Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Éditorial

Texte intégral

  • 1 Recueil des Actes de la Conférence de Lausanne, tome 1, PV de la Première commission, p. 176.

Le but de la Conférence est de préparer un règlement pour l’avenir. Pour sa part, Lord Curzon regrette profondément que la solution qui se prépare soit l’échange forcé des populations ; c’est une solution extrêmement défectueuse dont l’univers portera la peine pendant un siècle. Elle lui répugne ; déclarer que c’est le gouvernement grec qui a présenté cette proposition est insoutenable. C’est une solution qui a été imposée par le fait que le gouvernement turc a chassé les Grecs de son territoire1.

  • 2 Décision reportée à 1924 quand on réalise que les formalités requises seront impossibles à réaliser (...)

1Lord Curzon l’a dit (PV du 13 décembre 1922) et répété plusieurs fois : les délégations voient avec « horreur » et « consternation » le principe de l’échange obligatoire des populations grecques et turques… et pourtant c’est le premier acte signé lors de la Conférence, le 30 janvier 1923, la Convention sur l’échange obligatoire des populations grecques et turques, applicable à partir du 1er mai 19232.

2Lord Curzon a également parlé de la peine qui serait portée pendant un siècle… Le siècle vient de s’écouler… la peine est toujours là, peut-être pas « dans l’univers » comme il le déclarait dans son envolée oratoire, mais dans les cœurs des descendants des deux millions de personnes directement concernées en 1923.

3L’année 2023 est symbolique : c’est celle du centenaire du traité de Lausanne signé le 24 juillet 1923 qui intégrait le Protocole sur l’échange des populations grecques et turques déjà signé le 30 janvier de cette même année. Peu de traités ont conservé une telle importance un siècle après leur signature, au point d’être cités régulièrement dans la presse et dans les discours de chefs d’État. C’est la reconnaissance internationale de la « Turquie » et du pouvoir de Mustafa Kemal, c’est en Grèce la fin du rêve de la Grande Idée, l’établissement de frontières pres­que inchangées depuis lors (sauf en 1947, lors de la cession du Dodécanèse par l’Italie vaincue), chaque État va dès lors s’organiser dans le cadre de son nouveau territoire et de ses nouvelles populations.

4Il ne s’agit pas ici du traité de Lausanne, mais spécifiquement de l’échange obligatoire de populations et de ses conséquences, un échange que les deux États, pour des raisons différentes, ont choisi d’occulter pendant trois quarts de siècle, tout en célébrant Lausanne. C’est à cet accord exceptionnel par son caractère « forcé » (Curzon) que nous avons décidé de consacrer les numéros 50 et 51 des Cahiers Balkaniques. Loin de nous l’idée de nous pencher sur les exploits et les erreurs militaires, les horreurs perpétrées par les uns et les autres, pendant les années qui conduisirent à ce texte, nous avons voulu consacrer ce numéro à l’héritage, ou plutôt aux héritages, tant ils sont nombreux et variés, de cet accord, et ce, si possible, dans les deux pays. Il est important, en effet, de montrer que les populations des deux pays ont vécu la même tragédie, les mêmes souf­frances du déracinement, le même traumatisme, même si le nombre des intéressés et les politiques des États qui les ont « accueillis » ont différé.

5Le sujet est loin d’être épuisé par cette publication bien entendu, mais nous avons fait un réel effort pour présenter aux lecteurs des aspects souvent peu traités en France.

6À cela s’ajoute un article d’Athanassios Blessios sur la dramaturge Margarita Lyberaki. Cet article nous a été gentiment confié il y a déjà plusieurs années et il aurait été impoli de le laisser attendre davantage. Qu’Athanassios Blessios soit remercié pour sa patience. On trouvera également un article de Faruk Bilici sur la mobilisation religieuse dans la guerre d’indépendance turque qui conduisit au traité de Lausanne.

7Enfin, hommage soit rendu aux amis disparus : nous publions le compte-rendu effectué par Faruk Bilici du dernier ouvrage du grand historien ottomaniste Jacques Thobie décédé en 2020. Notre revue se doit également de saluer le départ, hélas, de deux de nos amis fidèles, Tania Velmans, grande spécialiste de l’art de l’icône et de l’art byzantin en général, codirectrice des numéros 31 et 34, décédée en 2022, et Georges Galanes, linguiste émérite et enseignant apprécié de la section de grec, décédé en 2023.

Haut de page

Notes

1 Recueil des Actes de la Conférence de Lausanne, tome 1, PV de la Première commission, p. 176.

2 Décision reportée à 1924 quand on réalise que les formalités requises seront impossibles à réaliser en trois mois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Dalègre et Nicolas Pitsos, « Éditorial »Cahiers balkaniques, 50 | -1, 5-6.

Référence électronique

Joëlle Dalègre et Nicolas Pitsos, « Éditorial »Cahiers balkaniques [En ligne], 50 | 2024, mis en ligne le 26 avril 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/19973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11rxr

Haut de page

Auteurs

Joëlle Dalègre

Inalco-PLIDAM

Articles du même auteur

Nicolas Pitsos

Inalco-CREE, BULAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search