Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Homogénéité nationale et mouvemen...

Homogénéité nationale et mouvements migratoires : imaginaires et réalités des populations échangées entre le traité de Lausanne et la guerre civile grecque

National homogeneity and migratory movements: imaginaries and realities of populations exchanged between the Treaty of Lausanne and the Greek Civil War
Εθνική ομοιογένεια και μεταναστευτικά κινήματα : φαντασιώσεις και πραγματικότητες πληθυσμών που ανταλλάσσονται μεταξύ της Συνθήκης της Λωζάνης και του ελληνικού εμφυλίου πολέμου
Christina Alexopoulos de Girard
p. 149-189

Résumés

Résumé : cet article tente de penser les mouvements de populations précédant ou faisant suite au traité de Lausanne en relation avec les représentations sociales de l’altérité dans la Grèce des années 1920, 1930 et 1940, en référence aux modalités d’accueil et d’intégration de ces réfugiés dans un pays en pleine transformation géopolitique et socioéconomique et en rapport avec leur propre engagement sociétal face aux grands enjeux de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance. Différents positionnements des acteurs sont étudiés et référés aux conditions spécifiques de chaque groupe envisagé pour mieux comprendre la place occupée par les différentes communautés dans la réalité et les imaginaires de la guerre civile grecque des années 1920 aux années 1940. Les rapports entre les populations réfugiées et le Parti communiste grec sont mis en regard avec la perception de l’expansionnisme grec par le PCG, mais aussi et surtout sa politique inclusive à l’égard de ces populations démunies, anciennement proches du Parti libéral, fragilisées par l’expérience de l’exil et par la perte définitive de leurs terres ancestrales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’État grec, après 1922, se reconstruisit sur un idéal d’homogénéisation nationale, déjà présent auparavant, appuyé sur une construction fantasmatique de pureté nationale, en faisant fi de la diversité ethnique et de la pluralité sociale et idéologique du pays, ce qui explique en partie la polarisation qui conduisit à la guerre civile ; en même temps, le discours communiste thématisa les droits des opprimés et mit en exergue l’existence des « autres Grecs », à savoir des populations minoritaires ou réfugiées, et des opposants au régime.

  • 1 Voir Tsitselikis & Christopoulos, 2008, p. 33-67.

2Après la Libération et les évènements de décembre 1944, les adversaires politiques furent massivement accusés de trahison nationale, dans une rhétorique d’exclusion qui faisait de l’opposant politique un ennemi du pays. Pour comprendre tant la déflagration qui précéda la guerre civile que le climat social et politique pendant et après son déroulement, il est important de mettre en tension les pratiques étatiques d’homogénéisation et d’exclusion avec la pluralité réelle de la société civile. Le fantasme d’homogénéité nationale se heurta immanquablement à une réalité multiculturelle. Les questions minoritaires1 s’intégrèrent dans la dynamique des conflits idéologiques autour de la guerre civile et influèrent sur les représentations de la lutte armée et de ses acteurs dans les discours politiques. Pour les besoins de cet article, nous nous limiterons à un aspect particulier de cette pluralité de fait, prise dans ce fantasme d’homogénéité, à savoir la place réelle des réfugiés liés à l’échange des populations ratifié par le traité de Lausanne en 1923. La notion de migration permet ainsi de faire le lien entre les mouvements des différentes populations, depuis l’arrivée des réfugiés de l’ex-Empire ottoman jusqu’au départ pour le bloc de l’Est des réfugiés politiques de la guerre civile grecque.

3Dans un premier temps, nous évoquerons le contexte géopolitique des mouvements migratoires de l’entre-deux-guerres. Puis, nous nous pencherons sur l’arrivée des réfugiés d’Asie Mineure, du Pont et du Caucase, sur la politique étatique à leur égard et sur leur accueil par la population locale. Dans un troisième temps, nous étudierons leur intégration politique et civile dans la société grecque et l’impact de la diversité de leurs parcours sur leur positionnement dans la guerre civile. Enfin, nous évoquerons le sort des nouveaux réfugiés, composés à la fois d’autochtones (qu’ils soient membres des différentes minorités ou pas) et d’anciens réfugiés, des populations qui quittèrent la Grèce pendant et après la guerre civile pour trouver refuge dans les démocraties populaires.

Contexte géopolitique et mouvements migratoires

  • 2 Anastassiadou, 1995-1996, p. 160-161.

4La Grèce et les Balkans du début du xxe siècle sont marqués par d’importants mouvements de populations. Meropi Anastassiadou2 évoque cet état de fait :

Le sud des Balkans et la Turquie ont connu, dès le début des années 1910, d’importants mouvements de populations en raison du climat d’instabilité qui y prévalait et des troubles politiques dont rien ne semblait pouvoir arrêter la spirale infernale. Ainsi, à l’époque des guerres balkaniques, ce sont plusieurs dizaines de milliers de musulmans qui quittent leurs foyers à Jannina, à Salonique, à Kavala, en Crète ou dans les Cyclades pour aller s’installer en Anatolie. Lorsque débute la Première Guerre mondiale, on voit de même des vagues migratoires de Grecs de Cappadoce, de la mer Noire ou de la côte égéenne de l’Asie Mineure envahir la Grèce continentale.

5Certains pensent en 1919 pouvoir rejoindre leur foyer, mais au début des années 1920, la donne change radicalement en faveur des Turcs et les populations tentées par un retour vers leurs terres d’origine perdent leurs illusions :

[…] l’entrée des troupes kémalistes dans Smyrne, en septembre 1922, entraînera un sauve-qui-peut cette fois sans retour. En l’espace de quelques semaines, près de 500 000 Grecs ortho­doxes d’Asie Mineure seront évacués vers la Grèce par les quelques 178 bateaux spécialement mis à leur disposition. En réalité, lorsque les chefs de la diplomatie alliée se réunissent en janvier 1923 à Ouchy, les jeux sont déjà faits. Le traité de Lausanne ne fait que réglementer ces mouvements.

6Pourtant

  • 3 Anastassiadou, 1995-1996, p. 161.

[…] si l’Anatolie apparaît, en janvier 1923, vidée de ses Grecs, ceux-ci se maintiennent encore en Thrace orientale, sur le littoral pontique et à Istanbul, l’ancienne capitale de l’Empire ottoman. Malgré les guerres, les pillages et les persécutions, il y a eu des optimistes, par centaines de milliers, qui n’ont pas jugé nécessaire de quitter la terre de leurs ancêtres. C’est pour contraindre ces irréductibles à partir que les experts de Lausanne ont opté pour la formule de l’échange obligatoire des populations3.

7L’idéal de l’homogénéité ethnique semble primer en ce début de siècle marqué par la montée des nationalismes, les préjugés raciaux et les politiques de purification. La diplomatie européenne propose une solution radicale et conforme à la représentation de l’État « ethniquement pur », seul moyen d’éviter de nouveaux conflits selon elle, autrement dit :

  • 4 Ibid., p. 162.

[…] la seule chose que la diplomatie européenne peut proposer… pour protéger les minorités ethniques et religieuses du Proche-Orient, c’est de les supprimer par un recours à une politique de déplacement systématique des populations4.

  • 5 Le concept d’identité « ethnique régionale » est utilisé par Maria Vergeti dans ses travaux sur les (...)
  • 6 Voir Lampsidis, 1989, p. 3.

8Les conditions de l’échange feront l’objet d’une vision radicale visant la rupture de tout lien (matériel ou symbolique) des réfugiés avec leur terre d’origine. Les biens matériels seront ainsi liquidés et les dédommagements des expropriés resteront à la charge du pays d’accueil, ce qui met fin à tout rapport entre les échangés et leur pays d’origine. Cette rupture a une incidence psychique et sociale majeure dans la mesure où elle est à l’origine d’un incommensurable sentiment de séparation, de perte et de préjudice. La liquidation des biens matériels, le démantèlement de communautés prospères ou au moins solidaires, le déracinement de familles et d’individus durement éprouvés par la guerre et/ou l’exil ont des conséquences aussi bien démographiques et économiques que sociales et culturelles. Leur installation se traduira par l’édification d’une identité spécifique en relation avec la mémoire du lieu d’origine5 et par l’intégration et une assimilation partielle dans la société grecque du savoir-faire, des apports culturels et linguistiques de ces populations venues d’Asie Mineure, de Cappadoce, de la mer Noire et du Caucase6. Elle aura également une incidence sur le rapport des forces dans le paysage politique du pays.

9Loin d’être facile, l’installation des réfugiés montre les limites des politiques d’accueil de la Grèce qui, exsangue après dix ans de conflits successifs, se trouve dans l’incapacité de bien recevoir les nouveaux arrivants. L’attente de la liquidation des biens et de leur évaluation par la commission mixte tient du mirage. Les réfugiés sont propulsés dans une réalité quotidienne de précarité et de dénuement, où il leur incombe la lourde tâche de commencer une nouvelle vie, avec peu de soutien logistique ou moral et de compenser le manque d’infrastructures et de planification par un élan et une volonté sans failles. Leur installation est d’autant plus difficile, qu’ils sont confrontés à l’absence de politique étatique clairement définie et à la rivalité, voire à l’hostilité, des populations locales. Leurs stratégies de survie s’orientent vers l’organisation de liens intracommunautaires forts, mais au fil du temps se produit également un rapprochement avec les forces les plus progressistes du pays, au détriment de leurs anciennes attaches avec le parti de Venizélos.

Accueil et perception des nouveaux arrivants

10L’installation des réfugiés se fait dans des conditions marquées par les lenteurs administratives, l’indifférence des pouvoirs publics, le manque de financements et d’infrastructures et la méfiance des populations locales. Les discours politiques et les représentations sociales dominantes construisent des images figées des réfugiés et des membres des différentes minorités (autochtones ou pas), préludes en quelque sorte des stéréotypes qui porteront sur l’altérité de l’adversaire politique, notamment de gauche, lors de la guerre civile.

L’État grec et la classe politique traditionnelle face aux réfugiés

11Auprès d’une partie importante de l’opinion publique grecque, les réfugiés sont perçus à travers des stéréotypes négatifs, véhiculés de longue date par les forces politiques les plus conservatrices. Chacune des étapes de leur arrivée en Grèce les confronte à l’animosité d’une grande partie de la population locale.

  • 7 Dans l’article 7 d’une décision votée le 21 août 1914, le centre ouvrier d’Athènes [Εργατικό Κέντρο (...)
  • 8 Rappelons que pour Ion Dragoumis, les Grecs d’Asie Mineure et les Crétois sont les instruments d’as (...)
  • 9 Sur les évènements de 1916, voir Mavrogordatos, 1977, p. 164. « Les maisons des réfugiés étaient ma (...)
  • 10 Les journaux de l’époque donnent un aperçu saisissant des conditions de vie des réfugiés. Voir l’ex (...)
  • 11 Voir Kathimerini, « Οίκαδε » [À la maison !] et Kathimerini, « Πομεράνοι » [Poméraniens].
  • 12 Kaïssidis, Pontiaka, p. 8-10.
  • 13 Sur le télégramme adressé à Aristidis Stergiadis avec l’ordre explicite de ne pas parler aux réfugi (...)

12Dès 1916, le centre ouvrier d’Athènes demande d’interdire le recrutement des réfugiés7 et les groupes fascisants de D. Gounaris et de I. Metaxás (Epistratoi), préparent des pogroms contre les réfugiés8, parce que réputés vénizélistes9. Pour ceux qui gagnent la Grèce entre 1919 et 1920, les conditions d’accueil restent très insatisfaisantes10. À un moment où l’expédition en Asie Mineure stagne et où les journaux11 et les forces royalistes12 demandent le retour des troupes bien avant la fin du conflit, les ressortissants d’Asie Mineure ne sont ni attendus ni désirés par la métropole. En juillet 1922, la loi 2670/1922, promulguée par un gouvernement qui avait empêché les habitants de la région de se préparer militairement pour contrer les représailles de l’armée turque, interdit aux populations d’Asie Mineure de quitter la Turquie, alors que les régiments grecs viennent de recevoir l’ordre de rentrer au pays. Après la défaite d’août 1922, le gouvernement continue à interdire aux populations grecques de Smyrne de partir pour la Grèce, les condamnant ainsi à subir la répression des kémalistes13.

  • 14 Missailidis, 1925, p. 25-26.
  • 15 Assez souvent, la population locale exprime le souhait de les voir tous mourir de faim ou immolés p (...)
  • 16 Voir la première de couverture du magazine Koinotis, no 50, 1923.
  • 17 Pour une vision plus positive des pontiques, mais toujours intégrée dans une narration très nationa (...)
  • 18 Rigos, 1999, p. 277 cite P. Kanellopoulos : « Une grande partie de la population, divisée depuis 19 (...)
  • 19 Voir le témoignage de Vamvakaris, 1978, p. 94 : « Les gens restaient dans les wagons de chemin de f (...)
  • 20 Liviératos, 1985, p. 27-30 : « L’insulte “germe de turc” ou encore “oglu de merde”, etc. était à l’ (...)
  • 21 Mavrogordatos, 1983, p. 193. Voir également un témoignage de réfugié dans Marantzidis, 2001, p. 89  (...)

13Quand le littoral grec est envahi par l’arrivée massive et peu planifiée de milliers de réfugiés14, les réactions de la population locale sont ouvertement hostiles15. Le parti loyaliste assimile les réfugiés à « un corps étranger à la Nation »16 et à quelques exceptions17 près, la vision négative18 des réfugiés et l’absence de solidarité19 l’emportent dans la majorité des discours20 et des pratiques des populations déjà installées. Pour les réfugiés, le contact avec les populations de Grèce s’avère tout aussi difficile21.

  • 22 La quarantaine de Makronissos infligée pour une durée de quelques mois à partir de 1922 à des réfug (...)

14L’échange des populations comporte la mise en quarantaine des nouveaux arrivants, entre autres à Makronissos, à Agios Georgios de Salamine, à Karabournou (Salonique) et à l’île de Vidos (Corfou). Comme en 1920, des milliers de réfugiés meurent dans l’antichambre de la Grèce22 et très rapidement la situation humanitaire devient alarmante.

  • 23 Voir le journal Pamprosfygiki du 16 novembre 1924, sur le fait que les habitants du village Rodoliv (...)
  • 24 Voir Pamprosfygiki du 9 novembre 1924 : « ils ont blessé 17 réfugiés, pour la plupart des femmes, a (...)
  • 25 En novembre 1936 par exemple, le directeur du Cadastre dans son rapport au Secrétaire de l’Aménagem (...)

15L’installation des réfugiés en zone rurale devait être accompagnée d’une distribution de terres menée sous la responsabilité de l’Office autonome des réfugiés, après l’engagement de l’État grec auprès de la Commission mixte de transférer à cet office une superficie de 500 000 hectares, provenant de terres laissées vacantes après le départ des musulmans et de l’expropriation de grandes ou moyennes propriétés. En réalité, des antagonismes importants à propos des terres disponibles, prévues pour les réfugiés, mais disputées par les autochtones, éclatent. Des attaques armées23 opposent souvent réfugiés et habitants dans des confrontations entre civils24. L’attribution des terres devient l’objet de toutes les convoitises à l'échelle locale et à l'échelle nationale25.

  • 26 Guizeli, 1984 ; Leontidou, 1989.

16Si certains réfugiés ont pu bénéficier des 65 484 maisons que l’État avait récupérées après le départ des musulmans échangés, la majorité d’entre eux s’est trouvée sans abri ou logée de manière très précaire (pendant de longues années sous des tentes ou des huttes de boue et de roseaux). Une légère amélioration intervient à la fin des années 1920, quand l’État grec met à disposition des réfugiés installés en zone rurale 58 062 logements, dont 43 173 avaient été construits dans la Grèce du Nord. Dans les zones urbaines (Athènes, Le Pirée, Salonique, Patras et Vólos) se pose avec acuité la question du logement, les maisons évacuées par les musulmans échangeables étant en quantité insuffisante. De manière systématique, les nouvelles habitations sont éloignées des endroits habités par les autochtones. L’espace vient signer la ségrégation, rurale ou urbaine26 des réfugiés, confinés sur des terres éloignées des populations locales, envoyés dans les régions réputées hostiles de la Nouvelle Grèce, ou encore dans des bidonvilles en périphérie des grandes villes.

