Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors-sérieDossierSeigneurs et seigneurie xve–xixe ...

Dossier

Seigneurs et seigneurie xvexixe siècle

Lords and Landlordship, 15-19th Centuries
Άρχοντες και αρχοντιές 15-19 αιώνα
Νikos Karapidakis
Traduction de Danielle Morichon

Résumés

Au cours d’une longue période qui s’étend du xve à la fin du xviiie siècle – et qui, à un certain degré, va se poursuivre sur le siècle suivant en dépit de la stabilisation relative des États-nations – les zones géographiques de la Macédoine, de l’Épire, de la Grèce centrale, de la mer Ionienne et de l’Égée, de la Crète et de certains rivages de la Morée connaissent une constante remise en question de leur domination, autrement dit, vivent dans des conditions de guerre.
Dans ces conditions – une guerre constante – on peut s’attendre à ce que les groupes sociaux qui peuvent faire la guerre, soit directement en y participant eux-mêmes, soit indirectement en la finançant, acquièrent du crédit puisque leur fonction est socialement fondamentale. La place occupée par ces groupes parmi les pouvoirs officiels qui font la guerre, leur permet, ou leur impose, une attitude constamment révisable et révisée puisqu’ils peuvent négocier leur puissance sociale avec l’une ou l’autre force, obtenant un renouvellement de leurs privilèges et/ou une amélioration des avantages qu’ils en retirent.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le mot « klephtes » est un mot fabriqué par le Pouvoir.

Texte intégral

Le combat n’était qu’une discussion armée où de temps en temps la poudre disait son mot.
Εdmond Αbout

Les gens de guerre*

1De toutes les formes de pouvoir, celle dont les sources nous donnent des témoignages ininterrompus du xve au xixe siècle – et pas seulement dans les contrées grecques – est celle qui permet à divers groupes humains de faire la guerre.

  • 1 Papadopoulos, le Mouvement, 1966.

2Ainsi se pose automatiquement la question de l’utilisation de la guerre par ceux qui la font aux côtés d’un pouvoir officiel, sous sa direction, ou contre lui : dans notre cas, ce pouvoir est principalement vénitien et ottoman, mais il est parfois français, espagnol, papal, impérial ou russe. Dans d’autres cas encore, ils combattent aux côtés d’entreprises quasi privées, comme dans le cas du projet du duc de Nevers en 16121.

3Puis, en second lieu, se pose la question de l’usage de la guerre lorsque ces groupes la font pour leur propre compte à l’intérieur d’un système étatique.

  • 2 Vranousis, « la Chronique », 1962, 85.

4Les guerres sont d’ordinaire menées par des groupes sociaux spécialisés, connus sous des appellations différentes selon les époques, telles que chevaliers (ιππότες, equites), soldats (στρατιώτες, stradioti) ou armatoles (αρματολοί), kapos (κάποι), et bien sûr haïnidès (χαΐνηδες) et klephtes (κλέφτες). Mais les « professionnels » de la guerre pouvaient être cependant, en dernière analyse, bien d’autres personnes, telles celles mentionnées dans la Chronique de Ioannina (Χρονικό Ιωαννίνων), où l’auteur, anonyme, déclare que le rival serbe du seigneur local (τοπάρχης) albanais Gjin Bua Shpata « s’alliait à des voleurs, des brigands, des bandits et des corsaires »2.

  • 3 Alexakis, « les Gens et la Famille », 1980. Kapetanakis, le Magne, 2011, 30-42. Vlassi, « Conflits (...)

5Mais la guerre n’était pas seulement menée par ces groupes spécialisés, dans la mesure où la fonction guerrière (et les comportements qui y sont liés, comme le pillage) pouvait être prise en charge ou dirigée par d’autres groupes de commandement, par exemple les grandes familles, tels les gens du Magne, de Crète, de Céphalonie, du Souli ou de Chimara3.

  • 4 MacGowan, « les Élites et leurs suites », 2001, 263-276. İnalcik-Quateret, Histoire économique et (...)

