Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Les clubs sportifs de réfugiés da...

Les clubs sportifs de réfugiés dans la Grèce de l’entre-deux-guerres (1922-1940)

Refugee sport clubs in interwar Greece (1922-1940)
Προσφυγικά αθλητικά σωματεία στην Ελλάδα του Μεσοπολέμου (1922-1940)
Andreas Baltas
p. 193-211

Résumés

Résumé : après la Catastrophe, les bourgeois de Constantinople, de Smyrne, d’Aïvali, de Trébizonde et des autres centres urbains de l’Asie Mineure ont transporté en Grèce leur culture sportive. Leur rôle dans l’introduction des sports, y compris féminins, a été indéniable. Par ailleurs, ils ont été porteurs de la mémoire de l’Asie Mineure et de Constantinople par leurs noms, leurs symboles et leurs actions. L’objet de cet article est le monde de ces clubs sportifs pendant l’entre-deux-guerres, l’analyse des prolongements sociaux et politiques de sa création et de son action, ainsi que son apport à la préservation de la mémoire de l’Asie Mineure.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Après la Catastrophe d’Asie Mineure, ceux qui quittèrent le pays et s’installèrent en Grèce, malgré leurs différences économiques, sociales et culturelles, sont devenus progressivement porteurs d’une identité particulière, celle de réfugié. La consécration de la catégorie de réfugié a suivi l’institutionnalisation par l’État grec du cadre d’accueil des nouveaux habitants du pays, la qualité de réfugié acquit ainsi des prolongements sociaux et politiques. La formation des clubs et leur représentation collective auprès des autorités sont devenues un besoin absolu. Ils ont pris en charge l’octroi des certificats de réfugié à leurs membres, et la mise en évidence de leurs problèmes d’installation et de survie. Beaucoup se sont révélés porteurs de la mémoire des lieux d’origine de leurs membres, et la jeunesse réfugiée a trouvé un refuge dans les centaines de clubs sportifs fondés dans les lotissements de réfugiés du pays. L’objet de cet article est le monde de ces clubs sportifs pendant l’entre-deux-guerres, l’analyse des prolongements sociaux et politiques de sa création et de son action, ainsi que son apport à la préservation de la mémoire de l’Asie Mineure. Les éléments de cette étude viennent de la thèse de doctorat de son auteur, soutenue dans la section de sciences politiques et d’histoire de l’université Pandeion à Athènes, avec pour titre Clubs sportifs des réfugiés dans l’entre-deux-guerres.

Le sport dans les communautés grecques d’Asie Mineure

  • 1 Yıldız, 2015. Yıldız se focalise sur la formation d’une culture sportive commune aux nations de l’e (...)
  • 2 Zaïmakis, in Petmezas & Tzedaki, 2014, p. 207.

2Dans la seconde moitié du xixe siècle, l’Empire ottoman prit des mesures de réforme et de modernisation qui furent favorables au développement de l’action collective des communautés grecques-orthodoxes. Parallèlement, l’éducation physique a été introduite dans les écoles militaires et les établissements d’enseignement public, tandis que de nouvelles conceptions du corps apparaissaient dans la sphère publique1. Les Levantins de Constantinople et de Smyrne ont été les avant-gardistes de l’introduction des sports et de l’athlétisme modernes dans les deux villes, les bourgeois grecs, surtout les jeunes gens instruits, les ont imités en introduisant le sport dans l’éducation, en fondant des clubs et en patronnant des jeux sportifs2.

  • 3 Les noms de lieux en Asie Mineure sont cités sous leur forme grecque ou francisée (Smyrne).

3Dans les villes d’Asie Mineure et à Constantinople, les jeunes des communautés grecques ont été très tôt en contact avec la gymnastique, l’éducation physique a été introduite assez précocément dans les établissements scolaires grecs des grands centres urbains. Dans le cadre de la diffusion du sport ont été fondés de nombreux clubs sportifs grecs sous l’égide de la Coordination des clubs grecs de sport et de gymnastique (SEAGS). Dans ce cadre, des associations comme l’Association panionienne de gymnastique de Smyrne, l’Association de gymnastique l’Apollon de Smyrne et l’Association grecque Héraclès à Tatavla (Constantinople) ont développé une action notable en lien avec les clubs des autres communautés3.

  • 4 Baltas, 2021a, p. 33-44. Pour la pénétration des sports contemporains par le nationalisme grec et s (...)

4L’explosion des nationalismes, les guerres entre les États des Balkans et les dispositions irrédentistes des nations non musulmanes de l’empire ont également influencé inévitablement le sport avec pour résultat que les clubs sportifs ont porté l’idéologie nationale de leurs membres. Dans le cas des associations gréco-orthodoxes, le couplage avec l’idéologie nationale grecque s’est réalisé par le lien avec la Grèce antique et la mémoire des communautés micrasiates. Ainsi, ces clubs, avec le temps, se sont transformés en porteurs fervents de l’idéologie nationale grecque en adoptant des noms et des symboles de la Grèce antique, et en instituant des jeux qui renvoyaient à l’Antiquité4.

  • 5 En utilisant le terme antique, NDT.
  • 6 Baltas, 2014, p. 33-50.

5Dans ce cadre, la Grèce antique a été une source d’inspiration pour les noms des clubs sportifs fondés en Asie Mineure et à Constantinople jusqu’en 1922. Ainsi, on créa à Smyrne, l’Orphée (1890), le Gymnase (1894), puis le Panionien (1898), l’Apollon (1899), le Club des rameurs5 (1902), le Pélops de Melandia (1905), le Thésée et l’Hermès de Bournova (1907 et 1908). À Aydin, ce fut l’Association Olympie (1890), à Aïvali, le Groupe éolien de gymnastique (1906), à Adramytio, le Korivos (1908), à Nazli, l’Eschyle (1919), etc6.

  • 7 Baltas, 2015, p. 65-87.
  • 8 Baltas, 2016, p. 97-116.

