Navigation – Plan du site
Varia

Quelle politique étrangère américaine dans les Balkans occidentaux sous le mandat de Donald Trump ?

What American Foreign Policy in the Western Balkans under Donald Trump Presidency?
Cila politikë të jashtme amerikane në Ballkanin Perëndimor nën mandatin e Donald Trumpin ?
Jasha Menzel

Résumés

Au début de l’année 2017, Donald Trump est devenu le 45e président des États‑Unis. Durant sa campagne électorale, le républicain a promis de rompre avec la politique étrangère américaine traditionnelle. Il condamne les interventions militaires en Irak et en Libye, et promet une politique étrangère plus réservée et uniquement conditionnée par la primauté absolue des intérêts américains. Il souhaite un rapprochement avec la Russie, critique l’OTAN et l’Union européenne. Les États‑Unis ont été particulièrement présents dans les Balkans occidentaux depuis les interventions militaires de l’OTAN en Bosnie‑Herzégovine et au Kosovo. Nous nous proposons donc ici de déterminer quelle pourrait être la politique étrangère américaine dans cette partie des Balkans sous la présidence de Donald Trump. La région est en réalité au centre d’une lutte de puissance entre la Russie, l’Union européenne mais aussi d’autres États émergents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : les déclarations de Donald Trump

1Officiellement au pouvoir depuis le 20 janvier 2017, Donald Trump a promis durant sa campagne électorale une diplomatie qui soit en franche rupture avec la politique étrangère américaine traditionnelle.

  • 1 Laurence Nardon, 2016, « La politique étrangère de Trump : une démarche jacksonienne », in Thomas (...)
  • 2 Ibid.

2Ce dernier prône en effet une présence américaine beaucoup plus réservée sur la scène internationale. En décembre 2015, il condamnait publiquement les interventions militaires de ses prédécesseurs en Irak en 2003, et en Libye, en 20111, considérant que la région serait plus stable si Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi étaient encore en place, et que ces guerres avaient été inutiles et coûteuses. Mais son isolationnisme se combine avec un aventurisme militaire en matière de lutte contre le terrorisme qu’il considère comme une priorité2.

3Concernant ses relations avec la Russie, Donald Trump n’a pas caché la sympathie qu’il vouait à Vladimir Poutine. Il propose une coopération avec la Russie contre les djihadistes ainsi qu’un allègement des sanctions à son égard. Cela semble être à l’avantage de la Russie, puisqu’un éventuel retrait des États‑Unis lui offrirait une plus grande marge de manœuvre sur certains dossiers internationaux importants.

  • 3 Vivien Pertuisot, 2016, « La relation transatlantique : rien de mieux, rien de vraiment pire », in(...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Laurence Nardon, 2016, « La politique étrangère de Trump : une démarche jacksonienne », op. cit., (...)
  • 6 « Berlin rejette les accusations de Donald Trump sur l’OTAN », RFI, mis en ligne le 19 mars 2017. (...)

4En avril 2016, Donald Trump qualifiait l’OTAN d’obsolète du fait de son obsession dans la défense contre la Russie, et pas assez contre le terrorisme3. Il déclare par ailleurs que les États‑Unis ne retirent pas assez de bénéfices de leurs alliances et que les États membres ne payent pas suffisamment pour leur protection4. Il pointe du doigt en premier lieu les pays d’Europe, qui doivent se prendre en main, dit‑il5. En mars 2017, moins de 24 heures après sa rencontre avec Angela Merkel, le nouveau président déclarait sur les réseaux sociaux que l’Allemagne devait d’importantes sommes d’argent à l’OTAN du fait de ses dépenses militaires insuffisantes6.

  • 7 Julien Licourt, 2017, « Les provocations de Donald Trump agacent les Européens », Le Figaro, mis e (...)

5Les questions européennes ne devraient pas faire partie de ses priorités. Durant sa campagne, il a critiqué à de nombreuses reprises l’Union européenne et l’ultralibéralisme. Il donne par ailleurs raison au choix du Royaume‑Uni de quitter l’Union européenne. Selon lui, c’est la crise des réfugiés qui est à l’origine de cette sortie de l’UE7.

  • 8 Gilles Troude, 2016, « Le Kosovo et les couloirs européens », Académie de Géopolitique de Paris, m (...)

6Donald Trump n’a fait aucune mention de la région des Balkans occidentaux durant sa campagne. Pourtant, les États‑Unis sont présents dans la région depuis les bombardements de l’OTAN de 1995 en Bosnie‑Herzégovine, et de 1999 au Kosovo. Ils ont joué un rôle important dans les accords de Dayton. Les négociations se sont déroulées sur la base aérienne de Wright‑Patterson dans la petite ville de Dayton, dans l’Ohio, sous la présidence du diplomate américain Richard Holbrooke. Les États‑Unis sont également l’un des premiers États à avoir reconnu la souveraineté du Kosovo où ils ont une base militaire. Portant le nom de « Bondsteel », elle est située près d’Uroševac, dans le secteur Est du Kosovo, près de la frontière macédonienne. Elle couvre 750 hectares et peut abriter jusqu’à 7 000 soldats8.

