Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Vêtements sacerdotaux russes, bro...

Vêtements sacerdotaux russes, brodés d’or au monastère d’Iviron du Mont Athos : source de savoir et de mémoire

Ecclesiastical gold‑embroidered vestments on Mount Athos monastery of Iviron: source of knowledge and memory
Εκκλησιαστικά χρυσοκέντητα άμφια στην αθωνική μονή των Ιβήρων: πηγή γνώσης και μνήμης
Nikolaos Mertzimekis

Résumés

Résumé : notre étude ne concerne ni la famille impériale, ni la cour, ni les personnes haut placées de la capitale russe. Il s’agit d’une paire de manipules sacerdotaux (epimanikia), brodés d’or, offerts par des chrétiens pieux de la lointaine péninsule du Kamtchatka au monastère d’Iviron, conservés aujourd’hui à la trésorerie‑musée du monastère.
Sur le premier des manipules est représenté le monastère d’Iviron, flanqué de remparts imposants. À l’avant‑plan, nous voyons l’entrée centrale du monastère. À l’intérieur, on distingue l’église principale, le baptistère et d’autres édifices, ainsi que des cyprès. Sur le second manipule est représentée la sainte péninsule du Mont Athos, dont le sommet est couronné d’un temple. Au centre de la partie inférieure figure une croix, flanquée à droite et à gauche de nuages.
Le thème de l’ornementation des deux manipules est assez inaccoutumé pour la pratique décorative du Mont Athos, ce qui le rend unique en son genre. Ces manipules pourraient être datés chronologiquement de la seconde moitié du xviiie ou du xixe siècle, compte tenu des renseignements historiques concernant le lieu, ainsi que des éléments techniques et stylistiques de la confection.
Nous pouvons noter, en guise de conclusion, que l’acte de la donation, de façon évidente, témoigne de la piété et de la charité des chrétiens russes ordinaires.

Haut de page

Texte intégral

J’exprime ma plus profonde gratitude à l’higoumène du monastère, l’archimandrite Nathanaël, ainsi qu’à toute la congrégation et, en particulier au père Christophoros, pour leur chaleureuse hospitalité et pour m’avoir accordé l’autorisation de prendre et de publier des photos des manipules liturgiques brodés, conservés à la skevophilacie (le trésor) du monastère.
Je remercie également mon collègue, le Dr Alexandre Preobrajensky, chef du département d’Art médiéval russe à l’Institut d’Histoire de l’Art (Moscou), de ses précieuses remarques au sujet des inscriptions.

  • 1 Chryssochoides, 2011, vol. i, p. 269.
  • 2 Mes recherches sont orientées vers l’art byzantin et post‑byzantin et plus concrètement : la bijou (...)

1Nous savons que, dès la fin du xve siècle, mais surtout au xviie siècle, les moines athonites se tournaient de plus en plus vers la Russie orthodoxe1 dans le but de trouver la solution à leurs problèmes économiques qui s’étaient aggravés à l’époque de la domination ottomane2. Ils rédigeaient leurs requêtes pour demander de l’aide, sous la forme de lettres qu’ils allaient jusqu’à adresser au tsar de Russie en personne. Leur contenu se bornait à une seule revendication : avoir l’autorisation de séjourner en territoire russe et de recevoir des aumônes de la part du tsar. Les monarques russes accordaient, par une Charte, l’autorisation aux moines athonites de séjourner dans leur capitale pour une période déterminée, afin de collecter des sommes d’argent.

  • 3 En ce qui concerne la description des manipules du monastère d’Iviron, voir VlachopoulouKarampina(...)
  • 4 En ce qui concerne l’histoire du monastère d’Iviron, voir Actes d’Iviron, i. Des origines au milie (...)

2Il importe de noter que notre étude ne concerne ni la famille impériale, ni la cour, ni les personnes haut placées de la capitale russe. Il s’agit en fait d’une paire de manipules sacerdotaux3 (epimanikia), brodés d’or, offerts par des chrétiens pieux de la lointaine péninsule du Kamtchatka au monastère d’Iviron4 (Fig. 1), ce qui est évident dans l’inscription des donateurs. Les epimanikia sont conservées aujourd’hui à la trésorerie‑musée du monastère.

Figure 1. Monastère d’Iviron

Figure 1. Monastère d’Iviron
  • 5 Chentsova, 2010, p. 225‑263.
  • 6 Alexandropoulou,2000, p. 111‑154.
  • 7 Chryssochoides, 2011, p. 272.
  • 8 Smyrnakis, 1988, p479‑480. Alexandropoulou, 2000, p. 128.

