Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17VariaLatin, français, créole : la pers...

Varia

Latin, français, créole : la personne du verbe

The Person of the Verb: Latin, French and Creole
Ève Derrien

Résumés

L’histoire linguistique donne le latin pour mère au français et le français pour mère aux créoles des territoires d’Outremer ; mais c’est du bas latin, puis du néo-roman que naît, d’abord, l’ancien français, duquel est issu le moyen français, avant l’instauration du français classique, central ou régional. Les racines françaises des créoles sont celles du français de la période classique, et non celles du français moderne et, dès lors que l’on veut traiter l’histoire d’une langue, la langue-source devient elle aussi objet d’étude. Cette analyse diachronique propose donc une histoire du verbe, de sa conjugaison, et celle du développement des pronoms personnels, du latin au créole. Nécessairement, cette étude aborde l’évolution de plusieurs systèmes, selon la morphologie, la syntaxe, la phonétique propres à ces diverses structures et périodes ; elle s’appuie sur un certain nombre de citations, propres à illustrer les faits de la langue abordés. Organisée en trois parties, elle traite en premier lieu du système verbal latin et de son évolution vers l’ancien français et au-delà, puis aborde le développement des pronoms personnels comme recours à une insuffisance morpho-syntaxique née d’une trop grande simplification des systèmes désinentiels, avant de proposer, en prenant pour exemple le groupe nominal, une analyse d’un système verbal imparfait, qui a refusé l’équilibre nouveau que le groupe nominal a établi. L’histoire du verbe et du sujet illustre une évolution morpho-syntaxique fondée sur la logique, d’une langue à l’autre, latine, française, créole.

Haut de page

Texte intégral

Les équivoques les plus élémentaires sur les langues créoles sont douces à saisir.
« Ne te vante pas, disaient les autres, la langue italienne est créole, elle aussi ; d’ailleurs toutes les langues sont créoles.
- Oui ! Répondait-il en riant. Mais ! Mais ! Les langues créoles sont encore plus créoles que les autres, plus créoles que vous imaginez, nous pouvons vous étourdir avec.
- Et comment ça ? Criaient-ils.
- Ah ! Nous pouvons vous faire passer des gros mots pour des inventions, et des traductions littérales pour du style, et vous restez là ébahis ! Ces langues créoles sont trop malignes pour vous ! »
Édouard Glissant, Tout-monde (1993 : 51)

1. Introduction

1Dès lors que l’on aborde l’histoire d’une langue, quelle que soit la langue étudiée, la langue-source devient elle aussi objet d’étude. Dans le cas du créole antillais, la référence est le français ; mais si l’on se contente d’étudier le français, on omet ce qu’il doit au latin : en morphologie, en phonétique, en syntaxe, une étude sera complète à condition d’établir les liens nécessaires d’une langue à l’autre.

2Et, dans le cas du français, ce n’est pas une langue qu’il faut étudier, mais plusieurs états, ou étapes, de cette langue : c’est du bas latin, puis du néo-roman que naît l’ancien français, lequel, vers le milieu du XIVe siècle, laisse place au moyen français dont, à compter du XVIe siècle, est issu le français classique (bien qu’entre du Bellay et Racine la différence linguistique soit grande). Le français n’est dit moderne qu’à compter du XVIIIe siècle. Cette chronologie, plus pratique que réelle, n’a par ailleurs rien d’absolu, d’autant que le rapport entre français central, français régionaux et langues créoles empêche toute datation précise, surtout dans le cadre d’une évolution d’abord orale, tardivement fixée par l’écrit.

3La hiérarchie diachronique pose donc le latin en première position, jusqu’au français de l’âge classique, avant d’aborder le créole. Or, celui-ci doit en partie son statut de langue à la spécificité de son système verbal, tout comme le français, dans son évolution, le doit à la structure de ses conjugaisons et à la création du système des pronoms personnels.

  • 1 « […] le français, comme toute langue vivante, est un héritage historique qui vient de très loin et (...)

4Étudier la personne du verbe1, sa représentation morphologique et syntaxique permet de définir une ligne évolutive qui fait du créole la dernière étape d’un développement linguistique logique.

5On traitera donc le système désinentiel latin et son évolution vers une langue nouvelle, jusqu’à l’âge classique, où le système des conjugaisons est fixé, avant d’étudier le développement des pronoms personnels, en comparant la création de ces nouveaux paradigmes et celle des articles, autre invention médiévale. L’étude amène alors à poser les insuffisances et les redondances que le système français a établies et maintenues, mais qui ont pu fonder une partie du système créole : l’histoire linguistique est faite de cette alternance entre simplification et complexification, chaque équilibre, une fois atteint, basculant lentement vers un nouveau système.

2. Désinences personnelles

  • 2 Que l’on notera désormais P1, P2, P3, P4, P5, P6.

6Le latin dispose d’un système verbal à la fois extrêmement simple et extrêmement complexe : à chaque personne, de la première à la sixième2, correspond une désinence, laquelle est cependant variable selon le type de conjugaison (le latin en compte quatre), le mode et le temps, qui parfois propose plus d’un paradigme par type. On peut citer pour exemple les désinences propres aux verbes actifs de la première conjugaison (laquelle comprend également des verbes passifs et déponents, dont la morphologie diffère) :

Indicatif

présent

futur

imparfait

parfait en -ui

parfait

en - ávi

parfait

en - i

plus-que-parfait

futur antérieur

P1

-o

-ábo

-ábam

-ui

-ávi

-i

-áveram

-ávero

P2

-as

-ábis

-ábas

-uísti

-avísti

-ísti

-áveras

-áveris

P3

-at

-ábit

-ábat

-uit

-ávit

-it

-áverat

-áverit

P4

-ámus

-ábimus

-abámus

-úimus

-ávimus

-imus

-averámus

-avérimus

P5

-átis

-ábitis

-abátis

-uístis

-avístis

-ístis

-averátis

-avéritis

P6

-ant

-ábunt

-ábant

-úerunt

-áverunt

-erunt

-áverant

-áverint

Impératif

Subjonctif

présent

futur

présent

imparfait

parfait

en -áve

parfait

en -úe

parfait

en -é

plus-que-parfait

P1

-em

-árem

-áverim

- úerim

-érim

-aví/úi/í-ssem

P2

-a

-áto

-es

-áres

-áveris

- úeris

-éris

-aví/úi/í-sses

P3

-et

-áret

-áverit

- úerit

-érit

-aví/úi/í-sset

P4

-émus

-arémus

-avérimus

- uérimus

-érimus

-avi/ui/i-ssémus

P5

-áte

-atóte

-étis

-arétis

-avéritis

- uéritis

-éritis

-avi/ui/i-ssétis

P6

-ent

-árent

-áverint

- úerint

-érint

-aví/úi/í-ssent

7Cette variabilité pose pourtant une quasi-constante, sauf en P1 et à l’impératif : le marquage propre à la personne, et non aux temps et mode, est de type :

P2 : -s, P3 : -t, P4 : -mus, P5 : -tis, P6 : -nt.

La P1 en revanche peut être marquée par -o, -i, -m ; quant à l’impératif, à deux personnes, il dispose de ses propres marques :

P2 : -a, P5 : -te.

En conséquence, à l’oral comme à l’écrit, la personne du verbe est immédiatement repérable, la P1 elle-même disposant d’un ensemble désinentiel qui lui est propre.

8Lorsque le latin s’impose aux pays de l’Empire, ce n’est pas, ou plus, la langue classique, mais un latin parlé, et les latinophones ne sont pas tous romains ; aussi imposent-ils aussi leurs accents, leurs argots, aux peuples conquis. Le processus linguistique sera identique lors de la naissance des créoles, issus en bonne part de locuteurs francophones, mais dont le langage n’appartient ni au registre le plus élevé, ni au français central, et qui se transmet (et se transforme) à l’oral, avec ses régionalismes et ses accents.