  • 27 Ainsi en est-il du mot d’ordre : « Brûlez les réfugiés, ces graines des Turcs ! » scandé lors du ra (...)
  • 28 Le plus souvent, il est aisé d’établir la responsabilité (et l’impunité) des royalistes dans les ém (...)
  • 29 Kaïssidis, Pontiaka, p. 8-10.

17Les slogans politiques27 de l’époque, révélateurs des représentations sous-jacentes aux discours officiels, permettent de donner un aperçu saisissant à la fois du rejet et de l’agressivité dont les réfugiés font l’objet et de l’extrémisme ambiant, surtout de la part des royalistes28. En novembre 1923, le roi Georges II en personne refuse de se rendre dans les campements des réfugiés pour ne pas « choquer » l’électorat conservateur29.

  • 30 Voir les propos du député vénizéliste de Kozani, Kouparoussos, qui dans son communiqué d’août 1924 (...)
  • 31 Les expressions « purification de la capitale » et « séparation des Grecs au sang pur des graines d (...)
  • 32 Mavrogordatos, 1983, p. 195.
  • 33 Réplique énoncée le 24 janvier 1934 et transcrite dans Ephimeris ton Syzitiseon, p. 990, citée par (...)
  • 34 À l’image des instances ecclésiastiques, le discours de la presse se fait l’écho d’un rejet, à pein (...)

18Les discours politiques conservateurs, mais parfois même libéraux30 stigmatisent les réfugiés. La presse relaie les stéréotypes : dans les journaux de droite, on demande la « purification de la capitale » et la distinction des Grecs « pur-sang », des « graines de Turcs »31. Certains journaux, qui vingt ans plus tard s’illustreront par la véhémence de leur anticommunisme, s’expriment dans des termes clairement péjoratifs à l’encontre des réfugiés. Georgios Vlachos dans le journal Kathimerini les considère comme « un troupeau de bétail », Nikos Kraniotakis dans le journal promonarchiste Proïnos Typos estime en 1933 qu’ils devraient « porter des brassards jaunes pour être reconnus et évités des autochtones »32. Toujours en les comparant aux juifs, le député de Spetsai, Periklis Bourboulis, antisémite convaincu, dira en 1934 aux députés d’origine non helladite que les juifs de Salonique « sont plus grecs [qu’eux] »33. Même dans le discours des plus hautes instances ecclésiastiques, la discrimination est explicite34.

  • 35 Ce parti obtiendra 14,8 % des votes en 1935. Voir Livieratos, 1985, p. 27-30.
  • 36 Voir Kathimerini du 19 juillet 1928, où G. Vlachos en arrive à refuser aux réfugiés le droit de se (...)

19Pour certains cercles royalistes, comme la formation de S. Gotzamanis, Réunification de la Macédoine35, issue du parti conservateur (Laïko Komma), deux objectifs s’imposent : obtenir l’autonomie de la Macédoine et le départ définitif des réfugiés. Dans certains discours, on va jusqu’à dire que les réfugiés devraient être écartés de la vie publique du pays du fait de leur « incapacité pérenne à devenir des citoyens libres dotés de conscience politique »36. Après les élections de 1928 et la victoire de Venizélos, il y aura de nouvelles confrontations entre autochtones et immigrés, ce résultat électoral venant en quelque sorte attiser le ressentiment des royalistes, toujours hostiles aux nouveaux arrivés.

  • 37 Loi 4229, JDD 245, 25 juillet 1929 qui pénalise les actes et les intentions d’agir procommunistes. (...)
  • 38 Sur la politique du ministère des Affaires étrangères, voir le texte cité par Tsalachouris, 1982, p (...)

20L’ascension au pouvoir du candidat majoritairement soutenu par les réfugiés est loin de satisfaire les attentes des populations déplacées. À partir de 1928, lors de la mise en place de l’Idionymon37, la politique de l’État grec se modifie à l’égard des Pontiques qui devaient transiter par l’URSS avant de rejoindre la Grèce et dont l’échange était prévu et régulé par les accords de 1923 : pour éviter l’arrivée dans le pays de membres et surtout de cadres potentiels pour le PCG, formés en Union soviétique, le gouvernement décide de restreindre drastiquement la possibilité pour les Pontiques de s’installer en Grèce38.

  • 39 Dafnis, 1974, p. 10.
  • 40 Lampsidis, 1982, p. 59.
  • 41 Après Venizélos, Metaxas se rapprochera également de Kemal Atatürk. Le jour de son décès sera même (...)
  • 42 Dans les documents administratifs, il est dorénavant question d’immigrés (metanastes) plutôt que de (...)

21Pour les réfugiés, électorat traditionnel de Venizélos, une première rupture est consommée deux ans après, lors de la signature du traité gréco-turc d’amitié, de neutralité, de conciliation et d’arbitrage en date du 30 octobre 193039. À la suite de ce traité, les propriétés échangées des réfugiés qui jusque-là, en termes de droit international, continuaient à leur appartenir, bien que les deux États en fussent devenus les gestionnaires, sont estimées d’une valeur égale, malgré l’importance de celles des réfugiés grecs40, puis passent définitivement à la propriété de l’État. Les réfugiés perdent tout espoir de dédommagement équitable. Venizélos soutient également la candidature de Kemal Atatürk pour le prix Nobel de la Paix41, ce qui le discrédite auprès de la population des réfugiés, dorénavant invités à se fondre dans la société grecque, à faire oublier les particularités de leur histoire et même à taire leur nom42. C’est une rupture qui les détournera progressivement du parti libéral pour constituer les forces vives de la gauche grecque.

  • 43 Quand des Pontiques soutiennent le coup d’État de Venizélos, ils expliquent que la patrie est en da (...)
  • 44 Les actes de violence se multiplient après le coup d’État avorté de Venizélos dans les quartiers de (...)
  • 45 La presse continue à vilipender les réfugiés et à demander que les indigènes construisent des group (...)
  • 46 Pavlidis, 2009, p. 23. Voir également le témoignage d’A. Vazouras dans le journal Vima et cité par (...)

22Pour les réfugiés qui soutiennent la tentative de coup d’État de Venizélos, la patrie est la république, la monarchie en est le principal danger43. La défaite des forces vénizélistes en 1935 entraîne à leur encontre une vague de répression44, tandis que la presse continue à les dénoncer comme initiateurs de tous les maux45. Puis, après le coup d’État avorté de Venizélos, les milices royalistes se livrent à des expéditions punitives à l’égard de la population des réfugiés dans son ensemble46. L’armée connaît une nouvelle vague d’épuration et de sévères peines sont prononcées à l’encontre des militaires qui ont participé au mouvement.

23La déception éprouvée par les réfugiés, confrontés à des conditions de vie très précaires et à l’inconséquence idéologique du parti libéral, formation de référence pour ces anciens vénizélistes, la diffusion des idées communistes au sein de la classe ouvrière et paysanne, la création d’une dynamique d’entraide et de lutte sociale chez les réfugiés et la mise en place de stratégies de survie collectives, aboutissent à une montée incontestable des effectifs communistes au sein de la population déplacée. La radicalisation des réfugiés est le produit d’un contexte historique particulier qui signe leur exclusion du corps social et leur transformation en parias du système. Le parti communiste devient la seule formation politique capable de les intégrer et d’incarner leurs idéaux sociétaux.

24Dans les années 1920 et 1930, les partis communistes représentant à la fois la radicalisation sociale et l’internationalisation, ouvrent ainsi la voie à une double revendication identitaire pour les minorités de la nation grecque et pour les popu­lations réfugiées. Ce schéma est contré dans le discours étatique par la construction idéologique de « l’ennemi de la société et de la nation », fondée sur une démagogie populiste qui utilise avec un certain succès l’insatisfaction des populations moyennes ou pauvres pour stigmatiser les réfugiés.

Le Parti communiste grec et les réfugiés

25La rencontre entre le parti communiste et les réfugiés pourrait sembler de prime abord assez improbable. Résolument opposé à la guerre de la Grande Idée, le PCG a toujours vilipendé « le nationalisme grec et sa politique expansionniste » au même titre que « l’impérialisme et l’opportunisme des grandes puissances occidentales ». La convergence entre les communistes et les réfugiés ne s’effectue donc pas sur la base d’une interprétation commune de l’histoire, d’autant moins que la vision politique du PCG se modifie au gré des évolutions de l’Internationale communiste, mais à partir de la capacité de la gauche à élaborer un discours politique et une pratique sociale qui viennent en aide aux réfugiés.

  • 47 Pour un aperçu des thèses du PCG, voir l’ouvrage collectif du Centre d’études marxistes, paru en 19 (...)
  • 48 Tiré de Kokkinos, Agtzidis & Lemonidou, 2012.

26Pendant de longues décennies, les intellectuels de gauche, réfugiés ou descendants de réfugiés, se sentent obligés de reproduire le discours officiel du parti, une version de l’histoire qui pondère le rôle du nationalisme turc dans les purifications ethniques et, en même temps, souligne l’importance de l’impé­rialisme occidental et de l’irrédentisme grec dans le déclenchement de la guerre. Cette représentation continue à dominer les discours politiques du PCG47 et d’une partie considérable de la gauche grecque. Il faudra attendre les années 1980 et 1990 pour que de nouveaux schémas explicatifs fassent leur apparition48.

  • 49 Rizospastis, « Η εξόντωση των Ποντίων » [L’extermination des Pontiques].
  • 50 Voir Le PCG, Textes officiels, 1974, p. 254. Après le 18e congrès du Komintern, le gouvernement d’A (...)

27Dans son interprétation de la transition de l’Empire ottoman multiethnique à l’État-nation, le SEKE, ancêtre du Parti communiste grec, considérait déjà que la Grèce avait été instrumentalisée par l’impérialisme occidental dans ses conquêtes en Asie Mineure. Il estimait que le mouvement kémaliste était progressiste et que le peuple turc avait réagi contre l’occupation grecque de ses terres en se lançant dans une lutte de libération nationale. Dans certains textes, il est question des « classes supérieures », grecques ou turques, qui « exploitent le petit peuple », toutes confessions confondues, et pour lesquelles la guerre est un enjeu financier plus qu’idéologique49. La question de la menace physique pesant sur les minorités par le nationalisme turc montant se trouve ainsi évacuée. Quoi qu’il en soit, au début, la version de la gauche grecque reprend les thèses pacifistes de l’Internationale communiste, puis après le repositionnement de l’Union soviétique et ses déclarations relatives à la protection des populations chrétiennes dans la région, le SEKE appuie la position soviétique50. Globalement, la position officielle du PCUS aborde la question du démantèlement de l’Empire ottoman dans un esprit de sauvegarde de la place des communautés issues des minorités dans leurs territoires :

  • 51 Kordatos, 1958, p. 567 signale qu’une mission soviétique arrive en Grèce en 1922 pour proposer d’in (...)

C’est pourquoi nous voulons que les Grecs restent en Asie Mineure, non pas par sentimentalisme creux, mais par une perception réaliste de demain et d’après-demain. Les minorités de Turquie ont été d’une part un obstacle à l’islamisation totale des Balkans et de l’Est et d’autre part elles sont devenues la source qui a alimenté les mouvements de libération nationale des peuples balkaniques de 1770 à hier51.

  • 52 Voir l’article de Nikos Zachariadis qui en 1935 déclare que le PCG s’était réjoui de la défaite « d (...)
  • 53 Il est ainsi question de « la cupidité impérialiste et du nationalisme irrationnel » : Le PCG, Text (...)
  • 54 Voir la brochure du PCG à l’attention de Venizélos : « Remettez à plus tard vos rassemblements. Pen (...)

28La narration du PCG sur l’expédition en Asie Mineure et la catastrophe du Pont évolue assez peu par la suite52 : la responsabilité du conflit revient systématiquement à la bourgeoisie grecque et aux intérêts des puissances européennes53 et, accessoirement, inclue les classes les plus privilégiées de la société turque. Les réfugiés sont considérés à la fois comme les principales victimes54 de la politique de Venizélos, et comme une arme électorale de son parti.

  • 55 L’action pacifiste sur le front est menée par le groupe Kommounistiki Enosi (Union communiste), qui (...)
  • 56 Voir Vafeiadis, 1984, p. 136. Markos Vafeiadis est arrêté en septembre 1929 et condamné à 8 mois de (...)
  • 57 Rizospastis du 29 septembre 1929 : « La Grèce n’est pas divisée en indigènes et en réfugiés. La Grè (...)
  • 58 Pour la description d’une coopérative typique, voir celle de la coopérative de Megali Vrysi à Kilkí (...)

29Malgré (ou peut-être en raison de) sa politique internationaliste et pacifiste, qui avait placé les communistes et les archeiomarxistes55 aux antipodes de la politique expansionniste de Venizélos, le PCG intègre dans ses rangs de nombreux réfugiés qui, par moments et par endroits, deviennent majoritaires dans ses formations56. Le parti communiste se réfère toujours de manière solidaire aux populations réfugiées, ouvrières ou paysannes, de fait parmi les plus pauvres du pays. Dans ses publications, il s’adresse à eux en les appelant « frères déplacés », et en citant comme destinataires de ces textes trois catégories sociales : les ouvriers, les agriculteurs et les réfugiés. Il substitue à la ligne de démarcation séparant les indigènes des nouveaux arrivés, une nette distinction fondée sur la différence de classe et prône la collaboration entre « travailleurs autochtones et réfugiés »57. Il se fait constamment l’écho de leurs revendications et luttes sociales : mise en place de coopératives58 en zones rurales, syndicalisation des ouvriers, organisation des grandes manifestations de 1936.

30Les communistes grecs se mettent en relation, dès mars 1919, avec des communistes pontiques lors de leurs efforts pour établir une connexion avec le Komintern. Des cadres du Komintern, souvent formés au КУТВ, viendront en Grèce prendre la direction du PCG, tandis que certains réfugiés feront partie des premiers communistes de Grèce. En 1927, Andronikos Chaïtas, communiste d’origine pontique (de Sokhoum) devient secrétaire général du Parti. L’adhésion des réfugiés aux idées de la gauche est très importante, notamment dans les centres urbains et les régions de la Macédoine où se sont installés des réfugiés originaires de Kars, déjà sensibilisés aux idées révolutionnaires par leur contact avec le communisme de Russie. La spécificité des ressortissants de Kars, c’est d’avoir été influencés par l’idéologie communiste qu’ils avaient découverte en Russie où ils ont vécu pendant 40 ans après leur émigration du Pont, intervenue en 1878, après la guerre russo-turque. Après leur installation en Grèce, ils se sont tournés vers le mouvement communiste et ont massivement adhéré au parti embryonnaire de cette époque ou à des formations similaires : des figures emblématiques du Parti socialiste et plus tard de l’EDA (comme Yannis Passalidis) ou le fondateur du Parti agraire (Kostas Gavriilidis) font partie de cette communauté.

  • 59 Citation extraite du blog Kafkasios-pontokomitis qui reprend la conclusion de Athanassiadis & Micha (...)

Les Caucasiens « auront la première place », ils seront « les gens du parti [PCG] qui ne reculaient devant rien » (Vafiadis 1929), ils participeront aux mobilisations rurales des années 1930 (Gavriilides-Kilkis) et réagiront avec dynamisme contre l’arbitraire policier (Metamorphosis Kilkis 1930 ; Metallic Kilkis 1931 ; Pontokomi 1932-33). Ainsi, dès 1930, l’opinion prévaudra que « dans toute la région de Kilkís et surtout dans certains villages frontaliers habités par des Caucasiens, le communisme s’est répandu d’un bout à l’autre » (Empros, 12 mars 1930, p. 3). C’est un Caucasien qui lancera et dirigera la révolution étudiante, unique pour l’époque, contre l’autoritarisme arbitraire de certains professeurs (au collège Valtadorio de Kozani, 1934). Les Caucasiens seront les premiers maires de gauche de l’époque. Après Partsalides (Kavala 1934), les premiers maires de gauche de la communauté seront élus parmi les “Caucasiens” : Tsoukalas (Pontokomi, 1934), Mendesides (Pontokomi, 1935) et Gavriilides (Kilkís, 1936) comme maire. Peu avant et pendant la dictature de Metaxás, plusieurs d’entre eux se retrouveront en exil dans des îles désertes59.