3La notoriété et la grandeur spirituelle du monastère d’Iviron pour les chrétiens orthodoxes dépassaient les frontières de la péninsule balkanique. Cela était dû surtout à la gloire de l’icône miraculeuse de la Vierge Portaitisa5. Une copie de l’icône, réalisée en 1648 sur la demande du prélat russe Nikon, devenu plus tard patriarche de Moscou, a été transférée dans la capitale russe, pour devenir objet de la vénération nationale. Depuis 1653, la copie de l’icône se trouve au monastère de Saint‑Nicolas6, au centre de Moscou, qui a été cédé comme metochion au monastère d’Iviron. La cession du monastère de Saint‑Nicolas à l’un des monastères athonites devrait être considérée comme une extrême faveur de la part de la Russie tsariste, car jusqu’à la fin du xviiie siècle, c’était l’unique grand metochion athonite en territoire russe7. Le metochion, dont les actes notariés avaient été édictés par le tsar Alexis Mikhaïlovitch Romanov (1645‑1676)8, s’est transformé d’une part en un asile pour tous les moines grecs qui arrivaient à Moscou et, d’autre part, en centre spirituel de l’orthodoxie dans la capitale russe.

  • 9 Sur les habits et attributs sacerdotaux, voir Woodfin,2011; Kapustka & Woodfin, 2015.
  • 10 Quand il enfile la manchette droite, le prêtre récite des textes de l’Ancien Testament (Exode, 15‑ (...)
  • 11 À ce que je sache, on ne trouve pas ce type de manipules sacerdotaux dans la région du Mont Athos. (...)

4Les manipules, confectionnés d’étoffe épaisse, sont attachés aux mains du prêtre, au‑dessus des poignets, pour soutenir les bouts du Stichéraire9. Elles sont utilisées à une fin pratique, dans le but de faciliter le libre mouvement des mains du prêtre officiant. Jusqu’au xiiie siècle, seuls les archevêques s’en servaient, pour célébrer le baptême. Aujourd’hui, elles font partie des attributs liturgiques des prêtres et des moines. Les manipules symbolisent les mains attachées du Christ, au moment de sa comparution devant Ponce Pilate, ainsi que la toute puissante énergie divine et les Saints sacrements10. Sur le premier de ces manipules est représenté le monastère d’Iviron, flanqué de remparts imposants11 (Fig. 2).

Figure 2. Manipule sacerdotal représentant le monastère de Saint Dionysios de l’Olympe

Figure 2. Manipule sacerdotal représentant le monastère de Saint Dionysios de l’Olympe

Photo: archive de Elena Papastavrou

5À l’avant‑plan, nous voyons l’entrée centrale du monastère. À l’intérieur, on distingue l’église principale, le baptistère et d’autres édifices, ainsi que des cyprès (Fig. 3). Le long des remparts sont figurées des tours, au centre de la représentation se trouve une grande croix et à gauche un médaillon dans lequel est gravée l’inscription :

6(Saint Cloître d’Iviron). Dans la partie inférieure, à l’emplacement de l’année, la broderie est malheureusement usée, donc illisible.

Figure 3. Manipule sacerdotal de Bolcheretzkiy ostrog, représentant le monastère d’Iviron

Figure 3. Manipule sacerdotal de Bolcheretzkiy ostrog, représentant le monastère d’Iviron
  • 12 Sur la catégorie des inscriptions liturgiques et des dédicaces brodées, voir Theochari, 1957, p. 4 (...)

7Sur la première manchette est brodée également la première partie de l’inscription des donateurs12, notamment :

8(Fig. 4). Traduction : « Ces epimanikia sont confectionnés sur les terres du Kamtchatka, au Bolcheretskiy ostrog, pour être offertes en don au Mont Athos ».

Figure 4. Manchette liturgique, représentant le monastère d’Iviron – détail de l’inscription de donation

Figure 4. Manchette liturgique, représentant le monastère d’Iviron – détail de l’inscription de donation

9Sur la deuxième manchette est représentée la sainte péninsule du Mont Athos, dont le sommet est couronné d’un temple (Fig. 5).

Figure 5. Manchette liturgique de Bolcheretzkiy ostrog, représentant le Mont Athos

Figure 5. Manchette liturgique de Bolcheretzkiy ostrog, représentant le Mont Athos

10Au centre de la partie inférieure figure une croix, flanquée à droite et à gauche, de nuages. Dans les angles supérieurs de l’image se trouvent deux médaillons, comportant une partie d’une inscription brodée :

11(Sainte Montagne d’Athos, Mai… Jour). La broderie, indiquant le jour exact du mois de mai, est usée et illisible. Dans la partie inférieure de l’epimanikia, des collines et des arbres sont brodés de fils d’or, accompagnés de la suite de l’inscription de la première manchette :

12(Fig. 6), « Donation de Vassa Fiodorovna Bre(tcha)lova, pour la liturgie funèbre à la mémoire des défunts et pour le pardon des péchés ». Le thème de l’ornementation des deux manipules du monastère d’Iviron est assez inaccoutumé dans la pratique décorative du Mont Athos, ce qui le rend unique en son genre.

