Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17DossierCohabitation du créole et du fran...

Dossier

Cohabitation du créole et du français dans le paysage visuel guadeloupéen : entre complémentarité, contiguïté et interlecte

Cohabitation of Creole and French in the Guadeloupe visual landscape: between complementarity, contiguity and interlect
Frédéric Anciaux et Lambert Félix Prudent

Résumés

L’objectif de cette contribution est de proposer une approche exploratoire, descriptive et écolinguistique de pratiques scripturales réelles du créole dans le paysage visuel en Guadeloupe. Elle repose sur l’idée que ce créole à base lexicale française se codifie d’abord à l’occasion de pratiques faisant ainsi du terrain un véritable champ d’observation de cet objet complexe. Pour ce faire, des outils et des modalités d’analyse sont développés et utilisés pour décrire ces écrits sociaux ayant recours au créole, ainsi qu’au français, en vue de dresser une typologie. Les langues créoles étant des systèmes originaux, complexes et dynamiques en contact avec une ou plusieurs autres langues, il s’agit aussi de prendre en compte et de décrire ces phénomènes de contact de langues dans les modélisations proposées en utilisant les notions de complémentarité, de contiguïté et de formes mixtes et intermédiaires. Une discussion et une réflexion sont ensuite proposées autour des pratiques sociolinguistiques écrites dans ce territoire ultramarin créole particulier.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Ce travail est issue d’une recherche intitulée « Contiguïté, continuité et complémentarité créole-f (...)

1Cette contribution se donne pour objectif de décrire quelques pratiques linguistiques qui structurent le paysage visuel guadeloupéen1. Il s’agit plus précisément d’apprécier comment des usagers gèrent les codes linguistiques qu’ils sont censés maîtriser dans des initiatives de scription destinées au grand public. Nous travaillons à partir d’un corpus de visuels issus de l’environnement graphique guadeloupéen et nous étudions la co-présence du français et du créole sur ces supports aussi variés que sont les affiches publicitaires, les panneaux d’indication, les écriteaux individuels ou encore les enseignes commerciales. À partir de ce corpus, nous retenons des observables caractérisant un ensemble de pratiques et de productions effectives d’un certain nombre d’acteurs sociaux privés ou publics, tout cela en vue d’esquisser une dynamique linguistique à l’œuvre qu’il s’agit d’appréhender selon une approche écolinguistique. Il existe une vraie interrogation sur la gestion des langues chez les plurilingues et particulièrement chez les créolophones des Antilles. Par conséquent, la place des langues dans le paysage visuel renvoie, d’une part, à une activité sociale produite par de nombreux acteurs, et d’autre part, à une des problématiques soulevées par les recherches en sociolinguistique urbaine (Bulot, 2001) sur les écrits urbains (Billiez, 1998). La part des différentes langues en présence dans le paysage visuel peut constituer un instrument de lecture pertinent pour analyser l’activité plurilingue d’une société, d’un pays, d’une région, les inscriptions du pouvoir et du peuple et les revendications identitaires et linguistiques des uns et des autres (Calvet, 1999).

2Plusieurs études ont déjà proposé des descriptions plus ou moins précises de productions plurilingues dans l’espace public. Par exemple, certains chercheurs se sont intéressés aux aspects sociolinguistiques et sémiotiques des langues à travers la publicité à La Réunion (Lebon-Eyquem, 2008), le marquage du territoire en Tunisie (Ghoul, 2009), les enseignes commerciales en Algérie (Mahrouche, 2013) et à Maurice (Bosquet-Ballah, 2013, 2015). Le but de ce travail est principalement d’analyser ces phénomènes de contacts entre deux « idiomes » liés par une parenté compliquée (Prudent, 1980a) et par un statut conflictuel (langue régionale versus langue nationale), leur complémentarité, leur contiguïté et leur continuité dans l’espace visuel en Guadeloupe. Quelles places et quels rôles le créole et le français occupent-ils dans le paysage visuel guadeloupéen ? Comment décrire l’organisation de ces deux « langues » dans l’environnement graphique urbain en Guadeloupe ? Quelles sont les graphies utilisées pour écrire les langues ? Quelles leçons peut-on tirer de ce complexe iconique et langagier qui s’offre à la vue du public et meuble l’espace urbain sur un plan identitaire, éducatif et esthétique ?

