Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48À propos d’un épitrachilion de 16...

À propos d’un épitrachilion de 1664 de la Métropole Trikkis et Stagon attribué à la broderie de l’École de Constantinople

A 1664 Constantinopolitan Stole from the Sacristy of the Metropolis of Tricca and Stagoi
Το επιτραχήλιο του 1664, έργο Κωνσταντινουπολίτικου εργαστηρίου από το Σκευοφυλάκιο της Μητροπόλεως Τρίκκης και Σταγών
Glycérie Chatzouli

Résumés

Résumé : parmi les objets précieux qui font partie du trésor de la sacristie (skévophylakeion) de la Métropole de Trikkis et Stagon il y a un habit sacerdotal, épitrachilion, daté de 1664. Sa broderie raffinée et artistique porte la marque d’un atelier constantinopolitain de qualité, donc d’un des plus anciens vêtements attribuables à l’école dite de Constantinople (xviiexixe siècles). La surface de l’épitrachilion se divise en huit compartiments rectangulaires décorés d’éléments végétaux. Les fleurons et les branches fleuries ornent les surfaces horizontales de bandes divisant les figures des apôtres et des hiérarques. En plus d’être une des premières pièces de l’école de Constantinople, elle porte une inscription qui identifie un évêque jusqu’ici inconnu de Dropolis (Dropull) et d’Argyrokastro (Gjirokastër) nommé Parthénios. Ainsi elle remplit un vide dans la liste des évêques entre Séraphim (1662), identifié par une dédicace dans le katholicon de la Panaghia (Dormition de la Vierge) du monastère de Kamino/Camino en Albanie (Épire du Nord, Delvino/Delvinë) et Kallinikos (16671672) connu par les archives de l’évêché.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à exprimer ma plus vive reconnaissance à son Éminence le Métropolite de Trikki et Stagon, m. m. Chrysostome Nassis, qui m’a confié la présentation scientifique de l’épitrachilion de 1664 par la collection des œuvres d’art de la métropole.

1Parmi les objets précieux qui font partie du trésor de la sacristie (skévophylakeion) de la métropole de Trikkis et Stagon il y a un habit sacerdotal, épi­trachilion, qui a attiré notre attention (Fig. 1‑2) (sch. i). Il s’agit d’une étoffe jaune en soie brodée de fils dorés et argentés.

Figure 1. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre, 1664.

Figure 1. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre, 1664.

Skévophylakeion de la Métropole Trikki et Stagon. Dimensions : 1,49 x 0,30 m. Photo : archives de l’auteur.

Schéma 1. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre, 1664.

Schéma 1. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre, 1664.

Skévophylakeion de la Métropole Trikki et Stagon. Dimensions : 1,49 x 0,30 m

  • 1  Dimensions : 147 cm x 29 cm. Le schéma, qui est attaché à l’article est de l’architecte Olga Strev (...)
  • 2  «ΔΕΡΝΟΠΟΛΕΩΣ»: (= « Dernopoleos ») : ce toponyme erroné se réfère en fait à Dryinoupoleos en Épire (...)
  • 3  «ΑΡΓΗΡΩΚ/Α(CΤ)ΟΥΡ»: « ARGHIROKAS­TOUR ». Peut‑être s’agit‑il de l’anagrammatisme du deuxième compo (...)
  • 4  Lambros, 1914, p. 44‑52 ; Poulitsas, 1928, p. 91 ; Ghiakoumis & Ghiakoumis, 1994, p. 104‑106 ; Cha (...)
  • 5  Callinique, exprélat de Ioannina, est compris parmi les évêques de Dryinoupolis et Arghyrocastre. (...)
  • 6  Oikonomou, 1990, p. 48‑49 ; Pappa, 2009, p. 71, no 210 ; Τritos, 1999, p. 108 ; Pappa, 2009, p. 50 (...)

2La surface de l’épitrachilion1 se divise en huit compartiments rectangulaires décorés d’éléments végétaux. Les fleurons et les branches fleuries ornent les surfaces horizontales de bandes divisant les figures des apôtres et des hiérarques. Sur la partie inférieure de l’habit sacerdotal, dans le sens de la largeur de deux bandes unies, une inscription en lettres majuscules mal orthographiée se déroule : «†ΤΟ ΘΕΟΦΙΛΕC·Τ/ΑΤΟ ΕΠΗCΚΟΠΩ ΤΗ/C ΑΓΙΩΤΑΤΗC ΕΠΗC/ΚΟΠΗC ΔΕΡΝΟΠΟ/ΛΕΟC2· Κ(ΑΙ) ΑΡΓΗΡΩΚ/Α(CΤ)ΟΥΡ3· ΠΑΡΘΕ/ΝΙΟC· ΕΝ ΕΤΕΙ ·/ΑΧΞΔ (=1664) ΜΑΓΙΩ ·Η». En fait, dans cette inscription, on lit que le 8 mai de l’an 1664 Parthénios était l’évêque de Dryinoupolis et d’Arghyrocastre. Parthénios (1667‑?) complète le vide dans le catalogue des évêques de l’évêché avant l’épiscopat de Séraphin (?‑1662) ; le nom de ce dernier figure dans l’inscription dédicatoire du catholicon du Monastère de la Vierge (Dormition de la Vierge) de Kamine ou de Kamena de Delvin (Épire du Nord) dans l’actuelle Albanie4. Après Parthénios l’évêque Callinique suit, entre 1666 et 1669 ou 1671 et 16785, tandis que son successeur était Étienne ier ou Sofianos (1672 ? jusqu’en 1700)6. Selon des renseignements oraux, nous notons que le présent épitrachilion était en possession d’un soldat allemand, qui le gardait probablement comme butin, venant peut‑être d’une église de la région de Delvinon en Épire du Nord. À son départ de Grèce, vers 1945, cet objet lui a sûrement paru inutile, il l’a donc jeté par la fenêtre du train, dans la région de « Sérailla », tout près de l’église du cimetière de la Vierge Zoodochos Pighi de Trikala. Ensuite le prêtre de cette église l’a donné à la Métropole de Trikki et Stagon, où il est conservé jusqu’à aujourd’hui.

3Le collet de l’épitrachilion que nous examinons, qui mesure 0,48 cm par 0,36 cm, a été remplacé par une étoffe nouvelle de couleur jaune, à cause peutêtre de l’usure. Au milieu a été placée une croix aux branches égales, provenant probablement d’une partie brodée du même collet au fil argenté qui n’avait pas été endommagée. Dans la partie inférieure de l’épitrachilion, en dessous de l’inscription en lettres majuscules nous distinguons une deuxième partie d’une étoffe blanche mesurant 19 cm par 29 cm, dotée d’une décoration fleurie sur laquelle deux croix aux branches égales ont été cousues. Ces remplacements ont été ajoutés à partir de la décoration brodée de l’épitrachilion qui n’était pas endommagé.