6Souvent, les citoyens des villes et les prokritoi (membres du corps communal) des villes et des bourgades, contribuant de diverses façons à l’effort de guerre, engageaient à leurs frais des hommes d’armes afin qu’ils veillent à la protection de leurs campagnes4.

  • 5 Vasdravelli, Armatoles et klepthes, 1948, 90-91.
  • 6 Yotopoulou-Sicilianou, Ambassades de Corfou, 2002, 253. Karapidakis, « Îles Ioniennes politiques » (...)

7Parfois, ils endossaient eux-mêmes le rôle des armatoles5. C’est ce que firent aussi les seigneurs-guerriers de Corfou au xve siècle, à une époque de précarité dans la domination vénitienne : en 1401, les Corfiotes guerroient contre le Despote de Ioannina et s’emparent du castel de Sagiada ; ils prennent aussi Parga et Phanari ; en 1454, ils résistent à Ali Bali qui tente de reprendre Parga, et à Kamei Zambéi à Vouthroto6.

  • 7 Jorga, « Un conseiller byzantin », 1920, 82-102. Vacalopoulos, Histoire, 1968, 338-351. Lascaris, (...)

8De même, dans de nombreuses circonstances, la guerre est dirigée par les ecclésiastiques : quelques exemples de ces personnalités disposant d’une autorité morale sont fournis par Dionysos, métropolite de Tyrnavo, un certain Rhallis Paléologue, représentant de l’aristocratie post-byzantine qui va tenter de gagner à ses projets en 1598 le chef de la Valachie, Michel le Brave (1592-1601) ; Dionysos, métropolite de Larissa et Trikkê (Trikkala), le fameux Denys le Philosophe, descendant lui aussi d’une lignée de seigneurs, instigateur de deux soulèvements en 1600 et 1611 ; Philothéos, métropolite de Salona7.

  • 8 İnalcik, l’Empire ottoman, 1995, 25-49. Ducellier, « le Rôle et la fortune », 1998, 53-72. Schmitt(...)

9Tous les personnages cités ci-dessus se sont fait connaître dans des espaces de l’ex-Empire byzantin, surtout dans l’État d’Épire, le Despotat de Morée et dans toutes sortes de seigneuries locales (τοπαρχίες) ; ils provenaient de divers groupes sociaux, principalement de celui des seigneurs (άρχοντες), de Morée, d’Albanie, d’Épire, de Bulgarie, de Macédoine8.

  • 9 Chasiotis, les Grecs à la veille de la bataille de Lépante, 1970, p. 60-61.

10Mais les individus en position de mener des activités guerrières, agissant à partir d’une certaine période dans l’espace politique ottoman et dans le cadre de son système, de façon soit auxiliaire, soit hostile (les deux attitudes ne sont pas forcément incompatibles), ne sont nullement compréhensibles dans leurs comportements et leurs fonctions si on les distingue des groupes sociaux de même principe dont l’action eut pour cadre, principalement les îles Ioniennes. Ils agirent quelquefois dans les espaces vénitien et ottoman en même temps, comme le conspirateur anti-ottoman et seigneur corfiote Ioannis Varélis, chevalier de Saint-Jean au service de l’Espagne, conjuré dans le complot du clerc Ioannis Akkidas de Rhodes, collaborateur du sipahi apostat Mustafa Lampoudis à Constantinople, du seigneur du Péloponnèse Nicolas Tsernotas, du patriarche œcuménique Métrophane iii9.

Seigneurs et seigneurie

11Lorsqu’on parle d’archontia (αρχοντία), on se réfère soit à l’autorité réelle et morale qui découle de la possession entière ou de la jouissance de l’usufruit de terres ou de biens (comme les troupeaux d’animaux) d’origine publique ou privée et de leurs revenus, soit à l’autorité qui découle de l’usufruit de charges d’État telles que dignités ou offices qui assurent dans le cadre étatique un revenu ou une prérogative.

  • 10 Valentini, « Chiarimenti », 1951, 488-510. Božić, « le Système », 1963-1964, 65-140. İnalcik, « Ti (...)