31On retrouve ces Caucasiens dans la Résistance et la guerre civile :

  • 60 Ibid. Les références citées n’étant pas présentes dans la bibliographie finale, nous invitons le le (...)

Les Caucasiens prendront la tête de l’organisation de la résistance contre l’occupant à travers l’EAM et l’ELAS (dans les 16e, 27e et 28e détachement de l’ELAS), intégrés aux autres groupes ethniques de la région : les Slavo-Macédoniens, les Valaques, les Arvanites (II/28 ou détachement Vitsi). Ils participeront à la création d’écoles slavo-macédoniennes à Florina (Kalaitzidis, automne 1944). Ils participeront aux opérations contre les séparatistes de Gocce (Kofidis, commandant III/27, octobre-novembre 1944). Ils se heurteront aux partisans de PAO, par qui ils seront chassés pendant l’Occupation et qu’ils chasseront à leur tour pendant la période de la guerre civile (Kilkis-Petrana-Pontokomi). Ils deviendront ainsi la cible des paramilitaires (Kryovrisi-Kokkinia Kilkís, automne 1946). On dira que les Caucasiens « étaient les plus fanatiques des séparatistes » (F. Dragoumis, début 1946) et que « la propagande communiste s’est répandue surtout parmi des Valaques, des colons caucasiens et quelques slavophones » (S. Melas-V. Tsibidaros, novembre 1946). Les Caucasiens seront « absents » des élections de 1946. Ils deviendront donc la cible des bataillons de MAY. Ils rejoindront l’Armée démocratique et feront souvent partie du corps perçu comme slavo-macédonien (18e et 107e brigades de l’AD). Les réfugiés « caucasiens russes » sont désormais des « scélérats de langue grecque »60

  • 61 Sur les luttes sociales incarnées par le PCG et son attitude à l’égard des réfugiés, voir Livierato (...)
  • 62 Ibid.
  • 63 Voir Koinotis, no 47, 1923.
  • 64 Voir Pelagidis, 1994, p. 188. Yannis Passalidis, député socialiste, s’adresse aux parlementaires d’ (...)
  • 65 Makedonia, « Εις το συνέδριον των Καυκασίων προσφύγων οι ληφθείσαι καταυτό αποφάσεις » [Au congrès (...)

32Le parti communiste constitue une force de lutte pour les droits des minorités et des réfugiés61, une alternative plausible au vénizélisme qui constitue le choix électoral, presque par défaut, des réfugiés. Dans le premier congrès de l’Association des Grecs du Caucase qui a lieu à Salonique le 23 septembre 1923, son vice-président, Yannis Passalidis, ancien menchevik originaire du Pont et membre du Parti socialiste, propose une alliance électorale de l’ensemble des réfugiés (de Thrace orientale, du Pont, de l’Asie Mineure)62 avec le Parti des libéraux après l’engagement des candidats vénizélistes de prendre une série de mesures favorables à l’insertion des réfugiés63, condamne les antagonismes entre indigènes et réfugiés64 et propose une lecture fondée sur les intérêts communs des deux populations et l’orientation idéologique de leurs choix politiques65. Un cap est franchi après l’élection de Mitsos Partsalidis comme maire de Kavala en 1934.

  • 66 Même si auprès des populations originaires de Kars, les idées communistes sont assez répandues, dès (...)
  • 67 La représentation à Pontokomi en Macédoine Occidentale d’une pièce anticapitaliste de G. Fotiadis, (...)
  • 68 Voir les travaux du séminaire d’histoire pour l’Asie Mineure et les réfugiés, organisé par l’univer (...)

33En résumé, pendant l’entre-deux-guerres, les populations réfugiées sont majoritairement libérales, mais l’adhésion d’une partie d’entre elles aux idées communistes s'effectue progressivement66 et s’intensifie après les accords de 1930 entre Venizélos et Kemal. Le contact avec les idées communistes modifie l’identité politique des communautés des réfugiés, il se manifeste par la mise en place d’activités culturelles et éducatives, la poursuite et l’élargissement des coopératives, l’intensification de la revendication sociale et du militantisme politique. Il donne lieu également à des confrontations fréquentes avec les forces de l’ordre67 et, déçus de la politique de Venizélos, nombreux sont ceux qui s’orientent vers une radicalisation dont l’EAM, le mouvement de Résistance de gauche saura plus tard tirer profit68.

34Cela dit, la grande hétérogénéité de la population des réfugiés qu’expliquent des différences d’histoire et de lieu d’origine, de langue et de culture, de mode d’organisation sociale et de tradition familiale, se manifeste par une divergence au niveau des engagements politiques de chaque communauté. Les conditions de vie à l'échelle locale (très différentes selon les régions, l’habitat, l’installation en zone rurale ou urbaine), les réseaux de parenté et d’amitié, les alliances électorales sur le terrain, les rapports avec d’autres groupes issus des minorités ou d’autres communautés de réfugiés, les accords conclus entre chefs de guerre ou avec d’autres groupes armés, concurrencent les décisions prises en haut lieu et jouent un rôle majeur dans le positionnement des communautés des réfugiés pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre civile. Leur engagement politique est à entendre comme un des résultats, localement et temporellement possibles, de cette rencontre entre l’héritage de l’histoire communautaire et les conditions de vie dans le lieu d’accueil, sous la pression des enjeux sociaux, économiques, culturels et idéologiques de l’actualité. L’importance des choix individuels ne doit pas non plus être sous-estimée, certaines personnes ont pu aller à contre-courant des choix majoritaires de leur communauté d’appartenance.

Les réfugiés dans les années 1940

35Quel est en effet le positionnement idéologique des communautés de réfugiés à la veille et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre civile ? Quelles pratiques sociales et militaires en découlent ?

36La rencontre avec les idées et les pratiques du Front de libération nationale (EAM) a un impact très différent sur les divers groupes de réfugiés, en relation étroite avec les particularités de chacune des communautés et de son lieu d’installation. Sous l’Occupation, la stratégie de front populaire, menée par l’EAM, parvient à rassembler beaucoup de personnes issues des réfugiés (de la première ou de la deuxième génération) qui, dans l’entre-deux-guerres, ont participé aux luttes antimonarchiques. Les réfugiés d’Asie Mineure et de Thrace orientale se positionnent majoritairement du côté des forces de l’EAM. Très présents dans la périphérie des grandes villes et dans les régions du nord de la Grèce, en Macédoine et en Thrace (dont le département « rouge » de l’Évros), ils sont sensibles aux idées de libération nationale et de progrès social.

  • 69 Pour une présentation des différentes perceptions et des divers noms attribués à ces populations d’ (...)
  • 70 Hatzianastassiou, 1998. Voir Hatzianastassiou, 2003.
  • 71 Sur les populations pontiques turcophones qui se sont majoritairement rangées du côté des forces an (...)
  • 72 Pour un exemple local de participation de ces forces dans l’EEE (Organisation nationale « la Grèce  (...)

37Les populations pontiques et caucasiennes, du fait de leur éloignement géographique de la métropole et de leur dispersion sur une superficie importante, présentent une très grande diversité et des spécificités culturelles et linguistiques69 qui les différencient et expliquent en partie certaines particularités de leurs parcours politiques ultérieurs. Riches de leur expérience de la lutte armée, acquise pendant le maquis contre l’armée turque, les Pontiques turcophones qui, en 1925, attaquent la Bulgarie pour venir en aide à l’armée grecque70, se placent majoritairement du côté anticommuniste71, dans les forces de la collaboration72 pendant l’Occupation et dans les milices d’extrême-droite durant la guerre civile, tandis que les réfugiés originaires du Caucase jouent un rôle majeur dans le développement de la Résistance communiste et dans la lutte de l’Armée démocratique.

  • 73 Dans le camp de concentration pour communistes de l’Acronauplie, inauguré par le dictateur Metaxás, (...)
  • 74 Empros, 23 novembre 1946, p. 3.
  • 75 Voir Marantzidis, 2005, p. 163. Les journaux conservateurs mettront systématiquement en avant les o (...)
  • 76 Le 13 juin 1949, Staline a fait déporter en Asie Centrale les populations pontiques de Russie. Voir (...)
  • 77 Certains sont déportés vers la mer Noire que leurs parents avaient dû quitter quelques 30 ans plus (...)

38Les « Caucasiens », en tant que communistes convaincus, subissent les représailles du régime de Metaxás73, participent activement à la Résistance communiste74 avec d’autres groupes issus des minorités (Macédoniens slavophones et Valaques), s’impliquent dans la création d’écoles macédoniennes et dans les luttes estudiantines, prennent une part très active dans la guerre civile du côté de l’Armée démocratique75 (souvent dans des bataillons macédoniens) et, à la fin du conflit, quittent la Grèce pour le bloc de l’Est. Les purges et les déportations staliniennes ne les épargnent pas, les populations grecques de Russie font l’objet de persécutions massives tout au long des années 1930 et 194076 et nombreux sont ceux qui, partis pour fuir une persécution, se retrouvent pris dans une autre77.

  • 78 Des réfugiés avaient participé aux actions de l’organisation antisémite Ethiki Enosis Ellas (Union (...)
  • 79 Voir le télégramme adressé au Führer, après l’échec de sa tentative d’assassinat, par Kisa Baçak, c (...)

39En même temps, des réfugiés non communistes, et notamment d’anciens vénizélistes turcophones, chefs de guerre en Macédoine orientale, mettent en place des organisations nationalistes, qui collaborent avec les forces d’Occupation. Si dans le cas de certains réfugiés, le choix du camp nazi remonte à l’antisémitisme de l’entre-deux-guerres78 et s’explique par l’inscription des pratiques présentes dans une continuité idéologique79 avec des actions passées ; dans d’autres cas, la lutte armée de ces groupes est liée à la tradition à la fois d’insoumission et d’opposition aux idées progressistes dont ces communautés (ou au moins les personnes qui en ont le pouvoir décisionnel) sont porteuses. Dans tous les cas, elle résulte du rapport de forces institué dans la région : enjeux locaux qui dans la « Nouvelle Grèce » l’emportent sur les décisions des organisations prises à échelle nationale ; accords passés entre chefs de guerre, hommes politiques et notables du pays ; antagonismes (identitaires, économiques, politiques) qui dominent dans le monde rural les relations entre les différentes communautés depuis l’entre-deux-guerres et l’Occupation.

40Les groupes nationalistes sont nombreux en Grèce du Nord où la supposée menace slave semble plus proche. L’étude de Nikos Marantzidis sur les chefs de guerre nationalistes de Macédoine et de Thrace a recensé 303 bandes dans les deux provinces et donc à peu près 10 000 hommes en 1944. Leurs chefs sont plus âgés que ceux de l’ELAS (pour 67 %, ils ont entre 25 et 45 ans), et sont agriculteurs, éleveurs ou gardes champêtres. Ils sont originaires des régions annexées par la Bulgarie (Thrace et Macédoine orientale), des contrées où le PCG était très fort dans les années 1930 : en 1936, un cinquième de ses voix viennent des départements de Kavála, Drama et Serrès.

  • 80 Marantzidis, 2005, p. 196-207.

41En Macédoine, une grande partie des Pontiques turcophones ou hellénophones joue un rôle très actif dans les milices et les bataillons équipés par les nazis80, en mettant à profit l’expérience de la guérilla dans le Pont et en manifestant ainsi l’anticommunisme de la communauté :

  • 81 Dalègre, 2008, p. 362.

Ponticophones ou turcophones, isolés du reste du pays par la langue, la pauvreté, l’absence de communications, le peu de scolarisation, ils sont mal intégrés et forment face au monde extérieur, des noyaux très solidaires. Ils ont derrière eux une longue tradition de lutte et de résistance dont ils ont fait une véritable épopée, ils sont souvent monarchistes, par opposition à Venizélos qui n’a pas soutenu leurs demandes en 1918-1920, et farouchement anticommunistes en raison des accords conclus entre Lénine et Atatürk à leurs dépens, et des difficultés vécues par leurs parents réfugiés en URSS81.

  • 82 Nikos Marantzidis présente la version des Pontiques turcophones qui attribuent leur collaboration a (...)
  • 83 Naturellement, les choix pris par les communautés de réfugiés restent des engagements collectifs qu (...)
  • 84 Voir Textes de la Résistance nationale, 1981, p. 282 : « [L’ELAS] prévient tous ceux qui participen (...)
  • 85 Sur le déclenchement d’une dynamique propre à la guerre, avec un cycle de violences qui embrasent d (...)
  • 86 Voir Kalogrias, 2008, p. 127-200.
  • 87 Sur la bataille de Kilkís, voir Agtzidis, Imerisia, Kilkís, 5, 6 et 7 novembre 2008. Voir aussi Pan (...)

42Dans la narration dominante de ces populations, leur engagement anti­communiste remonte à l’Occupation et s’explique par la violence des conflits avec l’ELAS82. Les craintes liées à une possible autonomisation de la Macédoine, que la collaboration entre les partisans de l’ELAS et les nationalistes macédoniens slavophones laisse entrevoir, accentuent leur appréhension de devoir quitter la région et renforcent leur anticommunisme. Les liens de parenté et d’alliance qui unissent les communautés turcophones entraînent l’adhésion de clans entiers83 aux milices anticommunistes. Les représailles de part et d’autre84 touchent également la communauté étendue, la perception de la responsabilité reste collective85. L’ELAS attaque les villages turcophones de la Macédoine occidentale et Konstantinos Papadopoulos, allié des Allemands, détruit les villages de la Macédoine centrale86 et notamment au nord de Kilkís87.

  • 88 Kisa Baçak, pontique turcophone, né en 1884 à Merzifon et habitant à Koukos (en Piérie) a utilisé l (...)
  • 89 Voir un témoignage intéressant sur la personnalité d’Anton Çavus (en grec Tsaous) par un jeune capi (...)
  • 90 Voir l’exemple typique de Mesovouno (à Kozani) sur le site du Réseau de villes et de villages ayant (...)
  • 91 Dordanas, 2006, p. 17-33.

43Des chefs de guerre expérimentés comme Kisa Baçak88 (Kyriakos Papadopoulos), Michal Aga (Michail Papadopoulos), Anton Çavus89, Konstantinos Papadopoulos, Panagiotis Dadoulis et Athanassios Kapnopoulos collaborent activement avec les forces de l’Axe et font la guerre aux organisations de résistance. Ils exercent de grandes pressions sur les membres des communautés pontiques pour les contraindre à les suivre et détruisent systématiquement tous les villages de la région qui résistent à l’occupant nazi90. Les populations civiles sont prises dans un déferlement de violences, entre actes de résistance et représailles des forces de collaboration. À la fin de l’Occupation, la violence s’exacerbe dans les deux camps. Après le départ des Allemands, le 4 novembre 1944, la bataille de Kilkís91 oppose 7 500 à 8 000 Pontiques turcophones, membres des Bataillons, aux rebelles de l’EAM et se solde par la défaite des collaborateurs des nazis. Les pertes sont énormes des deux côtés dans cette bataille, considérée comme une étape majeure de « la guerre civile pontique ». Les nationalistes avaient fortifié plus de 50 villages en Macédoine centrale et occidentale, ils ont tous été repris par l’ELAS après de sanglants combats en automne 1944.

  • 92 Le député du Laïkon Komma (Parti populaire) Philippos Dragoumis propose le déplacement de la zone f (...)

