Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49La transmission de la tradition à...

La transmission de la tradition à Olympos (Karpathos, Grèce) : le rôle des associations de la diaspora et de la radio

The Transmission of Tradition in Olymbos (Karpathos, Greece): The Role of Diaspora Associations and Radio
Η μετάδοση της παράδοσης στον Όλυμπο (Κάρπαθος, Ελλάδα): ο ρόλος των συλλόγων της διασποράς και του ραδιοφώνου
Mélanie Nittis

Résumés

Résumé : une grande partie de la communauté villageoise d’Olympos, village de l’île de Karpathos, vit aujourd’hui en émigration, mais ses habitants tiennent à la transmission de leur identité et de ses spécificités. C’est en partie le rôle dévolu aux associations qui les réunissent sur leurs lieux d’exil, en Grèce ou hors de Grèce, c’est aussi le rôle de la radio qui permet des liens à l’échelle mondiale. Cet article présente les activités de ces associations à Baltimore, Rhodes et au Pirée, et celles des radios qui émettent depuis Olympos.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une description détaillée de ce système de parenté, voir Vernier, 1991.

1Situé au nord de l’île de Karpathos dans l’archipel du Dodécanèse, le village d’Olympos connaît un dépeuplement lié à l’émigration, village d’altitude, loin de la mer, en position escarpée, il comptait 566 habitants au recensement de 2011 (sans doute moins présents toute l’année). Dans un premier temps, cette émigration est liée au système de fonctionnement social de la communauté villageoise1. En effet, le système de parenté se base sur une distinction entre les lignées masculines et féminines et le patrimoine d’une lignée se transmet uniquement aux aînés de cette lignée. L’évincement des cadets dans la transmission du patrimoine, et indirectement dans la possibilité de se marier, a entraîné une migration plus ou moins lointaine et durable. Les destinations de prédilection étaient les îles voisines de Kasos, de Crète ou encore Rhodes, ou bien alors l’Égypte, le Maroc et par la suite les États-Unis.

2Dans un second temps, vers les années 1950, le phénomène d’émigration s’amplifie et touche même les aînés des familles, qui veulent eux aussi tenter de s’enrichir. Ils souhaitent également ne pas se laisser distancer socialement par les cadets qui sont de retour au village, et qui arrivent à se faire une place socialement au sein de la communauté grâce à l’argent qu’ils apportent. Parmi ceux qui partent, certains hommes avaient déjà fondé une famille. Ils quittent d’abord le village en y laissant leurs épouses et leurs enfants, et par la suite, ils les font venir là où ils se sont installés. Cette vague de migration est orientée vers les États-Unis, le Canada, ou encore l’Australie. C’est ainsi qu’aujourd’hui, la plus grande partie des Olympiotes émigrés se trouve aux États-Unis, à Baltimore en particulier.

Illustr. 1. Vue du village d’Olympos

Illustr. 1. Vue du village d’Olympos

Toutes les photos sont de l’auteure.

3Ainsi, une grande partie de la communauté villageoise d’Olympos vit aujourd’hui en émigration, mais revient chaque année au pays pour y célébrer les fêtes religieuses importantes, comme Pâques, la Dormition de la Vierge ou encore la Décollation de saint Jean-Baptiste. C’est au cours de telles célébrations que se tient le glenti, fête rituelle durant laquelle les hommes improvisent des mantinades, des distiques en vers de quinze syllabes, accompagnés par des instruments qui soutiennent le chant. Cette improvisation, de même que les chants non improvisés et les danses, toujours accompagnés par les instruments, constitue une partie des coutumes auxquelles les Olympiotes sont très attachés.

4L’apprentissage de ces coutumes se fait essentiellement par transmission orale et par imprégnation au cours des glentia. De ce fait, la question de l’apprentissage des coutumes et de la sauvegarde des traditions se pose pour ceux qui naissent et grandissent en dehors du village d’origine. Certes, des glentia sont organisés également sur les lieux d’émigration, mais les conditions ne sont pas les mêmes qu’au village et les émigrés se doivent de connaître parfaitement les règles implicites du glenti et de l’improvisation poétique chantée afin de montrer, lorsqu’ils reviennent, qu’ils appartiennent bien à la communauté.

  • 2 Ce travail est issu de ma thèse de doctorat L’improvisation poétique chantée à Olympos (Karpathos, (...)

5Dans ce contexte, la création d’associations entretient un lien direct avec l’émigration, qui est devenue très importante et qui a dépeuplé la plupart des villages de l’île de Karpathos. Ces associations de la diaspora jouent un rôle important dans la transmission des traditions auxquelles les Olympiotes sont attachés. Dans une première partie, j’expliquerai l’importance des trois principales associations d’Olympiotes émigrés et, dans une seconde partie, je montrerai comment les radios créées pour Olympos aident à la transmission et à la sauvegarde du patrimoine musical2.

Le rôle des associations de la diaspora

  • 3 Par exemple, (Pan-)Karpathian Educational Progressive Association of America (KEPA), créée en 1928 (...)
  • 4 Karpathian Progressive Association of Australia, créée en 1959 à Canberra.
  • 5 Σύλλογος Απανταχού Καρπαθίων (Syllogos Apantachou Karpathion), créée en 1895.
  • 6 Παγκαρπαθιακός Σύλλογος Ρόδου (Pankarpathiakos Syllogos Rodou), créée en 1951.

6Sur chaque terre d’exil, le regroupement des émigrés grecs par leur lieu d’origine a entraîné la création d’associations ou d’amicales, appelées généralement en grec syllogos (σύλλογος) ou adelfotita (αδελφότητα). Certaines associations regroupent les émigrés originaires de plusieurs villages de la même île, comme c’est le cas pour celle de Karpathos, tandis que d’autres associations ne sont constituées que d’émigrés provenant du même village, comme l’ont fait les personnes venant d’Olympos. Ainsi, aux États-Unis3, en Australie4, mais également au Pirée5 et à Rhodes6, des associations ont été créées par la réunion d’émigrés originaires de différents villages de Karpathos. La création d’associations par lieu d’origine, comme cela se pratique également dans toute la Grèce, est liée avant tout au souhait de ne pas perdre son identité locale, souvent plus importante que l’identité nationale. Ainsi, les habitants de Karpathos sont karpathiotes avant d’être Grecs, tout comme les habitants de la Crète sont Crétois avant d’être Grecs… On retrouve derrière cela la question de l’amour et de l’attachement porté au topos, autrement dit à sa contrée. Les émigrés originaires de Karpathos sont particulièrement désireux de ne pas oublier leurs coutumes dont ils sont fiers et qui font, selon eux, qu’ils se distinguent du reste de la Grèce :

  • 7 Beïna, 2011, p. 124.

Cependant, par-dessus tout, l’association fonctionnait et fonctionne encore aujourd’hui comme un point nodal de repère et de réflexion. Qu’ils ne se perdent pas, qu’ils ne perdent pas leur chemin, qu’ils ne s’isolent pas en terre étrangère, qu’ils ne s’oublient pas et qu’ils n’oublient pas leur identité, leur contrée, la tradition, les us et les coutumes qui les distinguent du reste des Grecs7.

7Par ailleurs, en 1980 a été créée une grande association de Karpathos qui a rassemblé presque toutes les associations existantes qui concernaient un village en particulier, sans toutefois qu’elles perdent de leur importance. Il s’agit de la Fondation Pan-karpathiote (το Παγκαρπαθιακό Ίδρυμα), créée dans le New Jersey, à l’initiative de la « Fédération des Karpathiotes ». En 1992, cette Fondation Pan-Karpathiote a créé un nouveau centre culturel appelé la Maison de Karpathos (το Καρπάθικο Σπίτι), qui accueille de nombreuses manifestations organisées par les différentes associations. Lorsqu’elle cite les raisons de la création de cette fondation, Irini Beïna précise que tout cela est bien sûr lié au fait que les personnes originaires de Karpathos considèrent que leur identité est unique :

  • 8 Ibid., p. 125.

Les Karpathiotes considèrent comme étrangers ceux qui ne sont pas de Karpathos, que ceux-ci soient Américains ou Grecs provenant d’une autre région de Grèce. Ils reconnaissent leur identité comme unique et désirent la préserver ainsi, immuable et loin des influences « étrangères8 ».

8Les associations les plus importantes et les plus actives concernant le village d’Olympos sont celles qui ont vu le jour dans les trois principaux lieux d’émigration, à savoir Le Pirée, Baltimore et Rhodes.

L’association du Pirée

9L’association qui est basée au Pirée a pour nom « la Confrérie des Olympiotes de Karpathos dans le monde “i Dimitra” » (η Αδελφότητα των Απανταχού Ολυμπιτών Καρπάθου “η Δήμητρα”). Elle a été créée en 1948 par des habitants du Pirée originaires d’Olympos. Une dizaine d’années après sa création, en 1959, l’association a pu construire un bâtiment pour l’accueillir, grâce à des dons de la part de ses membres. L’association ne cesse de s’agrandir et de prendre de l’importance, puisqu’elle compte aujourd’hui trois bâtiments qui lui appartiennent, dont deux sont des centres culturels, l’un est basé à Kallipoli et l’autre à Keratsini.

Illustr. 2. Logo de l’association du Pirée

Illustr. 2. Logo de l’association du Pirée
  • 9 https://www.e-dimitra.gr (consulté le 29/10/2022).
  • 10 https://www.facebook.com/dimitra.olymbos/ (consulté le 29/10/2022).

10Cette association, comme toutes celles qui existent en Grèce, a pu bénéficier des progrès technologiques et de communica­tions qui se sont développés dans le monde. Ainsi, elle possède un site internet9, où elle diffuse toutes ses informations, de même qu’une adresse électronique qui lui permet de répondre aux éventuelles questions ou bien de recevoir des informations à diffuser ou des suggestions. Cette association possède également un compte Facebook qui lui permet de rester en contact plus direct avec les Olympiotes, étant donné que ces derniers utilisent massivement ce médium pour communiquer entre eux et échanger des photographies et des vidéos concernant le village et les fêtes qui s’y déroulent10.