9En territoire gaulois, puis français, l’évolution phonétique tend à gommer les finales : entre le VIIe et le VIIIe siècle, si a se maintient systématiquement, mais affaibli en e central, les autres voyelles disparaissent (sauf en hiatus post-tonique, sous l’accent d’écho, ou en tant que voyelles d'appui, auxquels cas elles passent également à e central) ; outre que m final (marque verbale, nominale, pronominale, adjectivale) s'est déjà amuï en latin classique, t, après une voyelle simple, se désarticule et disparaît entre le IXe et le XIe siècle.

10Ces premières évolutions fondent le système désinentiel de la langue ancienne : les marques des personnes en résultent directement, et la structure verbale repose sur une distribution de type :

P1 : Ø, P2 : -s, P3 : Ø ou -t, P4 : -ons, -iens ou -mes, P5 : -ez, -iez ou -tes, P6 : -ent ou -ont.

  • 3 Lesquels évoluent diversement : alignement total sur les désinences communes pour traimes/traites d (...)

11À l’indicatif présent et à l’impératif, -mes et -tes constituent un cas particulier, propre aux verbes estre, dire, faire, traire3 : « Ja estes vus veilz e fluriz e blancs » (La Chanson de Roland, environ 1086 : 198) ; « Dites se de rien i mesprant » (Chrétien de Troyes, environ 1177 : 136) ; « devant l'autel faites aparillier/un riche lit ou me volrai couchier » (Raoul de Cambrai, fin du XIIe siècle : 98) ; au passé, cette paire désinentielle des P4 et 5 est commune à tous les verbes.

12Aux présents de l’indicatif, du subjonctif et de l’impératif, c’est le type de la voyelle finale qui crée l’opposition entre les groupes de verbes, puisque, à l’indicatif, e central issu de a final apparaît en P2 et 3 pour les verbes en -er (issus des infinitifs en -áre), tandis que les mêmes personnes, pour les autres verbes, en -ir (infinitifs en -íre), -oir (infinitifs en -ére), -re (infinitifs en -ere), voient leur voyelle finale disparaître et leur consonne désinentielle finale (ou leur groupe désinentiel) s’appuyer directement sur le radical. Inversement, au subjonctif, e central marque les P1, 2 et 3 des verbes en -ir, -oir, -re, et ce sont les verbes en -er qui perdent leur voyelle finale. La structure des présents oppose donc verbes en -er et autres verbes, la P2 de l’impératif étant marquée en e pour les seuls verbes en -er. Cependant, e n’est pas une marque personnelle, mais modale.

  • 4 Les lettres euphoniques s et t qui facilitent l'articulation entre une finale verbale vocalique et (...)

13La consonne t en revanche est bien une marque personnelle de la P3, et met également en opposition les types de verbes : pour ce qui deviendra le premier groupe, ce t final, sans appui, a perdu son articulation dès avant l’âge littéraire, et, consonne muette, tend peu à peu à n’être plus transcrit : « Elle nont eskoltet les mals conselliers,/Qu’elle Deo raneiet chi maent sus en ciel » (Séquence de Sainte Eulalie, environ 865 : 8) ; « Mahumet sert e Apollin recleimet : / Ne s’poet guarder que mals ne l’i ateignet » (La Chanson de Roland, environ 1086 : 52) ; « ses chevos detuert et ront ses dras, / si se repasme a chascun pas, / ne riens ne la puet conforter » (Chrétien de Troyes, environ 1177 : 95-96) ; « De maltalent mue son sanc,/Puis demande son cheval blanc » (Blancandin et l'Orgueilleuse d'Amour, début du XIIIe siècle : 121). Les présents à e final, les passés faibles en a, i, u, les futurs en a n’ont plus de marquage spécifique dès la fin du XIe siècle (bien que, par analogie avec les paradigmes forts, les passés faibles en i et u développent de nouveau une finale désinentielle t à compter du XIIe siècle. Il n’existe pas de passé fort en a : en P3, le passé en a des verbes en -er demeure non désinentiel, seul dans cette catégorie temporelle4).

14Mais, en position appuyée sur une diphtongue ou une consonne (y compris une consonne latine disparue), la désinence caractéristique de la P3 se maintient jusqu’au XIIIe siècle, période littéraire, comme déjà le XIIe siècle, où la langue nouvelle est écrite. Devenu muet à cette date (sauf en liaison), il demeure dans la graphie, d’où maent, sert, ist (t en appui sur la consonne), poet (t en appui sur la diphtongue) dans les exemples ci-dessus.

15L’amuïssement des consonnes finales entre le XIIIe et le XIVe siècle touche également s, marque étymologiquement propre à la seule P2, qui, comme t, mais avec ou sans appui, se maintient graphiquement et demeure articulé (et sonorisé) en liaison.

  • 5 « […] -e final préservait la consonne de l’effacement phonétique (XIIIe siècle), d’où sa diffusion (...)

16En P1, à l’indicatif présent, deux mouvements de réfection remédient à l'absence de marque en P1 et protègent les finales consonantiques qui tendaient à s'amuïr : les verbes en -er, par analogie avec les P2 et 3, commencent à partir du XIIIe siècle à généraliser l’usage de e en P15. La tendance est aboutie au début du XVe siècle pour les verbes à base consonantique, au début du XVIe pour ceux à base vocalique. Les autres verbes développent un s final. Cette réfection se renforce au XIIIe siècle, et la généralisation de s est aboutie au XVIe siècle pour les verbes à base consonantique ; les verbes à base vocalique peuvent maintenir tardivement une finale non désinentielle : « Je m’en vay le premier vous préparer la place » (Ronsard, 1586 : 194) ; « Mes yeux sont éblouis du jour que je revoi » (Racine, 1677 : 205). En français moderne, seule la P1 du verbe avoir est toujours à finale vocalique.

17Pour ces verbes en -ir, -oir, -re, l’absence de marque personnelle en P2 de l’impératif est très tôt compensée par un s analogique de l’indicatif (générant l’opposition toujours maintenue entre premier groupe en e, deuxième et troisième groupes en s) mais la tendance ne se normalise que tardivement : « Fay ce que vouldras » (Rabelais, 1532 : 204).

3. Pronoms personnels sujets

  • 6 « […] l’amuïssement des consonnes s et t, qui caractérisaient les désinences importantes (s, 2e per (...)

18Le développement, voire la création, des pronoms personnels sujets est le résultat de cet effacement des finales6 : quand les verbes latins, à l’écrit et à l’oral, indiquent directement leur rang, l’ancien français propose une conjugaison à finales moins différenciées, parfois même identiques, à l’écrit et/ou à l’oral, pour certaines personnes (et certains modes et temps), comme dans le cas des présents des verbes en -er :

chanter

Indicatif

Impératif

Subjonctif

P1

chant

chant

P2

chantes

chante

chanz

P3

chante(t)

chant

P4

chantons

chantons

chantons

P5

chantez

chantez

chantez

P6

chantent

chantent

ou ceux des verbes en -ir à infixe :

fenir

Indicatif

Impératif

Subjonctif

P1

fenis

fenisse

P2

fenis

fenis

fenisses

P3

fenist

fenisse(t)

P4

fenissons

fenissons

fenissiens

P5

fenissiez

fenissiez

fenissiez

P6

fenissent

fenissent

  • 7 « La phonétique avait bouleversé de bonne heure le système délicat et complexe des désinences verba (...)
  • 8 De timbre neutre, e central s'affaiblit au cours du moyen français, jusqu'à s'effacer à des dates v (...)