Figure 6. Manipule sacerdotal, représentant le Mont Athos. Détail de l’inscription de donation

Figure 6. Manipule sacerdotal, représentant le Mont Athos. Détail de l’inscription de donation
  • 13 Sur les thèmes ornementaux des manipules, voir Johnstone, 1967, 34‑35; Theochari, 1986, p. 21;Maya (...)
  • 14 Θησαυροί Αγίου Όρους, 1997, No 11.15,p. 465.
  • 15 Ibid., no 11.16, p. 465‑466 ; no 11.17, p. 466‑467; no 11.21, p. 470 ; Theochari,1996, vol i, p. 2 (...)
  • 16 Theochari, 1991, p. 217, Fig. 140.
  • 17 Theochari, 1991, p. 217, Fig. 142.
  • 18 Θησαυροί Αγίου Όρους, 1997, no 11.14, p. 464; VlachopoulouKarampina, 1998, p. 103‑104.
  • 19 VlachopoulouKarampina, 1998, p. 98‑102.
  • 20 Ibid., p104‑105.
  • 21 Enev, 1994, 445; Theochari, 1996, vol. ii, p. 447.
  • 22 Olympiou, 2001, p. 411.
  • 23 ΟρθοδοξίαΕλληνισμός. Πορεία στην Τρίτη Χιλιετία, 1996, vol. ii., p. 395.

13La décoration courante des manipules sacerdotaux13 consiste dans la représentation de scènes des douze grandes fêtes14 (l’Annonciation15, la Nativité du Christ16, le Baptême du Christ17, etc.), le Christ Grand Hiérarque, les saints Hiérarques, la Vierge trônant18, l’Hospitalité d’Abraham19, la Cène20, le Christ et les Apôtres21, ainsi que des scènes bibliques22 (la Traversée de la mer Rouge, la Guérison des aveugles, la Réception des Tables de loi de Moïse). On retrouve aussi des manipules à la décoration florale23.

  • 24 Sur les vêtements sacerdotaux brodés russes, voir : Mayasova, 2004; Galart, 2010.

14Ces images, brodées sur de la soie verte, sont usées à plusieurs endroits. On a utilisé des fils d’or, d’argent et de soie, conformément à ce que devait être représenté, notamment : les inscriptions, les croix, les boucliers, le Mont Athos, le monastère, les remparts et l’église principale sont brodés de fils d’or et d’argent, alors que le décor naturel, les collines et les arbres sont confectionnés en fils de soie, de couleurs naturelles. Les manipules sacerdotaux pourraient être datés chronologiquement de la seconde moitié du xviiie ou du xixe siècle, compte tenu des renseignements historiques concernant le lieu, indiqué dans l’inscription, ainsi que des éléments tеchniques et stylistiques de la confection24.

15Le lieu‑dit Bolcheretskiy ostrog (Fig. 7), qui est mentionné sur les epimanikia, se trouve sur le littoral occidental de la péninsule de Kamtchatka (Fig. 8).

Figure 7. Une vue dans la ville de Bolcheretzk la capitale du Kamtschatka. Gravure anglaise. J. H. Moore, “New and Complete Collection of Voyages”, London, 1780

Figure 7. Une vue dans la ville de Bolcheretzk la capitale du Kamtschatka. Gravure anglaise. J. H. Moore, “New and Complete Collection of Voyages”, London, 1780

Source : https://ru.wikipedia.org/​wiki/​Большерецк

Figure 8. Carte géographique de la péninsule du Kamtchatka et de Bolcheretzkiy ostrog

Figure 8. Carte géographique de la péninsule du Kamtchatka et de Bolcheretzkiy ostrog
  • 25 Loginov, 2012, p. 5‑9, 23‑25, 30‑33 ; Vakhrin, 2016, p. 8‑11.
  • 26 Arov, 2007, p. 360‑361.
  • 27 Vakhrin,2014, tome i (A‑C), p. 12, 15. C’est à la Dormition de la Vierge qu’est consacrée l’église (...)
  • 28 Ibid., tome i, p. 13.

