Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Comptes rendusBilici Faruk, 2017, L’expédition ...

Comptes rendus

Bilici Faruk, 2017, L’expédition d’Égypte, Alexandrie et les Ottomans, l’autre histoire, Alexandrie ottomane n40, Centre d’études alexandrines, De Boccard Édition-Diffusion, 2017, 364 pages.

Joëlle Dalègre

Texte intégral

1Paradoxalement, nous avons rendu compte de l’ouvrage de Faruk Bilici sur le canal de Suez (paru en 2019), dans le numéro 47 des Cahiers, en 2020, avant ce premier livre paru en 2017. Ces deux ouvrages partagent la même ambition que révèle, ici, le sous-titre « l’autre histoire » : présenter le point de vue ottoman sur des sujets qui le concernent en priorité et qui, néanmoins, faute d’intérêt ou/et de connaissances linguistiques (français, anglais, arabe, turc ottoman), ne sont jamais traités dans l’historiographie française que par un regard dépendant des sources françaises et anglaises.

2L’ouvrage, comme celui dont il a déjà été rendu compte, est esthétiquement réussi (qualité du papier, des illustrations, de la mise en page), scientifiquement assuré (avec index, bibliographie et sources de première main, glossaire, indications sur les abréviations et les règles de translittération) et historiquement solide. Sur les 364 pages, on trouve 12 figures (des cartes d’Alexandrie et de ses implantations militaires avec d’indispensables traductions de leurs indications précises) et 18 documents inaccessibles à ceux qui ignorent le turc ottoman (photographie du texte, translittération et traduction), soit 129 pages.

3Pourquoi Alexandrie dans les Cahiers Balkaniques ? La ville et l’Égypte, comme les Balkans, font partie de l’Empire ottoman, certains des fonctionnaires qui y sont nommés, comme une partie des militaires et des commerçants, sont originaires des Balkans ou y ont servi, et les réflexions des dirigeants relient souvent la question à celle de la Morée ou des Îles ioniennes :

  • 1 p. 95, citant Laurens Henry, 1997, L’expédition d’Égypte, Seuil, Paris, p. 263.

Deux grands projets s’opposent en Palestine et en Syrie : celui de Bonaparte de conquérir Constantinople à la tête des Arabes, des Druzes, des Maronites, des Kurdes, des Arméniens, des Grecs, des Persans et des Turcomans pour rentrer en Europe après avoir libéré la Grèce, l’Albanie et la Pologne, celui de Cezzâr Ahmed Pacha [gouverneur de Saïda] de reconstituer sous sa direction l’Empire mamelouk en Égypte et en Syrie, à la tête de ses propres mamelouks, bosniaques, albanais, maghrébins1.

  • 2 Très loin de l’Alexandrie un siècle plus tard dont traite le livre de Marie-Cécile Navet-Grémillet, (...)

4Le texte est divisé en cinq chapitres, le dernier, consacré à la présentation de la ville, aurait pu, éventuellement, être placé à la première place : on y découvre une petite ville, parfois en ruines, amoindrie par des pestes récurrentes, en proie à de gravissimes problèmes d’approvisionnement en eau douce, aux moyens de défense obsolètes2… mais un centre d’approvisionnement essentiel pour la capitale de l’Empire (riz, céréales, matières premières textiles, café) et la « porte des Lieux Saints », donc très importante pour le monde musulman. Le récit des événements militaires n’est pas l’objet du livre, ils sont déjà largement connus. En revanche, on y apprend beaucoup sur les relations diplomatiques franco-ottomanes, le recours du sultan à une « protection » anglaise appelée à perdurer, l’appel à la guerre sainte ou les difficultés ottomanes à gérer l’Égypte.

  • 3 De même, il n’apprendra la destruction de la flotte française à Aboukir que 15 jours plus tard.