44Puis, pendant la Terreur blanche et la guerre civile, des milices d’extrême droite dans le nord de la Grèce, majoritairement composées de Pontiques turcophones, et les groupes de l’Armée démocratique, composés en grande partie d’autochtones, hellénophones ou slavophones et de réfugiés, en grande partie des Caucasiens92, continuent à se confronter et impliquent dans leur lutte armée et dans les représailles des adversaires les populations civiles des villages « passés à gauche ou à droite ».

  • 93 Voir le témoignage de Lazik dans Pavlidis, 2009, p. 77.
  • 94 Sur les difficultés liées à cette reconnaissance, voir Fotiadis, avril 2008, p. 12-13.
  • 95 Voir Eleftherotypia, « Η δήλωση του Μπατούμι » [ La Déclaration de Batoumi] : « Les voyages de Grec (...)

45Les années 1940 marquent donc une rupture pour les communautés des réfugiés. La séparation entre Pontiques turcophones ou « Bafralidès » (Bafra est une ville du Pont), collaborateurs des forces d’occupation, dont les autres Pontiques contestent l’identité ethnique, et « Aoutides » ou Pontiques hellénophones, majoritairement de gauche, considérés par les turcophones comme usurpateurs de leur mouvement de lutte armée93, est consommée. Ce n’est qu’après la Metapolítefsi qu’un nouveau rapprochement entre les différentes communautés pontiques aura lieu autour de la question de la reconnaissance du génocide94 et de la reconstruction d’une mémoire de passé commun en mer Noire. À partir de 1985, des rencontres pontiques ont lieu tous les quatre ans à Batoum dans le Caucase. En 1996, dans la « Déclaration de Batoumi »95 a été fixé un certain nombre d’objectifs relatifs à la sauvegarde de monuments historiques et des sites religieux, ainsi qu’aux voyages des Grecs en Turquie et en Géorgie et au pèlerinage annuel à Notre-Dame de Sumela. Si la mémoire des années 1940 continue à diviser les descendants des réfugiés, d’autres références historiques permettent de les rapprocher.

De nouveaux réfugiés pendant la guerre civile

46Pour clore cette réflexion sur les flux migratoires autour du traité de Lausanne et sur leurs conséquences dans la vie politique, sociale et économique du pays dans les années 1940, il est important d’évoquer les nouveaux réfugiés que crée la guerre civile. À côté des populations déplacées à l’intérieur du pays par l’armée gouvernementale pour couper le soutien logistique et l’aide morale aux combattants, un nombre considérable de civils ou de combattants ont quitté la Grèce de manière provisoire ou plus durable pendant et après la guerre civile.

47Ce sont d’abord d’anciens résistants qui, pour échapper à la Terreur blanche qui se développe en 1945 et 1946, passent la frontière yougoslave et que les autorités communistes regroupent alors dans des camps en Macédoine et surtout dans le village (dont des populations d’origine allemande viennent d’être chassées) de Bulkes en Voïvodine.

48Puis, entre la fin 1947 et le mois d’août 1949, pour des raisons historiques et géographiques, la majeure partie de la guerre civile se déroule en Grèce continentale, dans le massif du Pinde et, au fur et à mesure du repli de la guérilla de plus en plus près des frontières du nord du pays. Les combattants se replient sur la Bulgarie, la Macédoine yougoslave ou l’Albanie pour trouver du repos et des soins, échapper à leurs poursuivants, quitte à passer ensuite par une autre frontière pour rentrer en Grèce. Des villageois, chassés de chez eux par l’armée gouvernementale, choisissent de passer la frontière. En 1948, face à la politique gouvernementale qui regroupe, de gré ou de force, les enfants des régions de combat, des familles « suspectes » ou condamnées, dans des orphelinats d’État dans le but de les endoctriner, l’Armée démocratique choisit de réunir, de gré ou de force, les enfants de ses partisans ou des zones montagneuses pour les « mettre à l’abri » de l’autre côté de la frontière.

  • 96 Sur l’installation en Bulgarie, voir Tsekou, 2010.
  • 97 Sur la mémoire des réfugiés de Tachkent, voir le travail photographique de Poulos, 2010.

49Enfin, en août-septembre 1949, les derniers combattants des monts Vitsi et Grammos, pour échapper à la mort après la défaite, passent eux aussi la frontière vers les trois pays voisins du nord. Au total, entre 80 000 et 100 000 personnes se déplacent. Une grande partie des migrants appartient à des minorités, et la propagande gouvernementale essaie d’assimiler l’ensemble de « ces étrangers » à des apatrides, en les privant de leur nationalité. Ces réfugiés, déchus de la nationalité grecque, dans l’impossibilité de rentrer « au pays », se trouvent à la merci de l’entraide des pays communistes voisins. L’Albanie ne conserve que les Tchams et envoie les autres vers la Yougoslavie ou l’URSS par bateau. La Macédoine yougoslave intègre une partie des Slavophones (20 000 à peu près) et répartit les autres entre les autres États communistes de l’Europe orientale, certains d’entre eux retrouvent en Roumanie d’autres réfugiés, venus par la Bulgarie96. D’autres sont installés en Tchécoslovaquie et en Pologne. Enfin, l’URSS accepte plusieurs dizaines de milliers de personnes, slavophones ou non, et, à la recherche de main-d’œuvre pour mettre en valeur les terres vierges de l’Asie centrale, elle les installe obligatoirement le long du Syr-Daria, autour de Tchimkent et à Tachkent97. Les réfugiés politiques en dehors de la Yougoslavie titiste atteignent 56 000 personnes, ils représentent des populations agricoles, de faible revenu et peu instruites. D’une certaine manière, ce sont les populations les plus précaires, souvent d’origine minoritaire ou d’anciens réfugiés, qui connaissent ce nouvel exil.

  • 98 Sur la politique de l’État grec face aux nouveaux réfugiés de l’URSS, voir Agtzidis, 2001 [1997], p (...)
  • 99 Kyriakatiki Eleftherotypia, 28 janvier 2001, p. 50-51.

50À la déception de la défaite vient s’ajouter le choc culturel de l’installation dans des pays, pour certains, entièrement différents de la Grèce. Les réfugiés politiques y vivent l’exil en terre inconnue, les désillusions de la réalité communiste face aux rêves du passé, les difficultés infinies pour obtenir la réunion des familles dispersées entre les pays de l’Est, les luttes internes entre les factions communistes, la déstalinisation… Le retour en Grèce après la fin de la guerre froide, pour ceux qui l’ont tenté, était loin d’être simple ; l’État grec a mal reçu les migrants de l’ex-URSS98 et, à partir des années 2000, leur a appliqué le concept d’« étrangers hellénisés, néo-grecs »99.

51Le vingtième siècle a marqué une délimitation de l’espace hellénique et une multiplication des mouvements de populations. L’arrivée et l’installation des réfugiés d’Asie Mineure, de Thrace orientale et du Pont et leur cohabitation avec les différentes minorités essentiellement dans les Νouveaux Τerritoires du nord de la Grèce jouent un rôle déterminant dans le déclenchement des mouvements de résistance et de réaction, très marqués par les spécificités administratives, ethniques et économiques de la région et le parcours militaire, idéologique et identitaire (spécificités linguistiques, religieuses et culturelles) des communautés impliquées.

Conclusion

52L’État grec dans ses frontières actuelles est le résultat d’une évolution rapide et violente, intervenue au xxe siècle après des conflits armés et un échange des populations qui modifièrent la démographie et la géographie humaine du pays. Quand l’expansion territoriale de la Grèce s’arrêta, la question de l’intégration dans le pays des populations de réfugiés originaires d’un empire multiethnique et sans expérience préalable de la vie dans un État-nation se posa avec acuité. La cohabitation de populations qui n’avaient jamais coexisté auparavant et une politique d’hellénisation active des minorités dans les Νouveaux Τerritoires du nord de la Grèce créèrent des tensions supplémentaires à la fois dans les rapports de l’État avec les différents groupes ethniques et dans les relations des diverses communautés entre elles. Avec l’installation massive de réfugiés orthodoxes (hellénophones ou turcophones) dans les aires rurales du nord de la Grèce, la réforme agraire en faveur des réfugiés et une politique discriminatoire à l’égard des minorités, la politique gouvernementale tenta d’obtenir l’homogénéisation nationale en Thrace et en Macédoine. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le contraste entre la Vieille Grèce, conservatrice et relativement homogène et la Nouvelle Grèce, multiethnique et pluriconfessionnelle, est saisissant.

  • 100 Prévélakis, 2006, p. 65. L’auteur pense les évènements de la guerre civile ainsi que les mouvements (...)

Dans le Sud, il y avait la Vieille Grèce, l’espace unifié déjà au xixe siècle et ayant une expérience plus ou moins longue de vie sous l’influence d’Athènes. Au nord de l’Olympe commençait la Nouvelle Grèce. Ce clivage se reflétait sur tous les aspects de la vie économique, politique et sociale. Il se manifestait aussi au niveau électoral, puisque la Vieille Grèce était conservatrice et royaliste, tandis que la Nouvelle Grèce était libérale et vénizéliste.100

53Durant l’Occupation ressurgirent souvent de manière violente les conflits déjà sous-jacents à l’entre-deux-guerres. L’arrivée massive de réfugiés depuis les confins de l’ex-Empire ottoman, dans les années 1920 et la présence d’une mosaïque de populations minoritaires dans le nord de la Grèce influèrent sur les dynamiques politiques et sociales tout au long du xxe siècle. Dans les évènements des années 1940, les réfugiés, venus d’Asie Mineure, de Thrace orientale, du Pont ou du Caucase vingt ans plus tôt, jouèrent un rôle décisif, à mettre en perspective à la fois avec leur intégration partielle dans une société grecque qui se défendait de sa multiethnicité, mais comportait de très nombreuses minorités locales, et avec les stéréotypes véhiculés par les autochtones sur ces figures de l’altérité, des « Grecs venus d’ailleurs », pas toujours hellénophones, avec une identité culturelle et linguistique bien marquée.

54Les représentations des réfugiés d’Asie Mineure témoignent de la violence symbolique exercée à l’égard de ces populations par des pouvoirs publics et parfois des communautés autochtones très peu enclins à les accueillir. Des images stéréotypées d’une altérité menaçante ont été largement véhiculées par la presse conservatrice qui a vu en eux des ennemis potentiels dans un climat de xénophobie et de nationalisme massifs. La diabolisation des réfugiés, « graines de Turcs », se retrouve dans la perception des migrants en temps réel, mais aussi plusieurs années après, pendant la guerre civile, dans la nouvelle rhétorique d’extrême-droite qui attaque leurs descendants, ceux-là mêmes qui peuplent les quartiers populaires des grands centres urbains.

55Les différentes communautés de migrants autour des accords de Lausanne ont appréhendé différemment leur intégration à la Grèce dans les années 1920 et 1930, alors que d’importants mouvements de population ont eu lieu dans les années 1940 dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre civile. Sur le plan de leur engagement politique dans les évènements qui allaient faire revivre au pays un deuxième « schisme national », à savoir l’expérience de la Résistance et de la guerre civile, les positionnements des acteurs ont été diversifiés avec un alignement majoritaire des Pontiques et notamment des pontiques turcophones en milieu rural avec les thèses et les actes des groupes ultranationalistes, alors que dans les centres urbains ou dans des collectivités agricoles, des populations originaires d’Asie Mineure traditionnellement proche de Venizélos et de ses idées centristes-libérales, ont massivement basculé dans la gauche procommuniste et agraire. Les conditions d’accueil difficiles en Grèce et la paupérisation de ces populations après leur expérience d’exil, leur identification avec le discours de changement sociétal porté par la gauche grecque pendant la Résistance et après la Libération, la quête d’un modèle plus inclusif et plus égalitaire, garant de leurs droits fondamentaux, ont certainement joué en faveur de cette radicalisation de leurs positions idéologiques dans un contexte de polarisation extrême entretenu par l’expérience de la lutte de libération nationale et de justice sociale représentée par le Front de libération nationale, EAM.

  • 101 Sur les questions d’urbanisation, voir les travaux de Leontidou, 2015, p. 86–106. Consulter égaleme (...)

56Les banlieues rouges d’Athènes101, majoritairement peuplées de réfugiés allaient devenir progressivement le symbole de la lutte contre l’occupant nazi, mais aussi contre le collaborationnisme grec et le retour à l’ordre monarchiste imposé par les Britanniques. L’expérience solidaire de renouveau social expérimentée pendant la Résistance, le tribut de sang payé dans la lutte contre le nazisme, l’espoir d’un avenir plus juste et plus solidaire, ont soutenu cet engagement politique et citoyen. Des modes d’action subversifs, des structures d’entraide communautaire inédites, des tentatives de résister collectivement et individuellement allaient voir le jour et constituer un modèle alternatif qui continuerait à inspirer la pensée révolutionnaire grecque. Face aux tentatives d’homogénéisation forcée de l’État, les réfugiés ont pu constituer une forme d’altérité qui a grandement participé à la diversité et à la pluralité de la société grecque.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et thèses

Alexopoulos de Girard Christina, 2017, Représentations mémorielles de la guerre civile grecque dans le discours des vainqueurs et des vaincus, Classiques Garnier, Paris.

Agtzidis Vlassis Αγτζίδης Βλάσης, 1997, Παρευξείνιος Διασπορά. Οι ελληνικές εγκαταστάσεις στις βορειοανατολικές περιοχές του Εύξεινου Πόντου. [La diaspora des côtes du Pont-Euxin. Établissement des Grecs dans les régions nord-est du Pont-Euxin], Kυριακίδης [Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 784 p, réédition 2001.

Agtzidis Vlassis Αγτζίδης Βλάσης, Kokkinos Giorgos Κόκκινος Γιώργος & Lemonidou Elli Λεμονίδου Έλλη, 2010, Το τραύμα και οι πολιτικές της μνήμης ενδεικτικές όψεις των συμβολικών πολέμων για την ιστορία και τη μνήμη [Le traumatisme et les politiques de la mémoire. Aspects caractéristiques des guerres symboliques pour l’histoire et la mémoire], Ταξιδευτής [Taxideftis], Αθήνα [Athènes], 336 p.

Amoiridis Kolias Αμοιροίδης Κολιάς, 2009, Έχεις Φωνή, Πρέπει να εξοντωθείς [Tu as une voix, tu dois être exterminé], Επίκεντρο [Epikentro], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 416 p.

Athanassiadis Andréas Αθανασιάδης Ανδρέας & Michaïlidis Christos Μιχαϊλιδης Χρήστος, 2010, Γεννηθείς εις Καύκασον Ρωσίας [Né dans le Caucase de Russie], 384 p.

Dalègre Joëlle, 2008, Andartika. Chants de la Résistance grecque, l’Harmattan, Paris, 416 p.

Dafnis Grigoris Δάφνης Γρηγόρης, 1974, Η Ελλάς μεταξύ δύο πολέμων 1923-1940 [La Grèce entre deux guerres 1923-1940], 1. Ο βενιζελισμός κυβερνά [1. Le vénizélisme gouverne], Κακτός [Kaktos], Καλλιθέα [Kallithea], 896 p.

Dragoumis Philippos Δραγουμης Φίλιππος, 1949, Προσοχή στη Βόρεια Ελλάδα 1945-1949 [Attention à la Grèce du Nord, 1945-1949], Εταιρεία των Μακεδονικών σπουδών [Société des études macédoniennes], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 72 p.

Floudzis Andonis Φλούντζης Αντώνης, 1979, Ακροναυπλία και Ακροναυπλιώτες [L’Acronauplie et ses détenus], Καπόπουλος [Kapopoulos], Αθήνα [Athènes].

Gavriilidou Nitsa Γαβριηλιδου Νίτσα, 1988, Ο πατέρας μου Κώστας Γαβριηλίδης [Mon père Costas Gavriilidis], Εντός [Endos], Καισαριανή [Kaisariani], 304 p.