6On trouvait également, à Constantinople, l’Association grecque Hermès (1877), l’Association de gymnastique grecque Héraclès à Tatavla (1896), l’Olympie du Robert College (1899), le Thésée de Vafeochori (1900), l’Association de gymnastique Arès de Mega Rema (1901), l’Association de gymnastique Persée de Kondoskali (1903), l’Association de musique et de gymnastique Alexandre de Bathyrryako (1904), l’Association de gymnastique Achille de Tzivali (1908), l’Association de gymnastique Jason de Constantinople (1911), etc7. À Trébizonde du Pont, ce furent l’Association grecque Prométhée (1908) et l’Association de gymnastique Akritas, à Sinope la Coordination nationale grecque Mithridate (1908) et à Kotyora (Ordu), l’Association Héraclès8.

7Les symboles de ces clubs provenaient eux aussi de la même époque. Ainsi, les Grecs orthodoxes d’Asie Mineure et de Constantinople, en liant leurs associations sportives, la Grèce antique et la mémoire de l’Asie Mineure ont voulu mettre en avant leur longue présence au-delà de l’Égée et l’inscrire pour l’avenir.

Les clubs des réfugiés

Les sports

  • 9 Baltas, 2021a, p. 90-102.
  • 10 Ibid., p. 108-117. Sur le football dans l’entre-deux-guerres, voir Baltas, 2021b, p. 992-1006.

8Les bourgeois de Constantinople, de Smyrne et des autres grandes villes d’Asie Mineure ont été porteurs d’une culture sportive spécifique. Après la Grande Catastrophe, les membres de l’Association panionienne, de l’Apollon, du Club arménien, tous trois de Smyrne, et du Pélops de Melantia ont transféré le siège de leurs associations à Athènes, tandis que les membres des clubs de Constantinople ont fondé à Athènes, à Thessalonique et dans les autres villes de Grèce des clubs comme l’AEK ou le PAOK9. Dans leurs nouveaux foyers, les réfugiés ont rencontré des membres des clubs locaux et ont pratiqué des sports comme l’athlétisme, le vélo, le volley, le basketball et la nage, et une large majorité des réfugiés a principalement pratiqué le sport populaire qu’était le football. De l’ensemble des plus de 520 clubs sportifs intégrés dans cette étude, au moins 423 s’occupent de football, ce qui montre la prépondérance de ce sport chez les réfugiés. Leur contribution à la diffusion du football dans tous les centres urbains de Grèce a été importante, sa présence massive dans la Grèce de l’entre-deux-guerres leur est due10.

Tableau 1. Les différents sports pratiqués dans les associations de réfugiés

Sport

Attique

Thessalonique

Reste du pays

Total

Football

275

65

83

423

Athlétisme

36

8

7

51

Vélo

10

5

 

15

Volleyball

33

5

2

40

Basketball

20

5

 

25

Handball

7

1

 

8

Natation

4

5

1

10

Sports nautiques

2

2

 

4

Randonnée

20

3

 

23

Moto-football

2

 

 

2

Polo

3

2

1

6

Alpinisme

1

1

 

2

Tennis

3

1

 

4

Ping-pong

2

1

 

3

Tir

1

 

 

1

Boxe

2

 

1

3

Lutte

3

2

 

5

L’introduction du sport féminin en Grèce

  • 11 Baltas, 2021a, p. 148-160. Sur le président du Panionien de Smyrne, voir Linardos, 2018.
  • 12 Αθλ. Κόσμος [Monde sportif], 4 juillet 1926.
  • 13 Αθλ. Κόσμος [Monde sportif], 7 novembre 1926.

9Le président smyrniote du Panionien, Dimitris Dallas, fut un fervent soutien du mouvement d’athlétisme féminin local qui faisait également une apparition timide en Grèce et était composé de gymnastes locales : le Panionien a été ainsi en première ligne pour introduire le sport féminin en Grèce11. En 1926, il a réalisé ses intentions originelles, en fondant une section féminine où on accueillait « les dames et demoiselles de familles connues de la ville »12 et, la même année, il annonça des jeux sportifs féminins pour le 28 novembre13. L’apparition de femmes réfugiées dans l’arène semble avoir servi le besoin de promouvoir une image positive qui s’opposerait aux stéréotypes négatifs que formaient à leur égard les cercles conservateurs indigènes.

Les stades

  • 14 Baltas, 2021a, p. 161-171.

10Disposer d’un stade ou d’un gymnase était pour ces clubs une condition indispensable pour entraîner leurs membres comme pour s’assurer des ressources par les ventes de billets lors des jeux. Avoir un lieu, vu les maigres possibilités financières des réfugiés, demandait la contribution de l’État pour fournir ce lieu et financer les travaux indispensables. Dans de nombreux cas cependant, l’administration des clubs dut faire appel à leurs membres pour contribuer à la construction des stades : ils travaillaient bénévolement quand ils le pouvaient, ou offraient de l’argent. Le cas du stade de l’AEK à Néa Philadelphia est caractéristique : pour sa construction, les liens politiques de certains membres de l’association avec les Libéraux ont joué un rôle, mais leur engagement personnel fut indispensable comme la contribution financière des membres du conseil d’administration14.

La rivalité indigènes/réfugiés : les cas de Patras et de Volos

  • 15 Ibid. p. 171-176.

11La rivalité entre les réfugiés et les autochtones s’est plusieurs fois transportée sur les stades de football. Dans des villes comme Volos et Patras, l’antagonisme sportif s’est développé entre les clubs des réfugiés et ceux des locaux et a eu des prolongements sociaux, culturels et en partie de classes. À Volos, le Niki qui avait son siège dans le lotissement des réfugiés concurrençait pour les premières places l’Olympiakos des autochtones, alors qu’à Patras, l’Olympiakos qui siégeait dans le quartier « Réfugiés » concurrençait le Panathenaïki15.

12Cette rivalité était aussi influencée par la lutte impitoyable entre les stéréotypes que chaque groupe nourrissait à l’égard de l’autre. Ainsi, le football a été relié à la culture des nouveaux habitants et a été pour eux un stéréotype positif de supériorité et d’avant-gardisme. Voici comment Kostas Kaïaphas, né en 1931 à Néa Ionia de Volos, décrit la vie quotidienne des réfugiés, lui qui présente le football, la cuisine et leurs divertissements comme les composantes de leur culture supérieure :

  • 16 Karastergiou, in Van Boeschoten, Verveniotis, Lambropoulou et al., 2016, p. 111.