11Les objectifs de l’association, tels qu’ils sont mentionnés dans les documents officiels de sa création, sont rappelés brièvement sur la page du site internet, qui renvoie par ailleurs aux statuts complets, disponibles sous format PDF aurpès de l’association. Ceux-ci décrivent ainsi ses objectifs :

– Le développement de la solidarité entre tous ses membres ainsi que la conservation et le resserrement des liens avec ceux qui habitent la communauté d’Olympos de Karpathos et avec toutes les associations locales et organisations du pays et de l’étranger qui poursuivent des objectifs parallèles à l’association.

– La collaboration avec le Conseil municipal du village natal d’Olympos de Karpathos pour la résolution de ses problèmes et la réalisation de travaux d’utilité publique et d’embellissement et plus généralement la valorisation de ses sources de richesse.

– La conservation de l’héritage culturel du village natal Olympos de Karpathos, ainsi que la préservation et la promotion de sa richesse laographique.

– L’aide par tout moyen aux jeunes qui sont originaires d’Olympos de Karpathos pour leur développement intellectuel, leur progression scientifique et professionnelle ainsi que leurs activités sportives. […]

– L’aide aux écoles, églises et fondations municipales ou d’intérêt public du village natal ou encore aux résidents du bassin attique pour l’élévation du niveau culturel de nos compatriotes et la conservation des éléments traditionnels de notre village.

12On constate donc que cette association n’est pas créée uniquement afin de proposer des activités culturelles, musicales ou festives aux émigrés vivant au Pirée, mais qu’elle veut également entretenir les relations entre toutes les personnes originaires d’Olympos, où qu’elles se trouvent, et qu’elle souhaite aussi s’impliquer dans les décisions et les financements de projets qui concernent la vie et le développement du village.

  • 11 Site www.e-dimitra.gr, rubrique « Η Φωνή της Ολύμπου ».
  • 12 Îlot situé au nord de l’île de Karpathos et qui dépend du village d’Olympos. Il y a des cultures d’ (...)
  • 13 Site du village d’origine, qui a été abandonné à cause de la piraterie vers le viie ou viiie siècle (...)

13Par ailleurs, l’association s’est dotée d’un journal qu’elle a créé en 1965. D’abord bimensuel puis trimensuel, ce journal s’intitule La voix d’Olympos (η Φωνή της Ολύμπου). En format papier, il est adressé à ceux qui s’abonnent, et depuis quelques années, il existe également une version au format électronique, diffusée sur le site de l’association11. Ce journal comporte de nombreux articles, dans différentes rubriques, qui mentionnent des événements en lien avec Olympos. Il peut s’agir de manifestations organisées au village ou au Pirée, qu’elles soient sportives, musicales, religieuses, festives, etc. On trouve également toutes les informations concernant la vie quotidienne locale comme la restauration d’un bâtiment, la réfection des routes, l’amélioration de la gestion des déchets, ou encore le nettoyage des plages ou des différents sites (Saria12, Vroukounta13, etc). Enfin, comme dans de nombreux journaux locaux, plusieurs pages sont dédiées aux rubriques de la vie sociale – naissances, baptêmes, fiançailles, mariages et décès – pour lesquels les villageois écrivent des distiques, ainsi qu’aux petites annonces sous forme de publicité pour des hôtels, des restaurants, des artisans comme les plombiers, les charpentiers, etc. Cependant, toutes les informations contenues dans ce journal ne sont pas uniquement contemporaines. En effet, se trouve également une rubrique intitulée « Pour que nos jeunes apprennent » (Για να μαθαίνουν οι νέοι μας), dans laquelle des anciens racontent des histoires ou des anecdotes à propos du village et qui se sont déroulées même bien avant la création du journal. Ils mettent ainsi par écrit des souvenirs concernant la vie d’autrefois que les jeunes n’ont pas pu connaître.

14L’association I Dimitra assure également un travail d’archivage du patrimoine local d’Olympos, en publiant des livres, des disques ou encore des DVD qui sont réalisés par des Olympiotes et qui, bien entendu, concernent le village. Ainsi, elle a édité en 2005 des enregistrements qui ont été réalisés par l’Olympiote Kostis N. Daïs en 1982, au moment de la fête de la Décollation de saint Jean-Baptiste, ou encore d’autres réalisés par le musicien Giannis Pavlidis dans les années 1940. L’association a assuré également en 2002 la publication de la thèse de Konstantínos Minas sur les dialectes de Karpathos et toutes les publications qu’elle finance sont disponibles à la vente sur son site, ainsi que certaines publications provenant d’autres associations, et dont elle assure la diffusion, par exemple, les documentaires réalisés par Giannis Chatzivasilis. Elles sont destinées avant tout à ceux qui sont originaires du village, mais sont également disponibles pour tous ceux qui s’y intéressent.

15Enfin, cette association organise durant toute l’année, à destination des jeunes Olympiotes qui vivent au Pirée, et donc loin de Karpathos, des leçons de musique et de danse qui ont lieu chaque semaine. Ainsi, chaque samedi à 18 h 30 se tiennent les leçons d’apprentissage des instruments de musique, dans le centre culturel de Kallipolis, tandis que chaque dimanche à 18 h ont lieu les leçons de chant et de danse, qui se déroulent dans le centre culturel de Amfiali. L’association permet ainsi de pallier le fait que ces jeunes gens ne peuvent pas vivre en immersion dans la culture de leur village, d’autant plus qu’elle organise régulièrement des rencontres festives pour célébrer les moments importants. Par exemple, on assiste à la tenue des kalanda au moment des fêtes de Noël, lorsqu’un groupe de chanteurs et de musiciens se rend dans les maisons pour interpréter ces chants de réjouissance et de vœux pour le 25 décembre (naissance du Christ), le 1er janvier (nouvelle année et fête de saint Basile) et le 6 janvier (baptême du Christ). L’association organise aussi le grand pique-nique qui marque le premier jour du Carême et elle prévoit également le défilé pour les différentes commémorations comme la fête nationale du 28 octobre ou celle de la libération du Dodécanèse.

16Cette liste des manifestations organisées par l’association du Pirée n’est pas exhaustive, mais elle montre bien l’intérêt et l’importance qui sont accordés au fait de maintenir les coutumes, même si l’on demeure loin de lui, et notamment celles liées aux fêtes religieuses. Les jeunes Olympiotes ont ainsi l’occasion de se retrouver régulièrement et les plus âgés peuvent leur transmettre ce qui caractérise l’identité de leur village.

  • 14 https://www.fr-fr.facebook.com/neolaiaolympoy (consulté le 29/10/2022).
  • 15 https://www.e-dimitra.gr (consulté le 29/10/2022), rubrique « τμήμα νεολαίας » : « Στόχος του Ομίλο (...)

17Les jeunes Olympiotes se retrouvent donc impliqués eux aussi dans les activités culturelles et la préservation des coutumes de leur lieu d’origine. Ils expriment autant que leurs aînés leur attachement au village, ainsi qu’à ses us et coutumes, et leur investissement entraîne en 1988 la création d’une branche de l’association I Dimitra qui regroupe uniquement les jeunes qui vivent au Pirée. Il s’agit du « Groupe des Jeunes Olympiotes de Karpathos “I Dimitra” » (ο Όμιλος Νέων Ολυμπιτών Καρπάθου “η Δήμητρα”). Ce groupe est hébergé par le centre culturel de Kallipolis où il se retrouve, ainsi que par le site internet de l’association I Dimitra. En revanche, il possède son propre compte sur Facebook14. Sur la page qui lui est dédiée sur le site de l’association, le « Groupe des Jeunes Olympiotes » explique son objectif : « Le but du Groupe de Jeunes est le rassemblement de toute la jeunesse d’Olympos ainsi que la promotion et la conservation des coutumes de notre village15. »

18Les objectifs sont sensiblement les mêmes que ceux de l’association dont ce groupe fait partie, mais il est intéressant de noter que les jeunes gens sont sensibilisés à cet intérêt principal qui est la préservation des coutumes, et qu’en même temps ils sont responsabilisés puisqu’ils se rassemblent et proposent des idées de manifestations. Ce sont notamment les jeunes gens de ce groupe qui participent à différents festivals de musique et de danse organisés en Grèce, qui défilent dans les rues au moment des commémorations importantes pour leur pays, comme la Fête nationale du 25 mars, ou de leur île, comme la fête pour le rattachement du Dodécanèse à l’État grec.

L’association de Baltimore

  • 16 https://www.facebook.com/olympianbrotherhood/ (consulté le 29/10/2022).
  • 17 https://www.olymposbaltimore.com (consulté le 29/10/2022).

19L’association basée à Baltimore dans l’État du Maryland a vu le jour en 1952. Elle s’appelle « Olympian Brotherhood of America “i Anagénnisi” » autrement dit « Association des Olympiotes d’Amérique “la Renaissance” » (Σύλλογος Ολυμπιτών Καρπάθου Βαλτιμόρης Αμερικής “η Αναγέννηση”). Très souvent, lorsqu’elle est mentionnée en grec, l’association voit le nom du village de Diafani ajouté à celui d’Olympos, puisque ce port n’est, en quelque sorte, qu’une extension du village principal d’Olympos. Elle possède également un compte Facebook16 qui lui permet de transmettre de nombreuses informations. Par ailleurs, sur son site internet17, l’association déclare : “We were established to preserve the traditions of Olympos in America”.

20À l’époque où les Olympiotes arrivaient de façon plus massive en tant qu’émigrés aux États-Unis, le principe du melting pot tendait à assimiler les différentes nationalités qui étaient représentées sur le sol américain. Dans ce contexte, les personnes venues d’Olympos ont ressenti le besoin de créer une association qui leur permettrait de préserver leur identité, associée à toutes les coutumes qui les singularisent :

  • 18 Voyage from Olympos, 2003, p. 20.

Les Olympiotes de cette époque, avec une grande clairvoyance, ont vu le besoin de l’existence d’un organisme qui pourra lutter contre ce phénomène en conservant nos us et coutumes. En même temps cet organisme pourrait soutenir les nouveaux émigrés qui arriveraient, mais il constituerait également une organisation de base dont le but serait l’amélioration de la qualité de vie tant à Baltimore aux États-Unis que principalement dans les villages du nord de Karpathos, Olympos et Diafani18.

  • 19  Ibid.