  • 7  Plus de renseignements sur la relation des habits sacerdotaux avec l’architecture, cf. Athanase (m (...)
  • 8  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΠΕΤ/[ΡΟC]» Plus de renseignements sur le type iconographique de l’apôtre v (...)
  • 9  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΠΑΥ/ΛΟ/C». Plus de renseignements sur les éléments iconographiques de l’ap (...)
  • 10  Selon les types iconographiques des prélats voir Mantas, 2001, p. 135 ; Gerstel, 1999, p. 15‑36.
  • 11  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΒΑCΙ/ΛΕΙΟC». Plus d’éléments sur le type iconographique du prélat chez Mar (...)
  • 12  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΓΡΗΓΟ/ΡΙΟC» Plus de renseignements sur le type iconographique du prélat ch (...)
  • 13  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΙΩ Ο/ΧΡΥ/CO/(ΣT)OM/OC». Plus d’éléments sur le type iconographique du prél (...)
  • 14  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΑΘΑΝ/ΑCΙ/ΟS» Pour plus d’éléments iconographiques du prélat chez Martinov, (...)
  • 15  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS CΠΙΡΙΔΟΝ». Pour plus d’éléments sur le type iconographique du prélat, voir (...)
  • 16  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΚΥΡΙΛΛΟC». Plus d’éléments sur le type iconographique du prélat voir Deleh (...)
  • 17  «Τό ὠμοφόριον ἐστι τοῦ ἀρχιερέως, κατά τήν στολήν τοῦ Ἀαρών»· Pseudogermanos, patriarche de Consta (...)
  • 18  Pour plus d’éléments concernant le sakos qui provient du « divitision », voir Ghiolés, 2001, p. 65 (...)
  • 19  Thierry, 1966, p. 312‑313.
  • 20  Walter, 1982, p. 21‑22.
  • 21  Théocharis, 1986, p. 20.
  • 22  Siméon, archévêque de Thessalonique, 1928‑1936, PG. 155, 289Α‑292Α. Theocharis, 1986, p. 20. Const (...)

4L’épitrachilion est composé de huit différents compartiments, composées d’arcades7 trilobées, brisées, soutenues de colonnes couronnées de chapiteaux gravés sur lesquelles nous distinguons de part et d’autre les apôtres Pierre8 et Paul9. Les deux coryphées des apôtres sont représentés à la hauteur des épaules de l’épitrachilion, position qui met l’accent sur l’égalité de leur rôle. Ils sont montrés en pied, légèrement tournés l’un vers l’autre, tenant des rouleaux fermés. Ils sont vêtus d’un chiton et d’un himation, suivant le costume typique des apôtres. Les autres compartiments sont occupés par les figures des hiérarques10. Il s’agit des prélats suivants : Basile de Cappadoce11 et Grégoire le Théologien12, Jean le Chrysostome13 et Athanase le Grand d’Alexandrie14, Spyridon de Trimythonte le Thaumaturge15 et Cyrille d’Alexandrie16 tous figurent en pied. Ils portent l’omophorion17 usuel décoré de croix aux branches inégales et un sakkos18, marquant la dignité de la prélature. Le long « enheirion »19, qui se distingue à la place de l’épigonation ultérieur20, rappelle l’habit épiscopal archaïque. Les hiérarques sont figurés tête nue, sauf les deux derniers Spyridon et Cyrille (d’Alexandrie) dont les têtes sont couvertes de coiffes. Il faut noter que les figures des hiérarques sont disposées les unes en face des autres dans une pose hiératique, tandis que celles des apôtres ont un mouvement intense d’énergie, inspirés par leur mission et leur prédestination21. Une partie de l’offrande est dédiée à la mémoire et en l’honneur de saints hiérarques considérés comme successeurs des apôtres et comme intermédiaires de la vision du divin pendant l’accomplissement du mystère de la sainte eucharistie. La présence des apôtres et des hiérarques correspond à l’élévation des morceaux du pain pendant l’office de l’Offerte22.

Figure 2. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre. 1664. Détail.

Figure 2. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre. 1664. Détail.

5Dans la partie intérieure des arcades, nous distinguons les inscriptions qui accompagnent les figures. La partie extérieure de l’arcade est complétée d’un fleuron et d’une branche ayant des feuilles lancéolées.

Figure 3. Épitrachilion de Gabriel, métropolite de Chalcédoine 1661. No. 7. Nouveau Skévophylakeion du Patriarcat Œcuménique, Dimensions : 1,49x 0,25 m. Détail.

Figure 3. Épitrachilion de Gabriel, métropolite de Chalcédoine 1661. No. 7. Nouveau Skévophylakeion du Patriarcat Œcuménique, Dimensions : 1,49x 0,25 m. Détail.

Photo : d’après l’auteur.

  • 23  Inscription : «†ΚΤΗΜΑ ΤΟΥ/ ΤΑΠΕΙΝΟΥ/ ΜΗΤΡΟΠΟΛΙΤΟΥ/ ΧΑΛΚΗΔΟΝΟC/ ΓΑΒΡΙΗΛ ΕΝ ΕΤΕΙ/ ΑΧΞΑ΄/Ι(ΟΥ)ΝΙ(ΟΥ) (...)
  • 24  Sotiriou, 1937, p. 46, pl. 31 et 32δ.
  • 25  Iordanoglou, 2000, p. 106‑107.
  • 26  Théocharis, 1986, p. 20 ; Papamastorakis, 1994, p. 67‑78 ; Grozdanov, 1998-1999, p. 151‑160.

6Cet épitrachilion présente beaucoup de caractéristiques communes avec celui brodé de soie, no 7, et daté en 1661 23 – dont les dimensions (franges comprises) sont de 149 cm par 25 cm – (Fig. 3). Il est gardé dans le nouveau skévophylakeion du Patriarcat Œcuménique de Constantinople24 et a appartenu au métropolite de Chalcédoine, Gabriel (1647‑1670)25. Selon une inscription l’épitrachilion est daté du 11 juin 1661, c’est-à-dire qu’il a été brodé trois ans avant celui de Delvin, en Épire du Nord, que nous examinons. Il faut noter que pour les deux épitrachilia de 1664 et de 1661 un prototype commun a été utilisé. Sur le col, est représenté dans un médaillon le Christ en buste selon le type du Grand Archévêque26, bénissant de ses deux mains. Il s’agit d’une décoration très commune ayant comme but de montrer que le prêtre est au service de Dieu par commandement divin. Ensuite, les figures de deux apôtres coryphées Pierre et Paul ; légèrement tournés l’un vers l’autre sont représentées, tandis que dans les trois compartiments qui suivent les figures des hiérarques (Jean Chrysostome, Grégoire le Théologien, Basile, Athanase, Grégoire Palamas, Spyridon) sont représentées de face, encadrés, ayant une position hiératique. Ils bénissent de la main droite, tandis que dans la main gauche ils tiennent des codex fermés, suivant chacun un mouvement différent. Leur identité est indiquée à droite et à gauche de leur tête par une inscription.

  • 27  Jean Chrysostome, PG. 63, 903. «…λαβών τό ἐπιτραχήλιον, καί εὐλογήσας, ἀσπάζεται…». Quand le clerc (...)
  • 28  Patrinelis, Καrαkαtsani & Théocharis, 1974, p. 145.
  • 29  Jean Callinique, 1969, p. 484.
  • 30  Siméon, archévêque de Thessalonique, PG. 155, 868CD.

7L’épitrachillion ou peritrachilion est considéré comme le vêtement sacerdotal obligatoire du prêtre27 dès le début du vie siècle28. Il est constitué d’une bande d’étoffe qui entoure le cou, autour de la nuque et qui descend en deux pans qui sont ordinairement unis. Il s’agit d’une évolution de l’orarion du diacre qui était porté sur une épaule29. Siméon de Thessalonique signale que «…καί χωρίς ἐπιτραχηλίου οὐ χρή τι τόν ἱερέα διενεργεῖν, ἐπεί καί τά ἱερά ἄμφια χάριν ἔχουσι θείαν»30.

  • 31  Théodore de Balsamon, PG. 138, 1021C ; Woodfin, 2012, p. 105.
  • 32  Pseudo-Germain, PG. 98, 393CD. Millet, 1947, p. 30. Papas (avant Ilioupoleos et Theiron) (aujourd’ (...)
  • 33  Pseudo-Germain,1928‑1936, PG. 98, 393D.
  • 34  Ibid. Athanasios Papas (Ilioupoleos et Theiron), 1995, p. 750 ; ZographouΚorrés, 1985, p. 43.