16En 1711, c’est une des forteresses les plus considérables, devant son nom à la rivière voisine de Bolchoï. Elle a été édifiée au cours de la période 1697‑1704 par les Cosaques Ivan Kozyrevski et Daniel Antsiferov25. Par ailleurs, la forteresse est un port important sur la voie maritime reliant Okhotsk au Kamtchatka et un point de transit pour toutes les expéditions en direction des Kouriles et de la partie septentrionale du Pacifique. De 1740 à 1785, Bolcheretskiy ostrog est une sorte de capitale du Kamtchatka, car c’est là que séjournent ses gouvernants administratifs26. C’est à cette époque (xviiie siècle) que commence la christianisation de la population locale par des moines russes qui voyagent d’Irkoutsk jusqu’à différentes localités de la péninsule de Kamtchatka, y compris Bolcheretskiy ostrog. Dans ce contexte, au mois d’avril 1741, le hiéromoine Yermolay, émissaire de l’évêque d’Irkoutsk, Innocent, a consacré le premier temple à Bolcheretskiy ostrog, en hommage à la Dormition de la Vierge.27 En 1761, c’est dans la même église qu’a eu lieu l’ordination par l’évêque Sophroni du prêtre Piotr Longinov, qui y officie jusqu’à la fin de sa vie en 177128.

17La présence des manipules au monastère d’Iviron, ainsi que les données contenues dans les inscriptions, ne manquent pas de soulever les questions suivantes :

  • Qui est le donateur, qui a confectionné les epimanikia ?
  • D’où proviennent les renseignements à l’origine de l’esquisse du monastère ?
  • De quelle manière les manipules ont‑ils été transportés du lointain Kamtchatka jusqu’au Mont Athos ?
  • 29 Ibid., tome i, p. 122125.

18Il est très difficile de répondre à la première question et il importe, pour y parvenir, d’entreprendre une étude systématique dans les registres civils de Bolcheretskiy ostrog. Dans la pratique courante, les tissus et les habits liturgiques portent rarement des dédicaces et il est encore plus rare d’y découvrir le nom du donateur ou de l’artisan. Dans notre cas, la difficulté provient du fait qu’il s’agit de personnes ordinaires et non pas de tsars ou de boyards. Et pourtant, lors d’une étude antérieure, nous avons découvert qu’à Bolcheretskiy ostrog, en 1747, a été enregistrée la société commerciale Bretchalov29. Les renseignements qui nous permettraient d’établir l’identité des donateurs sont très sommaires, mais nous espérons qu’une étude plus approfondie finira par donner des résultats plus catégoriques que ceux dont nous disposons pour l’instant.

  • 30 Sur les lithographies traitant des thèmes du Mont Athos et du monastère d’Iviron, voir Mylonas, 19 (...)
  • 31 Barsky, 2009, p. 322‑323.

19La réponse à la deuxième question peut être cherchée dans les descriptions et les plans des monastères athonites30 qui décorent les guides des pèlerins et qui connaissent une large diffusion dans tout le monde chrétien. Un exemple probant à cet égard représente le livre du moine‑voyageur ukrainien Vassili Grigorovitch Barsky (1744), qui inclut un plan du monastère d’Iviron31 (Fig. 9‑10).

Figure 9. Le Monastère d’Iviron. détail d’une esquisse de Vassili G. Barsky (1744)

Figure 9. Le Monastère d’Iviron. détail d’une esquisse de Vassili G. Barsky (1744)

Figure 10. Manchette liturgique au monastère d’Iviron. détail du rempart Nord

Figure 10. Manchette liturgique au monastère d’Iviron. détail du rempart Nord
  • 32 Alexandropoulou, 2000, p. 111‑154.
  • 33 Sur les objets de l’art liturgique russe en Grèce, à l’exception du Mont Athos, voir Boycheva & Dr (...)

20Il est également très difficile de répondre à la troisième question, mais il n’est pas exclu que les manipules aient accompagné quelque prêtre de Bolcheretskiy ostrog dans son voyage à Moscou où se trouvait le monastère de Saint-Nicolas, metochion du monastère d’Iviron.32 Cette hypothèse pourrait fournir une explication plausible de la manière dont les epimanikia ont été transportées par des moines d’Iviron dans leur monastère sur le Mont Athos (Fig. 11). Et pourtant, jusqu’à maintenant, nous ne disposons pas d’autres faits historiques, susceptibles de justifier l’apparition « miraculeuse » de cette donation au monastère d’Iviron33.

Figure 11. La carte mondiale, représentant le monastère d’Iviron, Moscou et Bolcheretzkiy ostrog

Figure 11. La carte mondiale, représentant le monastère d’Iviron, Moscou et Bolcheretzkiy ostrog

21Nous pouvons noter, en guise de conclusion, qu’indépendamment de la manière dont ces manipules sont « échus » au monastère d’Iviron, fût‑ce par terre ou par mer, l’acte de la donation reste une évidence qui témoigne de la piété et de la charité des chrétiens russes ordinaires et comme il est mentionné dans l’inscription « … pour la liturgie funèbre à la mémoire des défunts et pour le pardon des péchés ».