21Malgré l’existence depuis 1928 du KEPA, le « Pankarpathiakos syllogos » (l’Association pan-karpathiote), les Olympiotes ont préféré créer, en 1952, leur propre association qui ne regrouperait que les personnes originaires de leur village, car ils pensaient qu’ils arriveraient mieux ainsi à protéger leurs coutumes et à représenter leurs intérêts. Dans le livre Voyage from Olympos, il est écrit que « Les Olympiotes de l’époque pensaient qu’ils représenteraient bien mieux les intérêts du nord de Karpathos avec la création d’une organisation séparée19 ».

22Au départ, l’association n’avait pas de local spécifique, les rencontres avaient lieu dans les maisons particulières ou bien dans les entreprises dirigées par certains de leurs compatriotes. Elle a pu fonctionner ainsi tant que le nombre de membres demeurait raisonnable, mais avec l’augmentation du nombre d’Olympiotes à Baltimore, le syllogos a décidé en 1970 d’acheter un bâtiment ou un terrain et de faire construire un bâtiment. Faute de moyens financiers, elle a lancé un appel aux dons. L’association des Karpathiotes de New York leur a versé 1000 dollars, tandis que deux compatriotes se sont portés garants auprès de la banque, afin que l’association des Olympiotes puisse réaliser un prêt. Ainsi, en 1971, elle peut acheter un bâtiment pour accueillir ses réunions et ses activités ; devenu trop petit par la suite, ce bâtiment est vendu en 1976 et un nouveau bâtiment est acheté, celui qui abrite encore l’association aujourd’hui.

23Une fois créée, l’association a cherché petit à petit à faire connaître leur communauté ainsi que leurs traditions aux autres Grecs présents aux États-Unis, mais surtout aux Américains, en participant dans un premier temps à des festivals :

  • 20 Ibid., p. 23.

Les Olympiotes commencèrent à prendre part aux différents festivals de Baltimore et de City Fair près du port de Baltimore à Inner Harbor. Ils ont eu ainsi l’opportunité de promouvoir leurs us et coutumes aux habitants de Baltimore. Les Olympiotes sont donc des pionniers dans la promotion de la tradition nationale et des festivals20.

24Ainsi, petit à petit, la communauté des Olympiotes de Baltimore se fait connaître, en particulier à travers ses présentations de musique et de danse, et ne tarde pas à être invitée à participer à d’autres festivals. L’invitation la plus importante que la communauté reçoit à l’époque est celle de la Smithsonian Institution qui lui demande de participer en 1972, puis en 1974, à l’American Folklife Festival. Celui-ci dure cinq jours à Washington et il est organisé dans le cadre des activités du Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage. À cette occasion, les deux principaux organisateurs, les ethnographes Martin Kœning et Ethel Raim, se sont rendus à Olympos pour le découvrir et ont fait venir des musiciens depuis le village afin de participer au festival, comme Antonis Zografidis, Georgios Prearis, Georgios Kanakis, Vasilis Chalkias ou papa-Giannis Diakogeorgiou, le prêtre du village. À cette occasion, les femmes ont confectionné des produits locaux dont la vente, lors du festival, a permis à l’association de gagner de l’argent. La participation des Olympiotes, grâce à l’implication de leur association de Baltimore, à l’un des plus grands festivals ethnographiques a permis de développer l’intérêt pour leurs pratiques traditionnelles et le désir de se rendre dans le village pour le découvrir :

  • 21 Ibid., p. 25.

Avec ses activités l’association et ses membres ont emmené Olympos au cœur de la capitale des États-Unis, Washington. Ces festivals ont donné la reconnaissance et la grandeur que méritent l’aride Olympos et Diafani. Ils ont rendu nos villages connus en Amérique, mais aussi dans le monde à travers le plus grand institut ethnographique du monde, le Smithsonian. Encore aujourd’hui, des hommes cherchent à visiter et veulent venir à Olympos grâce à cette manifestation importante21.

25Cependant, l’association des Olympiotes de Baltimore ne cherche pas uniquement à faire connaître et reconnaître ses traditions dans la ville et le pays où ses membres habitent, elle tient tout particulièrement à ce que ces traditions soient transmises aux générations suivantes, celles qui naissent sur le sol américain. Ainsi, elle est une occasion pour les jeunes, d’une part, de se retrouver et, d’autre part, de participer aux différentes activités, mais, avant tout, d’apprendre en particulier les chants et les danses qui se pratiquent au village. C’est dans ce but que ses membres mettent en place des leçons à destination des plus jeunes afin de leur enseigner les chants, les danses et l’improvisation qui permettent de prendre part à un glenti et d’être pleinement un Olympiote. Pour certains, les leçons suivies au sein de l’association sont l’unique moyen d’être en contact avec les traditions musicales et de les apprendre :

  • 22 Ibid., p. 26.

Lorsque ces leçons ont commencé, l’association a enseigné à plusieurs dizaines de jeunes Olympiotes les premières notes de chanson et les premiers pas de danse. Il ne faut pas oublier que pour la plupart de ces enfants, cela était leur seul moyen de contact avec la culture olympiote puisqu’ils n’avaient pas la possibilité de voyager et de se rendre à Karpathos22.

26L’association de Baltimore, tout comme celle du Pirée et de Rhodes, joue donc un rôle important dans ce domaine, puisqu’elle renforce le lien avec le village d’origine auquel sont attachés les parents, les grands-parents, voire les arrière-grands-parents, en permettant à des générations qui n’ont pas connu la vie dans l’île de faire partie malgré tout de la communauté. Dans cette transmission, tout comme au village, la femme joue un rôle primordial, car c’est elle qui élève les enfants dans le respect de la culture olympiote :

  • 23 Ibid., p. 36.

Ce sont elles, les mères olympiotes, qui apportent Olympos dans chaque maison. Même si les enfants naissent en Amérique, ils grandissent et sont nourris avec les traditions et la culture d’Olympos. Nous avons de nombreux exemples d’enfants nés et élevés à l’étranger qui deviennent défenseurs du glenti traditionnel et de la musique traditionnelle23.

27Par ailleurs, les actions de ce syllogos ne sont pas uniquement destinées aux Olympiotes qui habitent à Baltimore, mais certaines sont réalisées directement pour le village lui-même. C’est ainsi que les membres du syllogos, les yeux et le cœur toujours dirigés vers Olympos, viennent également en aide à ceux qui y restent, afin d’améliorer leurs conditions de vie. Les émigrés de Baltimore n’ont d’ailleurs pas attendu d’être regroupés en association pour venir en aide au village, mais le fait d’avoir une structure officielle a favorisé et facilité leurs actions par la suite.

28La première action que les futurs membres de l’association ont décidée pour aider leur village, lors de discussions qu’ils avaient eues en se retrouvant au café, dans leur quartier de Baltimore, a été de remédier au fait que l’église de la Dormition de la Vierge à Olympos ne possédait pas de clocher, et ils ont décidé alors d’envoyer de l’argent pour permettre sa construction. Grâce à cet argent envoyé par les Olympiotes de Baltimore, un clocher a été érigé en 1938 par Antonios Fanarakis, avec une plaque mentionnant que sa construction avait pu être réalisée grâce aux dons des Olympiotes d’Amérique. Bien des années plus tard, ce clocher a malheureusement été détruit et il a donc fallu par la suite en construire un autre.

29Une autre grande action décidée et financée entre autres par l’association après sa création a été la construction d’une salle communale à Olympos, celle qu’ils appellent le Megaron. Il s’agissait de créer un lieu où pourraient se tenir des manifestations culturelles, ainsi que des fêtes de mariages ou de baptêmes, qui ne se déroulaient jusqu’à ce moment-là que dans les maisons particulières, ou même encore les glentia du village entier, lorsque le temps est mauvais et qu’il n’est pas possible, ou qu’il est moins agréable, que la fête se tienne dehors sur la place principale. On peut lire ainsi dans le livre de la commémoration du cinquantenaire de l’existence de l’association :

  • 24 Ibid., p. 21.

Ils ont envoyé en avril 1963 mille dollars avec la proposition de l’édification de la salle communale. La réponse de la commune d’Olympos fut alors particulièrement enthousiaste, et avec l’activation de nombreux Olympiotes à Olympos, à Baltimore, à New York, à Athènes et ailleurs, ils ont pu finalement réunir toutes les sommes nécessaires pour l’achèvement de ces travaux. Enfin, au début des années 1970 la salle communale a été terminée, salle qui sert comme centre culturel à Olympos jusqu’à aujourd’hui encore24.

30Dans le fond, en découvrant les conditions de vie aux États-Unis, les Olympiotes émigrés ont pris conscience des besoins que pouvait avoir leur village et ils ont essayé, dans la mesure du possible, d’y remédier, afin d’aider à l’amélioration de la vie de leur communauté d’origine. Ils ont notamment acheté des fournitures scolaires à destination des enfants scolarisés à l’école d’Olympos, ainsi qu’un appareil de projection de films qu’ils ont offert à l’école, afin que les élèves puissent visionner des documentaires, et enrichissent de cette façon l’enseignement qui leur était donné. Plus tard, dans les années 1980, l’association de Baltimore a participé financièrement à l’achat d’un autobus qui permettait de transporter les élèves de l’école entre Olympos et Diafani, afin que ceux-ci ne fassent plus le trajet à pied (un trajet éprouvant en raison de la forte dénivellation entre Olympos et le port de Diafani).

31De la même manière, elle a envoyé régulièrement de l’argent à Olympos, dans le but de créer un centre médical, et de remédier ainsi à l’absence d’infrastructures dans le village qui ne compte aucun médecin, même à l’heure actuelle. C’est un sujet qui revient souvent dans les conversations, car l’absence de prise en charge médicale sur place peut, dans certains cas, entraîner des complications, voire la mort. Les femmes s’inquiètent souvent de l’imprudence des enfants et répètent qu’il faut faire attention, puisqu’il n’y a pas de médecin. Bien sûr, lorsqu’une urgence se présente, le malade ou le blessé peut être évacué par hélicoptère et emmené dans les hôpitaux des îles voisines, en Crète ou à Rhodes. Mais il faut attendre la venue de l’hélicoptère et dans certains cas, par la faute du mauvais temps, il ne peut pas décoller. Finalement, grâce à l’argent investi par les Olympiotes de Baltimore, un centre médical a pu être créé à Olympos avec du matériel médical, une ambulance et même un logement neuf pour le médecin. Malheureusement le centre médical n’a jamais été ouvert et n’a donc jamais servi puisqu’aucun médecin n’est venu s’y installer.