19La langue neutralise, à l'écrit et à l'oral, une partie du marquage désinentiel du rang verbal 7: dans le cas de chanter, on note l’identité graphique et phonétique entre P1 (indicatif et subjonctif) et P3 (subjonctif), la proximité, une fois t amuï, entre la P3 (indicatif) et la P2 (impératif, et, à compter du XIIIe siècle, avec l’effacement phonologique de s, indicatif) ; quant à fenir (finir), la forme fenis est commune aux P1 et 2 (indicatif) et à la P2 (impératif). Dans les deux cas, l’atténuation progressive de e central8 réduit encore à l’oral les différences entre personnes et entre modes.

20Seules les personnes du pluriel sont et restent spécifiquement marquées (mais souvent de façon identique d’un mode à l’autre).

21Le système des pronoms personnels est créé lorsque ceux-ci deviennent indispensables à la compréhension de l'énoncé – et, si la langue ancienne hésite et use parfois du pronom personnel sujet avec l’impératif : « Sire, vos me soiez pastres et deffenderres et conduisierres » (La Queste del Saint Graal, 1225-1230 : 96), un paradigme à trois personnes dont les désinences sont nettement différenciées rend le procédé inutile. Aussi, la tendance, hésitante, s’estompe-t-elle jusqu’à disparaître : « a Origni soiés ains l'anuitier. / Mon tré tendez en mi liu del mostier » (Raoul de Cambrai, fin du XIIe siècle : 98) ; « Plourés, dames, plourez vostre servant » (Guillaume de Machaut, 1364 : 88) ; « Prince, n’enquerez de sepmaine/Ou elles sont, ne de cest an » (Villon, 1461-1462 : 75) ; « Que fait tant le soleil au gyron d’Amphytrite ? / Leve toy, je languis accablé de douleurs » (Ronsard, 1586 : 194) ; « Emporte-moi, wagon ! enlève-moi, frégate ! » (Baudelaire, 1857 : LXI).

  • 9 « On n’exprime les pronoms personnels comme sujets de verbes à un mode personnel que pour les mettr (...)

22Or, le latin dispose de pronoms personnels9, mais uniquement nominaux, soit de rang 1, 2, 4 et 5, que la langue ancienne emprunte :

nominatif latin

cas sujet médiéval

P1

égo

jo/je (et gié tonique)

P2

tu

tu

P4

nos

nos/nous

P5

vos

vos/vous

23Le français a en conséquence recours aux démonstratifs latins et complète son système grâce à la création des pronoms représentants, de rang 3 et 6, variables en genre :

nominatif latin

cas sujet médiéval

P3, masculin

ílle>*ílli

il

P3, féminin

ílla

ele

P6, masculin

ílli

il

P6, féminin

íllae> *íllas

eles

  • 10 « Les nominatifs atones : je, tu, etc., servent, dans l’ancienne langue, en même temps de nominatif (...)
  • 11 « Si, en très ancien français, l’emploi du pronom reste rare et généralement expressif, répondant à (...)

24Le pronom personnel sujet latin est essentiellement tonique (au point de pouvoir suppléer au verbe : « Et in Arcadia ego »), et ce statut persiste aux origines de la langue française10. Sa présence, d'abord facultative, revêt souvent une valeur expressive d'insistance, ou d'opposition, et son omission est de règle lors de contraintes rythmiques ou lorsque la présence, en place 1 dans la proposition, d’un complément quel qu’il soit (groupe nominal, groupe prépositionnel, adjectif, adverbe, proposition subordonnée circonstancielle) sature cette première position et entraîne le rejet du sujet après le verbe : le sujet nominal se maintient, comme ses substituts, mais, jusqu'au XIIe siècle, lorsque le sujet postposé doit être un pronom personnel, il est généralement omis. Son expression tend à se développer au cours du XIIIe siècle : sa présence en position conjointe devient plus régulière, qu'il soit anté- ou postposé au verbe11.

25C’est peu à peu que le pronom sujet perd sa tonicité et que son emploi devient directement dépendant du verbe : le passage de l’emploi facultatif à l’emploi obligatoire et la perte du statut tonique vont de pair. Le pronom personnel sujet devient la marque de la personne du verbe – ce qui vaut pour les pronoms personnels nominaux, de rang 1, 2, 4 et 5, mais pas pour les représentants, qui peuvent être substitués par n’importe quel autre pronom, par un infinitif substantivé, une proposition conjonctive, ou, plus simplement, par un groupe nominal : aux rangs 1, 2, 4 et 5, le seul sujet possible est un pronom personnel nominal (ou un pronom relatif dont l’antécédent est un pronom personnel nominal), contrairement aux rangs 3 et 6.

26L’instauration du système des pronoms personnels sujets est une rupture morpho-syntaxique majeure entre latin et français dans la définition du rang du verbe :

Latin

rang du verbe

Ancien français

rang du verbe

Moyen français

rang du verbe

P1

cánto

-o

(je) chant

(je) + Ø

je chante

je (+ e) + Ø

P2

cántas

-as

(tu) chantes

(tu) (+ e)+ s

tu chantes

tu (+ e) + s

P3

cántat

-at

(il/ele) chante(t)

(il/ele) (+ e) + (t)

il/elle chante

il/elle (+ e) + Ø

P4

cantámus

-ámus

(nos) chantons

(nos) + ons

nous chantons

nous + ons

P5

cantátis

-átis

(vos) chantez

(vos) + ez

vous chantez

vous + ez

P6

cántant

-ant

(il/eles) chantent

(il/eles) + ent

ils/elles chantent

ils/elles + ent

  • 12 S’il s’agit bien d’une évolution majeure de la langue, elle n’est pas normalisée, et les siècles su (...)

27D’un point de vue phonologique, et pour peu qu’il n’y ait ni liaison ni lettre euphonique, à compter du moyen français, /ʃãt(ə)/ est commun aux P1, 2, 3 et 6. Le pronom personnel sujet (ou ses substituts en P3 et 6) est seul apte à indiquer le rang du verbe : au système synthétique économique du latin succède un système analytique12.

4. Redondances et insuffisances

  • 13 « Le verbe français est conjugué et, en gros, tout ou presque se passe à droite du thème verbal, l’ (...)

28L’aboutissement de ce système, de cette logique pratique qui tend à compenser l’indifférenciation partielle des désinences personnelles par l’adjonction d’un élément extérieur au verbe aurait dû ou pu être l’effacement progressif de marques devenues inutiles13 ; c’est la voie qu’a suivie le système casuel des noms et adjectifs.

  • 14 Le neutre, cependant, se maintient pour les adjectifs, les démonstratifs, etc.

29En effet, après la ruine de l'Empire romain, le système nominal latin se dénature et se réduit : au lieu de trois genres (masculin, féminin, neutre), répartis dans cinq types de déclinaisons, chacune développant six cas pour le singulier (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif) et six pour le pluriel, le système français est réduit à deux genres, masculin ou féminin14, représentés chacun par trois déclinaisons dans des paradigmes à deux cas – cas sujet, issu du nominatif, et employé en fonction sujet ou en relation avec le sujet, et cas régime, issu de l’accusatif, et employé en fonction complément –, chaque déclinaison développant une opposition entre singulier et pluriel. Mais ces déclinaisons sont essentiellement définies par la présence ou l'absence d'une flexion s, indiquant le cas du nom, et par le nombre de bases représentées.

30Or, ce système révèle rapidement ses insuffisances : outre que la première déclinaison des féminins n’a de déclinaison que le nom, puisque, sans distinction casuelle, elle oppose absence de marque au singulier/marque s au pluriel, la flexion s marque indifféremment tous les cas régimes pluriels, toutes déclinaisons confondues, et deux des cas sujets seulement ; les troisièmes déclinaisons, caractérisées par deux radicaux, dont l’un propre au seul cas sujet, ne concernent que peu de mots : les paradigmes s’alignent lentement sur les déclinaisons les plus fréquentes (ou les plus simples), première des masculins et première des féminins.