22La présence des deux manipules sacerdotaux brodés d’or dans la trésorerie du monastère athonite d’Iviron est une preuve de plus à l’appui des liens spirituels étroits, qui existaient entre les congrégations monastiques athonites et la Russie. Ce genre de donation devrait faire l’objet d’études plus systématiques dans les autres monastères athonites, dans l’espoir de découvrir d’autres preuves et de formuler des conclusions plus exactes concernant les relations séculaires entre le Mont Athos et la Russie.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Actes d’Iviron i., 1985, Des origines au milieu du xie siècle (éd. Lefor Jacques, Oikonomides Nicolas, Papachryssanthou Denise en collaboration avec Hélène Métrévéli), Paris, 3‑91. xi318 p. + lxiv pl. (2 vol.).

Barsky Vasily [Μπαρσκι Βασίλη], 2009, Τα ταξίδια του στο Άγιον Όρος (17251726, 17441745) [Ses voyages au Mont Athos (1725‑1726, 1744‑1745)], éd. P. Mylonas, Αγιορείτικη Εστία [Foyer de l’Athos], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 720 p.

Boycheva Yuliana & Drandaki Anastasia [Μπόιτσεβα Γιουλιάνα & Δρανδάκη Αναστασία], 2017, Θρησκευτική τέχνη από τη Ρωσία στην Ελλάδα 16ος - 19ος αι.[Art religieux de Russie en Grèce xviexixe siècle] (catalogue d’exposition), Musée Benaki, Athènes.

Chentsova Vera [Ченцова Вера], 2010, Икона Иверской Богоматери (очерки истории отношений греческой церкви с Россией в середине по дакументам РГАДА), [Ikona Iverskoy Bogomateri (ocherk iistorii otnosheniy grecheskoy tserkvi s Rossiey v seredine po dakumentam RGADA)], [L’icône de l’Iviron, Mère de Dieu (essais sur l’histoire des relations entre l’église grecque et la Russie au centre d’après les documents de l’Académie russe des sciences naturelles], 800 p.

Enev Mihail [Михаил Енев], 1994, Атон. Манастирът Зограф [Aton. Manastirat Zograf] [Athos, monastère de Zografos], Sofia, 445 p.

Galavaris George [Γαλάβαρης Γιώργος], 2000, Ιερά Μονή Ιβήρων. Εικονογραφημένα χειρόγραφα [Monastère d’Iviron, manuscrits illustrés], Άγιο Όρος [Mont Athos], 131 p.

Genova Elena [Генова Елена], 2004, Църковните приложни изкуства от ХVХІХ век в България: Златарство, миниатюрна дърворезба, везба [Tsarkovnite prilozhni izkustva ot xvxixvek v Balgariya: Zlatarstvo, miniatyurna darvorezba, vezba] [Arts appliqués dans les églises des xve et xixe siècles en Bulgarie : orfèvrerie, sculpture, miniature], Sofia.

Johnstone Pauline, 1967, The Byzantine tradition in church embroidery, Tiranti, London, 144 p.

Kapustka Mateusz & Woodfin Warren (eds), 2015, Clothing the Sacred: Medieval Textiles as Fabric, Form and Metaphor, Dietrich Reimer, Emsdetten, 234 p.

Loginov Dmitriya[Логинов Димитря], 2012, Большерецкий острог [Bol’sheretskiy ostrog] [Bolsheretskiy ostrog], Petropavlovsk‑Kamchatskiy.

Mayasova Nataliya [Маясова Наталия], 2004, Древнерусское лицевое шитье [Drevnerusskoe litsevoe shit’e] [La broderie russe ancienne], Moscou, 395 p.

Mertzimekis Nikolaos [Мердзимекис Николаос], 2017, Златовезани наръкавници с дарителски надписи от Большерецки Острог (Камчатка) в Светогорския манастир Ивирон [Zlatovezani narakavnitsi ot Bolysheretski Ostrog (Kamchatka) v Svetogorskiya manastir Iviron], [Epimanikia brodés d’or avec inscriptions de donation de Bolsheretsky Ostrog (Kamchatka) au monastère de Svetogorsk à Iviron], Annual of the Faculty of History of “St. Cyril & Methodius”, University of Veliko Tarnovo (XXXIII), Ostend it Historia, Researches in honor of 60-anniversary of P.D.H Iv. Tyutyundjiev, V. Tarnovo.

Mylonas Paul, 1963, Ο Άθως και τα μοναστηριακά του Ιδρύματα μεσαπό παλιές χαλκογραφίες και έργα τέχνης [L’Athos et ses fondations de monastères dans les anciennes chalcographies et les oeuvres d’art], Athènes.