  • 25 Nom signifiant « la source qui donne la vie ». Il s’agit d’une épithète que l’on donne à la Vierge, (...)
  • 26 Mis en ligne le 30 août 2012 par Giorgos Giorgakis et consultable à l’adresse suivante : https://is (...)

32Souvent, dans le financement de leurs actions envers le village d’origine, l’association des Olympiotes de Baltimore est secondée par celle des Olympiotes qui vivent à New York. En effet, les Olympiotes qui y sont installés ont créé une association en 1964, autrement dit une dizaine d’années après celle de Baltimore, « la Confrérie des Olympiotes de Kárpathos à New York “I Zoodóchos Pígi25 de Diafáni” » (η Αδελφότης Ολυμπιτών Καρπάθου Νέας Υόρκης “Η Ζωοδόχος Πήγη Διαφανίου”). Toutefois, à ses débuts, l’association portait le nom de “Próodos” (Πρόοδος, « le Progrès »), ainsi que le mentionne une publication éditée en 196726, à l’occasion du « 3rd Annual Entertainment and Dance » où il est écrit « Adelfótis Olympitón Karpáthou New York Próodos ». Il existe peu de documents relatifs à cette association et à ses différentes activités, d’autant qu’elle n’a pas créé de site internet ni de compte sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’une association qui comporte très probablement moins de membres que celle de Baltimore, car les Olympiotes émigrés y sont moins nombreux. Toutefois, ses préoccupations et ses intérêts sont les mêmes que l’association de Baltimore : transmettre et préserver les us et coutumes d’Olympos, aider les Olympiotes émigrés, mais également les personnes qui sont restées au village. C’est ainsi que l’association des Olympiotes de New York a également envoyé de l’argent pour la construction du Megaron, la salle communale.

L’association de Rhodes

  • 27 Vrykous est le nom ancien de Vroukounta.
  • 28 https://www.vrykous.gr (consulté le 29/10/2022).

33L’association de Rhodes, « Confrérie des Olympiotes de Rhodes “i Vrykous27” » (Αδελφότητα Ολυμπιτών Ρόδου “η Βρυκούς”), a été créée sous l’impulsion de l’avocat Nikos Farmakidis, en 1972. À cette époque, comme il est rappelé sur la page de son site internet28, il y avait environ une quarantaine de familles venues d’Olympos qui vivaient à Rhodes. Certaines faisaient sans doute partie de l’association Pan-Karpathiote de Rhodes qui avait vu le jour en 1951, mais la volonté de se retrouver au sein d’une association consacrée uniquement à Olympos s’est avérée nécessaire au vu de l’augmentation du nombre de familles originaires de ce village. L’association a rapidement fait l’acquisition d’un bâtiment qui constitue encore aujourd’hui son centre culturel et, grâce à des dons d’Olympiotes, elle a fait construire sa propre église dédiée à l’Archange Michaïl.

Illustr. 3. Logo de l’association de Rhodes

Illustr. 3. Logo de l’association de Rhodes
  • 29 Καταστατικό publié en 2000 par l’association I Vrykous de Rhodes.

34Dans un livret contenant les statuts de l’association29, on trouve en particulier les objectifs poursuivis :

  • La création de liens d’amitié, de solidarité et de collaboration entre les membres et l’élévation de leur niveau de vie et leur niveau culturel.
  • […]
  • La collaboration avec les organismes d’Olympos et des Olympiotes de la diaspora pour l’étude d’un commun accord, la mise en avant et l’avancement de la résolution des problèmes d’Olympos de Karpathos.
  • La conservation et la mise en valeur de la riche tradition populaire d’Olympos, l’archivage et la promotion de son héritage historique et culturel et la transmission du flambeau aux jeunes de la communauté des valeurs de sa culture populaire.
  • Le fonctionnement du Centre Culturel dans le bâtiment privé de l’Association avec les sections suivantes :
    • Section d’enseignement des danses traditionnelles
    • Section d’enseignement des instruments traditionnels (lyra, tsampouna et laouto)
    • Section d’enseignement des broderies de l’art populaire traditionnel
    • Section de l’art du tissage populaire traditionnel
    • Section d’enseignement de coupe et de confection des vêtements traditionnels masculins et féminins
    • Section de céramique et de peinture des assiettes et des vases selon l’art populaire traditionnel.
  • L’association peut entreprendre des actions autonomes et/ou indépendantes, des activités et des initiatives pour le bien commun de l’association et de la communauté d’Olympos, pouvant collaborer avec les organismes compétents pour leur réalisation.
  • L’association peut prendre l’initiative pour la construction d’une église orthodoxe sur les terres de l’association et pour le fonctionnement d’une école de catéchisme.

35À travers la lecture de ces éléments, il est possible de se rendre compte qu’ils sont similaires à ceux de l’association I Dimitra du Pirée, puisqu’ils proposent aussi la solidarité et l’aide entre toutes les personnes originaires d’Olympos, ainsi que la participation aux différents projets concernant le village. En revanche, ils sont sans doute un peu plus complets, car ils mentionnent l’organisation et le fonctionnement du centre culturel de l’association en détaillant les enseignements qui y sont assurés et qui sont plus complets que ceux de l’association I Dimitra du Pirée, laquelle assure essentiellement des leçons de musique et de danse. Enfin, l’association I Vrykous de Rhodes se donne la possibilité, dans ses statuts, de pouvoir construire sa propre église, ce qui a été réalisé.

  • 30 https://www.vrykous.gr (consulté le 29/10/2022).

36Cette association, tout comme celle du Pirée, édite un journal local qu’elle a appelé « Olympos » (Όλυμπος). Il s’agit d’un journal bimestriel qui permet de mettre en avant le respect des objectifs que l’association s’est donnés, et de relater toutes les actions de l’association, ainsi que les nouvelles concernant le village. Contrairement à La Voix d’Olympos, ce journal, édité jusqu’en 2008, n’est pas disponible en version électronique, car les numéros publiés n’ont pas fait l’objet d’une numérisation. En revanche, après onze années d’interruption, l’association I Vrykous a décidé de reprendre la publication du journal en 2019, mais uniquement sous format électronique, disponible sur son site30. La nouvelle formule du journal comporte une vingtaine de pages et il paraît tous les trois mois.

37Par ailleurs, de la même manière que l’association I Dimitra du Pirée, celle de Rhodes organise différentes manifestations dans la salle qu’elle a achetée, ainsi que des leçons de musique et de danse à destination des jeunes, qui ont lieu tous les dimanches après-midi. De nombreuses photographies et vidéos sont disponibles sur la page du site internet de l’association, au sein de petits articles qui relatent les différentes manifestations, comme le partage de la traditionnelle Vasilopita (η Βασιλόπιτα) – sorte de brioche pour commémorer saint Basile – le premier janvier, les expositions de photographies, les présentations d’ouvrages publiés concernant Olympos, etc. De plus, l’association des Olympiotes de Rhodes, avec le soutien du Centre de recherches karpathiotes, assure la publication d’ouvrages en lien avec le village, ou encore de disques/CD sur la musique d’Olympos.

La transmission musicale

38Les trois associations principales des Olympiotes de la diaspora assurent donc des cours pratiques qui permettent aux jeunes de bénéficier de la transmission des coutumes (chant, danse, instrument) sur le lieu d’émigration. Elles compensent ainsi l’absence des jeunes dans le village où ils apprenaient traditionnellement par imprégnation au moment des fêtes, dès leur plus jeune âge.

  • 31 https://www.facebook.com/Πολιτιστικός-Εξωραϊστικός-Διαφανίου-Η-Αναγέννηση-375150686265264/ (consult (...)

39Tous ces jeunes gens qui suivent ainsi régulièrement des leçons au cours de l’année, qu’ils soient en Amérique, au Pirée ou à Rhodes, ne se retrouvent pas pour autant sans pratique durant l’été, alors qu’ils se rendent en vacances dans le village de leur famille, Olympos. En effet, il faut mentionner la création en 1983 d’un syllogos installé à Diafani, « l’Association culturelle et d’Embellissement de Diafani de Karpathos “la Renaissance” » (Πολιτιστικός-Εξωραϊστικός Σύλλογος Διαφανίου Καρπάθου “η Αναγέννηση”). Cette association ne dispose pas de site internet, mais elle a en revanche un compte Facebook sur lequel elle a écrit en 201731 :

Aujourd’hui, 34 ans après, l’association demeure encore vivante, même s’il existe de nombreuses difficultés. Elle a produit un travail assez important dans notre contrée et elle espère continuer encore plus fortement même si les moyens sont aujourd’hui réduits.

40Elle propose entre autres depuis sa création des leçons qui ont lieu essentiellement l’été, lorsque de nombreux jeunes gens sont présents pour les vacances. Les cours sont assurés principalement par le musicien Manolis Balaskas, qui s’investit beaucoup dans la transmission du patrimoine musical aux jeunes générations :

  • 32 Extrait de l’entretien avec Manólis Balaskás réalisé par Dominique Bertou à Diafáni en août 2014.

Pour les leçons, comme vous l’avez vu, les enfants se rassemblent une fois par semaine, chaque samedi, et en début de soirée […] Se rassemblent les enfants du primaire, du collège […] et les plus petits, même ceux de maternelle […] Ils apprennent tous peu à peu, petit à petit. Ils apprennent et le chant et à jouer des instruments parce que nous voulons transmettre nos us et coutumes aux jeunes générations. Qu’ils apprennent à chanter, qu’ils perpétuent notre culture et plus généralement nos coutumes. Que les enfants les apprennent et qu’à leur tour ils les transmettent aux générations suivantes […] Nous sommes un des villages de l’île qui garde d’une certaine façon le plus les coutumes par rapport aux autres villages, et la tradition généralement. Nous avons les fêtes patronales, les danses, le chant, les instruments et suffisamment de musiciens, et ils viennent d’ici, des enfants que vous voyez qui dansent et qui jouent les samedis […] C’est comme ça depuis de nombreuses années. Je peux te dire que cela fait plus de trente ans. Je m’occupe des enfants à travers l’association pour ces choses-là, l’apprentissage des instruments, du chant, de la danse, et de tout cela32.