Gazi Effi Γαζη Έφη, Karamanolakis Vangelis Καραμανωλάκης Βαγγέλης & Liakos Antonis Λιάκος Αντώνης, 2012-2015, H ελληνική ιστοριογραφία στον 20ό αιώνα. Προβληματισμοί για την εθνική ταυτότητα και τον εκμοντερνισμό [L’historiographie grecque au xxe siècle : Réflexions sur l’identité nationale et sur la modernisation].

Guizeli Vika Γκιζέλη Βίκα, 1984, Κοινωνικοί μετασχηματισμοί και προέλευση της κοινωνικής κατοικίας στην Ελλάδα 1920-1930 [Transformations sociales et origines de l’habitation sociale, 1920-1930], Επικαιρότητα [Epikairotita], Αθήνα [Athènes], 352 p.

Hatzianastassiou Tassos Χατζηαναστασίου Τάσος, 1998, Ένοπλες ομάδες αντίστασης κατά της βουλγαρικής Κατοχής της Ανατ. Μακεδονίας και της Δυτ. Θράκης, 1941-1944 [Groupes de résistance armée à l’occupation bulgare de la Macédoine orientale et de la Thrace], thèse de doctorat à l’université Aristote de Thessalonique, DOI : 10.12681/eadd/45161.

Hatzianastassiou Tassos Χατζηαναστασίου Τάσος, 2003, Αντάρτες και Καπετάνιοι, Η εθνική αντίσταση κατά της βουλγαρικής κατοχής της Ανατ. Μακεδονίας και της Θράκης, 1942-1944 [Résistants et capitanes, la résistance nationale contre l’occupation bulgare de la Macédoine orientale et de la Thrace, 1942-1944], Κυριακίδης [Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 312 p.

Hatzinikolaou Nikos (Kapetan Mavros) Χατζηνικολάου Νίκος (Καπετάν Μαύρος), 2008, Ταραγμένα χρόνια στο Νεστό, κατοχή, αντίσταση, εμφύλιος [Années troubles sur le Nestos : Occupation, Résistance, guerre civile], Νιραγός εκδ. [Éd. Niragos], Αθήνα [Athènes], 400 p.

Hirschon Renée, 1989, Heirs of the Greek Catastrophe: The Social Life of Asia Minor Refugees in Piraeus, Clarendon Presse, Oxford, 300 p.

Karakassidou Anastassia Καρακασίδου Αναστασία, 2000, Μακεδονικές ιστορίες και πάθη 1870-1990 [Histoires et passions macédoniennes 1870-1990], Οδυσσέας [Odysseas], Αθήνα [Athènes], 448 p.

Kelesidou-Galanou Anna Κελεσιδου-Γαλανου Άννα, 1977, Ιστορία ενός πρόσφυγα επαναστάτη [Histoire d’un réfugié révolutionnaire], Εκδόσεις Οργανισμού Διαδόσεως Ελληνικού Βιβλίου [Éditions de l’organisme de diffusion du livre grec], Αθήνα [Athènes], 104 p.

Kokkinos Giorgos Κοκκινος Γιώργος, Lambatos Gavrilis Λαμπάτος Γαβρίλης & Athanassopoulou Afroditi Αθανασοπούλου Αφροδίτη, 2008, Η ματωμένη ουτοπία [L’utopie ensanglantée], Ταξιδευτής [Taxideftis], Αθήνα [Athènes], 352 p.

Kordatos Giannis Κορδάτος Γιάννης, 1958, Ιστορία της Ελλάδος [Histoire de la Grèce], Εκδ 20ουαιώνα [Éditions 20o siècle], Αθήνα [Athènes], tome 13.

Kyriazi Eftychia Κυριαζή Ευτυχία, 1975, Το Αντάρτικο και το επαναστατικό τραγούδι [Chants de la Résistance et de révolution], Μνήμη [Mnimi], Αθήνα [Athènes], 140 p.

Lampsidis Georgios Λαμψιδης Γεώργιος, 1982, Οι πρόσφυγες του 1922, η προσφορά τους στην ανάπτυξη της χώρας [Les réfugiés de 1922, leur offre au développement du pays], Κυριακίδης [Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 256 p.

Leontidou Lila Λεοντίδου Λίλα, 2011 [1989], Πόλεις της σιωπής, εργατικός εποικισμός της Αθήνας και του Πειραιά, 1909-1940 [Les villes du silence. Installation de populations ouvrières à Athènes et au Pirée, 1909-1940], ΕΤΒΑ [ETVA], Αθήνα [Athènes], 362 p.

Les comités de réfugiés d’Asie Mineure à Mytilène [en grec], 1915, Οι διωγμοί των Ελλήνων στη Θράκη και τη Μικρά Ασία: αυθεντικές αναφορές και επίσημα κείμενα. Έκκληση προς το ελληνικό έθνος και την κοινή γνώμη του πολιτισμένου κόσμου [Les persécutions des Grecs en Thrace et en Asie Mineure : rapports authentiques et textes officiels. Appel à la nation grecque et à l’opinion publique du monde civilisé], Athènes.

Liakos Antonis Λιάκος Αντώνης, 1986, Η εμφάνιση των νεανικών οργανώσεων, το παράδειγμα της Θεσσαλονίκης [L’apparition des organisations de jeunesse, l’exemple de Thessalonique], Lotus, 81 p., URL : https://antonisliakos.files.wordpress.com/2011/04/cebdceb5ceb1cebdceb9cebaceadcf82-cebfcf81ceb3ceb1cebdcf8ecf83ceb5ceb9cf82-cf84cebfcf85-cebcceb5cf83cebfcf80cebfcebbceadcebccebfcf85.pdf (consulté le 1/8/2023).

Linardatos Spyros Λιναρδάτος Σπύρος, 1966, Πώς φτάσαμε στην 4η Αυγούστου [Comment on est arrivé au 4 août], Θεμέλιο [Themelio], Αθήνα [Athènes], 268 p.

Liviératos Dimitris Λιβιεράτος Δημήτρης, 1985, Κοινωνικοί αγώνες στην Ελλάδα 1923-27 [Luttes sociales en Grèce 1923-1927], Τome 2, Κομμούνα [Commune], Αθήνα [Athènes], 282 p.

Marantzidis Nikos Μαραντζίδης Νίκος, 2001, Γιασασίν Μιλλέτ∙ ζήτω το έθνος. Προσφυγιά, Κατοχή και Εμφύλιος: Εθνοτική ταυτότητα και πολιτική συμπεριφορά στους τουρκόφωνους ελληνορθόδοξους του Δυτικού Πόντου [Yasassin Millet. Vive la nation. Réfugiés, occupation et guerre civile : identité ethnique et conduite politique des turcophones grecs orthodoxes du Pont occidental], Πανεπιστημιακές εκδόσεις Κρήτης [Presses universitaires de Crète], Ηράκλειο [Héraklion], 329 p.

Marantzidis Nikos Μαραντζίδης Νίκος, 2005, Οι άλλοι καπετάνιοι : αντικομουνιστές ένοπλοι στα χρόνια της Κατοχής και του Εμφυλίου [Les autres capitaines : anticommunistes armés pendant la guerre civile et l’occupation], Εστία [Estia], Αθήνα [Athènes], 476 p.

Marantzidis Nikos Μαραντζίδης Νίκος, 2012, Γιασασίν μιλλέτ: ζήτω το έθνος, προσφυγιά, κατοχή και εμφύλιος: εθνοτική ταυτότητα και πολιτική συμπεριφορά στους τουρκοφώνους ελληνορθόδοξους του δυτικού Πόντου [Yasasin Millet : vive la nation, réfugiés, Οccupation, guerre civile, identité ethnique et politique du Pont occidental], Πανεπιστημιακές εκδόσεις Κρήτης [Presses universitaires de Crète], Ηράκλειο [Héraklion], 328 p.

Mavrogordatos George, 1983, Stillborn Republic. Social coalitions and Party Strategies in Greece 1922- 1936, University of California Press, Berkeley, 480 p.

Mavrogordatos George Μαυρογορδάτος Γιώργιος, 1996, Εθνικός διχασμός και μαζική οργάνωση, οι επίστρατοι του 1916 [Schisme national et organisation de masse. Les appelés de 1916], Αλεξάνδρεια [Alexandreia], Αθήνα [Athènes], 192 p.

Mavrogordatos George Μαυρογορδάτος Γιώργιος, 1981, Μελέτες και κείμενα για την περίοδο 1909-1940 για το μάθημα της πολιτικής ιστορίας της νεώτερης και σύγχρονης Ελλάδας [Essais et textes sur la période 1909-1940, pour le cours d’histoire politique sur la Grèce moderne et contemporaine], Σακκουλας [Sakkoulas], Αθήνα [Athènes], 140 p.

Mayer Arno J., 2000, The Furies, Violence and Terror in the French and Russian Revolution, Princeton University Press, 736 p.

Missailidis Kostas Μισσαιλίδης Κώστας, 1925, Η καταστροφή και οι τελευταίες μέρες της Σμύρνης [La catastrophe et les derniers jours de Smyrne], Αθήνα [Athènes].

Paloukis Kostas Παλούκης Κώστας, 2004, Η οργάνωση «Αρχείο του Μαρξισμού», όψεις και τάσεις της ιδεολογίας, της πολιτικής και των δομών χειραφέτησης της ελληνικής εργατικής τάξης στον μεσοπόλεμο [L’organisation « Archive du marxisme », vues et tendances de l’idéologie, de la politique et des structures d’émancipation de la classe ouvrière grecque dans l’entre-deux-guerres], mémoire de master non publié, université de Crète, Heraklion.

Pavlidis Thodoros Παυλίδης Θόδωρος, 2009, Ο ελληνισμός του δυτικού Πόντου [L’hellénisme du Pont occidental], Κυριακίδης [Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 368 p.

Pelagidis Efstathios Πελαγίδης Ευστάθιος, 1994, Η αποκατάσταση των προσφύγων στη Δυτική Μακεδονία 1923-1930, [La réinstallation des réfugiés en Macédoine occidentale 1923-1930], Κυριακίδης [Kyriakidis], [Θεσσαλονίκη], 328 p.

Prévélakis Georges, 2006, Géopolitique de la Grèce, Éditions Complexe, Paris, 143 p.

Rigos Alkis Ρήγος Άλκης, 1999, Η δεύτερη Β’ ελληνική δημοκρατία 1924-1935, κοινωνικές διαστάσεις της πολιτικής σκηνής [La deuxième République hellénique 1924-1935 : les dimensions sociales de la scène politique], Θεμέλιο [Themelio], Αθήνα [Athènes], 440 p.

Tsekou Katerina Τσέκου Κατερίνα, 2010, Έλληνες πολιτικοί πρόσφυγες στη Λαϊκή Δημοκρατία της Βουλγαρίας (1948-1982) [Les réfugiés politiques grecs en République populaire de Bulgarie (1948-1982)], Επίκεντρο [Epikendro] Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 587 p.

Tsironis Theodosios Τσιρώνης Θεοδόσιος, 1999, Πολιτική ιδεολογία στη Θεσσαλονίκη του Μεσοπολέμου: η οργάνωση Εθνική ΄Ενωσις “Η Ελλάς” και τα συνεργαζόμενα σωματεία [Idéologie politique à Salonique dans l’entre-deux-guerres : l’organisation Union nationale « Grèce » et les associations collaboratrices], mémoire de master non publié, université Aristote de Thessalonique, Thessalonique.

Vafeiadis Markos Βαφειαδης Μάρκος, 1984, Απομνημονεύματα (1. 1906-1939) [Mémoires, tome 1 : 1906-1939], Διφρός [Diphros], Αθήνα [Athènes], 368 p.

Ventiris Georgios Βεντήρης Γεώργιος, 1970 [1931], Η Ελλάς του 1910-1920 [La Grèce de 1910-1920 – Étude historique], Ίκαρος, [Ikaros], Αθήνα [Athènes], 450 p.

Vergeti Maria Βεργέτη Μαρία, 1994, Από τον Πόντο στην Ελλάδα: Διαδικασίες διαμόρφωσης μιας εθνοτοπικής ταυτότητας [Du Pont en Grèce : processus de formation d’identité ethno-régionale], Κυριακίδης [Kyriakidis], Θεσσαλονίκη [Thessalonique], 409 p.

Vamvakaris Markos Βαμβακάρης Μάρκος, 1978, Αυτοβιογραφία [Autobiographie], Παπαζήσης [Papazisis], Αθήνα [Athènes], 324 p.

Voglis Polymeris Βογλης Πολυμέρης, 2014, Η αδύνατη επανάσταση η κοινωνική δυναμική του εμφύλιου πολέμου [La révolution impossible. La dynamique sociale de la guerre civile], Αλεξάνδρεια [Alexandreia], Αθήνα [Athènes], 408 p

Α' Κείμενα της Εθνικής Αντίστασης [Textes de la Résistance nationale], Σύγχρονη Εποχή [Sychroni Εpochi], Αθήνα [Athènes], 1981, vol. 1.

Ιστορία των Ελλήνων [Histoire des Grecs], 2006, Εκδ. Δομή [Éditions Domi], Αθήνα [Athènes], t. 12.

Κέντρο Μαρξιστικών Ερευνών / Σύγχρονη Εποχή [Centre d’études marxistes/Synchroni Epochi], 1983, Η Μικρασιατική Εκστρατεία και Καταστροφή [L’expédition d’Asie Mineure et la catastrophe], Αθήνα [Athènes], 118 p.

To KKE, επίσημα κείμενα [Le PCG, textes officiels], vol. 1, 1974, Σύγχρονη Εποχή [Sychroni Εpochi], Αθήνα [Athènes].

Υπουργείο Περιθαλψέως [Ministère des Affaires sociales], 1920, Η περίθαλψις των προσφύγων 1917-1920 [L’aide aux réfugiés de 1917-1920], Αθήνα [Athènes].

Articles et contributions à des ouvrages collectifs

Agtzidis Vlassis Αγτζίδης Βλάσης, 2007, « Σταλινικές διώξεις κατά των Ελλήνων στη Σοβιετική Ένωση » [Les persécutions staliniennes contre les Grecs d’Union soviétique], in Αρχείο Πόντου, vol. 52, p. 223-280.

Alvanos Raymond Αλβανός Ραϋμόνδος, 2003, « Μεσοπολεμικές πολιτικές και εθνοτικές συγκρούσεις: Ο ελληνικός εμφύλιος πόλεμος στην περιοχή Καστοριάς » [Politiques de l’entre-deux-guerres et conflits ethniques : la guerre civile grecque dans la région de Kastoria], in Epistimi kai Koinonia, 11, p. 71-110.

Anastassiadou Meropi, 1995-1996, « L'échange des populations entre la Grèce et la Turquie au lendemain de la Première Guerre mondiale », in Confluences Méditerranée, no 16, hiver 1995-1996.

Andriotis Nikos Ανδριώτης Νίκος, 2008, « Χριστιανοί (γηγενείς - πρόσφυγες) και Μουσουλμάνοι. Πληθυσμιακή κινητικότητα στην Κρήτη (τέλη 19ου - αρχές 20ού αιώνα) » [Chrétiens (autochtones-réfugiés) et Musulmans. Mobilité de populations en Crète (fin du xixe – début du xxe siècles)], in ouvrage collectif Βενιζελισμός και προσφυγές στην Κρήτη, πρακτικά ημερίδας 5 Νοεμβρίου 2005 [Vénizélisme et réfugiés en Crète], Εθνικό Ίδρυμα ερευνών και μελετών Ελευθέριος Βενιζέλος [Fondation nationale de recherches Elefthérios Venizélos], 200 p.

Dordanas Stratos Δορδανάς Στράτος, 2001, «Γερμανικές αρχές κατοχής και ελληνική διοίκηση» [Autorités d’occupation allemande et administration grecque], in Gounaris Vassilis [Γούναρης Βασίλης] & Papapolyviou Petros (éd.) [Παπαπολυβίου Πέτρος], Ο φόρος του αίματος στην Κατοχική Θεσσαλονίκη [Le tribut du sang dans Salonique occupée], Paratiritis, Thessalonique.

