Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Comptes rendusStamatopoulou-Vasilakou Chrysothé...

Comptes rendus

Stamatopoulou-Vasilakou Chrysothémis Σταματοπουλόυ-Βασιλάκου Χρυσόθεμις, 2020, Ελληνική Βιβλιογραφία Θεατρικών Εργών, Διαλόγων Και Μονολόγων 1900–1940 [Bibliographie hellénique des pièces de théâtre, dialogues et monologues, 1900-1940], Ίδρυμα Κώστα και Ελένης Ουρανή, Αθήνα [Fondation Kosta et Eleni Ourani, Athènes], 2 volumes, 880 pages.

Sophia Felopoulou

Texte intégral

1Si le théâtre occidental comme spectacle et théorie est né en Grèce, l’institutionnalisation de la discipline des Études théâtrales dans les universités grecques a dû attendre la dernière décennie du xxe siècle. Pendant ces trente ans, la recherche en théâtrologie a été remarquable avec un nombre impressionnant de publications sur l’étude du théâtre, en particulier grec – ancien et néohellénique –, la théorie théâtrale et la pratique, mais surtout la formation d’une génération de théâtrologues compétents. Cependant, un des outils qui manquait aux chercheurs sur le théâtre néohellénique du xxe siècle était l’enregistrement minutieux et détaillé des pièces de théâtre grecques et étrangères, traduites en grec, une bibliographie qui ferait suite à celle de Philippe Iliou et Popi Polemi pour la période 1864-1900, composée de quatre volumes et éditée en 2006.

2Chrysothémis Stamatopoulou-Vasilakou a entrepris la lourde charge de combler cette lacune et de répondre à ce grand défi, depuis 1998, lors d’un court programme de recherche sur la bibliographie grecque de pièces de théâtre de la période 1900-1940. Après maintes difficultés, sans financement, et vingt années de recherche et de travail assidu, la professeure émérite (maintenant) et ex-directrice du Département d’Études théâtrales de l’université nationale et capodistrienne d’Athènes nous a présenté en 2020 une œuvre complète, la Bibliographie hellénique des pièces de théâtre, dialogues et monologues, 1900-1940.

3Théâtrologue et scientifique brillante, après des études sur la bibliothéconomie et une grande expérience dans l’étude des archives, la professeure Stamatopoulou-Vasilakou et ses collègues ont collaboré pour mener à bien cette tâche si exigeante. Le premier qui lui a fait confiance et l’a encouragée a été le co-fondateur du Département d’Études théâtrales, le professeur émérite, metteur en scène célèbre et ex-Président de l’Académie d’Athènes, Spyros Evangelatos (mort en 2017), à qui elle a dédié cette œuvre monumentale, éditée par Petros Vrahiotis et publiée dans la série « Bibliothèque théâtrale » de la Fondation Kostas et Eleni Ourani.

4Il s’agit d’une œuvre de vie, en deux volumes, un outil précieux pour la théâtrologie grecque, puisqu’étudiants, chercheurs et même amateurs du théâtre y trouveront des informations que l’équipe de recherche a consacré des années de travail à obtenir et rassembler. Toute la production théâtrale de la première moitié du xxe siècle en Grèce y est présente, l’œuvre intégrant à la fois le répertoire grec et étranger édité ou représenté sur la scène grecque ainsi que les pièces, monologues et dialogues non édités, dactylographiés ou en manuscrit, constituant ainsi une « autre histoire » ou une « histoire différente » du théâtre en Grèce. La période que la recherche couvre est l’une des plus fécondes de la dramaturgie grecque du xxe siècle, celle du « modernisme grec » et de l’entre-deux-guerres. Ce qui rend de plus cette œuvre exceptionnelle est le fait que la recherche s’est étendue, en plus des grandes bibliothèques, à la presse et aux revues – littéraires ou d’art –, aux calendriers, aux manuels scolaires et aux thèses de doctorat, et compte ainsi 5344 entrées, mettant au jour des pièces et des auteurs connus ou peu connus, grecs et étrangers, et identifiant la date exacte de maintes pièces non datées. Une autre piste, très importante, porte sur la recherche de la première représentation et, pour le répertoire étranger, de la première à la fois dans le pays d’origine et en Grèce. En ce qui concerne les pièces traduites, le nom du traducteur est toujours mentionné et, très souvent, figurent de brèves notices soit sur le sujet, soit sur des remarques faites par le traducteur. Néanmoins, l’élément le plus pratique et utile, à mon avis, touche aux informations contenues dans chaque entrée sur les « endroits » où la pièce peut être retrouvée, facilitant le travail de l’éventuel chercheur, qui gagnera ainsi du temps précieux.

