Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Crétois, Musulman, Turc, Crétois ...

Crétois, Musulman, Turc, Crétois musulman : la ronde des identités, Candie-Ayvalık-Héraklion

Cretan, Muslim, Turk, Muslim Cretan: the circle of identities, Candia-Ayvalik-Heraklion
Κρητικός, Μουσουλμάνος, Τούρκος, Μουσουλμάνο-Κρητικός: ο κύκλος των ταυτοτήτων, Κάντια-Αϊβαλί-Ηράκλειο
Joëlle Dalègre
p. 215-242

Résumés

Résumé : entre 1866 et 1924, des dizaines de milliers de Crétois, renégats puis assimilés à des Turcs en raison de leur conversion à l’islam, doivent quitter leur île et deviennent des « moitiés d’infidèles » en Turquie où Atatürk travaille à les turquifier. Depuis la fin du xxe siècle, on assiste cependant à la résurgence d’une identité crétoise qui pousse leurs petits-enfants à se présenter comme Turcs et Crétois musulmans à la fois, tout en cultivant ce qui est, ou ce qu’ils imaginent être, leur héritage crétois. Le silence qui recouvrait ces « infidèles » aux deux pays disparaît, les études et les échanges se multiplient. C’est ce parcours identitaire qui est l’objet de cet article.

Haut de page

Texte intégral

1645-1924 : renégats, Turcocrétois et « Turcs » échangés

  • 1 Tournefort, 1982 [1717], p. 105-106.

La plupart des Turcs de l’île sont renégats ou fils de renégats ; les renégats sont ordinairement moins honnêtes que les vrais Turcs… Il faut avouer que ces malheureux vendent leur âme à bon marché : ils ne gagnent à changer de religion qu’une veste et le privilège d’être exempts de la capitation, laquelle n’est pourtant que d’environ 5 écus par an1.

Les renégats

  • 2 Voir Peponakis, 1997, 1er chapitre et Greene, 2000, p. 78-109. Les voyageurs sont énumérés dans And (...)

1Sur la Crète, ottomane de 1645-1669 à 1913, témoignages et documents concordent : l’importante communauté musulmane de l’île ne résulte pas d’une migration de populations anatoliennes ou d’une volonté des sultans. Les seuls musulmans venus de l’extérieur sont des fonctionnaires, ou des militaires qui ont pu s’installer ; aux xviiie et xixe siècles se sont ajoutés des travailleurs éthiopiens et benghaziens, mais en nombre restreint. Les musulmans crétois sont donc essentiellement des Crétois renégats2, désignés dans les textes comme musulmans.

2Les conversions en effet furent massives dès les premières années de la conquête (1645-1669), puis limitées, elles reprirent entre 1770 et 1821. Avant le recensement de 1881, nous ne disposons que de chiffres approximatifs donnéspar les voyageurs, eux-mêmes informés par les consuls, ou de documents fiscaux incomplets. Evliya Çelebi – qui participa à la campagne de Crète – fait mention de 7 000 conversions en 1651 (six ans après le débarquement ottoman à La Canée), le provéditeur vénitien Marco Bembo, en 1660, donne le chiffre de 30 000, Tournefort estime, en 1700, les musulmans à 60 000, François Baron de Tott, en 1779, à 65 000, soit le tiers de la population totale, Savary, en 1780, les évalue à 200 000 et les chrétiens à 150 000 personnes, Félix de Beaujour, en 1817, répartit les 200 000 habitants de l’île en deux groupes égaux (comme Olivier, un officier français, en 1794), Pouqueville enfin, en 1824, annonce 120 000 chrétiens et 130 000 musulmans…

  • 3 Peponakis, 1997, p26.

3Pourquoi ces Crétois ont-ils rapidement accepté le reniement ? Le Vénitien Barbaro Lucca3 dans son rapport du 23 juillet 1660, neuf ans avant la conquête finale, explique à son gouvernement :

Certains passent à l’islam pour améliorer leurs conditions de vie, d’autres veulent, par l’islamisation, obtenir des terres, d’autres, une amnistie pour quelque condamnation, d’autres enfin, être débarrassés des impôts.

  • 4 Comme à Chypre ou dans le Pont. Les musulmans savent qu’après quelques générations, l’islam finit p (...)

4Leur motivation n’est donc pas l’effet d’une contrainte physique immédiate, mais du souci de s’assurer une vie matériellement et socialement meilleure. Il n’est pas question de foi ou de théologie, les conversions de villages entiers, parfois même le pope en tête, le prouvent, comme le manque de confiance des « vrais Turcs » dans les convertis de première génération, et l’existence de cryptochrétiens4 qui, pendant une ou deux générations du moins, réussissent à unir un islam de façade à une foi chrétienne cachée.

  • 5 Peponakis, 1997, p. 28. En 1857.

5En effet, la conversion peut permettre d’échapper à une condam­nation prononcée par des juges non musulmans et ceux qui se soumettent immédiatement conservent leurs propriétés et évitent deux impôts : la cizye et le haraç. Cela expliquerait le reniement rapide de grands propriétaires d’origine vénitienne (ou d’un village entier comme Maroulas5, bourg vénéto-crétois de Réthymno) et les noms d’origine vénitienne de certains musulmans. Par ailleurs, comme les impôts sont très vite prélevés à l’échelle du village, si l’un des villageois s’islamise, les autres paient la même somme globale, il vaut donc mieux que les hommes, chefs des foyers, s’islamisent en bloc. On peut joindre aux questions de propriété celle de l’héritage : seul un musulman peut hériter d’un musulman, la conversion individuelle doit donc se poursuivre à la génération suivante dans l’intérêt de la famille. Par ailleurs, aux impôts pesant sur les non-musulmans s’ajoutent des mesures juridiques vexatoires, des corvées et surtout les excès des agas locaux – eux-mêmes souvent renégats – qui ne respectent pas les consignes officielles.

  • 6 Greene, 2000, p. 53-54 et 78-109 ; Parlamas, 2017, p. 2-10.

6Molly Greene6 indique un autre avantage : la possibilité pendant le quart de siècle qu’a duré le siège de la ville de Candie d’accéder à des emplois financièrement et socialement valorisants, ceux de janissaires locaux, les yerlis, qui échappent ainsi à la condition de reaya et s’assurent un salaire, et ce d’autant plus que, progressivement, certains renégats sont intégrés dans les janissaires « impériaux ». Or, avec la fin des guerres contre Venise (1715) les troupes locales prennent une importance grandissante, car les autres sont envoyées sur d’autres terrains.

7On doit tenir compte également de la fatigue morale et physique d’un siège de 22 ans qui a ruiné toute la province de Candie où l’on trouve justement le plus grand pourcentage de musulmans. Les nombreuses révoltes crétoises contre Venise avaient cessé après la chute de Constantinople, quand les Crétois avaient perdu tout espoir de soutien extérieur et de victoire. De la même façon, au milieu du xviie siècle, l’Empire ottoman semble invincible, aucune aide occidentale n’est plus efficace contre lui. Pas d’espoir, il faut donc « faire au mieux » ; en revanche, les premiers soulèvements connus en Crète, en 1770 et 1821, sont concomitants avec l’expédition russe des frères Orloff en mer Égée, puis le soulèvement en Grèce continentale.

  • 7 Peponakis, p.111.
  • 8 Greene, 2000, passim, et Kolovos, 2013, p. 11. Les pères sont toujours heureux de « caser » leur fi (...)

8De surcroît, le passage à l’islam est facilité par le fait que les bektachis jouent un rôle important (il y aurait au xixe siècle plus de 30 tékés bektachis en Crète7) et que leur culte empreint d’éléments chrétiens, tout comme ses exigences légères, aide aux conversions : une formule à réciter en public, un ramadan à observer (l’Église orthodoxe impose beaucoup plus de jeûnes) et même une dispense de circoncision quand il s’agit de conversion collective. Le passage est enfin une conséquence des mariages mixtes, attestés dès les premiers temps de la conquête : l’épouse peut rester chrétienne, seuls comptent les enfants qui, eux, seront musulmans. D’après une étude des registres de 1660, un tiers des mariages enregistrés était mixte8 !

  • 9 N’ayant pas appris à écrire le grec, certains écrivent le crétois dans l’alphabet arabe utilisé par (...)
  • 10 Pendant la période égyptienne (1830-1841), Mehemet Ali avait trouvé financièrement rentable de fair (...)
  • 11 Tzedaki-Apostolaki, 2011, a étudié les registres d’état civil masculin d’Héraklion entre 1895 et 19 (...)
  • 12 Longue épopée en vers, écrite au xviie siècle par le Crétois Vincenzo Cornaros.
  • 13 Fournarakis, 1929, p. 5.