31En conséquence, l’ancien français crée les catégories des articles définis et indéfinis (les premiers empruntés, comme les pronoms personnels représentants, aux démonstratifs latins) ; la présence de l’article permet de définir la valeur casuelle du nom ; parallèlement, le système des prépositions se développe et, surtout, l’ordre des mots dans la phrase se fixe.

32On peut ainsi illustrer ces faits :

« Et li rois, qui se fu mis en la voie, chevauce entre lui et la damoisiele Ø tout le chemin qu’il estoient venu devant. » (La Suite du Roman de Merlin, 1230-1235 : 298),

« Et li vassaus fu sage et bien apris:/Quant vit le roi, ne fu mie esbaïz » (Aymeri de Narbonne, environ 1205-1225 : 88).

33Dans ces deux exemples, « li rois », « li vassaus », associant article défini « li » et marque s, ne peuvent être que des cas sujets singuliers ; « la damoisiele » (indifférenciation des cas, pour le nom comme pour l’article) peut être un cas sujet ou un cas régime singulier, mais, employé dans un groupe prépositionnel, ce groupe nominal ne peut être que complément ; de même, « le chemin » et « le roi », qui associent article défini le (cas régime singulier) et absence de marquage, sont des cas régimes singuliers, donc compléments ; en outre, dans ces deux phrases, l’ordre des mots est un indice de la fonction : « li rois » et « li vassaus » sont antéposés au verbe, « le chemin » et « le roi » postposés : les uns sont sujets, les autres objets.

34Mais, dès lors que les relations logiques se déduisent de l’entourage grammatical ou de la règle naissante et non plus de la marque morphologique, cette marque fait figure de surcharge et, dès le XIIe siècle, les manquements aux règles morphologiques abondent, y compris dans les textes à la meilleure réputation littéraire : c'est donc que la langue parlée les a déjà rendus courants.

35La tendance est à la simplification, qui aligne tous les noms masculins et féminins sur leurs premières déclinaisons. En outre, au XIIIe siècle, l'effacement phonétique des consonnes finales devant une initiale consonantique se généralise et la marque s disparaît fréquemment dans la chaîne parlée. Au XIVe siècle, les copistes renoncent à maintenir un système flexionnel en pleine transformation ; le résultat est une élimination du système casuel, sous l’influence de la première déclinaison des féminins, qui n’opposait déjà que singulier non marqué et pluriel en -s. Au XVe siècle, tout le système des flexions est aboli : l'opposition Ø/s ne marque plus que le nombre, et c'est l’analyse de la phrase qui supplée au système médiéval initial, grâce au verbe et à ses deux points d'ancrage, le thème, déclencheur du procès, et le prédicat, champ d'application de ce procès. Cette tendance à la simplification des systèmes s’étend du français vers les créoles, où c’est la marque du nombre qui s’efface à son tour – singulier et pluriel sont, parfois, indiqués par un déterminant, indication suffisante dans le groupe nominal.

36Mais si la langue ancienne a reconnu l’insuffisance, voire l’inutilité, de son système nominal casuel, son système verbal n’a pas subi de changement majeur : l’ensemble de la conjugaison française – tout au moins de ses temps simples –, se présente aujourd’hui selon une distribution régulière (cas particuliers exceptés), entre groupes (ici notés G1, 2, 3), temps et modes : les marques de personnes, quand elles existent, succèdent aux allomorphes de l’imparfait, au morphème r des indicatif futur et conditionnel présent, à l’infixe is(s) des verbes du G2, aux infixes a/i/uss du subjonctif imparfait, à la voyelle thématique des passés :

G1

G2

G3

Indicatif présent

Impératif présent

Subjonctif présent

Indicatif présent

Impératif présent

Subjonctif présent

Indicatif présent

Impératif présent

Subjonctif présent

P1

e

e

is

isse

s

e

P2

es

e

es

is

is

isses

s

s

es

P3

e

e

it

isse

t

e

P4

ons

ons

ions

issons

issons

issions

ons

ons

ons

P5

ez

ez

iez

issez

issez

issiez

ez

ez

ez

P6

ent

ent

issent

issent

ent

ent

Indicatif futur

Conditionnel présent

Indicatif imparfait

Indicatif futur

Conditionnel présent

Indicatif imparfait

Indicatif futur

Conditionnel présent

Indicatif imparfait

P1

erai

erais

issais

irai

irais

ais

e/i/rai

e/i/rais

ais

P2

eras

erais

issais

iras

irais

ais

e/i/r/as

e/i/r/ais

ais

P3

era

erait

issait

ira

irait

ait

e/i/ra

e/i/rait

ait

P4

erons

erions

issions

irons

irions

ions

e/i/rons

e/i/rions

ions

P5

erez

eriez

issiez

irez

iriez

iez

e/i/rez

e/i/riez

iez

P6

eront

eraient

issaient

iront

iraient

aient

e/ir/ont

e/i/raient

aient

Indicatif passé simple

Subjonctif

imparfait

Indicatif passé simple

Subjonctif

imparfait

Indicatif passé simple

Subjonctif

imparfait

P1

ai

asse

is

isse

i/us

i/usse

P2

as

asses

is

isses

i/us

i/usses

P3

a

ât

it

ît

i/ut

î/ût

P4

âmes

assions

îmes

issions

î/umes

i/ussions

P5

âtes

assiez

îtes

issiez

î/utes

i/ussiez

P6

èrent

assent

irent

issent

i/urent

i/ussent

37Aux temps composés, le participe, mode impersonnel, éventuellement variable, mais en genre et nombre, est précédé d’un auxiliaire conjugué selon les principes vus ci-dessus (être et avoir ne sont irréguliers, du point de vue désinentiel, qu’aux présents) :

Temps composés actifs :

auxiliaire avoir ou être + participe passé

Temps composés passifs :

auxiliaire être + participe passé

Temps

Temps de l'auxiliaire

Identité entre le temps composé et le temps de l'auxiliaire

exemple : indicatif présent passif

 auxiliaire conjugué à l'indicatif présent actif

Indicatif

passé composé

indicatif présent

plus-que-parfait

indicatif imparfait

passé antérieur

indicatif passé

futur antérieur

indicatif futur

conditionnel passé

conditionnel présent

Subjonctif

passé

subjonctif présent

plus-que-parfait

subjonctif imparfait.

Impératif

passé

subjonctif présent

38Complexe, mais moins que celui du latin, le système désinentiel français est, contrairement au latin, insuffisant.

39À l’écrit :

    • 15 « La planification des radicaux implique des désinences claires et bien matérialisées. Or, sur ce p (...)

    la P1 est marquée par Ø ou par s, qui n’est donc pas la marque spécifique de la P215; et la P3 est marquée par Ø ou par t. P1 et P2, P1 et P3 peuvent être confondues, et c’est parfois la marque non de la personne, mais du temps, qui indique le rang :

P1/P2 : chantais ; P1/P2 : chanterais ;

P1 : chantai / P2 : chantas / P3 : chanta ; P1 : chanterai / P2 : chanteras / P3 : chantera.

  • les P4, 5, 6 conservent un marquage spécifique (P4 : chantions /P5 : chantiez /P6 : chantaient ; P4 : chantâmes /P5 : chantâtes /P6 : chantèrent).