5Comme La Bibliographie hellénique des pièces de théâtre, dialogues et monologues, 1900-1940 se focalise entièrement sur le théâtre néohellénique, les traductions de la tragédie et comédie antique n’y sont pas incluses. De même, les pièces du théâtre d’ombres (Karaghiozis) n’y sont pas comprises et quant au théâtre lyrique, bien que la recherche n’ait pas été exhaustive, le nombre d’entrées de cette catégorie y est impressionnant.

6Le premier volume s’ouvre sur une préface élogieuse du professeur honoraire et théâtrologue éminent, Walter Puchner, qui explique en détail l’importance de l’ouvrage ; ensuite une longue introduction, explicite et lucide, de l’écrivaine nous « guide » dans le livre. Tout d’abord, elle présente ses sources, les bibliothèques et les archives où elle a travaillé, elle fait une brève rétrospective de l’histoire de la bibliographie de la dramaturgie en Grèce, elle explique comment elle a procédé à son travail et elle nous donne des exemples détaillés de chaque catégorie d’entrées. Les résultats de cet énorme travail sont présentés par Petros Vrahiotis en tableaux statistiques dans lesquels la qualité rencontre la quantité.

71900 est la date d’ouverture de la Bibliographie, chaque année constitue un chapitre distinct, contenant le théâtre grec et étranger, celui-ci subdivisé suivant les théâtres nationaux (par ordre alphabétique du pays). La classification se fait par ordre alphabétique du nom de l’auteur (même s’il s’agit d’un pseudonyme, suivi du nom véritable de l’auteur). Les informations de chaque entrée sont très riches : le titre (et le sous-titre, s’il y en a), l’éditeur et la date d’édition, la série ou la collection, le journal ou la revue, la ou les bibliothèques où la pièce a été détectée, la bibliographie antérieure sur la pièce en question, sa première représentation, et dans le cas du théâtre traduit, le nom du traducteur, le titre d’origine, la date de représentation étrangère et grecque.

8Le premier volume couvre les années 1900-1929 et le second, les années 1930-1940 des pièces éditées. Le second volume comprend aussi les pièces, dialogues ou monologues non édités, manuscrits ou dactylographiés ainsi que les pièces non datées. Ce volume est complété par la bibliographie et les index. Ces derniers sont très importants et d’une grande utilité pour les chercheurs : index des noms propres grecs et étrangers, index des pièces de théâtre grecques et étrangères, index des noms propres parus dans l’Introduction.

9À part son importance pratique pour toutes les personnes concernées, La Bibliographie de Chrysothémis Stamatopoulou-Vasilakou s’offre à une étude historique, sociologique, comparatiste même des pièces éditées ou non, traduites ou écrites en grec, de la première moitié du xxe siècle. La dramaturgie étrangère représente 38,91 % des données, soit 2023 entrées. Dans le répertoire anglais, on remarque que Shakespeare est de loin l’écrivain, le plus traduit ; les traductions sont souvent des extraits de pièces et non l’œuvre complète. Lord Byron, Percy Shelley, John Milton sont constamment présents depuis le début du siècle ; Ben Jonson, Charles Dickens, Robert Sherrif, Walter Scott ont dû attendre la décennie 1930 pour être accueillis en Grèce. Maurice Maeterlinck est le représentant belge le plus connu en Grèce ; depuis 1901 et presque chaque année ses pièces sont introduites au public (lecteurs ou spectateurs) qui connaîtra son œuvre presque entière. Wolfgang Goethe est l’Allemand le plus traduit, suivi de Ephraïm Lessing, Friedrich Schiller et Gerhart Hauptmann. Dans le cas allemand, les traductions sont souvent des extraits ; Heinrich Kleist fait son entrée en 1929 et Friedrich Hölderin en 1937. Henrik Ibsen, August Strindberg figurent depuis 1901 et la dramaturgie américaine en 1916. Le théâtre turc, polonais, hongrois, albanais et de l’Inde est, sinon représenté, au moins traduit.

