialistes et très richement illustré, grâce au travail et à l’initiative d’Elena Papastavrou qui, en collaboration avec Marielle Martiniani‑Reber, a réuni l’équipe de chercheurs et a travaillé à réunir et relire les manuscrits. Les différents contributeurs se sont montrés également très patients devant mes exigences typographiques.

5Le présent volume est dédié à la broderie de tradition byzantine qui a évolué dans les pays héritiers de la culture byzantine, qui s’étendent à l’Est de la Méditerranée et au monde slave, entre 1200 et 1800. L’espace temporel a été ainsi délimité, car les broderies byzantines de caractère ecclésiastique, dont il est question principalement dans ce volume, existent depuis la fin du xiie siècle et que la tradition de cet art continue jusqu’à la révolution industrielle, ce qui pratiquement, dans le domaine artistique, apparaît après les premières décennies du xixe siècle. Notre ambition a été de rassembler les résultats de la recherche de spécialistes de différentes origines pour mettre en lumière l’évolution de la broderie de tradition byzantine d’un point de vue interdisciplinaire qui embrasse l’iconographie, le style et la technique, durant les périodes byzantine et post‑byzantine. Le détail des illustrations permet d’illustrer des points techniques et d’accéder à des œuvres aujourd’hui disséminées à travers l’aire de recherche considérée ou au fond des sacristies et donne ainsi un caractère exceptionnel à ce volume.

6L’équipe des Cahiers balkaniques souhaite donc une bonne lecture, riche et intéressante à ses lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Dalègre, « Éditorial »Cahiers balkaniques [En ligne], 48 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ceb/18259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.18259

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers balkaniques est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search