9Jusque dans la seconde partie du xixe siècle, ces conversions restent définitives puisque renier la foi musulmane est passible de la peine de mort. Il n’en reste pas moins que les musulmans de Crète sont donc « ethniquement » Crétois. Ils gardent leur langue, le crétois (ignorant le turc9), leur costume, leurs coutumes, leurs chants et danses, leur cuisine, boivent du vin, du raki10 et leurs noms portent la terminaison crétoise en -akis11. Constantin Fournarakis, un homme de loi, Crétois (revenu au christianisme), auteur d’un opuscule sur les Turcocrétois en 1929, insiste sur les points communs entre le musulman « historiquement et biologiquement Crétois » et les autres Crétois : il est Crétois jusqu’au bout de ses bottes et en a toutes les qualités supposées, et même « s’il ne lit pas et n’écrit pas en grec, il connaît en entier l’Érotocritos12, poème très aimé chez eux, avec les mêmes temps et mêmes mètres que nous, et récite par cœur de nombreux vers »13. Venizélos l’a affirmé en un temps où il voulait persuader les puissances d’une coexistence possible avec les musulmans dans une Crète indépendante !

  • 14 Réunion du 25 nov. 1906. Actes sténographiés de la 2e assemblée constituante des Crétois, Journal o (...)

… la population de la Crète, indépendamment de ses convictions religieuses… est une population authentiquement crétoise… [j’ai] la conviction inébranlable que nous sommes tous Crétois et que donc, racialement – même si je reconnais que coule aussi du sang turc dans les veines, en faible proportion, tous […] nous appartenons à la race grecque […] nos concitoyens musulmans malgré les oppositions religieuses et nationales […] sont des représentants plus authentiques de la race grecque que beaucoup des habitants de la Grèce continentale et de certains des îles14.

10Mais Venizélos n’a guère convaincu ses concitoyens chrétiens. Si devenir musulman a amélioré la vie d’un Crétois au xviie siècle, au xixe, dans la logique ottomane des « nations » fondées sur l’appartenance religieuse, être musulman, c’est être Turc, et Turcocrétois, dans l’explosion des nationalismes de ce siècle, signifie à la fois renégat et traître à la nation.

Les Turcocrétois dans la guerre civile : de Candie à Aïvali

  • 15 Les auteurs turcs tiennent à cette majorité. Adiyeke, 1991, p. 60-61.

11Le xixe siècle est fatal aux anciens renégats : musulmans, ils sont environ 50 % de la population totale en 1821 (40 % selon le voyageur anglais Robert Paschley, mais 55 % selon Ayşe Adıyeke15), vus comme Turcs, ils disparaissent totalement en 1924.

  • 16 Tzedaki-Apostolaki, 2001 ; Kostopoulou, 2012.
  • 17 Résumé et détails nets et clairs concernant les musulmans dans Andriotis, 2004 et Kouvaraki, 2014, (...)
  • 18 Hatt-i-Serif de 1836, Hatt-i-Humayun de 1856, firman de 1858, loi organique de 1868, Convention de (...)

12L’insurrection grecque, la création d’un royaume de Grèce et son extension progressive, la diffusion de la Grande Idée et les faiblesses de l’Empire ottoman donnent aux Crétois chrétiens l’espoir d’une union à la Grèce et les poussent aux révoltes, en 1821, 1841, 1858, 1866-69, 1878, 1889 et 1895-1898. La coexistence pacifique qui a existé entre les deux communautés et parfois à l’intérieur même des familles explose au xixe siècle. Pas totalement cependant : certains sont sauvés par des amis de l’autre bord, des musulmans participent à partir de 1898 au gouvernement de la Crète autonome qui prend des mesures en leur faveur, Venizélos semble accueillir ses concitoyens musulmans, des chrétiens et des musulmans pleurent ensemble lors des derniers départs en 1924 et, jusqu’à l’automne 1922, des musulmans signent des contrats, achètent des biens, participent à l’administration et vivent en Crète16. Mais les révoltes se suivent dans un cycle de vengeances, d’exactions, de destructions, de massacres et d’actes héroïques17. Chaque réforme octroyée, chaque défaite extérieure ottomane encourage les chrétiens à poursuivre leur lutte18.

  • 19 Cela permet aussi d’accaparer des terres ou de les racheter à faible prix.
  • 20 Les deux citations sont dans Andriotis, 2004, p. 70.

13De combats entre des groupes de guérillas et les forces ottomanes, on passe à une véritable guerre civile : on s’attaque aux églises et aux mosquées et, à partir des années 1880, aux villages, aux maisons, aux récoltes, aux arbres, pour rendre impossible le retour des Turcs dans un village où ils n’ont plus ni maison ni oliviers19. En 1889, selon le consul britannique à La Canée, on détruisit dans l’île 6 406 maisons de musulmans et 2 416 maisons de chrétiens. En 1893, le voyageur italien Simonelli affirme qu’en Crète, « on n’habite pas, on bivouaque », car, entre deux guerres – une décennie au mieux –, plus personne ne plante d’arbre ou ne répare sa maison sachant que l’olivier sera coupé ou la maison détruite par les Turcs s’il est Grec, ou par les Grecs s’il est Turc20. L’archéologue Evans, dix ans plus tard, résume la situation :

  • 21 Cité dans Carabott, p. 43.

La dévastation des deux côtés a été universelle… Les villages ne sont plus que des tas de ruines, les toits ont été arrachés pour faire du bois de chauffage et les murs de torchis abattus ; les mosquées sont réduites en morceaux, les oliviers et les vignes coupés ; toute la campagne où vivaient les villageois musulmans est un lieu de désolation ; les sentiers sont impraticables, car encombrés de débris des murs en ruines et des branches déchiquetées des arbres fruitiers ; des animaux morts ont été jetés dans les citernes, des minarets sont devenus des crématoires pour les morts21.

  • 22 Plus de détails dans Andriotis, 2004, p. 73.

14La furie destructrice est alors à son comble : en deux mois, août et septembre 1896, 105 localités musulmanes, plus de 5 000 maisons de musulmans et 1 600 maisons de chrétiens sont incendiées ou détruites dans la province d’Héraklion22. La furie atteint les arbres : 22,8 % des arbres fruitiers de la même province ont été coupés. Le livre-reportage de Victor Bérard paru en 1900 est un long récit, sur plus de 200 pages, de massacres et de destructions des deux bords : en février 1897, le quartier chrétien de La Canée n’est

  • 23 Bérard, 1900, p. 24 à 26.

qu’un quartier en cendres qui exhale encore l’odeur d’huile brûlée et de chair corrompue… la moitié d’une ville anéantie ; un pillage de trois jours ; quelques milliers de meurtres… des flaques de sang lavées par des ruisseaux d’huile en feu23.

15Mais au même moment,

  • 24 Ibid. p. 233-248. Déposition faite aux soldats français par une jeune fille sauvée par un chrétien, (...)

l’islam de Sitia a été anéanti par eux [chrétiens] ; hommes massacrés, femmes éventrées, garçons émasculés, filles brûlées ou violées, membres arrachés et jetés aux chiens, mamelles coupées, bûchers de cadavres, coups de fusil, de sabre et de couteau, rien n’a manqué aux abominations24.

16Si la population avait énormément diminué pendant la décennie 1821-1832 – victimes des combats, fuite des chrétiens dans les Cyclades, prisonniers de guerre vendus en esclavage, épidémie de peste –, elle reprend par la suite une croissance régulière. Mais dans la seconde partie du siècle, les Turcocrétois, effrayés par les destructions massives, se réfugient et s’entassent dans les villes – où certains ne peuvent que « bivouaquer » comme l’écrit Simonelli – ou quittent leur pays pour d’autres lieux de l’Empire ottoman. Même si les chiffres ne sont pas sûrs, le phénomène est net et massif.

  • 25 Les batailles de chiffres sont classiques, Sepetcioğlu, p. 28 ; Adıyeke, 1991, p. 61 ; Senışık, p. (...)

17Selon Tuncay Sepetcioğlu, il y aurait eu 90 000 musulmans sur une population totale de 210 000 personnes en 1872, 74 000 sur un total de 250 000 en 1894. Selon Ayse Adıyeke, on dénombre en 1876, 95 746 musulmans et 135 780 chrétiens. Enfin, selon Metin Menekşes, en 1900, on retrouve 105 000 musulmans sur un total estimé par Lord Curzon, alors sous-secrétaire au Foreign Office25, à 300 000 habitants.

Tableau 1. Les musulmans de Crète d’après les recensements 1881-1920

Population totale Dont musulmans Population urbaine Dont musulmans Population rurale Dont musulmans
1881 279 165 73 234 26,2 % 43 843 30 757 70,1 % 235 322 42 477 18 %
1900 303 453 33 496 11 % 52 790 26 505 50,2 % 250 753 6 991 2,8 %
1911 336 151 27 852 8,3 % 58 670 21 407 36,5 % 277 481 6 445 2,3 %
1920 346 584 22 999 6,6 % 66 647 16 096 24,1 % 279 937 6 903 2,5 %
  • 26 Pour les chiffres et la répartition géographique des populations (cartes) voir l’indis­pensable Kol (...)
  • 27 Nombreux détails dans Andriotis, 2004, p. 74-76.