Ici, à Volos, les réfugiés ont apporté le football. Ils ont apporté la civilisation, disons, ils ont apporté beaucoup de bonnes choses. Tous ces gens ici à Volos […] nous, on savait se distraire bien ici à Néa Ionia, dans la Grande Rue depuis Syntagma jusqu’au pont, à droite et à gauche, il y avait les bouzoukia, les clarinettes, tout ça et […] eux, ils se couchaient comme les poules à Volos. Ils ne savaient pas boire le vin, l’eau-de-vie, tout ça, ils n’en avaient pas idée. Nous, on leur disait de manger des crevettes et eux ils répondaient : vous voulez qu’on mange des mille-pattes ?16

L’identité sociale des clubs

  • 17 Baltas, 2021a, p. 177-182.
  • 18 ΓΑΚ Athènes, Archives du tribunal de première instance du Pirée, « Club de football l’Enosis de Kok (...)

13La composition sociale des associations sportives reflète la non-homogénéité sociale du monde réfugié. L’analyse des listes des membres fondateurs et des membres des conseils de ces clubs montre que les associations de quartiers, qui composaient la majorité des clubs sportifs, regroupaient principalement des ouvriers et des petits commerçants17. On le voit par exemple, en examinant les professions des membres élus du conseil administratif du Club sportif et de football l’Enosis, de Néa Kokkinia18.

Tableau 2. Composition du premier conseil d’administration du Club sportif et de football l’Enosis de Néa Kokkinia (1931)

Prénom nom

Âge

Profession

Qualité

Loukas Rossidis

32

mécanicien

président

Charalambos Bakirtzoglou

24

menuisier

vice-président

Fotios Bouzouras

36

technicien à l’aérodrome

secrétaire général

Nicolas Raïkopoulos

54

propriétaire

caissier

Panagiotis Raptis

37

docker

conseiller

Michaïl Kapos

29

menuisier

conseiller

Dimitris Karabelas

36

docker

conseiller

Loukas Nenos

28

menuisier

responsable du football

Spyros Terzoglou

36

 

responsable du club

  • 19 Αθλητικά Χρονικά [Chroniques du sport], 4 octobre 1934.
  • 20 Baltas, 2021a, p. 197-200.

14A contrario, les associations de réfugiés bourgeois étaient composées d’hommes des classes supérieures, d'intellectuels, de commerçants et d'entrepreneurs19. Ainsi, l’AEK réunissait dans ses rangs l’élite des Constantinopolitains de la capitale ; dans la liste de ses membres, en 1934, on peut voir – c’est caractéristique – trois hommes politiques, dix-huit commerçants, huit médecins, cinq banquiers, trois industriels, trois avocats et trois architectes. Enfin, quant à l’âge des membres, on constate que les jeunes de 17 à 35 ans, membres de la jeunesse de l’entre-deux-guerres, dominent dans tous les registres de l’époque20.

Tableau 3. Âge des membres du Club sportif et de football l’Enosis de Néa Kokkinia

Âge

Nombre de membres

Jusqu’à 20 ans

29

21-25

2

26-30

11

31-35

3

36-45

4

46 et plus

6

Total

55

  • 21 Ibid., p. 200-205.

15Dans ce cadre, les membres des clubs sportifs ont développé une sociabilité qui reflétait leur position sociale. Cette sociabilité se définissait à travers les activités qu’ils développaient, comme les diverses festivités qui accompagnaient les manifestations sportives, leur participation à des manifestations publiques et aux activités internes aux clubs. Dans les fêtes de ces clubs de réfugiés, on remarquait une participation massive des habitants, leurs bureaux et les clubs étaient des lieux de réunion. Les associations bourgeoises, de leur côté, développaient une sociabilité qui traduisait l’ancienne place éminente de leurs membres dans la société ottomane. Ainsi, les fêtes du Panionien qui regroupait les Smyrniotes d’Athènes reflétaient l’atmosphère cosmopolite de l’ancienne Smyrne21. Voici comment on décrivait le bal du Panionien en mars 1929 dans le journal Sport :

  • 22 Αθλητικά Χρονικά [Chroniques du sport], 28 février 1934.

16Du beau monde choisi s’est réuni mardi dernier au bal du Panionien qui a eu lieu au « Délice ». Des Smyrniotes et des Athéniennes ont rivalisé en beauté et en grâce. Les conseillers du club et ses membres ont eu l’occasion de faire montre aux participants, une fois de plus, de la traditionnelle hospitalité smyrniote et du caractère ouvert des Ioniens. Il y eut abondance de dons, des attractions et une grande richesse d’objets. Le bal a été célébré sous la présidence de Themistoclis Sofoulis [député libéral, futur Premier ministre], qui est resté présent assez longtemps avec sa fille et a exprimé ses félicitations au Conseil et au comité d’organisation22.

Réseaux politiques et comportement

  • 23 Pour le lien entre les associations des réfugiés et le réseau électoral vénizéliste, voir Mavrogord (...)

17L’activité de ces clubs a acquis un caractère politique du fait que la plupart de leurs membres appartenaient au groupe des Libéraux. Cette relation s’est exprimée par la participation d’hommes politiques de ce parti aux conseils d’administration des clubs importants comme l’AEK, le PAOK, le Panionien et l’Apollon de Smyrne. Le soutien massif du monde des réfugiés à ces clubs a constitué une réserve idéale de voix pour des politiciens célèbres et des cadres de l’administration locale, les insérant ainsi, par l’encadrement de leur conseil d’administration par des députés, dans le réseau politique et électoral du groupe libéral23.

  • 24 Baltas, 2021a, p. 205-213.
  • 25 Αθλ. Κόσμος [Monde sportif], 17 octobre 1926.