  • 9 Valerie Hopkins, 2017, “Donald Trump’s Big League Balkans Problem”, Foreign Policy, mis en ligne l (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Denis MacShane, 2017, “How Donald Trump could end up accidentally reigniting conflict in the Balka (...)

7Les peuples de la région ont accordé une grande attention aux élections présidentielles américaines et à l’élection de Donald Trump. Les Serbes espèrent un retrait des États‑Unis de la région et un rapprochement avec la Russie. En août 2016, alors que le vice‑président démocrate, Joe Biden, était en visite officielle en Serbie, Vojislav Seselj, leader d’un parti ultranationaliste serbe, demanda aux Serbes des États‑Unis de voter pour Donald Trump9. Lors de la victoire de Trump, il chanta une chanson composée par la communauté serbe du Milwaukee en plein Parlement. Marko Djuric, autre politicien serbe, pourtant impliqué dans les négociations avec le Kosovo, a déclaré sans retenue qu’il ouvrirait une bouteille de champagne pour fêter la victoire de Trump10. Les responsables politiques kosovars s’inquiètent, quant à eux, d’un abandon possible du soutien américain. Le président du Kosovo, Hashim Thaçi, s’est rendu à Washington pour y effectuer sa propre campagne de lobbying en faveur du Kosovo. Il y a rencontré Bob Dole, républicain soutenant l’indépendance du Kosovo et proche de la diaspora albano‑kosovare aux États‑Unis11.

  • 12 Stéphan Altasserre, 2017, « Regain de tensions dans les relations serbo-kosovares », Regard sur l’ (...)
  • 13 Valerie Hopkins, 2017, “Donald Trump’s Big League Balkans Problem”, op. cit.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.

8Parallèlement à la campagne, la région a connu un regain de tensions. Le 14 janvier 2017, un train en partance de Serbie devait rejoindre l’enclave de Kosovska Mitrovica, au nord du Kosovo. À son arrivée à la frontière, les autorités kosovares constatèrent que les parois étaient recouvertes du message « Le Kosovo est la Serbie12 ». La tension était telle que le président serbe déclara qu’il serait prêt à partir en guerre avec ses fils pour le Kosovo13. Le président kosovar, Hashim Thaçi, accusa alors la Serbie de vouloir annexer le nord du Kosovo, comme l’avait fait la Russie avec la Crimée14. Le Kosovo ne dispose toujours pas d’armée et sa sécurité est assurée par la force de l’OTAN KFOR. Elle compte 4 200 soldats, dont 650 de nationalité américaine15.

  • 16 John R. Schindler, 2017, “President Trump’s First Foreign Policy Crisis: Balkan War Drums Beat Aga (...)

9En Bosnie‑Herzégovine, Milorad Dodik, président de la Republika Srpska, menace de faire sécession par l’organisation d’un référendum. En janvier 2017, quelques semaines avant l’entrée au pouvoir de Donald Trump, Washington émit des sanctions à l’égard de Milorad Dodik. Ce dernier riposta aussitôt en qualifiant l’ambassadeur américain à Sarajevo « d’ennemi prouvé16 ».

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.

10En Serbie, Moscou a fait don à Belgrade d’armes modernes. Elles incluent 60 véhicules blindés (dont la moitié sont des tanks de modèle T‑72), mais aussi des avions de chasse de modèle MiG‑2917. La livraison est prévue pour ce printemps. Elle fera de la Serbie le seul État de l’ex‑Yougoslavie à posséder des avions de chasse modernes18.

  • 19 Ibid.

11Le Monténégro cherche à accéder à l’OTAN. Mais en novembre 2016, 20 Serbes du Monténégro ont tenté de kidnapper et d’assassiner le Premier ministre monténégrin Milo Dukanovic19.

  • 20 « Macédoine. La crise politique se prolonge », Courrier international, mis en ligne le 2 mars 2017 (...)
  • 21 Andrés Allemand, 2017, « La Macédoine se déchire sur la langue albanaise », Tribune de Genève, mis (...)

12La Macédoine se remet d’une grave crise politique. L’État est rongé par les tensions intercommunautaires entre Macédoniens et Albanais. Le pays n’a toujours pas de gouvernement, car le président refuse de mandater les sociaux‑démocrates par peur d’une coalition avec les partis albanais qui viennent de signer une plateforme commune dans laquelle ils demandent une meilleure participation au pouvoir20. L’une de ces revendications n’est autre que la reconnaissance de la langue albanaise comme seconde langue officielle de la Macédoine sur tout le territoire21.

13À partir du 11 septembre 2001, les États‑Unis se sont concentrés sur d’autres régions du monde et la lutte contre le terrorisme. Les questions relevant des Balkans occidentaux ont été progressivement déléguées à l’Union européenne. La politique américaine consistait alors à assister et soutenir l’UE et les pays candidats au processus d’intégration européenne.

  • 22 Jérémie Lamothe, 2017, « Donald Trump est en train de mettre en place une diplomatie de la défianc (...)
  • 23 « Donald Trump décrète la construction d’un mur entre les États‑Unis et le Mexique », Radio Canada(...)