Dordanas Stratos Δορδανάς Στράτος, 2006, « Η πιο ‘μεγάλη ημέρα’ του κατοχικού εμφυλίου στην Κεντρική Μακεδονία: Η μάχη του Κιλκίς, 4.11.1944 », [Le plus grand jour de la guerre civile sous l’Occupation en Macédoine centrale : la bataille de Kilkis, 4.11.1944], in Κλειώ 3 [Kleio 3], p. 17-33.

Dragoumis Ion Δραγούμης Ιων, 1998, « Ο Βενιζέλος και ο ιμπεριαλισμός » [Vénizélos et l’impérialisme], in Glinos Dimitris Γληνος Δημήτρης, Dragoumis Ion Δραγούμης Ιων & Skliros Giorgos Σκληρος Γιώργος, Η αριστερά και το ανατολικό ζήτημα [La gauche et la question d’Orient], Εναλλακτικες Εκδόσεις [Éditions alternatives], Αθήνα [Athènes], 170 p.

Fotiadis Kostas Φωτιάδης Κώστας, 2008, « Η άρνηση δημοσίευσης των εγγράφων για τη γενοκτονία των Ελλήνων του Πόντου από το ελληνικό κοινοβούλιο » [Le refus de publication des documents sur le génocide des Grecs du Pont par le parlement grec], in Pontos 61, p. 12-13.

Kaïssidis Panos Καϊσίδης Πάνος, 2008, « Γεώργιος Β’ και οι πρόσφυγες » [Georges II et les réfugiés], in Ποντιακά, no 5, p. 8-10.

Kalogrias Vaios Καλογριας Βαίος, « Ένοπλες ομάδες ανεξάρτητων οπ-λαρχηγών και εθνικιστών αξιωματικών στην περιοχή μεταξύ Στρύμονα και Αξιού (1941-1944) », [Groupes armés de chefs de guerre indépendants et d’officiers nationalistes dans la région entre Strymon et Axios (1941-1944)], in Marantzidis Nikos Μαραντζίδης Νίκος, 2005, Οι άλλοι καπετάνιοι : αντικομουνιστές ένοπλοι στα χρόνια της Κατοχής και του Εμφυλίου [Les autres capitaines : anticommunistes armés pendant la guerre civile et l’occupation], Εστία [Estia], Αθήνα [Athènes], p. 127-200.

Lampsidis Odysseas Λαμψίδης Οδυσσέας, 1989, « Η “ανάκληση” μεταξύ των Ελλήνων προσφύγων του Ευξείνου Πόντου και οι συνέπειές της στην έρευνα για την ποντιακή διάλεκτο » [La « révocation » chez les réfugiés grecs du Pont-Euxin et ses conséquences pour la recherche sur le dialecte pontique], in Arkheion Pontou, vol. 29, Athènes.

Leontidou Lila, 2015, « Urban social movements in Greece: Dominant discourses and the reproduction of “weak” civil societies », in Clarke Jennifer & Huliaras Asteris (eds), Austerity and the Third Sector in Greece: Civil Society at the European Frontline, Ashgate, London, p. 86-106.

Mavrogordatos George Μαυρογορδάτος Γιώργιος, 1977, « Οι διαστάσεις του φαινομένου των κομμάτων στην Ελλάδα, παραδείγματα από τον Μεσοπόλεμο » [Les dimensions du phénomène des partis en Grèce. Des exemples de l’entre-deux-guerres], in Kontogiorgis Giorgos Κοντογιώργης Γεώργιος (éd.), Κοινωνικές και πολιτικές δυνάμεις στην Ελλάδα [Forces sociales et politiques en Grèce], Εξαντάς [Exandas], Αθήνα [Athènes], 305 p.

Molho Rena Μόλχο Ρένα, 2003, « Η αντιεβραϊκή νομοθεσία του Βενιζέλου στον μεσοπόλεμο και πως η δημοκρατία μπορεί να γίνει αρωγός του αντισημιτισμού » [La législation antijuive de Venizélos dans l'entre-deux-guerres et comment la démocratie peut participer à l’antisémitisme], in Σύγχρονα Θέματα, [Sygchrona Themata], vol. 83, p. 53-59.

Netas Victor Νέτας Βικτώρ, 2009, « Ο Αλέξανδρος Μπαλτατζής » [Alexandros Baltatzis], in Ποντιακά, no 24, p. 16-17.

Poulos Ilias, juin 2010, « Mémoires fragmentées », Écritures balkaniques, Inalco, Paris.

Tsitselikis Konstantinos Τσιστελίκης Κονσταντίνος & Christopoulos Dimitris Χριστόπουλος Δημήτρης, 2008, « Από το πολυπολιτισμικό “μέγα όνειρον του Ελληνισμού” των αρχών του 20ού στην “πολυπολιτισμική πραγματικότητα” των αρχών του 21ου αιώνα » [« Du grand rêve civilisationnel » du début du xxe siècle à la « réalité multiculturelle » du début du xxie siècle], in Christopoulos Dimitris Χρηστόπουλος Δημήτρης, Το ανομολόγητο ζήτημα των μειονοτήτων στην ελληνική έννομη τάξη [La question inavouée des minorités dans l’ordre légal grec], Κριτική [Kritiki], Αθήνα [Athènes], p. 33-67.

Tzitzilonis Christos Τζιτζιλώνης Χρήστος, 1995, « 70 χρόνια μετά την Καταστροφή της Μικράς Ασιάς, ο χαρακτήρας της εκστρατείας » [70 ans après la Catastophe d’Asie Mineure, le caractère de la campagne], in Θέματα ελληνικής ιστορίας, μία μαρξιστική προσέγγιση [Questions d’histoire grecque. Une approche marxiste], Κέντρο Μαρξιστικών Ερευνών/Σύγχρονη Εποχή [Centre d’études marxistes/Synchroni Epochi], Αθήνα [Athènes], 335 p.

Presse

Ακρόπολις [Acropolis], 6 février 1936, « Οι ντόπιοι καλούνται να σχηματίσουν επιτροπές “άμυνας” κατά των προσφύγων » [Les autochtones sont invités à se regrouper en comités de “défense” contre les réfugiés].

Ελευθεροτυπία [Eleftherotypia], 12 juin 1989, « Σαράντα χρόνια εξορίας » [40 ans d’exil].

Ελευθεροτυπία [Eleftherotypia], 21 août 1996, « Η δήλωση του Μπατούμι » [La Déclaration de Batoum].

Ελευθεροτυπία [Eleftherotypia], 22 mai 2007, « Ο ναυτίλος » [Le nautile], S. Stathis.

Έμπρος [Empros] 1922, « Η πατρίς εν κινδύνω. ‘Ελληνες ενωθώμεν για να σωθώμεν » [La patrie en danger, Grecs, unissons-nous pour nous sauver], URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=108&dc=13&db=9&da=1922 (consulté le 3/11/2023).

Έμπρος [Empros] 25 août 1925, « Τα συζητηθέντα χθές ζητήματα εις το προσφυγικόν συνέδριον » [Les questions discutées hier au congrès des réfugiés], p. 3. URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=108&dc=25&db=8&da=1925 (consulté le 3/11/2023).

Έμπρος [Empros], 12 mars 1930, « Ο κομμουνισμός εις την Μακεδονίαν » [Le communisme en Macédoine], URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=108&dc=12&db=3&da=1930 (consulté le 3/11/2023).

Έμπρος [Empros], 23 novembre 1946, p. 3, URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=108&dc=23&db=11&da=1946 (consulté le 3/11/2023)

Έμπρος [Empros], 23 juin 1946, p. 3, URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=108&dc=23&db=6&da=1946 (consulté le 3/11/2023).

Έμπρος [Empros], 20 février 1948, URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=108&dc=20&db=2&da=1948 (consulté le 3/11/2023)

Καθημερινή [Kathimerini], 14 août 1922, « Οίκαδε » [À la maison !].

Καθημερινή [Kathimerini], 17 août 1922, « Πομερανοί » [Poméraniens].

Κομμουνιστική Επιθεώρηση [Kommounistiki Epitheorisi] (KOMEP), 2000, in Rizospastis, 15 août 2009, « Από την Μεγάλη Ιδέα στην απόλυτη τραγωδία » [De la “Grande Idée” à la tragédie absolue], URL : https://www.rizospastis.gr/story.do?id=5212072 (consulté le 1/8/2023).

Κυριακάτικη Ελευθεροτυπία [Kyriakatiki Eleftherotypia], 28 janvier 2001, p. 50-51.

Μακεδονία [Makedonia], 29 septembre 1923, « Εις το συνέδριον των Καυκασίων προσφύγων οι ληφθείσαι κατ‘αυτό αποφάσεις » [Au congrès des réfugiés Caucasiens, les décisions prises], URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=124&dc=29&db=9&da=1923 (consulté le 3/11/2023).

Μακεδονία [Makedonia], 28 septembre 1924, « Από την χθεσινήν συνεδρίαν του δημ, συνεδρίου διαπίστωσις της ανάγκης ομοφωνίας γηγενών και προσφύγων » [A la réunion hier du conseil municipal on constate un accord nécéssaire entre indigènes et réfugiés], URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=124&dc=28&db=9&da=1924 (consulté le 3/11/2023).

Μακεδονία [Makedonia], 15-16 novembre 1924, « Η χθεσινή σύσκεψις δια τα προσφυγικά : συνεργασία κράτους και επιτροπής αποκαταστάσεως » [La réunion d’hier sur la collaboration de l’État et de la Commission de réinstallation], URL : http://efimeris.nlg.gr/ns/pdfwin.asp?c=124&dc=15&db=11&da=192 (consulté le 3/11/2023).

Νέος Ριζοσπάστης [Neos Rizospastis], 7 janvier 1933, « Οι φτωχοί αγρότες της Ποντοκώμης ζητούν με τον αγώνα τους τις ελευθερίες τους » [Les agriculteurs pauvres de Pontokomi réclament leurs libertés avec leur lutte].

Ριζοσπάστης [Rizospastis], 16 juillet 1921, « Η εξόντωση των Ποντίων » [L’extermination des Pontiques].

Ριζοσπάστης [Rizospastis], 12 juillet 1935, « ένα απόθεμα » [Une réserve].

Sites web

Maloutas Th. & Spyrellis S. (éd.), Atlas Social d’Athènes. Recueil électronique de textes et de matériel d’accompagnement, URL : http://www.athenssocialatlas.gr/fr (consulté le 1/11/2023).

Diktyo Martyrikon Poleon kai Chorion, URL : http://www.greek-holocausts.gr/ (consulté le 1/11/2023).

Πόντος και Αριστερά, URL : http://pontosandaristera.wordpress.com/2010/04/20/greek-caucasians/ (consulté le 10/07/2012).

Πόντος και Αριστερά, URL : http://pontosandaristera.wordpress.com/2010/02/02/makronisi (consulté le 1/11/2023).

Panosz, URL : https://panosz.wordpress.com/2008/10/03/kilkis/ (consulté le 1/11/2023).

Haut de page

Notes

1 Voir Tsitselikis & Christopoulos, 2008, p. 33-67.

2 Anastassiadou, 1995-1996, p. 160-161.

3 Anastassiadou, 1995-1996, p. 161.

4 Ibid., p. 162.

5 Le concept d’identité « ethnique régionale » est utilisé par Maria Vergeti dans ses travaux sur les populations pontiques. Dans Vergeti, 1994, p. 57, l’identité ethnorégionale (ethno-regional identity) est définie comme l’identité d’un groupe social formant part d’une ethnie plus importante, qui émigre massivement de son lieu d’origine sans possibilité de retour massif, avec perte donc de l’espace géographique de référence. Au sein des populations réfugiées, les lieux exacts d’origine (Kars, Tsalka, Bafra, Samsun, Sinope, Maçka, Cromné, Fatsa) deviennent des points de référence qui dépassent en importance les dénominations plus globales pour tout acte d’autodésignation.

6 Voir Lampsidis, 1989, p. 3.

7 Dans l’article 7 d’une décision votée le 21 août 1914, le centre ouvrier d’Athènes [Εργατικό Κέντρο Αθηνών], qui regroupe plus de vingt corporations demande à l’ensemble des syndicats grecs de ne pas embaucher de réfugiés à la place d’ouvriers locaux (1915).

8 Rappelons que pour Ion Dragoumis, les Grecs d’Asie Mineure et les Crétois sont les instruments d’assujettissement de la Vieille Grèce par les « forces anglo-américaines ». Dragoumis, 1998, p. 156-157.

9 Sur les évènements de 1916, voir Mavrogordatos, 1977, p. 164. « Les maisons des réfugiés étaient marquées d’un trait rouge. Les royalistes se sont chargés de la punition des “traîtres vénizélistes” ». Leur slogan était : « Notre roi portera son épée pour massacrer les Anglais, les Français et les vénizélistes ». Dans le journal Eleftheron Vima du 9 mars 1931, G. Ventiris relate les exécutions sommaires qui eurent lieu entre le 19 et le 23 novembre à l’encontre de vénizélistes. Voir également Ventiris, 1931, et l’article de Katsigeras dans le journal Kathimerini du 18 novembre 2006.

10 Les journaux de l’époque donnent un aperçu saisissant des conditions de vie des réfugiés. Voir l’extrait tiré du journal Ephimeris ton Valkanion, du 15 décembre 1920, cité dans Η ιστορία των Ελλήνων [L’histoire des Grecs], 2006, vol. 12, p. 246. Il y est question des réfugiés qui meurent de faim et de froid, sans soins médicaux. Voir également le rapport du ministère des Affaires sociales : L’aide aux réfugiés de 1917-1920, 1920 et le site Anemi, URL : http://anemi.lib.uoc.gr/metadata/2/d/d/metadata-475-0000011.tkl.

11 Voir Kathimerini, « Οίκαδε » [À la maison !] et Kathimerini, « Πομεράνοι » [Poméraniens].

12 Kaïssidis, Pontiaka, p. 8-10.

13 Sur le télégramme adressé à Aristidis Stergiadis avec l’ordre explicite de ne pas parler aux réfugiés de la défaite et sur son échange avec Georgios Papandréou qui lui demande pourquoi il refuse de prévenir les populations concernées et de les laisser partir en Grèce, voir Dafnis, 1974, p. 16. À G. Papandréou, la réponse de Stergiadis est sans appel : « Il vaut mieux qu’ils restent ici, quitte à être massacrés par Kemal, car s’ils vont à Athènes, ils bouleverseront tout. »

14 Missailidis, 1925, p. 25-26.

15 Assez souvent, la population locale exprime le souhait de les voir tous mourir de faim ou immolés par le feu (voir Karakassidou, 2000, p. 276) ou encore assassinés par Kemal (Kordatos, 1958, p. 36).

16 Voir la première de couverture du magazine Koinotis, no 50, 1923.

17 Pour une vision plus positive des pontiques, mais toujours intégrée dans une narration très nationaliste, voir Katheniotis, in Lampsidis, 1965, p. 93-94.