2. Contexte de l’étude

3La Guadeloupe est une région monodépartementale française d’Outre-mer située dans la Caraïbe, éloignée de près de 7 000 km de la France hexagonale et appartenant à l’archipel des Petites Antilles. C’est un territoire insulaire d’une grande originalité linguistique et culturelle qui relève de son appartenance aux mondes créoles. Colonisée au XVIIe siècle par les Français, la Guadeloupe a vu arriver des populations serviles originaires d’Afrique, et une forme originale de syncrétisme anthropologique, sociologique, culturel et linguistique a débouché sur ce qu’il est convenu d’appeler la créolisation. La Guadeloupe présente actuellement un contexte sociolinguistique particulier, où deux langues vivantes coexistent, le français, langue nationale, et le créole, langue régionale. Après avoir été longtemps considéré comme un patois ou un parler inférieur (Prudent, 1980a), le créole guadeloupéen est largement parlé par la population et couramment utilisé dans les échanges quotidiens, même si comme toute langue il a subi de notables évolutions historiques et qu’il accuse des variations qui freinent sa standardisation entreprise depuis peu. Le créole guadeloupéen fait maintenant l’objet d’une indéniable reconnaissance par ses locuteurs et il est devenu en 2001 une langue régionale de France, enseignée de manière optionnelle aux premier et second degrés. Il constitue une discipline autonome dotée d’un CAPES et d’une agrégation sous l’intitulé Langues de France – Créole.

3. Cadrage théorique

4Alors que le bilinguisme est extrêmement fréquent tout autour du monde, il faut reconnaître qu’il suscite différentes formes de description dans des modalités d’équilibre ou d’inégalité, que le prestige social et les forces symboliques régulent de façon distincte. Le contact entre le français, langue coloniale, et le créole, né lui aussi de la même colonisation mais comme en réaction sociale à l’imposition de la langue dominante (Prudent, 1993), réclame une approche d’une grande délicatesse. Après avoir évoqué la diglossie pour caractériser la hiérarchie et le compartimentage de ces idiomes, on s’est rendu compte que les locuteurs pratiquaient finalement assez peu d’alternances de codes juste commandées par de simples considérations contextuelles et qu’ils violaient assez généralement les prescriptions que ce modèle leur assignait. La phonologie, la grammaire et la sémantique du créole se « frottant » au français et se « fondant » progressivement dans un diasystème linguistique, on a alors convoqué le modèle dit du continuum pour étudier la dynamique de décréolisation à l’œuvre. Chemin faisant, les observateurs se sont aperçus qu’une difficulté majeure apparaissait dans la description des créoles : leur résistance à l’homogénéisation linguistique et par inférence, leur résistance à la standardisation. On en arrive même à évoquer un dia-système ou un macro-système langagier (Prudent, 1993). Née d’un besoin de communication entre groupes opposés, parlée par des populations hétérogènes, la langue créole offre tant sur le plan phonétique que sur le plan morpho-sémantique une grande instabilité (certains parleraient ici de labilité ou de fluidité) de ses unités, ce qui peut se constituer en obstacle réel à sa mise en code et en norme. Et comme dans sa cohabitation avec le français, une langue créole présente une réelle porosité de ses frontières, la définition de chacune dans son immanence devient très difficile, sa codification et son enseignement soulèvent de très sérieux problèmes didactiques, épistémologiques et linguistiques.

  • 2 Short Message Service.