8L’épitrachilion, selon Balsamon, symbolise «τό φραγγέλιο τό ἑλκύσαν τήν ζωήν πρός τόν θάνατον»31. Selon Pseudo-Germain, il symbolise le joug du Christ sous lequel doit se trouver le prêtre ou encore la corde attachée au cou du Christ, quand Il a été traîné devant les juges. «…φακεώλιον, μεθοὗ ἐπεφέρετο ὑπό τοῦ ἀρχιερέως δεδεμένος και συρόμενος ἐπί το πρόσθεν ἐπί τῷ τραχήλῳ Χριστός ἐν τῷ πάθει αὐτοῦ ἀπερχόμενος»32. Il faut noter que le pan droit de l’épitrachilion représente symboliquement le roseau qu’avait tenu le Christ devant les soldats qui se moquaient de Lui. «…πέφηνεν κάλαμος ὅν ἔδωκαν ἐμπαίζοντες τῇ δεξιᾷ τοῦ Χριστοῦ»33. D’autre part, le pan gauche symbolise la Croix que le Christ a été obligé de transporter sur ses épaules «…τοῦ σταυροῦ βασταγή ἐπί τῶν ὤμων αὐτοῦ»34.

  • 35  Lübeck, 1912, p. 797 ; Κourkoulas, 1921, p. 53 ; Théocharis, 1986, p. 20 ; Paliouras, 2002, p. 309 (...)

9Quant aux franges de l’épitrachilion, elles représentent les âmes «τάς ψυχάς τοῦ ἐμπιστευθέντος τῷ ἱερεῖ ποιμνίου, διἅς φέρει εὐθύνην», car le jour du Jugement le prêtre va rendre compte des âmes dont il était responsable35.

  • 36  Pour plus d’éléments sur les symbolismes et l’utilisation significative du jaune des habits sacerd (...)
  • 37  Chatzimichalis, 1960, p. 449 sqq.
  • 38  Chatzimichalis, 1956, p. 447‑499, Fig. 132.

10La broderie de l’épitrachilion est exécutée sur un tissu de soie jaune-doré36. Des fils métalliques dorés ou argentés37 couvrent les auréoles, les parties extérieures des habits sacerdotaux et les éléments de la décoration végétale. Les fils en soie multicolores aux nuances de bleu, de rouge sombre, de vert ou de rose sont utilisés pour marquer les contours et les plis. Les fils métalliques dorés qui remplissent les parties intérieures des habits sacerdotaux et du décor végétal se contrastent légèrement du fond doré du support grâce à une multitude de points d’aiguille38 qui s’alternent. En effet, les fils métalliques sont appliqués en couchure, soit simple, soit de façon à former différents schémas, comme celui du panier, par exemple, dans les auréoles des hiérarques, les vêtements sacerdotaux et les arcades, ou alors formant des zigzags, comme sur les épitrachilia ou quelques nimbes.

11La réalisation des visages individualisés est remarquable. Le brodeur utilise des fils de soie de couleur jaune clair pour la chair en point fendu ; à l’aide de fils de différentes nuances de brun, il accentue les contours et les détails, aussi bien que la chevelure et la barbe des figures en s’efforçant de restituer les caractéristiques avec plasticité. En fait, l’artiste anonyme applique des matériaux précieux et une technique variée. L’excellente habileté dans l’exécution classe l’habit sacerdotal parmi les meilleurs exemples des ateliers de Constantinople. Bien que l’épitrachilion ne soit pas conservé dans son intégralité, puisque la partie du collet et la partie inférieure présentent des ajouts plus récents, il est comparable aux autres œuvres des ateliers constantinopolitains importants.

  • 39  Par exemple nous joignons en plus l’épitaphios de 1637 «διά χειρός μοναχοῦ Δαβίδ», (Μillas, 2000, (...)
  • 40  L’épitrachilion (dimensions 1,29 m x 28 cm) du monastère de Tatarna en Eurytanie, avait été brodé, (...)
  • 41  Par exemple nous notons l’épitaphios de Jérusalem de 1613‑1614 des donateurs Skarlatos et Kokona, (...)
  • 42  E. Papastavrou, tenant compte de l’opinion du Professeur Petre Nasturel, a découvert un grand nomb (...)
  • 43  Papastavrou & Filiou, 2015, p. 163.

12Il est incontestable que la production des ateliers de Constantinople couvrait non seulement les besoins du clergé du Patriarcat Œcuménique,39 mais également elle produisait des broderies religieuses pour la vie liturgique des populations orthodoxes de la Grèce actuelle40, du Moyen-Orient (Patriarcat de Jérusalem41), des Balkans (Valachie, Moldavie, c’est-à-dire Roumanie d’aujourd’hui)42, de l’Épire du Nord (aujourd’hui Albanie), d’où provient l’épitrachilion (Fig. 1), (sch. I) que nous examinons, mais aussi, en partie, du clergé du Patriarcat arménien de Jérusalem43.

  • 44  Ibid., p. 161‑176.

13L’excellente exécution de l’épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et d’Arghyrocastre (1664) (Fig. 1, sch. I) aussi bien que les précieux matériaux et le travail fin corroborent l’idée44 qu’à Constantinople, entre les premières décennies après la chute de Byzance jusqu’en 1680, (début du siècle des Phanariotes), existait un certain nombre d’ateliers renommés de broderie. Ces ateliers d’artisanat correspondent à des donateurs économiquement puissants dans le sein de la communauté Grecque-orthodoxe de la capitale, mais aussi en dehors de celle-ci, fournissant des broderies religieuses. Il faut noter qu’avec la montée des Grecs du Phanar aux postes administratifs élevés, la prospérité économique de la communauté grecque-orthodoxe, le développement du commerce et les contacts continus entre l’Empire Ottoman et l’Occident ont fait que la broderie ecclésiastique a connu un essor et un rayonnement remarquables.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et thèses

<Anonyme>, 1958, Gosudartvenaja Oruyeinaja Palata Moskovskogo Kremlja, [Chambre de l’armurerie d’État du Kremlin], Gosudarstvenoe iydatelstvo iyobrayitelnogo iskustva, Moscou, 176 p.

Atesis Vasilios , [Ατέσης Βασίλειος], 1975, Ἐπισκοπικοί κατάλογοι τῆς Ἐκκλησίας τῆς Ἑλλάδος ἀπἀρχῆς μέχρι σήμερον [Catalogues épiscopaux de l’Église de Grèce du début à aujourd’hui], Αθήνα, [Athènes], 338 p.

Callinique Jean [Καλλινικος Ἰωάννης] (Protopresbytre), 1969, Χριστιανικός ναός καί τά τελούμενα ἐν αὐτῷ [L’église chrétienne et les cérémonies intérieures], Γρηγόρη [éd. Grigoris], Ἀθήνα [Athènes], 645 p.

Chatzidakis Manolis & Drakopoulou Evgenia [Χατζηδάκης Μανώλης, Δρακοπούλου Ευγενία], 1997, Ἕλληνες ζωγράφοι μετά τήν ἅλωση (14501830), [Peintres grecs après la prise de Constantinople, 1450‑1830] tome 2, Κέντρο Νεοελληνικῶν Ἐρευνῶν/Ἐθνικό Ἵδρυμα Ἐρευνῶν [Centre de recherches néohelléniques, Fondation de recherches], no 62, Αθήνα
[Athènes], 474 p.

Chrysostomou Georges (aujourd’hui métropolite Kitrous Katerinis et Platamonos) [Χρυσόστομου Γεώργιος], 2012, «Το χρώμα των αμφίων» … ἄμφια χάριν ἔχουσι θείαν. Τα άμφια της Ελληνορθοδόξου Εκκλησίας [« La couleur des vêtements sacerdotaux »… les vêtements ont une grâce divine. Les vêtements sacerdotaux de l’Église orthodoxe grecque], éd. Στρατηγικές εκδόσεις [Éditions stratégiques], Αθήνα [Athènes], 320 p.

