Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49La fin du « harem ottoman » : la ...

La fin du « harem ottoman » : la rivalité turco-russe en mer Noire au xviiie siècle

The end of the “Ottoman harem”: Turkish-Russian rivalry in the Black Sea in the 18th century
“Osmanlı hareminin” sonu: 18. yüzyılda Karadeniz’de Türk-Rus rekabeti
Faruk Bilici

Résumés

Résumé : sauf quelques périodes courtes et exceptionnelles, la mer Noire est tout au long du xviiie siècle un enjeu de taille de concurrence et de conflits entre la Russie et l’Empire ottoman. Après deux siècles de domination ottomane, dès la signature du traité de paix d’Istanbul (13 juin 1700) le verrou de la porte du « harem » saute. Désormais la Russie de Pierre le Grand et de Catherine II connaitra une extension territoriale irrésistible vers le sud tout en modifiant radicalement le paysage géographique et humain pontique, créant villes, industries et flottes. Il a fallu cinq conflits armés entre les deux pays pour terminer finalement par une alliance contre-nature à cause de l’expédition d’Égypte de Napoléon Bonaparte. Mais ce n’est qu’un accident de parcours, la réalité crue reprendra ses droits.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Deux ouvrages fondamentaux m’ont beaucoup servi pour rédiger cet article : Tukin, 1947 et Nold, 195 (...)
  • 2 En effet, les travaux récents ont montré que la mer Noire était loin d’être verrouillée au commerce (...)

1Sauf quelques périodes courtes et exceptionnelles, la mer Noire fut tout au long du xviiie siècle un enjeu de concurrence et de conflits entre la Russie et l’Empire ottoman1. Après la prise de Trabzon par Mehmed II en 1461, la vassalisation du khanat de Crimée en 1475, l’annexion de Kili (Chilia/Kiliya) (et d’Akkerman (Catea Alba) en 1484 par Bâyezid II, celle de Boudjak enfin par Soliman le Magnifique en 1538, la mer Noire est devenue une sorte de lac ottoman, sans que cette domination signifiât une fermeture totale de cette mer au commerce et à la navigation internationale2. Naturellement, ce commerce et cette navigation se faisaient avec l’autorisation et sous le contrôle de l’administration ottomane. Les Ottomans préféraient garder avant tout le monde pour leur capitale les matières premières, les produits alimentaires, les esclaves et fourrures provenant de la mer Noire qu’ils considéraient comme « la porte de leur harem ». La sécurité d’Istanbul étant en permanence liée à la position politique et stratégique de la mer Noire, celle-ci est toujours restée un enjeu entre la Russie et l’Empire ottoman et plus particulièrement au xviiie siècle.

La première présence russe en mer d’Azov

  • 3 Dans ce sens-là, dans les projets de partage de l’Empire ottoman rédigés par Leibniz ou d’autres él (...)

2En 1683, le second échec turc devant Vienne a remis à l’ordre du jour un certain nombre de projets de croisades jamais réellement disparus des cartons de certaines élites politiques et intellectuelles. À la suite d’un effort considérable du Pape Innocent XI, la première sainte coalition (la Sainte-Ligue), constituée en 1684 entre le Saint-Empire germanique, la République des deux nations (Pologne et Lituanie) et la République de Venise appelait déjà les princes moscovites à joindre cette Ligue, elle l’obtiendra deux ans plus tard3. En effet, à la suite de nombreuses tractations avec la Pologne notamment, Pierre le Grand (1682-1725) intègre cette Ligue. Si les grandes opérations militaires organisées par le prince Golitsyn contre la Crimée et Caffa (ex et future Théodosie) furent repoussées par les armées tatares et ottomanes, en réalité, les relations entre la Russie et l’Empire ottoman sont devenues alors, pour la première fois, un enjeu européen et désormais les affaires concernant la mer Noire resteront dans l’actualité internationale.

3En 1695, et cette fois-ci politiquement et militairement mieux préparé, Pierre le Grand organise des expéditions militaires, d’un côté sous le commandement du général de Scheremetov avec la participation du hetman Cosaque Mezappa contre le Bas Dniepr qui protégeait les places fortes d’Özi (Otchakov) et de Gazi Kerman et de l’autre, sous sa propre direction, sur la mer d’Azov à l’embouchure du Don. Durant ces deux années d’opérations militaires, les Russes réussirent à établir une garnison sur l’île de Tavan sur le fleuve du Dniepr et conquirent également la forteresse d’Azov (26 juillet 1697). Ainsi Pierre le Grand ajoutait à ses acquisitions baltiques, centre-asiatiques et caucasiennes, cette partie de la mer Noire. Désormais, le tsar ne reculera devant aucun sacrifice pour consolider et approfondir sa position pontique. Ce voisinage forcé signifiera une source d’inquiétude permanente pour les Ottomans et la lutte entre les deux empires pour la possession de la mer Noire sera féroce.

  • 4 Nold, 1953, vol. II, p. 11.

4Durant la conférence de Karlowitz, en 1699, les négociateurs russes exigèrent la cessation du détroit de Kertch, mais se heurtèrent à une opposition farouche de la délégation turque et durent se contenter d’un cessez-le feu. Restés seuls, par la suite, ils furent obligés de signer un traité de paix à Istanbul pour trente ans (13 juin 1700). Selon ce traité, ils étaient obligés de démolir les quatre forteresses conquises dans le Bas Dniepr : Doğan, Gazi Kerman, Şahin Kerman, Nusret Kerman et de les vider de leurs populations. En revanche, la forteresse d’Azov et sa région restaient aux mains des Russes. Selon l’article 4 en effet, toutes les villes et villages nouveaux et anciens dépendant de la forteresse d’Azov, ainsi que les rivières, étaient laissés aux Russes, de même qu’un territoire au sud d’Azov jusqu’à la rivière de Kouban sur une étendue de « dix heures de marche au pas d’un cheval » (art. 5). En somme, « un vaste territoire était ajouté à la région annexée par Moscou pour devenir également propriétaire russe » suivant l’article 7 du traité4. Par ailleurs, selon l’article 3, les territoires entre Dniepr et la région habitée par les Cosaques Zaporogues de Setch jusqu’à Ozi (Otchakov) devaient être vidés de leur population. Cependant, profitant des incertitudes de la géographie, les Russes trouvèrent moyen d’atteindre la rivière du Dniepr. Même si la demande russe de navigation libre en mer Noire est rejetée, symboliquement les Turcs perdaient leur souveraineté exclusive sur la mer Noire, et se trouvaient contraints d’avoir une ambassade russe à Istanbul.

5Ce traité était un véritable succès pour les Russes. Le tsar de toutes les Russies, Pierre le Grand, alors qu’il s’occupait de Charles XII, roi de Suède, pouvait en même temps fortifier les nouveaux territoires acquis. Malgré les protestations énergiques de l’ambassadeur ottoman à Moscou, il fit construire au fond de la mer d’Azov, la ville de Taganrok (Taygan) et sur le Bas Dniepr, la place forte de Kamenny Zaton, et les différentes délimitations des années 1705-1706 ne firent qu’entériner le fait accompli de Pierre le Grand et ont même élargi les territoires russes entre le fleuve Bug (Aksu) et le Dniepr : cette nouvelle frontière passait seulement entre 50 et 100 km des futures villes de Nikolayev et Kherson. Alors que les Russes attendaient une réaction ottomane, après une période de préparation et d’organisation, ils furent plus ou moins surpris de recevoir la ratification par le sultan Ahmed III (1703-1730) du traité d’Istanbul.

6De toute façon, les Russes avaient commencé à repeupler la forteresse d’Azov et sa région : pour remplacer la population musulmane qui avait abandonné cette place forte, ils firent venir de la Volga 3 000 familles, 3 000 tireurs à l’arc et 400 cavaliers Kalmuks. Mais Pierre le Grand fonda également en 1698, comme on l’a dit, sur la rive de la mer d’Azov, une ville, comme base navale, du nom de Taganrog. Cette ville allait servir comme tête de pont pour la colonisation du Caucase, mais aussi pour l’accès de l’Empire russe aux mers du sud.

  • 5 Pour les activités des Ottomans en mer Noire au xviie siècle et contre les Cosaques menaçant Istanb (...)
  • 6 Bostan, 2007, p. 53-54.

7En matière de marine militaire, les Ottomans attachaient plus d’importance à leur flotte fluviale sur le Danube et n’entretenaient qu’une petite flotte en mer Noire, surtout pour répondre aux attaques répétées des Casaques sur les forteresses et villes ottomanes5. C’est après le traité de Karlowitz, lorsque les Russes commencent à construire une flotte sur la mer d’Azov, que les Ottomans entreprirent la construction d’une véritable flotte. En 1711 par exemple, cette flotte militaire commandée par le Grand Amiral Mehmed Pacha se composait de 360 bâtiments dont 20 galères, 27 galions, 30 galiotes, 60 frégates (firkate), 120 transporteurs (kancabaş), 101 polacres (vulik)6.

La question suédoise et la mer Noire

8Inquiet devant l’installation de la Russie sur les rives de la mer Noire, devant l’activité intense de construction navale dirigée par Pierre le Grand dans les nouveaux chantiers à Azov et à Taganrog, de sa politique de rapprochement avec les voïvodes de Moldavie et de Valachie, vassaux du sultan, surtout de la défaite cinglante à Poltava, le 8 juillet 1709, de Charles XII, roi de Suède, allié de la Porte et accueilli en exil à la cour ottomane, de l’alliance contractée au mois d’octobre de la même année entre la Russie, la Pologne, le Danemark, puis la Prusse, le sultan fait construire la forteresse de Yenikale sur le détroit de Kertch et restaure d’autres dans le Kouban. Pierre Ier exigeait par ailleurs l’extradition de Charles XII, faute de quoi, allié à la Pologne, il menaçait Ahmed III de déclarer la guerre contre l’Empire ottoman. La réponse du sultan et de son Grand vizir Ahmed Pacha Baltacı à l’ultimatum fut une déclaration de guerre à la Russie. Le Grand vizir dans sa lettre adressée à l’ambassadeur d’Autriche à la cour d’Istanbul expliquait clairement la vision de l’Empire ottoman concernant la mer Noire :

  • 7 Tukin, 1947, p. 38 ; Archives ottomanes de la Présidence du Conseil (Başbakanlık Osmanlı Arşivi), N (...)

Alors que nous attendions de la part du susdit tsar la mise en œuvre des conditions d’amitié et de bon voisinage découlant de notre traité, celui-ci n’a fait qu’entreprendre d’innombrables actions contraires, et trahit le traité en construisant deux ans après la signature de ce même-traité la forteresse de Kamenke (Kamenny Zaton) dans la région d’Or-Kapi, faisant partie du territoire de la Sublime Porte ; or conformément au traité signé avec le tsar en question, il est clair que la totalité de la mer Noire est une possession de Sa Majesté impériale et que la mer d’Azov n’ayant pas d’autre entrée et sortie que la mer Noire, la construction de nombreux galions et autres navires dotés d’instruments de guerre dans la ville d’Azov et dans les villes de Taygan (Taganrog) et Varoneş, proches de celle-ci, est une agression directe à la mer Noire avec laquelle elle (la Russie) n’a aucun lien, et que ceci montre également et clairement l’intention du tsar d’intervenir, le moment venu, dans les territoires proches de la mer Noire7.

9Cette lettre énumère ensuite les griefs du sultan contre la Russie qui « continue de faire des préparatifs militaires sur le territoire polonais, de construire d’autres places fortes en Moldavie et à Bender pour y encaserner des soldats et y entreposer des armes et des vivres, tout en se montrant amicale » avec la Porte, alors que son intention est clairement l’occupation des pays musulmans ; pour toutes ces raisons, le Grand vizir déclare à l’ambassadeur autrichien être chargé par le sultan de mener la campagne militaire contre la Russie.

  • 8 Nold, 1953, p. 20.

10Nous savons comment le Grand vizir ottoman assiégea l’armée russe sur les rives du fleuve Prut et força le tsar à signer la paix : en effet l’armistice de Prut signée le 19 juillet 1711 obligeait la Russie à restituer la forteresse d’Azov, telle qu’elle était auparavant, de même que Taganrok, Kamenny Zaton et les nouvelles forteresses construites sur la rivière de Samara devaient être démolies et que, désormais, la Russie ne pouvait plus construire d’autres fortifications dans cette région pontique. Le gouvernement ottoman autorisait les négociants russes à venir par voie de terre à Constantinople, mais interdisait au tsar d’y maintenir une ambassade. Avec le traité signé à Istanbul le 5 Juillet 1712, les Ottomans reprirent la ville d’Azov et les territoires alentour, de même, à l’exception de la ville de Kiev, tous les territoires sur la rive droite du fleuve Dniepr furent restitués à l’Empire ottoman. Ainsi la situation en mer Noire revenait à celle du xviie siècle, c’est-à-dire que l’Empire ottoman retrouvait sa souveraineté totale sur cette mer. Renouvelé une première fois à Edirne, le 16 juin 1713, puis une seconde fois, le 16 novembre 1720, avec la mention « éternel », ce traité gérera désormais, durant un quart de siècle, les relations des deux puissances et, dans son dernier renouvellement, les Ottomans concédèrent à la Russie d’avoir une ambassade dans la capitale ottomane8.

11Mais les Ottomans continuaient à suivre avec curiosité et inquiétude les développements et les progrès de la Russie dans la Baltique, notamment son annexion de l’Estonie et de la Lituanie avec le traité de Nystad (11 septembre 1721). De la même manière, lorsque Pierre le Grand prit, le 2 novembre 1721, le titre d’Empereur de « toutes les Russies », les Ottomans s’abstinrent de tout commentaire qui pût envenimer les relations de deux Empires. De son côté ; Pierre se garda également dans cette période d’entreprendre toute initiative qui pût déranger Istanbul et laissa même sans réponse l’appel que lui firent l’Autriche et Venise lors de leur accord contre l’Empire ottoman (le 16 avril 1716).

Belgrade : le traité empêchant la Russie de revenir sur les rives de la mer Noire

12Si la pomme de discorde entre la Russie et l’Empire ottoman est la mer Noire, les arrière-pays pontiques comme la Pologne et le Caucase restent des enjeux fondamentaux. Avant tout, les Turcs ne sont jamais disposés à laisser les Russes dominer la Pologne. Leur intérêt pour ce pays est naturellement lié aux rives pontiques sous leur souveraineté ou encore aux principautés vassales comme la Moldavie, la Valachie et la Transylvanie qui constituent leur glacis contre la Russie et l’Autriche. Tant que la Pologne est indépendante, la Porte n’a pas de crainte particulière venant de ce pays, mais si elle est occupée par la Russie, elle peut constituer un véritable danger pour la sécurité et le commerce de l’Empire ottoman.

13Par le traité turco-russe de 1720, la Russie fut contrainte à quitter le territoire polonais (art. 1), elle s’engageait également à ne plus jamais s’immiscer dans les affaires intérieures de la Pologne. Avec ce traité, la Porte obtenait même la possibilité d’intervenir dans les affaires polonaises, en cas d’agression russe. Or, dès la première crise, la Russie trouva moyen d’annuler les clauses essentielles du traité, puisque, à la mort de d’Auguste II, en 1733, l’Impératrice Anna Ivanovna (1730-1740), n’a pas hésité à faire élire August III contre Stanislas Leszczynski, déclenchant ainsi une guerre de succession polonaise en Europe, sans que la Porte y soit impliquée directement.

  • 9 Schefer, 1894, p. 197.

14L’autre pomme de discorde entre deux pays, c’est le Caucase. Sans entrer trop dans les détails, on peut donner quelques éléments concernant cette région. Dans les dernières années de son règne, Pierre le Grand, encouragé par la solution entièrement en sa faveur de la question suédoise (traité de Nystad du 30 août 1721) faisant ainsi de la Russie la puissance incontournable de la mer Baltique, se tourna vers la mer Caspienne : à la suite de la guerre déclarée contre l’Iran, la Russie annexa, outre Astarabad, dans la province de Golestan, toutes les possessions iraniennes sur les rives septentrionales et occidentales de la mer Caspienne. Se sentant menacé par cette extension, l’Empire ottoman intervint pour finalement partager une partie du territoire iranien en Azerbaïdjan orientale, en Géorgie et au sud du Daghestan avec la Russie, à la suite du traité, signé le 23 juin 1724, par la médiation de l’ambassadeur de France à Istanbul, le marquis de Bonnac9.

15À ce partage, l’Iran réagit énergiquement, repoussant les Turcs d’un côté, et reprenant les territoires occupés par la Russie de l’autre. La défaite ottomane fut également l’une des causes de la révolution sanglante de 1730, qui renversa le sultan Ahmed III et le Grand vizir Ibrahim Pacha. Durant la guerre turco-iranienne de 1735-1736, mais aussi en pleine guerre de succession en Pologne, la Russie attaquait la Crimée ainsi que la ville d’Azov, sous le prétexte du passage des armées tatares sur les territoires russes en Géorgie en partance en Iran. La véritable raison en était, en réalité, que l’impératrice Anna ambitionnait de compléter le programme de Pierre le Grand, d’autant que l’Autriche se plaçait aux côtés de la Russie, conformément au traité d’alliance signé entre les deux puissances en 1726.

  • 10 Pour l’action française en mer Noire au xviiie siècle et surtout auprès des khans de Crimée, voir B(...)

16Dans cette nouvelle guerre, l’objectif de la Russie était d’établir un nouveau tracé de frontalière, avec à l’est le Kouban, à l’ouest le Dnyestr (Turla), ce qui mettait pratiquement tout le Pont septentrional sous la domination russe, y compris donc la Crimée. En août 1737, une conférence tripartite se réunit à Niemirow, mais sans donner un résultat concret, les exigences russes étant trop importantes. L’année suivante, les armées ottomanes ont emporté de réelles victoires sur l’Autriche, alors que l’Empire ottoman avait signé un traité de commerce (1737) et surtout une alliance militaire avec la Suède, ce qui rendait très difficile la situation de la Russie. Aussi le vice-chancelier, le comte Andreï Ivanovitch Osterman, demanda au marquis de Villeneuve, ambassadeur de France auprès de la Porte, de servir d’intermédiaire pour une conférence de paix. Après de longues négociations, la paix fut signée entre les trois Empires : le 1er septembre 1739 avec l’Autriche, le 18 avec la Russie. La question fondamentale était encore l’accès de la Russie à la mer Noire. Selon l’accord turco-russe (art. 3), la ville d’Azov resterait aux mains des Russes, mais entièrement détruite ; Taganrog ne serait pas reconstruite ; la région serait transformée en no man’s land pour servir de tampon entre les deux puissances. En revanche, la Russie pouvait construire une forteresse sur le Don, sur l’île de Tcherkask, mais en aucune manière, elle ne pourrait construire des navires de guerre ou commercer en mer d’Azov comme en mer Noire (art. 9). Les négociants russes ne pouvaient faire du commerce sur ces deux mers qu’en utilisant les navires ottomans. Le 3 octobre, la convention de délimitation entre les deux Empires, signée à Nish, concernait la Crimée. Selon ce document, la frontière était ramenée à sa position de 1705 : une ligne tracée à partir de l’ouest de Dniepr et prolongée vers la Pologne, puis de la source nommée Saliva Konskiia Vody jusqu’à la source de la rivière de Berda, serait considérée comme le tracé entre la Russie et la Crimée. Autrement dit, le territoire entre les fleuves Dniepr et Berda revenait aux Ottomans, tandis que celui entre les fleuves Berda et Mius revenait aux Russes. C’est en signe de remerciement à l’ambassadeur Villeneuve que la Porte reconduisait le consulat de France en Crimée, tout en renouvelant les capitulations10.

Küçük Kaynarca11 : le traité qui a changé le destin de la mer Noire

  • 11 On dit également et improprement Koutchouk Kaïnardji.

17Durant trente après le traité de Belgrade, la domination ottomane sur la mer Noire se poursuivit pratiquement comme auparavant. La paix turco-russe a été même renouvelée en 1747. Les incitations de Vergennes, ambassadeur de France à Istanbul, auprès de la Porte, de mener une guerre contre la Russie restèrent sans effet. De même, les efforts diplomatiques déployés par l’Impératrice Élisabeth Ire (1741-1762) pour obtenir la libre navigation et le droit au commerce en mer Noire restèrent inutiles.

18Cependant, si la paix ne fut pas rompue directement à cause de la mer Noire, celle-ci fut le théâtre principal de la nouvelle guerre entre les deux puissances. En effet, dès son avènement en 1762, Catherine II entreprit une activité énergique semblable à celle de Pierre le Grand dans les affaires de la Pologne, et en 1768 (13-24 février), malgré les engagements précédents, elle signa un traité avec ce pays pour se poser en protectrice des orthodoxes polonais, tout en prenant l’engagement de prendre sous sa protection la constitution polonaise, alors qu’elle déployait une intense action diplomatique à Istanbul pour éviter une intervention active de la Porte. C’est à la suite de la réunion de Bar, sur la frontière turco-polonaise, où des patriotes polonais qui protestaient contre les interventions de Catherine II que la tsarine répondit par les armes en intervenant militairement contre la Pologne, tout en prenant le risque d’un affrontement militaire avec la Porte. Pour cette dernière, la dernière goutte qui fit déborder le vase fut l’attaque des Cosaques Zaporogues, sous souveraineté russe, contre la ville tatare de Balta dans le territoire ottoman. L’ultimatum du Grand vizir à l’ambassadeur russe à Istanbul, Obreskov, de libérer immédiatement la totalité des territoires russes restant sans réponse satisfaisante, la Porte déclara la guerre à la Russie qui, en réalité, ne demandait pas mieux et qui avait tout préparé pour élargir sa zone territoriale en mer Noire. Les objectifs à atteindre dans cette nouvelle guerre avaient été fixés au cours du Conseil de guerre, du 6 novembre 1768, réuni par Catherine II :

  • 12 Cité par Nold, 1953, p. 57.

[O]btenir le droit de libre navigation en mer Noire, pour cela obtenir la possibilité de construire au moins un port et une forteresse sur les bords de cette mer12.

  • 13 Kurat, 1990, p. 24-25.

19Autrement dit, la philosophie fondamentale de cette guerre dépassait très largement le cadre polonais pour se tourner vers une liberté de navigation en mer Noire. Tout au long de la guerre, cet objectif n’a jamais été négligé. Face à une armée ottomane impréparée et sans commandement stable (de 1768 à 1774 sept Grands vizirs se sont succédés à la tête de l’armée) l’armée russe, commandée par des généraux ayant la confiance de l’impératrice, courut de victoire en victoire jusqu’au cœur de l’Empire13. En peu de temps, la Russie obtint en effet ce qu’elle voulait depuis près d’un siècle : à l’ouest, Kili et Akkerman, Ibraïl (Braïla) et même Yaş et Buckarest ; à l’est, Azov, Taganrok ; en mer Noire centrale, la Crimée, Caffa, Kertch et Yenikale. Par ailleurs, les Russes ont incendié la flotte ottomane à Çeşme, face à Izmir ; dans toutes les provinces balkaniques de l’Empire ottoman et en Méditerranée ils ont créé une atmosphère de défiance et de méfiance envers le sultan : ainsi la guerre de 1768-1774 fut à l’origine de tous les maux de l’Empire ottoman au xixe siècle.

  • 14 Voltaire, 1987, v. X, p. 117.

20L’occupation de la Crimée, mais aussi l’annexion du détroit de Kertch mettaient la capitale ottomane sous la menace de la Russie. Sans les fortifications et la défense renforcées par le Baron de Tott, le détroit des Dardanelles pouvait même être forcé par le sud par la flotte russe. Du même coup, les grandes puissances occidentales et surtout la Grande-Bretagne, qui contribuèrent au (ou au moins tolérèrent le) passage de la flotte russe par la mer Baltique, la Manche, le détroit de Gibraltar et la Méditerranée furent prises de panique devant l’expansion territoriale et politique de la Russie en mer Noire et bientôt en Méditerranée : la question d’Orient qui avait commencé au traité de Karlowitz entra dans une phase aigüe avec la conférence de paix de Küçük Kaynarca dont l’enjeu essentiel était la mer Noire et l’indépendance de la Crimée. Naturellement la maladie du sultan Mustafa III et sa mort (21 octobre 1774) durant cette conférence ont grandement facilité la tâche de Catherine II. Cela n’était pas encore la rencontre à Edirne des deux impératrices Catherine II et Marie‑Thérèse que souhaitait Voltaire14, mais cela lui ressemblait beaucoup.

21Brièvement, avec le traité de Küçük Kaynarca (signé le 12 juillet 1774), la Russie, à la fois, entrait à jamais en mer Noire et obtenait également la libre navigation dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles (art. 1). Avec l’article 11, les navires des parties contractantes pouvaient circuler librement et sans discontinuer dans toutes les mers bordant leurs territoires ; le territoire autour d’Azov revenait comme en 1700 à la Russie ; les Tatares de Crimée, Boudjak, Kouban, Yedisan, Yamboluk et Yedişkul devenaient intendants sous la souveraineté du khan, mais dépendaient du calife ottoman pour les affaires religieuses. Avec ce traité, la Russie obtenait également le territoire désert entre les fleuves Bug et Dniepr, ainsi que le détroit de Kertch avec les forteresses, Yenikale et Kilburun (art. 18, 19, et 20). Ainsi la Russie devenait une puissance ayant des possessions sur les rives de la mer Noire. Assez rapidement, en août 1775, Catherine II annonça l’annexion de l’État autonome des Cosaques Zaporogues le nord de la Crimée et des fleuves de Bug et de Dniepr. Cependant l’étape cruciale fut franchie, après Küçük Kaynarca, à Aynalı kavak, à Istanbul, en 1779. Selon cette convention, la Russie s’installait à partir de l’est du fleuve Dniestr jusqu’au Dniepr, sur ce territoire que l’on nommait « la steppe ». Ainsi la Pologne et l’Ukraine, sous contrôle russe s’ouvraient également à la mer Noire. Toujours par la même convention, les Ottomans étaient obligés d’accepter que les navires russes naviguant en mer Noire et dans les détroits puissent voir le même tonnage que les navires des autres puissances circulant dans les mers bordant l’Empire. Ils réussirent tout juste à faire insérer dans le texte que les navires russes abordant les ports ottomans ne pourraient pas dépasser les 400 tonnes et que les sujets ottomans ne pourraient pas être employés dans la marine russe, dispositifs qui seront caducs assez rapidement dans les faits.

  • 15 Archives nationales, 3 JJ 228 (30 juin 1781) : « Notions sur Kerson remises à M. le Marquis de Vera (...)

22Une fois le statut juridique fixé, les Russes passent à l’action. Afin d’attirer des populations et des négociants, ils créèrent sur les territoires acquis la nouvelle province de Iekaterinoslav et Catherine II nomma comme gouverneur de cette province Potemkine ; de plus, dès 1778, à 25 km à l’intérieur entre les fleuves d’Ingül et Bug, ils fondèrent la ville de Kherson dont le gouverneur était le général Hannibal. Les pouvoirs publics invitaient tous ceux qui voulaient venir s’installer dans la nouvelle ville et promettaient gratuitement bois et terrains de construction, terres cultivables et exonération de tout impôt durant dix ans. Conçue comme un port, un chantier naval, une place forte, cette ville était un centre de négoce entre la Russie, l’Empire ottoman, l’Autriche et même la Méditerranée. Un négociant marseillais soutenait même que « cette ville allait être l’une des places commerçantes les plus importantes de l’Europe15. » Cependant, cette ville n’était pas placée dans une position idéale. Le fleuve Dniepr gelait pendant les mois de décembre et de janvier et même, en remontant vers ses sources, jusqu’au mois d’avril ; l’été, on ne trouvait pas assez d’eau à cause de la sécheresse, et même parfois les eaux stagnantes pouvaient être sources de maladies contagieuses. Par ailleurs, les navires de fort tonnage ne pouvaient pas accoster aux quais à cause d’une chute d’eau située à 2,5 km au sud de la ville et ils étaient obligés d’accoster à Glubakow, beaucoup plus au sud. Malgré tous ces éléments négatifs, les Russes construisaient toutes sortes de navires à quelques kilomètres de la ville turque d’Özi (Otchakov). Les coques de ces navires de guerre appelés lodki étaient construites à Kherson, puis acheminées sur les rondins jusqu’à Glubakow où les navires étaient terminés. Ainsi, en 1786, on comptait à Kherson 3 000 foyers, alors que, en 1779, pratiquement personne n’y habitait. À côté des soldats dont le nombre changeait souvent, en 1787, lors de la visite de l’Impératrice, on comptait en ville à côté des résidents 4 000 exilés et 20 000 employés, artisans, commerçants et négociants. Décidément, c’était une réussite pour une ville qui n’avait une histoire que de neuf ans.

  • 16 Jorga, 2005, vol. v, p. 39.
  • 17 Pour le texte intégral de ce traité : Târih-i Cevdet, cilt 2, Der Saadet, Matbaa-i Osmâniye, 1309/1 (...)

23Cependant, ni Küçük Kaynarca ni Aynalı Kavak ne réglaient dans la pratique le problème de la navigation des bateaux russes en mer Noire et encore moins dans les détroits. En effet, dès les premières tentatives, le passage de ces navires à Istanbul fit l’objet d’innombrables tractations diplomatiques. Finalement, un accord fut trouvé grâce à l’intermédiation de l’ambassadeur de France à Istanbul : si les marchandises nécessaires aux besoins de la ville d’Istanbul trouvaient des acheteurs, elles y seraient débarquées. Par ailleurs, l’alliance russo-autrichienne fonctionnait comme une menace permanente sur l’Empire ottoman : la rencontre de Catherine II et de Joseph II d’Autriche à Moghilev en Belarus a été considérée comme un accord de partage de l’Empire ottoman. La première manifestation de cet accord fut l’ultimatum que les deux cours donnèrent à Istanbul le 4 novembre 1781 signifiant à la Porte de laisser passer sans conditions par les Détroits les navires de commerce russes quelles que soient les marchandises qu’ils transportaient ; de même la reconnaissance par la Porte de Sahin Giray en tant que khan de Crimée nommé par Catherine II et chassé par la population16. Cette offensive diplomatique, voire la menace, était destinée surtout à obliger la Porte à signer un traité de commerce, mettant la Russie au même niveau que les autres puissances en matière de capitulations. En effet, le ministre des Affaires étrangères ottoman accepta l’essentiel des articles de ce texte et, le 21 juin 1783, un traité au contenu très vaste (81 articles) fut signé, baissant les droits de douane à 3 %, et accordant à la Russie les mêmes privilèges juridiques, diplomatiques, économiques et culturels que ceux accordés « à la France, la Grande-Bretagne et les autres nations17. »

24Cependant, malgré ce traité très avantageux pour la Russie, la Crimée n’échappa pas à l’occupation russe, occupation qui se transforma assez rapidement en une annexion pure et simple du khanat (8 décembre 1783), sous prétexte de punir « les Tatares, incapables de goûter au fruit de l’indépendance » et surtout « pour éviter une nouvelle guerre entre la Porte et la Russie ». La Porte ne put qu’accepter le fait accompli (8 décembre 1784).

25L’annexion de la Crimée constitue un tournant dans l’histoire de la mer Noire. Non seulement son statut administratif fut changé rapidement, mais la politique de vaste nettoyage ethnique et religieux entreprise par la Russie modifia radicalement le paysage démographique de la rive nord de la mer Noire. Déjà, en 1783, les principaux notables tatars furent passés par les armes ; avant même le traité de Küçük Kaynarca, de nombreux Tatars quittèrent la Crimée pour venir s’installer dans les Balkans et en Anatolie, craignant de devenir des « serfs » comme le reste des paysans russes. Dans la période d’indépendance de la Presqu’île et surtout dans les années 1776-1779, les armées russes entraient donc en Crimée sans que les Tatares puissent les en empêcher. C’est dans cette période que les populations chrétiennes locales (notamment Grecques et Arméniennes) furent déportées dans la zone d’Azov et de Taganrog.

Une fin de siècle marquée par une alliance

26À peine les ratifications du traité du 28 décembre 1783 consacrant l’annexion par la Russie de la Crimée étaient échangées à Istanbul (le 1er-12 avril 1784), de part et d’autre, des griefs, latents d’abord, commencent à être formulés officiellement. En réalité, dans le programme de Catherine II, la consolidation du pouvoir russe en Crimée et en Géorgie avait la priorité sur une nouvelle extension territoriale sur la mer Noire. Cependant, non seulement les Turcs craignaient cette échéance d’une installation définitive de la Russie dans son voisinage, mais ils estimaient que l’annexion de la Crimée et des territoires sur le pourtour de la mer Noire (Caffa, Kertch et Kouban) allait être suivie par d’autres, notamment au sud de l’Ukraine, en Moldavie et Valachie. D’autant plus que la transformation radicale de l’administration de l’État tatare en une « Région de Tauride », la soumettait ainsi avec l’oukaz impériale du 2 février 1784 au droit commun.

27Mais la mèche qui allumera la flamme de la guerre est certainement la fameuse rencontre de Catherine II avec Joseph II en Crimée, le 1er juin 1787, organisée par Potemkine dans le palais des khans à Bahçeray où le vieux « projet grec » russe est largement évoqué et remis au goût du jour. Pour aller vite, il s’agit dans ce projet de chasser les Turcs de l’Europe et de reconquérir Constantinople pour y mettre sur le trône un souverain orthodoxe, russe de préférence. Devenu public dès 1780, ce projet politique ambitieux est décrit en détail dans une lettre de Catherine II adressée, le 10 septembre 1782, à Joseph II : la Bessarabie, la Valachie et la Moldavie se réuniraient sous l’appellation d’une Dacie avec à sa tête un prince chrétien et Constantinople retrouverait également un souverain chrétien russe. C’est le projet de la renaissance de l’empire grec d’Alexandre ou de l’empire d’Orient de Constantin. Ce sont d’ailleurs les deux noms que la tsarine elle-même avait choisi pour ses petits-fils, Alexandre, né en 1777, et Constantin, né en 1779, et c’est bien ce dernier qu’elle avait prévu de mettre sur le trône de Constantinople.

28Aussi le ressentiment turc transparaissait-il clairement dans un ultimatum que le Reis-Efendi présente à l’ambassadeur russe Boulgakov à Istanbul le 26 juillet 1787. Cet ultimatum exigeait de la Russie notamment de ne plus intervenir dans les affaires de Géorgie et d’Azerbaïdjan, de livrer l’hospodar de Moldavie Alexandre Mavrocordato, considéré comme agent russe, de ne pas empêcher les Ottomans de nommer des consuls en Russie, notamment en Crimée. Les revendications telles que laisser les autorités ottomanes contrôler plus strictement les navires de commerce russes afin d’empêcher l’emploi de matelots ottomans et d’emporter les marchandises prohibées à l’exportation comme le café, l’huile et le millet ou encore arrêter les taxes exorbitantes des négociants ottomans en comparaison aux taxes payées par les négociants russes dans les territoires ottomans faisaient partie de cette liste.

29Malgré des préparatifs avec des moyens modernes, dans cette guerre, l’Empire ottoman est encore plus faible qu’en 1774, rien que parce que la Russie est l’alliée du Saint-Empire romain depuis 1781 et que la guerre sera menée simultanément contre les deux empires ; en 1789 Joseph II renouvelle même son alliance avec Catherine II. Par ailleurs, les Ottomans sont très préoccupés par les velléités d’autonomie des beys mamelouks en Égypte, de Tepedelenli Ali Pacha à Ioannina et de Cezzar Ahmed Pacha en Syrie et en Palestine. Une expédition punitive est organisée en Égypte au printemps 1786 par le grand amiral Cezayirli Hasan Pacha.

30Sur le plan international, la Porte n’est pas isolée : elle bénéficie du soutien actif – au moins au début de la guerre – de la Suède de Gustav III qui déclare les hostilités en juillet 1788 pour élargir sa domination sur la Finlande, et de l’assistance diplomatique de la Prusse et de l’Angleterre qui étaient liées selon le traité de la Triple alliance avec les Pays-Bas, conclu en 1788. Surtout le gouvernement anglais tenait au rétablissement du statu quo dans les rapports russo-turcs.

31Ainsi la guerre déclenchée essentiellement par l’Empire ottoman le 16 août 1787 avec l’idée de reprendre la Crimée se solde encore une fois par les pertes territoriales importantes. La prise de la forteresse d’Özü et d’Ismaïl et la destruction de l’escadre ottomane sont les plus grandes victoires des Russes dans cette guerre. La mort du sultan Abdülhamid Ier (7 avril 1789) et l’avènement du nouveau sultan Selim III, désireux d’une paix et volontariste pour les réformes structurelles, la mort de Joseph II (20 février 1790) et l’avènement de Léopold II qui amorce un rapprochement avec la Prusse, alliée de l’Empire ottoman, suscitent de part et d’autre un grand intérêt pour la paix. La Révolution française déplace par ailleurs, l’axe des tensions en Europe occidentale. Ainsi l’Autriche signe le traité de Sistova le 4 août 1791, abandonnant son allié russe et renonçant à ses conquêtes.

32Par le traité de Jassy (Iaşi), signée le 9 janvier 1792, non seulement les Ottomans sont obligés de reconnaitre l’appartenance de la presqu’île de Crimée à la Russie, mais celle-ci annexe un vaste territoire entre le Boug et le Dniestr, avec le littoral de la mer Noire compris entre les embouchures des deux fleuves dont le centre stratégique est la ville d’Özü (Otchakov en russe, Otchakiv en ukrainien) qui sera englobée dans le gouvernement de Kherson.

33Jusqu’en 1806, la mer Noire ne connaitra pas de nouveaux conflits russo-turcs, mais elle sera le théâtre d’une intense activité russe de développement économique, maritime et de construction de nouvelles villes, comme Odessa, qui supplanteront la position des villes anatoliennes comme Sinop et Trabzon par exemple. L’expédition d’Égypte de Bonaparte aura en revanche comme conséquence immédiate d’inverser les alliances et de jeter l’Empire ottoman dans les bras de la Russie. Avant même la signature d’une alliance turco-russe qui n’interviendra que le 9 janvier 1799, la flotte russe, déjà préparée et équipée contre une intervention française possible en mer Noire, reçoit l’ordre de s’engager contre la France dès le mois de mai, mais le sultan se contente de renforcer les points de défense des Détroits et refuse que les Russes les franchissent, affirmant que « tant que la France n’a pas rompu la paix, il nous est nuisible que la Russie fasse passer des navires ». Cela dit, dès le 5 septembre 1798, l’escadre russe, commandée par l’amiral Otchakow jette l’ancre dans le Bosphore à quinze kilomètres d’Istanbul, à Büyükdere, sous le regard ébahi de la population stambouliote. C’est une drôle de fin de siècle que de voir cette flotte préparée contre l’Empire ottoman venir en amie pour sauver le sultan des griffes de Napoléon Bonaparte.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Bilici Faruk, Candea Ionel, Popescu Anka (dir.), 2007, Enjeux politiques, économiques et militaires en mer Noire, (xive-xxie siècles), études à la mémoire de Mihail Guboglu, Musée de Braïla, Éditions Istros, Braïla, 760 p.

Bilici Faruk, 1992, La politique française en mer Noire (1747-1789) : vicissitudes d’une implantation, Éditions Isis, collection “Studies on Ottoman Diplomatic History, VI”, Istanbul, 201 p.

Bilici Faruk, 2004, XIV. Louis ve Istanbul ’u Fetih Tasarısı [Louis XIV et son projet de conquête d’Istanbul], Türk Tarih Kurumu, Ankara, 369 p.

Bostan İdris, 2007, Osmanlılar ve Deniz, Deniz Politikaları, Teşkilât, Gemiler [Les Ottomans et la mer, politiques maritimes, organismes, bateaux,], Küre Yayınları, İstanbul, 241 p.

Inalcik Hali, 1995, Sources and studies on the Ottoman Black Sea I: The Customs Register of Caffa, 1487-1490, Harvard University, Cambridge, 201 p.

Jorga Nicolae, 2005, Osmanlı İmparatorluğu Tarihi [Histoire de l’Empire ottoman] (trad. de l’allemand), vol. 5, Yeditepe, İstanbul, 2356 p.

Kurat Akdes Nimet, 1990, Türkiye ve Rusya [La Turquie et la Russie], Kültür Bakanlığı, Ankara, 764 p.

Nold Boris, 1953, La Formation de l’Empire russe (traduit de russe,) 2 vols, Institut d’Études slaves, Paris, 1273 + 2387 p.

Scheffer Charles, 1894, Mémoire historique sur l’ambassade de France à Constantinople par le Marquis de Bonnac, Ernest Leroux, Paris, 287 p.

Tukin Cemal, 1947, Osmanlı İmparatorluğu Devrinde Boğazlar Meselesi [La question des Détroits pendant l’Empire ottoman], Üniversite Matbaacılık, İstanbul, 389 p.

Voltaire, 1987, Correspondances, Pléiade, Paris, v. X, 1440 p.

Articles et participations à des ouvrages

Berindei Mihnea, 1989, « Les Vénitiens en mer Noire, xvie-xviie siècles, nouveaux documents », Cahiers du monde russe et soviétique, xxx, 3-4, p. 207-224.

Inalcik Halil, 1979, “The Question of the Closing of the Black Sea under the Ottomans”, Arceïon Pontou, p. 74-110.

Kolodziejczyk Dariusz, 2007, “Inner Lake or Frontier? The Ottoman Black Sea in the Sixteenth and Seventeenth Centuries”, in Bilici Faruk, Candea Ionel, Popescu Anka (dir.), 2007, Enjeux politiques, économiques et militaires en mer Noire, (xive-xxie siècles), études à la mémoire de Mihail Guboglu, p. 125-141.

Ostapchuk Victor, 1987, “Five documents from the Palace Archive on the Ottoman Defense of the Black Sea against the Cossacks (1639)”, Journal of Turkish Studies, 11, p. 49-104.

Ostapchuk Victor, 1990, “An Ottoman Gazânâme on Halil Paşa’s Naval Campaign against the Cossacks 1621)”, Harvard Ukrainian Studies, 14, p. 482-521.

Ostapchuk Victor, 2001, “The human landscape of the Ottoman Black Sea in the face of their Cossacks naval raids”, Oriente moderno, The Ottoman and the Sea, lxxxi, p. 23-95.

Popescu Anka, 2007, « La mer Noire ottomane : Mare clausum ? Mare Apertum ? », in Biici Faruk, Candea Ionel, Popescu Anka (dir.), 2007, Enjeux politiques, économiques et militaires en mer Noire, (xive-xxie siècles), études à la mémoire de Mihail Guboglu, p. 141-171.

Schiltz Véronique, 2010, « Catherine II, les Turcs et l’antique », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 154e année, N. 1, 2010. p. 233-275, DOI : 10.3406/crai.2010.92805.

Villain-Gandossi Christiane, 1967, « Contribution à l’étude des relations diplomatiques et commerciales entre Venise et la Porte ottomane au xvie siècle », Südost Forschungen, xxvi, Munich, p. 22-45.

Haut de page

Notes

1 Deux ouvrages fondamentaux m’ont beaucoup servi pour rédiger cet article : Tukin, 1947 et Nold, 1953. Voir par ailleurs : Bilici, Candea & Popescu (dir.), 2007.

2 En effet, les travaux récents ont montré que la mer Noire était loin d’être verrouillée au commerce international : Inalcik, 1979, p. 74-110 et 1995 ; Villain-Gandossi, 1967, p. 22-45 ; Berindei, 1989 ; Popescu, 2007, p. 141-171 ; Kolodziejczyk, 2007, p. 125-141.

3 Dans ce sens-là, dans les projets de partage de l’Empire ottoman rédigés par Leibniz ou d’autres élites politiques et intellectuelles des xviie et xviiie siècles, la Russie tient toujours une place de choix. Pour les détails voir : Bilici, 2004.

4 Nold, 1953, vol. II, p. 11.

5 Pour les activités des Ottomans en mer Noire au xviie siècle et contre les Cosaques menaçant Istanbul voir : Ostapchuk, 1987, p. 49-104 ; 1990, p. 482-521 et 2001, p. 23-95.

6 Bostan, 2007, p. 53-54.

7 Tukin, 1947, p. 38 ; Archives ottomanes de la Présidence du Conseil (Başbakanlık Osmanlı Arşivi), Nâme-i hümâyûn defteri (registre de lettres impériales), no 6, p. 306-309.

8 Nold, 1953, p. 20.

9 Schefer, 1894, p. 197.

10 Pour l’action française en mer Noire au xviiie siècle et surtout auprès des khans de Crimée, voir Bilici, 1992.

11 On dit également et improprement Koutchouk Kaïnardji.

12 Cité par Nold, 1953, p. 57.

13 Kurat, 1990, p. 24-25.

14 Voltaire, 1987, v. X, p. 117.

15 Archives nationales, 3 JJ 228 (30 juin 1781) : « Notions sur Kerson remises à M. le Marquis de Verac ».

16 Jorga, 2005, vol. v, p. 39.

17 Pour le texte intégral de ce traité : Târih-i Cevdet, cilt 2, Der Saadet, Matbaa-i Osmâniye, 1309/1891-1892, p. 369-391 ; Jorga, 2005, vol. v. p40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faruk Bilici, « La fin du « harem ottoman » : la rivalité turco-russe en mer Noire au xviiie siècle »Cahiers balkaniques [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 05 janvier 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/18930 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.18930

Haut de page

Auteur

Faruk Bilici

Professeur émérite Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search