18Les chiffres de 188126 montrent deux tendances qui vont s’accentuer : les musulmans forment encore 26 % de la population totale, déjà beaucoup moins qu’au début du siècle, et ils sont 70 % de la population urbaine de l’île. Le recensement suivant, en 1900, montre l’ampleur du bouleversement intervenu : 40 000 musulmans ont disparu et, en milieu rural, ils sont passés de 18 % à 2,8 % de la population totale ! Des 165 localités entièrement ou à très forte majorité musulmanes en 1881, 45 ont disparu en 1900, et 96 ont perdu plus de la moitié de leurs habitants, des kazas de la Crète centrale et orientale ont perdu plus de 95 % de leur population musulmane27. De surcroît, entre 1881 et 1900, les femmes et les enfants, chrétiens comme musulmans, ont quasiment disparu de la population rurale, reflet de l’insécurité régnante.

  • 28 S’ils veulent échapper à la conscription grecque contre l’Empire ottoman, il leur faut choisir la n (...)

19Si on utilise les chiffres turcs indiqués au-dessus du tableau, la diminution de la population musulmane est encore plus impressionnante. On voit en 1900 les effets des combats de 1889 et surtout de 1897-1898 et du choc politique qui suivit. En 1898, après un massacre perpétré par des musulmans et la mort de 17 Britanniques, à la demande des puissances, l’armée turque doit évacuer l’île qui devient une province autonome ottomane, sous la direction du prince Georges de Grèce. Les musulmans n’ont plus d’illusion : il leur faudra vivre en minoritaires dominés dans un pays dirigé par des chrétiens grecs. Pourtant, malgré les difficultés, malgré les guerres balkaniques, la guerre mondiale et la guerre gréco-turque28, les près de 7000 Turcocrétois vivant en milieu rural sont encore là en 1920, et si le nombre des citadins a diminué, c’est en raison du départ de ceux qui s’y étaient réfugiés sans ressources, ou de ceux qui ont choisi de vendre leurs biens à temps.

  • 29 À cause de cela, ils tiennent à être nommés mübadil soit échangé et non muhacir, réfugié, estimant (...)
  • 30 Tzedaki-Apostolaki, 2001, p. 149. À partir de 1856, il est possible de revenir au christianisme lib (...)

20Ils sont, malgré tout, encore 23 000 environ en 1922 quand arrive la nouvelle de la déroute grecque en Asie Mineure ; à la fois soulagés, confiants dans l’avenir parce que la guerre a épargné leur île, mais inquiets devant l’arrivée, à l’automne de 1922, de 10 000 réfugiés grecs, ils ne s’attendent pas à la décision prise en janvier 1923 : l’échange obligatoire et un départ à réaliser en quelques mois après inventaire et sans pouvoir même vendre leurs biens que l’État veut allouer aux réfugiés grecs29. Quelques-uns quittent alors la Crète par leurs propres moyens, mais la plupart partent en groupes sur des bateaux loués et à leurs frais, entre le 3 décembre 1923 (près de 2000 personnes sur le Kerasous) et le 15 juin 1924 (300 d’Héraklion sur l’Antigoni), au total 23 821 personnes désespérées. Ne restent temporairement que ceux qui ont pu obtenir la nationalité italienne (venant de Libye) ou quelques spécialistes, le technicien de l’éclairage des rues de La Canée, un pilote du port, un des gardiens de Cnossos, des concierges de consulats, mais en 1928, il n’y a plus aucun musulman dans l’île30.

La diaspora crétoise musulmane

21Il y a donc deux vagues de départs de Turcocrétois : les « vieux Crétois », venus dans la décennie 1890 au temps d’Abdülhamid et les échangés de 1924 ou « nouveaux Crétois ». Les vieux Crétois sont répartis et, pour certains, réinstallés par les services officiels et avec l’aide importante d’une Commission d’aide aux migrants crétois. Les bateaux arrivent, sauf exception, à Smyrne, mais le sultan ne tient pas à y voir s’entasser un grand nombre d’hellénophones, certains vont donc devoir rembarquer quelques mois plus tard vers les ports d’Antalya et de Mersin, d’autres, par le chemin de fer, sont envoyés vers l’intérieur. Sur les 40 000 qui ont quitté la Crète, environ 30 000 se trouvent en Anatolie, les autres sont répartis entre Cos-Rhodes, Salonique, la Syrie, la Libye, le Liban, la Palestine et Chypre, toutes terres ottomanes.

  • 31 Sepetcioglu, 2020. Il pense en poursuivant son travail d’archives en repérer davantage.

22Tuncay Sepetcioğlu est parvenu en 2020 à identifier 46 implantations de réfugiés crétois, dont 37 en Anatolie31. Ces installations forment un ruban le long des côtes égéennes et méditerranéennes, avec une préférence pour les ports et des sites grécophones (Cos-Rhodes, Vourla, Bournova, le centre de Smyrne et de Kuşadası, Halicarnasse, puis d’Antalya à Tarse). La province d’Aydin en octobre 1899 a reçu 8 834 déplacés crétois qui n’hésitent pas à rédiger des pétitions quand on veut leur faire quitter les îles ou les abords de Smyrne pour l’intérieur des terres où ils assurent ne pas supporter le climat et ne pas pouvoir vivre sans oliviers.

Figure 1. Carte de Tuncay Sepetcioğlu, 2020, p. 31

Figure 1. Carte de Tuncay Sepetcioğlu, 2020, p. 31

Avec l’autorisation de son auteur que je remercie pour son travail sur ce sujet et cette carte.

  • 32 Sepetcioglu, 2011, plans p. 138 et 139, p. 157 ; un témoin parle de maisons de 140 m2 sur une parce (...)
  • 33 Menekşe, 2016.
  • 34 Çetin, n. d.
  • 35 Menekşe, 2018.
  • 36 Şahbaz, 2017, pour la région d’Antalya.

23La majorité s’est installée selon ce que Sepetcioğlu appelle « le free settlement » : on leur indique un lieu, on leur donne des terres à cultiver et on les laisse construire par eux-mêmes. Dans d’autres cas, les services officiels, outre le lieu, choisissent le plan du lotissement, le type de maisons et le nom du site ; les quartiers portent souvent le nom d’Hamidiye ou Osmaniye en l’honneur du sultan, et lorsqu’ils sont intégrés dans une ville, simplement Giritli ou Kritikia à Rhodes (Crétois en turc ou en grec). Sepetcioğlu, dans sa thèse en 2011, a détaillé la création d’un quartier de Crétois à Davutlar32, non loin de Kuşadası. Depuis lors, lui-même et d’autres chercheurs ont montré un processus analogue à Söke, Side, Hamidiye/Turgutlu, Bodrum, Çukurova… (voir bibliographie). À Kuşadası, les bilans de 1906 comptabilisent 1385 Crétois, 421 installés dans le village nouveau d’Osmaniye (100 maisons), les autres dans 5 quartiers de la ville où 240 ont pu acheter une maison et où 724 sont encore locataires, 123 parmi eux ayant encore besoin d’aide pour survivre33. À Tire, aujourd’hui banlieue du Grand Izmir, un nouvel Hamidiye est décidé pour héberger 1123 personnes en 265 maisons, mais l’endroit ne plaît pas et en 1907, les déplacés sont repartis pour Smyrne, il n’en reste que 48 et 41 maisons (dont 10 sont vides aujourd’hui34). Hamidiye communément appelé Giritli Köyü devient Tire-Turgutlu (141 habitants aujourd’hui)35. On voit que l’installation est difficile, certains ont assez d’argent pour acheter ou louer, d’autres attendent longtemps les constructions officielles, les propriétaires fonciers, même Rums, exploitent sans complexe cette main-d’œuvre bon marché36, néanmoins, c'est ainsi que se constituent des noyaux de Crétois musulmans qui subsistent encore aujourd’hui.

  • 37 Sari & Can, 2018.
  • 38 Les lieux évoqués dans la suite du texte seront présentés dans leur nom turc.
  • 39 En 2005-2006, une étude d’architectes estime à 1000 le nombre des maisons traditionnelles de Cunda, (...)

24La seconde vague, en 1923-1924, arrive dans un contexte différent : la Turquie sort de dix ans de guerre, l’Anatolie est ravagée et des centaines de milliers d’autres réfugiés arrivent. Le chiffre des Crétois qui migrent est inférieur de moitié à celui des arrivants des années 1890. Le travail de Muhammet Sari et Ayşegül Can37 détaille les différents embarquements et leur destination pendant les huit mois qu’a duré le transfert de 24 000 personnes et des bagages qu’elles pouvaient emporter. Comme en 1899 plusieurs navires se dirigent vers Izmir, Bodrum et Mersin38 ; s’y ajoutent de nombreux passages vers les ports de la mer de Marmara (Darıca, Tuzla, Erdek, Gemlik, Yalova) et Ayvalık. Ces villes présentent l’avantage d’être habitées majoritairement (Erdek par exemple à 90 %) ou totalement (Ayvalık et l’île proche de Cunda, 30 000 et 5 000 habitants au début du xxe siècle) par des orthodoxes échangés et donc d’offrir des maisons disponibles39. Parfois, les bateaux ne déposent qu’une partie de leurs passagers et repartent vers une autre destination (de Mersin vers Antalya ou Taşucu près de Silifke). La presse turque de l’époque signale les difficultés rencontrées par les échangés à leur arrivée : souvent l’accueil annoncé n’est pas prêt, d’où pour eux une longue attente, entassés dans les mosquées, les écoles (l’hiver est froid en mer de Marmara) ou sur les quais, d’où le fait qu’ils s’emparent des maisons vides de leur propre initiative ; en revanche, la presse indique que les Crétois sont débarqués volontairement dans des régions oléicoles. Leçon de la période précédente ? Respectant leur tropisme maritime, Kemal ne tente pas de les envoyer en Anatolie centrale.