18Le premier président de l’AEK, Constantinos Spanoudis, était membre du groupe des Libéraux. Le PAOK de Thessalonique entretenait des liens étroits avec des personnes importantes de la faction vénizéliste, à la fois au niveau de la politique centrale, de la politique locale et dans la presse. Le président du club, Petros Levandis (1930-1931 et 1933-1934) était député du parti des Libéraux et directeur du journal Makedonia. À Athènes, les liens des administrateurs du Panionien avec le camp vénizéliste étaient clairs puisque des cadres de l’association, comme le député d’Athènes et du Pirée24, Apostolos Orfanidis, étaient candidats du groupe libéral en 1924. Un homme important de l’Apollon de Smyrne, Dimitris Marsellos, président du club jusqu’en mars 1937, était lui aussi un vénizéliste convaincu. Il a été l’un des cadres politiques des Libéraux et a été élu député du Pirée. Le fait que l’assemblée générale de l’Apollon, en octobre 1926, se soit tenue dans la salle du bureau politique du parti libéral dans l’hôtel particulier Afthonidou sur la place Klafthmonos, est révélateur de cette liaison de l’Apollon avec le groupe antimonarchiste25.

Les clubs sportifs des réfugiés comme porteurs de la mémoire micrasiate

  • 26 Pour bien comprendre le fonctionnement de la mémoire collective, voir la distinction que fait Jan A (...)
  • 27 Αθλητικά Χρονικά [Chroniques du sport], 8 avril 1932.

19Les clubs sportifs des réfugiés ont contribué à former la mémoire micrasiate, car leurs membres en appelaient à la mémoire de leurs lieux d’origine par la commémoration rituelle de ses morts et l’emploi d’éponymes et de symboles qui renvoyaient principalement à la géographie de l’Asie Mineure et à l’histoire de Byzance. Les pratiques mémorielles de ces associations comprenaient l’emploi répété de textes, d’images, de rituels et la transformation des événements historiques en symboles26. Cette approche théorique est prouvée par les pratiques mémorielles déjà suivies par les clubs sportifs grecs en Asie Mineure et que les réfugiés ont continuées en Grèce. Ainsi, dans le cadre de la commémoration des morts, en 1932, l’Héraclès de Néa Kokkinia, annonça l’organisation d’une course de relais à Kokkinia avec la participation de tous les clubs du Pirée, en l’honneur des athlètes réfugiés morts sur le front d’Asie Mineure27.

20En effet, après 1922, l’espace de l’Asie Mineure est devenu la source première d’inspiration pour nommer les clubs sportifs de réfugiés : 196 clubs portaient un nom qui renvoyait à la région. Notons qu’avant 1922, la source première des noms de ces clubs d’Asie Mineure était la Grèce antique ; après la Catastrophe, il y a un tournant manifeste en direction de noms en relation avec Byzance.

  • 28 Baltas, 2021a, p. 232-238.

21Dans l’entre-deux-guerres, seuls 85 clubs de réfugiés prennent un nom antique sur un total de plus de 520 pris en compte dans cette étude28.

2255 choisirent des noms qui rappelaient Constantinople comme l’Union sportive de Constantinople (AEK), et le Groupe sportif panthessalonicien des Constantinopolitains (PAOK). Pendant cette période, pas mal de clubs se nomment AEK, ce qui pourrait être vu comme une mode, en raison de la popularité de l’AEK constantinopolitaine.

2318 se reliaient à Byzance comme l’Union sportive byzantine et le Cercle sportif byzantin (VAO) et huit rappelaient l’aigle bicéphale, comme l’Aigle bicéphale d’Ambelokipi et l’Union sportive « Aigle bicéphale ».

2424 clubs ont adopté des noms citant l’Asie Mineure comme l’Union micrasiate de Chios et la Jeunesse nationale micrasiate de Thessalonique.

2517 clubs ont inclus dans leurs noms le terme Ionie comme l’association sportive de Néa Philadelphia, L’Ionie, et l’Ionie de Samos.

2610 clubs se sont reliés à Smyrne, comme la Jeunesse smyrniote de Thessalonique et Smyrne de Kastoria.

2724 ont choisi des noms rappelant l’Arménie, comme l’Union des sportifs arméniens et la Néa Piurak de Dourgouti.

2811 clubs ont voulu affirmer l’identité de réfugié, comme l’Union sportive des réfugiés d’Ambelokipi et le Club sportif des réfugiés « Arès » d’Amaroussi.

299 clubs ont investi le souvenir du Pont comme l’Association sportive et footballistique « Union des Pontiques » de Kallithea et l’Union de la jeunesse pontique de Kalamaria.

3024 clubs ont choisi d’autres régions et villes toujours de l’Asie Mineure, comme le Club sportif panphocéen « Protée » et le Renkiakos de Kokkinia.

314 clubs ont choisi l’Anatolie, comme l’Étoile d’Anatolie d’Ambelokipi et le Club sportif et footballistique « Étoile d’Anatolie » de Kokkinia.

323 ont voulu rappeler les Akrites, comme le Club sportif et footballistique « Akritas » de Drapetsona.

  • 29 Ibid. p. 232-233.

33Parallèlement, d’assez nombreux clubs ont voulu insister dans leur nom sur leur nouveau lieu d’installation, comme l’Apollon de Kalamaria, l’Olympiakos de Patras, 15 prirent un nom « national » comme le Groupe sportif national de Kaissariani, et 29 se dotèrent d'un nom renvoyant à la jeunesse comme les Jeunes de Vyrona29.

  • 30 Tribunal de première instance d’Athènes, décision 3662/25-4-36.

34Les trois clubs sportifs qui transférèrent leur siège de Smyrne à Athènes, le Panionien, l’Apollon de Smyrne et le Pélops de Melandia conservèrent leur nom, tandis que le Cercle arménien de Smyrne changea le sien en Union des sportifs arméniens. En revanche, l’Association de gymnastique « Sporting Club » de Constantinople continua son activité à Patissia (Athènes) en conservant le même nom30.

  • 31 L’interdiction des amanés et des mélodies de l’Anatolie est caractéristique du rejet par le régime (...)
  • 32 Ioannidou, 2004, p. 34-113.
  • 33 Sur le Niki de Volos, voir Konstantaras-Spatharas, 1994.