ΟρθοδοξίαΕλληνισμός. Πορεία στην Τρίτη Χιλιετία [Orthodoxie‑Hellénisme. Marche vers le troisième millénaire], 1996, Mont Athos, vols. i et ii.

Papastratou Dory [Παπαστρατου Ντόρη], 1986, Χάρτινες εικόνες. Ορθόδοξα θρησκευτικά χαρακτικά (1665-1899) [Icônes en papier. Caractéristiques religieuses orthodoxes (1665‑1899)], vol. ii, Athènes.

Smyrnakis Gerasimos [Σμυρνακης Γεράσιμος], 1988, Το Άγιον Όρος [Le mont Athos], Karyes, Mont Athos.

Theochari Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1986, Εκκλησιαστικά χρυσοκέντητα, [Broderies religieuses au fil d’or], Αποστολική Διακονία της Εκκλησίας της Ελλάδος [Diaconie apostolique de l’Église de Grèce], Athènes, 48 p.

Θησαυροί Αγίου Όρους, κατάλογος Έκθεσης Οργανισμού Πολιτιστικής Πρωτεύουσας της Ευρώπης - Θεσσαλονίκη [Trésors du mont Athos, catalogue de l’exposition d’organisation de la capitale culturelle de l’Europe], 1997, Thessalonique, no 4.1 et 4.2, p. 207‑208 (Hier. Ioustinos, Simonopetritis), no 11.14, p. 464 (M. Theochari), no 11.16, p. 465‑466 (M. Theochari), no 11.17, p. 466‑467 (M. Theochari), no 11.21, p. 470 (M. Theochari).

Vakhrin Sergey [Вахрин Сергей], 2014, Тайны Камчатских имëн, том Ι (А‑С) [Tayny Kamchatskikhimen. tomI (A‑C)], [Les secrets des noms du Kamtchatka, tome 1, (A‑C)], Petropavlovsk‑Kamchatskiy.

Vakhrin Sergey [Вахрин Сергей], 2014, Тайны Камчатских имëн, том ΙI (T‑Я) [Tayny Kamchatskikhimen. Tom II (T-Я)] [Les secrets des noms du Kamtchatka, tome 2, (T‑Я)], Petropavlovsk‑Kamchatskiy.

Vakhrin Sergey [Вахрин Сергей], 2016, Тайны камчатских имен. Большерецкий острог [Tayny Kamchatskikhimen. Bol’ sheretskiyostrog], [Les secrets des noms du Kamtachatka, secrets de la prison de Bolcherevsky], Petropavlovsk‑Kamchatskiy.

VlachopoulouKarampina Eleni [ΒλαχοπουλουΚαραμπινα Ελένη], 1998, Ιερά Μονή Ιβήρων. Χρυσοκέντητα άμφια και πέπλα [Monastère d’Iviron. Vêtements sacerdotaux et voiles brodés d’or], Mont Athos.

Woodfin Warren, 2011, The Embodied Icon. Liturgical Vestments and Sacramental Power in Byzantium, Oxford University Press, New York, 384 p.

Articles et contributions à des ouvrages

Alexandropoulou Olga, 2000, «Η ελληνική Μονή Αγίου Νικολάου στη Μόσχα. Στοιχεία από την ιστορία των ελληνορωσικών σχέσεων στο δεύτερο μισό του 17ου αι» [Le monastère grec de Saint Nicolas à Moscou. Éléments de l’histoire des relations gréco-russes pendant la deuxième moitié du xviie siècle], Μεσαιωνικά και Νέα Ελληνικά [Grec médiéval et moderne], vol. 6, 111‑154.

Arov Valeriy, 2007, « Административно территориальное управление Камчатским краем » [Gestion territoriale et administrative du Kamtchatka] in Вопросы истории Камчатки, выпуск 3 [Administrativno territorial’noe upravlenie Kamchatskim kraem. Voprosy istorii Kamchatki, vypusk 3] [Histoire du Kamtchatka 3], Petropavlovsk‑Kamchatskiy, p. 360‑361.

BoychevaLyberatou Yulia [Μπόιτσεβα Γιουλιάνα], 2009, «Επιγραφές σε βυζαντινά και μεταβυζαντινά λειτουργικά άμφια και πέπλα: είδη, χρήσεις, σημασίες» [Inscriptions sur les vêtements et voiles religieux byzantins et post-byzantins, sortes, utilisations, significations], in 29o Συμπόσιο Βυζαντινής και Μεταβυζαντινής Αρχαιολογίας και Τέχνης. Πρόγραμμα και περιλήψεις εισηγήσεων και ανακοινώσεων [29e Symposium d’Archéologie et d’Artbyzantin et post‑byzantin. Programme, résumés et interventions], The Christian Archeology Society, Athens, 15‑17 May 2009, p. 28‑29.