12Pour le premier cas, les exemples sont nombreux et concernent une structure rudimentaire de la fonction militaire, avant la systématisation des armées régulières. Cette structure rudimentaire prit de temps en temps différentes appellations qui correspondaient aux modifications du système : pronoïa, féouda, timaria, provisio10.

  • 11 Asonitis, Corfou et les rivages épirotes, 2009, 275-276.
  • 12 Pouqueville, Voyage, 1826, 387. Kasomoulis, Souvenirs, 2003, 193-207. Pizanias, « le Monde de la m (...)

13Voici un exemple de la seconde forme d’archontia, celle qui provient de charges d’État : le bayle de Corfou avait à sa disposition pour garde personnelle, au cours des premiers temps de la domination vénitienne sur l’île, un groupe de cavaliers armés auxquels incombaient les tâches de police et d’investigation. Le titre porté par ces gens n’était pas dépourvu de connotations féodales puisqu’ils s’appelaient socii, milites, cavalarii, domicelli. En dehors de leur solde, ils exigeaient aussi des paysans des « gratifications », contraignaient les habitants, souvent en les déportant de leur village, à servir dans les gardes des faubourgs ou leur soutiraient de l’argent en échange de l’exemption de cette obligation. Enfin, ils enflaient le pourcentage qui leur revenait sur la perception des amendes imposées pour violations des règlements11. À cette catégorie d’archontia dont nous venons de décrire la forme rudimentaire, nous pouvons aussi intégrer généralement le phénomène des armatoles qui, hors l’usage de dignités de l’État et des bénéfices authentiques qui en découlent, contient tous les éléments de l’aspect territorial de l’archontia, à savoir les limites géographiques de l’exercice d’un pouvoir sur une circonscription de juridiction12.

14Se livrer à toute activité guerrière suppose au moins disposer de l’un des éléments précités (terres ou dignités) et, de surcroît, cela conduit souvent à l’acquisition de l’ensemble de ces éléments. La terre et les dignités permettent, outre l’exercice de l’autorité, une autonomie relative vis-à-vis de l’État, qui est assimilée à la « liberté » des membres du groupe (à savoir la relation soumise à condition qu’ils entretiennent avec le pouvoir officiel), élément fondamental de leur idéologie.

  • 13 Giolias, Droit traditionnel, 2004, 97-124.
  • 14 Asdrachas, « Mémoire familiale », 1995, 13-16. Liata, « Les degrés de la mémorisation », 1995, 162 (...)

15Parmi ces exemples d’autorité, nous rangeons les divers seigneurs propriétaires terriens héritiers d’une longue histoire et d’une longue mémoire familiale, comme les seigneurs aux noms variés de la Morée byzantine et franque, des Îles Ioniennes et de l’Égée, d’Épire et d’Albanie, d’Étolo-Acarnanie et d’autres régions encore. Nous rangeons aussi les congrégations familiales puissantes que l’on rencontre dans le Magne, à Céphalonie, en Crète, mais aussi dans les tseligata (formations sociales d’éleveurs semi-nomades d’Étolo-Acarnanie et d’Eurytanie), ou dans les katounès (hameaux parfois pourvus d’ouvrages de défense) arvanitiques du Péloponnèse, et parfois d’ailleurs13. Certaines de ces congrégations possédaient aussi des mémoires familiales influentes qui leur conféraient un ascendant symbolique exceptionnellement puissant, à savoir une autorité morale supplémentaire14.

  • 15 Politis, « Brigandage », 2013, 97-114. Idem, « Brigandage », 1985, 155-170.

16Dans la catégorie de l’archontia, on peut ranger aussi les guerriers qui, même s’ils n’étaient pas d’extraction seigneuriale, pouvaient grâce à la guerre et à ses fonctions de même nature, le brigandage, la piraterie et la course, acquérir à un degré divers selon les époques le rang, la puissance et le prestige des véritables seigneurs15. Les stratiodi et les armatoles de l’époque de la domination vénitienne et turque illustrent ce cas.