Constantinidis Chara [Κωνσταντινίδη Χαρά], 2008, Μελισμός. Οἱ συλλειτουργοῦντες ἱεράρχες καί οἱ ἄγγελοι-διάκονοι μπροστά στήν Ἁγία Τράπεζα μέ τά Τίμια δῶρα τόν εὐχαριστιακό Χριστό, [Le melismos, les hiéraques et les angesdiacres célébrant ensemble la liturgie devant la Sainte Table avec les dons sacrés ou le Christ reconnaissant] Κέντρο Βυζαντινῶν Ἐρευνῶν/Βυζαντινά Μνημεῖα [Centre de Recherches byzantines/monuments byzantins], No. 14, éd. Π. Κυριακίδη α.ε. [Éditions Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 486 p.

Damaskinos, Feidas Vlasios, Pasadaios Aristidis, Paliouras Athanasios, [Δαμασκινός, Φειδάς Βλάσιος, Πασαδαίος Αριστίδης, Παλιουρας Αθανάσιος], 1996, Τό Οἰκουμενικό Πατριαρχεῖο. Μεγάλη τοῦ Χριστοῦ Ἐκκλησία [Le Patriarcat œcuménique. La Grande Église du Christ], Ὀρθόδοξο Κέντρο Οἰκουμενικοῦ Πατριαρχείου Γενεύης [Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique de Genève], Ἑλβετία [Suisse], Ε. Τζαφέρης Α. Ε. [E. Tzaferis], Ἀθήνα [Athènes], 374 p.

Delehaye, S.J., 1902, Synaxarium Ecclesiœ Constantinopolitanœ e codice Sirmondiano nunc Berolinensi adjectis synaxariis selectis. (Propylœum ad Acta sanctorum novembris.), 1180 colonnes.

Denis de Fourna [Διονύσιος τοῦ ἐκ Φουρνᾶ], 1909, Ἑρμηνεία τῆς ζωγραφικῆς τέχνης καί αἱ κύριαι πηγαί αὐτῆς. Ἀνέκδοτοι πηγαί, ἐκδιδομένη μετά προλόγου νῦν τό πρῶτον πλήρης κατά τό πρωτότυπον αὐτῆς κείμενον, ὑπό Α. Παπαδοπούλου Κεραμέως [Interprétation de l’art et ses sources principales. Sources non publiées ; édité avec prologue, le premier texte complet selon l’original, par A. PapadopoulosKerameos], ἐπανέκδοση Ἐκδόσεων Σπανοῦ α.ε., [réédition des éditions Spanos & co], Πετρούπολις [St Petersbourg], 351 p.

Drandakis, Nikolaos [Δρανδάκης Νικόλαος], 1969, Εἰκονογραφία τῶν Τριῶν Ἱεραρχῶν [Iconographie des Trois Hiérarques], Ιωάννινα, [Ioannina], 34 p.

Fountoulis Ιoannis [Φουντουλης Ἰωάννης], 2007, Ἱστορική ἐξέλιξη καί τάξη χειροτονιῶν, Τελετουργικά Θέματα, Ἀποστολική Διακονία [éd. Diaconie apostolique], tom. 3, Αθήνα [Athènes], 248 p.

Gerstel Sharon E. J., 1999, Beholding the Sacred Mysteries, Programs of the Sanctuary, Seattle & London, 293 p.

Ghiakoumis Georgios Κ. & Ghiakoumis Κonstantinos G. [Γιακούμής Γεώργιος Κ. & Γιακούμής Κωνσταντίνος Γ.], 1994, Ορθόδοξα μνημεία στη Βόρειο Ήπειρο [Monuments orthodoxes en Épire du Nord], Ίδρυμα Βορειοηπειρωτικών Ερευνών [Fondation de recherches sur l’Épire du Nord], Ιωάννινα [Ioannina], 184 p.

Ghiolés Νikolaos [Γκιολές Νικόλαος], 2001, «Τα βυζαντινά αυτοκρατορικά διάσημα», Ώρες Βυζαντίου. Έργα και ημέρες στο Βυζάντιο, Αθήνα, Θεσσαλονίκη-Μυστράς, Το Βυζάντιο ως Οικουμένη, Βυζαντινό και Χριστιανικό Μουσείο, Οκτώβριος 2001- Ιανουάριος 2002 [« Choses célèbres de l’Empire byzantin », Heures de Byzance. Travaux et jours à Byzance, Athènes, Thessalonique-Mystra, Byzance comme œkoumène, musée byzantin et chrétien, Octobre 2001‑Janvier2002] έκδ. Υπουργείο Πολιτισμού, Διεύθυνση Βυζαντινών και Μεταβυζαντινών μνημείων [éd. Ministère de la culture, direction des monuments byzantins et post byzantins], [Athènes], 336 p.

Grozdanov Cvetan, 1983, Portreti na svetitelite od Makedonija od ixxviii vek [Les portraits des saints de Macédoine du ixe au xviiie siècle], Republički zavod za zaštita na spomenicite na kulturata [Institut d’État pour la protection des biens culturels], Skopje, 303 p.

Hammond Charles Edward & Brightman Frank Edward, 1996, Liturgies Eastern and Western, vol. 1, Eastern Liturgies, Oxford, repr. Oxford 1965, 724 p.

Iordanoglou Αnastasios [Ιορδάνογλου Αναστάσιος], 2000, Η μητρόπολις Χαλκηδόνος από την αρχαιότητα έως σήμερα [La métropole de Chalcédoine de l’antiquité à aujourd’hui], Σύνδεσμος των εν Αθήναις Μεγαλοσχολιτών [Association des Megaloscholites à Athènes], Athènes, 983 p.

Ιsmyrliadou Αdelaida [Ισμυρλιαδου Αδελαϊδα], 2013, Αργυρόκαστρο. Ιστορία-εκπαίδευση-κοινωνία. 18ος- αρχές 20ου αιώνα [Argyrokastro, histoire-éducation-société, xviiiedébut du xxe siècle], éd. Φιλόπτωχος Αδελφότης Ανδρών Θεσσαλονίκης [Confrérie d’hommes, Philoptochos de Thessalonique], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 110 p.

Johnstone Pauline, 1967, The Byzantine Tradition in Church Embroidery, éd. Alec Tiranti, London, 144 p.

Κoukopoulos Konstantin [Κουκόπουλος Κωνσταντῖνος], 2014, Τό χρῶμα τῶν ἱερῶν ἀμφίων στή λειτουργική μας παράδοση [La couleur des vêtements sacerdotaux dans notre tradition liturgique], Κυριακίδη [éd. Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 279 p.

Κoumoulidis Ioannis, [Κουμουλίδης Ιωάννης], 1991, Το μοναστήρι της Τατάρνας και κειμήλια [Le monastère de Tatarna et ses reliques], Εκδοτική Ελλάδος Α. Ε. [Éditions de Grèce], Αθήνα [Athènes], 148 p.

Κourkoulas Κonstantinos [Κουρκουλας Κωνσταντῖνος], 1960, Τά ἱερατικά ἄμφια καί συμβολισμός αὐτῶν ἐν τῇ Ὀρθοδόξῳ Ἑλληνικῇ Ἐκκλησίᾳ, [Les vêtements sacerdotaux et leur symbolisme dans l’Église grecque orthodoxe], Ἀθήνα [Athènes], 88 p.

Mantas Apostolos [Μαντάς πόστολος], 2001, Τό εἰκονογραφικό πρόγραμμα τοῦ ἱεροῦ βἠματος τῶν μεσοβυζαντινῶν ναῶν τῆς Ἑλλάδος (843-1204), [Le
programme iconographique du Béma des sanctuaires byzantins de Grèce (843‑1204)], Ἀθήνα [Athènes], 359 p.

