Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue Contextes et Didactiques, nous revisitons l’enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (EMILE) du point de vue de la théorie, de la recherche, de la pédagogie et de la formation des enseignants. Ce numéro présente à la fois des articles de recherche et des articles sur l’état de l’art. Ce 15ème numéro nous emmène dans différents pays – Japon, Liban, Algérie, Maroc, Grèce – et nous permet de découvrir des applications de l’approche EMILE grâce à des témoignages issus de différents contextes éducatifs.

2Bien qu’EMILE soit souvent considéré comme une approche de l’enseignement des langues additionnelles (patrimoniales, autochtones, régionales, étrangères, par exemple), il va au-delà de l’enseignement des langues additionnelles. EMILE vise à combiner la cognition, le contenu et l’apprentissage des langues avec un état d’esprit plurilingue et pluriculturel (voir Castellotti, 2006 ; Coste, Moore et Zarate, 2009 ; García, 2011 ; Hajek et Slaughter, 2015 ; Moore, 2019 ; Wei, 2000 pour le plurilinguisme). EMILE est une approche écologique qui intègre dans son cadre les facteurs culturels, politiques et sociétaux, ainsi que les besoins langagiers changeants des apprenants.

  • 1 Le transnationalisme est la propagation et la diffusion de mouvements sociaux, politiques et économ (...)
  • 2 La superdiversité est une diversité sociale, culturelle et économique complexe dans les sociétés, c (...)

3EMILE a été conçue par des experts en éducation et des chercheurs en acquisition de langues étrangères dans un contexte européen, dans les années 1990, lorsque le multilinguisme et la diversité linguistique sont devenus une question cruciale dans le monde entier. L’approche EMILE a été fortement influencée par des idéologies telles que le post-modernisme et le poststructuralisme et les transformations sociales et linguistiques mondiales causées par le transnationalisme1, la superdiversité2 qui ont commencé dans les années 1980 et se sont accélérées depuis les années 1990 (Blommaert, 2013 ; Vertovec, 2009 ; Vertovec et Posey, 2003). EMILE est né d’idéologies qui soutiennent le plurilinguisme et la conscience culturelle et s’est développé à partir des résultats de la recherche et du succès d’autres pratiques bilingues. EMILE s’est inspiré de diverses sources théoriques et a adapté ses méthodologies pour répondre aux besoins des apprenants du XXIe siècle. L’approche EMILE a parcouru un long chemin depuis sa conception initiale. Il convient de noter qu’EMILE est une approche éducative évolutive et que sa pratique n’est pas sans problème et controverse. Bien que l’approche ait fait son apparition dans le contexte européen, elle est aujourd’hui utilisée dans le monde entier et adaptée pour répondre à des exigences éducatives diverses.

4Dans ce numéro, à travers les exemples de cinq pays différents, nous souhaitons présenter quelques questions relatives à EMILE. Les trois premiers articles, qui ont été réalisés respectivement au Japon, au Liban et en Algérie combinent l’enseignement EMILE et plurilinguisme et la recherche et formation des enseignants. Le quatrième article, qui présente une étude de recherche-action, nous introduit à une approche EMILE innovante dans le contexte marocain. Le cinquième article fait le point sur les recherches menées dans le contexte grec depuis 2010. Le sixième article, qui est un article sur l’état de l’art, nous raconte l’histoire de l’approche EMILE en se concentrant sur son passé et son présent, ainsi que sur ses fondements idéologiques, théoriques et pédagogiques. Le dernier article en rubrique Varia traite du problème de la discipline à l’école par une étude comparative menée dans deux collèges de deux îles de la Caraïbe.

5Le premier article nous amène au contexte éducatif monolingue japonais. Dans ce contexte, les auteurs décrivent un projet de recherche-action collaboratif qui a étudié les biographies linguistiques de deux enseignants du primaire. Les auteurs ont recueilli des données par le biais d'entretiens, de biographies linguistiques et de cartes d'expériences. Ils ont étudié les représentations du plurilinguisme de ces deux enseignants du primaire en les impliquant dans l’analyse. En comparant les biographies linguistiques et les cartes d’expérience de ces deux enseignants, les chercheurs ont tenté de comprendre comment ces enseignants s’étaient intéressés au plurilinguisme et aux approches pluralistes, telles que l’éveil aux langues, dans leur enseignement. Les chercheurs ont voulu découvrir à quelles ressources ces enseignants attribuent leur développement professionnel et comment ils les remobilisent pour offrir aux apprenants une expérience de l'altérité et pour "pluraliser" l'enseignement.