14Bien entendu, il est encore trop tôt pour juger de la politique étrangère de Donald Trump. Il n’est entré en fonction que le 20 janvier 2017. Mais ce que promet Donald Trump, ce n’est ni plus ni moins qu’une rupture avec près de soixante‑dix ans de diplomatie américaine22. Dès le début de son mandat, il n’a par exemple pas hésité à décréter la construction d’un mur avec le Mexique afin de lutter contre les flux migratoires illégaux qu’il a pointés du doigt durant sa campagne23.

15Nous nous proposons donc ici de répondre à la question suivante : quelle pourrait être la politique américaine dans la région sous le mandat de Donald Trump ? Nous ne nous livrerons certainement pas à un article prévisionnel sur sa politique dans la région, mais plutôt à une hypothétique politique américaine selon ce que prône le nouveau président, c’est‑à‑dire une politique dont les décisions seraient conditionnées par l’intérêt des Américains et des États‑Unis. Pour ce faire, nous traiterons dans un premier temps des acteurs présents dans la région. La région est en effet au centre d’une lutte de puissance entre l’UE et la Russie (I). Ensuite, nous évoquerons le fait qu’un total retrait des États‑Unis de la région peut ouvrir la porte à d’autres acteurs montants de la scène internationale (II). Enfin, dans une dernière partie, nous tenterons de déterminer quel pourrait être l’intérêt des États‑Unis à rester présents dans la région (III).

Les Balkans, au centre d’une lutte de puissance entre l’UE et la Russie

16L’Union européenne tente de maintenir la stabilité régionale, mais aussi d’y réduire l’influence russe. En effet, les Balkans occidentaux sont une route de transit pour le gaz russe. Par ailleurs, la Russie se rapproche de ces États en exerçant son influence culturelle sur les territoires slaves et orthodoxes des Balkans occidentaux.

  • 24 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », Diploweb, mis e (...)
  • 25 Matthias Bieri, 2015, « Les Balkans occidentaux entre Europe et Russie », Center for Security Stud (...)

17Le principal partenaire de la Russie dans la région est incontestablement la Serbie, y compris pour la question du Kosovo. La Russie en effet ne reconnait pas son indépendance et dispose du droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU. Sur le plan économique, depuis 2008, la Russie détient 51 % des parts de la compagnie pétrolière nationale serbe NIS ainsi que la raffinerie de Pancevo24. Le gaz russe couvre aujourd’hui 75 % des besoins de la Serbie. En 2013, les deux États ont signé un partenariat stratégique incluant la coopération militaire et celle des services de renseignement. La même année, la Serbie devient observatrice de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie25.

  • 26 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », op. cit.
  • 27 Ibid.

18La Russie exerce également une influence considérable en République serbe de Bosnie (Republika Srpska). Les deux seules raffineries de pétrole que possède la République appartiennent à la Russie26, et elles approvisionnent la Fédération de Bosnie‑Herzégovine tout entière27.

  • 28 Russia in the Balkans, Conference report, London School of Economics, 13 mars 2015.
    URL : http://w (...)
  • 29 Alexis Troude, 2016, « Les ressources énergétiques des Balkans occidentaux : un enjeu eurasiatique (...)

19Depuis 2015, au Monténégro, un bon tiers des entreprises sont russes. Un quart des touristes viennent de Russie et 7 000 ressortissants russes sont enregistrés comme résidents permanents28. Depuis 2005, le combinat d’aluminium de Podgorica est détenu par M. Oleg Deripaska, proche de Vladimir Poutine29.

20Face à la Russie, l’Union européenne tente tant bien que mal d’encourager ces pays à intégrer l’UE.

  • 30 « Kosovo‑Serbie : un “accord historique” mais contesté », Le Monde, mis en ligne le 19 avril 2013. (...)
  • 31 « Signature de l’accord de stabilisation et d’association (ASA) entre l’Union européenne et le Kos (...)
  • 32 « Entrée en vigueur de l’accord de stabilisation et d’association (ASA) entre l’Union européenne e (...)
  • 33 Loïc Trégourès, 2017, « Pourquoi les Balkans comptent (partie 1) », IRIS, mis en ligne le 23 janvi (...)

21Le Kosovo n’est toujours pas reconnu par tous les États membres de l’Union européenne. À partir de 2013, le plus jeune État d’Europe s’est engagé dans un processus de normalisation des relations avec la Serbie formalisé par deux accords30. En octobre 2015, le Kosovo a signé un accord de stabilisation et d’association avec l’Union européenne31 entré en vigueur en 201632. Cependant, il reste encore beaucoup à faire. Par ailleurs, cette année, un nouveau tribunal va voir le jour à La Haye. Il aura pour objet de juger les crimes de guerre commis par l’Armée de libération du Kosovo33. Cela devrait fragiliser les relations entre le Kosovo et ses alliés occidentaux, dont l’Union européenne.

  • 34 « État des lieux des négociations d’adhésion à l’Union européenne », Toute l’Europe, mis en ligne (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Jean‑Arnault Dérens et Laurent Geslin, 2015, « Les Balkans : nouvelle ligne de front entre la Russ (...)