Chryssochoides Criton [Χρυσοχοΐδης Κρίτων]2011, «Άθως και Ρωσία (15ος18ος αι.). Ιδεολογήματα και πραγματικότητες. (Μιαπροσέγγιση)», [L’Athos et la Russie (xve‑& xviiie siècle) Idéologies et réalités (une approche)] in Ρωσία και Μεσόγειος. Πρακτικά Α΄Διεθνούς Συνεδρίου [Russie et Méditerranée, Actes du 1er Congrès international], Athènes, 19‑22 mai 2005, Ηρόδοτος [Herodotos], Αθήνα [Athènes], vol. i, p269‑272.

Deluga Waldemar, 1997,« Le Mont Athos dans les gravures balkaniques des xviiie et xixe siècles », Balkan Studies, 38/2, p. 239‑251.

Olympiou Nikolaos [Ολυμπιου Νικόλαος], 2001, «Χρυσοκέντητα άμφια» [Vêtements brodés d’or] in ΠΑΡΟΥΣΙΑ Ιεράς Μονής Δοχειαρίου [Parousia du monastère de Docheareion], Mont Athos, p. 397‑416.

Papastavrou Elena &Vryzidis Nikolaos, 2018, “Sacred Patchwork: Patterns of Textile Reuse in Greek Vestments and Liturgical Veils during the Ottoman Era” in Jevtic Ivana & Yalman Suzan, Spolia Reincarnated. Afterlives of Objects, Materials, and Spaces in Anatolia from Antiquity to the Ottoman Era, ANAMED, Istanbul, p. 259‑288.

Theochari Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1957, «Αφιερωτικαί επιγραφαί επί αμφίων του Άθω» [Inscriptions dédicaces sur les vêtements de l’Athos], Θεολογία 28 [Théologie 28], p. 452‑456.

Theochari Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1963, «Υπογραφαί κεντητών επί αμφίων του Άθω » [Signatures des broderies sur les vêtements de l’Athos]Επετηρίς Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδών [Annuaire de la Société des Études byzantines], année ΛΓ΄, Athènes, p. 496‑503.

Theochari Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1991, «Χρυσοκέντητα άμφια» [Vêtements brodés d’or] in Papadopoulos Stelios [Παπαδοπουλος Στέλιος], Σιμωνόπετρα Άγιον Όρος [Simonopetra, Mont Athos] Athènes.

Theochari Maria [Θεοχάρη Μαρία], 1996, «Χρυσοκέντητα άμφια» [Vêtements brodés d’or], in Ιερά Μεγίστη Μονή Βατοπεδίου. Παράδοση – Ιστορία – Τέχνη [Grand monastère de Vatopédi. Tradition‑Histoire‑Art], vol. ii. Mont Athos.

Haut de page

Notes

1 Chryssochoides, 2011, vol. i, p. 269.

2 Mes recherches sont orientées vers l’art byzantin et post‑byzantin et plus concrètement : la bijouterie, les étoffes brodées, l’épigraphie cyrillique, les archives athonites et les relations des monastères athonites avec la Russie et les Principautés roumaines (la Valachie et la Moldavie).

3 En ce qui concerne la description des manipules du monastère d’Iviron, voir VlachopoulouKarampina, 1998, p. 98‑105.

4 En ce qui concerne l’histoire du monastère d’Iviron, voir Actes d’Iviron, i. Des origines au milieu du xie siècle, 1985, p. 3‑91 ; Smyrnakis, 1988, p. 460‑482 ; Chryssochoides, 1998 ; Galavaris, 2000 et Barsky, 2009, p. 321‑355.

5 Chentsova, 2010, p. 225‑263.

6 Alexandropoulou,2000, p. 111‑154.

7 Chryssochoides, 2011, p. 272.

8 Smyrnakis, 1988, p479‑480. Alexandropoulou, 2000, p. 128.

9 Sur les habits et attributs sacerdotaux, voir Woodfin,2011; Kapustka & Woodfin, 2015.

10 Quand il enfile la manchette droite, le prêtre récite des textes de l’Ancien Testament (Exode, 15‑6) : « Ta main droite, Éternel, est magnifique de force. Ta main droite, Éternel, a écrasé l’ennemi ». Quand il enfile la manchette gauche, le prêtre récite des extraits des Psaumes (Psaumes, 119‑73) : « Tes mains m’ont créé, elles m’ont fortifié ; donne‑moi l’intelligence pour que j’apprenne tes commandements ».

