Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Présences de la diaspora arménien...

Présences de la diaspora arménienne en Grèce après le traité de Lausanne

Presence of the Armenian diaspora in Greece after the Lausanne Treaty
Παρουσία της Αρμενικής διασποράς στην Ελλάδα μετά τη Συνθήκη της Λωζάνης
Nicolas Pitsos
p. 245-254

Résumés

Résumé : cet article propose une synthèse panoramique sur la formation d’une communauté gréco-arménienne en Grèce après 1923. Il s’agit d’étudier d’une part, les conditions d’installation des réfugiés arméniens et leur répartition sur le territoire grec ainsi que les dynamiques démographiques de cette population au fil du temps. D’autre part, l’organisation sociale et la vie culturelle de cette communauté sont également mises en avant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Αλτ! Σωφέρ στάσου, ακούω παθητικά τραγούδια και το ολόγιομο φεγγάρι φωτίζει κάποια τσαντήρια, κάπ (...)

Stop ! Chauffeur, arrête-toi, j’entends des chansons tristes et la pleine lune éclaire des baraques, des maisons de fortune construites en une nuit par des mains meurtries ; des hommes poursuivis par le Destin ont entonné le chant de la douleur qui raconte les malheurs de la Race (…) Une cité entière de cinq mille âmes a surgi au milieu de la ville d’Athènes, construite à la va-vite, mais avec tout le nécessaire. Rien ne lui manque. Elle a ses industries, ses commerces, de l’Art (…) ! Il y a un cinéma où plusieurs fois par mois, des amateurs montent des pièces à contenu historique et patriotique. Il y a l’électricité, des cafés, des pâtisseries, des cordonneries, des épiceries, des marchands de fruits et de légumes, des boucheries (…) On dirait que comme dans les contes, une sorcière, a donné un coup de baguette magique, quelque part, là-bas sur l’avenue Syngrou, près de l’usine Fix, dans le quartier Dourgouti et qu’une nouvelle cité est sortie soudain de nulle part 1.

  • 2 Mantzikian, 2014.

1L’espace délimité par le quartier de Dourgouti fut un des premiers endroits où se sont installés les Arméniens ottomans arrivés en Grèce après la défaite de l’armée grecque en Anatolie en 1922 et la signature du traité de Lausanne, quelques mois plus tard. Pourtant, la présence des chrétiens de rite arménien sur les territoires appartenant à la Grèce actuelle remonte à l’époque byzantine. Dans la période plus contemporaine, on assiste à l’arrivée de réfugiés à la suite des massacres perpétrés sous le régime du sultan Abdülhamid II, en 1895-1896,2 quand plus de deux mille Arméniens arrivent en Grèce. À ce propos, le journal Akropolis, informe ses lecteurs en 1896 que :

  • 3 « Οι εν διωγμώ πρόσφυγες του αρμενικού έθνους, οι καταφυγόντες εις το Ελληνικόν έδαφος, όπως ζητήσω (...)

Les réfugiés persécutés de la nation arménienne, qui se sont réfugiés sur le territoire grec pour se mettre à l’abri auprès de nous, doivent jouir d’un accueil chaleureux et de soins, conformément aux traditions libérales et chrétiennes du peuple grec. Ces gens malheureux sont dignes de toute sympathie en raison des supplices qu’ils ont subis3.

2Malgré les incitations de la presse athénienne pour mobiliser la population locale en faveur des réfugiés et une première réponse élémentaire de la part des instances étatiques, leurs conditions de vie restaient encore précaires au début de l’automne 1896, comme on peut le lire dans le journal Efimeris :

  • 4 « Ουδόλως είναι ευχάριστος η θέσις των εν Φαλήρω κατασκηνούντων Αρμενίων. Αι σκηναί αυτών ένεκα της (...)

La situation des Arméniens campés à Phaliron n’est pas du tout agréable. Suite à la pluie d’avant-hier, leurs tentes se trouvent dans un état déplorable. Et comme si cela ne suffisait pas, les réfugiés manquent aussi de nourriture. Face à une telle situation, il faut qu’ils soient pris en charge. Pour cela, une représentation à des fins philanthropiques est programmée dans la semaine. Ses recettes seront destinées à leurs besoins alimentaires. On espère que le public sera nombreux en soutien à ces malheureux réfugiés4.