22La Serbie est candidate officielle depuis 201234, mais ce n’est qu’à partir de 2014 que les négociations ont débuté35. Elle mène une politique de grand écart entre son alliance avec la Russie et son processus d’intégration à l’Union européenne. Bien que candidate à l’Union européenne, elle a refusé d’appliquer les sanctions contre la Russie36 ; pourtant, si elle souhaite rejoindre l’UE, il lui faudra tôt ou tard choisir entre l’UE et la Russie.

  • 37 Ibid.

23La Bosnie‑Herzégovine est particulièrement en retard dans son processus d’intégration. Elle est minée par la corruption et les tensions intercommunautaires, ce qui rend la Fédération ingouvernable. L’accord de stabilisation et d’association avec l’UE est signé dès 2008. Pourtant, il faut attendre juin 2015 pour qu’il entre enfin en vigueur37.

  • 38 Matthias Bieri, 2015, « Les Balkans occidentaux entre Europe et Russie », op. cit.

24Le Monténégro détient le statut de candidat depuis décembre 2010. Les négociations sont en cours depuis 2012, mais elles avancent au ralenti, car aucun élargissement ne devrait avoir lieu jusqu’en 2020 selon le président de la Commission européenne Jean‑Claude Juncker38.

25En Macédoine, le pays détient le statut de candidat depuis 2005. Mais les négociations n’ont toujours pas commencé. La crise politique actuelle ne devrait pas améliorer la situation, le pays se retrouvant sans gouvernement.

26Paradoxalement, la Russie ne contredit pas le processus d’intégration européenne des pays des Balkans occidentaux et l’encourage. Elle exerce son influence dans la région par la conquête du marché énergétique et la saisie d’opportunités commerciales. Finalement, l’intégration de la région à l’UE lui permettrait d’accéder au marché européen.

27Un éventuel retrait des États‑Unis de la région offre donc une plus grande marge de manœuvre à la Russie, face à une Union européenne en crise avec la montée des extrêmes droites défavorables à l’élargissement. La mise en place d’une diplomatie efficace a toujours fait défaut à l’Union européenne. Sur de nombreux dossiers, elle ne parvient toujours pas à se prononcer d’une seule voix. Ainsi, la reconnaissance du Kosovo ne fait toujours pas l’unanimité de tous les États membres, alors que le Kosovo souhaiterait intégrer l’Union.

28Président des États‑Unis de 2009 à 2017 et prédécesseur démocrate de Donald Trump, Barack Obama cherchait à seconder l’UE, encourageant le processus d’intégration euro‑atlantique des États de la région afin de les protéger de la Russie. Une telle stratégie s’apparente à celle de l’endiguement durant la guerre froide. Elle consistait à stopper l’extension des Soviétiques par des soutiens financiers ou encore l’adhésion à l’OTAN.

29La volonté affichée de Donald Trump de se rapprocher de la Russie et ses critiques à l’encontre de l’OTAN pourrait donc offrir un couloir à Vladimir Poutine dans la région des Balkans occidentaux.

30Cependant, d’autres acteurs que la Russie cherchent également à investir la région.

Un retrait des États‑Unis dans la région laisse entrevoir l’entrée de la Russie et d’autres acteurs

31Un éventuel retrait des États‑Unis de la région offrirait donc encore plus de capacités d’action à la Russie. Mais la Russie n’est pas le seul acteur intéressé par la région.

  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 Barthélémy Courmont, 2016, « Quand la Chine marque sa présence en Serbie », IRIS, mis en ligne le (...)
  • 42 Ibid.

32La Chine a investi 2,5 millions d’euros dans la ligne ferroviaire Belgrade‑Budapest39. Mais Pékin finance aussi des centrales et des routes en Serbie, en Bosnie et au Monténégro40. En novembre 2015, à l’occasion de la visite à Pékin du Premier ministre serbe, Aleksandar Vucic, le Premier ministre chinois Li Keqiang a encouragé les deux parties à promouvoir la construction de parcs industriels le long du Danube et à étudier des coopérations potentielles dans les domaines des technologies agricoles, des petites et moyennes entreprises, de la culture, de l’éducation et du tourisme41. L’Europe centrale et orientale est une zone géographique qui attire la Chine du fait qu’elle est une voie d’accès vers le reste du continent européen (à partir du port du Pirée notamment où elle ne cesse d’agrandir ses installations dont le trafic augmente rapidement)42.

  • 43 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », op. cit.
  • 44 Alexandre Lévy, 2013, « Les séries télévisées turques déferlent sur les Balkans », Le Figaro, mis (...)
  • 45 “The Problems Foreign Powers Find in the Balkans”, Stratfor, mis en ligne le 19 mai 2015. URL : ht (...)
  • 46 Ibid.

33L’Azerbaïdjan, la Turquie et les États arabes s’engagent aussi par de gros investissements dans les régions musulmanes des Balkans occidentaux43. L’engagement turc est plus culturel et focalisé sur l’héritage ottoman. La Turquie exerce un soft power considérable par le biais des séries télévisées turques qui ont un franc succès dans la région44. En 2015, la Turquie est devenue l’un des cinq premiers investisseurs au Kosovo45. Le Koweït est l’auteur d’un prêt de 25 millions d’euros à la Serbie pour la construction d’une gare moderne à Belgrade46. Un fonds économique du Koweït a été mis en place et il est disposé à financer d’autres projets.