Depuis 1924 : Turc et Crétois musulman, Ayvalık-Héraklion

Le silence : devenir Turc

25Souvenirs de massacres, douleur du déracinement, pauvreté, mauvais accueil, les échangés de 1924, qu’ils viennent de Grèce ou de Turquie connaissent des difficultés souvent comparables. Là où les Grecs critiquent les « graines de Turcs », les Crétois musulmans se voient traités de « demi-infidèles » ou de « semences d’infidèles ». Ils ne parlent pas le turc, ou très mal, avec un fort accent crétois, et cela leur est sévèrement reproché dans un pays où, dès 1924, une loi propose de rendre le turc obligatoire en public, l’emploi d’une autre langue entraînant des amendes. Lorsqu’en 1928 est lancée la campagne « Citoyens, parlez turc ! » (Vatandaş Türkçe konuş), des arrestations des contrevenants sont opérées pour l’exemple dans tout le pays pour « insulte à la turcité », c’est « parle turc ou quitte le pays » ! La campagne se poursuit pendant toutes les années 1930.

26En septembre 1933, à l’occasion du 10e anniversaire de la création de la République turque, Atatürk lance le slogan « Ne mutlu Türküm diyene » [Que je suis heureux de dire « je suis Turc »], slogan qui termine le texte quotidien que doivent lire les élèves. La République est enfin le foyer des Turcs réunis, heureux de ne plus vivre sous la domination d’autres peuples et de pouvoir se proclamer turcs ; pas question de dire que l’on regrette une terre étrangère, que l’on n’est qu’un demi-Turc, un peu crétois. Face au discours officiel, à la création d’une nouvelle version exclusivement anatolienne de l’histoire des Turcs et de la Turquie à partir de 1932 (fondation de l’Institut de la langue turque et de l’Institut d’histoire), regarder vers la Crète ne peut que signaler un « mauvais » Turc. Kydonies/Aïvali devient Ayvalık comme Halicarnasse devient Bodrum, Kandiye, Héraklion et Constantinople, Istanbul ; les Turcs doivent adopter obligatoirement un nom de famille en 1934, occasion de faire disparaître les noms en akis pour des versions plus turques. De plus, revendiquer une identité d’abord musulmane dans un pays qui se déclare officiellement laïque, où l’on ferme les tékés, ne place pas les Crétois dans un cadre favorable. Il faut être Turc.

27Les Grecs peuvent pleurer un exil lié à la défaite, les Turcs ne sauraient regretter les effets d’une victoire. Là où, à partir de 1930, à l’initiative de Melpo et d’Octave Merlier se constitue peu à peu à Athènes le Centre d’études d’Asie Mineure qui cherche à collecter tout un matériel musicologique, ethnographique et documentaire sur les Rums de l’Empire ottoman avant 1922, il faut attendre 2000 pour voir en Turquie naître un pâle et méritant équivalent : le Lozan Mübadilleri Vakfı (Fondation des échangés de Lausanne) qui ne peut recueillir que des témoignages de personnes plus qu’octogénaires ou appartenant aux générations postérieures. Il est vrai que les échangés représentent dans les années 1930, 20 % de la population de Grèce, contre 3,8 % de celle de la Turquie, ce qui peut aussi expliquer le désintérêt des 96 % à leur endroit.

  • 40 Millas, 2003.
  • 41 Ibid., p. 223.
  • 42 Kouvaraki, 2014, p63.

28Ce silence se reflète également dans la littérature comme le montre le travail d’Hercule Millas40 : sur 290 nouvelles distinctes et 60 volumes de nouvelles écrites par 105 auteurs différents entre 1923 et 1980, il n’a trouvé aucune mention de l’échange de populations ou, seulement, de manière indirecte et chez des auteurs appartenant à la gauche marxiste, il n’est absolument jamais fait allusion à « la vie avant l’échange ». « Le sujet est tabou41 » ; l’aventure du livre de Kemal Yalçin, Emanet Ceyiz, mübadele insanlari [Le trousseau qu’on nous a confié, les gens de l’échange] paru en 1998, est révélatrice : il reçut la même année le prix Ipekçi pour l’amitié et la paix entre Grèce et Turquie et le prix de la Présidence pour un roman à succès, mais s’est vu poursuivi en 2002 pour offense à l’identité et l’honneur national turc42. On y voit un jeune Turc qui part en Grèce chercher la famille qui avait confié à son père le trousseau de sa fille avant son départ et c’est l’occasion d’un roman historique sensible sur les déportations de 1923-1924 !

Du silence à l’affirmation bruyante

  • 43 Demirözü, 2007.

29Millas note, cependant, qu’à partir de 1980 l’intérêt grandit en Turquie pour le sujet. La nouvelle Suyun Öte Yanı [L’autre côté de l’eau] de Feride Çiçekoğlu publiée en 1992 est la première à avoir pour thème principal l’exil des Grecs et des Turcs ; on y voit un Grec parti à Cunda pour échapper au régime des colonels et un Turc qui a des difficultés avec le régime militaire de son pays, des Crétois turcs qui ont un accent grec et chantent en grec, des officiels qui interdisent cette langue « étrangère » (première mention dans un texte littéraire turc). En 1997 et 1998, paraissent deux romans où l’échange de populations est essentiel : le Savaşın Çocukları [Enfants de la Guerre] écrit par Ahmet Yorulmaz, un Crétois de 2e génération qui vit à Cunda, et Fırat Suyu Kan Akıyor Baksana [Regarde donc l’Euphrate charrier le sang] de Yaşar Kemal. Yorulmaz conte la vie difficile des musulmans de Crète avant le départ de leur île, leurs souffrances, mais aussi les relations personnelles entre les deux communautés : une belle femme, Kyra Marigo, intelligente et instruite, amoureuse d’un musulman, Hasanaki, choisit, en entendant parler de l’échange de populations, de tomber enceinte de son amant et, « fille-mère », de donner naissance à Charalambos ; quand elle lui révélera l’identité de son père, celui-ci se rend à Ayvalık et choisit d’y vivre sous le nom de Hasan. Deux phrases brisent l’un des non-dits43 :

Quand des rumeurs d’échanges de population se sont répandues, comme nombre de jeunes Turques qui se sont enfuies avec leur amoureux Rum, converties au christianisme, même mariées à l’église, et sont restées dans l’île, il y eut aussi de jeunes Rums, telle Kira Marigo, qui s’arrangèrent pour tomber enceintes de leur amoureux Turc et se firent musulmanes. Il y eut aussi de jeunes Rums qui partirent en Turquie avec le soutien de familles turques, et devenus musulmans, épousèrent la fille de cette famille et s’installèrent quelque part en Anatolie.

30Depuis lors Yorulmaz a écrit plusieurs autres livres, tous à propos de l’échange et, en 2004, le roman de Saba Altınsay, Kritimu, Giritim benim [Ma Crète, dans les 2 langues] est totalement centré sur les musulmans de l’île et les conditions de leur expulsion.

31Millas indiquait en 2003 que l’intérêt nouveau pour le sujet se manifestait par des études universitaires44. Depuis lors, elles se multiplient : l’exceptionnel site girittürk45 dans sa rubrique « sources académiques » indique 33 mémoires de master ou thèses, 107 « écrits académiques » (des articles), 16 rapports et participations à des symposiums, 111 livres, 26 articles de journaux, et 64 dans des revues. Il n’est question que de la Crète aux xixe et xxe siècles et des Crétois en Turquie et des liens donnent accès aux textes concernés ! Le site indique également une girritürk radio et un lien avec creta-tv en Grèce. Le site Girit Türkleri Kültürü46 fourmille lui aussi de renseignements dans tous les domaines.

  • 47 Certaines créations sont récentes et je ne garantis pas que ma liste soit complète.