Martinov Ivan, 1963, Annus Ecclesiasticus Graecoslavicus, Bruxelles, p. 57. Annus ecclesiasticus graecoslavicus : Sanctorum Cirilli et Methodii Slavicae gentis Apostolorum Seu commemoratio et breviarium rerum gestarum eorum qui fastis sacris graecis et slavisis illati sunt, 388 p.

Migne Jacques Paul, 1928-1936. Patrologia Graeca (= PG.), 166 Vols., Classiques Garnier, Paris. En particulier ici :

Jean Chrysostome, PG. 63, 903.

Pseudo-Germain, patriarche de Constantinople, Ἱστορία Ἐκκλησιαστική καί μυστική Θεωρία [dub.], PG. 98, 393D‑396A.

Siméon archévêque de Thessalonique, Ἐρωτήσεις ἀρχιερέως, Ερώτησις ΙΖ΄, PG. 155, 868CD.

Siméon, archévêque de Thessalonique, Περί τῆς Ἱερᾶς Λειτουργίας, 96-97, PG. 155, 289Α-292Α.

Théodore de Balsamon, patriarche d’Antioche, Μελέται ἤτοι ἀποκρίσεις, PG. 138, 1021C.

Μillas Akyllas [Μήλλας Ἀκύλας], 2000, Κωνσταντίνου πόλις ἐντός τῶν τειχῶν Ὀρθοδοξία [La ville de Constantin ou l’Orthodoxie intramuros], Μίλητος [éd. Militos], Αθήνα [Athènes], tome 2, 792 p.

Millet Gabriel, 1939‑1947, Broderies religieuses de style Byzantin, éd. Presses universitaires de France, Paris, 117 p. + 216 planches.

Oikonomou Photios [Οικονόμου Φωτίου], 1990, Ὀρθοδοξία καί Ἑλληνισμός στήν Βόρειο Ἤπειρο. ἐκκλησία ἐν Βορείῳ Ἠπείρῳ (Ἀπό τῆς πρώτης διαδόσεως τοῦ Χριστιανισμοῦ μέχρι τῶν καθἡμᾶς χρόνων) [Orthodoxie et hellénisme en Épire du Nord. L’église en Épire du Nord (depuis la première diffusion du christianisme jusqu’à nos jours)], éd. Ἐλεύθερη σκέψις [Eeftheri Skepsi], Ἀθήνα [Athènes], 232 p.

Paliouras Athanasios [Παλιούρας Αθανάσιος], 2002, Εισαγωγή στη Βυζαντινή Αρχαιολογία [Introduction à l’archéologie byzantine], Πανεπιστήμιο Ιωαννίνων [éd. De l’université de Ioannina], Ιωάννινα [Ιoannina], 392 p.

Paliouras Athanasios [Παλιούρας Αθανάσιος], 2004, Βυζαντινή Αιτωλοακαρνανία. Συμβολή στη Βυζαντινή και Μεταβυζαντινή Μνημειακή Τέχνη [Étoloacarnanie byzantine, contribution à l’art monumental byzantin et post byzantin], Ίφιτος, [éd. Iphitos], Αγρίνιο [Αgrinio], 450 p.

Papaévanghelou Panagiotis [Παπαευαγγέλου Παναγιώτης], 1965, διαμόρφωσις τῆς ἐξωτερικῆς ἐμφανίσεως τοῦ Ἀνατολικοῦ καί ἰδίᾳ τοῦ Ἑλληνικοῦ κλήρου [La formation de l’apparence extérieure du clergé d’Orient et, en particulier, du clergé grec], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 158 p.

Pappa Eftychia [Παππα Ευτυχία], 2009, Η επαρχία Δρυινουπόλεως της Β. Ηπείρου κατά την νεότερη περίοδο: τουρκοκρατία, 20ος αιώνας [La province de Dryinopolis en Épire du Nord à l’époque moderne : turcocratie, xxe siècle], αδημοσίευτη διδακτορική διατριβή / Τμήμα Ποιμαντικής και Κοινωνικής Θεολογίας [Thèse inédite de doctorat, Section de théologie sociale], ΑΠΘ [Université de Thessalonique], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 395 p.

Patrinelis Christos, Καrαkαtsani Agapi, Théocharis Maria [Πατρινέλης Χρήστος, Καρακάτσανη Αγάπη, Θεοχάρη Μαρία], 1974, Μονή Σταυρονικήτα. Ἱστορία -Εἰκόνες-Χρυσοκεντήματα [Monastère Stavronikita, Histoire, Icônes, Broderies d’or], Ἐθνική Τράπεζα τῆς Ἑλλάδος [éd. Banque de Grèce], Ἀθήνα [Athènes], 244 p.

Sotiriou Giorgios [Σωτηρίου Γιώργιος], 1937, Κειμήλια τοῡ Οἰκουμενικοῦ Πατριαρχείου. Πατριαρχικός ναός καί σκευοφυλάκιον [Reliques du patriarcat œcuménique, église patriarcale et trésor], Ἀθήνα [Athènes], 114 p.

Stephanidis Vassilios [Στεφάνιδης Βασίλειος], 1948, Ἐκκλησιαστική Ἱστορία [Histoire ecclésiastique], Ἀθῆναι [Athènes], 819 p. + 64 planches.

Théocharis Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1986, Ἐκκλησιαστικά χρυσοκέντητα [Broderies ecclésiastiques à l’or], éd. Ἀποστολική διακονία τῆς Ἐκκλησίας τῆς Ἑλλάδος [Diaconie apostolique de l’Église de Grèce], Ἀθήνα [Athènes], 48 p.

Trembelas Panagiotis [Τρεμπέλα Παναγιώτης], 1912, Αἱ Τρεῖς Λειτουργίαι κατά τούς ἐν Ἀθήναις κώδικας [Les trois liturgies selon les codes à Athènes], Ἀθῆναι, Texte und Forschungen zur byzantinisch- neugriechischen Philologie, 15, Athènes, 243 p.

Τritos Michail [Τρίτος Μιχαήλ], 1999, ἐκκλησία στό Ἀνατολικό Ἰλλυρικό καί τήν Ἀλβανία [L’église en Illyrie orientale et Albanie], Κυριακίδη α.ε. [Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 236 p.

Walter Christopher, 1982, Art and Ritual of the Byzantine Church, Variorum publications, London, 279 p.

Woodfin Warren T., 2012, The embodied Icon. Liturgical Vestments and Sacramental Power in Byzantium, ed. Oxford University Press, New York, 384 p.

ZographouΚοrré Katerina [ΖωγράφουΚορρέ K], 1985, Μεταβυζαντινή- Νεοελληνική Ἐκκλησιαστική Χρυσοκεντητική [Broderie ecclésiastique à l’or post byzantine et néogrecque], Ἀθήνα [Athènes], 288 p.

Articles et contributions à des ouvrages

Athenagoras [Αθηναγορας] (métropolite de Paramythia et Parga), 1928, «Η εκκλησία των Ιωαννίνων» [L’Église de Ioannina] Ἠπειρωτικά Χρονικά 3 [Chroniques épirotes 3], Ἰωάννινα [Ioannina], p. 3‑49.

Athanase [Αθανάσιος] (métropolite geron Chalchidonos), 20172019, «Ἐνδυμασιολογία, ἀμφιολογία καί ἀρχιτεκτονική», [Art du vêtement et des vêtements sacerdotaux et architecture] Ἐπιστημονική Ἐπετηρίδα Ἀνωτάτης Ἐκκλησιαστικῆς Ἀκαδημίας Βελλᾶς Ἰωαννίνων, Ἀφιέρωμα στόν ὀμότιμο Καθηγητή Δημήτριο Ράϊο, [Journal scientifique de l’Académie ecclésiastique Vella de Ioannina, dédié à l’honorable Professeur Dimitrios Raios] tome 8/2, Βελλᾶ Ἰωαννίνων [Vella Ioanninon] p. 33‑41.