Les intérêts qu’auraient les États‑Unis à rester présents dans la région

34Si Donald Trump a l’intention de suivre une diplomatie américaine conditionnée avant tout par l’intérêt des États‑Unis et du peuple américain, quels peuvent être ces intérêts américains dans la région ?

  • 47 Clément Daniez, 2016, « Donald Trump confie sa diplomatie au pétrolier Rex Tillerson », L’Express, (...)

35À la tête de la diplomatie américaine, incarnée par le poste de secrétaire d’État, Donald Trump a nommé un autre homme d’affaires en la personne de Rex Tillerson. Le nouveau secrétaire d’État est un patron du géant pétrolier ExxonMobil. Il ne s’agit, ni plus ni moins, du plus grand groupe pétrolier au monde47.

  • 48 Frédéric Lasserre (dir.), 2005, Transferts massifs d’eau : outils de développement ou instruments (...)
  • 49 Gilles Troude, 2016, « Le Kosovo et les couloirs européens », op. cit.
  • 50 Ibid.
  • 51 Ibid.

36Dans le secteur énergétique, les États‑Unis sont impliqués dans le projet d’oléoduc AMBO (Albanian, Macedonian and Bulgarian Oil Corporation) qui implique également l’Albanie, la Macédoine et la Bulgarie, dont les Premiers ministres ont signé un protocole d’entente pour le tracé et les travaux le 28 décembre 2004. Son siège social est situé à Pound Ridge, dans l’État de New York48. Cet oléoduc devrait acheminer le pétrole des gisements de Kasaghan, au nord de la Mer Caspienne (Fédération de Russie)49. Les réserves de Kasaghan surpasseraient les réserves de pétrole de la mer du Nord50. Ce projet est également l’œuvre de la Trade and Development Agency, agence fédérale pour le commerce et le développement, créée en 198151. Or, le Kosovo se trouve sur le tracé de l’oléoduc, passant par le couloir VIII.

  • 52 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », op. cit.
  • 53 Marie‑Claire Aoun et Carole Mathieu, 2016, « Climato‑scepticisme et défense des énergies fossiles  (...)
  • 54 « Trump relance les projets d’oléoducs Keystone XL et Dakota Access », Radio Canada, mis en ligne (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 Marie‑Claire Aoun et Carole Mathieu, 2016, « Climato‑scepticisme et défense des énergies fossiles  (...)

37De plus, c’est une des régions les plus riches en minerais d’Europe, la Bosnie‑Herzégovine en est également détentrice52. Ces richesses énergétiques devraient attirer l’attention de l’administration Trump. D’autant plus que le nouveau président américain se pose en défenseur de la libre concurrence entre les sources d’énergie, ainsi que des intérêts des industries pétrolière et gazière53. Il l’a illustré en relançant les projets d’oléoducs Keystone XL et Dakota Access dont la construction avait été bloquée par l’administration Obama, notamment au nom de la lutte contre le changement climatique54. L’oléoduc Keystone XL, long de 1900 kilomètres dont 1400 km aux États‑Unis, estimé à 8 milliards de dollars, vise à transporter le pétrole des sables bitumineux albertains jusqu’au Nebraska, où il devrait rejoindre, ensuite, d’autres oléoducs alimentant des raffineries dans le golfe du Mexique et en Illinois55. L’oléoduc Dakota Access, estimé à 3,8 milliards de dollars doit, quant à lui, relier la formation géographique de Bakken dans le Dakota du Nord à l’Illinois sur une distance de 1885 kilomètres56. Tout cela est d’autant plus aisé que la question du climat ne fait pas partie de ses priorités : en 2015, il avait appelé à l’annulation de la participation des États‑Unis à l’accord de Paris57.

  • 58 Laurent Geslin, 2015, « La jeunesse des Balkans de plus en plus tentée par le djihad », Le Temps, (...)
  • 59 Loïc Trégourès, 2016, « Développement de l’Islam radical dans les Balkans : quelle réalité ? », IR (...)
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid.
  • 62 Ibid.
  • 63 Ibid.
  • 64 “Samiti i Aleancës – Së shpejti në Shqipëri qendra e NATO‑s për studimin e terrorizmit”, Ora News, (...)