18 Rigos, 1999, p. 277 cite P. Kanellopoulos : « Une grande partie de la population, divisée depuis 1915, n’a pas appréhendé les réfugiés avec sympathie. […] Il n’y a eu ni sympathie, ni apathie, mais de l’antipathie. »

19 Voir le témoignage de Vamvakaris, 1978, p. 94 : « Les gens restaient dans les wagons de chemin de fer. Ils vivaient là où il y avait un entrepôt abandonné. Ils fabriquaient des tentes. Un désastre, un grand désastre. Que nos yeux ne voient plus jamais de telles choses. Ce que ces gens ont subi, on ne peut pas le raconter. Ils ont été déshonorés. Ils sont en piteux état, en piteux état, en piteux état. De plus, ils ont été déshonorés par les Turcs qui les poursuivaient. Et puis les voilà qui subissent à nouveau les mêmes exactions. Ils ont essayé, essayé, essayé mille fois de trouver un moyen de subsistance, jusqu’à ce qu’ils trouvent un endroit où rester. Si un père avait cinq ou six garçons et filles, on en prenait un ici, un autre là. Un désastre… Et les habitants ne les voyaient pas d’un bon œil. Mais ils les insultaient. Plein de choses comme ça. Ils leur criaient : “Sortez d’ici ! Dégagez.” Ils ne les regardaient pas. Ils n’ont pas eu l’attitude affectueuse consistant à dire “attendez une minute, ce sont nos parents, de vrais Grecs. Embrassons-les.” Ce n’est pas ce qui s’est passé, je veux dire, ce que j’ai vu. Peut-être qu’ailleurs… Les voleurs d’ici voulaient les voler, leur prendre tout ce qu’ils avaient. Les voler, se moquer d’eux. »

20 Liviératos, 1985, p. 27-30 : « L’insulte “germe de turc” ou encore “oglu de merde”, etc. était à l’ordre du jour, de la part des fonctionnaires de l’État, et ce quel que fût leur grade. »

21 Mavrogordatos, 1983, p. 193. Voir également un témoignage de réfugié dans Marantzidis, 2001, p. 89 : « Ici, en Grèce, c’était pire qu’en Turquie. Ici, on nous haïssait sans qu’on n’ait fait quoi que ce soit. Au moins, les Turcs nous détestaient et nous faisaient la guerre, mais nous aussi, nous faisions de même. »

22 La quarantaine de Makronissos infligée pour une durée de quelques mois à partir de 1922 à des réfugiés (pour la plupart pontiques) est assez peu connue. Rizospastis du 26 mars 1923 cite le chiffre de 3 750 Pontiques à Makronissos tandis que le journal Empros du 13 septembre 22 table sur 5 500 réfugiés qui quittent l’île. Dans une lettre du 4 janvier 1923, un réfugié pontique décrit à un ami à Istanbul les conditions de vie à Makronissos en spécifiant que la moitié des réfugiés est décédée sur place. Voir le site Πόντος και Αριστερά, URL : https://pontosandaristera.wordpress.com/2010/02/02/makronisi/. Le journal communiste Rizospastis, dans son éditorial du 8 décembre 1923, s’adressant aux « masses de travailleurs réfugiés », précise à propos des membres du gouvernement : « eux, ils ont laissé mourir 40 000 réfugiés, mis en quarantaine à Makronissos. » Voir le témoignage du fondateur du parti agraire, Kostas Gavriilidis sur l’absence d’infrastructures, le manque d’aide médicale, la pénurie de biens de première nécessité, voire la famine, dans Gavriilidou, 1988, p. 20. Le témoignage de Nitsa Gavriilidou que nous avons filmé va également dans le même sens. Concernant la situation humanitaire, voir Hirschon, 1989, p. 3.

23 Voir le journal Pamprosfygiki du 16 novembre 1924, sur le fait que les habitants du village Rodolivos dans la région de Dráma menacent les réfugiés « de leur faire la peau », et également Pamprosfygiki, du 28 septembre 1924, à propos du meurtre d’un réfugié par un habitant du village Nigrita dans la région de Serrès. Des conflits étendus ont eu lieu dans toute la région de Serrès. F. Manouilidis, représentant du groupe parlementaire des réfugiés, dit à ce propos : « Après un affrontement sanglant et prémédité, du sang d’innocents fut versé en abondance et l’on peut compter par dizaines les victimes malheureuses du conflit fratricide. La rivalité et l’inimitié sous-jacentes entre réfugiés et locaux… engendrent un danger d’une grande gravité. »

24 Voir Pamprosfygiki du 9 novembre 1924 : « ils ont blessé 17 réfugiés, pour la plupart des femmes, après avoir mis le feu aux tentes, aux étables, aux greniers, et ils ont pillé leurs bagages… ».

25 En novembre 1936 par exemple, le directeur du Cadastre dans son rapport au Secrétaire de l’Aménagement du territoire pour la Crète fait état d’abus de la part d’autochtones qui s’approprient les terres réservées aux réfugiés. Voir Andriotis, 2008, p. 75.

26 Guizeli, 1984 ; Leontidou, 1989.

27 Ainsi en est-il du mot d’ordre : « Brûlez les réfugiés, ces graines des Turcs ! » scandé lors du rassemblement des royalistes le 9 novembre 1923, à côté des colonnes de Zeus Olympien au centre d’Athènes. Koinotis, no 48, 1923.

28 Le plus souvent, il est aisé d’établir la responsabilité (et l’impunité) des royalistes dans les émeutes anti-réfugiés. Voir à titre d’exemple Pamprosfygiki du 9 novembre 1924.

29 Kaïssidis, Pontiaka, p. 8-10.

30 Voir les propos du député vénizéliste de Kozani, Kouparoussos, qui dans son communiqué d’août 1924 écrit entre autres : « si les réfugiés n’obéissent pas, ils devront être expulsés au Brésil ». Cité par Marantzidis, 2001, p132-155.

31 Les expressions « purification de la capitale » et « séparation des Grecs au sang pur des graines des Turcs » apparaissent dans des articles du journal Kathimerini du 16 juillet 1928 et du 19 juillet 1928.

32 Mavrogordatos, 1983, p. 195.

33 Réplique énoncée le 24 janvier 1934 et transcrite dans Ephimeris ton Syzitiseon, p. 990, citée par Mavrogordatos,1981, p. 78.

34 À l’image des instances ecclésiastiques, le discours de la presse se fait l’écho d’un rejet, à peine voilé d’un semblant de compassion. Voir Kathimerini du 30 juillet 1928 : « Nous compatissons et sympathisons avec les réfugiés en tant que personnes et frères qui ont souffert et souffrent, mais nous ne les voulons ni comme électeurs, ni comme votants, ni comme électeurs, ni comme élus, ni comme citoyens habilités à gouverner la Grèce. »

35 Ce parti obtiendra 14,8 % des votes en 1935. Voir Livieratos, 1985, p. 27-30.

36 Voir Kathimerini du 19 juillet 1928, où G. Vlachos en arrive à refuser aux réfugiés le droit de se présenter et même de participer aux élections : « Nous avons été surpris d’apprendre dans les journaux d’hier que le Parti populaire inclurait trois réfugiés dans la coalition d’Athènes. Pourquoi les inclure ? Sur la base de quelle éthique et dans quel but ? … mais ce sont des Grecs, des frères et des sœurs de sang. Qu’ils soient frères et cousins, lorsqu’ils auront acquis une conscience politique et une volonté de citoyens libres – ce qui n’arrivera jamais – ils auront le droit d’être considérés parmi nous, non seulement comme électeurs, mais aussi comme éligibles. Actuellement, les réfugiés n’ont aucune place dans les coalitions du Parti populaire. »

37 Loi 4229, JDD 245, 25 juillet 1929 qui pénalise les actes et les intentions d’agir procommunistes. Voir aussi Gazi, Karamanolakis & Liakos, 2015. Pour la guerre civile, voir Voglis, 2014.

38 Sur la politique du ministère des Affaires étrangères, voir le texte cité par Tsalachouris, 1982, p. 101 et 160 : « … la politique toujours élaborée par ce ministère sur la question de la migration des Grecs de Russie, a consisté à établir des restrictions sévères et à imposer un contrôle strict sur ceux qui viennent de Russie, mesures dictées par… et pour des raisons de sécurité publique, puisqu’il a été établi à plusieurs reprises que ceux qui avaient longtemps vécu sous le joug bolchevique et qui étaient arrivés en Grèce se dirigeaient inévitablement vers le communisme. » Par le décret royal 330/1960 les populations arrivées en Grèce après 1934 seront exclues en 1960 de tout dédommagement prévu par les accords de Lausanne.

39 Dafnis, 1974, p. 10.

40 Lampsidis, 1982, p. 59.

41 Après Venizélos, Metaxas se rapprochera également de Kemal Atatürk. Le jour de son décès sera même déclaré jour de deuil en Grèce. Voir Eleftheron Vima du 12 novembre 1938.

42 Dans les documents administratifs, il est dorénavant question d’immigrés (metanastes) plutôt que de réfugiés (prosfyges). Voir Kokkinos, Agtzidis & Lemonidou, 2010.

43 Quand des Pontiques soutiennent le coup d’État de Venizélos, ils expliquent que la patrie est en danger et qu’il faut la protéger des royalistes : Marantzidis, , p. 83, 104 et 105.

44 Les actes de violence se multiplient après le coup d’État avorté de Venizélos dans les quartiers de réfugiés (ici à Vólos) : « Des nervis anti-vénizélistes mettent le feu aux campements de réfugiés et un jeune réfugié, n’ayant pas eu le temps de partir, est réduit en cendres avec les biens des réfugiés… » (Linardatos, 1966, p. 175.) Voir aussi Kelessidou, 1977, p. 83.

45 La presse continue à vilipender les réfugiés et à demander que les indigènes construisent des groupes d’autodéfense pour se protéger. Voir Acropolis du 6 février 1936 : « Les autochtones sont invités à se regrouper en comités de “défense” contre les réfugiés. »

46 Pavlidis, 2009, p. 23. Voir également le témoignage d’A. Vazouras dans le journal Vima et cité par Marantzidis, 2001 : « L’armée gouvernementale… composée de classes de Grecs originaires des territoires de la Vieille Grèce spécialement enrôlés, a souvent été autorisée par des chefs déplorables à se déchaîner comme une bande de sauvages contre la population. Pillage, saccage, viol des femmes, donnaient à l’“avancée” la forme d’une invasion d’une armée barbare dans un pays ennemi. »

47 Pour un aperçu des thèses du PCG, voir l’ouvrage collectif du Centre d’études marxistes, paru en 1983 et notamment les textes de Dimitris Lazaridis, « Le rôle de l’impérialisme dans la catastrophe d’Asie Mineure » et de Christos Tzintzilonis, « La campagne d’Asie Mineure et les responsabilités de l’oligarchie et de ses partis ». Voir également Tzintzilonis, 1995, p. 171-172. Pour une approche plus récente, voir Kommounistiki Epitheorisi (KOMEP), « Από τη Μεγάλη ιδέα στην απόλυτη τραγωδία » [ De la « Grande Idée » à la tragédie absolue]. Une position de la gauche modérée, qui considère le mouvement kémaliste comme un mouvement de libération nationale et non comme un mouvement nationaliste, est résumée dans un récent article de S. Stathis : « Kemal a dirigé le mouvement national turc, qui était en fait un mouvement de libération – il n’a dirigé aucun mouvement nationaliste » (Eleftherotypia, rubrique « Ο Ναυτίλος » [O nautilos], 22 mai 2007).

48 Tiré de Kokkinos, Agtzidis & Lemonidou, 2012.

49 Rizospastis, « Η εξόντωση των Ποντίων » [L’extermination des Pontiques].

50 Voir Le PCG, Textes officiels, 1974, p. 254. Après le 18e congrès du Komintern, le gouvernement d’Ankara sera considéré comme traître. Kotta, 1987, p. 70.

51 Kordatos, 1958, p. 567 signale qu’une mission soviétique arrive en Grèce en 1922 pour proposer d’intervenir dans le conflit afin de garantir la présence de Grecs en Asie Mineure avec un statut d’autonomie.

52 Voir l’article de Nikos Zachariadis qui en 1935 déclare que le PCG s’était réjoui de la défaite « de la grande bourgeoisie et des propriétaires terriens » en Asie Mineure, parce que cette expédition était contraire aux intérêts du peuple grec : « La campagne d’Asie Mineure n’a pas seulement frappé la nouvelle Turquie, elle s’est aussi retournée contre les intérêts vitaux du peuple grec. C’est pourquoi non seulement nous n’avons pas regretté la défaite des bourgeois et des grands propriétaires de tchiftliks (terres agricoles) en Asie Mineure, mais nous l’avons recherchée. » Voir Rizospastis, « Une réserve » du 12 juillet 1935.

53 Il est ainsi question de « la cupidité impérialiste et du nationalisme irrationnel » : Le PCG, Textes officiels, 1974, p. 338.

54 Voir la brochure du PCG à l’attention de Venizélos : « Remettez à plus tard vos rassemblements. Pensez qu’avec vos mouchards, avec les activistes et les réfugiés, qui sont vos victimes, vous ne réussirez pas à imposer au peuple ce que vous recherchez. » (Le PCG, Textes officiels, 1974, p. 366.)

55 L’action pacifiste sur le front est menée par le groupe Kommounistiki Enosi (Union communiste), qui donnera lieu par la suite à Archeion tou Marxismou (Archive du marxisme). Voir Paloukis, 2004. Sur le parcours d’un archeiomarxiste, deux fois déporté, en 1914 et en 1922, voir l’histoire de Yannis Tamtakos, Πόντος και Αριστερά, URL : https://pontosandaristera.wordpress.com/2008/01/07/7-1-2008/#more-1401 (consulté le 22/02/2010).

56 Voir Vafeiadis, 1984, p. 136. Markos Vafeiadis est arrêté en septembre 1929 et condamné à 8 mois de prison. Il rencontre alors des réfugiés du Caucase qui « ont ramené le communisme avec eux ». Voir également sa réaction en 1934 devant la diffusion du communisme et l’activisme des réfugiés du Caucase dans le nord de la Grèce (ibid., p. 243). Ce phénomène ira en s’intensifiant pendant l’Occupation et la guerre civile : « Pendant que j’étais en prison, nous avons atteint un maximum de 120 prisonniers communistes parce que, après un certain temps, après Kilkís, les événements ont fait venir environ 70 camarades membres du parti et de la jeunesse, pour la plupart des Caucasiens qui étaient arrivés en Grèce en 1924 après la révolution d’Octobre, et c’est avec eux, principalement, que Kilkís est devenu rouge. » Voir également sa réaction en 1934 devant la diffusion du communisme et l’activisme des réfugiés du Caucase dans le nord de la Grèce (ibidem, p. 243).

57 Rizospastis du 29 septembre 1929 : « La Grèce n’est pas divisée en indigènes et en réfugiés. La Grèce est divisée en riches et en pauvres, en ceux qui ne travaillent pas et qui vivent et en ceux qui travaillent et qui ne peuvent pas vivre… chacun doit choisir entre le riche réfugié qui s’associe au riche local et le pauvre réfugié qui aura pour compagnon le pauvre travailleur local. »

58 Pour la description d’une coopérative typique, voir celle de la coopérative de Megali Vrysi à Kilkís : « […] la coopérative avait une force économique considérable. Elle possédait un moulin à farine, tout un complexe […]. Il fonctionnait avec un moteur installé en permanence. Le moulin produisait différentes qualités de farine, à la demande du paysan, même de la farine de très bonne qualité. Dans une autre machine située au même endroit, on moulait aussi de la nourriture pour les animaux […]. Outre la minoterie, la coopérative disposait d’un complexe de battage, autrefois de deux tracteurs pour les labours, d’une étable pour les bikos, de quelques hectares de champs, d’une épicerie, d’un café, gérait les prêts de la Banque agricole et de l’Union des coopératives de Kilkís, ainsi que l’échange de produits avec d’autres coopératives. Nous donnions généralement du blé ou du sésame pour obtenir de l’huile ou des olives, du savon. » (Amoiridis, 2009, p. 24-25.) Sur la mise en place d’une politique solidaire, voir aussi Koinotis, no 47, 1923 : « Les orateurs étaient principalement des instituteurs ayant une éducation absolument plus large que la nôtre et c’étaient des hommes admirables qui, tous avec des taches sur leurs vieux pantalons et des barbes frisées, se levaient et parlaient avec des arguments clairs et carrés sur des questions de politique pratique et d’organisation de l’État. La plupart d’entre eux ont été soumis à des influences russes pratiques, raffinées et utiles. » Sur la personnalité emblématique de Baltatzis, voir Netas, 2009, p. 16-17.

59 Citation extraite du blog Kafkasios-pontokomitis qui reprend la conclusion de Athanassiadis & Michaïlidis, 2010. Les références citées n’étant pas présentes dans la bibliographie finale, nous invitons le lecteur à se référer au texte d’origine du blog.

60 Ibid. Les références citées n’étant pas présentes dans la bibliographie finale, nous invitons le lecteur à se référer au texte d’origine.