32Il faut ajouter à cette pluie de travaux, révélatrice en elle-même, une autre pluie, celle des créations de Girit derneği, « associations crétoises » précédées du nom de la ville, du village ou même du quartier où elles se situent. Les localisations des années 1899-1924 n’ont pas changé : les associations de Mudanya et de Bursa regroupent plusieurs implantations (dont Tirilye) locales, on trouve ensuite celle d’Ayvalık-Cunda, l’association d’Izmir (qualifiée de fédération) qui regroupe 14 associations de quartiers ou de banlieues du grand Izmir (Eşrefpaşa, Bornova, Urla, Gariemir, Alsancak, Karataş) et de ses environs (Alacatı, Cesme, Turgutlu), Manisa a son groupe, Aydin-Kuşadası le sien, Söke et Efes-Selçuk également, Bodrum bien sûr, et le long de la côte méditerranéenne, on trouve des asso­ci­ations crétoises à Antalya, Silifke, Alanya, Adana, Mersin (Melemez, Çukurova) Tarsus…47 Le Giritliler Kültür Dostluk ve Yardımlaşma Derneği, [Association des Crétois pour la culture, l’amitié et la coopération], centré à Kuşadası, publie en 2014 un manuel bilingue turc/crétois et une feuille trimestrielle, le Kritikos, et circule aussi depuis 2004 le Giritliler. Silifke organise depuis 1973 un festival international de musique folklorique où les Crétois sont représentés, Kuşadası depuis 2009, un festival international des Crétois. Chacune des associations dispose d’un site internet et d’une adresse Facebook et y indique ses activités, réunions, publications, expositions, conférences, soirées (avec chants crétois, groupe en costume traditionnel crétois et lyre) et voyages en Crète avec photos et vidéos ; sur YouTube on retrouve des enregistrements de lyraristes considérés comme Crétois (Giritli).

33Side vient d’ouvrir en 2019 un musée de la culture crétoise et un café crétois, Cunda a aussi son café comme Ayvalık, Bağcılar-ihsaniye (Mersin) ou Istanbul. Le site Girittürk dispose de rubriques « nouvelles », « annonces » et « activités » qui parfois se recoupent, mais annoncent les activités diverses, les décès de Turcs crétois et font de la publicité pour les voyages ou pour des commerces crétois.

34Aujourd’hui, être crétois se vend bien : de nombreux hôtels, pensions, appar­tements à louer le long de la côte (dans toute la région de Mudanya, d’Ayvalık, de Smyrne et de Bodrum-Marmaris et même à Mersin) incluent le mot crétois dans leur nom, des cafés, des épiceries et des commerçants en huile d’olive font leur publicité en se revendiquant crétois. Le « régime crétois » étant prôné même par les médecins turcs, il a encouragé à la création de restaurants crétois dans les lieux déjà cités et à la publication de livres de cuisine crétoise, 17 recettes, 21, ou encore 36, on en trouve à foison sur le web.

Turc et Crétois musulman

35Pourquoi cette réapparition d’une identité crétoise dans une Turquie « homogène » à la fin des années 1980 ? Les deux premières générations déplacées ont appris à remercier Kemal de les avoir sauvées d’un massacre complet, à devenir de vrais Turcs dans un pays « homogène », leurs enfants ne représentent plus aucun danger « national ». De plus, la Turquie actuelle n’est plus celle de Kemal : des citoyens qui se disent Crétois musulmans et qui célèbrent l’accueil d’Abdülhamid s’insèrent sans difficulté dans la tendance turco-islamique qui l’emporte progressivement depuis 1990. Enfin, en jouant sur les mots, ils peuvent même servir d’arguments – peut-être involontairement – aux revendications du Président Erdoğan sur la Crète et même à son raisonnement anti-occidental ; certains ouvrages turcs que j’ai consultés ne parlent pas de l’islamisation des Crétois au xviie siècle, en revanche, jouant sur la distinction entre Yunan (Grec de l’État grec) et Rum (Grec de l’Empire ottoman) ils indiquent que la Crète a été romaine, byzantine, arabe, byzantine, vénitienne et ottomane, mais jamais « grecque ». Les Ottomans ne l’ont pas prise aux Grecs, mais aux Vénitiens, et puisque les Ottomans sont présentés comme Turcs, donc, la Crète était turque et ne l’est plus, uniquement à cause de la volonté des puissances occidentales « égarées » par Byron, Delacroix et Victor Hugo. Il n’y a alors plus de problème, on est automatiquement Turc et Crétois.

  • 48 La Fondation des échangés de Lausanne a publié en 2011 un Erotocritos bilingue, turc/crétois mais e (...)
  • 49 Milliyet, « Arınç Ahmediye köyünde çocuklarla Rumca konuştu ».

36Les romans de 1997 et 1998 indiqués par Heraclis Millas se posent la question de l’identité : où est la « patrie » quand on est natif de Crète et citoyen Turc ? C’est le Yunan qui est responsable des massacres, le Crétois musulman peut distinguer entre son « pays natal » qu’il dût injustement quitter et sa « patrie » profonde, la Turquie. On retrouve cette distinction dans tous les témoignages recueillis auprès des descendants contemporains des échangés : le mot de Yunan n’est jamais prononcé, ils parlent de Rums, de Crétois, et de langue crétoise (giritçe) ou de langue rum (rumca), mais pas de grec (yunanca), et les textes en crétois publiés en Turquie sont transcrits dans l’alphabet kémaliste48. C’est ainsi que le Milliyet a pu titrer, un peu surpris, en 2011, photo à l’appui, « Arinç a parlé rumca aux enfants dans le village d’Ahmediye » et révéler que le vice-président turc, alors collaborateur d’Erdoğan, Bulent Arinç, dans le quartier d’Ahmediye du village de Bogazkent, près d’Antalya, a rendu visite à des parents et parlé sans difficulté en rumca avec eux et avec les enfants du village, sa famille étant venue à l’époque d’Abdul Hamid49.

La mémoire de la patrie perdue

37La mémoire de chacun trie et reconstruit le passé à sa manière. Ici, étant donné le recueil tardif des souvenirs, les témoignages publiés recueillent les souvenirs d’octo- ou nonagénaires et des générations suivantes jusqu’à la quatrième. Cependant, certains éléments s’observent partout ou presque.

38L’importance accordée à la langue, le crétois, qui valut à ses locuteurs des difficultés tout au long de leur vie en raison de leur accent : cette langue, réservée à l’usage familial ou amical, transmise aux enfants, plus rarement aux petits-enfants et au-delà, est encore comprise par les plus jeunes, mais rarement parlée sinon en milieu rural ou à Cunda où elle est parlée assez couramment (le grand nombre de Crétois installés a dû contribuer à ce maintien). C’est une langue dont ils se déclarent fiers, et qu’ils tiennent à distinguer du grec. La langue de la Crète d’aujourd’hui a évolué depuis un siècle, la leur est du « vieux crétois », toujours compréhensible néanmoins, qui émeut fortement les Crétois de Crète quand ils l’entendent. On peut ajouter que la pratique de la langue est attestée, comme plus vivante encore, dans des villages côtiers près de Benghazi et à Hamidiye en Syrie (près de 8000 habitants parlant en majorité le crétois – outre l’arabe obligatoire, mentionné pour la dernière fois en 2013, leur ville est très proche de la frontière libanaise).

39Cette langue, ils l’entendent très souvent dans les mantinades, ces distiques en vers de quinze syllabes rimées typiques de la poésie et du chant crétois. Toutes les générations semblent en connaître et pouvoir les chanter en crétois. La thèse de Nazim Çokişler en 2007, construit à partir d’un recueil sur le folklore crétois de Tarse et 36 témoignages de personnes entre 39 et 91 ans, habitant Izmir, Söke, Davutlar et Kuşadası comprend (en crétois et traduction turque) 421 mandinades dont certains couplets de l’Erotocritos (pas signalés comme tels). La Fondation des échangés de Lausanne en a publié également un recueil. Sur les sites des associations, il n’y a pas de réunion ou de fête sans lyre crétoise à laquelle on associe les danses traditionnelles. Ces Crétois suivent l’actualité musicale contemporaine de l’île et citent ou chantent Xylouris et Marcopoulos, bien postérieurs à 1922.

40Les premières générations, tout en avouant que le départ était la seule solution possible et en se déclarant reconnaissantes envers Atatürk, ont ressenti et transmis un amour profond du pays dont les beautés se sont amplifiées avec le temps. La Crète est parée de tous les avantages : son climat, ses vents, ses parfums, ses oliviers, ses villes sont incomparables, les biens abandonnés étaient imposants…

41Cela se mêle à une forme de supériorité affirmée du Crétois : il est plus « européen », plus ouvert, plus instruit que le Turc, sa femme est plus indépendante, plus libre, plus exigeante aussi… au point que les autres Turcs conseillent de ne pas épouser une Crétoise, et enfin, sa cuisine est meilleure. Ils ont la réputation d’être des mangeurs d’escargots, de poissons (nombre de restaurants côtiers de poisson se disent crétois), d’artichauts et d’herbes : une vache dans un pré crétois mourrait d’inanition, dit-on !

  • 50 On doit citer néanmoins le documentaire Το ταξίδι [Le voyage] réalisé en 1997 sur le double voyage (...)