35Le régime de Metaxás n’a pas accepté le mot « réfugié » dans les noms des clubs, les réfugiés étant assimilés au camp vénizéliste et aux libéraux, donc au camp ennemi des soutiens de la dictature. En outre, le régime avait horreur des éléments culturels des réfugiés comme la langue turque et leurs chants31. C’est ainsi que la dictature de Metaxás, soupçonneuse devant tout ce qui évoquait les réfugiés, obligea en 1936 à retirer le mot « réfugié » du club Union des réfugiés de Thessalonique qui se transforma en Union des Macédoniens32. Dans certains cas, ce sont les membres du club eux-mêmes qui ont retiré le mot « réfugié » tant il stigmatisait ceux qui le portaient dans les premières années de l’entre-deux-guerres. À Volos, le 19 août 1924, est déclarée l’Association sportive des réfugiés de Volos avec pour but « de diffuser et répandre le sport et l’éducation physique dans toutes les classes sociales des réfugiés » ; le 29 septembre 1926, son nom est changé en Club sportif « Niki », ex-Club sportif des réfugiés de Volos, vraisemblablement pour éviter la stigmatisation33.

  • 34 Baltas, 2021a, p. 236.
  • 35 Archives historiques de la Banque Nationale [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας. Δικαστικό Τμήμα], 33 (...)

36Le symbole que les clubs sportifs ont adopté à satiété était l’aigle byzantin à deux têtes, adopté majoritairement par les clubs dont le nom renvoyait à Constantinople ou à Byzance, comme l’Union sportive byzantine, le Groupe sportif « Union de Constantinople » du Pirée et le Groupe sportif de football « Byzance » de Lavrio34. On rencontre aussi le phénix mythique, comme symbole de la renaissance et signe de la reconstruction des réfugiés. Par exemple, le sceau de l’AEK, à l’origine, comprenait son nom inscrit sur le pourtour et, au centre, le phénix renaissant de ses cendres, qui symbolisait la renaissance du sport grec de Constantinople. Plus tard, il adopta l’aigle byzantin à deux têtes35.

  • 36 Archives historiques de la Banque Nationale [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας], 16e article des sta (...)

37Plusieurs fois, les symboles et les sceaux des clubs renvoyaient directement aux lieux d’origine des réfugiés. Par exemple, le sceau de l’Association nautique et de gymnastique « Pélops », portait tout autour le nom de l’association et, au centre, les mots Melandia-Smyrne 1905, année de sa fondation. Le symbole du club était la lettre pi « Π » et la couleur des tenues des athlètes, le noir36. La couleur de la tenue sportive était elle aussi souvent un signe du lien entre le club sportif et l’origine géographique de ses membres. Les clubs fondés à Constantinople, choisissaient habituellement le jaune et le noir qui renvoyaient à Byzance, couleurs par exemple du Groupe sportif byzantin à Thessalonique. L’article 26 de leurs statuts est révélateur :

  • 37 Ibid.

38Les athlètes porteront la tenue ci-dessous avec pour base les couleurs du drapeau byzantin : le filet, noir, la veste noire avec les emmanchures et le tour du cou jaune, du côté gauche de la poitrine, à l’intérieur d’un cadre jaune bien défini, il y aura une bande noire diagonal avec les initiales VAO, les bandes molletières noires avec des lignes jaunes des deux côtés, des cnémides noires avec des bandes jaunes des deux côtés, et des chaussures blanches37.

  • 38 Ibid.

39Même d’autres clubs qui n’étaient pas exclusivement liés à Constantinople ont adopté les couleurs jaune-noir. C’était la couleur, par exemple, dans ses apparitions du Groupe sportif de football « Union micrasiate » de Dourgouti, tandis que le drapeau et le sceau du Groupe représentaient un aigle sur une base jaune-noir, encadré des mots « Union micrasiate-Athènes 1930 »38.

  • 39 Baltas, 2021a, p. 237.

40Enfin, les hymnes des clubs sportifs constituaient une part de leur langue et exprimaient leur identité. Leurs hymnes se rapportaient habituellement aux lieux d’origine de leurs membres, à l’esprit sportif de victoire et à la gloire du passé. Le Panionien a apporté en Grèce l’hymne qu’il avait adopté à Smyrne, au début du xxe siècle après un concours, tandis que les autres clubs ont cherché à avoir eux aussi leur hymne39.

Les stades des réfugiés

  • 40 Ibid. p. 238-241. Sur la création de « lieux signifiants » dans les lotissements réfugiés, voir Hir (...)

41Les stades ont fonctionné eux aussi comme des « lieux de mémoire importants » en donnant aux lieux des quartiers de réfugiés un sens, en tant qu’extension de leur ancienne patrie. Dans ce cadre, ils fixaient à la fois l’identité des réfugiés comme groupe en représentant l’histoire de leurs lieux d’origine, et leur place dans la société de l’entre-deux-guerres. Le stade de l’AEK à Néa Philadelphia, celui du Panionio de Néa Smyrni, de l’Apollon au Rouf, du PAOK au Sindrivani, etc., ont été des « lieux signifiants » reconnus comme des éléments fondamentaux de la vie sociale pour les sociétés locales des réfugiés40.

  • 41 Pour la transformation du traumatisme de l’exil en « héritage sacré », voir Katsapis, 2011, in Liak (...)
  • 42 Archives historiques de la Banque Nationale [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας], article 38 des stat (...)

42La survie des « institutions sportives ancestrales » contribuait au souvenir du passé et à la transformation du traumatisme de l’exil en « héritage sacré »41. Les membres du Panionio voulaient continuer la tenue des Jeux panioniens à Athènes, pour que ne soit pas coupé le fil de leur célébration à Smyrne. Selon les premiers statuts du Panionio d'Athènes, le club devait organiser ses propres jeux, et parmi eux les Jeux sportifs panioniens « qu’il a créés à Smyrne depuis 27 ans et dont il veut voir la continuation dans son nouveau siège »42. Dans un article publié dans la presse de l’époque, le rédacteur évoquait les Jeux panioniens de Smyrne, montrant leur ampleur et leur signification, tout en glorifiant le Panionio pour l’organisation parfaite des jeux à Athènes :

  • 43 Αθλ. Επιθεώρησις, octobre 1923.