41À travers ces propos, on peut voir que les intérêts des associations restent identiques, même dans celles qui se développent au cœur même d’Olympos, à savoir la transmission d’un patrimoine dont on est fier et qui constitue la moelle épinière de ce village. D’une certaine manière, les Olympiotes trouvent le moyen de compenser les changements de la vie locale qui font que les enfants ne baignent plus quotidiennement dans la tradition et ne pourraient pas la transmettre à leur tour si on ne la leur enseignait pas. Ainsi, dans l’esprit des émigrés, et en particulier pour ceux des États-Unis qui ne peuvent pas retourner aussi souvent à Olympos que ceux vivant à Rhodes ou au Pirée, les associations communautaires ont été un refuge culturel dont ils avaient besoin afin de maintenir le lien avec le village d’origine, mais aussi afin de conserver leurs us et coutumes et de les transmettre aux générations suivantes, puisqu’elles constituent une partie de leur identité :

  • 33 « Στην ξένη πατρίδα που ήρθαν, δοκιμαζόταν καθημερινά η εθνική και τοπική τους ταυτότητα. Αναζητούσ (...)

Dans le pays étranger où ils sont allés, chaque jour leur identité nationale et locale a été éprouvée. Ils étaient à la recherche d’un refuge social et culturel que l’association leur a apporté. Au sein des manifestations culturelles de l’association ils pouvaient renouer avec les us et coutumes connus parmi lesquelles ils avaient grandi mais le plus important, ils pouvaient les conserver et les faire connaître à leurs enfants33.

42Le fait d’avoir préservé leurs traditions et de les avoir transmises aux générations suivantes constitue par ailleurs une fierté pour les Olympiotes, en particulier ceux qui vivent à Baltimore qui se trouvent le plus éloignés du village d’origine :

  • 34 Ibid., p. 11.

Comme tout Olympiote, les Olympiotes émigrés d’Amérique ont voulu ainsi préserver et perpétuer cette tradition pour les générations suivantes et ils ont réussi. Cinquante ans plus tard leurs enfants, leurs petits-enfants, et même leurs arrière-petits-enfants sont nourris avec les idéaux, les us et les coutumes olympiotes34.

43Selon certains Karpathiotes, comme Antonis Papoutsakis, un musicien né dans le village d’Othos, mais habitant dans celui de Volada, les émigrés sont souvent ceux qui préservent le mieux les coutumes parmi les membres de la communauté :

  • 35 Beïna, 2011, p. 826.

Les associations en Amérique et à l’étranger conservent bien plus les us et coutumes qu’ici. Là-bas les enfants apprennent à danser de manière correcte et dans les écoles ils veillent à prendre des enseignants qui connaissent les us et coutumes locaux. Ils font beaucoup plus attention là-bas que ce que nous faisons ici. Le Karpathiote, où qu’il aille, n’oublie pas qu’il est Karpathiote. Il s’appuie sur les us et coutumes locaux et il les apprend aussi à ses enfants. Il y a un Olympiote qui est en Amérique depuis des années, son enfant est né en Amérique et il parle le dialecte olympiote mieux qu’un habitant d’Olympos ou de Othos […] Ils font des fêtes, le partage de la Vasilopita, des soirées dansantes, ils organisent des rencontres, des réunions, les gens se rassemblent. Les gens de l’étranger ont de la constance dans toutes ces choses35.

44Pourtant, d’autres leur reprochent d’être à l’origine des altérations qui surviennent dans la pratique des coutumes. En effet, et c’est sans doute lié au fait qu’ils investissent beaucoup dans leur village d’origine, les Olympiotes des États-Unis exercent une influence sur ceux qui sont restés au village. Ce sont eux qui sont notamment à l’origine de changements dans les pratiques traditionnelles. Par exemple, il est possible de rappeler ici que le laouto, instrument devenu indispensable aujourd’hui dans la pratique musicale du village, a été apporté d’Amérique par un émigré. Par ailleurs, les femmes olympiotes de Baltimore ont généralisé l’emploi de tissus lamés brillants qu’elles trouvent là-bas pour la confection des robes de fête des jeunes filles, les sakofoustana. Même le développement du tourisme à Olympos, avec la création d’hébergements, de restaurants et de magasins de souvenirs où les femmes vendent les produits locaux aux visiteurs, provient de l’influence des Olympiotes de Baltimore. Ces derniers y voient un moyen d’améliorer le niveau de vie des membres de la communauté qui vivent encore au village, et de maintenir le nombre d’habitants du village.

45Certes, le développement du tourisme local a été facilité par l’installation d’un aéroport dans le sud de l’île, par la création du port de Diafani et par la réalisation d’une route asphaltée qui a permis de désenclaver Olympos. Mais l’afflux, toujours plus important, de touristes dans le village induit également des aménagements dans la tenue des fêtes locales. En effet, les personnes qui tiennent un restaurant, par exemple, ne peuvent pas prendre part aux festivités, même lorsqu’elles se déroulent tard le soir, puisqu’elles doivent assurer le service. Par ailleurs, de plus en plus de personnes assistent au glenti et il arrive que certaines dérangent, même sans le vouloir, le bon déroulement de la fête, en voulant s’asseoir avec les hommes qui chantent, ou bien en se plaçant trop près du cercle de danse sur la place du village, ou encore en s’invitant au repas servi, par exemple à Vroukounta, en pensant qu’il est offert, alors que chaque famille y a contribué.

46Cela peut entraîner des différends entre les membres de la communauté et, en même temps, un certain malaise. En effet, chaque année pour la fête de Vroukounta, certains Olympiotes qui possèdent un bateau organisent une excursion avec des touristes afin qu’ils voient une partie de la fête, jusqu’au moment où les danseurs exécutent la danse rapide, avant de les ramener à Diafani, en général avant minuit. Or, il peut arriver que l’improvisation poétique dure plus longtemps que ce que le propriétaire du bateau avait prévu et qu’il se retrouve ennuyé, car il avait promis aux touristes qu’ils verraient la danse avant de repartir. En 2014, par exemple, le capitaine du bateau a demandé aux hommes qui étaient en train de chanter de se dépêcher et de commencer à danser, car il ne lui restait plus beaucoup de temps avant de devoir reconduire les touristes. Il va sans dire qu’il y a eu une dispute et que le capitaine s’est fait remettre à sa place : il lui a été dit notamment qu’il s’agissait de leur fête et non d’un spectacle pour touristes ! Par ailleurs, certains se sentent gênés d’être ainsi observés alors qu’il ne s’agit pas d’un spectacle, surtout lorsque les touristes utilisent massivement des appareils photo, des caméras afin de conserver un souvenir de leurs vacances.

  • 36 Beïna, 2011, p. 764.

47Pour certains, ce n’est pas le tourisme en soi qui pose vraiment problème, mais le fait que les touristes ne respectent pas suffisamment la vie du village et en particulier le fonctionnement des fêtes, rituels qui ne sont pas organisés pour les touristes, mais pour la communauté, et à des fins précises. Peut-être, si les touristes comprenaient mieux quels sont les enjeux de ces fêtes et l’importance qu’elles revêtent pour les Olympiotes, il se pourrait qu’il n’y ait aucun problème. Il y a là une question de respect que le musicien Giannis Antimisiaris évoque en disant « Tu peux écouter, tu peux regarder, mais à distance36 » afin d’éviter les préjudices que cela cause pour les Olympiotes, selon leurs propres termes.

48Cette question du tourisme et de son développement à Olympos représente un véritable dilemme pour les habitants, qui sont d’ailleurs partagés à ce sujet. D’une part, le tourisme se présente comme une opportunité de gagner un peu d’argent afin d’améliorer les conditions de vie et de faire vivre le village qui se remplit ainsi durant une partie de l’année, et en même temps de montrer avec fierté les us et coutumes locales que les Olympiotes ont su préserver et, d’autre part, le tourisme apparaît comme un danger qui met en péril les traditions du village, d’autant que les habitants se doivent d’être accueillants avec les étrangers s’ils veulent qu’ils continuent à venir ; ils ne peuvent donc pas leur faire remarquer que, par moments, leurs agissements sont trop intrusifs et irrespectueux. Toutefois, il n’en demeure pas moins que ces différentes associations locales d’Olympiotes constituent un vecteur de mémoire et de transmission d’une culture et d’une identité, qui doivent par la force des choses s’adapter, d’une manière ou d’une autre, aux bouleversements des habitudes de vie locale.

49En ce qui concerne le domaine musical, les associations sont aidées dans leur travail de mémoire et de transmission par des radios locales, qui permettent notamment la diffusion de la musique.

La radio et la diffusion

50La diffusion de la musique olympiote, et plus généralement karpathiote, surtout à destination des émigrés, passe notamment par la constitution de documents audio – cassettes, puis CD –, souvent offerts aux membres de la communauté lors d’occasions spécifiques comme la nouvelle année, ou encore disponibles à la vente sur le site des associations, comme celle du Pirée. Mais les enregistrements de fêtes rendus possibles grâce aux nouvelles technologies ne sont pas les seuls moyens pour les émigrés de rester en contact avec la musique et, de ce fait, les coutumes du village. En effet, la création de radios locales joue le même rôle, et renforce même les relations sociales, car les émissions radiophoniques en direct permettent de mettre en relation les Olympiotes où qu’ils se trouvent.

« Radio Olympos »

51La première radio consacrée au village d’Olympos est créée en 1988. Elle s’appelle Radio Olympos (Ράδιο Όλυμπος). Son logo est assez simple : il représente l’île de Karpathos entourée d’un casque audio et du nom de la radio.

Illustr. 4. Logo de Radio Olympos

Illustr. 4. Logo de Radio Olympos
  • 37 https://www.e-radio.gr/Radio-Olympos-Karpathos-i1836/live (consulté le 29/10/2022).

52Le nom du village « Olympos » est mis en valeur par le fait qu’il figure avant le mot de « radio » et qu’il épouse la courbe du casque audio, comme si l’on voulait mettre en avant que cette radio est avant tout consacrée au village d’Olympos plus qu’à l’île de Karpathos dans son ensemble. La fréquence est elle aussi mentionnée sur ce logo. En effet, cette radio est hébergée localement sur la fréquence 100.2 FM et est également disponible à l’écoute sur internet, où elle est hébergée par le site E-Radio.gr37.