38Enfin, un autre point important concerne la lutte contre le terrorisme dans la région où l’État islamique recrute. Bien que le phénomène reste minoritaire, la pauvreté pousse la jeunesse à s’engager dans ses rangs. La majorité de ces jeunes proviennent du Sandjak de Novi Pazar, de Bosnie‑Herzégovine, mais aussi d’Albanie, du Kosovo et de Macédoine58. Ce phénomène s’explique par des facteurs historiques. La guerre en Bosnie a importé des combattants en provenance d’Afghanistan, du Maghreb et du Golfe59. Certains d’entre eux sont restés dans la région et ont obtenu des passeports60. Les investissements du Golfe contribuent à la construction de mosquées prêchant le salafisme ; des universités, des écoles ou encore des ONG humanitaires contribuent également à répandre ce phénomène61. Ainsi, l’Arabie Saoudite, la Syrie ou encore l’Égypte financent les études en théologie, et ces jeunes reviennent au pays diffuser un Islam radical62. La diaspora joue aussi un rôle. La plupart des Bosniaques partant en Syrie sont issus de la ville de Vienne qui est connue comme étant la capitale du djihad en Europe63. L’utilisation d’internet par les populations locales contribue à propager le mouvement. Pour lutter contre ce phénomène, l’OTAN veut mettre en place un « Centre d’Excellence » à Tirana, en Albanie. Celui‑ci aura un rôle d’étude et de prévention autour de la question des combattants étrangers64.

Conclusion

  • 65 Gilles Paris, 2017, « La justice américaine bloque le décret anti‑immigration de Donald Trump », L (...)

39La politique prônée par Donald Trump fait l’effet d’un choc aux États‑Unis. Néanmoins, toutes les mesures qu’il souhaite prendre ne seront pas faciles ni à faire voter par le Congrès ni à appliquer. Dès son entrée en fonctions, Donald Trump a signé un décret sur l’immigration, dans lequel les ressortissants de certains pays musulmans étaient interdits d’entrée sur le territoire américain. Ce décret a été aussitôt suspendu par la justice américaine qui le considérait comme contraire à la Constitution américaine, du fait qu’elle ciblait uniquement des ressortissants de pays musulmans65. Un rapprochement avec la Russie devrait être difficile à réaliser. Cette dernière est, et a toujours été considérée comme un État voyou auprès de l’opinion publique américaine. Il lui faudra jouer avec les institutions étatiques américaines telles que le Sénat ou encore le Congrès. L’évolution de l’opinion publique jouera elle aussi un rôle très important dans l’évolution de la diplomatie américaine sous son mandat. Il lui faudra donc prendre en compte toute la complexité du système international et accepter l’interdépendance des acteurs de ce système dont les États‑Unis sont pourtant l’un des principaux fondateurs.

40La stabilité régionale des Balkans occidentaux dépend toujours des jeux des puissances. Les élections américaines ont été particulièrement suivies dans la région. Par ailleurs, cette région fait l’objet d’une lutte entre la Russie et l’Union européenne. Les Balkans occidentaux sont en effet une précieuse route de transit pour le gaz et le pétrole russe. Qui plus est, les États de langue slave et orthodoxes sont particulièrement réceptifs à l’influence culturelle de la Russie. Les problèmes internes à l’Union, mais aussi aux États candidats, retardent le processus d’intégration européenne. En outre, les États‑Unis, qui ont toujours été un partenaire de l’UE, semblent se désolidariser de celle‑ci quant à l’intégration aux structures euro‑atlantiques des États. Mais au même titre que la Russie, d’autres puissances montantes, telles que la Chine, les pays du Golfe et la Turquie, souhaitent investir la région. Elles utilisent, elles aussi, leur soft power pour exercer une influence sur les États.

41Cependant, les intérêts américains peuvent être beaucoup plus importants qu’il n’y paraît, ils ne sont pas seulement géoéconomiques mais aussi sécuritaires. Les Balkans occidentaux constituent donc une région encore particulièrement sensible à la présence des grands acteurs internationaux.

Haut de page

Notes

1 Laurence Nardon, 2016, « La politique étrangère de Trump : une démarche jacksonienne », in Thomas Gomart (dir.), le monde selon Trump. Anticiper la nouvelle politique étrangère américaine, Études de l’Ifri, Paris : Ifri, p. 12. URL : https://www.ifri.org/fr/publications/etudes-de-lifri/monde-selon-trump-anticiper-nouvelle-politique-etrangere-americaine#sthash.YK2KAL55.dpbs (consulté le 3 décembre 2016).

2 Ibid.

3 Vivien Pertuisot, 2016, « La relation transatlantique : rien de mieux, rien de vraiment pire », in Thomas Gomart (dir.), le monde selon Trump. Anticiper la nouvelle politique étrangère américaine, op. cit., p. 55.

4 Ibid.

5 Laurence Nardon, 2016, « La politique étrangère de Trump : une démarche jacksonienne », op. cit., p. 12.

6 « Berlin rejette les accusations de Donald Trump sur l’OTAN », RFI, mis en ligne le 19 mars 2017. URL : http://www.rfi.fr/europe/20170319-berlin-rejette-accusations-donald-trump-otan (consulté le 19 mars 2017).

7 Julien Licourt, 2017, « Les provocations de Donald Trump agacent les Européens », Le Figaro, mis en ligne le 28 janvier 2017. URL : http://www.lefigaro.fr/international/2017/01/16/01003-20170116ARTFIG00079-donald-trump-tire-a-boulets-rouges-sur-l-union-europeenne.php (consulté le 28 janvier 2017).

8 Gilles Troude, 2016, « Le Kosovo et les couloirs européens », Académie de Géopolitique de Paris, mis en ligne le 29 mars 2016. URL : http://www.academiedegeopolitiquedeparis.com/le-kosovo-et-les-couloirs-europeens/ (consulté le 29 mars 2016).