61 Sur les luttes sociales incarnées par le PCG et son attitude à l’égard des réfugiés, voir Livieratos, 1985, p. 28-29. Voir Makedonia, « Εις το συνέδριον των Καυκασίων προσφύγων οι ληφθείσαι καταυτό αποφάσεις » [Au congrès des réfugiés Caucasiens, les décisions prises].

62 Ibid.

63 Voir Koinotis, no 47, 1923.

64 Voir Pelagidis, 1994, p. 188. Yannis Passalidis, député socialiste, s’adresse aux parlementaires d’origine indigène et réfugiée en essayant de calmer le jeu : « Il s’agit d’un conflit de classe entre le peuple et la ploutocratie, et non d’un conflit entre les autochtones et les réfugiés. Par conséquent, si cette situation perdure au sein du Parlement, il est certain que les autochtones et les réfugiés s’allieront et se soulèveront pour balayer tous les “pères de la Nation” que nous sommes. »

65 Makedonia, « Εις το συνέδριον των Καυκασίων προσφύγων οι ληφθείσαι καταυτό αποφάσεις » [Au congrès des réfugiés Caucasiens, les décisions prises].

66 Même si auprès des populations originaires de Kars, les idées communistes sont assez répandues, dès 1925. Dans le Congrès des réfugiés qui a lieu à Athènes le 24 août 1925, le représentant de Macédoine et de Thrace se réfère à l’action des réfugiés communistes : « certains réfugiés du Caucase, inspirés par les idées communistes ». Voir Empros, « Τα συζητηθέντα χθές ζητήματα εις το προσφυγικόν συνέδριον » [Les questions discutées hier au congrès des réfugiés].

67 La représentation à Pontokomi en Macédoine Occidentale d’une pièce anticapitaliste de G. Fotiadis, écrite en 1905, Lazar-Agas, interdite par la police, donne lieu à une confrontation entre les forces de l’ordre et la population en décembre 1932. Vingt-trois personnes seront condamnées à des peines de prison et de déportation. Voir Neos Rizospastis, « Les agriculteurs pauvres de Pontokomi réclament leurs libertés avec leur lutte ».

68 Voir les travaux du séminaire d’histoire pour l’Asie Mineure et les réfugiés, organisé par l’université libre de Kifissia en 2011-2012, et plus précisément l’intervention de Menelaos Charalambidis (1er novembre 2011) : « Le comportement politique des réfugiés dans les banlieues est d’Attique (1930-1944). Des supporters de Venizélos de l’entre-deux-guerres dans les bastions de l’EAM sous l’Occupation. » Voir aussi Alexopoulos de Girard Christina, 2017, p. 257-269.

69 Pour une présentation des différentes perceptions et des divers noms attribués à ces populations d’origine pontique ou caucasienne, réfugiées en Grèce, voir Πόντος και Αριστερά, URL : https://pontosandaristera.wordpress.com/2010/04/20/greek-caucasians/. Dans les premières années, le terme « Pontique » était utilisé pour désigner uniquement les personnes originaires des régions d’Asie Mineure. Ceux qui venaient des régions de Kars, dans le Caucase russe, cédées aux Turcs par les bolcheviks lors du traité de Brest-Litovsk, étaient qualifiés de « Caucasiens » ou de « Caucasiens pontiques », alors qu’ils avaient émigré du Pont seulement 40 ans auparavant. Les réfugiés de la région caucasienne de Chalka, en Géorgie centrale, de langue turque pour la plupart, étaient appelés « Chalkali » et étaient également inclus dans le groupe des « Caucasiens ». Ceux qui venaient de Pafra ou de Samsun étaient également appelés « Pafralis » ou « Samsolis ». Progressivement, le terme « Pafralis » a été utilisé pour désigner les Pontiens occidentaux turcophones en général. De même, « Russopontique » était le nom donné aux réfugiés pontiens de l’URSS en 1939, etc. Mais les « Pontiques » n’étaient pas non plus un groupe unique. Ceux qui sont venus de Sinope, les « Sinaplides », ne se sont pas déclarés « Pontiques », mais « d’Asie Mineure », en raison de la langue démotique qu’ils parlaient. De même, s’ils venaient de Matsouka, Kromni ou Fatsa, ils existaient en tant que Matskalides, Krometes, Fatsalides, etc. avec de fortes identités locales qui se chevauchaient souvent avec le groupe plus large des « Pontiques ».

70 Hatzianastassiou, 1998. Voir Hatzianastassiou, 2003.

71 Sur les populations pontiques turcophones qui se sont majoritairement rangées du côté des forces anticommunistes, voir Marantzidis, 2005 ; 2001, p. 132-155. La spécificité de leur parcours politique est étudiée en relation avec l’identité ethnique des réfugiés, le rôle des élites locales, la violence des organisations de résistance et les motifs socio-économiques de la collaboration.

72 Pour un exemple local de participation de ces forces dans l’EEE (Organisation nationale « la Grèce »), voir Dordanas, 2001.

73 Dans le camp de concentration pour communistes de l’Acronauplie, inauguré par le dictateur Metaxás, les Pontiques et les Caucasiens sont également présents. Voir Floudzis, 1979, p. 102-105. « Une autre forme très sérieuse de développement de relations plus étroites et d’assistance mutuelle était les groupes ethniques locaux (“paroikies”), qui regroupaient les prisonniers par régions en fonction de leur origine. Ces groupes étaient dirigés par de petits comités [...] Les Pontiques étaient appelés “Ethnos” en raison du caractère ethnique particulièrement fort de leurs coutumes et de leurs danses, ainsi que de leur dialecte pontique particulier » Floudzis, 1979, p. 102-105.

74 Empros, 23 novembre 1946, p. 3.

75 Voir Marantzidis, 2005, p. 163. Les journaux conservateurs mettront systématiquement en avant les origines « étrangères » des combattants de l’Armée démocratique : « Durant le procès de Salonique, il fut révélé que des Caucasiens dirigeaient les bandes de brigands » (Empros, 29 février 1948).

76 Le 13 juin 1949, Staline a fait déporter en Asie Centrale les populations pontiques de Russie. Voir les Actes du 4e Congrès international des Grecs pontiques, Salonique, 13-16 juin 1997, p. 509. Voir également Eleftherotypia, « 40 χρόνια Εξορίας » [40 ans d’exil] : « Le soir du 13 juin 1949, la police secrète stalinienne a encerclé les villages pontiques et a forcé les habitants à les évacuer en l’espace de quelques heures. Après un voyage de 14 jours dans des wagons fermés, les Pontiques ont été transportés dans les steppes d’Asie centrale, où des milliers d’entre eux sont morts dans des conditions misérables. Des persécutions similaires avaient été lancées contre la population grecque en 1937, 1942, 1944 et 1946. Cinquante mille Pontiques sont morts dans les camps de concentration. Aujourd’hui, les Pontiques réclament qu’on arrête de les ignorer sur le plan politique. » Voir également les travaux du séminaire d’histoire pour l’Asie Mineure et les réfugiés, organisé par l’université libre de Kifissia en 2011-2012, et plus précisément l’intervention d’O. Sevastidou (5 juin 2012), « La mémoire des persécutions staliniennes (1937-1949) dans les récits de vie des Pontiques d’URSS » [en grec].

77 Certains sont déportés vers la mer Noire que leurs parents avaient dû quitter quelques 30 ans plus tôt. Sur les persécutions staliniennes des Grecs de l’Union soviétique, voir V. Agtzidis, 2007, p. 223-280. Voir aussi Kokkinos, Lambatos, & Athanassopoulou, 2008. Parmi les exilés se trouvent aussi des réfugiés politiques, chassés de l’URSS en 1939, en tant qu’« ennemis du peuple, nationalistes et cosmopolites ». Voir également le parcours de Kostas Iliadis (connu comme « Eftychiadis »), membre du Bureau politique du PCG, formé au KYTB. Il a organisé les premiers noyaux de gauche à Metallico pour lutter contre les grands propriétaires terriens à qui le roi Constantin avait offert d’importantes étendues de terre pour les remercier de leur participation aux guerres balkaniques. Iliadis a été arrêté par la Sûreté, s’est évadé, avec sept cadres du PCG, de la prison Syngrou en avril 1931, puis a essayé de trouver refuge en Union soviétique où il sera exécuté pendant les purges staliniennes de 1937. Voir Palaiologopoulos, Avgi, 10 janvier 2010.

78 Des réfugiés avaient participé aux actions de l’organisation antisémite Ethiki Enosis Ellas (Union nationale Grèce), et notamment au pogrom contre les juifs du quartier modeste de Campbell, en juin 1931, le journal Makedonia en la personne de Nikos Fardis en fait l’apologie. Voir Tsironis, 1999 ; Liakos, 1986 ; Molho, 2003, p. 53-59.

79 Voir le télégramme adressé au Führer, après l’échec de sa tentative d’assassinat, par Kisa Baçak, chef de guerre pontique turcophone et collaborateur des Allemands. Kisa Baçak souhaite au Führer : « longue vie et capacité d’action pour lutter pour l’Europe contre les juifs, ploutocrates scélérats, et les agents ignobles de Moscou, qui ne sont rien d’autre que des assassins communs. » (cité par Dordanas, 2001, p. 114-115).

80 Marantzidis, 2005, p. 196-207.

81 Dalègre, 2008, p. 362.

82 Nikos Marantzidis présente la version des Pontiques turcophones qui attribuent leur collaboration avec les forces d’occupation contre l’ELAS à la violence de ce dernier, et qui expliquent leur action dans les milices pendant la Terreur blanche et la guerre civile, par leur anticommunisme. Dans la version officielle avancée par la communauté, pour ces populations la guerre civile remonterait à l’Occupation. Voir Marantzidis, 2012, p. 160. Voir également Alvanos, 2003, p. 71-110 : « De la fin de l’année 1943 au début de l’année 1945, de nombreuses communautés pontiques turcophones ont vécu une tragédie prolongée. Leur refus de rejoindre l’ELAS et l’affrontement armé qui s’en est suivi ont coûté à ces réfugiés des centaines, voire des milliers, de vies humaines. La résistance de l’EAM s’est montrée impitoyable à leur égard, tout comme les conquérants l’étaient à l’égard de tous ceux qu’ils considéraient comme leurs ennemis. Ainsi, pour les Pontiques turcophones confrontés aux armes de l’ELAS, l’Occupation a marqué dans leur conscience la véritable guerre civile. »

83 Naturellement, les choix pris par les communautés de réfugiés restent des engagements collectifs qui supportent des exceptions individuelles. Tous les Pontiques turcophones n’ont pas collaboré et quelques-uns se sont même engagés dans la Résistance. Le cas du fils de Vasil Usta (Vasileios Anthopoulos), membre du maquis pontique tué par les Turcs, qui lutte dans l’Armée démocratique, est une de ces exceptions qui confirment la règle.

84 Voir Textes de la Résistance nationale, 1981, p. 282 : « [L’ELAS] prévient tous ceux qui participent à celles-ci [les milices anticommunistes] ou qui les soutiennent que ceux qui ont échappé au châtiment populaire direct recevront après la libération la punition juste qui convient à des meurtriers, à de purs agents de l’ennemi. Elle donne l’ordre aux divisions de l’ELAS de frapper, de dissoudre et d’exterminer tout groupe, toute formation ou même des collaborateurs isolés, où qu’ils les rencontrent. Leur responsabilité à tous est immense et ils paieront de leurs têtes. Les familles des instigateurs, organisateurs, chefs et exécuteurs vont être arrêtées et leurs biens dans les régions de la Grèce libre vont être confisqués. »

85 Sur le déclenchement d’une dynamique propre à la guerre, avec un cycle de violences qui embrasent des communautés de plus en plus étendues, voir Mayer, 2000 et plus précisément le chapitre 8. C’est la réhabilitation du pouvoir judiciaire dans un État de droit qui peut y mettre fin.

86 Voir Kalogrias, 2008, p. 127-200.

87 Sur la bataille de Kilkís, voir Agtzidis, Imerisia, Kilkís, 5, 6 et 7 novembre 2008. Voir aussi Panosz, URL : http://panosz.wordpress.com/2008/10/03/kilkis/. Voir également, Marantzidis, 2012, p. 161-190 et Kalogrias, 2008, p. 150-154.

88 Kisa Baçak, pontique turcophone, né en 1884 à Merzifon et habitant à Koukos (en Piérie) a utilisé l’aide allemande pour équiper les villages turcophones contre les résistants. Il a d’abord collaboré avec l’antenne locale de la police secrète de l’armée allemande (Geheime Feldpolizei) en y associant Michal Aga et Konstantinos Papadopoulos. Il a dirigé l’organisation de collaboration Ethnikos Ellinikos Stratos. Il est mort le 4 novembre 1944 après la bataille de Koukos qui a eu lieu le 18 octobre 1944. Une chanson pontique relate l’événement, voir Kyriazi, 1975.

89 Voir un témoignage intéressant sur la personnalité d’Anton Çavus (en grec Tsaous) par un jeune capitaine de l’ELAS, Nikos Hatzinikolaou (Kapetan Mavros), 2008.

90 Voir l’exemple typique de Mesovouno (à Kozani) sur le site du Réseau de villes et de villages ayant subi les représailles nazies (Diktyo Martyrikon Poleon kai Chorion, URL : http://www.greek-holocausts.gr/).

91 Dordanas, 2006, p. 17-33.

92 Le député du Laïkon Komma (Parti populaire) Philippos Dragoumis propose le déplacement de la zone frontalière des populations slavophones ou pontiques « dépourvues de conscience nationale » en citant comme exemples les réfugiés caucasiens de Russie (Dragoumis, 1949, p. 67, 68 et 69.)

93 Voir le témoignage de Lazik dans Pavlidis, 2009, p. 77.

94 Sur les difficultés liées à cette reconnaissance, voir Fotiadis, avril 2008, p. 12-13.

95 Voir Eleftherotypia, « Η δήλωση του Μπατούμι » [ La Déclaration de Batoumi] : « Les voyages de Grecs en Turquie et en Géorgie, la messe au monastère de Sumela, les décisions portant sur l’organisation de l’hellénisme pontique, les contacts avec les Grecs de l’ex-Union soviétique ont mis en valeur la grande dynamique de l’hellénisme œcuménique, qui dépasse les frontières balkaniques de la Grèce moderne. »

96 Sur l’installation en Bulgarie, voir Tsekou, 2010.

97 Sur la mémoire des réfugiés de Tachkent, voir le travail photographique de Poulos, 2010.

98 Sur la politique de l’État grec face aux nouveaux réfugiés de l’URSS, voir Agtzidis, 2001 [1997], p. 589-680.

99 Kyriakatiki Eleftherotypia, 28 janvier 2001, p. 50-51.

100 Prévélakis, 2006, p. 65. L’auteur pense les évènements de la guerre civile ainsi que les mouvements migratoires depuis les zones rurales vers le monde urbain, comme « une chance de contestation ouverte du centre », autrement dit, comme une revanche des périphéries, longtemps opprimées, face au pouvoir central.

101 Sur les questions d’urbanisation, voir les travaux de Leontidou, 2015, p. 86–106. Consulter également Maloutas & Spyrellis (éd.), URL : https://www.athenssocialatlas.gr/fr/article/quartiers-pauvres-de-lespoir/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christina Alexopoulos de Girard, « Homogénéité nationale et mouvements migratoires : imaginaires et réalités des populations échangées entre le traité de Lausanne et la guerre civile grecque »Cahiers balkaniques, 50 | -1, 149-189.

Référence électronique

Christina Alexopoulos de Girard, « Homogénéité nationale et mouvements migratoires : imaginaires et réalités des populations échangées entre le traité de Lausanne et la guerre civile grecque »Cahiers balkaniques [En ligne], 50 | 2024, mis en ligne le 22 mai 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/20505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11rxy

Haut de page

Auteur

Christina Alexopoulos de Girard

Inalco-PLIDAM et SuLiSoM, université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search