42Que reste-t-il à faire à ces Crétois déracinés ? Des voyages en Crète ! Pour raison financière et politique, en raison de la difficulté, même aujourd’hui pour un Turc à obtenir un visa, la première génération a rêvé de ce voyage, mais l’a peu réalisé50. En 2011, le réalisateur du film Dedemin insanlari [Les gens de mon grand-père], Çağan Irmak, raconte le désir éperdu de son grand-père de revoir son pays et sa maison avant sa mort, d’autres descendants en disent autant. Les associations et la Fondation des échangés de Lausanne organisent des voyages depuis le début des années 2000, la troisième génération débarque, imbibée des récits familiaux, cherche la maison, le grand platane signalé, les descendants des voisins dont elle a les noms, montre des photos des grands-parents, des rencontres ont lieu, des soirées musicales, des cercles crétois grecs sont invités aux festivals organisés par les associations crétoises turques (le plus important se tient à Kuşadası, mais il n’est pas le seul). Chacun rapporte un peu de terre crétoise et un pied d’olivier avec lui, le pendozali et les mantinades unissent tous les présents comme ces exemples qui expriment cette Crète profonde et l’impossibilité de s’en séparer :

Opu ca pao tha vasto Homa apto Psiloriti Na to skorpizo na yeni Olos o kozmos Kriti

Où que j’aille, je prendrai de la terre du Psiloritis pour la répandre, que le monde devienne Crète

Opşos sti Kriti yenithi Kserizomo dhe pşani Eşi ti Kriti mesadu Mehri pu tha pethani

Qui est né en Crète ne peut être déraciné, il a la Crète en lui jusqu’à sa mort

San e ksehoristikane sta dhiyo, Sta ksene ta oniramu Pare esi to kormaçimu Çi Kriti ti kardhiyamu.

Depuis que mes rêves ont été coupés en deux, à l’étranger, prends, toi, mon corps et la Crète, mon cœur.

  • 51okişler, 2007, p.118.

43Conclusion : Ellinas, Tourkos, o Kritikos ine Kritikos, Grec, Turc, le Crétois est Crétois51.

Figure 2 et 3. Le 11e festival crétois de Kusadasi, en mémoire du chanteur crétois Antonis Fragiadakis

Figure 2 et 3. Le 11e festival crétois de Kusadasi, en mémoire du chanteur crétois Antonis Fragiadakis

« Nous vous attendons pour vivre la Crète », URL : https://www.facebook.com/​giritlilerfestivali/​

Haut de page

Bibliographie

Thèses et mémoires de master consultés

Adıyeke Ayşe Nükhet, 1994, Osmanli Imperatorlugu ve Girit bunalımı (1896-1908), [L’Empire ottoman et la crise crétoise (1896-1908)], université du 12 Septembre, Izmir.

Adıyeke Ayşe Nükhet, 1999, Girit’in Yunanistan’a İlhakı Sırasındaki Girit’teki Türkler [Les Turcs de Crète lors de l’annexion de la Crète à la Grèce], université du 12 Septembre, Izmir.

Akay Arzu Öztok, 2012, Girit kökenli mübadil kadınlar üzerine sosyal antropolojik bir araştırma (Bursa/Tirilye örneği) [Une recherche socio-anthropologique sur les femmes échangées d’origine crétoise (exemple de Titilye/Bursa)], université d’Ankara, Ankara.

okişler Nazim, 2007, Girit göçmenleri türk halk kültürü üzerine bir araştırma [Une recherche sur la culture populaire turque des réfugiés crétois], université de l’Égée, Izmir.

Karan Niyazi, 2006, Girit’in Yunanistan’a İlhakına Türk Kamuoyunun Tepkisi [La réaction de l’opinion publique turque à l’annexion de la Crète par la Grèce], université d’Istanbul, Istanbul.

Kaya Neşe, 2011, Ambivalent belongings : a discourse analysis of second generation Cretan immigrants in Cunda, université du Bosphore, Istanbul.

Kouvaraki Anna, 2014, Historical and cultural dimensions of the Muslim Cretans in Turkey, univ. d’Istanbul, Istanbul.

Limantzakis Georges Λιμαντζάκης Γιώργος, 2015, Οι Τουρκοκρήτες και το Κρητικό Ζήτημα από την ύστερη Τουρκοκρατία έως την ένωση [Les musulmans crétois et la question crétoise de la fin de la domination ottomane à l’union à la Grèce], Εκδόσεις Έρεισμα [éditions Ereisma], Χανιά [La Canée], 160 p.

Limantzakis Giorgos Λιμαντζάκης Γιώργος, 2017, Κοινωνικοί και πολιτικοί μετασχηματισμοί στην Κρήτη κατά τον ύστερο 19ο και πρώιμο 20ο αιώνα : η μεταβίβαση της εξουσίας από τους μουσουλμάνους στους χριστιανούς και η πολιτική των Δυνάμεων στο Κρητικό Ζήτημα [Transformations sociales et politiques en Crète à la fin du xixe siècle et au début du xxe : le passage du pouvoir des musulmans aux chrétiens et la politique des puissances dans la question crétoise], université Pandeion, Athènes.

Marangoudakis Stavros Μαραγκουδάκης Σταύρος, 2022, Το σύμπλεγμα εθνικού και τοπικού στην οριοθέτηση μουσικών ταυτοτήτων: Η περίπτωση της βιολιστικήςπαράδοσηςστο Νομό Χανίων (ιστοριογραφική προσέγγιση) [Ethnomusicologie et anthropologie culturelle, le complexe du national et du local dans la définition des identités musicales : le cas de la « tradition » du violon dans le nome de La Canée (approche historiographique)], université Capodistrienne, Athènes.

Parlamas Stelios Παρλαμάς Στέλιος, Οι εξισλαμισμοί στην περιοχή του Χάνδακα κατά το β΄ μισό του 17ου αιώνα [Les islamisations dans la région de Candie dans la deuxième moitié du xviie siècle], URL : https://12iccs.proceedings.gr/uploads/144_Γ_Παρλαμάς-Στέλιος_τ.pdf (consulté le 20/01/2023).

Menekşe Metin, 2018, Girit Müsülmanlarin Zorunlu Göçü : sevk ve Iskan (1897-1913) [Migration forcée des musulmans de Crète : répartition et installation (1897-1913)], université Sıtkı Koçman, Mugla.

Parlak Cengiz, 2004, Girit’ten Çanakkale’ye Göçler [Les migrants crétois à Çanakkale], université du 17 mars, Çanakkale.

Peponakis Manolis Πεπονάκης Μανώλης, 1994, Εξισλαμισμοί και επανεκχριστιανισμοί στην Κρήτη 1645-1879 [Islamisations et retour au christianisme en Crète, 1645-1879], université de Thessalonique, Thessalonique.

Planakis Stavros Πλανακη Σταύρος, 2003, Ίχνη της τουρκοκρητικής ελληνόγλωσσης λογοτεχνίας. ιδεολογικές τάσεις και γενικά χαρακτηριστικά [Traces de la littérature hellénophone turcocrétoise, tendances ideologiques et traits généraux], université de Réthymnon, Réthymnon

Psaradaki Eleni Ψαραδακη Ελένη, 2020, Μνήμες Πατρίδων. Όψεις Ταυτότητας στους Τουρκοκρητικούς του Bodrum [Souvenir du pays natal, points de vue sur l’identité chez les Turcocrétois de Bodrum], université Réthymnon, Réthymnon. Sous le même titre, 2022, chez Radamanthys, La Canée.

Sepetcioğlu Tuncay, 2007, Cumhuriyetin İlk Yıllarında Giritten Sökeye Mübadele Öyküleri [Récits de l’échange de Crète à Söke dans les premières années de la République], université Adnan Menderes, Aydın.

Sepetcioğlu Tuncay, 2011, Girit’ten Anadolu’ya Gelen Göçmen Bir Topluluğun Etnotarihsel Analizi: Davutlar Örneği [Analyse ethnohistorique d’une communauté immigrée de Crète en Anatolie : le cas de Davutlar], université d’Ankara, Ankara.

Turan Gönenc, 2008, Mübadelede Ayvalık [Ayvalik dans l’échange de populations], université Atatürk, Ankara.

Yüregir Hüreyin, 1977, Tarsus-Girit Folklorundan Derlemeler [Morceaux choisis du folklore crétois de Tarse], université Atatük, Erzurum.

Zik M. Ragip, 2005, Giritli Mübadillerde Kimlik ve Toplumsal Hafiza, [Identité et mémoire sociale chez les échangés crétois], université d’Ankara, Ankara.

Autres ouvrages

Bérard Victor, Les Affaires de Crète, 1900, Armand Colin, Paris, 334 p.

Clark Bruce, 2006, Twice A Stranger: How Mass Expulsion Forged Modern Greece and Turkey, Granta, London, 304 p.

Fournarakis Constantinos Φουρναράκης Κωνσταντίνος, 1929, Οι Τουρκοκρήτες [Les Turcocrétois], Γιαννουδάκης [éd. Giannoudakis], Χανιά, [La Canée,], 46 p.

Hirschon Renée (ed.), 2003, Crossing the Aegean: an appraisal of the 1923 compulsory population exchange between Greece and Turkey, Berghahn Books, New York, 320 p.

Pekin Müfide, 2017, Belleklerdeki Güzellik Girit Maniler, Atasözleri, Deyimler, Tekerlemeler [La belle Crète dans les souvenirs, mandinades, proverbes, expressions, rimes], Lozan Müdadilleri Vakfi, Istanbul, 192 p.