5Les bonnes relations franco-ottomanes remontent, on le sait, à François Ier, la Révolution en France n’y change rien, même si les diplomates ottomans sont totalement opposés à cette politique « satanique », inspirée de deux « athées, Voltaire et Rousseau », qui incite à la révolte contre les souverains. Mais le sultan pense longtemps que cela ne s’adresse qu’aux chrétiens et que, pays de musulmans, son Empire ne sera pas contaminé. Cette confiance en une alliance si ancienne, un réseau de renseignements encore indigent et la lenteur des communications font que le sultan ne prend pas conscience immédiatement du danger : informé de la construction d’une flotte française à Toulon, de son départ, de la prise de Malte, du passage de cette flotte au large de la Crète, il ne parvient pas à croire qu’Alexandrie est visée et il n’apprend la prise de la ville par les Français que lorsqu’ils sont déjà au Caire3. Chez Selim III, francophile, cette attaque injustifiée déclenche déception et colère, désormais aux Français sont liés les mots « fourberie », « trahison », « perfidie », même s’il hésite assez longtemps à rompre ses relations avec la France.

6Rompre avec la France, c’est se jeter dans les bras de la Russie et de l’Angleterre – ce qu’il fera en 1799 en participant à la deuxième coalition. S’allier à la Russie (cela ne durera pas), c’est laisser pour la première fois, la flotte russe passer les Détroits pour rejoindre les Îles ioniennes et l’Adriatique. S’allier à la Grande-Bretagne, c’est la laisser faire son entrée dans une Égypte qu’elle ne voudra plus quitter, mais en coulant la flotte française à Aboukir et en participant à la reprise d’Alexandrie, les Britanniques ont joué un rôle décisif dans la guerre.

7Troisième facteur d’avenir : l’appel à la guerre sainte et à l’unité musulmane des Balkans aux Indes, face aux infidèles, aux « mécréants » : la Porte des Lieux Saints est mise en danger. Bonaparte a beau, dès les premiers jours, assurer qu’il respectera les musulmans et qu’« il n’y a de divinité qu’Allah ; il n’a point de fils ni d’associé dans son règne », le sultan rappelle, lui, que les révolutionnaires français ont pillé et brûlé les églises chez eux et propagent l’athéisme ; les proclamations se multiplient des deux côtés dans une large guerre de propagande qui montre l’importance du facteur religieux.

8Enfin, on découvre la complexité des rapports houleux entre les Mamelouks et le pouvoir central ottoman, mauvaise gestion des mamelouks qui fournit autant un prétexte officiel à l’expédition française que des obstacles à une défense efficace et une bonne gestion de l’Égypte ottomane, source de réformes et de conflits futurs internes à l’Empire.

9L’expédition française paraît en effet à l’origine de plusieurs phénomènes de grande ampleur : une internationalisation du sort de l’Égypte, une prise de conscience accentuée en haut lieu des faiblesses de l’Empire, « un tremblement de terre au sommet de l’État ottoman » qui se traduit, dans l’immédiat, par une valse des hauts fonctionnaires ; à long terme, par le désir de réformes, d’abord militaires, urgentes pour la défense du pays. On retrouve tous ces facteurs dans le livre suivant du même auteur sur le percement du canal de Suez.

10En conclusion, c’est un très bon livre qui se lit facilement, qui éclaire des pans nouveaux de l’historiographie ottomane, qui ouvre aux lecteurs des pistes de réflexion et montre, s’il en est encore besoin, que chacun a des regards biaisés : si les Français ne tiennent pas compte de l’avis des Ottomans et glorifient les succès intellectuels de la Description de l’Égypte et de ses 23 volumes, les Ottomans, eux, admirent l’efficacité technique de l’armée française, mais ignorent totalement l’œuvre des 167 savants embarqués…

Haut de page

Notes

1 p. 95, citant Laurens Henry, 1997, L’expédition d’Égypte, Seuil, Paris, p. 263.

2 Très loin de l’Alexandrie un siècle plus tard dont traite le livre de Marie-Cécile Navet-Grémillet, 2019, L'Alexandrie de Pénélope Delta (1874‑1941), déjà proposé dans ces comptes rendus.

3 De même, il n’apprendra la destruction de la flotte française à Aboukir que 15 jours plus tard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Dalègre, « Bilici Faruk, 2017, L’expédition d’Égypte, Alexandrie et les Ottomans, l’autre histoire, Alexandrie ottomane n40, Centre d’études alexandrines, De Boccard Édition-Diffusion, 2017, 364 pages. »Cahiers balkaniques [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 06 janvier 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/19910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.19910

Haut de page

Auteur

Joëlle Dalègre

Inalco, PLIDAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search