53Il existe un spot radiophonique qui la présente et qui a été diffusé sur les ondes au moment de sa création. Voici ce qu’on pouvait entendre alors :

  • 38 Spot radiophonique disponible sur le CD ΡΑΔΙΟ ΟΛΥΜΠΟΣ 100.2 Ζωντανές ηχογραφήσεις από αυθεντικά γλέ (...)

Radio Olympos 100.2 FM stéréo… La tradition grecque est un trésor qui ne doit pas se perdre. Radio Olympos, respectant les racines, transmet à travers ses programmes ce riche trésor… Radio Olympos avec le respect des racines de notre peuple consacre la plus grande partie de son programme à la tradition grecque38

  • 39 www.radioolympos.gr (consulté le 29/10/2022).

54Par ailleurs, cette radio possède son propre site internet39, sur lequel on trouve notamment des informations concernant la création de cette radio, mais également le village d’Olympos.

  • 40 Extrait de l’entretien avec Giannis Prearis réalisé en avril 2018.

55Pourquoi créer cette radio à Karpathos ? Son créateur, et par ailleurs celui qui s’en occupe encore aujourd’hui, Giannis Prearis, m’a expliqué que la radio « a commencé la première fois grâce à des jeunes gens » et qu’« [ils se sont dit qu’ils pouvaient] créer une radio, car [ils entendaient] seulement des stations turques40. »

56On le voit bien, la raison est à la fois simple et en même temps symbolique. Il est vrai, en effet, que les îles du Dodécanèse, très proches géographiquement de la Turquie, captent très facilement les stations de radio turques, de même que par endroits, il est facile d’entendre la radio crétoise. Or, lorsque l’on est sur la route pour se rendre d’un village à l’autre, par exemple, ou bien lorsque l’on est chez soi et que l’on veut écouter la radio, on écoute avant tout celle que l’on arrive à capter facilement. Le souhait de créer une radio locale à Karpathos revêt donc un caractère symbolique et en même temps idéologique. En effet, elle permet de diffuser sur toute l’île, mais également sur les îles voisines, des programmes où l’on entend de la musique traditionnelle grecque et où l’on parle des coutumes pratiquées dans les villages. Ainsi, la radio grecque fait concurrence aux radios turques. En même temps, les programmes de cette radio de Karpathos sont, très certainement, entendus également en Turquie.

  • 41 https://el-gr.facebook.com/radioolymps100.2/ (consulté le 29/10/2022).

57Par ailleurs, la radio possède également aujourd’hui une page Facebook41 sur laquelle de nombreuses informations sont postées à destination de la communauté olympiote dans son ensemble, qu’elle se trouve sur l’île, en Grèce ou à l’étranger. On trouve ainsi les horaires du ferry Prevelis, l’unique bateau qui assure la liaison entre l’île de Karpathos, l’île de Rhodes, la Crète, Kasos et Le Pirée ; le bulletin météorologique ; l’annonce d’événements dans le village ou à l’extérieur, mais toujours en lien avec le village ; des photographies ainsi que des vidéos concernant des événements qui se sont produits à Olympos ou même en dehors, mais qui sont en lien avec ce village.

58Cependant, toute la journée n’est pas consacrée à la musique d’Olympos sur cette fréquence, et lorsqu’il n’y a pas les émissions consacrées spécifiquement à Olympos, la radio diffuse des chansons grecques urbaines, qu’on appelle de façon générique les laïka et des publicités. En effet, Giannis Prearis, un des créateurs de cette radio et qui gère les émissions depuis ce moment-là, est bénévole. Il ne peut donc pas assurer des émissions toute la journée : Giannis Prearis ne vit pas du métier d’animateur radio, il est le cordonnier du village, un métier de famille, puisque son père et son grand-père l’exerçaient et qu’il a repris l’activité familiale apprise auprès de son père.

59Dans la journée, Giannis travaille sans relâche à la confection des stivania (τα στιβάνια), les bottes locales que la plupart des femmes portent toujours au quotidien avec leur costume, car elles sont pratiques pour se déplacer sur les terrains escarpés ou pour les travaux dans les champs, ou encore des pantofles (οι παντόφλες), les petites mules que les jeunes filles portent souvent avec leur costume au moment des fêtes où elles participent à la danse. Tout en travaillant, il écoute la radio ou bien des cassettes et des disques de musique traditionnelle du village.

Illustr. 5. Giannis Prearis confectionnant des stivania

Illustr. 5. Giannis Prearis confectionnant des stivania

60Une fois que cette journée de travail bien remplie s’achève, Giannis ne quitte pas pour autant son atelier de fabrication, lequel est également devenu un magasin, où il peut vendre différents produits issus du travail du cuir, pour les touristes en particulier. En effet, il se prépare pour l’émission quotidienne qu’il diffuse chaque soir, de 21 h à minuit.

Illustr. 6. Giannis Prearis anime une émission de radio

Illustr. 6. Giannis Prearis anime une émission de radio

61Il installe derrière lui, sur le mur, un grand tissu épais sur lequel est imprimé, comme un motif, le logo de la radio, ainsi que le nom, la fréquence et l’adresse du site. Puis il se met à sa table, enfile son casque audio et se prépare, à l’aide de tout son matériel, à commencer son émission… Celle-ci débute toujours de la même façon, avec le rappel du nom et de la fréquence de la radio, suivi par des salutations :

  • 42 Annonce de début d’émission transcrite à l’écoute de l’émission.

Radio Olympos 100.2… Nous sommes ici pour vous tous où que vous vous trouviez… que vous soyez ici sur notre île, ou que vous soyez à l’étranger… Nous vous envoyons notre bonsoir et notre amour avant tout… Et bien sûr, vos messages arrivent ici… Je sais qu’ils sont remplis d’amour et de nostalgie pour notre contrée42

62Ces mots résonnent à l’antenne et annoncent à tous les Olympiotes exilés dans le monde entier qu’ils peuvent téléphoner pour passer leur message ou leur demande de diffusion de tel ou tel morceau, ou de tel ou tel extrait d’un glenti que Giannis conserve précieusement dans ses archives pour ses émissions de radio.

63En effet, le principe de cette émission, destinée aux Olympiotes qui vivent à Karpathos, bien sûr, mais surtout en dehors de l’île, est de recevoir des messages téléphoniques ou par email, à travers lesquels les Olympiotes correspondent. Ils peuvent ainsi demander à écouter un morceau en particulier ou simplement transmettre des salutations. C’est la raison pour laquelle Giannis Prearis rappelle régulièrement le numéro de téléphone de la radio, pour inciter les personnes à appeler. Il lui arrive aussi de dédier ou d’offrir un chant à écouter pour une personne qui a appelé ou envoyé un message simplement pour le remercier pour son émission, ou bien pour dire combien le village leur manque.

64Dans certains cas, le contact avec les Olympiotes émigrés peut également être établi à travers un autre moyen de communication par internet : Skype. Il est alors possible de diffuser également les images filmées au cours d’un glenti, à l’intention de ceux qui n’y étaient pas, procédé qui n’est d’ordinaire pas possible à la radio. Un exemple de ce procédé est présent dans le documentaire inédit de Dominique Bertou (2016) : un Olympiote vivant aux États-Unis, Ilias, est en ligne, via Skype, avec Giannis Prearis qui anime son émission de radio. Giannis diffuse à son intention un extrait d’un glenti qui s’est déroulé à Saria. La réaction de l’émigré est immédiate : il est profondément touché par ce qu’il voit et entend, beaucoup plus que quelqu’un qui a vécu ce moment-là, car cet extrait lui rappelle qu’il vit loin de son village qu’il affectionne tant. En même temps, il est heureux de pouvoir visionner des fêtes auxquelles il n’a pas assisté, car cela lui permet de garder un lien avec son village.

65Cette technologie moderne leur permet ainsi de réaliser des choses qui n’auraient pas été réalisables autrement. Elle permet de rapprocher en un instant les émigrés de leur village d’origine et des personnes de la communauté qui y vivent encore. Giannis Prearis m’a ainsi raconté que grâce à Skype, il leur a été possible de participer à un glenti assez original, puisque tous ceux qui y participaient ne se trouvaient pas les uns à côté des autres, dans un même lieu, mais à des kilomètres de distance. Le joueur de lyra se trouvait à Rhodes, le joueur de laouto à Rhodes également et les chanteurs à Athènes et en Amérique. Une telle prouesse technologique leur a permis de passer un bon moment ensemble. Il faut noter toutefois que ce type d’événement se produit assez rarement, car d’une part, il n’est pas facile pour toutes ces personnes d’être disponibles au même moment à des kilomètres de distance, et, car d’autre part, cette « fête » improvisée n’a pas la même saveur et la même force que lorsque les Olympiotes se retrouvent physiquement au même endroit pour jouer ensemble. Toutefois, cela permet de maintenir des liens musicaux et communautaires entre des personnes qui vivent éloignées les unes des autres et qui n’ont pas toujours la possibilité de se retrouver à Olympos pour jouer ensemble.

66Du fait que Giannis Prearis s’occupe bénévolement de la préparation et de la diffusion de ces émissions de radio, il arrive qu’il ne soit pas forcément disponible tous les soirs. Dans ce cas-là, afin de ne pas priver ses auditeurs de l’émission qu’ils attendent avec impatience, Giannis préenregistre des émissions qu’il peut ensuite diffuser à distance grâce à l’usage de l’ordinateur et de la connexion internet. Lors d’une discussion que j’ai eue avec lui, il m’a expliqué qu’il lui était facile désormais de préparer des émissions à l’avance et de les diffuser alors qu’il était absent, et que cela était bien pratique pour la gestion de la radio. Par exemple, il a utilisé ce système lorsqu’il est venu à Paris avec un groupe de musiciens afin de présenter en concert la pratique musicale de leur village.