43Le Panionien a décidé de poursuivre ces jeux dans sa patrie libre, mais leur souvenir nous ramène sur la piste du Panionien de la verte Ionie où nous avons eu la chance autrefois de voir de près son œuvre magnifique dans toute son ampleur, lui qui a contribué de façon très importante à tout le mouvement sportif grec. Nous reconnaissons dans ce cas que le Panionio a agi avec une connaissance précise de la signification plus générale de ces jeux. Non seulement ses efforts de publicité et leur déroulement brillant, mais aussi les moyens qu’il a fournis aux athlètes, sont réellement dignes d’éloges. C’est la première fois dans des jeux que nous avons des instruments d’une telle perfection et précision achetés à l’étranger. Dans l’ensemble, nous soulignons que les mesures prises ont été à la hauteur de l’importance et de la gravité des jeux43.

44De ce qui précède on peut déduire que les réfugiés ont été à l’avant-garde du sport grec, en prenant des initiatives et en important des nouveautés. Leur action a donc eu un double caractère, d’un côté en faisant revivre des pans du passé et de l’autre, en important du modernisme. Ainsi, ils ont été valorisés dans la conscience du public sportif et ont pris place dans le devenir sportif de la Grèce.

Conclusion

45Les bourgeois de Constantinople, de Smyrne, d’Aïvali, de Trébizonde et des autres centres urbains de l’Asie Mineure ont apporté en Grèce leur culture sportive et ont été porteurs des idéaux sportifs contemporains, en raison de leurs rapports avec les Levantins de leurs villes. Ces connaissances sportives préalables et la participation aux événements sportifs des sociétés pluriculturelles et pluriethniques de leurs villes, ont porté leurs fruits à Athènes, à Thessalonique et dans les autres centres urbains de Grèce : leur rôle dans l’introduction de sports nouveaux et de l’athlétisme féminin a été indéniable. Ces clubs ont constitué l’un des volets de ce qu’on appelle « l’identité réfugiée » puisqu’on y trouve les conditions premières qui constituent cette identité. Ils ont été porteurs de la mémoire de l’Asie Mineure et de Constantinople par leurs noms, leurs symboles et leurs actions. Leur activité sportive a également été l’un des champs de la guerre visant à lutter contre les stéréotypes négatifs des indigènes et à assurer aux réfugiés une image et une identité plus positive. Parallèlement, en eux se sont imprimées les identités sociales et les comportements politiques du monde réfugié. De nos jours, leurs noms et leurs symboles continuent à renvoyer aux lieux d’origine de leurs membres, même si dans leurs rangs se sont intégrés dorénavant des membres et des sportifs de toute la société grecque. Aujourd’hui, les partisans des clubs sportifs de réfugiés utilisent leur mémoire, en accord avec les intérêts sociaux et les conjonctures politiques. D’ailleurs, la reconstruction du passé se fait toujours à travers l’emploi des données du présent.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et thèse

Assmann Jan, 2017, Η πολιτισμική μνήμη – Γραφή, ανάμνηση και πολιτική ταυτότητα στους πρώιμους ανώτερους πολιτισμούς [La mémoire culturelle - Écriture, souvenir et identité politique dans les civilisations primitives supérieures], Panagiotopoulos Diamandis trad., Πανεπιστημιακές Εκδόσεις Κρήτης [Presses univ. de Crète], Ηράκλειο [Héraklion], 500 p.

Baltas Andreas Μπαλτάς Ανδρέας, 2014, Ο ελληνικός αθλητισμός στη Σμύρνη 1890-1922 [Le sport grec à Smyrne 1890-1922], Εκδόσεις Μπαλτά [Éditions Balta], Ηλεία [Élide], 235 p.

Baltas Andreas Μπαλτάς Ανδρέας, 2021a, Προσφυγικά αθλητικά σωματεία στον Μεσοπόλεμο 1922-1940 [Clubs sportifs des réfugiés dans l’entre-deux-guerres 1922-1940], Εκδόσεις Μπαλτά [Éditions Balta], Ηλεία [Élide], 336 p.

Hirschon Renee, 2006, Κληρονόμοι της Μικρασιατικής Καταστροφής. Η κοινωνική ζωή των Μικρασιατών προσφύγων στον Πειραιά [Héritiers de la Catastrophe d’Asie Mineure. La vie sociale des réfugiés micrasiates au Pirée], Μορφωτικό Ίδρυμα Εθνικής Τραπέζης [Fondation culturelle de la Banque Nationale], Αθήνα [Athènes], 488 p.

Kitroeff Alexandros, 2004, Wrestling with the Ancients: Modern Greek Identity and the Olympics, Greekworks.com.inc., 276 p.

Kostantaras-Statharas Dimitris Κωσταντάρας-Σταθαράς Δημήτρης, 1994, Το Χρονικό της Νέας Ιωνίας 1924-1994. Εβδομήντα χρόνια ζωής [Chronique de Néa Ionia 1924-1994. Soixante-dix ans de vie], Πολιτιστικός Οργανισμός Δήμου Ν. Ιωνίας Μαγνησίας- Εκδόσεις Ώρες [Organisme culturel du dème de Néa Ionia- Magnésie, Éditions Ores], 480 p.

Linardos Petros Λινάρδος Πέτρος, 2018, Δημητρός Δάλλας. Ο πρωτομάστορας του αθλητισμού της Μικράς Ασίας και της προσφυγικής αναγέννησης του Πανιωνίου Γ. Σ. Σμύρνης, [Dimitros Dallas, le premier architecte du sport de l’Asie Mineure et de la renaissance comme réfugié du Panionio de Smyrne], Εκδόσεις Μπαλτά [Éditions Balta], Ηλεία [Élide], 272 p.

Mavrogordatos George Th., 1983, Stillborn Republic, Social Coalitions and Party Strategies in Greece, 1922-1936, University of California Press, Berkeley, 380 p.

Petmezas Stavros Πετμεζάς Σταύρος & Tzedaki Lena Τζεδάκη Λένα, 2014, Επετειακός τόμος: Κυριαρχίες και συνειδήσεις στη Μεσόγειο 1880-1920 [Volume anniversaire : dominations et consciences en Méditerranée 1880-1920], Εταιρεία Κρητικών Ιστορικών Μελετών [Société des études d’histoire crétoise], Ηράκλειο [Héraklion], 318 p.