Chatzimichalis Angeliki [Χατζημιχαλη γγελική], 1956, «Τά χρυσοκλαβαρικά – συρματέϊνασυρμακέσικα κεντήματα», Ἀθῆναι [Les broderies en chaîne à col d’or], Mélanges offerts à Octave et Melpo Merlier à l’occasion du 25e anniversaire de leur arrivée en Grèce, tome 2, collection de l’Institut français d’Athènes, no 93, Athènes, p. 447‑499.

Chatzimichali Angeliki [Χατζημιχαλη Αγγελική], 1960, «Ραπτάδες χρυσορράπτες καί καποτάδες» [Tailleurs, tailleurs-orfèvres et fabricants de capes ], in Ἀφιέρωμα στή μνήμη τοῦ Μανόλη Τριανταφυλλίδη [Dédié à Manolis Triandafyllidis], Thessalonique, p 445‑474.

Chatzidakis Manolis, [Χατζηδάκης Μανώλης], 1938, «Ἐκ τῶν Ἐλπίου τοῦ Ρωμανοῦ» [Ek ton tou Elpiou tou Romanou], Ἐπετηρίς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν [Annuaire de la Société des études byzantines] 14, p. 411‑412.

Chatzoulis Glykeria [Χατχούλη Γλυκερία], 2004, «Ο κεντητός επιτάφιος “πόνος Μαριώρας” από τη Μονή της Παναγίας Αμπελακιώτισσας Ναυπακτίας» [L’épitaphios brodé « peine de Mariora » du monastère de la Panaghia Ambeliotissa de Naupactie], Β΄ Διεθνές Ιστορικό και Αρχαιολογικό Συνέδριο Αιτωλοακαρνανίας, Αγρίνιο 29-31 Μαρτίου 2002, Πρακτικά Συνεδρίου [Actes du 2e symposium international historique et archéologique d’Étoliacarnanie, Agrinio, 29‑31 mars 2002], Αγρίνιο [Αgrinio] tome 2, p. 641‑659.

Cope Gilbert, 1994, “Vestments”, in Davies John Gordon A new Dictionary of Liturgy and Worship, SCM-Canterbury Press Ltd, London, 560 p.

Gerova Ivana [Герова Ивана], 1993, « Grafichni modeli vav vazrozhdenskata ikonografia na slavianskite prosvetiteli » [Modèles graphiques de l’iconographie des Lumières slaves], Problemi na izkustvoto 4/10, n. 1, p. 3‑11.

Gritsopoulos Τasos [Γριτσοπουλος Τάσος], 1964, «ΔρυϊνουπόλεωςΠωγωνιανῆς καί Κονίτσης Μητρόπολις» [Métropole de Dryinopolis et de Konitsa ], Θρησκευτική και Ηθική Εγκυκλοπαίδεια [Encyclopedie de la Religion et de la Morale] 5, p. 226‑228.

Grozdanov Cvetan, 1998‑1999, « Christ, Roi des rois, dans les fresques de l’Archevêché d’Ohrid du xve au xviie siècles », Zograf 27 p. 151‑160.

Κissas Sotirios [Κίσσας Σωτήριος], 1986, «Εἰκαστικές παραστάσεις τῶν ἁγίων Κυρίλλου καί Μεθοδίου στή Χριστιανική Τέχνη» [Représentations des saints Cyrille et Méthode dans l’art chrétien], Πρακτικά ΣυνεδρίουἹερά Μητρόπολις Θεσσαλονίκης, Θεσσαλονίκη 2300 χρόνια Ἑορταστικαί ἐκδηλώσεις, Πρός τιμήν καί μνήμην τῶν ἁγίων αὐταδέλφων Κυρίλλου καί Μεθοδίου τῶν Θεσσαλονικέων, φωτιστῶν τῶν Σλάβων 1015 Μαΐου 1985 [Actes du colloque à la métropole de Thessalonique, Thessalonique 2300 ans, manifestations en l’honneur et en mémoire des frères saloniciens Cyrille et Méthode, évangélisateurs des Slaves, 10‑15 mai 1985], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], p. 317‑346.

Lambros Spyridon [Λαμπρος Σπυρίδων], 1914, «Τό κατάστιχον τοῦ μοναστηρίου Κάμενας» [Les états du monastère de Kamena], Νέος Ἑλληνομνήμων [Nouvelle Mémoire grecque] 11, p. 44‑52.

Lübeck K., 1912, „Die Liturgischen Gewänder der Griechen“, Theologie und Glaube 4, p. 783‑805.

Nasturel Petre, 1967‑1968, « L’épitphios constantinopolitain du monastère roumain de Secoul (1608) », Χαριστήριον εἰς Ἀναστάσιον Ὀρλάνδον [En l’honneur d’Anastasios Orlandos] tome 4, Athènes, p. 129‑140.

Papamastorakis Titos [Παπαμαστοράκης Τίτος], 1993‑1994, « Η μορφή του Χριστού Μεγάλου Αρχιερέα» [La forme du christ Grand Prêtre], Δελτίον Χριστιανικής Αρχαιολογικής Εταιρείας [Cahiers de la Societé Chrétienne et Archeologique] per. Δ΄, tom. 17, p. 67‑78.

Papas Athanasios [Παπας Αθανάσιος], 1995, (auparavant Ilioupoleos et Theiron, aujourd’hui métropolite geron de Chalcédoine), „Liturgische Gewänder“, Reallexikon zur byzantinischen Kunst, p. 741‑775.

Papastavrou Elena [Παπασταυρου Έλενα] 1999,« Un épitaphios brodé de 1672 au Musée Byzantin », Δελτίον Χριστιανικής Αρχαιολογικής Εταιρείας [Cahiers de la Société Chrétienne et Archéologique] Δ΄/20, p. 399‑407.

Papastavrou Elena & Filiou Daphni [Παπασταυρου Έλενα & Φιλιου Δάφνη], 2015, “On the beginnings of the Constantinopolitan school of embroidery”, Zograf  39, p. 161‑176.

Poulitsas Panagiotis [Πουλίτσας Παναγιώτης], 1928, «Ἐπιγραφαί καί ἐνθυμήσεις ἐκ τῆς Βορείου Ἠπείρου» [Inscriptions et mémoires d’Épire du Nord], Ἐπετηρίς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν [Annuaire de la Société des études byzantines] 5, p. 53‑99.

Todorov Todor & V. Sapundzhieva Vania, 2012, «Η αναγεννησιακή εικονογραφία των αγ. Κυρίλλου και Μεθοδίου ως πηγή νέων εικονογραφικών μοντέλων (προτύπων)» [L’iconographie renaissance des saints Cyrille et méthode comme source de nouveaux modèles iconographiques (prototypes)], Πρακτικά Διεθνούς Συνεδρίου: Κύριλλος και Μεθόδιος Παρακαταθήκες Πολιτισμού. Ἡ πολιτισμική κληρονομιά του έργου των αγίων Κυρίλλου και Μεθοδίου ως παράγοντας ενότητας με τους λαούς της ΝΑ. Ευρώπης [Actes du colloque international, Cyrille et Méthode, dépositaires de culture ; l’héritage culturel de l’œuvre de Cyrille et Méthode comme producteur d’unité avec les peuples de l’Europe du SE], Επίκεντρο [éd. Epikendro], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], p. 395‑406.

Théocharis Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1956, «Ἐκκλησιαστικά ἄμφια τῆς μονῆς Τατάρνης» [Vêtements ecclésiastiques du monastère de Tatarna], Θεολογία 27 [Theologia 27], p. 127‑147.