6Le deuxième article, présenté par Myriam Abou-Samra, décrit un travail de recherche qui a été mené dans le contexte libanais. Cette étude examine à la fois l’enseignement de contenus disciplinaires dans une deuxième langue et le développement des compétences des enseignants dans le cadre de la formation continue. L’article décrit comment ce travail de recherche collaboratif a permis à six professeurs de sciences et huit professeurs de français de s’observer mutuellement et de travailler en collaboration pour améliorer l’enseignement EMILE. Dans ce contexte, l’auteure explique que la formation organisée a facilité l’interdisciplinarité en donnant l’occasion aux professeurs de sciences et de français de se rencontrer, d’échanger et d’apprendre sur leur discipline respective.

7L’article de Said Ghezal et Ameur Lahoual propose EMILE comme une solution pour surmonter les problèmes langagiers dans les sections scientifiques et techniques des universités algériennes, qui utilisent le français comme langue d’enseignement. Les auteurs expliquent que le problème vient principalement du fait que les étudiants suivent toute leur scolarité en arabe jusqu’à l’université et que les étudiants nouvellement admis à l’université présentent un manque considérable de connaissance et de maîtrise de la langue française. Ils affirment que l’enseignement des langues additionnelles et l’enseignement des disciplines sont dispensés dans le cadre de cours distincts et ne répondent pas pleinement aux besoins langagiers des étudiants universitaires. Leur étude suggère donc d’intégrer EMILE dans le cadre de la spécialité (langue additionnelle + spécialité), ce qui augmenterait le temps d’enseignement. Les auteurs témoignent que leur première expérimentation sur l’intégration de l’enseignement du contenu disciplinaire et de la langue additionnelle a donné des résultats positifs.

8L’article d’Amina Aberchoum et Jean-Paul Narcy-Combes porte sur une recherche-action menée dans le contexte plurilingue de deux écoles primaires marocaines dans lesquelles trois langues – l’arabe standard (langue d’enseignement), l’arabe dialectal (langue de socialisation initiale) et le français (langue additionnelle) – ont été utilisées. Cette étude a porté sur l’enseignement des sciences dans le cadre du projet EMILE en utilisant une approche pédagogique hybride (ang. blended learning) en combinant plusieurs orientations théoriques et pédagogiques. Les chercheurs ont utilisé une approche innovante appelée « copier-coller » pour enseigner par le biais de tâches écrites. Cette démarche d’apprentissage, qui favorise l’engagement cognitif et l’apprentissage du contenu et du langage, suit des étapes progressives qui rendent les tâches de plus en plus complexes, allant du simple « copier-coller » à la réorganisation complète du contenu et à la reformulation des structures linguistiques. Bien que les auteurs soulignent la nécessité de mener des recherches supplémentaires, ils concluent que leur démarche contribue au développement des compétences langagières des élèves de l’école primaire. Toutefois, leur expérience suggère que l’éducation bilingue doit s’accompagner d’un soutien supplémentaire sur les formes linguistiques. Les chercheurs soulignent que les résultats de leurs recherches indiquent que la technologie numérique basée sur les tâches répond aux besoins actuels de la pédagogie EMILE dans l’enseignement primaire. Cependant, à l’heure actuelle, l’utilisation de la technologie numérique est encore limitée par le manque d’équipement dans les écoles primaire.