À l’oral (hors liaison) :

  • s et t étant muets, les P1, 2 et 3 ne sont différenciées ni à l’indicatif présent (ni, pour la P2, à l’impératif présent) pour les G2 et 3, ni à l’indicatif imparfait et au conditionnel présent pour les G1, 2 et 3 ; il en va de même pour les P2 et 3 de l’indicatif futur ;

  • e, es, ent sont également identiques, et indifférencient les P1, 2, 3, 6 aux présents du G1, au subjonctif présent des G2 et 3 ; au subjonctif imparfait, la P3 étant systématiquement à finale vocalique (autre que e) +t, seules les P1, 2 et 6 sont semblables ;

  • ons et ont étant lus tous deux o nasal, les P4 et P6 se confondent à l’indicatif futur.

  • enfin, pour peu que l’on confonde e ouvert et e fermé ; marque temporelle et marque personnelle, les désinences ai, ais, ait, aient, ez sont indiscernables.

40Or, la langue ancienne pouvait procéder à des simplifications partiellement identiques à celles qui ont présidé à la transformation du système nominal :

    • 16 « […] dès le français classique, sauf en cas de coordination par et ou devant l’impératif, l’emploi (...)

    l’emploi obligatoire du pronom personnel sujet rend la désinence personnelle inutile, puisque le rang du verbe est déjà indiqué (en P3 et 6, par un pronom ou son équivalent)16, de même que la présence d’un déterminant signale, lui aussi, le rang syntaxique du nom ;

    • 17 Le mode impératif lui-même est non seulement défectif, mais redondant, puisque, en phrase indépenda (...)

    le processus d’alignement sur les formes les plus communes, à l’oral et à l’écrit, permet la réduction des paradigmes, voire, pour certains, leur élimination17.

5. Nouvelles structures, langues nouvelles

41Par ailleurs, la langue, loin de s’en tenir à une structure a priori complète et suffisante, multiplie les périphrases verbales, aspectuelles, temporelles, modales, factitives – qui persistent en langue classique, puis moderne –, dans lesquelles le sens reste celui du verbe à l’infinitif, tandis que des verbes semi-auxiliaires, subduits, portent les autres valeurs : si c’est l’auxiliaire qui prend la marque de la personne, c’est l’infinitif qui constitue le noyau notionnel, et les semi-auxiliaires ne sont guère que des morphèmes indiquant un statut de l’infinitif :

  • périphrase factitive : « Tuit li plus riche et li meillor / font amener u champ les lor [chevaus] ; /chascun fesoit venir le soen /pour ce qu'en voie le plus boen. » (Le Roman de Thèbes, environ 1150 : 87) ; « fiert le premier qu'il encontre si durement qu'il le fet voler a terre » (La Queste del Saint Graal, 1225-1230 : 196) ; « Fay mon Soleil deuers moy retourner » (Labé, 1555 : 1) ; « Je veux […] faire donner la question à toute ma maison » (Molière, 1668 : 96) ; « deux dévotes qui faisaient chauffer ses bouillons » (Voltaire, 1759 : 230) ; « Oui, toi, par tes objurgations, tes mises en garde… tu le fais surgir… » (Sarraute, 1983 : 10). Le rôle des actants du procès est modifié ; le sujet grammatical représente l'actant causatif, l'actant exécutif est ou non représenté ;

  • périphrase modale : « Dieu de gloire nos porroit bien aidier » (Raoul de Cambrai, fin du XIIe siècle : p.134) ; « Et il met la main a l'espee, come cil qui bien s'en sot aidier » (La Queste del Saint Graal, 1225-1230 : 196) ; « Je saurai le surprendre/Et les percer » (Racine, 1672 : 50) ; « Peut-être, mais c’est le seul où tu aies jamais pu vivre... » (Sarraute, 1983 : 8). La modalité est aléthique (c'est-à-dire ce que le sujet peut faire) ou déontique (ce qu’il doit faire) ;

  • périphrase aspectuelle : « comence a abatre chevaliers et chevax, et a fere tiex merveilles d'armes que nus nel veist qui a preudome nel tenist » (La Queste del Saint Graal, 1225-1230 : 196) ; « Ils me regardent tous et se mettent à rire » (Molière, 1668 : 96) ; « Martin jura qu’il enterrerait le clerc s’il continuait à les importuner » (Voltaire, 1759 : 230) ; « d’ailleurs nous savons bien que lorsque quelque chose se met à te hanter… » (Sarraute, 1983 : 9). L’aspect est inchoatif, le procès étant envisagé dans sa durée interne ;

  • périphrase temporelle : « et de son chief virent le sanc raier / - mains gentils hom s'en prist a esmaier. » (Raoul de Cambrai, fin du XIIe siècle : 134) ; « Et messires Gauvains, qui bien cuide estre mort dou coup que il a receu, vole jus des arçons » (La Queste del saint Graal, 1225-1230 : 196) : périphrases traduisant l'imminence d'un procès qui n'a pas lieu ; « J’irai faire à mes yeux éclater ses mépris ? » (Racine, 1672 : 49) ; « Alors, tu vas vraiment faire ça? "Évoquer tes souvenirs d’enfance" » (Sarraute, 1983 :7) : le procès est situé par rapport à l'énonciation, et traduit un futur événementiel (on peut ici, dans le cas de Sarraute, admettre deux périphrases, en tenant compte d’une ellipse du sujet et du semi-auxiliaire à droite de « Evoquer tes souvenirs d'enfance »).

42Le schéma périphrastique, largement répandu, dès la langue médiévale, et toujours d’usage en français contemporain, à l’oral comme à l’écrit, est donc :

pronom ou groupe nominal sujet + indication modale, aspectuelle, temporelle ou factitive + infinitif.

Et c’est ce même schéma dont usent des créoles français.

43C’est autour d’une forme infinitive que se forme la conjugaison créole ; et la ligne évolutive du latin au créole est bien plus brève en ce domaine.

44La distribution latine, qui fait correspondre un type de conjugaison aux quatre types principaux d'infinitifs, n’est pas suivie en français, où aux quatre types d'infinitifs correspondent trois groupes ou types de conjugaison, qui ne sont pas encore strictement établis en ancien français :

  • 18 Le premier groupe français est issu de formes latines en -áre ou -ári, de formes germaniques en -an (...)

latin

français18

1e C. (-áre)

-(i)er

1e G.

2e C. (-ére)

-oir

3e G.

3e C. (-ere)

-re

3e G.

4e C. (-íre)

-ir

2e ou 3e G.

45Les premier et deuxième groupes rassemblent chacun un seul type d'infinitif, ceux en -er ou -ier (la différence étant d'ordre purement phonétique) et ceux en -ir à infixe -iss- ; le troisième groupe en revanche rassemble trois types d'infinitifs, en -ir (sans infixe), -oir, -re.

46L’évolution phonétique de ces verbes en -er, -ir, -oir et -re vers les formes créoles est assez peu complexe, et tend à la simplification (le changement lexical est autrement important) :

  • les finales en -er, sans changement phonologique, passent à -é : chanter>chanté ; certains verbes, autres qu’en -er, aboutissent à cette désinence par une évolution phonétique plus complexe : pouvoir>, vouloir>, le premier par alignement sur les personnes du singulier peux/peut, avec remplacement de e central par é fermé, le second par aphérèse, amuïssement de la consonne finale et vocalisme en é fermé (qui concurrence dès l’ancien français l’aboutissement en /wa/) ;

  • il peut y avoir aphérèse de la voyelle initiale, et du préfixe en- en particulier : attraper>trapé, essuyer>suiyé, enterrer>téré ;

  • comme du latin à l’ancien français, le suffixe infinitif peut être modifié, quel que soit le groupe d’origine du verbe français : amener>mennen, entendre>tann (finale propre à la plupart des verbes en -dre), tourner>tounen, dire>di, étourdir>toudi, venir>vini (les verbes en -ir s’alignent sur ce modèle, avec effacement de la consonne finale) ;

  • le suffixe infinitif peut être amuï, réduisant la forme verbale à son radical : perdre>pèd, savoir>sav, croire>kwé, boire>bwé, voir>vwé – les formes françaises en -oire et en -oir se rejoignant ici –, et c’est même une syllabe entière qui peut s’effacer : bailler>ba, mourir> ;

  • certains verbes présentent des modifications plus importantes : cuire>tjuit, l’infinitif créole s’alignant sur le participe passé (avec palatalisation de la consonne initiale).

47Mais le développement d’un lexique créole spécifique, par glissement sémantique, est tout aussi important que cette évolution phonétique : on peut citer, en créole martiniquais, bokanté (échanger), jouré (insulter), matjé (écrire), sispann (cesser) : en périphrase verbale, ce verbe porte à lui seul le contenu notionnel de la construction verbale.

  • 19 « Le système verbal des créoles repose, pour l’essentiel, sur l’usage de marqueurs antéposés au thè (...)

48Ce sont les créoles qui ont suivi une évolution logique : si le pronom personnel sujet est garant du rang du verbe, et que les désinences personnelles sont insuffisamment marquées, elles ne sont plus nécessaires. La forme verbale porteuse du sens peut rester invariable, temps et aspect étant marqués en antéposition par un ou des éléments fixes19 :

rang

présent

futur

futur

immédiat

conditionnel

imparfait

passé

passé

immédiat

plus-que-parfait

plus-que parfait

immédiat

impératif

infinitif

P1

mwen

ka/

kay/kéy

té ké/sé

té ka

fini/sóti

/toufré

té+fini

/sóti/toufré

+chanté

P2

ou

P3

i

P4

nou

annou

P5

zòt

P6

yo

49À l’oral ou à l’écrit, les créoles usent d’un schéma précis pour exprimer temps, aspect et personne :

  • présent : « Quand moin songé ça, moin gangnin la peine/Car dimpi jou-là dé pieds moin lan chaine ! » (Durand, 1896 : 1) ; « Tout moun ka fèmen lapot yo flap. » (Confiant, 1985 : 6) ; « [...] ou antré adan grésri Man Sina a, ou di « mésié-zé-danm bonjou » (Confiant, 1985 : 17) ;

  • futur : « Jozef ! Jozef !/Ki tan ou ké lévé ? » (Gratiant, 1935 : 63) ; « Haa ! I ké fè an doktè ba mwen, véyé sa ! » (Confiant, 1985 : 22) ;

  • imparfait : « Dan gommier nou nou té ka prend/Coulirou, zöphi épi volant » (Gratiant, 1935 : 75) ; « Man té ka di kopin-mwen an jòdi ou pa ka touvé pèsonn pou fè an travay ba’w. [...] » (Confiant, 1985 : 31) ;

  • plus-que parfait : « Z'oéseaux té tendé tout ça li té dit » (Durand, 1896 : p.1) ; « Couresse té ka passé la riviè têtt en l’ai,/Et nou té ni rumède pour sèpen » (Gratiant, 1935, p.75) ;

  • etc.

50Si l’on considère la structure latine, soit :

un radical verbal fixe ou variable, étendu par des suffixes modaux, temporels, et personnels, ceux-ci strictement différenciés à l’écrit comme à l’oral,

la structure française, soit :

un radical verbal fixe ou variable, étendu par des suffixes modaux, temporels, et personnels, ceux-ci majoritairement indifférenciés, à l’écrit et/ou à l’oral, et donc compensés par un système de pronoms personnels sujets marquant le rang,

la structure créole, soit :

un radical fixe, précédé de particules modales, aspectuelles, temporelles, et associé à un système de pronoms personnels marquant le rang,

l’ensemble paraît représenter les trois états successifs d’une même langue en évolution, remédiant par périodes aux complexités, aux insuffisances ou aux redondances que l’état précédent générait.

6. Conclusion

51S’il est difficile, ou rare, de maîtriser latin, ancien et moyen français, français classique, français régionaux et créole(s), créer des outils permettant de démontrer et enseigner cette linéarité de l’une à l’autre langue reste possible. L’histoire de la langue, de sa sémantique, sa phonétique, sa morphologie, sa syntaxe, est nécessaire si l’on veut connaître et comprendre les structures de sa langue, l’enchaînement des mouvements de simplification/complexification qui sont le propre de la variation diachronique et qui seuls permettent le développement d’une réflexion, d’une compréhension de la logique grammaticale et d’une culture linguistique.

52Une histoire linguistique conçue comme une illustration des faits de langue majeurs devrait, outre, en morpho-syntaxe, traiter la question de la personne du verbe – et celle du groupe nominal –, montrer, en lexicologie, que l’agglutination (lanmou, sitèlman, katchimen) est propre à la création d’un vocabulaire qui rompt avec la langue antérieure (lendemain, aujourd’hui, carrefour), en phonétique, que la prononciation de gwayav relève du même principe qui nous fait interpréter en français le rapport entre les graphèmes, dans la graphie -oy-, comme un digramme équivalant à /waj/, d’où boyau, loyal prononcés /bwajo/, /lwajal/ et non /bↄjo/, /lↄjal/, ou, en morphologie, que la P6 yo provient directement du iaus médiéval.

53Autant de faits dont les études actuelles peuvent et doivent tenir compte. Cependant, une difficulté majeure demeure : le créole est d’abord une langue orale, et sa littérature, ou plus généralement ses écrits, sont essentiellement modernes. Pour son analyse, pour son enseignement, on manque de supports antérieurs au XIXe siècle, ces supports nécessaires à une étude complète, de siècle en siècle, qui permettraient de relever et commenter cette évolution, alors que le français, dès le moyen âge, est une langue écrite, et que le développement constant de la littérature, des sciences, de la communication épistolaire, des écrits administratifs et commerciaux, fixe des usages que le XVIIe siècle et ses grammairiens entérinent. Le XVIe siècle avait, déjà, tenté des innovations, plus tard validées, ou pas, mais, surtout, commencé par une définition :

54Après avoir, le plus succinctement qu’il m’a été possible, ouvert le chemin à ceux qui désirent l’amplification de notre langue, il me semble bon et nécessaire de répondre à ceux qui l’estiment barbare et irrégulière [...]. Mais je dirai bien que notre langue n’est tant irrégulière qu’on voudrait bien dire : vu qu’elle se décline, sinon par les noms, pronoms et participes, pour le moins par les verbes, en tous leurs temps, modes et personnes. (« Réponses à quelques objections », Deffence et Illustration de la Langue Francoyse, Joachim du Bellay, 1549).

Haut de page

Bibliographie

Références des textes

Ami et Amile, chanson de geste, éd. Peter F. Dembowski (1987). Paris : Champion.

Apollinaire, G. (2013). « Aubade chantée à Lætare un an passé ». Dans Alcools, wikisource, Page:Apollinaire - Alcools.djvu/22. Récupéré le 20 novembre 2020.

Aymeri de Narbonne, éd. Paris, G., Langlois, E. (1914). Dans Chrestomathie du Moyen Age, Paris : Librairie Hachette.

Baudelaire, C. (1949). « Moesta et errabunda », « Spleen et idéal », LXI, Les Fleurs du Mal, Paris : Bordas, Bitako-a, Ibis rouge

Blancandin et l'Orgueilleuse d'Amour, roman d'aventures du XIIIe Siècle, éd. F. P. Sweetser (1964). Genève : Droz.

Chanson de Roland (La), éd. P. Jonin (1979). Paris : Gallimard.

Chrétien de Troyes, Yvain ou Le Chevalier au Lion. éd. M. Rousse (1990). Paris : Flammarion.