10Le théâtre français représente 45,30 % de la dramaturgie étrangère, avec 927 entrées, dominant sur tous les répertoires jusqu’en 1939, fait compréhensible, vu la préférence de la scène grecque, surtout athénienne, pour les pièces françaises ; de surcroît, la capitale accueille très souvent des troupes françaises et le texte de la pièce jouée ou un extrait est fréquemment traduit dans une revue. Il est vrai qu’un grand nombre des traductions françaises sont éditées dans des revues et surtout par des personnes renommées des lettres grecques. Alors qu’on s’attendait à ce que les classiques, Corneille, Racine, Molière soient les auteurs les plus traduits, on remarque paradoxalement que l’intérêt se porte sur des auteurs du xixe et du début du xxe siècle, la plupart d’eux peu connus du public grec, même aujourd’hui. On estime que cela est dû au désir des troupes grecques de suivre l’actualité de la scène parisienne et d’importer l’air de Paris à Athènes et au fait que les gens de lettres et les traducteurs sont au courant des éditions françaises, par ailleurs les francophones sont nombreux. En revanche, Victor Hugo, Alexandre Dumas fils, Anatole France, Alfred de Musset, Edmond Rostand, Jules Verne, Henri Bataille, Georges Feydeau, Eugène Labiche, Sacha Guitry, Victorien Sardou, Courteline, Paul Claudel, Paul Valéry, Colette, Jean Cocteau sont les auteurs les plus connus du public de nos jours figurant dans La Bibliographie. En ce qui concerne les « classiques », souvent traduits pour l’éducation et les besoins des futurs comédiens ainsi que pour l’enseignement secondaire (ce qui explique la traduction d’extraits et non de la pièce dans son ensemble), Racine est représenté par Iphigénie, Mithridate, Andromaque, Britannicus, Les Plaideurs, Corneille par Cid et Cinna, Beaumarchais par son Mariage de Figaro. Molière est la seule exception, avec une très grande partie de son œuvre, traduite en extraits : L’Amour médecin, Monsieur de Pourceaugnac, Amphitryon, Le Bourgeois gentilhomme, Le Dépit amoureux, Tartuffe, L’Avare, Le Mariage forcé, Sganarelle ou le cocu imaginaire, Le Médecin malgré lui, Georges Dandin, Le Malade imaginaire, Le Misanthrope, Les Fourberies de Scapin.

11Les éditions de la Fondation Kostas et Eleni Ourani, et le directeur de la série « Bibliothèque théâtrale », Walter Puchner, doivent être fiers de la publication de cette œuvre de référence pour la discipline de la théâtrologie grecque qui intéresse la science de la théâtrologie dans son ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophia Felopoulou, « Stamatopoulou-Vasilakou Chrysothémis Σταματοπουλόυ-Βασιλάκου Χρυσόθεμις, 2020, Ελληνική Βιβλιογραφία Θεατρικών Εργών, Διαλόγων Και Μονολόγων 1900–1940 [Bibliographie hellénique des pièces de théâtre, dialogues et monologues, 1900-1940], Ίδρυμα Κώστα και Ελένης Ουρανή, Αθήνα [Fondation Kosta et Eleni Ourani, Athènes], 2 volumes, 880 pages. »Cahiers balkaniques [En ligne], 49 | 2023, mis en ligne le 06 janvier 2023, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/19914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.19914

Haut de page

Auteur

Sophia Felopoulou

Professeure associée, Département d’Études théâtrales, université nationale et capodistrienne d’Athènes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search