17Une catégorie aux frontières floues, entre celle du guerrier officiel et du bandit hors-la-loi, était celle des klephtes et des brigands (listès), qui parvenaient pourtant souvent à ce qu’ils recherchaient, c’est-à-dire à entrer dans la catégorie du guerrier officiel, et qui étaient même parfois utilisés par un pouvoir officiel dans ses guerres avant d’être transformés en listès après leur licenciement :

  • 16 Asdrachas, « De la formation de l’armatolat », 1988, 232.

[…] Les hors-la-loi qui recherchent le statut d’armatoles font pression sur ceux qui défendent l’ordre et veillent au maintien de la sécurité afin d’acquérir légitimation et reconnaissance… [...] Mais les antagonismes entre maisons militaires ne constituent pas le conflit exclusif qui accompagne l’attribution de la qualité d’armatole… [...] Les processus liés à l’investiture de la qualité d’armatoles sont déterminés par une opposition plus générale : celle qui existe entre les vecteurs de la communauté et les vecteurs du pouvoir des armatoles16.

  • 17 Tzakis, « Oplarchigoï et proestoï », 2013, 116-135. Idem, Armatolat, réseaux familiaux et l’État, (...)

18Nous préférons donc utiliser le terme d’archontia (seigneurie) pour désigner ces congrégations d’hommes remplissant les conditions ci-dessus, qui étaient par extension en mesure de développer une activité guerrière ou négociatrice face à un pouvoir officiel tel que le corps communal des villes ou les autorités ecclésiastiques17.

19Il nous reste à présent à poser le problème de la fonction de la guerre dans les espaces géographiques qui nous intéressent ici, à l’époque que nous examinons. La guerre permet à ceux qui y prennent part de revendiquer auprès des pouvoirs officiels des charges ou des rétributions de l’État activées dès qu’elle est finie.

20La guerre sert aussi aux groupes sociaux qui la conduisent à négocier l’espace d’une autonomie politique ou économique relative dans le cadre d’un pouvoir officiel. Cette négociation de l’autonomie peut en venir à des extrémités lorsque le groupe de guerriers la formule en termes de pleine libération du pouvoir représenté par son interlocuteur, en exigeant sa libération ou le changement du dominant.

  • 18 Zei, « Perceptions dominantes », 2004. Theotokas – Kotaridis, l’Économie de la violence, 2006. Avd (...)

21La guerre, enfin, et la violence qui est son corollaire, servent à imposer, conserver ou renverser partiellement des hiérarchies sociales et des structures de production en vigueur reliées à la hiérarchie sociale18.

  • 19 Tsandiropoulos, « Violence », 2013, p. 341-359.

22Guerre et violence servent, enfin, à déterminer et à signifier les limites de la puissance de ceux qui peuvent la faire dans le cadre d’une société donnée19. Pour un donner un exemple :

  • 20 Kasomoulis, ibid. 219.

[...] Spyros Kontogiannis [...] et Nikolakis Kontogiannis arrivèrent à Mavrilon avec leurs hommes et installèrent leurs quartiers dans les demeures de leurs propres ennemis [...] et au souvenir de la mort de leur père […] et du sang versé ils [s’en] emparèrent et, leur posant le couteau sur la gorge, les saignèrent comme des moutons devant les yeux de leurs femmes, de leurs enfants et de leurs proches comme traîtres à l’Hétairie des Amis [...]20.

  • 21 Moutsopoulos, Architecture traditionnelle des Balkans, Grèce, 1993, ill. n13, 54, 55, 59, 60. Ri (...)

23L’archéologie ferait peut-être la lumière sur notre sujet, dans la mesure où il suffirait d’étudier un type d’habitation, celui de la demeure seigneuriale fortifiée, dont des traces sont encore éparses aujourd’hui dans toutes les régions qui nous préoccupent ici, pour comprendre la notion de seigneurie21. Isolées dans la campagne ou bâties dans des agglomérations, parfois même dans des bourgs et des villes, ces habitations fortifiées rappellent la forme particulière de puissance que fut la seigneurie dans l’histoire : un minimum d’autonomie assuré par les biens, souvent réduits, et la possibilité de l’exercice de la guerre, occasion d’enrichissement et opportunité de négociation politique.