La géographie de la répartition des réfugiés arméniens en Grèce après 1922

3Au lendemain de l’effondrement du front grec en Asie Mineure et de l’incendie de la ville de Smyrne, les habitants chrétiens de ces régions de rite byzantin ou arménien affluent en Grèce. Aux côtés de plus d’un million de chrétiens grecs-orthodoxes, il y a environ 90 000 chrétiens de rite arménien qui quittent les côtes de l’Asie Mineure et se réfugient de l’autre côté de la mer Égée. Parmi ces réfu-giés, il y a au moins 7 000 orphelins ayant survécu au génocide de 1915 pris en charge par l’association humanitaire américaine Near East Relief. Ils sont hébergés dans un premier temps au Palais du Zappeion à Athènes, au Palais de Corfou, et aussi sur l’île de Syros après la construction d’une unité capable d’accueillir jusqu’à 2500 enfants. De son côté, l’association Friends Mission for Industrial Relief, grâce à des ressources financières venant de Londres, a mis en place des ateliers de fabrication de tapis et de tissages, qui procurent de l’emploi à de jeunes Arméniennes. Les réfugiés arméniens ont été également secourus par les actions de l’Union arménienne de bienfaisance, et la Croix bleue arménienne (Αρμενικός Κυανούς Σταυρός).

Figure 1. Logo de la Croix bleue arménienne

Figure 1. Logo de la Croix bleue arménienne

Toutes les photos sont confiées par l’association arménienne de Grèce

  • 5 Tsiligirian, 2016.

4En 1924, une partie de ces réfugiés est acheminée vers d’autres pays, essentiellement la France et les pays d’Amérique du Sud5. L’année suivante, 3000 réfugiés arméniens partent pour la république soviétique d’Arménie, suivis d’encore 8000 en 1932. Entretemps, le gouvernement grec a procédé à des relocalisations des réfugiés du traité de Lausanne à l’intérieur des frontières grecques, en déplaçant 5000 réfugiés arméniens de régions frontalières de la Grèce du Nord vers la partie méridionale du pays. Lors du recensement de 1938, 27 080 Arméniens sont répertoriés, répartis ainsi sur les différentes régions :

5Dourgouti (Attique), 4500 ; Kaisariani (Attique), 1000 ; Peristeri (Attique), 250 ; Kokkinia (Pirée), 4800 ; Lipasmata (Agios Dionysios-Pirée), 3000 ; Marousi (Attique), 180 ; Kifissia (Attique), 60 ; Moschato (Pirée), 100 ; Ambelokipi (Attique), 60 ; Tavros (Pirée), 35 ; Phaliron (Pirée), 150 ; Kallithéa, 100 ; Lavrio (Attique), 400 ; Volos (Thessalie), 300 ; Corinthe (Péloponnèse), 100 ; Aigio (Péloponnèse), 100 ; Patras (Péloponnèse), 500 ; Pyrgos (Péloponnèse), Nauplie (Péloponnèse), 30 ; Kalamata (Péloponnèse), 800 ; Corfou, 150 ; Crète, 700 ; Mytilène, 300 ; Samos, 30 ; Chios, 20 ; Syros, 20 ; Thessalonique, 5000 ; Drama (Macédoine), 650 ; Serres (Macédoine), 300 ; Kavala (Macédoine), 800 ; Xanthi (Thrace occidentale), 750 ; Komotini (Thrace occidentale), 800 ; Alexandroupoli (Thrace occidentale), 800 ; Didymoteicho (Thrace occidentale), 150 ; Orestiada (Thrace occidentale), 100.

  • 6 Chasiotis, 1995 ; Armenakis, 2016.

6Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des Arméniens de Grèce répondent à l’appel du gouvernement soviétique leur offrant d’aller s’installer en république d’Arménie. Le 2 août 1947, une première « caravane » part de Thessalonique, suivie deux semaines plus tard d’un deuxième convoi quittant Athènes. En 1947, 18 000 personnes étaient déjà parties pour l’Arménie6. Un autre courant d’émigration se manifeste vers le Canada et l’Argentine avec comme résultat la diminution de la population arménienne en Grèce qui se limite à 15 000 personnes à la fin des années 1950. De nos jours, la communauté gréco-arménienne compte 60 000 citoyens, dont 15 000 sont les descendants de troi­sième ou quatrième génération des réfugiés de 1922, et entre 30 000 et 50 000 sont des immigrés arrivant en Grèce après 1991, après la dissolution de l’URSS et l’indépendance de la république d’Arménie.

La vie socioculturelle des communautés gréco-arméniennes

7Jusqu’aux années 1960, l’évolution de la situation socioéconomique des réfugiés arméniens suit le même chemin que celui des réfugiés grecs-orthodoxes venant d’Asie Mineure. Mis à part certains privilégiés établis dans les grands centres urbains, la majorité partage avec le reste des Micrasiates des conditions de vie dures et contraignantes, installés dans des bidonvilles dans les faubourgs des grandes villes. Donnant lieu progressivement à de nouveaux quartiers, ces lieux portent encore les traces de cette présence, et leurs appellations parallèles telles qu’« Arménika » pour Dourgouti ou « Armenochori » pour Sykies à Thessalonique, témoignent de la contribution de la communauté arménienne à leur développement.

  • 7 Avakian, 2002.
  • 8 Du nom de Simon Zavarian (1866-1913), un révolutionnaire arménien de la fin du xixe siècle. Il fut (...)

8Pour faire face à des conditions d’existence précaire pendant l’entre-deux-guerres, la Croix bleue arménienne a été fondée le 2 juillet 19247. L’aide humanitaire était l’objectif principal de cette association, revêtant la forme de soins médico-pharmaceutiques, d’assistance financière ou encore de distribution de lait auprès des plus fragiles parmi les réfugiés. Une autre activité importante de cette association est la fondation d’un sanatorium dans la région de Penteli, mis à disposition des membres de la communauté touchés par la tuberculose. La mission humanitaire de la Croix bleue arménienne se poursuit sous l’Occupation avec l’organisation de soupes populaires et la prise en charge médico-sanitaire de la population locale. En parallèle, la Croix bleue arménienne s’engage dans l’éducation de la nouvelle génération. Dès 1926, des écoles maternelles et primaires voient le jour dans des villes telles que Marousi, Volos, Kalamata et Rethymno. En 1927 est fondé à Kokkinia, l’établissement scolaire Zavarian (Ζαβαριάν)8 alors qu’en 1962 est inaugurée l’école Levon et Sophia Agopian à Néos Kosmos.

9D’après une enquête menée par l’organisation philanthropique américaine Near East Relief en septembre 1923, la répartition d’élèves arméniens était la suivante : Athènes, 255 ; Kokkinia, 653 ; Dourgouti, 745 ; Pagkrati, 415 ; Thessalonique, 790 ; Pirée, 317 ; Phaliro, 156 ; Moschato, 34 ; Kifissia, 70 ; Marousi, 65 ; Mytilène, 250 ; Réthymno, 150 ; Chania, 47 ; Lavrio, 101. Au total, 4 048 élèves ont été enregistrés. Jusqu’aux années 1930, il y avait 16 écoles qui fonctionnaient aux côtés de celle dirigée par la métropole située sur la place Koumoundourou. D’autres églises étaient aussi présentes à Dourgouti, Kokkinia, Peristéri et Kaisariani.

Figure 2. Église métropolitaine des Arméniens orthodoxes de Grèce (Athènes)

Figure 2. Église métropolitaine des Arméniens orthodoxes de Grèce (Athènes)
  • 9 Agabatian, 2018.

10En dehors des missions éducatives et ecclésiastiques, les activités culturelles ont aussi connu un véritable essor au sein des communautés arméniennes de Grèce. En août 1924, l’Union des athlètes arméniens d’Athènes, plus connue sous l’acronyme « Homenetmen » (Հայ Մարմնակրթական Ընդհանուր Միութիւն -Հ.Մ.Ը.Մ.), est créée, renvoyant à la fondation à Constantinople en 1918, de l’Union générale sportive arménienne9. Portant toujours les mêmes maillots bleu et blanc, ses membres participaient à des rencontres sportives, non plus sur les stades de Smyrne, Afyon ou Adana, mais à Dourgouti ou à Kokkinia.

Figure 3. Logo de l’Union sportive arménienne (Homenetmen)

Figure 3. Logo de l’Union sportive arménienne (Homenetmen)
  • 10 Gazarian, 2014, vol. 83.

11Outre leur passion pour les sports, les réfugiés manifestent également leur engouement pour le théâtre. Entre 1924 et 2014, 340 représentations ont pu être montées en Grèce10 : 340 à Athènes et 30 à Thessalonique, dont 200 avant 1940, 7 sous l’Occupation, 34 pendant la guerre civile et 102 durant les années 1950-1970.

  • 11 Agabatian, 2010.
  • 12 Le parti social-démocrate Hentchak est un des plus anciens partis politiques arméniens. Il est cofo (...)
  • 13 Dashnak/Dachnak ou Tashnag/Tachnag, est un parti politique arménien de tendance socialiste-marxiste (...)

12L’activité éditoriale des Arméniens à Athènes et à Thessalonique était aussi particulièrement remarquable11. Parmi les premiers titres parus, nous pouvons mentionner la revue mensuelle Hintchak [Le clocher], publiée entre 1892 et 1894, proche du parti du même nom12. En Grèce du Nord, le journal Alik [Vague] (1923-1927) a été l’une des tribunes du parti Dashnak13. Son rédacteur en chef était Levon Mozian, alors que Kevork Papazian était son éditeur. Né à Rodestos (en Thrace orientale), Papazian fut aussi le seul député arménien au sein du Parlement grec. En 1926, paraît le journal Telefon, avec comme rédacteur Bogos Sirambian. Ce quotidien s’adressait aux Arméniens turcophones installés en Grèce après le traité de Lausanne. Nor Or [Nouveau Jour, Նոր Օր] fondé en 1923, était le deuxième organe du parti Daschnak en Grèce. Paraissant d’abord comme hebdomadaire à Athènes, il connaît un succès fulgurant et, à partir du 1er janvier 1924, il devient un quotidien, publié sans interruption jusqu’en septembre 1944. Un de ses fondateurs et figure de proue de cette publication fut Kapriel Lazian. Né à Erzincan en Arménie occidentale ottomane en 1893, après avoir été formé à l’école militaire Harbiye à Istanbul, il est recruté comme officier dans l’armée du sultan. Lors du génocide de 1915, sa famille est décimée. Avec son épouse Nathalie, il décide alors de s’installer en 1919 dans la république d’Arménie récemment fondée. Il est enrôlé dans l’armée arménienne, mais quand le pays entre dans l’orbite de l’Union soviétique, il est déporté en Russie. Cependant, il parvient à s’échapper et par Erevan, Tiflis et Batoum, il arrive à Smyrne en 1921 où il entre dans l’armée grecque. À la suite de l’effondrement du front grec en Asie Mineure il rejoint la Grèce comme réfugié et participe à la fondation du journal Nor Or. En 1939, il part s’installer au Caire où il travaille jusqu’à son décès en 1959 dans le journal local en arménien, Housaper [Messager d’Espoir, Յուսաբեր]. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le journal Azat Or [Jour libre, Ազատ Օր] prend le relais du quotidien Nor Or. Son premier numéro paraît le 25 février 1945 avec Hovannes Tsakirian comme éditeur. Après son départ pour le Liban en 1948, c’est Onnik Zakarian qui lui succède. Setrak Kohourouni en fut le rédacteur en chef jusqu’en avril 1950, remplacé alors par Vazken Esayan. Né à Erzeroum en 1908, celui-ci arrive en Grèce après la défaite de l’armée grecque en Asie Mineure. Il fait ses études au collège français, où il apprend aussi la langue grecque. En 1938, il traduit et édite, avec le poète Koulis Alepis, un recueil de poèmes arméniens en grec sous le titre Muse arménienne [Αρμενική Μούσα], réédité en 1939 et en 1957. Grâce à Esayan, la poésie arménienne est introduite en Grèce et se fait connaître du public grécophone. En 1949, poursuivant son œuvre de médiateur culturel, il édite une Anthologie de la poésie néohellénique, intitulée Elenagan Knar [Lyre grecque, Ελληνική Λύρα], qui comprend des œuvres de 98 poètes grecs traduites en arménien.

Figure 4 : Logo du quotidien Azat Or

Figure 4 : Logo du quotidien Azat Or

Source : petite rétrospective à l’histoire du quotidien Azat Or, à l’occasion de son 75e anniversaire en 2020 par Sarkis Agabatian

13En dehors des publications en arménien, il y a eu aussi à partir des années 1990 des publications en grec adressées aux membres de la communauté gréco-arménienne. Un des pionniers de cette activité éditoriale fut Iossif Kassesian. En 1991, il lance la revue trimestrielle Ελληνο-αρμενικά, [Ellinoarmenikà] qui comprend des articles consacrés à l’histoire, l’actualité culturelle et l’amitié gréco-arménienne. En 1998, la revue bimestrielle Αρμενικά [Armenikà] voit le jour. Dans l’éditorial du premier numéro, on lit que l’objectif principal de ce périodique grécophone, est d’informer les Arméniens de Grèce et surtout les plus jeunes, qui ne maîtrisent pas forcément l’arménien, de la vie sociale, sportive et culturelle de la communauté, en laissant aussi la place à des reportages sur la diaspora arménienne, l’Arménie et le Nagorno-Karabakh. Le défi est relevé et avec un tirage de 2500 exemplaires à l’échelle nationale, la revue réussit à atteindre l’ensemble de la communauté gréco-arménienne. Elle est un instrument de mémoire comme les autres associations de réfugiés aujourd’hui et comme elles (voir Cahiers Balkaniques, no 51, « Le tourisme de nostalgie »), elle organise des voyages en Arménie (soviétique).

  • 14 La Grèce a été l’un des premiers pays à reconnaître le génocide arménien après l’Uruguay en 1965 et (...)

14Cette presse accorda une place importante à la question arménienne et elle servit aussi de relais pour la prise de conscience et la connaissance des événements aboutissant au génocide arménien en Anatolie pendant la Première Guerre mondiale. La mobilisation de la communauté gréco-arménienne et ses campagnes de sensibilisation de l’opinion publique en Grèce ont été couronnées de succès quand, en 1996, le Parlement grec reconnut le génocide de 1915 et vota une loi désignant le 24 avril comme Journée de mémoire du génocide des Arméniens14.

Haut de page

Bibliographie

Articles de revue

Agabatian Ohanes-Sarkis Αγαμπατιάν Οχανές-Σαρκίς, 2010, « Ο αρμενικός Τύπος στην Ελλάδα » [La presse arménienne en Grèce], in Αρμενικά [Armenika], URL : https://armenika.gr/armenikos-typos-stin-ellada (consulté le 2/08/2023).

Agabatian Sarkis Αγαμπατιάν Σαρκίς, 2018, « Homenetmen » [Հայ Մարմնակրթական Ընդհանուր Միութիւն -Հ.Մ.Ը.Մ], in Αρμενικά [Armenika], vol. 97.

Armenakis Athanassios E. Αρμενάκις Αθανάσιος, 2016, « Οι αναχωρήσεις των Αρμενίων από την Ελλάδα για τη Σοβιετική Αρμενία κατά τη διάρκεια του Μεσοπολέμου 1924-1925 » [Les départs des Arméniens de Grèce pour l’Arménie soviétique pendant l’entre-deux-guerres, 1924-1925], in Αρμενικά [Armenika], vol. 90.

Avakian Liza Αβακιάν Λίζα, 2002, « 1924 – 2002: 78 χρόνια δράσης του Αρμενικού Κυανού Σταυρού στην Ελλάδα » [1924-2002 : 78 ans d’action de la Croix bleue arménienne en Grèce], in Αρμενικά [Armenika], vol. 23.

Chassiotis Ioannis K. Χασιώτης Ιωάννης, 1995, « Οι Αρμένιοι της Ελλάδας: Ιστορία, Οργάνωση, Ιδεολογία, Κοινωνική Ενσωμάτωση » [Les Arméniens de Grèce : Histoire, organisation, idéologie, intégration sociale], in Ίστωρ [Istor], vol. 8.

Gazarian Ovannes Γαζαριάν Οβάννες, 2014, « 90 χρόνια Αρμενικό Θέατρο στην Ελλάδα » [90 ans de théâtre arménien en Grèce], in Αρμενικά [Armenika], vol. 83.

Mantzikian Asbet Μαντζικιάν Ασμπέτ, 2014, trad. Apelian-Kolanian Araxi, « Η παρουσία των Αρμενίων στον Ελλαδικό χώρο: Από τον 5ο μ.Χ. αιώνα έως το τέλος του Α΄ Παγκοσμίου Πολέμου » [La présence des Arméniens dans l’espace grec : du ve siècle après J.-C. à la fin de la Première Guerre mondiale], in Αρμενικά [Armenika], vol. 80, URL : https://armenika.gr/koinotita/75-istoria-paroikias/576-i-parousia-ton-armenion-ston-elladiko-xoro (consulté le 2/08/2023).

Tsiligirian Mike Τσιλιγκιριάν Μαίκ, 2016, « Η συρρίκνωση του αρμενικού πληθυσμού στην Ελλάδα κατά τα έτη 1922–1950 » [La diminution de la population arménienne en Grèce pendant la période 1922-1950], in Αρμενικά [Armenika], vol. 90, URL : https://armenika.gr/koinotita/75-istoria-paroikias/759 1922-1950 (consulté le 2/08/2023).

Presse

Ακρόπολις [Akropolis], 30 août 1896, Αθήναι [Athènes].

Ελεύθερος Λόγος [Parole libre], 1er juillet 1923, « Αναφορά του Φώτου Σκοτάδη » [Reportage de Fotos Skotadis].

Εφημερίς [Efimeris], 5 septembre 1896, « Οι εν Φαλήρω Αρμένιοι » [Les Arméniens à Phalère].

Haut de page

Notes

1 « Αλτ! Σωφέρ στάσου, ακούω παθητικά τραγούδια και το ολόγιομο φεγγάρι φωτίζει κάποια τσαντήρια, κάποια πρόχειρα σπίτια χτισμένα μέσα σε μια νυχτιά από χέρια ματωμένα˙ κάποιοι κυνηγημένοι της Μοίρας βέβαια έχουν σταματήσει και λένε το τραγούδι του πόνου που εξιστορεί τα πάθη της Φυλής. (…) Μια πολιτεία ολόκληρη, πολιτεία πέντε χιλιάδων ανθρώπων, ξεφύτρωσε, μέσα στην μέση της Αθήνας, πρόχειρα, για μια στιγμή, μα με τα όλα της. Τίποτε δεν της λείπει. Βιομηχανία, εμπόριον και Τέχνη (…)! Έχει κινηματογράφο, όπου μάλιστα πολλές φορές το μήνα ερασιτέχνες παίζουν ιστορικά πατριωτικά έργα. Έχει ηλεκτρικό φως, καφενεία, ζαχαροπλαστεία, τσαγκάρικα, μπακάλικα, μανάβικα, χασάπικα… Λες πως κάποια μάγισσα, όπως στα παραμύθια, χτύπησε εκεί στη Λεωφόρο Συγγρού, κοντά στο εργοστάσιο Φιξ, στη συνοικία Ντουργούτι, το μαγικό της ραβδί και ξεπετάχτηκε μια καινούρια πολιτεία. », Ελεύθερος Λόγος [Parole libre], 1er juillet 1923, « Αναφορά του Φώτου Σκοτάδη » [Reportage de Fotos Skotadis].

2 Mantzikian, 2014.

3 « Οι εν διωγμώ πρόσφυγες του αρμενικού έθνους, οι καταφυγόντες εις το Ελληνικόν έδαφος, όπως ζητήσωσιν ασφάλειαν της κινδυνευούσης ζωής των μεταξύ ημών, πρέπει να τύχουν προθύμους φιλοξενίας και περιθάλψεως, ως αρμόζει εις τας κατ’ εξοχή φιλελευθέρας και χριστιανικάς παραδόσεις του ελληνικού λαού. Οι δυστυχείς αυτοί άνθρωποι είναι άξιοι πάσης συμπαθείας δια τα μαρτύρια τα οποία υπέστησαν », Ακρόπολις [Akropolis], 30 août 1896, « Αθήναι » [Athènes].

4 « Ουδόλως είναι ευχάριστος η θέσις των εν Φαλήρω κατασκηνούντων Αρμενίων. Αι σκηναί αυτών ένεκα της προχθεσινής βροχής είναι εις ελεεινήν κατάστασιν. Ως δε να μη ήρκει τούτο οι πρόσφυγες δεν έχουν ούτε τροφήν ικα­νή. Ένεκα τούτου παρίσταται ανάγκη αρωγής αυτών, προς τούτο δε πρόκειται εντός της εβδομάδος ταύτης, να δοθή παράστασις ευεργετική, ης αι εισπράξεις θα διατεθώσιν υπέρ της διατροφής τούτων. Ελπίζεται ότι ο κόσμος θα συρρεύση υποστηρίζων τους δυστυχείς πρόσφυγας », Εφημερίς [Efimeris], 5 septembre 1896, « Οι εν Φαλήρω Αρμένιοι » [Les Arméniens à Phalère].

5 Tsiligirian, 2016.

6 Chasiotis, 1995 ; Armenakis, 2016.

7 Avakian, 2002.

8 Du nom de Simon Zavarian (1866-1913), un révolutionnaire arménien de la fin du xixe siècle. Il fut l’un des fondateurs du parti historique arménien, la Fédération révolutionnaire arménienne en 1890, avec Christapor Mikaelian et Stepan Zorian.

9 Agabatian, 2018.

10 Gazarian, 2014, vol. 83.

11 Agabatian, 2010.

12 Le parti social-démocrate Hentchak est un des plus anciens partis politiques arméniens. Il est cofondé en 1887 par Avédis Nazarbekian, Mariam Vardanian, Gevorg Gharadjian, Ruben Khan-Azat, Christophor Ohanian, Gabriel Kafian et Manuel Manuelian, un groupe d’étudiants genevois, avec pour but d’obtenir l’indépendance de l’Arménie ottomane.

13 Dashnak/Dachnak ou Tashnag/Tachnag, est un parti politique arménien de tendance socialiste-marxiste et nationaliste. Le Dachnak fut fondé en 1890 à Tiflis (actuelle Tbilissi en Géorgie), en tant qu'organisation socialiste. Ses fondateurs étaient le marxiste Christapor Mikaelian, le populiste Stepan Zorian et le bakouniniste Simon Zavarian. Leur objectif était l'émancipation de l'Arménie ottomane.

14 La Grèce a été l’un des premiers pays à reconnaître le génocide arménien après l’Uruguay en 1965 et le Parlement européen en 1987. La France reconnut elle aussi officiellement le génocide arménien de 1915, le 29 janvier 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Logo de la Croix bleue arménienne
Crédits Toutes les photos sont confiées par l’association arménienne de Grèce
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/20795/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 2. Église métropolitaine des Arméniens orthodoxes de Grèce (Athènes)
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/20795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3. Logo de l’Union sportive arménienne (Homenetmen)
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/20795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure 4 : Logo du quotidien Azat Or
Crédits Source : petite rétrospective à l’histoire du quotidien Azat Or, à l’occasion de son 75e anniversaire en 2020 par Sarkis Agabatian
URL http://journals.openedition.org/ceb/docannexe/image/20795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Pitsos, « Présences de la diaspora arménienne en Grèce après le traité de Lausanne »Cahiers balkaniques, 50 | -1, 245-254.

Référence électronique

Nicolas Pitsos, « Présences de la diaspora arménienne en Grèce après le traité de Lausanne »Cahiers balkaniques [En ligne], 50 | 2024, mis en ligne le 02 mai 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceb/20795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ry1

Haut de page

Auteur

Nicolas Pitsos

CREE/Inalco, BULAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search