Confiant, R. (1985). Bitako-a, Presses Universitaires Créoles, GEREC-F, https://www.potomitan.info/confiant/bitako.pdf. Récupéré le 20 novembre 2020.

Desbordes-Valmore, M. (1818). « Le réveil créole », Elégies, et romances,

Durand, O. (1896). « Choucoune ». Dans Rires et pleurs, Haïti, http://creoles.free.fr/Cours/choucoune.htm. Récupéré le 20 novembre 2020.

Glissant, E. (1993). Tout-monde, Paris : Gallimard.

Gratiant, G. (1935). « Jozef, lévé ! », « Hiè épi dumain ». Dans Fab’Compè Zicaque

Guillaume de Machaut, « Balade, et y a chant ». Dans Le Livre du Voir Dit, éd. P. Imbs (1999), Paris : Le Livre de Poche.

http://agora.qc.ca/thematiques/mort/documents/mon_pays_que_voici_2e_partie. Récupéré le 20 novembre 2020.

http://www.florilege.free.fr/blog/comments.php?y=10&m=02&entry=entry100220-102206. Récupéré le 20 novembre 2020.

https://www.potomitan.info/bibliographie/gratiant/jozef_leve.php. http://excerpts.numilog.com/books/9782234045644.pdf. Récupérés le 20 novembre 2020 ?

Labé, L., « Pour le retour du Soleil honorer », Sonnets, XV, https://short-edition.com/fr/classique/louise-labe/pour-le-retour-du-soleil-honorer. Récupéré le 20 novembre 2020.

Maupassant, G. (1994), « L’Ivrogne ». Dans Les Contes du jour et de la nuit. Paris : Bookking international.

Molière (1971). L’Avare. Paris : Librairie Larousse.

Phelps A (1968). Mon Pays que voici. Source : Anthony Phelps (2007), Mon pays que voici, Montréal : Mémoire d'encrier.

Queste del saint Graal (La), Roman du XIIIe siècle, éd. A. Pauphilet (2003). Paris : Champion.

Rabelais, F., Gargantua. Dans Œuvres complètes, Tome I, éd. P. Jourda (1962). Paris : Garnier Frères.

Racine, J., Phèdre, Bajazet. Dans Théâtre 2 (1965). Paris : Garnier-Flammarion.

Raoul de Cambrai, éd. S. Kay (1996). Paris : Le Livre de Poche.

Rimbaud, A. (1964), « Le bateau ivre ». Dans Œuvres poétiques. Paris : Garnier-Flammarion.

Roman de Thèbes (Le), éd. G. Raynaud de Lage (2002). Paris : Champion.

Ronsard (de), P., « Sonets », I et II. Dans Discours. Derniers vers (1979). Paris : Garnier-Flammarion.

Sarraute, N. (1983). Enfance. Paris : Gallimard.

Séquence de sainte Eulalie. Dans Wagner, L. (1964), Textes d’Etude (ancien et moyen français). Genève : Librairie Droz, Paris : Librairie Minard.

Villon, F., « Ballade des Dames du Temps jadis », Le Testament. Dans Poésies complètes, éd. P. Michel (1972). Paris : Le Livre de Poche.

Voltaire (1966). Candide ou l’optimisme, Chapitre XXII. Dans Romans et Contes. Paris : Garnier-Flammarion.

Zobel, J. (1946). Diab’-la. Paris : Nouvelles Éditions Latines.

Zola, E. (1957). Pot-Bouille. Paris : Fasquelles Éditeurs.

Références bibliographiques

Allières, J. (1996). La formation de la langue française. Paris : PUF, Que-sais-je ?

Bizos, M. et Desjardins, J. (1979). Cours de thème latin. Paris : Librairie Vuibert.

Brunot, F. et Bruneau, C. (1956). Précis de grammaire historique de la langue française. Paris : Masson.

Buridant, C. (2000). Grammaire nouvelle de l’ancien français. Paris : SEDES.

Chaudenson, R. (1992). Des Iles, des Hommes, des Langues. Paris : L’Harmattan.

Chaudenson, R. (1978). Les créoles français. Paris : Nathan.

Chaussée (de la), F. (1989). Initiation à la morphologie historique de l’Ancien Français. Paris : Klincksieck.

Damoiseau, R. (1999). Éléments de grammaire comparée Français-Créole martiniquais. Petit-Bourg : Ibis Rouge.

Dauzat, A. (1939). Tableau de la langue française. Paris : Petite Bibliothèque Payot.

Faral, E. (1941). Petite grammaire de l’ancien français. Paris : Hachette.

Haase, A. (1975). Syntaxe française du XVIIe siècle. Paris : Librairie Soufflot.

Hazaël-Massieux, G. (1996). Les créoles. Problèmes de genèse et de description. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence.

Joly, G. (1998). Précis d'ancien français. Paris : A. Colin.

Lanly, A. (1995). Morphologie historique des verbes français. Paris : Champion.

Marchello-Nizia, C. (1999). Le français en diachronie : douze siècles d’évolution. Paris : Ophrys.

Moignet, G. (1988). Grammaire de l’ancien français. Paris : Klincksieck.

Paris, G. et Langlois, E. (1914). Chrestomathie du Moyen Âge. Paris : Librairie Hachette.

Nazaire, R., Derrien, E. et Prudent, L. F. (2008). Langues et cultures régionales créoles : du concours à l'enseignement. Fort-de-France : CRDP de la Martinique.

Picoche, J. et Marchello-Nizia, C. (1996). Histoire de la langue française. Paris : Nathan Université.

Prudent, L. F. (1999). Des baragouins à la langue antillaise. Paris : L’Harmattan.

Rey, A., Duval, F. et Siouffi, G. (2007). Mille ans de Langue française. Histoire d’une passion. Paris : Perrin.

Thibault, A. (2015). Du français aux créoles. Phonétique, lexicologie et dialectologie antillaises. Paris : Classiques Garnier.

Wagner, L. (1964). Textes d’Etude (ancien et moyen français). Genève : Librairie Droz. Paris : Librairie Minard.

Zinc, G. (1994). Morphologie du français médiéval. Paris : PUF.

Zinc, G. (1995). Phonétique historique du français. Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 « […] le français, comme toute langue vivante, est un héritage historique qui vient de très loin et a conservé des formes complexes ou les a même compliquées à date plus ou moins récente. Il est le prolongement, à l’état vivant, du latin qui a été introduit en Gaule, à la suite de la conquête de César : un latin populaire, colonial, implanté surtout par contacts quotidiens entre les populations et transmis ensuite, de génération en génération, à peu près exclusivement par voie orale. Les conjugaisons françaises sont « populaires » au sens linguistique de ce mot […] » (Lanly, 1995 : 346).

2 Que l’on notera désormais P1, P2, P3, P4, P5, P6.

3 Lesquels évoluent diversement : alignement total sur les désinences communes pour traimes/traites devenus traions/traiez (puis trayons/trayez) : « plusors gens a tesmoing en traionz » (Ami et Amile, environ 1200 : 1), alignement partiel pour dimes/dites et faimes/faites, qui passent à disons/dites et faisons/faites (traions, faisons, dions/disons sont représentés dès le XIIe siècle), pas d’alignement pour somes/estes (sommes/êtes) : « Sachiez donc, bien acordés somes » (Chrétien de Troyes, environ 1177 : 138).