67Quoiqu’il en soit, cette Radio Olympos joue un rôle très important dans la vie des émigrés, car elle leur permet de garder un lien direct avec leur village. En même temps, ce lien passe par l’intermédiaire d’une tierce personne, en l’occurrence Giannis Prearis, et permet également, par le fait que les appels et les commentaires se produisent en direct à la radio, de faire savoir au reste de la communauté qui écoute l’émission, qu’ils demeurent attachés à leur village dont ils sont fiers et dont ils ont la nostalgie. Par ailleurs, Giannis Prearis est conscient de l’importance de son émission par rapport aux relations humaines qu’il faut maintenir entre des personnes éloignées et en même temps, par rapport au fait qu’il faut préserver et continuer à transmettre des traditions musicales qui font partie du fondement même de leur communauté :

  • 43 Extrait de l’entretien avec Giannis Prearis réalisé par Dominique Bertou et Pierre Cheneval en août (...)

Notre radio est clairement une radio de la tradition et de la culture de Karpathos en général et bien sûr d’Olympos […] Olympos a conservé ces traditions jusqu’à aujourd’hui […] La radio est un medium que beaucoup de nos compatriotes ont accueilli avec une grande ferveur à l’étranger, mais également ici dans notre île. Je pense aussi que c’est une radio qui met en valeur nos traditions et notre chant, les mantinades […] Cela apporte de la joie à nos compatriotes quel que soit l’endroit d’où ils nous écoutent et leur permet d’entendre cette fête qu’ils suivent chez eux, ou à leur travail d’où, à l’heure où je vous parle, ils nous écoutent, ils nous voient et effectivement leurs messages sont remplis de sentiments43.

68De plus, Giannis Prearis, à travers tous les enregistrements de glentia qu’il réalise afin d’avoir des archives à diffuser durant ses émissions, s’inscrit ainsi dans la conservation d’un patrimoine dont la mémoire est mise à mal par l’éloignement des habitants d’Olympos. En même temps, Giannis ne se contente pas d’enregistrer des glentia dans le village, mais il contribue à la sauvegarde pérenne d’anciens enregistrements disponibles sur cassettes audio. En effet, durant ses heures de travail à son atelier où il fabrique les bottes traditionnelles, Giannis place les cassettes audio dans un appareil et tout en les écoutant, il les transforme en fichiers MP3, fichiers qu’il peut ensuite ajouter dans ses archives sur l’ordinateur et qu’il peut alors diffuser au cours d’une émission.

69La seconde radio qui a vu le jour plus récemment a des objectifs similaires.

« Radiotsambouno »

  • 44 http://www.e-radio.gr/RadioTsambouno-Internet-Radio-i2222/live (consulté le 29/10/2022).
  • 45 https://radiotsambouno.radiojar.com/ (consulté le 29/10/2022).

70Cette seconde radio est née en 2014, le jour de la fête de saint Nicolas, c’est-à-dire le 6 décembre. Il s’agit de Radiotsambouno (Ραδιοτσάμπουνο), qui est également disponible à l’écoute à travers internet44. Il est également possible de l’écouter sur son site propre, où est indiqué à chaque instant le nom du morceau que l’on entend, quels sont les interprètes et d’où provient l’extrait, d’enregistrement sur disque ou d’un enregistrement lors d’un glenti45.

Illustr. 7. Logo de Radiotsambouno

Illustr. 7. Logo de Radiotsambouno
  • 46 http://www.facebook.com/radiotsambouno (consulté le 29/10/2022).

71Tout comme Radio Olympos, cette radio possède également sa propre page Facebook46 sur laquelle elle relaie de nombreuses informations concernant Olympos, comme, par exemple, l’annonce de la reprise des leçons estivales de musique et de danse à Diafani, grâce à l’investissement et à la disponibilité de Manolis Balaskas.

  • 47 https://www.e-dimitra.gr (consulté le 29/10/2022).

72Cette radio a été créée à l’initiative de « l’Association des Olympiotes de Kárpathos “I Dimitra” » du Pirée. Les raisons de sa création sont expliquées sur son site47 :

Elle constitue une initiative de l’Association des Olympiotes de Karpathos “I Dimitra” dans le but de promouvoir notre musique, 24 h sur 24 dans tous les endroits… de la planète, pour chaque ami, chaque Karpathiote et chaque Olympiote.

Des musiques et autres enregistrements de valeur principalement en lien avec Olympos, mais également venant de toute l’île de Karpathos, ainsi que de notre voisine, sœur et amie Kasos.

Lorsque vous voudrez entendre les instruments, les airs, et nos fêtes, vous les trouverez ici, sans interruption et distractions. En continu et uniquement de la musique.

  • 48 « Μουσικό κανάλι “ραδιοτσάμπουνο” 24 ώρες καρπαθιακή μουσική, αδιάκοπα. »

73Le principe est donc, d’une part, de permettre aux émigrés Olympiotes d’entendre quand ils le souhaitent la musique de leur village et, d’autre part, de promouvoir et de mettre en valeur la musique olympiote auprès d’un public étranger à travers le monde. Par ailleurs, il est également rappelé, dès que cette radio est citée sur une page qui en fait la promotion, qu’il s’agit d’une radio avec de la musique en continu, ce qui donne la liberté de pouvoir l’écouter lorsque l’on est disponible ou que l’on en a envie : « Chaîne musicale “radiotsampouno” 24 heures de musique de Karpathos, sans interruption48. »

74D’autre part, il est précisé aussi que cette radio constitue « la voix d’Olympos » (η λαλιά της Ολύμπου), ce qui n’est pas sans rappeler le nom du journal édité par cette association, autrement dit La voix d’Olympos (η Φωνή της Ολύμπου). La différence est que l’un rapporte la parole écrite tandis que l’autre, la parole orale, soit à travers le chant soit à travers la musique instrumentale. Cette distinction s’inscrit également dans le choix du terme grec pour désigner la « voix » de la radio. En effet, l’association a choisi le terme lalia, signifiant à la fois « voix » et « parole », qui est dérivé du verbe lalo (λαλώ), lequel se traduit par « parler », « chanter » ou bien « gazouiller ».

75J’ai eu la chance de pouvoir discuter de la création de cette nouvelle radio dédiée à Olympos et à Karpathos avec l’un des membres actifs de cette association du Pirée, Giorgos Giorgakis, qui en est le secrétaire. Il m’a ainsi expliqué qu’il archivait, en vue de la diffusion sur cette radio, tous les enregistrements disponibles qu’il avait à ce jour. Il s’agissait alors d’un travail de grande envergure, car certains enregistrements n’étaient disponibles que sur des cassettes qu’il fallait alors numériser. Dans le cadre du développement de cette radio, Giorgos Giorgakis a donc entrepris un travail de collecte des enregistrements existants, qu’ils soient publiés ou qu’ils proviennent d’archives personnelles. Ce travail de patrimonialisation est en lien direct avec l’intérêt qu’il porte à tous les écrits existants sur Karpathos en général et sur Olympos en particulier, et ce, dans tous les domaines possibles.

76Ce travail réalisé par Giorgos Giorgakis pour la radio créée par l’association I Dimitra du Pirée est complémentaire de celui que Giannis Prearis a entrepris dans le village lui-même. En effet, ce dernier vit à l’année dans le village et il peut assister à toutes les fêtes qui s’y déroulent, et au cours desquelles il peut enregistrer lui-même la musique. Et la plupart du temps, il diffuse essentiellement des chants et des mantinades qui ont été, certes, enregistrés, mais qui ne sont pas publiés. Giorgos Giorgakis n’est pas souvent dans le village du fait de son métier – il est pilote de ligne pour la compagnie Aegean – et il agit avant tout dans le cadre associatif des émigrés du Pirée, où l’association est soucieuse de réunir tous les travaux qui existent concernant Karpathos en général et Olympos en particulier, que ce soit des écrits littéraires ou scientifiques, ou bien encore des documentaires ou de la musique.

  • 49 Με τ’ άρωμα της νοσταλγίας [Avec le parfum de la nostalgie], Rhodes : Association des Olympiotes de (...)

77Ainsi, Giorgos Giorgakis me disait que le principe de cette radio était de diffuser sans interruption de la musique de Karpathos en général, et d’Olympos en particulier, car à ce jour, la seule radio qui diffuse ce type de musique, autrement dit Radio Olympos, n’est pas disponible en continu, puisqu’il n’y a qu’une émission en soirée consacrée à la musique de l’île de Karpathos. Il me disait également qu’il était à la recherche de tout enregistrement qui pouvait être disponible, qu’il s’agisse d’un disque réalisé par ses compatriotes, ou bien d’enregistrements issus d’archives personnelles d’Olympiotes voire d’étrangers. Par ailleurs, cette radio ne diffuse pas simplement les enregistrements ou disques concernant la pratique musicale des hommes, mais elle s’intéresse également à la pratique des femmes. Il est notamment possible d’y entendre des chants interprétés par des femmes et qui ont été enregistrés par l’association de Rhodes afin de leur rendre hommage49.

Conclusion

78Ainsi, à l’heure où la communauté est éparpillée dans le monde, le plus important pour le village d’Olympos, et pour les personnes qui en sont originaires, est de transmettre aux jeunes générations l’amour de leur village et de ses pratiques traditionnelles dont fait partie la musique, qui se trouve être un vecteur de l’identité territoriale. Les nouvelles technologies qui sont disponibles aujourd’hui permettent notamment aux jeunes d’enregistrer le jeu des plus anciens musiciens et de les réécouter afin d’apprendre les subtilités musicales dont il est nécessaire de s’imprégner.

79Les associations de la diaspora jouent un rôle considérable dans la transmission des coutumes et des traditions. Elles pallient le manque d’imprégnation dû à l’éloignement du village grâce aux leçons qu’elles organisent à destination des plus jeunes, tout en maintenant des liens très forts entre les émigrés et leur village d’origine auquel ils restent fortement attachés.

80La présence de l’émission de Radio Olympos, qui permet un contact journalier entre les émigrés et ceux qui sont restés au village, ainsi que la création de Radiotsambouno, qui diffuse 24 heures sur 24 de la musique d’Olympos, permettent également de garder le lien avec la tradition musicale du village. Ces radios œuvrent également dans la patrimonialisation et la sauvegarde de la musique d’Olympos, en particulier à travers les enregistrements des distiques improvisés qui étaient préservés uniquement dans la mémoire orale jusque très récemment.