9 Valerie Hopkins, 2017, “Donald Trump’s Big League Balkans Problem”, Foreign Policy, mis en ligne le 31 janvier 2017. URL : http://foreignpolicy.com/2017/01/31/donald-trumps-big-league-balkans-problem-kosovo-serbia/ (consulté le 31 janvier 2017).

10 Ibid.

11 Denis MacShane, 2017, “How Donald Trump could end up accidentally reigniting conflict in the Balkans”, Independent, mis en ligne le 23 janvier 2017. URL : http://www.independent.co.uk/voices/donald-trump-president-balkans-frederica-mogherini-serbia-kosovo-a7541191.html (consulté le 23 janvier 2017).

12 Stéphan Altasserre, 2017, « Regain de tensions dans les relations serbo-kosovares », Regard sur l’Est, mis en ligne le 18 janvier 2017.
URL : http://www.regard-est.com/home/breves.php?idp=1881 (consulté le 18 janvier 2017).

13 Valerie Hopkins, 2017, “Donald Trump’s Big League Balkans Problem”, op. cit.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 John R. Schindler, 2017, “President Trump’s First Foreign Policy Crisis: Balkan War Drums Beat Again”, Observer, mis en ligne le 25 janvier 2017. URL : http://observer.com/2017/01/nato-deploying-troops-poland-baltics-vladimir-putin/ (consulté le 25 janvier 2017).

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 « Macédoine. La crise politique se prolonge », Courrier international, mis en ligne le 2 mars 2017. URL : http://www.courrierinternational.com/article/macedoine-la-crise-politique-se-prolonge (consulté le 2 mars 2017).

21 Andrés Allemand, 2017, « La Macédoine se déchire sur la langue albanaise », Tribune de Genève, mis en ligne le 1er mars 2017. URL : http://www.tdg.ch/monde/La-Macedoine-se-dechire-sur-la-langue-albanaise/story/27445319 (consulté le 1er mars 2017).

22 Jérémie Lamothe, 2017, « Donald Trump est en train de mettre en place une diplomatie de la défiance », entretien avec Marie‑Cécile Naves, Le Monde, mis en ligne le 27 janvier 2017.
URL : http://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2017/01/27/donald-trump-est-en-train-de-mettre-en-place-une-diplomatie-de-la-defiance_5070388_4853715.html (consulté le 27 janvier 2017).

23 « Donald Trump décrète la construction d’un mur entre les États‑Unis et le Mexique », Radio Canada, mis en ligne le 25 janvier 2017. URL : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1012862/donald-trump-immigration-construction-mur-refugie (consulté le 25 janvier 2017) .

24 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », Diploweb, mis en ligne le 9 décembre 2012.
URL : https://www.diploweb.com/Balkans-occidentaux-espace.html (consulté le 3 décembre 2016).

25 Matthias Bieri, 2015, « Les Balkans occidentaux entre Europe et Russie », Center for Security Studies, Analyses du CSS, no 170, mis en ligne en mars 2015. URL : http://www.css.ethz.ch/content/dam/ethz/special-interest/gess/cis/center-for-securities-studies/pdfs/CSSAnalyse170-FR.pdf (consulté le 3 décembre 2016).

26 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », op. cit.

27 Ibid.

28 Russia in the Balkans, Conference report, London School of Economics, 13 mars 2015.
URL : http://www.lse.ac.uk/europeanInstitute/research/LSEE/Events/2014-2015/Russia-in-the-Balkans/merged-document.pdf (consulté le 3 décembre 2016).

29 Alexis Troude, 2016, « Les ressources énergétiques des Balkans occidentaux : un enjeu eurasiatique », Diploweb, mis en ligne le 9 avril 2016. URL : https://www.diploweb.com/Les-ressources-energetiques-des.html (consulté le 3 décembre 2016).

30 « Kosovo‑Serbie : un “accord historique” mais contesté », Le Monde, mis en ligne le 19 avril 2013. URL : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/04/19/kosovo-serbie-un-accord-historique-mais-conteste_3163255_3214.html (consulté le 3 décembre 2016).

31 « Signature de l’accord de stabilisation et d’association (ASA) entre l’Union européenne et le Kosovo », Communiqué de presse, Conseil européen, 27 octobre 2015. URL : http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2015/10/27-kosovo-eu-stabilisation-association-agreement/ (consulté le 3 décembre 2016).

32 « Entrée en vigueur de l’accord de stabilisation et d’association (ASA) entre l’Union européenne et le Kosovo », Communiqué de presse, Commission européenne 1er avril 2016. URL : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-16-1184_fr.htm (consulté le 3 décembre 2016).

33 Loïc Trégourès, 2017, « Pourquoi les Balkans comptent (partie 1) », IRIS, mis en ligne le 23 janvier 2017. URL : http://www.iris-france.org/87736-pourquoi-les-balkans-comptent/ (consulté le 23 janvier 2017).