  • 22 Stavrinidis, le Capitaine Michalis Korakas, 1971, 68-70.

Le phénomène ne concerne pas seulement une catégorie de dominés, par exemple les Grecs (Γραικοί) qui sont ici notre sujet principal, mais, dépassant les limites ethniques et religieuses ainsi que celles des classes sociales, il concerne aussi les groupes dominants de musulmans, comme dans le cas des nombreux groupes albanais qui font la guerre investis d’un statut officiel, avant de se transformer en listès et de devenir un problème pour ce même pouvoir officiel. C’est aussi le cas des musulmans de Crète dont le comportement ambigu face au pouvoir ottoman aboutit à une répression sanglante22.

  • 23 Vlassi, op.cit. Karapidakis, op. cit..
  • 24 Quataert, l’Empire ottoman, 2000, 52-54. İnalcik, Fatih Devri Uzerinde Tetkikler ve Vesikalar, 195 (...)

24Comparons ces comportements aux problèmes posés à la métropole vénitienne par les seigneurs vénitiens et grecs (αρχοντορωμαίοι) de Crète ou les seigneurs de Céphalonie et, dans une moindre mesure, de Zante et de Corfou23. L’histoire des sipahis et de leurs différentes métamorphoses, l’histoire des janissaires éclaire la direction qui nous intéresse ici, ainsi que l’histoire du comportement transgressif des seigneurs vénitiens et grecs de Crète ou des seigneurs des îles Ioniennes. On pourrait dire beaucoup de choses sur la révolte quasi endémique des seigneurs céphaloniens au cours des xviie et xviiie siècles ou sur l’attitude presque indifférente des feudataires vénitiens de Crète envers leurs obligations militaires, au point que l’État songeait à les remplacer par des stradioti professionnels, ce qu’il ne réussit jamais complètement24.

  • 25 İnalcik, l’Empire, 94-95.
  • 26 Koliopoulos, À l’heure où s’allument les chandelles, 2005, 19-20.

25D’autres fois encore, le licenciement des troupes armées à la fin d’une guerre va créer des problèmes presque insolubles de réintégration25. C’est un problème que nous retrouvons également après la Révolution grecque26. Il va de soi aussi que les seigneurs de la guerre et leurs forces armées causent des soucis au pouvoir étatique officiel qui fait la guerre non seulement quand celle-ci est terminée, mais aussi durant son cours :

  • 27 Kasomoulis, ibid. t. 2, 18-19.

Karaïskakis s’adresse (1823) aux Souliotes de Kitsos Tzavellas : « Kitsos Tzavellas et les autres. J’ai appris que vous avez passé à l’Aspropotamos. Mais où allez-vous comme ça, klephtes, détrousseurs de la patrie, traîtres, fripouilles ? C’est vous les trois cents qui allez nous donner la liberté ? Ou bien croyez-vous qu’on ne vous voit pas venir ? Vous avez vendu votre patrie, traîtres, et à présent vous courez partout en coqueriquant ? Eh ! bien non : si c’est vous les deux cents qui devez nous apporter l’État grec, on ne veut pas de vous. Nous aussi on a des troupes et d’autres forces, et quand la Nation le voudra, on frappera. C’est pourquoi, dès que vous recevrez cette lettre, partez sur-le-champ, sinon… ne faites pas de nous des infidèles27.

Conclusions

26Si nous prenons en compte les éléments exposés ci-dessus, nous sommes en mesure de formuler quelques conclusions.

  • 28 Sugar, l’Europe du Sud-Est, t. 2, 236.

27Le premier commentaire que nous pouvons faire est qu’au cours d’une longue période qui s’étend jusqu’à la fin du xviiie siècle – et qui, à un certain degré, va se poursuivre sur le siècle suivant en dépit de la stabilisation relative des États-nations – les zones géographiques de la Macédoine, de l’Épire, de la Grèce centrale, de la mer Ionienne et de l’Égée, de la Crète et de certains rivages de la Morée connaissent la constante remise en question de leur domination, à savoir vivent dans des conditions de guerre28.

28Les caractéristiques de cette remise en question sont d’abord l’effort permanent pour endiguer la puissance ottomane qui, se frayant activement un chemin vers l’ouest au cours des xive et xve siècles, se stabilisa graduellement en contrôlant villes, places fortes et seigneuries locales, mais fut limitée par la suite, ne parvenant pas au contrôle absolu des groupes sociaux les plus puissants de ces régions. Cette digue opposée au mouvement ottoman présente un autre trait significatif : elle s’effectue dans la majorité des cas en termes de croisades menées par les puissances adversaires de l’État ottoman, ce qui signifie que l’ancienne opposition provenant des chrétiens demeure une donnée stable et renouvelée. Dans ces termes, à savoir ceux d’une guerre constante, on peut s’attendre à ce que les groupes sociaux qui peuvent faire la guerre soit directement, en y participant eux-mêmes, soit indirectement, en la finançant, acquièrent un crédit puisque leur fonction est fondamentale pour contenir le pouvoir officiel, vénitien ou ottoman. La place occupée par ces groupes, parmi les pouvoirs officiels qui font la guerre, leur permet ou leur impose une attitude constamment révisée puisqu’ils peuvent négocier leur puissance sociale avec l’une ou l’autre force, par des promesses de renouvellement de privilèges et d’amélioration des avantages qu’ils retirent.

  • 29 Karapidakis, « Seigneurs et seigneurie », 2013, 282-324.
  • 30 Kasomoulis, op. cit., t. 1, 174.

29Leur existence est un produit de l’État et leur action vise à l’élargissement de leur influence grâce aux charges de celui-ci et surtout grâce à l’abus de l’autorité que leur permettent ces charges. Et, naturellement, de la principale de ces charges, celle de la guerre. Stradioti ou seigneurs, simples mercenaires répartis en compagnies albanaises ou grecques sous l’autorité d’un capitaine ou seigneurs aux ambitions plus nombreuses et d’extraction plus puissante, tous guerroient pour conserver ce qu’ils ont déjà ou pour l’augmenter, sans que cela exclue dans nombre de cas une action autonome parallèle qui place leurs chefs dans une situation difficile29. On va rencontrer de nouveau ce phénomène dans les comportements des armatoles, dans la langue desquels le mot « politevomai » (πολιτεύομαι, prendre part aux affaires publiques) désigne exactement le comportement à l’égard des pouvoirs officiels30.

30C’est ainsi que se pose la question de leur politique et de leur relation avec les autorités officielles.

31Les relations de l’État officiel et des seigneurs sont celles de la dépendance réciproque, que dans des cas extrêmes seulement l’État vénitien ou ottoman sera en mesure d’affronter efficacement et dans leur totalité. L’ascendant des seigneuries influence, altère et contrôle le caractère public du pouvoir officiel, qui est théoriquement le seul à pouvoir déclarer et faire la guerre.

Haut de page

Bibliographie

Haut de page

Notes

1 Papadopoulos, le Mouvement, 1966.

2 Vranousis, « la Chronique », 1962, 85.

3 Alexakis, « les Gens et la Famille », 1980. Kapetanakis, le Magne, 2011, 30-42. Vlassi, « Conflits entre familles », 2004, 458-476. Psimouli, Souli et Souliotes, 2005, 153-173.

4 MacGowan, « les Élites et leurs suites », 2001, 263-276. İnalcik-Quateret, Histoire économique et sociale, 2001, 263-276. Photopoulos, les Kotzabassidès, 2005, 231-251. Pylia, les Notables Moréotes, 2001, 81-82. Vlachogiannis, Klepthes de Morée, 1935, 180-181.