Théocharis Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1970, «Ὁ ἐπιτάφιος τοῦ Παναγίου Τάφου», Θεολογία 41 [Theologia 41], p. 690‑753.

Thierry Nicole, 1966, « Le costume épiscopal byzantin du ixe au xiiie siècle d’après les peintures datées », Revue des Études Byzantines 24, p. 308‑315.

Xynadas Emmanuel [Ξυνάδας Εμμανουήλ], 2010, «Δρυινουπόλεως, Πωγωνιανής και Κονίτσης μητρόπολη» [La métropole de Dryinoupolis, Pogoniani et Konitsa], Μεγάλη Ορθόδοξη Χριστιανική Εγκυκλοπαίδεια [Grande Encyclopédie Chrétienne Orthodoxe] 6, Στρατηγικές Εκδόσεις, Αθήνα [Éditions stratégiques], Athènes, p. 341-342.

Haut de page

Notes

1  Dimensions : 147 cm x 29 cm. Le schéma, qui est attaché à l’article est de l’architecte Olga Strevina, à qui j’adresse mes sincères remerciements.

2  «ΔΕΡΝΟΠΟΛΕΩΣ»: (= « Dernopoleos ») : ce toponyme erroné se réfère en fait à Dryinoupoleos en Épire du Nord.

3  «ΑΡΓΗΡΩΚ/Α(CΤ)ΟΥΡ»: « ARGHIROKAS­TOUR ». Peut‑être s’agit‑il de l’anagrammatisme du deuxième composant du mot. Plus d’éléments sur la métonomasie de « l’évêché d’Arghyrocastre » pour des raisons politiques, voir Oikonomou, 1990, p. 43 sqq.

4  Lambros, 1914, p. 44‑52 ; Poulitsas, 1928, p. 91 ; Ghiakoumis & Ghiakoumis, 1994, p. 104‑106 ; Chatzidakis & Drakopoulou, 1997, p. 197.

5  Callinique, exprélat de Ioannina, est compris parmi les évêques de Dryinoupolis et Arghyrocastre. Gritsopoulos, 1964, p. 228 ; Athénagoras, 1928, p. 31‑32 ; Atesis, 1974, p. 152 ; Pappa, 2009, p. 70 ; Xynadas, 2010, p. 341 ; Οikonomou, 1990, p. 48.

6  Oikonomou, 1990, p. 48‑49 ; Pappa, 2009, p. 71, no 210 ; Τritos, 1999, p. 108 ; Pappa, 2009, p. 50 ; Ιsmyrliadou, 2013, p. 56.

7  Plus de renseignements sur la relation des habits sacerdotaux avec l’architecture, cf. Athanase (métropolite geron Chalchidonos), 2017‑2019, p. 33‑41.

8  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΠΕΤ/[ΡΟC]» Plus de renseignements sur le type iconographique de l’apôtre voir Chatzidakis, 1938, p. 411‑412 ; Denis de Fourna, 1909, p. 150.

9  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΠΑΥ/ΛΟ/C». Plus de renseignements sur les éléments iconographiques de l’apôtre voir Chatzidakis, 1938, p. 412 ; Denis de Fourna, 1909, p. 150.

10  Selon les types iconographiques des prélats voir Mantas, 2001, p. 135 ; Gerstel, 1999, p. 15‑36.

11  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΒΑCΙ/ΛΕΙΟC». Plus d’éléments sur le type iconographique du prélat chez Martinov, 1938, p. 412. Drandakis, 1969, p. 8 sqq., 14 sqq.  ; Denis de Fourna, 1909, p. 154.

12  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΓΡΗΓΟ/ΡΙΟC» Plus de renseignements sur le type iconographique du prélat chez Delehaye, 1902, p. 422 sqq.  ; Chatzidakis, 1938, p. 412 ; Drandakis, 1969, p. 11 sqq.  ; Denis de Fourna, 1909, p. 154.

13  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΙΩ Ο/ΧΡΥ/CO/(ΣT)OM/OC». Plus d’éléments sur le type iconographique du prélat chez Delehaye, 1902, p. 217‑220. Chatzidakis, 1938, p. 413 ; Drandakis, 1969, p. 12 sqq. ; 17 sqq.  ; Denis de Fourna, 1909, p. 154.

14  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΑΘΑΝ/ΑCΙ/ΟS» Pour plus d’éléments iconographiques du prélat chez Martinov, 1938, p. 46 sqq.  ; Delehaye, 1902, p. 399 & p. 647 ; Chatzidakis, 1938, p. 413 ; Denis de Fourna, 1909, p. 154.

15  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS CΠΙΡΙΔΟΝ». Pour plus d’éléments sur le type iconographique du prélat, voir Denis de Fourna, 1909, p. 154.

16  Inscription : «Ο ΑΓΙ/ΟS ΚΥΡΙΛΛΟC». Plus d’éléments sur le type iconographique du prélat voir Delehaye, 1902, p. 399 sqq. et p. 739 ; Chatzidakis, 1938, p. 413 ; Denis de Fourna, 1909, p. 154.

Il faut noter qu’il s’agit de Cyrille (Constantin) (827‑869), qui avec son frère Méthode (815‑885) ont christianisé les Slaves. Pour les caractéristiques iconographiques de saint Cyrille d’Alexandrie qui accompagne saint Cyrille (Constantin) dans toutes les représentations dès le milieu du xive jusqu’au xviie siècle, voir Gerova, 1993, n. 1 ; Grozdanov, 1983, p. 277 sqq. ; Κissas, 1986, p. 326 ; TodorovSapundzhieva, 2012, p. 395‑406.

17  «Τό ὠμοφόριον ἐστι τοῦ ἀρχιερέως, κατά τήν στολήν τοῦ Ἀαρών»· Pseudogermanos, patriarche de Constantinople, 1928‑1936, PG. 98, 393D‑396A.

Le « perivolaion » est considéré comme précurseur de l’omophorion épiscopal. Sur ce thème voir Stephanidis, 1948, p. 146 ; Κourkoulas, 1960, p. 63‑65 ; Fountoulis, 2007, tome 3, p. 234 ; Johnstone, 1967, p. 104‑105 ; ZographouΚοrrés, 1985, p. 39 sqq.

18  Pour plus d’éléments concernant le sakos qui provient du « divitision », voir Ghiolés, 2001, p. 65 ; Κourkoulas, 1960, p. 6568 ; Papaévanghelou, 1965, p. 62‑63 ; Johnstone, 1967, p. 15 ; ΖographouΚοrrés, 1985, p. 26 sqq.

19  Thierry, 1966, p. 312‑313.

20  Walter, 1982, p. 21‑22.

21  Théocharis, 1986, p. 20.

22  Siméon, archévêque de Thessalonique, 1928‑1936, PG. 155, 289Α‑292Α. Theocharis, 1986, p. 20. Constantinidis, 2008, p. 125. L’abréviation PG. désigne Migne, 1928‑1936.