9Evi Diamantidou et Angeliki Kordoni passent en revue un nombre représentatif d’études expérimentales EMILE – en utilisant l’anglais, langue étrangère, en tant que langue d’enseignement – menées dans le contexte de l’enseignement primaire grec depuis 2010. Les auteures indiquent qu’à l’heure actuelle, les études EMILE en Grèce sont encore au stade pilote et que le nombre de programmes EMILE en place est limité en raison de contraintes liées aux exigences des programmes scolaires et de diverses autres difficultés. Les auteures soulignent également que seul un nombre limité d’enseignants sont formés aux pédagogies EMILE, néanmoins, malgré la rareté de la formation, la majorité des enseignants est intéressée par l’application future d’EMILE. Les auteures concluent que depuis 2010, l’enseignement EMILE a bien progressé dans le contexte grec et elles ont exprimé leur souhait de voir l’intégration d’EMILE dans les programmes scolaires comme une pratique permanente.

10L’article de Zehra Gabillon présente une vue d’ensemble de l’approche EMILE en mettant en lumière les facteurs épistémologiques, historiques, politiques, idéologiques et sociétaux qui ont influencé la création d’EMILE en tant qu’approche éducative dans l’Europe du milieu des années 80. À travers une revue d’un grand nombre d’articles publiés entre 1980 et 2019, l’auteure relie les fondements épistémologiques et pédagogiques aux facteurs sociétaux qui ont façonné l’approche EMILE. L’auteure décrit EMILE comme une approche dynamique à multiples facettes basée sur les principes du plurilinguisme, qui évolue avec les changements et les besoins de la société.

11Enfin, l’étude de Pierre-Olivier Weiss et Sohilée Châlons compare les approches disciplinaires et la conceptualisation de la discipline de deux « collèges », sur deux îles des Caraïbes, l’une française (Martinique) et l’autre anglophone (Sainte-Lucie). Les résultats révèlent quelques différences entre les systèmes disciplinaires de ces deux écoles. Les chercheurs expliquent que la majorité des éducateurs en Martinique estiment que la discipline est utile pour instaurer un climat scolaire paisible et empêcher l’« anarchie ». À Sainte-Lucie, outre son utilité, sa nécessité est soulignée par les éducateurs en affirmant que la discipline contribue au développement de l’individu. Les auteurs notent que la pratique de la discipline à Sainte-Lucie reste principalement préventive, alors qu’elle est essentiellement curative en Martinique.

Haut de page

Bibliographie

Blommaert, J. (2013). Ethnography, superdiversity and linguistic landscapes: Chronicles of complexity. New York : Multilingual Matters.

Castellotti, V. (2006). Une conception plurielle et intégrée de l ’ enseignement des langues – principes, modalités, perspectives. Recherches en didactique des langues et des cultures. Les cahiers de l’Acedle, 2, 1-10.

Coste, D., Moore, D. et Zarate, G. (2009). Plurilingual and pluricultural competence. Strasbourg : Council of Europe Publication.

García, O. (2011). Bilingual education in the 21st century: A global perspective. New York : Wiley-Blackwell.

Hajek, J. et Slaughter, Y. (2015). Challenging the monolingual mindset. Bristol : Multilingual Matters.

Moore, D. (2019). Conversations autour du plurilinguisme. Théorisation du pluriel et pouvoir des langues. Cahiers de l’ILOB, 10, 43-64. https://doi.org/10.18192/olbiwp.v10i0.3828.

Vertovec, S. (2009). Transnationalism. https://doi.org/10.4337/9781783470600.00023.

Vertovec, S. et Posey, D. (2003). Globalization, globalism, environments, and environmentalism: consciousness of connections. Oxford : Oxford University Press.

Wei, L. (2000). Dimensions of bilingualism. Dans L. Wei (dir.), The bilingual reader (p. 3-25). New York : Routledge.

Haut de page

Notes

1 Le transnationalisme est la propagation et la diffusion de mouvements sociaux, politiques et économiques entre et à travers les frontières des différents États-nations (Vertovec, 2009).

2 La superdiversité est une diversité sociale, culturelle et économique complexe dans les sociétés, ce qui signifie également « diversité dans la diversité », une augmentation considérable de la texture de la diversité dans les sociétés (Blommaert, 2013 : 4).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zehra Gabillon, « Éditorial »Contextes et didactiques [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 11 juillet 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ced/2047

Haut de page

Auteur

Zehra Gabillon

Université de la Polynésie française – EASTCO (EA 4241)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Contextes et didactiques est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals