Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49George Devine Treloar, le sauveur...

George Devine Treloar, le sauveur des Pontiques

George Devine Treloar, the savior of the Pontians
George Devine Treloar, ο σωτήρας των Ποντίων
Joëlle Dalègre

Résumés

Résumé : un Australien, George Devine Treloar est célébré à la fois en Thrace et en Australie comme le sauveur des Pontiques. Qui est-il ? C’est l’occasion de revoir brièvement les conditions de vie dans la Thrace de 1922-1923, la création du village de Thrylorio et le développement de l’identité pontique locale.

Haut de page

Texte intégral

Figure 1. Ballarat, le 22 septembre 2019, Treloar et la petite Lemona, qui symbolise tous les enfants dont il a pris soin

Figure 1. Ballarat, le 22 septembre 2019, Treloar et la petite Lemona, qui symbolise tous les enfants dont il a pris soin

Ballarat Times, 22/09/2019 , URL : https://timesnewsgroup.com.au/​ballarat/​news/​george-devine-treloar/​ (consulté le 1/06/2022). Photo : Edwina Williams.

Figure 2. Thrylorio, le 22 avril 2022, la grand-place et ses panneaux photographiques

Figure 2. Thrylorio, le 22 avril 2022, la grand-place et ses panneaux photographiques

Paratiritis tis Thrakis, 24/04/2022, URL : https://www.paratiritis-news.gr/​tag/​katerina-sakellaropoulou/​ (consulté le 1/06/2022).

  • 1 Nom typique de la différence existant parfois en anglais entre la graphie et la prononciation. Plus (...)

1En 2015, l’ambassadeur d’Australie effectue une visite dans le village thrace de Thrylorio ; en novembre 2018, George et David Treloar1, fils de George Devine Treloar, sont reçus à Thrylorio ; le 8 septembre 2019, dans la petite ville australienne de Ballarat est inaugurée une statue au Sauveur des Pontiques, George Devine Treloar, en compagnie d’une fillette, Lemona. Le 28 janvier 2022, un nouvel ambassadeur d’Australie se rend à Thrylorio, le 22 avril 2022, la Présidente de la République hellénique, Katerina Sakellaropoulou, originaire de Stavroupoli en Thrace occidentale, à l’occasion de la Journée de la Mémoire, se rend, elle aussi, au village de Thrylorio où, sur la grand-place, des panneaux de photographies faites par George Devine Treloar rappellent les réfugiés qui, en 1923, ont été les premiers habitants des lieux tandis qu’à l’entrée, le même officier britannique à l’air satisfait accueille les visiteurs ; le 22 mai de la même année, le journal local, le Paratiritis de Thrace (Observateur), adresse ses condoléances à la famille Treloar à l’occasion de la mort de John Treloar, 3e fils de George… Qui est donc ce sauveur ? Pourquoi tant d’honneurs ?

Actif et décidé

2George Devine Treloar (1884-1980) est né à Ballarat, ville située à 120 km de Melbourne. Le nom de Treloar est originaire de Cornouailles, mais les parents de George sont tous deux nés en Australie, leur fils est donc un Australien déjà enraciné. Ballarat, en 1838, est un ranch qui, dans les années 1850, donne naissance à une ville quand on y découvre de l’or ; en 1930, on y trouve même un aérodrome où la RAF installe une école de radio et d’artilleurs de la Royal Australian Air Force (fermée en 1960).

3Le père de Treloar, Thomas, est un homme très actif, à la fois pharmacien renommé (il introduit les rayons X à Ballarat), membre de la British Medical Association, et comme son frère et son épouse, acteur shakespearien sur les scènes de Melbourne ; d’après la presse locale, il se taille un succès dans le rôle d’Hamlet, et sa femme en Ophélie, Cordelia ou Portia.

4George, l’un de ses fils, après des études au collège Saint Patrick de Ballarat, ne semble pas avoir de vocation claire : il est employé cinq ans dans une banque locale, travaille comme jackaroo c’est-à-dire apprenti travailleur agricole dans une ferme à moutons du Queensland, puis quelque temps comme fermier et, finalement, engagé dans une troupe de théâtre itinérante, il se produit en Australie, en Afrique du Sud avant d’atteindre l’Angleterre. Il a 30 ans quand la Première Guerre mondiale éclate. Il veut s’engager, mais il est refusé en raison de sa mauvaise vue, il intègre néanmoins le 20e bataillon d’infanterie des volontaires du Middlesex (Middlesex Rifle Association) dit « bataillon des artistes ». En 1915, comme on est déjà moins pointilleux sur les capacités physiques des soldats, il accède aux Coldstreams Guards, bataillons d’infanterie des Horse Guards, et finit la guerre comme major du 3e bataillon, décoré après avoir combattu à Ypres et sur la Somme. Il participe ensuite brièvement au corps des forces britanniques envoyé en Rhénanie puis en Russie et, démobilisé, s’engage en Ukraine aux côtés des armées blanches de Wrangel. Après la défaite, il rejoint Constantinople où il travaille aux côtés de Nansen dans l’organisation de secours aux réfugiés russes blancs.

5Le Norvégien Fridtjof Nansen, explorateur célèbre du Groenland et du pôle nord, devenu diplomate, est en 1920 l’un des trois délégués de son pays à l’Assemblée de la SDN. Il est chargé immédiatement d’organiser en Europe le rapatriement des prisonniers de guerre puis, au vu de ses résultats satisfaisants, le 1er septembre 1921, devient Haut-Commissaire pour les réfugiés, chargé d’aider à réinstaller environ deux millions de réfugiés russes déplacés par la Révolution, et au nom de la Croix-Rouge, de gérer le problème de la famine en Russie. C’est alors qu’il crée pour tous les réfugiés qui n’ont plus de papiers d’identité un passeport qui porte son nom. Cette action lui vaut le prix Nobel de la Paix en novembre 1922.

  • 2 Il a épousé en décembre 1923 à Constantinople la fille d’un ingénieur britannique qui travaillait p (...)

6Dès le mois de septembre 1922 cependant, une nouvelle vague de réfugiés se presse à Constantinople, les Grecs, chassés par les conflits sanglants dans le Pont, la défaite et le recul de l’armée grecque en Asie Mineure, puis la prise de Smyrne le 8 septembre 1922. C’est alors qu’intervient notre héros, George Treloar. Le 6 octobre 1922, il devient le représentant de Nansen, Haut-Commissaire aux réfugiés en Grèce du Nord-Est, en collaboration avec un autre colonel britannique, James Procter. Il occupe ce poste jusqu’en 1926, et démissionne alors, furieux des lenteurs, selon lui, de la SDN et du gouvernement grec. Mais il a travaillé avec acharnement en Thrace ; c’est cette action en 1922 et 1923 qui lui vaudra éloges et reconnaissance. Il est dès 1924 décoré en Grèce de la Croix d’Or de l’Ordre du Sauveur2.

La situation en Thrace occidentale à l’automne 1922

7On connaît bien son action par les archives de la SDN, les nombreux rapports qu’il envoie sans cesse à ses supérieurs et à toutes les organisations humanitaires pour expliquer son action et obtenir de l’argent et du matériel. Les envoyés de la SDN qui se rendent également dans la région pour examiner la situation louent le travail des colonels Treloar et Procter, et appuient leurs demandes, les officiels grecs se déclarent également très satisfaits.

8Le centre de la mission SDN est installé à Gumuldjina/Komotiní (les textes n’emploient que les noms turcs), mais à sa nomination, en octobre 1922, Treloar se rend en premier lieu à Dedeagaç/Alexandroúpolis, point névralgique de la région. En effet, la ville se trouve au centre des communications disponibles : le seul port de Thrace grecque, la seule route venant de Turquie et allant vers l’ouest, l’accès au chemin de fer Constantinople-Salonique… Mais le port n’a que des installations sommaires, la « route » n’est qu’un chemin de terre où il est difficile de se croiser et le chemin de fer, construit en deux phases différentes, suppose un transbordement entre deux gares, celle de la ligne Andrinople-Dedeagaç et celle de la ligne Dedeagaç-Salonique. Sur cette seconde ligne, parce qu’elle suit un trajet sinueux avec d’assez fortes pentes et souvent à voie unique, les trains ne peuvent comprendre autant de wagons que sur la ligne d’Andrinople, ni aller aussi vite, ni être aussi fréquents. Alexandroúpolis devient donc un lieu où s’entassent les réfugiés qui attendent de poursuivre leur route vers l’ouest. S’y ajoutent des milliers de soldats démobilisés qui cherchent à rejoindre la Grèce du sud.

9Hemingway, le 20 octobre 1922 envoie au journal canadien, le Toronto Daily Star cette description de la situation telle qu’il l’observe à la sortie d’Andrinople :

Vingt miles de charrettes tirées par des vaches, des bœufs et des buffles aux flancs boueux, avec des hommes épuisés, titubants, des femmes et des enfants, des couvertures sur la tête, marchant à l’aveuglette sous la pluie à côté des seuls biens qui leur restent en ce monde… Ils ignorent où ils vont. Ils ont quitté leurs fermes, leurs villages et leurs champs roussis et prêts pour la récolte et se sont joints au flot quand ils ont entendu dire que les Turcs arrivaient. Maintenant ils ne peuvent que garder leur place dans l’atroce défilé tandis que la cavalerie grecque couverte de boue les mène comme des bouviers poussant des bestiaux.

  • 3 Hemingway, 1970, p. 76-77. Des photos disponibles au musée Albert Kahn montrent également ces files (...)

C’est un défilé silencieux. Personne ne murmure. Ils ont tout juste la force d’avancer3.

10Dès le 29 octobre, le préfet grec de la région adresse un appel à l’aide au colonel Treloar, tout juste nommé quinze jours plus tôt :

Je suis presque noyé sous cette vague de réfugiés qui a submergé Dedeagaç… la moitié des réfugiés dort dans des tentes militaires à dix ou quinze personnes par tente faite ordinairement pour quatre à cinq personnes ; les autres dorment en plein air… ils sont exposés au froid, en particulier à la pluie, mourant de fatigue, souffrant de la faim, presque sans vêtements, privés de tout soin sanitaire, n’ayant même pas assez à boire, car l’eau est rare dans la région de Dedeagaç.

  • 4 Fonds Nansen, C1128-24-N4, également sur https://archives.ungeneva.org, R1762-48- 32571-24912. Les (...)

Un rapport du colonel Chrichton (SDN), le 2 novembre 1922, confirme la situation catastrophique à Dedeagaç. Treloar, dans son rapport d’avril 1923, signale également ces files – qui arrivent de Thrace orientale d’où les habitants ont pu venir avec charrettes et animaux – en précisant qu’il n’a pu établir de postes de secours au débouché des ponts sur la Maritsa, car les vivres arrivant par Dedeagaç, il aurait fallu remonter le flot des réfugiés, ce qui était totalement impossible. Dans le même rapport, le 12 avril 19234, il décrit en 10 pages la situation qu’il a rencontrée et explique ainsi son action :

  • 5 Sur des photos, on voit aussi des chameaux. Dans l’épais dossier C1130-26-N17, un tableau établi en (...)

La mission est arrivée à Dedeagaç quand le flot des réfugiés en provenance de Thrace orientale et d’Anatolie augmentait continuellement. Dedeagaç, Gumuldjina, Xanthi, Serrès, Kavala, en fait toutes les villes de la Thrace occidentale étaient déjà surchargées. Nuit et jour les réfugiés continuaient à se déverser. La route menant à Dedeagaç était une ligne mouvante de charrettes et de tous les moyens de transport imaginables5, sans interruption. Depuis ceux, peu nombreux, qui pouvaient payer un passage jusqu’aux hommes et femmes misérables, le bagage sur le dos, jusqu’aux enfants trop épuisés pour gémir, tous ces réfugiés étaient obsédés par la folie du déplacement et, bien que sachant qu’ils étaient en Thrace occidentale hors de danger, ils continuaient et ni la force ni la persuasion ne pouvaient les arrêter.

Au large du port, des vapeurs surchargés de réfugiés attendaient pendant des jours de pouvoir décharger. […]

Le manque d’eau et de nourriture se faisait sentir et faisait des victimes même si le gouvernement faisait tout ce qui était en son pouvoir pour organiser les secours.[…]

Les trains bondés dégorgeaient ces malheureux réfugiés à la gare et tout autour. Des dizaines de milliers de réfugiés s’éparpillaient autour de la gare et du port sans abri ni aide pendant le temps froid de novembre. […]

Dans la ville elle-même tous les cafés, restaurants, hôtels, maisons privées et commerce, etc. étaient pleins de réfugiés à tel point que personne ne pouvait obtenir un espace plus grand que celui pour se coucher.

11La Thrace est à la fois un lieu de passage obligé pour tous ceux qui – depuis le nord-ouest de l’Asie Mineure ou les ports de la côte pontique – ont rejoint Constantinople, auxquels s’ajoutent, à l’automne 1922, les Rums de Thrace orientale, et un lieu d’installation possible pour ces réfugiés. En effet, avec la signature de l’accord d’échange obligatoire des populations grecques et turques à la fin de janvier 1923, il est évident pour les gouvernements et la SDN que ce mouvement est sans retour. Or, même si les Turcs de Thrace sont exempts de l’échange obligatoire, la région, très peu densément peuplée, en grande partie exploitée de façon extensive dans des tchifliks (qui seront expropriés comme ailleurs en Grèce), laisse des espaces disponibles pour une installation.

  • 6 La mortalité semble plus élevée en Thrace en raison de la malaria et des pneumonies. Entre octobre (...)

12Combien de personnes ont été concernées ? Les services de Nansen en novembre 1922 s’attendaient à 300 000 personnes, nul n’a pu les compter ; certaines n’ont fait que passer, d’autres se sont arrêtées quelques mois avant de repartir, d’autres enfin sont restées. En juillet 1923, la SDN estime les réfugiés présents en Thrace à 150 000 personnes, le recensement grec provisoire des réfugiés d’octobre 1923 en dénombre 99 913, 120 000 en février 1924 ; à deux reprises en 1924, le gouvernement grec « déplace » au total plus de 20 000 personnes vers la Macédoine en estimant que les réfugiés sont trop nombreux dans la région. Le recensement de 1928 dénombre en Thrace 107 606 habitants (pour une population de 300 000 habitants) nés hors des frontières de la Grèce, sans tenir compte évidemment ni de ceux qui n’ont fait que passer ni de la forte mortalité parmi les réfugiés dans la première année (estimée à 10 % au minimum6)  : enfants dénutris, épuisement général, pneumonies, dysenterie, typhoïde, variole, malaria (endémique en Thrace)… C’est ce chiffre de 107 000 qu’ont adopté les thuriféraires de Treloar, le sauveur.

Figures 3a & b. Réfugiés « en attente » à Dedeagaç, Treloar participant au travail devant les tentes coniques de Kirli 2.

Figures 3a & b. Réfugiés « en attente » à Dedeagaç, Treloar participant au travail devant les tentes coniques de Kirli 2.

Les photographies sont celles de Treloar qui en a laissé beaucoup. George Treloar Memorial Committee (https://www.monumentaustralia.org.au). URL : https://www.pontosnews.gr/​373296/​san-simera-ston-ponto-kai-allou/​sti-mnimi-tou-afstralou-sotira-epizis/​ le 29/11/2016 (consulté le 25 mai 2022).

Une action d’urgence

  • 7 Les Australiens ont également contribué largement à l’aide aux Arméniens et aux Grecs, voir Diamadi (...)
  • 8 Son hôpital, au centre de la plaine de Komotini, est décrit comme ne désemplissant jamais.
  • 9 Le dossier C1130-26-N17, 146 pages, fourmille de renseignements d’ordre financier.
  • 10 R1762-48-28816-24912.

13Treloar explique dans ce même rapport du 12 avril 1923 que, les postes étant totalement désorganisées, une lettre met de 9 à 16 jours pour atteindre Constantinople et qu’en conséquence, vu les besoins et l’état de dépression profond des réfugiés, il leur a fallu (Procter et lui) prendre rapidement des initiatives, avec l’accord de Nansen, pour sauver des vies et éviter des troubles dangereux (la Russie est proche). Les deux colonels ne peuvent pas compter sur un financement régulier : la SDN n’a encore rien décidé et, avant d’accorder un prêt au gouvernement grec, elle tient à étudier les conditions de remboursement et à discuter de la somme globale nécessaire. Ils trouvent donc des fonds auprès d’associations caritatives anglaises (Lady Rumbold Association, Save the Children Fund, All British Appeal) ou américaines (American Women’s Hospital, American Mission, Near East Relief) et en partie parmi les ressources accordées à Nansen pour les réfugiés pris en charge à Constantinople7. Ils comptent et justifient sans arrêt les dépenses, estiment ce que coûte ou peut rapporter chaque livre sterling dépensée, n’emploient qu’un personnel très réduit, ne disposent pas de secrétaires ; Treloar et son personnel ne reçoivent leur salaire qu’après de longs retards. Il faut montrer à chaque organisation que rien n’est gaspillé et persuader les décideurs de la SDN que leur projet est viable, financièrement comme moralement rentable, et ce d’autant plus urgemment que le gouvernement américain comme Lady Rumbold8 ont annoncé ne plus contribuer financièrement à partir de juillet 19239. Sur place, ils ont d’ailleurs davantage besoin de matériel que d’argent : la correspondance insiste sans cesse sur les couvertures, les tentes et les vêtements. Car, une fois les fonds obtenus ou les secours promis, encore faut-il avoir sur place le matériel ! La comptabilité des couvertures montre que, dans les premiers camps, il n’y en a souvent qu’une par famille en plein hiver. Les tentes restent introuvables, les premiers stocks viennent de l’armée grecque, la Belgique en a promis 1000, prises sur ses propres stocks militaires dans l’hiver 1923, mais… n’arrivent que 1000 capes imperméables destinées aux soldats des tranchées, une feuille avec un trou central. Et malgré la débrouillardise de tous, il faut 8 capes pour faire une tente (tente conique dite tente cloche comme sur la photo 3b), il y a donc 125 tentes au lieu des 1000 attendues. Or, une tente signifie une famille établie, Treloar ne peut donc pas accueillir tous les gens prévus, alors qu’ils sont plus de 100 000, écrit-il. En décembre 1923 encore, après un an de demandes, il se plaint encore du manque de tentes10.

  • 11 SHD/DAT Paris-Vincennes, carton 4N.129 Papiers de la Thrace interalliée.

14Il ne faut pas oublier par ailleurs qu’il a affaire à un gouvernement grec instable fraîchement issu d’un coup d’État (septembre 1922) puis menacé par un autre coup d’État (octobre 1923), à la tête d’un pays exsangue et appauvri qui sort de 10 ans de guerre. De plus la Thrace occidentale n’est incorporée à la Grèce que depuis mai 1920. Auparavant, elle a fait partie de la Bulgarie depuis 1913 puis, dans l’attente d’un règlement, elle a été confiée à une administration interalliée sous l’égide du général français Charpy d’octobre 1919 à mai 1920. Les différents rapports et recensements effectués par les forces françaises11 insistent sur les séquelles graves des deux guerres balkaniques : une douzaine de villages incendiés sont restés déserts, les dégâts faits dans d’autres villages n’ont pas été réparés, on ne trouve pas assez de fourrage pour nourrir les chevaux de l’armée française, les chemins de terre sont impraticables, des dizaines de milliers de Grecs partis pendant la période bulgare reviennent rapidement (environ 70 000), les Bulgares qui s’étaient installés à leur place prennent la fuite (environ 60 000 pendant les 7 mois d’occupation française) accompagnés d’autres habitants bulgarophones inquiets… Ajoutons que les populations musulmanes, l’élément ethnique le plus nombreux en 1920, étant exemptées de l’échange de populations décidé en janvier 1923, restent présentes et n’apprécient guère de voir déferler des Grecs qui, eux, ne comprennent pas pourquoi ces Turcs peuvent rester. Enfin, la mission de Treloar et de Procter commence à la fin du mois d’octobre, et le climat de la Thrace n’est pas celui des Cyclades : l’hiver est froid, humide et neigeux, les températures proches du 0 °C, la Maritsa inonde souvent sa vallée, les marécages de la plaine s’étendent et les moustiques pullulent au point que les soldats français avaient commencé à détruire les gites principaux. Rien de facile donc pour faire face à l’urgence. Ce souci du froid est encore là un an plus tard dans les rapports de l’automne 1923, car tentes et couvertures manquent toujours et d’autres réfugiés arrivent après la décision d’échange obligatoire des populations.

15Premier souci : l’urgence à Dedeagaç. Il faut dégager les alentours du port et des gares et éviter que les réfugiés épuisés ne s’arrêtent le long de la « route » aggravant les embarras. Treloar décide donc de créer un camp proche, mais hors de la ville, et de convaincre les réfugiés de s’y arrêter quelques jours. C’est d’abord le fiasco : affolées, les femmes hurlent, pleurent, se jettent à terre et ne pensent qu’à continuer vers l’ouest ; au petit matin, ceux qu’on a placés sous une tente la veille sont partis, personne ne veut aider… Treloar décide de choisir des responsables, les muchtars, et de refuser l’aide à ceux qui ne participent pas au travail collectif ; la situation s’améliore assez vite, le camp fournit nourriture (pain, lait, soupe), soins médicaux et fourrage pour les animaux à plus de 700 personnes. Il peut établir un second camp près de la gare et un troisième à Bidikli (proche de Soufli) au passage de la Maritsa. Il cherche immédiatement à faire contribuer les réfugiés par leur travail à la survie du camp, son souci permanent.

  • 12 C347-1923 in C1128-24-N4.
  • 13 p. 6, « on doit se rappeler que notre objet était de faire un exemple de ce qui peut et devrait êtr (...)

16C’était là le travail le plus urgent, une aide préliminaire sous forme de stations d’alimentation et de dispensaires fournissant des rations pour 10 000 personnes pendant 3 mois. Le 22 avril 1923, Nansen expose au conseil de la SDN le rapport du colonel Procter qui décrit la seconde et la troisième étape du projet12 : développer une politique « constructive » d’abord dans une zone modèle13, puis généraliser l’expérience. Politique « constructive » signifie établir des villages pérennes et faire contribuer les réfugiés à leur survie le plus vite possible.

[L]es instructions de nos représentants locaux ne se limitaient pas à l’aide matérielle immédiate, mais autorisaient à entrer en liaison avec les autorités locales pour définir des zones pour un établissement permanent de ces réfugiés et développer une politique constructive… L’accord se fait sur un secteur entre Gumuldjina et Porto Lagos, limité par les deux routes de Gumuldjina à Dedeagaç et de Gumuldjina à Xanthi, soit une surface de 100 000 acres données à la colonisation. La terre est, dit-on, un sol vierge de première qualité, avec beaucoup de ressources en eau, et diverses forêts à sa bordure nord. L’endroit est sain ; l’installation a aussi l’avantage d’être desservie par le chemin de fer Dedeagaç-Xanthi.

17Sept villages sont déjà créés dans la zone à la mi-février 1923 (et un huitième à l’entrée de Dedeagaç, 13 sont prévus en tout), et les labours ont commencé. Les sept villages sont Mourhan, Songurlu, Urumbeyli, Biatli, Kir Chiflik, Kirlik Kiri 1 et 2, et un lotissement en cours à Phanar. Village signifie pendant longtemps des tentes, mais on prévoit un plan, des rues, une place et un approvisionnement en eau.

  • 14 C347-1923.

Figure 4. Schéma établi par Treloar dans son rapport d’avril 192314

Figure 4. Schéma établi par Treloar dans son rapport d’avril 192314

18Des règles strictes sont exposées par Nansen dans son rapport :

  1. Notre principe n’était pas une charité sans distinction qui tend à avilir les réfugiés, mais à les encourager à travailler pour eux-mêmes et ainsi à devenir aussi vite que possible producteurs de richesse et citoyens indépendants.
  2. Le plan principal était d’abord d’installer des villages pour environ 10 000 réfugiés, et plus tard, avec l’aide du gouvernement grec, de rendre possible aux colons de construire leurs maisons pour libérer des tentes pour d’autres colons.
  3. Les réfugiés seraient nourris et l’on s’occuperait de leur bien-être jusqu’aux récoltes suivantes (fin juillet) ou plus tôt s’ils pouvaient devenir autonomes…
  4. Installer les travailleurs qualifiés dans leurs activités précédentes ou en former d’autres…

19Dans le même rapport, le texte de Treloar transmis par Nansen est plus catégorique :

Je voudrais dire ici que de ma longue expérience – c’est aussi l’avis de tous les travailleurs avec des réfugiés que j’ai côtoyés –, je suis fermement convaincu que donner de l’aide inconditionnellement aux réfugiés est à peine meilleur que ne rien donner. En faisant ainsi, leur corps est nourri, c’est vrai, mais leur moral est ruiné, et ils deviennent des citoyens totalement sans valeur, exigeants et convaincus de leur droit divin à recevoir de la nourriture en échange de rien et qui refusent le travail qu’on leur offre. Rappelez-vous s’il vous plait que je ne parle pas des Grecs, mais des réfugiés en général. Dans notre secteur, en raison de notre politique, il n’y a très peu de problèmes et quand il y a des difficultés, elles viennent de ce que dans les villes où s’entassent les réfugiés, ils sont nourris sans condition par les Américains et les autres organisations, et le paysan, dont les ressources intellectuelles sont peu développées, ne peut se laisser convaincre de quitter la gamelle carnée de la ville pour la sombre réalité de la campagne. Et même s’il le fait, il lui faut quelques semaines pour oublier les mauvaises habitudes prises et réaliser que son seul droit est son droit à vivre de son travail et que cela seul peut lui assurer la nourriture. […] Mieux vaut nourrir moins de monde et les remettre sur pieds que d’en nourrir un plus grand nombre qu’on abandonne dans le même état qu’auparavant quand on doit arrêter l’aide.

20Le souci de rendre les réfugiés « productifs » pousse également Procter et Treloar à encourager des activités non agricoles ; ils dressent donc des listes de ces activités, du nombre de personnes employées et de celui qui pourrait l’être si on leur fournissait les outils : fabriquer du charbon de bois, des briques, de la chaux, de la vaisselle de terre cuite, faire des tapis, de la dentelle, des vêtements, s’occuper de la blanchisserie, des transports… Tout cela évite des dépenses et même rapporte : on peut donc installer un chef de famille pour 1 £, assurent-ils.

  • 15 Une étude menée en 1924 par les agents de la SDN sur 34 villages de la plaine thrace indique que 15 (...)

21Sensibles également au problème né de la cohabitation entre musulmans locaux turcophones et réfugiés grecs de Turquie, ils jugent que donner aux réfugiés les moyens de construire leur maison ou leur fournir une tente, c’est alléger la charge des réquisitions et faciliter les relations humaines locales. La cohabitation est en effet inévitable : le climat ne permettant pas de laisser les gens coucher à la belle étoile, il faut réquisitionner tous les espaces disponibles, or en milieu rural, ces espaces se trouvent souvent dans les villages turcs. Un inventaire des réquisitions effectuées en 1923 dans les bâtiments musulmans indique 127 mosquées et écoles, 667 étables ou greniers et 13 833 « pièces » en ville ou dans les villages dans toute la Thrace15.

22Treloar termine en incitant les responsables genevois à hâter les choses (un leitmotiv chez lui) : une tente, c’est un agriculteur, donc une famille qui subvient à ses besoins, donc des ressources pour le gouvernement et enfin, cela évite de futurs troubles politiques, car « un incendie en Grèce ne peut que trop facilement mettre le feu à tous les Balkans. Avec quel résultat ? ». Il termine :

On a besoin d’aide urgemment, et au nom de tous ces infortunés, je vous supplie de faire appel à toutes les Nations et tous les peuples, pour le bien de l’humanité et de la paix dans le Monde, pour donner toute l’aide possible.

Treloaria et Procteria

23La plaidoirie de Treloar, Procter et Nansen réussit : une résolution, le 23 avril 1923, demande au Haut-Conseil de la SDN, si le prêt à la Grèce est accepté, de prévoir, sur le modèle de la Thrace occidentale, un plan d’ensemble pour installer les réfugiés dans des activités agricoles ou des travaux leur permettant d’assumer leur existence.

24Les deux villages « modèles » sont alors Kirli 1 et Kirli 2, établis sur un site appelé jusqu’alors Kirlik. Les sites sont choisis fin janvier par Treloar, les premiers habitants reçoivent des tentes en janvier à Kirli 1, à la mi-mars à Kirli 2, en juillet, commence la construction des premières maisons par les réfugiés eux-mêmes avec les pierres de carrières proches ou des briques faites par d’autres réfugiés. En 1924, le gouvernement grec, pour remercier les colonels Procter et Treloar, donne leur nom à ces premières installations : dans les textes, on voit que, dès l’été 1923, Kirli 1 (248 personnes en avril) était appelé Procteria et Kirli 2 (cent colons en avril, Treloaria. Les deux noms sonnent mal en grec, Procteria devint vite Broktio (encore connu de certains sous ce nom) puis en 1957, Roditis (du nom d’un cépage cultivé localement), Treloaria, par hellénisation du nom de Treloar prononcé en anglais Tri-lor, devint Thrylorio dès le recensement de 1928. Broktio réunit des réfugiés venus d’Asie Mineure, de Bithynie (Kizderven, près de Nicomédie/Izmit), puis de Thrace orientale. Thrylorio est peuplée de réfugiés originaires de villages des provinces de Kars (dans le Caucase russe avant la guerre mondiale) et de Kerasounda/Giresun (donc pontiques). Les uns sont dits Caucasiens, les autres Pontiques ; les Caucasiens ont rejoint difficilement Batoum où ils ont pu embarquer pour atteindre Constantinople, ils sont restés quelques mois en Thrace orientale qu’ils ont dû quitter lorsqu’il fut décidé de rendre cette région aux Turcs ; enfin, avant Kirli 2, ils ont stationné provisoirement sur un autre site plus à l’ouest abandonné en raison de la malaria, Kirli 2, à 69 m d’altitude, est un peu moins infesté.

Figure 5. Population de Roditis et Thrylorio depuis 1928 d’après les recensements officiels grecs

Recensement Roditis Thrylorio
1928 396 433
1940 504 713
1951 519 584
1961 549 671
1971 483 434
1981 553 525
1991 635 557
2011 1018 629
  • 16 Vu la chute rapide de la vente de la soie après 1932, il n’ne reste rien aujourd’hui.

25Jusqu’en 1940, les deux villages progressent lentement, plus vite à Thrylorio où d’autres réfugiés pontiques s’ajoutent. Les femmes tissent et vendent des tapis, Treloar fait planter 11 000 mûriers à Procteria et 5 000 à Treloaria pour créer une sériciculture pour des réfugiés qui connaissaient le métier16, les hommes cultivent également les céréales et ceux de Thrylorio sont connus pour construire en pierre. La vie est simple et austère ; de rares photographies en témoignent : on voit ainsi le 1er café de Brokteio, lieu uniquement masculin, une maison en planches, semble-t-il, et devant elle, une trentaine d’hommes et de jeunes garçons, au centre, assis, le pope et deux personnages plus importants qui portent chapeau, les autres hommes tous en casquette, tous très sérieux pour l’occasion ; une autre photo montre les premiers retraités agricoles du village (1961), 15 femmes et 14 hommes, femmes toutes en noir, fichu noir sur la tête, amaigries, l’air sévère. À Thrylorio, les « nouveautés » apparues avant 1940 sont toutes attribuées aux Caucasiens : un moulin actionné par une machine, la plus ancienne coopérative agricole de Grèce (ou la seconde après l’organisation d’Ambelakia au xviiie siècle) créée en 1924 dans un bâtiment néoclassique remarquable et fièrement représentée sur des cartes postales, coopérative qui possédait deux tracteurs Patoza (pour tirer les moissonneuses). À noter qu’elle a été fondée par un instituteur « caucasien », ancien officier de l’armée russe.

  • 17 Sergis, 2012 ; Papatriandaphyllou, 2013.
  • 18 Kaurinkoski, 2018.

26Pendant la Seconde Guerre mondiale, dans les deux villages, stationnent des détachements bulgares. La guerre civile qui suivit la Seconde Guerre mondiale établit une première différence : les deux villages ont vu leur population contrainte par les forces gouvernementales à quitter leurs maisons pour aller vivre sous la tente à Komotiní pour se protéger des andartes de l’Armée démocratique (les paysans faisaient quotidiennement le trajet pour le travail des champs), dans les deux cas, l’école et certains bâtiments du village ont été incendiés par ces mêmes andartes, dit-on ; mais si les habitants de Roditis sont décrits comme vénizélistes et gouvernementaux, ceux de Thrylorio, sont partagés entre les Caucasiens et les Pontiques17. Les Caucasiens sont décrits comme plus instruits, plus ouverts, plus modernes (cela viendrait de leur passé russe) et beaucoup plus « à gauche », sinon « communistes », et certains soutiennent ou s’engageront aux côtés de l’Armée démocratique pendant la guerre civile grecque. Quand la pression gouvernementale est devenue trop forte, pour échapper aux représailles, le 13 mars et le 4 avril 1948 ont eu lieu deux vagues de départ vers la Bulgarie proche, 128 adultes l’auraient rejointe volontairement, 78 enfants auraient été « enlevés », un adulte « enlevé » et 7 enrôlés de force dans l’Armée démocratique. Le terme « enlevé » fait ici référence à la question du paidomazoma : il s’agit soit d’enfants enlevés contre le gré des parents, soit d’enfants emmenés par les parents ou confiés par eux pour être mis à l’abri. Au total, 49 familles (soit 228 personnes), toutes « caucasiennes » (de la région d’Apoulpat) sont parties de Thrylorio vers la Bulgarie et l’URSS, l’abstention des Caucasiens aux élections de 1946 vient confirmer le départ et leur orientation à gauche. Les deux villages n’échappent pas par la suite à la vague d’émigration qui frappe la Grèce du Nord et la Thrace dans la décennie 1960, leur population diminue comme celle du département du Rhodope dans son entier ; mais depuis 30 ans, ils profitent de la proximité de Komotiní qui, par effet de métropolisation, regroupe aujourd’hui plus de la moitié de la population de son département. Ils sont absorbés dans sa zone urbaine, Roditis, devenue une presque banlieue, connaît une augmentation réelle, Thrylorio accueille depuis le milieu des années 1985 des familles d’origine pontique venues du Kazakhstan, de Soukhoumi et d’Arménie18.

27La « greffe » voulue par Treloar a pris, les villages ont survécu. Mais les photographies de Google Earth en juin 2021 montrent que, bien que proches de Komotiní (5 et 9 km) et de la route Komotini-Alexandroupolis, ils ne sont encore que peu sortis des limites du plan ambitieux de fondation. Le quadrillage de Thrylorio (4/7 carrés identiques, une place centrale – avec l’église) est toujours net (photo 6), et la zone industrielle de Komotiní dont on ne voit qu’un angle ci-dessous couvre une surface bien supérieure à celle du village entier, sans amener des habitants. De même, la vue aérienne de Roditis (photo 7) montre facilement les 2/6 carrés d’origine, le passage de la route et la place centrale. Les deux villages avaient été construits en vue d’un vaste élargissement qui n’a pas eu lieu, d’où des places centrales vastes et vides comme on le voit sur la photo de Roditis (photo 8). Bien des constructions n’ont guère changé comme le montre la photo d’une rue de Thrylorio (photo 9) : la maison blanche du premier plan est une demeure de réfugiés, carrée avec toit à quatre pans, qui a reçu une extension (côté gauche) et dans laquelle on a percé de larges fenêtres récentes. La maison voisine en pierre fait partie des constructions des années 1930 qui ont résisté. Que l’on puisse trouver au village des maisons au prix moyen de 695 euros le m2 atteste que la ville n’est pas devenue prospère.

Figure 6. Thrylorio, juin 2021, Google Earth

Figure 6. Thrylorio, juin 2021, Google Earth

Figure 7. Roditis, juin 2021, Google Earth

Figure 7. Roditis, juin 2021, Google Earth

Figure 8. La grand-place de Roditis, Google Earth, 2021

Figure 8. La grand-place de Roditis, Google Earth, 2021

Figure 9. Dans une rue de Thrylorio, Google Earth, juin 2021

Figure 9. Dans une rue de Thrylorio, Google Earth, juin 2021

Treloar, un sauveur ?

28Sa correspondance montre que, au milieu des incertitudes politiques et pratiques, alors que le flux des réfugiés se poursuit, Treloar poursuit une activité multiforme : il est à Dedeagaç, à Gumuldjina, à Salonique, à Constantinople (son mariage), il se rend à Athènes… Outre l’installation des réfugiés, on le voit aussi intervenir à Salonique à propos d’un camp de réfugiés russes, dans deux villages proches de Dedeagaç où il faut aider à se réinstaller des bulgarophones que les Grecs avaient chassés, répondre aux plaintes des Turcs qui estiment qu’on met trop de réfugiés chez eux (il assure qu’on en met partout où il y a une pièce, que les occupants soient Grecs, Turcs ou Bulgares), se préoccuper des très fréquentes attaques de comitadjis bulgares dans la région de Dedeagaç, négocier avec le consul de France pour qu’il accepte des réfugiés, négocier avec la compagnie maritime pour faire baisser le prix du passage vers Marseille ; il doit aussi affronter à la fin de 1923 une nouvelle difficulté, « le croisement » difficile des échangés Turcs et Grecs, le passage des échangés Turcs qu’il veut accélérer pour éviter l’épreuve de l’hiver et le risque pour eux de la malaria…

29Dès 1924, le gouvernement grec reconnaît son rôle décisif. Les principes de ses deux villages modèles – appliqués dans les 13 villages de la plaine de Komotiní – ont été suivis ailleurs en Grèce, avec plus ou moins de réussites, mais selon la même règle : aide-toi et la Commission t’aidera. Un rapport en septembre 1923 affirme avec satisfaction que 10 000 personnes ont été installées avec très peu d’argent, que 4 000 d’entre elles, après la récolte, sont capables de s’assumer sans aide… Bien sûr, vu la récolte insuffisante de l’été 1923, en raison du temps et de semailles parfois trop tardives dues au manque de matériel ou de semences, on ne peut supprimer tous les secours, le matériel de construction n’est pas encore arrivé à Kirli 1 et 2 et il faut passer un second hiver sous la tente. Treloar n’a pas sauvé à lui seul les 100 000 réfugiés installés en Thrace, et le travail modèle des Kirli 1 et 2 ne pouvait s’appliquer à toute la Grèce, comme, résigné ou cynique, le constate un agent de la SDN parti inspecter les résultats de 6 villages nouvellement créés en Thrace :

  • 19 C1128-24-N4, le 4 avril 1923.

Il n’est pas possible que tous les réfugiés en Grèce puissent être absorbés par l’extension de ce plan. Les trois quarts d’entre eux cependant le pourraient ; le dernier quart probablement mourrait ou émigrerait19.

  • 20 R1762-48-28816-24912.
  • 21 C1128/24/N4.

30Cynique, car émigrer n’est pas facile : Treloar, le 3 décembre 1923, a enregistré 100 demandes d’entrée en France, mais seules 20 sont acceptées, et il doit négocier les tarifs du passage, quant aux États-Unis, il a 1000 demandes, mais les quotas étant atteints, il ne peut rien faire20. Néanmoins, tous les témoins s’accordent à reconnaître que les deux camps de Kirli ont réellement été vus comme des « modèles », modèles dont la réussite, même limitée, a contribué à décider la SDN à accepter l’idée d’un prêt fait à la Grèce et d’une Commission d’établissement des réfugiés (décisions du 20 septembre 1923). La volonté, les réactions rapides, le souci permanent et intransigeant de Treloar de sauver des êtres humains a indéniablement contribué à sauver des vies, ne serait-ce que par la quête permanente de tentes, l’organisation d’une livraison par arabas aux villages des rations alimentaires centralisées à Komotiní, le souci des soins médicaux et les livraisons de quinine21 !

  • 22 R1762-48-27978-24912.

31Le préfet de l’Hèbre, S. Grigoriou, dans une lettre à Treloar que Nansen transmet à Genève le 22 avril 1923, conclue lui aussi, alors que le travail de fond ne fait que commencer22 :

Cela a été une tâche noble et grande, inspirée du plus haut esprit humanitaire ; et les réfugiés de Dedeagach, ceux qui resteront comme ceux qui continueront à jouir des bienfaits de votre protection, s’en souviendront toujours, le cœur ému.

32Et l’ambassadeur Politis écrit dans un rapport cité lors de la 14e séance de la 24e session du Conseil de la SDN le 23 avril 1923 :

  • 23 Ibid.

Quoique les résultats obtenus en Thrace occidentale soient jusqu’à présent modestes, ils démontrent clairement qu’avec l’appui et l’autorité de la Société des Nations, il est possible de transformer en une communauté utile et productive une population démoralisée et vivant dans l’oisiveté forcée23.

33Résultats « modestes », écrit-il, mais Treloar n’a été nommé que 6 mois plus tôt et il attend toujours des tentes, des semences et des charrues !

34Mais pourquoi citer souvent Treloar et pas Procter ? Sauveur, mais pourquoi « des Pontiques » ? Treloar apparaît beaucoup plus souvent dans les dossiers que Procter, alors que les mentions flatteuses du gouvernement grec s’adressent aux deux hommes. Pourtant, le nom de Brokteio a disparu, pas celui de Thrylorio. La SDN a installé en Thrace 236 villages ou quartiers neufs, pourquoi Thrylorio ? Outre l’hyperactivité de Treloar et sa présence physique sur le terrain, on peut considérer que la différence entre lui et Procter est due à la conjonction de trois facteurs : Thrylorio est un village « pontique », or, la Grèce a vu se développer depuis le milieu des années 1980 une affirmation retentissante de l’identité pontique à laquelle Thrylorio n’a pas échappé, et enfin, Treloar est Australien, originaire des environs de Melbourne, grand foyer de la présence et de l’action pontique outre-mer.

  • 24 Pour tout ce qui concerne les Pontiques, leur identité, leur passé, leur affirmation contemporaine, (...)

35Thrylorio, village « pontique » ? En installant de nouveaux villages, les responsables de la SDN ont choisi de regrouper si possible des familles venant de la même région, estimant que cette parenté de dialectes, de coutumes, de souvenirs, faciliterait la constitution d’une unité villageoise. Broktio-Roditis a réuni des réfugiés venus d’Asie Mineure, principalement de Kizderven dans la région de Nicomédie/Izmit. Kirli 2 a reçu des familles venues de la province de Kerasounda/Giresun et de Kars ; même si les deux composantes se distinguaient, les Caucasiens étaient en général descendants de Pontiques venus chercher du travail ou fuyant les Ottomans aux xviiie et xixe siècles, et les parentés étaient étroites entre les deux éléments, en particulier leurs deux formes linguistiques du grec n’empêchaient pas l’intercommunication, alors qu’elles étaient fort éloignées du grec « standard24 ». Là où les gens de Roditis se fondent progressivement dans un ensemble dit « réfugiés » ou « micrasiates », ceux de Thrylorio jusque dans les années 1950 n’ont aucun mal à conserver leur spécificité pontique : un village isolé, sans transports ni communications audiovisuelles, où tout le monde peut se comprendre et partager les mêmes traditions, sans autre moyen d’acculturation qu’une école primaire qui enseigne, comme ailleurs, le grec ancien et la langue savante sans aucune utilité dans la vie courante, conserve facilement son identité, d’autant plus que le départ des Caucasiens a renforcé la part des Pontiques.

36Une identité pontique forte ? Les premiers établissements grecs sur les côtes pontiques (du Pont-Euxin c’est-à-dire la mer Noire) remontent à l’Antiquité et leur présence s’est maintenue depuis lors et étendue aux contreforts des Alpes pontiques et à leurs premiers plateaux intérieurs. L’hellénisme pontique, isolé du reste du monde grec par la distance, une mer difficile et une chaîne de montagnes encore plus difficile (voir l’Anabase de Xénophon), développe progressivement des spécificités linguistiques et culturelles, et une forme de résistance face aux menaces extérieures. La région, fière d’être la dernière partie du monde byzantin à se soumettre aux Turcs, ne fut réellement occupée par des turcophones musulmans qu’au xviie siècle. Ses habitants orthodoxes se disaient d’ailleurs Rums et leur région Romania jusqu’en 1923, ce n’est qu’une fois réfugiés en Grèce qu’ils reçurent le nom de Pontiques qui sanctionnait une identité désormais minoritaire et « exotique ». Le choix fait d’une installation massive en Grèce du Nord et dans des villages ou des lotissements de même origine a facilité le maintien de cette identité en exil, au point de faire d’eux un exemple (voir les travaux de M. Bruneau) de maintien d’une identité « hors-sol », mais bien vivante et aujourd’hui devenue diasporique.

  • 25 L’édification d’une nouvelle Sumela en Macédoine, le monastère le plus ancien et célèbre du Pont, à (...)

37En effet, alors que l’exode rural, l’émigration outre-mer, la scolarité prolongée et l’audiovisuel en grec « standard » auraient pu mettre à mal ses racines, l’identité pontique a survécu et s’est même affirmée. Elle se manifeste à partir des années 1950 par la multiplication d’associations locales, par la construction en Grèce de cinq monastères qui s’efforcent de reproduire les monastères originels les plus célèbres du Pont25, par la multiplication des études historiques et laographiques, des conférences et colloques, puis des expositions, des musées, des monuments dédiés à l’identité pontique spécifique. Tout cela jusqu’à aboutir en 1994 à la décision politique de proclamer qu’il y a eu un « génocide pontique » perpétré par les Turcs et de faire du 19 mai, jour du débarquement de Mustafa Kemal à Samsun, le jour de commémoration de ce génocide. Célébrer la ponticité est donc devenu une affaire politique, tous les dirigeants se doivent de se montrer lors des célébrations du 15 août dans la nouvelle Sumela grecque de Macédoine et de montrer leur soutien chaque 19 mai. Si la présidente de la République s’est rendue à Thrylorio pour la Journée de la Mémoire, ce n’est évidemment pas un hasard. Car le village, dans un département considéré par le gouvernement comme fragile, car la moitié de la population est musulmane et turcophone, affiche de plus en plus visiblement son identité pontique, identifiée à une volonté glorifiée de résistance aux Turcs.

  • 26 Voir https://inkomotini.news/videos-photos (consulté le 24/5/2022).

38Aujourd’hui Thrylorio a deux associations qui portent ce mot « pontique : l’Association culturelle des Pontiques de Thrylorio « Kerasounda et Kars », et l’Association culturelle des Femmes Pontiques et le président de l’Association des Pontiques de Komotiní (« Trébizonde ») est également originaire de Thrylorio. Le village compte aussi une coopérative forestière le Pont, une équipe de football le PAE Pont-Thrylorio (née en 1975), et une dernière association sportive Renaissance des Pontiques de Thrylorio (née en 1985). Il a créé un « master chef pontique » qui exalte leurs particularités culinaires à travers le pays. Il a aussi un monument au génocide pontique26, et bien sûr, comme tous les autres villages pontiques, il a son équipe de danseurs et ses joueurs de kemence (lyre pontique) qui sont demandés dans les fêtes des villages du Rhodope et à Komotiní. Aucune fête religieuse, familiale, civique ne peut avoir lieu sans cette musique et ses danses, dorénavant enseignés dès l’école primaire. Tous les signes de la mythologie pontique qui se développe et qu’expose magistralement Michel Bruneau sont bien présents, comme en atteste cette affiche, remplie de symboles et peu courante, il faut l’avouer, de la part d’une équipe de football.

Figure 10. Affiche de l’équipe de football de Thrylorio.

Figure 10. Affiche de l’équipe de football de Thrylorio.

URL : https://www.pontosnews.gr/​373296/​san-simera-ston-ponto-kai-allou/​sti-mnimi-tou-afstralou-sotira-epizis/​
Au centre de haut en bas : PONT/ Je n’Oublie pas, J’Honore toujours/PAE des Pontiques de Thrylorio
Dans la carte du Pont que surplombe l’aigle à deux têtes des souverains byzantins, au centre, 350 000 victimes innocentes demandent justice, à droite « Pont, droit et obligation à la mémoire », à gauche « que ma gorge se dessèche si je t’oublie, ô terre Pontique de mes Pères ».
1462 : début de la période ottomane de la région du Pont
1821 : début de la guerre d’Indépendance grecque
1916 : entrée des troupes russes à Trébizonde
1949 : dernières grandes déportations des Grecs du Caucase et de Crimée et fin de la guerre civile en Grèce

39Enfin, Thrylorio, Treloar et l’Australie ? La Grèce, on l’a dit, a vécu une très importante vague d’émigration entre 1952 et 1970, d’abord extra-européenne, puis orientée davantage vers la RFA. La Grèce du Nord, pour des raisons souvent politiques, a été largement concernée par cette émigration, et donc les Pontiques, puisque le plus souvent présents en Grèce du Nord. Ce sont ainsi 55 000 migrants d’origine pontique qui se sont installés en Australie, donc 35 000 à Melbourne, sur environ 200 000 Grecs. L’éloignement, vu leur nombre, leur proportion parmi les émigrés grecs et la politique multiculturelle de l’Australie, ne leur a pas fait oublier leurs origines. Bien plus, le développement d’internet a élargi leurs contacts, facilité les rencontres et mondialisé les associations. À partir de 1985, aux multiples associations pontiques à l’échelle locale, régionale ou nationale, s’organise un congrès mondial panpontique extrêmement actif ; en Australie même, les différentes associations se regroupent en une fédération, organisent des congrès, des représentations théâtrales en langue pontique, des camps de vacances pour jeunes, elles commémorent le génocide, aident à la réinstallation des Grecs pontiques qui reviennent d’URSS, multiplient les groupes de danses et de musique et préparent, comme en Macédoine, la construction d’un nouveau sanctuaire de Sumela sur une colline achetée à leurs frais et rebaptisée mont Mela… elles réussissent, comme en Grèce, à obtenir une audience nationale australienne à partir de 2006, car, dans l’État de Victoria, elles représentent une force électorale non négligeable. Ce n’est donc pas un hasard si les ambassadeurs d’Australie en Grèce sont d’origine grecque, ni s’ils se rendent en Thrace. Treloar se trouve donc, à la confluence de tous les courants favorables : un Australien, originaire d’une ville proche de Melbourne, qui a fait tous ses efforts pour sauver des réfugiés, et qui a créé un village pontique fier de ses origines.

Pour conclure

  • 27 Voir https://www.theage.com.au/national/victoria/he-is-a-hero-to-me-greeks-laud-forgotten-1920s-ref (...)

40Quand on demande à John Treloar, son 3e fils, âgé alors de 82 ans, de définir son père, il répond « un Australien typique : un esprit indépendant, un naturel costaud, pas un grand respect de l’autorité, un franc parler, très déterminé à suivre sa propre voie ». Et quand on lui demande ce qui a motivé son père, il ajoute : « je pense que c’est voir que quelque chose devait être fait et ayant confiance en lui, dire “bon, je vais le faire”… il a toujours été conduit par le désir de faire ce qui lui semblait juste27 ».

41Difficile pour tous les soldats de revenir à la vie civile après 4 ans de guerre, difficile pour Treloar après 14 ans loin de l’Australie, l’Angleterre, Ypres, la Somme, la Rhénanie, la Russie, l’Ukraine, Wrangel, Constantinople, Gumuldjina… Il rentre en Australie, vend des assurances, tente de faire des affaires (où il perd ses économies), se présente aux législatives en Nouvelles Galles du Sud (échec)… Sa famille le rejoint en 1935. Il gère alors différentes mines en Australie occidentale et se fait connaître par un programme de radio « l’Archer » où, avec son franc-parler, il envoie des flèches très conservatrices contre les politiques en place ; il échoue une fois de plus aux législatives… Il est des gens que les circonstances aident à révéler leurs capacités, ce n’était pas le cas en Australie pour lui. Mais si la Grande Histoire n’a pas retenu le nom de Treloar, il est un village en Thrace occidentale où les plus jeunes enfants ne l’oublient pas.

Haut de page

Bibliographie

Le fonds Nansen, aujourd’hui numérisé, compte plus de 130 dossiers qui comprennent des rapports de Treloar et sa correspondance (envoyée ou reçue) avec les services de la SDN et les officiels grecs. Parmi eux, on peut citer :

Sources primaires principales

SHD/DAT Paris-Vincennes, carton 4N.129 Papiers de la Thrace interalliée

Archives SDN Genève, Fonds Nansen, URL : https://archives.ungeneva.org/lontad

File R1762/48/28816/24 912 –Settlement of Refugees in Western Thrace - Col. Treloar - Sends a report on this work, to be submitted to the Council.

File R1762/48/28828/24912 ·1923, a Report from S.L. Childs to the High Commissioner on the Western Thrace scheme.

File R1762/48/24912/24 912/Jacket2 · 1923

File R1762/48/32571/24912 · 1923-1924, Col. Treloar, Salonica, Sends a report on the activities of the Mission during the past two months.

File R1767/48/35134/35 134 – Supply of Press Cuttings by Colonel Treloar Concerning Asia Minor Refugees.

File C1128/24/N3 · 1922-1923, This file contains outgoing telegrams from Gumuldjina office under umbrella of the Greece delegation of the High Commissioner for Refugees.

File C1128/24/N4 1923 Gulmulcina Office-Geneva Correspondance.

File C1130/26/N16 · File · 1923 This file contains Salonika Office incoming letters from Colonel Treloar.

File C1130/26/N17 1923 This file contains Salonika Office incoming letters from Colonel Treloar.

File C1130/26/N18 · File · 1923-1924 Part of League of Nations Refugees Mixed Archival Group (Nansen Fonds).

File C1131/27/N7 · File · 1922-1924.

File C1131/27/N6 · 1922-1924 This file contains working papers of Colonel Treloar in the Greece delegation of the Nansen Office for Refugees.

Ouvrages

Bruneau Michel, 1995a, Les Grecs pontiques. Diaspora, identité, territoires, CNRS Éd., Paris, 247 p.

Dalègre Joëlle, 1997, La Thrace grecque, populations et territoire depuis 1878, l’Harmattan, Paris, 268 p.

Hemingway Ernest, 1970, En ligne, traduit par Jean-René Major et Georges Magnane, Gallimard, « Du monde entier », Paris, 752 p.

Papatriandaphyllou Athanasios Παπατριανταφυλλου Αθανάσιος, 2013, Ροδίτης-Μπρόκτιο, Ιστορία, Παραδόσεις, ‘Εθιμα [Roditis-Brokteio, Histoire, Traditions, Coutumes], Κομοτηνή [Komotini], Η κιβωτός της Δόμνας Βιζβίζη [L’Arche de Dame Vizvizi].

Articles ou participation à un ouvrage

Bruneau Michel, 2020, « L’hellénisme pontique et sa diaspora : les territoires de la mémoire », Cahiers Balkaniques, no 47, DOI : 10 400/ceb.17662

Bruneau Michel et Papoulidis Kyriakos, 2003, « La mémoire des “patries inoubliables” », Vingtième Siècle, Revue d’Histoire, 2003/2, no 78, p. 35-57 DOI : 10.3917/ving.078.0035

Bruneau Michel, 1995b, « Du Pont à la Macédoine : les grands monastères grecs pontiques marqueurs territoriaux d'un peuple en diaspora », Le territoire, lien ou frontière ? Paris, 2-4 octobre 1995, URL : https://horizon.documentation.ird.fr>divers08-09

Dalègre Joëlle, 2016, « Réfugiés en Thrace occidentale, 1922-1928 », Cahiers Balkaniques no 44, DOI : 10 400/ceb.9901.

Diamadis Panayiotis, 2010, “Australian Responses to Hellenic Genocide un 1910-1930’”, URL : https://wwww.genocideprevention.org (consulté le 01/10/2022).

Kaurinkoski Kira, 2018, « Les répressions politiques et les déportations » in Kaurinkoski Kira, Le retour des Grecs de Russie, École française d’Athènes (coll. Mondes méditerranéens et balkaniques), p. 119-160, DOI : 10.4000/books.efa.4179

Sergis Manolis, 2012, “The divided social memory of the Greek civil war in a village in Rodopi (Western Thrace)”, Erytheia no 33, p. 265-298.

Sitographie australienne sur George Treloar

Australian Dictonary of Biography, “Treloar, George Devine (1884-1980)”, URL: https://adb.anu.edu.au/biography/treloar-george-devine-8845 (consulté le 23/05/2022).

The Courier, “The true story of Ballarat’s George Devine Treloar, the subject of a new Sturt Street gardens statue”, URL: https://www.thecourier.com.au/story/5864516/the-story-of-ballarats-forgotten-sc… (consulté le 23/05/2022).

Places of Pride, “George Devine Treloar”, URL: https://placesofpride.awm.gov.au/memorials/263787/george-devine-treloar (consulté le 23/05/2022).

Monument Australia, “George Treloar”, URL: https://monumentaustralia.org.au/themes/people/humanitarian/display/114925-george-treloar (consulté le 23/05/2022).

The Age, “‘He is a hero to me’: Greeks laud forgotten 1920s refugee saviour”, URL: https://www.theage.com.au/national/victoria/he-is-a-hero-to-me-
greeks-laud-forgotten-1920s-refugee-saviour-20190905-p52o8r.html (consulté le 23/05/2022).

Haut de page

Notes

1 Nom typique de la différence existant parfois en anglais entre la graphie et la prononciation. Plusieurs sites sur la toile donnent des exemples de la prononciation du nom et de ses variantes selon les lieux du monde anglophone, par exemple sur
https://www.youtube.com/watch?v=xqpgH6kercs.

2 Il a épousé en décembre 1923 à Constantinople la fille d’un ingénieur britannique qui travaillait pour le gouvernement turc, ses deux fils aînés sont nés à Salonique.

3 Hemingway, 1970, p. 76-77. Des photos disponibles au musée Albert Kahn montrent également ces files et les trains surchargés.

4 Fonds Nansen, C1128-24-N4, également sur https://archives.ungeneva.org, R1762-48- 32571-24912. Les officiels grecs écrivent en général en français, les lettres de Treloar, Procter Nansen, Childs, Chrichton sont en anglais, je suis responsable de la traduction.

5 Sur des photos, on voit aussi des chameaux. Dans l’épais dossier C1130-26-N17, un tableau établi en octobre 1923 précise nominativement les animaux, semences et charrues distribués aux habitants bulgarophones de deux villages proches de Dedeagaç, l’un a reçu 93 chameaux, l’autre 121 chameaux et 15 ânes.

6 La mortalité semble plus élevée en Thrace en raison de la malaria et des pneumonies. Entre octobre 1922 et mai 1923, 400 des 700 réfugiés enregistrés à Biatli sont morts.

7 Les Australiens ont également contribué largement à l’aide aux Arméniens et aux Grecs, voir Diamadis, 2010.

8 Son hôpital, au centre de la plaine de Komotini, est décrit comme ne désemplissant jamais.

9 Le dossier C1130-26-N17, 146 pages, fourmille de renseignements d’ordre financier.

10 R1762-48-28816-24912.

11 SHD/DAT Paris-Vincennes, carton 4N.129 Papiers de la Thrace interalliée.

12 C347-1923 in C1128-24-N4.

13 p. 6, « on doit se rappeler que notre objet était de faire un exemple de ce qui peut et devrait être fait à une beaucoup plus large échelle ».

14 C347-1923.

15 Une étude menée en 1924 par les agents de la SDN sur 34 villages de la plaine thrace indique que 1557 maisons musulmanes hébergent 2398 familles réfugiées. Rapport Schazman du 13 novembre 1924. Fonds Nansen, dossier C7711.

16 Vu la chute rapide de la vente de la soie après 1932, il n’ne reste rien aujourd’hui.

17 Sergis, 2012 ; Papatriandaphyllou, 2013.

18 Kaurinkoski, 2018.

19 C1128-24-N4, le 4 avril 1923.

20 R1762-48-28816-24912.

21 C1128/24/N4.

22 R1762-48-27978-24912.

23 Ibid.

24 Pour tout ce qui concerne les Pontiques, leur identité, leur passé, leur affirmation contemporaine, voir Bruneau, 1995a et b, 2003 et 2020.

25 L’édification d’une nouvelle Sumela en Macédoine, le monastère le plus ancien et célèbre du Pont, à partir de 1952, à l’initiative et aux frais des seuls Pontiques, est un événement connu (voir Bruneau) qui illustre magnifiquement cette survie ou cette résurgence accentuée à partir des années 1950 de l’identité pontique. Notez que Mustafa Kemal a donné en 1930 aux prêtres réfugiés du monastère l’autorisation de venir tirer de sa cachette l’icône de la Vierge originelle (qui a plus de 15 siècles) ; aujourd’hui, vu sa fragilité, des copies circulent à travers la Grèce et la diaspora.

26 Voir https://inkomotini.news/videos-photos (consulté le 24/5/2022).

27 Voir https://www.theage.com.au/national/victoria/he-is-a-hero-to-me-greeks-laud-forgotten-1920s-refugee-saviour-20190905-p52o8r.html, 8/09/2019 (consulté le 1/06/2022).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Ballarat, le 22 septembre 2019, Treloar et la petite Lemona, qui symbolise tous les enfants dont il a pris soin
Crédits Ballarat Times, 22/09/2019 , URL : https://timesnewsgroup.com.au/​ballarat/​news/​george-devine-treloar/​ (consulté le 1/06/2022). Photo : Edwina Williams.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Figure 2. Thrylorio, le 22 avril 2022, la grand-place et ses panneaux photographiques
Crédits Paratiritis tis Thrakis, 24/04/2022, URL : https://www.paratiritis-news.gr/​tag/​katerina-sakellaropoulou/​ (consulté le 1/06/2022).
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Figures 3a & b. Réfugiés « en attente » à Dedeagaç, Treloar participant au travail devant les tentes coniques de Kirli 2.
Crédits Les photographies sont celles de Treloar qui en a laissé beaucoup. George Treloar Memorial Committee (https://www.monumentaustralia.org.au). URL : https://www.pontosnews.gr/​373296/​san-simera-ston-ponto-kai-allou/​sti-mnimi-tou-afstralou-sotira-epizis/​ le 29/11/2016 (consulté le 25 mai 2022).
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Figure 4. Schéma établi par Treloar dans son rapport d’avril 192314
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 6. Thrylorio, juin 2021, Google Earth
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Figure 7. Roditis, juin 2021, Google Earth
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Figure 8. La grand-place de Roditis, Google Earth, 2021
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 9. Dans une rue de Thrylorio, Google Earth, juin 2021
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Figure 10. Affiche de l’équipe de football de Thrylorio.
Crédits URL : https://www.pontosnews.gr/​373296/​san-simera-ston-ponto-kai-allou/​sti-mnimi-tou-afstralou-sotira-epizis/​Au centre de haut en bas : PONT/ Je n’Oublie pas, J’Honore toujours/PAE des Pontiques de ThrylorioDans la carte du Pont que surplombe l’aigle à deux têtes des souverains byzantins, au centre, 350 000 victimes innocentes demandent justice, à droite « Pont, droit et obligation à la mémoire », à gauche « que ma gorge se dessèche si je t’oublie, ô terre Pontique de mes Pères ».1462 : début de la période ottomane de la région du Pont1821 : début de la guerre d’Indépendance grecque1916 : entrée des troupes russes à Trébizonde1949 : dernières grandes déportations des Grecs du Caucase et de Crimée et fin de la guerre civile en Grèce
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Dalègre, « George Devine Treloar, le sauveur des Pontiques »Cahiers balkaniques [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 06 mars 2023, consulté le 28 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/ceb/19253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.19253

Haut de page

Auteur

Joëlle Dalègre

Inalco-PLIDAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search