11 À ce que je sache, on ne trouve pas ce type de manipules sacerdotaux dans la région du Mont Athos. Le seul de ce genre sur le territoire de la Grèce est celui de l’Olympe, sur lequel est brodé l’édifice du monastère de Dionysiou (Fig. 2). Papastavrou & Vryzidis, 2018, p. 259‑288. C’est le Dr. Elena Papastavrou, ex‑directrice de l’Éphorie des Antiquités de Pierie, qui m’a appris son existence et je l’en remercie sincèrement.

12 Sur la catégorie des inscriptions liturgiques et des dédicaces brodées, voir Theochari, 1957, p. 452‑456 ; Theochari, 1963, p. 496‑503 ; BoychevaLyberatou, 2009, p. 28‑29.

13 Sur les thèmes ornementaux des manipules, voir Johnstone, 1967, 34‑35; Theochari, 1986, p. 21;Mayasova, 2004, p. 248‑249, p. 395; Genova, 2004, p. 85‑86, 147‑148.

14 Θησαυροί Αγίου Όρους, 1997, No 11.15,p. 465.

15 Ibid., no 11.16, p. 465‑466 ; no 11.17, p. 466‑467; no 11.21, p. 470 ; Theochari,1996, vol i, p. 288, 292, 394 et vol ii p. 447; Olympiou,2001, p. 410.

16 Theochari, 1991, p. 217, Fig. 140.

17 Theochari, 1991, p. 217, Fig. 142.

18 Θησαυροί Αγίου Όρους, 1997, no 11.14, p. 464; VlachopoulouKarampina, 1998, p. 103‑104.

19 VlachopoulouKarampina, 1998, p. 98‑102.

20 Ibid., p104‑105.

21 Enev, 1994, 445; Theochari, 1996, vol. ii, p. 447.

22 Olympiou, 2001, p. 411.

23 ΟρθοδοξίαΕλληνισμός. Πορεία στην Τρίτη Χιλιετία, 1996, vol. ii., p. 395.

24 Sur les vêtements sacerdotaux brodés russes, voir : Mayasova, 2004; Galart, 2010.

25 Loginov, 2012, p. 5‑9, 23‑25, 30‑33 ; Vakhrin, 2016, p. 8‑11.

26 Arov, 2007, p. 360‑361.

27 Vakhrin,2014, tome i (A‑C), p. 12, 15. C’est à la Dormition de la Vierge qu’est consacrée l’église du monastère d’Iviron.

28 Ibid., tome i, p. 13.

29 Ibid., tome i, p. 122125.

30 Sur les lithographies traitant des thèmes du Mont Athos et du monastère d’Iviron, voir Mylonas, 1963 ; Papastratou, 1986, vol. ii, p. 425‑428 ; Θησαυροί Αγίου Όρους, 1997, no 4.1 et 4.2, p. 207‑208 ; Waldemar, 1997.

31 Barsky, 2009, p. 322‑323.

32 Alexandropoulou, 2000, p. 111‑154.

33 Sur les objets de l’art liturgique russe en Grèce, à l’exception du Mont Athos, voir Boycheva & Drandaki, 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Monastère d’Iviron
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Figure 2. Manipule sacerdotal représentant le monastère de Saint Dionysios de l’Olympe
Crédits Photo: archive de Elena Papastavrou
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Titre Figure 3. Manipule sacerdotal de Bolcheretzkiy ostrog, représentant le monastère d’Iviron
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 4. Manchette liturgique, représentant le monastère d’Iviron – détail de l’inscription de donation
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 5. Manchette liturgique de Bolcheretzkiy ostrog, représentant le Mont Athos
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 6. Manipule sacerdotal, représentant le Mont Athos. Détail de l’inscription de donation
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Figure 7. Une vue dans la ville de Bolcheretzk la capitale du Kamtschatka. Gravure anglaise. J. H. Moore, “New and Complete Collection of Voyages”, London, 1780
Crédits Source : https://ru.wikipedia.org/​wiki/​Большерецк
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Figure 8. Carte géographique de la péninsule du Kamtchatka et de Bolcheretzkiy ostrog
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 9. Le Monastère d’Iviron. détail d’une esquisse de Vassili G. Barsky (1744)
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 10. Manchette liturgique au monastère d’Iviron. détail du rempart Nord
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Figure 11. La carte mondiale, représentant le monastère d’Iviron, Moscou et Bolcheretzkiy ostrog
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/18702/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nikolaos Mertzimekis, « Vêtements sacerdotaux russes, brodés d’or au monastère d’Iviron du Mont Athos : source de savoir et de mémoire »Cahiers balkaniques [En ligne], 48 | 2021, mis en ligne le 24 décembre 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ceb/18702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.18702

Haut de page

Auteur

Nikolaos Mertzimekis

Éphorie des antiquités de Chalcidique et du Mont Athos, Ministère de la Culture et des Sports (Grèce)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers balkaniques est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search