Haut de page

Bibliographie

Livres et thèses

Beïna Irini Μπεϊνα Ειρήνη, 2011, Η καρπάθικη λύρα: μια εθνογραφική προσέγγιση στην πολιτισμική οργανολογία. Μουσικά όργανα και πολιτισμική ταυτότητα της Καρπάθου [La lyra de Karpathos : une approche ethnographique dans l’organologie culturelle. Instruments de musique et identité culturelle de Karpathos], thèse de doctorat sous la direction de Charalambos Xanthoudakis, Université Ionienne, site des Archives nationales des thèses de Doctorat en Grèce (EADD), Corfou, URL : http://thesis.ekt.gr/thesisBookReader/id/28433#page/1/mode/2up (consulté le 6 octobre 2016).

Με τ’άρωμα της νοσταλγίας [Avec le goût de la nostalgie], 2009, Association des Olympiotes de Rhodes I Vrykous, Rhodes.

Nittis Mélanie, 2021, L’improvisation poétique chantée à Olympos (Karpathos, Grèce : dynamiques contemporaines d’un rituel paraliturgique, thèse de doctorat sous la direction de Stéphane Sawas (Inalco) et Jérôme Cler (Sorbonne Université), Prix de thèse de la Chancellerie des universités de Paris en 2021.

Vernier Bernard, 1991, La genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos, EHESS, Paris, 312 p.

Audivisuel et sitographie

Bertou Dominique, 2016, Olympos Olympos, documentaire inédit, Ivry.

Ράδιο Όλυμπος 100.2. Ζωντανές ηχογραφήσεις από αυθεντικά γλέντια [Radio Olympos 100.2. Enregistrements sur le vif lors de fêtes authentiques], s. d., Cretaphone, Heraklion, CD KRET 1445.

Voyage from Olympos. 50 years in Baltimore/ Οδοιπορικό από την Όλυμπο. 50 χρόνια στην Βαλτιμόρη [Album souvenir de la commémoration du cinquantenaire de la création de l’association], 2003, Olympian Brotherhood of America, Baltimore, mis en ligne par Giorgos Giorgakis le 30 octobre 2013, URL : https://issuu.com/olymbitis/docs/voyage_from_olymbos/12 (consulté le 10 avril 2018).

https://www.e-dimitra.gr (consulté le 29/10/2022).

https://www.facebook.com/dimitra.olymbos/ (consulté le 29/10/2022).

https://www.facebook.com/neolaiaolympoy (consulté le 29/10/2022).

https://www.facebook.com/olympianbrotherhood (consulté le 29/10/2022).

https://issuu.com/olymbitis/docs/3rd_annual_entertainment_and_dance_proodos_new_york (consulté le 29/10/2022).

https://www.vrykous.gr (consulté le 29/10/2022).

https://www.facebook.com/Πολιτιστικός-Εξωραϊστικός-Διαφανίου-Η-Αναγέννηση-375150686265264/ (consulté le 29/10/2022).

https://www.e-radio.gr/Radio-Olympos-Karpathos-i1836/live (consulté le 29/10/2022).

https:/www.radioolympos.gr (consulté le 29/10/2022).

https://el-gr.facebook.com/radioolympos100.2/ (consulté le 29/10/2022).

http://www.e-radio.gr/RadioTsambouno-Internet-Radio-i2222/live (consulté le 29/10/2022).

https://radiotsambouno.radiojar.com/ (consulté le 29/10/2022).

http://www.facebook.com/radiotsambouno (consulté le 29/10/2022).

Haut de page

Notes

1 Pour une description détaillée de ce système de parenté, voir Vernier, 1991.

2 Ce travail est issu de ma thèse de doctorat L’improvisation poétique chantée à Olympos (Karpathos, Grèce : dynamiques contemporaines d’un rituel paraliturgique), réalisée sous la direction de Stéphane Sawas (Inalco) et Jérôme Cler (Sorbonne Université), qui a obtenu le Prix de thèse de la Chancellerie des universités de Paris en 2021.

3 Par exemple, (Pan-)Karpathian Educational Progressive Association of America (KEPA), créée en 1928 à Pittsburg ; Karpathian Federation (Καρπαθιακή Ομοσπονδία, Karpathiaki Omospondia) créée en 1969.

4 Karpathian Progressive Association of Australia, créée en 1959 à Canberra.

5 Σύλλογος Απανταχού Καρπαθίων (Syllogos Apantachou Karpathion), créée en 1895.

6 Παγκαρπαθιακός Σύλλογος Ρόδου (Pankarpathiakos Syllogos Rodou), créée en 1951.

7 Beïna, 2011, p. 124.

8 Ibid., p. 125.

9 https://www.e-dimitra.gr (consulté le 29/10/2022).

10 https://www.facebook.com/dimitra.olymbos/ (consulté le 29/10/2022).

11 Site www.e-dimitra.gr, rubrique « Η Φωνή της Ολύμπου ».

12 Îlot situé au nord de l’île de Karpathos et qui dépend du village d’Olympos. Il y a des cultures d’oliviers et également des troupeaux sur cet îlot.

13 Site du village d’origine, qui a été abandonné à cause de la piraterie vers le viie ou viiie siècle par les familles rescapées qui ont créé Olympos dans la montagne. Il reste encore à Vroukounta l’église-crypte dédiée à saint Jean-Baptiste, devenu un lieu de pèlerinage chaque année au moment de la célébration de la Décollation de saint Jean-Baptiste.

14 https://www.fr-fr.facebook.com/neolaiaolympoy (consulté le 29/10/2022).

15 https://www.e-dimitra.gr (consulté le 29/10/2022), rubrique « τμήμα νεολαίας » : « Στόχος του Ομίλου Νέων είναι η συσπείρωση όλης της νεολαίας της Ολύμπου καθώς και η προβολή και διατήρηση των εθίμων του χωριού μας ».

16 https://www.facebook.com/olympianbrotherhood/ (consulté le 29/10/2022).

17 https://www.olymposbaltimore.com (consulté le 29/10/2022).

18 Voyage from Olympos, 2003, p. 20.

19  Ibid.

20 Ibid., p. 23.

21 Ibid., p. 25.

22 Ibid., p. 26.

23 Ibid., p. 36.

24 Ibid., p. 21.

25 Nom signifiant « la source qui donne la vie ». Il s’agit d’une épithète que l’on donne à la Vierge, et par ailleurs, il s’agit du nom qui a été donné à l’église principale de Diafáni.

26 Mis en ligne le 30 août 2012 par Giorgos Giorgakis et consultable à l’adresse suivante : https://issuu.com/olymbitis/docs/3rd_annual_entertainment_and_dance_proodos_new_york (consulté le 29/10/2022).

27 Vrykous est le nom ancien de Vroukounta.

28 https://www.vrykous.gr (consulté le 29/10/2022).

29 Καταστατικό publié en 2000 par l’association I Vrykous de Rhodes.

30 https://www.vrykous.gr (consulté le 29/10/2022).

31 https://www.facebook.com/Πολιτιστικός-Εξωραϊστικός-Διαφανίου-Η-Αναγέννηση-375150686265264/ (consulté le 29/10/2022).

32 Extrait de l’entretien avec Manólis Balaskás réalisé par Dominique Bertou à Diafáni en août 2014.

33 « Στην ξένη πατρίδα που ήρθαν, δοκιμαζόταν καθημερινά η εθνική και τοπική τους ταυτότητα. Αναζητούσαν κοινωνικό και πολιτιστικό καταφύγιο που τους προσέφερε ο Σύλλογος. Μέσα από τις πολιτιστικές εκδηλώσεις του Συλλόγου μπορούσαν να αναβιώσουν γνώριμα ήθη και έθιμα πάνω στα οποία είχαν μεγαλώσει αλλά και το σημαντικότερο, να τα διατηρήσουν και να τα γνωρίσουν στα παιδιά τους. » Voyage from Olympos, 2003, p. 22.

34 Ibid., p. 11.

35 Beïna, 2011, p. 826.

36 Beïna, 2011, p. 764.

37 https://www.e-radio.gr/Radio-Olympos-Karpathos-i1836/live (consulté le 29/10/2022).

38 Spot radiophonique disponible sur le CD ΡΑΔΙΟ ΟΛΥΜΠΟΣ 100.2 Ζωντανές ηχογραφήσεις από αυθεντικά γλέντια [Radio Olympos 100.2 Enregistrements sur le vif lors de fêtes authentiques], Héraklion : Cretaphone, KRET 1445, s. d.

39 www.radioolympos.gr (consulté le 29/10/2022).

40 Extrait de l’entretien avec Giannis Prearis réalisé en avril 2018.

41 https://el-gr.facebook.com/radioolymps100.2/ (consulté le 29/10/2022).

42 Annonce de début d’émission transcrite à l’écoute de l’émission.

43 Extrait de l’entretien avec Giannis Prearis réalisé par Dominique Bertou et Pierre Cheneval en août 2012.

44 http://www.e-radio.gr/RadioTsambouno-Internet-Radio-i2222/live (consulté le 29/10/2022).

45 https://radiotsambouno.radiojar.com/ (consulté le 29/10/2022).

46 http://www.facebook.com/radiotsambouno (consulté le 29/10/2022).

47 https://www.e-dimitra.gr (consulté le 29/10/2022).

48 « Μουσικό κανάλι “ραδιοτσάμπουνο” 24 ώρες καρπαθιακή μουσική, αδιάκοπα. »

49 Με τ’ άρωμα της νοσταλγίας [Avec le parfum de la nostalgie], Rhodes : Association des Olympiotes de Rhodes I Vrykous, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustr. 1. Vue du village d’Olympos
Crédits Toutes les photos sont de l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Illustr. 2. Logo de l’association du Pirée
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19648/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Illustr. 3. Logo de l’association de Rhodes
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19648/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Illustr. 4. Logo de Radio Olympos
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19648/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Illustr. 5. Giannis Prearis confectionnant des stivania
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19648/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Illustr. 6. Giannis Prearis anime une émission de radio
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19648/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Illustr. 7. Logo de Radiotsambouno
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/19648/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Nittis, « La transmission de la tradition à Olympos (Karpathos, Grèce) : le rôle des associations de la diaspora et de la radio »Cahiers balkaniques [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 06 mars 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/19648 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.19648

Haut de page

Auteur

Mélanie Nittis

Inalco-CERLOM

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search