Pekin Müfide, 2007, Mübadele Öyküleri [Histoires d’échangés], Lozan Müdadilleri Vakfi, Istanbul.

Pitton de Tournefort Joseph, 1982, Voyage d’un botaniste 1. L’archipel grec, FM/La Découverte, Paris, 360 p.

Articles et contributions à des ouvrages collectifs

Adıyeke Ayşe Nükhet & Adıyeke Nuri, 2004, « οι αποστασίες από το Ισλάμ στην Κρήτη στην διάρκεια της ελληνικής επανάστασης » [Les apostasies de l’Islam en Crète pendant la Révolution grecque], in Κρητολογικά γράμματα [Lettres de crétologie], no 19, p. 33-38.

Adıyeke Ayşe Nükhet, 1991, « Türk Basınında Girit'in Yunanistan'a Katılması » [L’union de la Crète à la Grèce dans la presse turque], in Dergi Park, no1, URL : https://dergipark.org.tr/tr/pub/cttad/issue/25225/266613 (consulté le 1/6/2023).

Aktar Ayhan, 2003, « Homogenizing the nation, turkifying the economy: the Turkish experience of the population exchange reconsidered », in Hirschon Renée (ed.), Crossing the Aegean: an appraisal of the 1923 compulsory population exchange between Greece and Turkey, New York, Berghahn Books, p. 79-96.

Aktar Ayhan, 2006, « The First Year of the Population Exchange: September 1922 – September 1923 », in Tsitselikis Konstantinos (ed.), Η ελληνοτουρκική ανταλλαγή πληθυσμών: πτυχές μιας εθνικής σύγκρουσης [L’échange gréco-turc de populations : les volets d’une collision nationale], Kritiki Publications, Athènes, p. 111-156.

Andriotis Nikos Ανδριώτης Νίκος, 2004, « Χριστιανοί και Μουσουλμάνοι στην Κρήτη 1821-1924 ένας αιώνας συνεχούς αναμέτρησης εντός και εκτός του πεδίου της μάχης » [Chrétiens et musulmans en Crète 1821-1924, un siècle de confrontation permanente sur et en dehors du champ de bataille], in Μνήμων, no 26, p. 63-94.

Aydemir Ozgur Kasim, 2015, « Girit muhacrti Türkler ve Dilleri » [Les Turcs crétois réfugiés et leurs langues], in Journal of endangered languages, vol. 4, 6/7.

Bayindir-Goularas Gökçe, 2012, « 1923 Türk-Yunan Nüfus Mübadelesi ve günümüzde Mübadil Kimlik ve Kültürlerinin Yaşatilmasi » [1923 L’échange de population turco-grec, l’identité d’échangé aujourd’hui, et la survie de leurs cultures], in Alternatif Politika, juillet, 2012, no4/2, p. 129-146.

Beyoglu Suleyman, 2000, « Girit Göçmenleri (1821-1924) » [Les migrants crétois], in Türk Incelemeleri Dergisi 2 [Journal d’études turques 2], p. 115-130.

Carabott Philip, 2006, « A country in a “state of destitution” laboring inder an “unfortunate regime”: Crete at the turn of the 20th century 1898-1906 », in Archaeology and European Modernity Creta Antica 7, p. 39-53.

Çetin Necat, « Girit Muhacirlerinin İskân Olduğu Tire Hamidiye (Turgutlu) Köyü Araştırması ve Son Osmanlı Nüfus Tahriri » [Recherche sur le village de Hamidiye/Turgutlu [Tire] et le dernier recensement ottoman], URL : https://turkcetarih.com (consulté le 15/01/23).

Demirözü Damla, 2007, « The other woman’s choice: an alternative approach to other society’s woman through the analysis of two heroines in Greek and Turkish Literature », in Erytheia, Revista de estudios bizantinos y griegos, no 28, p. 341-375.

Gencer Irem, « Evaluation of local architecture in traditional Aegean settlements: a case study of Cunda island », 4th international conference on hazards and modern heritage at Serajevo, URL : https://www.researchgate.net/publication/305599215 (consulté le 20/01/2023).

Kolodny Emile, 1968, « La Crète : mutations et évolution d’une population insulaire grecque », in Géocarrefour, 43-3, p. 227-290.

Kolovos Elias Κολοβός Ηλίας, 2013, « Μια πόλη για τους πολιορκητές: κοινωνική ζωή και γάμοι στον οθωμανικό Χάνδακα έξω από τον Χάνδακα (1650-1669) » [Une ville pour les assiégeants : la vie sociale et les mariages dans la Candie ottoman hors Candie (1650-1669)], in Aivali Gülsün, Kolovos Elias & Sariyannis Marinos, Ιεροδικείο Ηρακλείου: Δεύτερος Κώδικας (1661-1665, 1670-1671) [La cour de justice de la charya à Candie : le 2e registre, (1661-1665, 1670-1671)], Elizabeth A. Zachariadou (ed.), Héraklion, p. 21-53.

Kostopoulou Elektra, 2012, « The Art of Being Replaced: The last of the Cretan Muslims between the Empire and the Nation-State », in Nielsen Jørgen (ed.), Religion, Ethnicity and Contested Nationhood in the Former Ottoman Space, Brill, Leiden-Boston, p. 129-146.

Koufopoulou Sofia Κουφοπούλου Σοφία, 2003, « Muslim Cretans in Turkey, the Reformulation of Ethnic Identity in an Aegean Community », in Hirschon Renée (ed.), Crossing the Aegean: an appraisal of the 1923 compulsory population exchange between Greece and Turkey, New York, Berghahn Books, p. 209-219.

Menekşe Metin, 2016, « XX Yüzil baslarinda Kuşadası’nda Girit mühacileri » [Les migrants de Crète à Kuşadası au début du xxsiècle], in Uluslararası Sosyal Araştırmalar Dergisi [Journal international de recherches sociales], 9 (42), p. 715-734.

Menekşe Metin, 2018, « Girit’teki muhtacîn-i islamiye’ye yönelik aydin vilayeti’nde yürütülen yardim faaliyetleri (1896-1898) » [L’aide aux réfugiés musulmans crétois dans la province d’Aydin (1896-1898)], in Çağdaş Türkiye Tarihi Araştırmaları Dergisi [Journal de recherches sur l’histoire turque contemporaine], XVIII/37 (automne 2018), p. 443-473.

Millas Heraklis, 2003, « The Exchange of Populations in Turkish Literature: The Undertone of Texts », in Hirschon Renee (ed.), Crossing the Aegean: an appraisal of the 1923 compulsory population exchange between Greece and Turkey (221-234), Berghahn Books, New York.

Pekin Müfide, 2010, « Les Turcs de Crète et la mémoire déformée de la patrie perdue », in Crivello Marilyne, Les échelles de la mémoire en Méditerranée, Actes Sud/MMSH, p. 131-144B.

Parlamas Stelios Παρλαμάς Στέλιος, 2016, « Οι εξισλαμισμοί στην περιοχή του Χάνδακα κατά το β΄ μισό του 17ου αιώνα » [Les islamisations dans la région de Candie dans la 2e moitié du xviie siècle], in Πεπραγμένα ΙΒ Διεθνούς Κρητολογικού Συνεδρίου, 21-25 Σεπτεμβρίου 2016 [Actes du 12e congrès international de crétologie, 21-25 sept. 2016], Εταιρία Ιστορικών Κρητικών [Société des études historiques crétoises], Μελετών Ηράκλειο [Héraklion].

ahbaz Kübra, 2017, Antalya Side bölgesinde Göçmen Giritlilerin İskani, université d’Ankara, présentation d’un projet de thèse, URL : https://www.academia.edu/38277384/ANTALYA_S%C4%B0DE_B%C3%96LGES%C4%.

Sari Muhammet & Can Ayşegül, 2018, « Lozan antlaşmasi gereğince Girit’ten Türkiye’ye göçün basina yansiyan yönleri » [Reflets dans la presse de la migration de la Crète vers la Turquie après le traité de Lausanne], in Çağdaş Türkiye Tarihi Araştırmaları Dergisi [Revue d’études historiques sur la Turquie moderne], xviii/36 (printemps 2018), p. 29-54.

Şenesen Refiye, 2012, « Çukurova Bölgesi Girit Göçmenlerinin Girit’e Dair Anlatılarının Sosyal Tarihe Kaynaklık Etmesi » [Récits des échangés crétois de la province de Çukurova comme source d’histoire sociale sur la Crète], in Sosyal Bilimler Enstitüsü Dergisi [Revue de l’institut des sciences sociales], no 21, Çukurova Üniversitesi [université de Çukurova], p. 255-266.

Sepetcioğlu Tuncay, 2010, « Türkiye’de Ana Dili Türkçe Olmayan Göçmen Topluluklara Yaklaşımlara Dair Bir Örnek Girit Göçmenleri » [Une approche des communautés de réfugiés dont la langue maternelle n’est pas le turc : un exemple, les échangés de Crète], in ÇTTAD, IX/20-21, p. 77-108.