34 « État des lieux des négociations d’adhésion à l’Union européenne », Toute l’Europe, mis en ligne le 25 juillet 2016. URL : http://www.touteleurope.eu/les-politiques-europeennes/elargissement/synthese/etat-des-lieux-des-negociations-d-adhesion-a-l-union-europeenne.html (consulté le 23 janvier 2017).

35 Ibid.

36 Jean‑Arnault Dérens et Laurent Geslin, 2015, « Les Balkans : nouvelle ligne de front entre la Russie et l’Occident », Le Monde diplomatique, p. 10‑11, mis en ligne en juillet 2015. URL : https://www.monde-diplomatique.fr/2015/07/DERENS/53190 (consulté le 3 décembre 2016).

37 Ibid.

38 Matthias Bieri, 2015, « Les Balkans occidentaux entre Europe et Russie », op. cit.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Barthélémy Courmont, 2016, « Quand la Chine marque sa présence en Serbie », IRIS, mis en ligne le 11 janvier 2016. URL : http://www.iris-france.org/69299-quand-la-chine-marque-sa-presence-en-serbie/ (consulté le 3 décembre 2016).

42 Ibid.

43 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », op. cit.

44 Alexandre Lévy, 2013, « Les séries télévisées turques déferlent sur les Balkans », Le Figaro, mis en ligne le 4 avril 2013. URL : http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/04/01003-20130104ARTFIG00529-les-series-televisees-turques-deferlent-sur-les-balkans.php (consulté le 3 décembre 2016).

45 “The Problems Foreign Powers Find in the Balkans”, Stratfor, mis en ligne le 19 mai 2015. URL : https://worldview.stratfor.com/analysis/problems-foreign-powers-find-balkans (consulté le 3 décembre 2016).

46 Ibid.

47 Clément Daniez, 2016, « Donald Trump confie sa diplomatie au pétrolier Rex Tillerson », L’Express, mis en ligne le 16 décembre 2016. URL : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/donald-trump-confie-sa-diplomatie-au-petrolier-rex-tillerson_1859797.html (consulté le 23 janvier 2017).

48 Frédéric Lasserre (dir.), 2005, Transferts massifs d’eau : outils de développement ou instruments de pouvoir ?, Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 314.

49 Gilles Troude, 2016, « Le Kosovo et les couloirs européens », op. cit.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Georges‑Marie Chenu, 2012, « Balkans occidentaux : espace géopolitique convoité », op. cit.

53 Marie‑Claire Aoun et Carole Mathieu, 2016, « Climato‑scepticisme et défense des énergies fossiles : l’héritage d’Obama en péril ? », in Thomas Gomart (dir.), le monde selon Trump. Anticiper la nouvelle politique étrangère américaine, op. cit., p. 28.

54 « Trump relance les projets d’oléoducs Keystone XL et Dakota Access », Radio Canada, mis en ligne le 25 janvier 2017. URL : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1012690/trump-decrets-presidentiels-oleoducs-pipeline-keystone-xl-transcanada-dakota-access (consulté le 25 janvier 2017).

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Marie‑Claire Aoun et Carole Mathieu, 2016, « Climato‑scepticisme et défense des énergies fossiles : l’héritage d’Obama en péril ? », in Thomas Gomart (dir.), le monde selon Trump. Anticiper la nouvelle politique étrangère américaine, op. cit., p. 27.

58 Laurent Geslin, 2015, « La jeunesse des Balkans de plus en plus tentée par le djihad », Le Temps, mis en ligne le 15 mars 2015. URL : https://www.letemps.ch/monde/2015/03/15/jeunesse-balkans-plus-plus-tentee-djihad (consulté le 3 décembre 2016).

59 Loïc Trégourès, 2016, « Développement de l’Islam radical dans les Balkans : quelle réalité ? », IRIS, mis en ligne le 20 janvier 2016. URL : http://www.iris-france.org/69948-developpement-de-lislam-radical-dans-les-balkans-quelle-realite/ (consulté le 3 décembre 2016).

60 Ibid.

61 Ibid.

62 Ibid.

63 Ibid.

64 “Samiti i Aleancës – Së shpejti në Shqipëri qendra e NATO‑s për studimin e terrorizmit”, Ora News, mis en ligne le 21 juin 2016. URL : http://www.oranews.tv/vendi/se-shpejti-ne-shqiperi-qendra-e-nato-s-per-studimin-e-terrorizmit/ (consulté le 3 décembre 2016, lien devenu inaccessible aujourd'hui).

65 Gilles Paris, 2017, « La justice américaine bloque le décret anti‑immigration de Donald Trump », Le Monde, mis en ligne le 4 février 2017. URL : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/02/04/la-justice-americaine-bloque-le-decret-anti-immigration-de-donald-trump_5074495_3222.html (consulté le 4 février 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jasha Menzel, « Quelle politique étrangère américaine dans les Balkans occidentaux sous le mandat de Donald Trump ? », Cahiers balkaniques [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceb/9961 ; DOI : 10.4000/ceb.9961

Haut de page

Auteur

Jasha Menzel

Spécialiste des projets de l’Union européenne et des donateurs étrangers au sein du Ministère albanais du Bien‑Être social et de la Jeunesse

Articles du même auteur

Haut de page