Vlisidis Kostas Βλησίδης Κώστας, 2004, Όψεις του ρεμπέτικου [Vues sur le rebétiko], Εκδόσεις του Εικοστού Πρώτου [Éditions du 21], Αθήνα [Athènes], 216 p.

Yıldız Murat Cihan, 2015, Strengthening Male Bodies and Building Robust Communities: Physical Culture in the Late Ottoman Empire, Unpublished dissertation, University of California.

Articles et contribution à un ouvrage

Baltas Andreas Μπαλτάς Ανδρέας, 2015, « Ο ελληνικός αθλητισμός στην Κωνσταντινούπολη 1877-1922 » [Le sport grec à Constantinople en 1877-1922], in Μικρασιατική Σπίθα, no 19, p. 65-87.

Baltas Andreas Μπαλτάς Ανδρέας, 2016, « Ο ελληνικός αθλητισμός στον Πόντο » [Le sport grec dans le Pont], in Επιτροπή Ποντιακών Μελετών, no 56, p. 97-116.

Baltas Andreas, 2021b, « Football Clubs, Social Changes, and Political Disputes in Interwar Greece », in The International Journal of the History of Sport, no 37/11 p. 992-1006.

Ioannidou Eleni Ιωαννίδου Ελένη, 2004, « Τα αθλητικά σωματεία των προσφύγων στη Θεσσαλονίκη του Μεσοπολέμου (1922-1940) » [Les clubs spor­tifs des réfugiés dans la Thessalonique de l’entre-deux-guerres], in Θεσσαλονικέων Πόλις [Ville des Thessalonciens], no 15, p. 34-113.

Karastergiou Maria Καραστεργίου Μαρία, 2016, « “Εδώ στο Βόλο οι πρόσφυγες φέραν το ποδόσφαιρο” Το γήπεδο της Νίκης ως τόπος μνήμης, ταυτότητας και ιστορίας των προσφύγων της Νέας Ιωνίας Βόλου » [« Ici à Volos, les réfugiés ont apporté le football » Le stade de Niki comme lieu de mémoire, d’identité et d’histoire des réfugiés de Néa Ionia Volos], in Van Boeschoten Riki Βαν Μπούσχοτεν Ρίκη, Verveniotis Tasoula Βερβενιώτη Τασούλα, Lambropoulou Dimitra Λαμπροπούλου Δήμητρα et al., Η Μνήμη αφηγείται την πόλη. Προφορική ιστορία και μνήμη του αστικού χώρου [La mémoire raconte la ville. Histoire orale et mémoire de l’espace urbain], Πλέθρον [Plethron], Αθήνα [Athènes], p. 107-124.

Katsapis Kostas Κατσάπης Κώστας, 2011, « Το προσφυγικό ζήτημα » [La question des réfugiés], in Liakos Antonis Λιάκος Αντώνης, Το 1922 και οι πρόσφυγες. Μια νέα ματιά [1922 et les réfugiés. Un nouveau regard], Εκδόσεις Νεφέλη [Éditions Nefeli], Αθήνα [Athènes], p. 125-169.

Koulouri Christina, 2010, « From Antiquity to Olympic Revival: Sports and Greek National Historiography (Nineteenth - Twentieth Centuries) », in The International Journal of the History of Sport, 27/12, p. 2014-2052.

Zaïmakis Giannis-Petre Ben Ζαϊμάκης Γιάννης-Petre Ben, 2014, « Πολιτισμικός ιμπεριαλισμός και σπορ στην ανατολική Μεσόγειο και την Κρήτη: Ο ρόλος των βρετανικών στρατευμάτων (1880-1912) » [Impérialisme culturel et sport en Méditerranée orientale et en Crète : le rôle des régiments britanniques (1880-1012)], in Petmezas Stavros Πετμεζάς Σταύρος & Tzedaki Lena Τζεδάκη Λένα, Επετειακός τόμος: Κυριαρχίες και συνειδήσεις στη Μεσόγειο 1880-1920 [Volume anniversaire : dominations et consciences en Méditerranée 1880-1920], Εταιρεία Κρητικών Ιστορικών Μελετών [Société des études d’histoire crétoise], Ηράκλειο [Héraklion], p. 201-228.

Archives

Archives historiques de la Banque nationale section juridique [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας], « Union de gymnastique Pélops » [Σύλλογος Γυμναστικός «Πέλοψ»], 16e article des statuts du club nautique et sportif Pélops [16ο άρθρο καταστατικού Ναυτικού και Γυμναστικού Συλλόγου «Πέλοψ»], 14 juillet 1926, Αριθμός φακέλου: 219 (Δικαστικό Τμήμα) [Κωδικός καταλόγου: Α1 Σ40 Υ44 Φ219].

Archives historiques de la Banque nationale section juridique [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας], « Association Panionienne de gymnastique » [Πανιώνιος Σύλλογος Γυμναστικός], 38e article des statuts de l’association siégeant à Athènes [38ο άρθρο καταστατικού του εν Αθήναις εδρεύοντος Γυμναστικού Συλλόγου], 12 janvier 1923, Αριθμός φακέλου: 218 (Δικαστικό Τμήμα) [Κωδικός καταλόγου: Α1 Σ40 Υ89 Φ218].

Archives historiques de la Banque nationale section juridique [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας. Δικαστικό Τμήμα], « Union sportive de Constantinople » [Αθλητική Ένωσις Κωνσταντινουπόλεως], 33e article des statuts du club nautique et sportif [33ο άρθρο καταστατικού της Αθλητικής Ενώσεως Κωνσταντινουπόλεως], 30 mai 1924, Αριθμός φακέλου: 6211 (Δικαστικό Τμήμα) [Κωδικός καταλόγου: Α1 Σ40 Υ8 Φ6211].

ΓΑΚ Athènes [Archives générales de l’État, Athènes], Archives du tribunal de première instance du Pirée, « Club de football l’Enosis de Kokkinia », Φάκελος σωματείου υπό τον τίτλον Αθλητικός και Ποδοσφαιρικός Όμιλος Νέας Κοκκινιάς. Αριθμός βιβλίου σωματείων: 846.