Sepetcioğlu Tuncay, 2014, « Iki Tarihsel “Eski” Kavram, Bir Sosyo-Kültürel “Yeni” Κimlik: Mübadele Nedir, Μübadiller Kimlerdir ? » [Deux anciens concepts historiques, une « nouvelle » identité socioculturelle : qu’est que l’échange ? qui sont les échangés ?], in TSA/YIL: 18, 3, Ocak, p. 49-83.

Sepetcioğlu Tuncay, 2020, « Cretan Turks at the End of the 19th century: Migration and Settlement (19. Yüzyılda Girit Türkleri: Göç ve Yerleşim) », in Journal of sociological context-Sosyologik Baglam, no 1, p. 27-41.

Tzedaki-Apostolaki Lena Τζεδάκη-Αποστολάκη Λένα, 2001, « Τουρκο-­κρητικοί Αναζήτηση μιας ταυτότητας » [Turcocrétois : recherche d’une identité], in Τα Ιστορικά [Historiques], tome 34, p. 147-166.

Tzedaki-Apostolaki Lena Τζεδάκη-Αποστολάκη Λένα, « Τα οικογε­νειακά ονόματα των Τουρκοκρητικών, Μητρώο Αρρένων Δήμου Ηράκλειου, 1895-1900 » [Les noms de famille des Turcocrétois, registre d’état civil masculin du dème d’Héraklion, 1895-1900], in academia, 17 pages.

Presse

Milliyet, 23 septembre 2012, « Arınç Ahmediye köyünde çocuklarla Rumca konuştu ».

Gazete Istanbul, 21 février 2017, « Anneanne dili “Giritçe” » [La langue de grand-maman, le crétois], İzbek Tanj.

Haut de page

Notes

1 Tournefort, 1982 [1717], p. 105-106.

2 Voir Peponakis, 1997, 1er chapitre et Greene, 2000, p. 78-109. Les voyageurs sont énumérés dans Andriotis, 2004, note 6.

3 Peponakis, 1997, p26.

4 Comme à Chypre ou dans le Pont. Les musulmans savent qu’après quelques générations, l’islam finit par l’emporter. En raison du secret qui les entoure, les cryptochrétiens sont impossibles à dénombrer.

5 Peponakis, 1997, p. 28. En 1857.

6 Greene, 2000, p. 53-54 et 78-109 ; Parlamas, 2017, p. 2-10.

7 Peponakis, p.111.

8 Greene, 2000, passim, et Kolovos, 2013, p. 11. Les pères sont toujours heureux de « caser » leur fille…

9 N’ayant pas appris à écrire le grec, certains écrivent le crétois dans l’alphabet arabe utilisé par les Ottomans.

10 Pendant la période égyptienne (1830-1841), Mehemet Ali avait trouvé financièrement rentable de faire payer aussi aux musulmans une taxe sur le vin et le raki !

11 Tzedaki-Apostolaki, 2011, a étudié les registres d’état civil masculin d’Héraklion entre 1895 et 1900 : sur 509 noms de musulmans, seuls 16 ne se terminent pas en -akis. Ils mêlent parfois prénoms chrétiens et noms musulmans, ainsi Giorgos Hussein, Giannis Mustafa, Maria Zeynep… Adıyeke & Adiyeke, 2000, p. 38 ; Limantzakis, 2017, p. 36-37.

12 Longue épopée en vers, écrite au xviie siècle par le Crétois Vincenzo Cornaros.

13 Fournarakis, 1929, p. 5.

14 Réunion du 25 nov. 1906. Actes sténographiés de la 2e assemblée constituante des Crétois, Journal officiel du gouvernement crétois, tome 4, La Canée, 1912, p. 778-779 in Andriotis, 2004, note 8.

15 Les auteurs turcs tiennent à cette majorité. Adiyeke, 1991, p. 60-61.

16 Tzedaki-Apostolaki, 2001 ; Kostopoulou, 2012.

17 Résumé et détails nets et clairs concernant les musulmans dans Andriotis, 2004 et Kouvaraki, 2014, ch. 2.

18 Hatt-i-Serif de 1836, Hatt-i-Humayun de 1856, firman de 1858, loi organique de 1868, Convention de Chalepa en 1878.

19 Cela permet aussi d’accaparer des terres ou de les racheter à faible prix.

20 Les deux citations sont dans Andriotis, 2004, p. 70.

21 Cité dans Carabott, p. 43.

22 Plus de détails dans Andriotis, 2004, p. 73.

23 Bérard, 1900, p. 24 à 26.

24 Ibid. p. 233-248. Déposition faite aux soldats français par une jeune fille sauvée par un chrétien, qui lui a demandé de se faire baptiser et l’a épousée. Elle refuse la proposition française de quitter son mari.

25 Les batailles de chiffres sont classiques, Sepetcioğlu, p. 28 ; Adıyeke, 1991, p. 61 ; Senışık, p. 65 et Menekşes, p. 455.

26 Pour les chiffres et la répartition géographique des populations (cartes) voir l’indis­pensable Kolodny, 1968.

27 Nombreux détails dans Andriotis, 2004, p. 74-76.

28 S’ils veulent échapper à la conscription grecque contre l’Empire ottoman, il leur faut choisir la nationalité ottomane, donc devenir étranger dans leur île.

29 À cause de cela, ils tiennent à être nommés mübadil soit échangé et non muhacir, réfugié, estimant ne pas avoir été des malheureux à la charge de l’État qui s’était engagé à leur fournir environ 1/3 de la valeur de leurs biens.

30 Tzedaki-Apostolaki, 2001, p. 149. À partir de 1856, il est possible de revenir au christianisme librement, certains l’ont fait (voir Peponakis, 1997, 2e partie), discrètement pour ne pas irriter les voisins, ou en quittant l’île, surtout des convertis de 1770-1821. Leur nombre est inconnu et semble réduit. En revanche, en 1923, certains, pour rester, ont tenté un baptême tardif (pas accepté) ou un mariage mixte.

31 Sepetcioglu, 2020. Il pense en poursuivant son travail d’archives en repérer davantage.

32 Sepetcioglu, 2011, plans p. 138 et 139, p. 157 ; un témoin parle de maisons de 140 m2 sur une parcelle de 550 m2.

33 Menekşe, 2016.

34 Çetin, n. d.

35 Menekşe, 2018.

36 Şahbaz, 2017, pour la région d’Antalya.

37 Sari & Can, 2018.

38 Les lieux évoqués dans la suite du texte seront présentés dans leur nom turc.

39 En 2005-2006, une étude d’architectes estime à 1000 le nombre des maisons traditionnelles de Cunda, la moitié sont « historiques », presque toutes en bon état, et 87 % de leurs habitants sont des descendants des musulmans de Crète. Gencer, 2011. Ce regroupement en nombre important (plusieurs milliers de réfugiés crétois) explique que le dialecte crétois ait particulièrement bien survécu à Cunda.

40 Millas, 2003.

41 Ibid., p. 223.

42 Kouvaraki, 2014, p63.

43 Demirözü, 2007.

44 Ibid., note 8, donne la liste.

45 Girittürk, URL : giritturk.org (consulté le 25/01/2023).

46 Girit Türkleri Kültürü, URL : https://giritturklerikulturu.wordpress.com/.

47 Certaines créations sont récentes et je ne garantis pas que ma liste soit complète.

48 La Fondation des échangés de Lausanne a publié en 2011 un Erotocritos bilingue, turc/crétois mais en alphabet turc.

49 Milliyet, « Arınç Ahmediye köyünde çocuklarla Rumca konuştu ».

50 On doit citer néanmoins le documentaire Το ταξίδι [Le voyage] réalisé en 1997 sur le double voyage d’échangés vers le pays natal : des musulmans originaires de Crète au départ d’Ayvalık, des Rums originaires d’Aïvali au départ de Crète.

51okişler, 2007, p.118.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de Tuncay Sepetcioğlu, 2020, p. 31
Crédits Avec l’autorisation de son auteur que je remercie pour son travail sur ce sujet et cette carte.
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/20715/img-1.png
Fichier image/png, 583k
Titre Figure 2 et 3. Le 11e festival crétois de Kusadasi, en mémoire du chanteur crétois Antonis Fragiadakis
Crédits « Nous vous attendons pour vivre la Crète », URL : https://www.facebook.com/​giritlilerfestivali/​
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/20715/img-2.png
Fichier image/png, 636k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Dalègre, « Crétois, Musulman, Turc, Crétois musulman : la ronde des identités, Candie-Ayvalık-Héraklion »Cahiers balkaniques, 50 | -1, 215-242.

Référence électronique

Joëlle Dalègre, « Crétois, Musulman, Turc, Crétois musulman : la ronde des identités, Candie-Ayvalık-Héraklion »Cahiers balkaniques [En ligne], 50 | 2024, mis en ligne le 02 mai 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/20715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ry0

Haut de page

Auteur

Joëlle Dalègre

Inalco-PLIDAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search