4 Les lettres euphoniques s et t qui facilitent l'articulation entre une finale verbale vocalique et l'initiale également vocalique du mot suivant, pronom personnel sujet ou pronom adverbial postposés, sont :

  • en P2, à l'impératif présent, un alignement, analogique de l’indicatif présent : e ou a en finale sont dotés d’un -s devant en et y (sauf si ceux-ci se rapportent à un autre verbe) : « - Vas-y donc ! finit-elle par crier, dans un élan de tout son cœur » (Zola, 1882 : 232). Cette adjonction euphonique n'existe pas pour l'impératif de s'en aller : l'inversion permet l'élision du pronom réfléchi me/te/se devant en, ce qui autorise la liaison – et évite l’hiatus. La lettre euphonique n’est d’aucun usage pour les verbes autres qu’en -er, à finale consonantique, tel s’en venir : « C’est le printemps viens-t’en Pâquette/Te promener au bois joli » (Apollinaire, 1913 : 1) ;

  • en P3, une résurgence de la désinence amuïe : e ou a en finale sont adjoints d'un t placé entre tirets devant il, elle, on : « Ta femme va-t-il pas bassiner ton lit ? » (Maupassant, 1885 : 90).

5 « […] -e final préservait la consonne de l’effacement phonétique (XIIIe siècle), d’où sa diffusion plus rapide dans cette position. Après voyelle, des formes anciennes telles que pry, supply, survivront jusqu’au XVIIe siècle (alors qu’après consonne, on ne relève plus guère, à cette date, que le tour figé Dieu vous gard). » (Zinc, 1994 : 159).

6 « […] l’amuïssement des consonnes s et t, qui caractérisaient les désinences importantes (s, 2e personne, t, 3e personne, accéléra l’évolution. Quans ain (<amo) fut devenu aime, seule la présence d’un pronom permettait de distinguer « j’aime » de « tu aimes ». On peut considérer que c’est à partir de la fin du XIVe siècle que cette dernière cause agit pleinement. » (Brunot, Bruneau, 1956 : 275).

7 « La phonétique avait bouleversé de bonne heure le système délicat et complexe des désinences verbales. La langue a d’abord réagi avec énergie : l’ancien français s’est efforcé, en outre, de normaliser et de dégager une désinence pour chaque personne, indépendamment du temps et du mode. Une fois de plus, en moyen français, la phonétique est venue brouiller et effacer les désinences, dans la langue parlée, par la chute de l’e muet et des consonnes finales. L’orthographe a sauvé ces désinences, pour l’œil, dans la langue écrite. Mais il a fallu appeler à la rescousse, pour marquer la personne dans le langage vivant, les pronoms personnels qui, devenus inséparables du verbe aux modes personnels (impératif à part), surtout dans la langue populaire (ma mère ell’ dit), tendent à créer une nouvelle flexion à l’intiale du verbe. » (Dauzat, 1939 : 157-158).

8 De timbre neutre, e central s'affaiblit au cours du moyen français, jusqu'à s'effacer à des dates variables suivant sa place dans le mot : en finale, il s’amuït dans le parler populaire au XVIe siècle, mais les grammairiens n’admettent cet amuïssement en langue courante qu’au siècle suivant. E dit muet est cependant rétabli dans la chaîne parlée, aujourd'hui encore, dans un encadrement de consonnes, à l'avant et à l'arrière : « Cela exhale le piment à fair(e) éternuer un mort. » (Zobel, 1946 : 19) et il est encore ébauché après certains groupes explosifs (aigre, vivre), certaines consonnes sonores (axe, mage, rive, ronde).

9 « On n’exprime les pronoms personnels comme sujets de verbes à un mode personnel que pour les mettre en relief, dans les fortes affirmations, les antithèses, les exclamations ou s’ils doivent être accompagnés d’une apposition. » (Bizos, Desjardins, 1979 : 24).

10 « Les nominatifs atones : je, tu, etc., servent, dans l’ancienne langue, en même temps de nominatifs toniques ; ils sont remplacés dans ce dernier emploi au XVIIe siècle par les accusatifs moi, toi, etc. Ils commencent à disparaître définitivement au XVe siècle, se rencontrent encore chez les écrivains du XVIe siècle, tandis que ceux du XVIIe siècle ne s’en servent plus. » (Haase, 1975 : 1).

11 « Si, en très ancien français, l’emploi du pronom reste rare et généralement expressif, répondant à une intention d’insistance ou d’opposition, il devient par la suite plus fréquent, puis courant et normal, sans qu’aucune marque d’insistance stylistique se laisse percevoir. Il devient la marque de la personne sujet. Dans la prose du XIIIe siècle, c’est l’absence du pronom sujet qui devient relativement rare. » (Moignet, 1988 : 128).

12 S’il s’agit bien d’une évolution majeure de la langue, elle n’est pas normalisée, et les siècles suivants feront encore parfois l’économie du pronom sujet : « Fay ce que vouldras » (Rabelais, 1532 : 204) ; le français admet en outre l’ellipse du pronom lorsqu’il y a juxtaposition et/ou coordination de verbes : « Yankee de mon cœur /qui entres chez moi /en pays conquis /imprimes ma gourde /et bats ma monnaie » (Phelps, 1968 : 1).

13 « Le verbe français est conjugué et, en gros, tout ou presque se passe à droite du thème verbal, l’indication de personne donnée par le pronom placé à gauche étant souvent redondante : nous (1ère personne du pluriel) chant-ions (thème verbal + marque de l’imparfait et de la 1ère personne du pluriel). » (Chaudenson, 1992 : 157).

14 Le neutre, cependant, se maintient pour les adjectifs, les démonstratifs, etc.

15 « La planification des radicaux implique des désinences claires et bien matérialisées. Or, sur ce point, les personnes 1 se montrent déficientes et font figure d’anomalies. C’est pourquoi apparaissent dès le XIIe siècle et s’étendent rapidement des marques positives qui les intègrent dans des séries homogènes par alignement sur les personnes 2 et 3. » (Zinc, 1994 : p.159).

16 « […] dès le français classique, sauf en cas de coordination par et ou devant l’impératif, l’emploi du sujet est obligatoire. Dès lors, on peut considérer, particulièrement à l’oral, que le verbe ne porte plus que les marques temporelles, le pronom (ou le nom) spécifiant genre, nombre et personne […] » (Picoche, Marchello-Nizia, 1996 : p.307).

17 Le mode impératif lui-même est non seulement défectif, mais redondant, puisque, en phrase indépendante ou principale, le subjonctif, précédé du morphème que, est également à visée jussive ou optative : « O que ma quille éclate ! O que j'aille à la mer ! » (Rimbaud, 1883 : p.91).

18 Le premier groupe français est issu de formes latines en -áre ou -ári, de formes germaniques en -an et -ôn, -jan, refaits en -áre, et de verbes tardifs dérivés de substantifs ou adjectifs français. Le deuxième groupe provient de verbes latins en -íre, en -ére, -ere, -éscere, de verbes germaniques en -jan refaits en -íre, et de dérivés d’adjectifs français. Quant au troisième groupe, il rassemble des verbes en -ir issus de formes latines en -íre, -ére à base palatale, et en -ére, -ere, -i, -íri, refaites en -íre, des verbes en -oir provenant de formes latines en -ére, en -ere, -e, refaites en -ére, et des verbes en -re, résultant de formes latines en -ere, en -ére, -i, -e refaites en -ere.

19 « Le système verbal des créoles repose, pour l’essentiel, sur l’usage de marqueurs antéposés au thème verbal qui est à peu près invariable ; ces marqueurs, seuls ou combinés entre eux, permettent de donner des valeurs de temps, de mode et d’aspect […]. Tout, en gros, se passe donc « à gauche » du thème verbal » (Chaudenson, 1992 : 163).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Derrien, « Latin, français, créole : la personne du verbe »Contextes et didactiques [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ced/2604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ced.2604

Haut de page

Auteur

Ève Derrien

Université des Antilles, INSPE de Martinique – CRREF (EA-4538)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Contextes et didactiques est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search