5 Vasdravelli, Armatoles et klepthes, 1948, 90-91.

6 Yotopoulou-Sicilianou, Ambassades de Corfou, 2002, 253. Karapidakis, « Îles Ioniennes politiques », 2009, 700-718.

7 Jorga, « Un conseiller byzantin », 1920, 82-102. Vacalopoulos, Histoire, 1968, 338-351. Lascaris, « Petros Lantzas » 1956, 103-118, ibid. 237-253. Laskaris, « Sollicitations », 1957, 293-310. Dokos, la Grèce centrale, 1975, 13-14. Sathas, Grèce tenue per les Turcs, 358.

8 İnalcik, l’Empire ottoman, 1995, 25-49. Ducellier, « le Rôle et la fortune », 1998, 53-72. Schmitt, Skanderberg, 2012, 56-60.

9 Chasiotis, les Grecs à la veille de la bataille de Lépante, 1970, p. 60-61.

10 Valentini, « Chiarimenti », 1951, 488-510. Božić, « le Système », 1963-1964, 65-140. İnalcik, « Timariotes », 1951, 118-138. Asdrachas, « Corfou féodale », 1988, 57-76.

11 Asonitis, Corfou et les rivages épirotes, 2009, 275-276.

12 Pouqueville, Voyage, 1826, 387. Kasomoulis, Souvenirs, 2003, 193-207. Pizanias, « le Monde de la mer des montagnes », 2013, 41-98.

13 Giolias, Droit traditionnel, 2004, 97-124.

14 Asdrachas, « Mémoire familiale », 1995, 13-16. Liata, « Les degrés de la mémorisation », 1995, 162-233. Breve memoria, 270.

15 Politis, « Brigandage », 2013, 97-114. Idem, « Brigandage », 1985, 155-170.

16 Asdrachas, « De la formation de l’armatolat », 1988, 232.

17 Tzakis, « Oplarchigoï et proestoï », 2013, 116-135. Idem, Armatolat, réseaux familiaux et l’État, 1997. Stathis, « Armatolat », 2003, 339-366. Karapidakis, op. cit..

18 Zei, « Perceptions dominantes », 2004. Theotokas – Kotaridis, l’Économie de la violence, 2006. Avdela, « Violence interpersonnelle », 2013, 315-340. Mécanismes contemporains de violence, 2006.

19 Tsandiropoulos, « Violence », 2013, p. 341-359.

20 Kasomoulis, ibid. 219.

21 Moutsopoulos, Architecture traditionnelle des Balkans, Grèce, 1993, ill. n13, 54, 55, 59, 60. Riza, Thomo, Architecture traditionnelle des Balkans, Albanie, 1990, ill. n5, 22, 25, 34, 35, 37. Saïtas, Architecture traditionnelle grecque, Le Magne, 1987.

22 Stavrinidis, le Capitaine Michalis Korakas, 1971, 68-70.

23 Vlassi, op.cit. Karapidakis, op. cit..

24 Quataert, l’Empire ottoman, 2000, 52-54. İnalcik, Fatih Devri Uzerinde Tetkikler ve Vesikalar, 1954. Beldiceanu, « Timariotes chrétiens », 1985, 45-81. Delibasi, « Christian sipahis », 2005, 87-114. Greene, ibid., 128-129. Spanakis, Monuments, t. 1, 1940, 91-104.

25 İnalcik, l’Empire, 94-95.

26 Koliopoulos, À l’heure où s’allument les chandelles, 2005, 19-20.

27 Kasomoulis, ibid. t. 2, 18-19.

28 Sugar, l’Europe du Sud-Est, t. 2, 236.

29 Karapidakis, « Seigneurs et seigneurie », 2013, 282-324.

30 Kasomoulis, op. cit., t. 1, 174.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Νikos Karapidakis, « Seigneurs et seigneurie xvexixe siècle », Cahiers balkaniques [En ligne], Hors-série | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceb/5656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceb.5656

Haut de page

Auteur

Νikos Karapidakis

Université Ionienne

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search