23  Inscription : «†ΚΤΗΜΑ ΤΟΥ/ ΤΑΠΕΙΝΟΥ/ ΜΗΤΡΟΠΟΛΙΤΟΥ/ ΧΑΛΚΗΔΟΝΟC/ ΓΑΒΡΙΗΛ ΕΝ ΕΤΕΙ/ ΑΧΞΑ΄/Ι(ΟΥ)ΝΙ(ΟΥ) ΙΑ΄»

24  Sotiriou, 1937, p. 46, pl. 31 et 32δ.

25  Iordanoglou, 2000, p. 106‑107.

26  Théocharis, 1986, p. 20 ; Papamastorakis, 1994, p. 67‑78 ; Grozdanov, 1998-1999, p. 151‑160.

27  Jean Chrysostome, PG. 63, 903. «…λαβών τό ἐπιτραχήλιον, καί εὐλογήσας, ἀσπάζεται…». Quand le clerc porte l’épitrachilion, il dit le vœux suivant : «Εὐλογητός Θεός ἐκχέων τήν χάριν αὑτοῦ ἐπί τούς ἱερεῖς αὑτοῦ ὡς μύρον ἐπί κεφαλῆς, τό καταβαῖνον ἐπί πώγωνα, τόν πώγωνα τοῦ Ἀαρών, τό καταβαῖνον ἐπί τήν ὤαν τοῦ ἐνδύματος αὐτοῦ» ; Brightman, 1996, p. 355 ; Trembelas, 1912, p. 1a ; Woodfin, 2012, p. 288.

28  Patrinelis, Καrαkαtsani & Théocharis, 1974, p. 145.

L’épitrachilion est l’équivalent de l’étole, ou encore « stola » de l’Église catholique romaine, qui a été adapté comme habit liturgique pendant le viiie siècle. Pour plus d’éléments voir Cope, 1994, p. 525.

29  Jean Callinique, 1969, p. 484.

30  Siméon, archévêque de Thessalonique, PG. 155, 868CD.

31  Théodore de Balsamon, PG. 138, 1021C ; Woodfin, 2012, p. 105.

32  Pseudo-Germain, PG. 98, 393CD. Millet, 1947, p. 30. Papas (avant Ilioupoleos et Theiron) (aujourd’hui métropolite geron de Chalcédoine), 1995, p. 750. ΖographouΚοrrés, 1985, p. 105.

33  Pseudo-Germain,1928‑1936, PG. 98, 393D.

34  Ibid. Athanasios Papas (Ilioupoleos et Theiron), 1995, p. 750 ; ZographouΚorrés, 1985, p. 43.

35  Lübeck, 1912, p. 797 ; Κourkoulas, 1921, p. 53 ; Théocharis, 1986, p. 20 ; Paliouras, 2002, p. 309 ; Κoukopoulos, 2014, p. 151.

36  Pour plus d’éléments sur les symbolismes et l’utilisation significative du jaune des habits sacerdotaux aux grandes fêtes et aux cérémonies officielles de l’Église voir Chrysostomou (aujourd’hui métropolite Kitrous Katerinis et Platamonos), 2012, p. 230.

37  Chatzimichalis, 1960, p. 449 sqq.

38  Chatzimichalis, 1956, p. 447‑499, Fig. 132.

39  Par exemple nous joignons en plus l’épitaphios de 1637 «διά χειρός μοναχοῦ Δαβίδ», (Μillas, 2000, tome 2 , p. 209‑211 ; Papastavrou, Filiou, 2015, p. 163), l’épitrachilion de Gabriel, métropolite de Chalcédoine de 1661 (dimensions 1,49 m x 25 cm), (Fig. 5), (Sotiriou, 1937, p. 46, pl. 31 et 32δ), l’épitaphios de 1672, no BM 7047 du Musée Byzantin et Chrétien d’Athènes, donation de la célèbre famille constantinopolitaine Zariphi (26‑2‑1964) – dimensions 1,29 x 1,13 cm.- (Papastavrou, 1999, p. 399‑407) plus les trois sakkoi autrefois au skévophylakeion synodal de Moscou, mais qui se trouvent aujourd’hui dans la collection du Musée du Kremlin. Il s’agit du sakkos du patriarche de Moscou Philarète (1619‑1634), nTk26 (dimensions 1,28 m x 1,29 m.), du sakkos constantinopolitain no Tk‑20 qui est connu sous le nom «sakkos Tsaregradski» «ΑΧΜΓ΄» (=1643) du patriarche Parthénios ii (i 1643‑1646 et ii 1648‑1651) (dimensions 1,42 x 1,42 m) et du sakkos no Τk‑2238 de patriarche Cyrille iii Loukaris (1652, 1654) (dimensions 1,35 x 1,26 m ) qui proviennent tous les trois d’ateliers constantinopolitains du xviie siècle aujourd’hui au Musée du Kremlin à Moscou. (Sotiriou, 1937, p. 37 ; Théocharis, 1986, p. 12 ; Damaskinos, Feidas, Pasadaios, Paliouras, 1989, p. 113 ; <Anonyme>, 1958, Fig. 261.

40  L’épitrachilion (dimensions 1,29 m x 28 cm) du monastère de Tatarna en Eurytanie, avait été brodé, selon l’inscription, en 1609. «….ΗΚΟΔΟΜ/ΗΘΕΙ ΕΝ ΚΩΝΣΤΑΝΤΙΝΟΥΠΟΛΗ…» «…ΕΝ ΕΤΕΙ ΖΡΙΗω» (=1609). Poulitsas, 1926, p. 274 ; Théocharis, 1956, p. 139‑141, pl. 2,1, Η.1, Θ.3 ; Κoumoulidis, Derisiotis & Sdrolia, 1991, p. 88 et p.139‑140. Θ. 3 ; Théocharis, 1986, p. 58, Fig. 38 ; Paliouras, 2004, p. 163, no 154 ; Chatzoulis, 2004, tome 2, p. 651, no 63. Sur une analyse technique de l’épitrachilion de Tatarna, voir Papastavrou & Filiou, 2015, p. 166‑168.

41  Par exemple nous notons l’épitaphios de Jérusalem de 1613‑1614 des donateurs Skarlatos et Kokona, aïeux d’Alexandre Mavrocordatos nommé aussi « ex Aporriton » des services secrets (1641‑1709), Théocharis, 1970, p. 690‑704 et 753 ; Papastavrou & Filiou, 2015, p. 163, no 21.

42  E. Papastavrou, tenant compte de l’opinion du Professeur Petre Nasturel, a découvert un grand nombre de broderies religieuses liées plus ou moins directement aux ateliers de Constantinople. Par exemple, l’épitaphios de 1608 (dimensions 2,36 m x 1,93 cm) du monastère Secoul avait été brodé de la main de la nonne Philothée de Constantinople «διά χειρός Φιλοθέης μοναχῆς ἐν Κωνσταντινουπόλει, ἐν ἔτει Χριστοῦ 1608». Il faut noter que l’épitaphios du monastère de Secoul a été commandé à Constantinople, à une époque où les ateliers moldaves étaient considérés florissants. Il s’agit d’un indice que Constantinople avait déjà sa réputation sur la broderie d’or. Nasturel, 1967‑1968, p. 129 sqq. ; Théocharis, 1994, p. 59, Fig. 39 ; Papastavrou & Filiou, 2015, p. 162‑163.

43  Papastavrou & Filiou, 2015, p. 163.

44  Ibid., p. 161‑176.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre, 1664.
Crédits Skévophylakeion de la Métropole Trikki et Stagon. Dimensions : 1,49 x 0,30 m. Photo : archives de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Schéma 1. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre, 1664.
Crédits Skévophylakeion de la Métropole Trikki et Stagon. Dimensions : 1,49 x 0,30 m
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 2. Épitrachilion de Parthénios, évêque de Dryinoupolis et Arghyrocastre. 1664. Détail.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Figure 3. Épitrachilion de Gabriel, métropolite de Chalcédoine 1661. No. 7. Nouveau Skévophylakeion du Patriarcat Œcuménique, Dimensions : 1,49x 0,25 m. Détail.
Crédits Photo : d’après l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Glycérie Chatzouli, « À propos d’un épitrachilion de 1664 de la Métropole Trikkis et Stagon attribué à la broderie de l’École de Constantinople »Cahiers balkaniques [En ligne], 48 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ceb/18565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.18565

Haut de page

Auteur

Glycérie Chatzouli

Université Aristote, Thessalonique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers balkaniques est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search