Ιστορικό Αρχείο Ελληνικής Ολυμπιακής Επιτροπής [Archives historiques du Comité olympique grec], Ονομασία φακέλου: Ποδοσφαιρικός Αθλητικός Όμιλος Μικρασιατική Ένωσις Δουργούτι.

Ιστορικό Αρχείο Προσφυγικού Ελληνισμού (ΙΑΠΕ) Δήμου Καλαμαριάς [Archives historiques de l’hellénisme réfugié [IAPE] Dème de Kalamaria] [v@2], Ονομασία φακέλου: Αρχείο Πρωτοδικείου Θεσσαλονίκης, φακ. 771/1926.

Haut de page

Notes

1 Yıldız, 2015. Yıldız se focalise sur la formation d’une culture sportive commune aux nations de l’empire, mais n’entre pas dans les tendances séparatistes cultivées par l’intermédiaire du sport.

2 Zaïmakis, in Petmezas & Tzedaki, 2014, p. 207.

3 Les noms de lieux en Asie Mineure sont cités sous leur forme grecque ou francisée (Smyrne).

4 Baltas, 2021a, p. 33-44. Pour la pénétration des sports contemporains par le nationalisme grec et son lien choisi avec les Jeux olympiques antiques, voir Kitroeff, 2004 et Koulouri, 2010, p. 2014-2052.

5 En utilisant le terme antique, NDT.

6 Baltas, 2014, p. 33-50.

7 Baltas, 2015, p. 65-87.

8 Baltas, 2016, p. 97-116.

9 Baltas, 2021a, p. 90-102.

10 Ibid., p. 108-117. Sur le football dans l’entre-deux-guerres, voir Baltas, 2021b, p. 992-1006.

11 Baltas, 2021a, p. 148-160. Sur le président du Panionien de Smyrne, voir Linardos, 2018.

12 Αθλ. Κόσμος [Monde sportif], 4 juillet 1926.

13 Αθλ. Κόσμος [Monde sportif], 7 novembre 1926.

14 Baltas, 2021a, p. 161-171.

15 Ibid. p. 171-176.

16 Karastergiou, in Van Boeschoten, Verveniotis, Lambropoulou et al., 2016, p. 111.

17 Baltas, 2021a, p. 177-182.

18 ΓΑΚ Athènes, Archives du tribunal de première instance du Pirée, « Club de football l’Enosis de Kokkinia ».

19 Αθλητικά Χρονικά [Chroniques du sport], 4 octobre 1934.

20 Baltas, 2021a, p. 197-200.

21 Ibid., p. 200-205.

22 Αθλητικά Χρονικά [Chroniques du sport], 28 février 1934.

23 Pour le lien entre les associations des réfugiés et le réseau électoral vénizéliste, voir Mavrogordatos, 1983, p. 202.

24 Baltas, 2021a, p. 205-213.

25 Αθλ. Κόσμος [Monde sportif], 17 octobre 1926.

26 Pour bien comprendre le fonctionnement de la mémoire collective, voir la distinction que fait Jan Assmann entre la mémoire dans la communication et la mémoire culturelle. La première concerne ce que Maurice Halbwachs a nommé la « mémoire sociale » tandis que la seconde concerne celle qui se transmet par l’usage répété de textes, d’images et de cérémonies, sur un temps long. Sur cette théorie de la mémoire culturelle, voir Assmann, 2017.

27 Αθλητικά Χρονικά [Chroniques du sport], 8 avril 1932.

28 Baltas, 2021a, p. 232-238.

29 Ibid. p. 232-233.

30 Tribunal de première instance d’Athènes, décision 3662/25-4-36.

31 L’interdiction des amanés et des mélodies de l’Anatolie est caractéristique du rejet par le régime des éléments culturels apportés par les réfugiés. Déjà en 1933, étaient parus dans la presse des articles à propos de la condamnation des amanés. Ainsi cet extrait : « Très simplement, ces sales amanés exilés de chez eux ont trouvé en Grèce une seconde patrie, tandis que la musique nationale des Grecs fiche le camp. » Voir Θάρρος [Courage], 14 janvier 1935, in Vlisidis, 2004, p. 19.

32 Ioannidou, 2004, p. 34-113.

33 Sur le Niki de Volos, voir Konstantaras-Spatharas, 1994.

34 Baltas, 2021a, p. 236.

35 Archives historiques de la Banque Nationale [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας. Δικαστικό Τμήμα], 33e article des statuts du club nautique et sportif de Constantinople [33ο άρθρο καταστατικού της Αθλητικής Ενώσεως Κωνσταντινουπόλεως], 30 mai 1924.

36 Archives historiques de la Banque Nationale [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας], 16e article des statuts du club nautique et sportif Pélops [16ο άρθρο καταστατικού Ναυτικού και Γυμναστικού Συλλόγου «Πέλοψ»], 14 juillet 1926.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Baltas, 2021a, p. 237.

40 Ibid. p. 238-241. Sur la création de « lieux signifiants » dans les lotissements réfugiés, voir Hirschon, 2006, p. 76.

41 Pour la transformation du traumatisme de l’exil en « héritage sacré », voir Katsapis, 2011, in Liakos. p. 125-169.

42 Archives historiques de la Banque Nationale [Ιστορικό Αρχείο Εθνικής Τράπεζας], article 38 des statuts de l’Association de gymnastique d’Athènes [38ο άρθρο καταστατικού του εν Αθήναις εδρεύοντος Γυμναστικού Συλλόγου], 12 janvier 1923.

43 Αθλ. Επιθεώρησις, octobre 1923.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Baltas, « Les clubs sportifs de réfugiés dans la Grèce de l’entre-deux-guerres (1922-1940) »Cahiers balkaniques, 50 | -1, 193-211.

Référence électronique

Andreas Baltas, « Les clubs sportifs de réfugiés dans la Grèce de l’entre-deux-guerres (1922-1940) »Cahiers balkaniques [En ligne], 50 | 2024, mis en ligne le 22 mai 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/20610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11rxz

Haut de page

Auteur

Andreas Baltas

Hellenic Open University

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search