5Si ces phénomènes de contacts de langues ont principalement été étudiés dans les productions orales des locuteurs, les études consacrées aux contacts entre le français et le créole à l’écrit restent encore relativement rares. Les créoles en général et le guadeloupéen en particulier sont généralement considérés comme des langues orales (Ludwig, 1996). Même si des textes écrits en créole existent depuis le XVIIIe siècle (Prudent, 1993 ; Stein, 2016), écrire en créole pose des difficultés techniques de transcription d’une langue orale (Ludwig, 1989) et soulève la question d’un code orthographique (Bernabé, 1976, 2001, 2017). Hazaël-Massieux (1989 : 52) affirmait que « le créole en est encore au stade de la langue orale graphiée, et que la ligne qui sépare l’oralité de l’écriture n’est pas encore vraiment franchie ». Or la littérature antillaise, l’enseignement du créole et les études savantes du domaine ne sont pas les seuls domaines où le créole accède au rang de langue écrite. En effet, il existe de nouveaux médias et supports qui offrent aux usagers la possibilité d’utiliser cette langue pour communiquer par écrit. Par exemple, les réseaux sociaux, les courriers électroniques ou encore les téléphones portables et les SMS2 sont autant d’espaces et de médias que les Guadeloupéens se sont appropriés, qui demandent de repenser les frontières et l’opposition entre oral et écrit, et invalident le fait que le créole serait « juste » une langue orale (Ludwig, 2018). En effet, les écrits SMS et les technologies numériques « font souffler un vent nouveau sur les pratiques dans le monde de l’écrit » (Ledegen et Simonin, 2010 : 111). Sur cet aspect, des études sur le langage SMS en Guadeloupe (Anciaux et Jeannot-Fourcaud, 2016) et à La Réunion (Ledegen, 2009) ont montré justement que les SMS comportaient des traits et des particularismes régionaux sur le plan phonétique, lexical et syntaxique, tels que l’utilisation de mots, de phrases, d’onomatopées et d’expressions typiques, d’acronymes et de procédés graphiques propres à la culture créole.

6Assigné au statut de l’oralité, le créole guadeloupéen n’a souvent été considéré que comme une langue utilisée majoritairement en contexte informel. Or, il va de soi que son utilisation croissante à l’écrit s’est étendue à de nouvelles sphères et des contextes plus formels (rédaction du journal télévisé, presse écrite, affiches, administration, politique, théâtre, littérature, éducation). Si la place occupée par le créole dans l’espace sonore est toujours importante, désormais cette langue régionale apparait aussi dans l’espace visuel. Et ce regain de vitalité lui assigne de nouvelles fonctions et des rôles commerciaux, culturels, identitaires et pragmatiques qu’il convient d’étudier de manière plus précise.

7Dans cette conquête de nouveaux espaces, les scripteurs du créole renégocient les frontières du français avec différentes intentions : faire mieux comprendre le message, tenter d’accroitre l’impact commercial, ancrer l’énoncé dans une culture locale, accentuer la proximité avec le grand public, capter l’attention, ajouter une touche humoristique populaire, montrer son attachement aux traditions signalées « en danger », marquer un intérêt quasi militant pour la culture et la langue locales. Ces diverses intentions et recherches d’effets donnent lieu à des productions variées et des formes intermédiaires et mélangées sous différents plans (lexical, syntaxique, graphique), qui peuvent faire office de manière plus ou moins nette de marqueurs linguistiques de créolité. Ces contacts de langues à l’écrit seront appréhendés et décrits ici grâce aux notions d’interlecte et de macrosystème langagier (Prudent, 1981, 1993). Si l’écriture du créole guadeloupéen, à la différence du français, n’est pas encore standardisée, l’étude des visuels créoles devrait permettre d’envisager les normes en cours de stabilisation, d’identifier les conflits de règle fossilisés par l’usage et de dégager une stylistique de l’expression guadeloupéenne moderne. L’analyse des slogans publicitaires, des enseignes commerciales et des campagnes publicitaires, de santé et d’information est susceptible de nous renseigner sur les usages alternés et mélangés du français et du créole dans l’environnement visuel. À la suite de Thierry Bulot (1999, 2000) et de Louis-Jean Calvet (1994, 2002), nous considérons que les supports visuels constituent de véritables indicateurs linguistiques et culturels. Nous pensons que les étudier permet de décrypter et de rendre plus lisible le message véhiculé sur les pratiques langagières locales ainsi que sur leur rapport aux langues. Officiels ou publicitaires, les panneaux signalétiques esquissent un cadre dont l’observateur peut tirer des enseignements particulièrement riches. Certes, les productions à visée commerciale, omniprésentes dans le quotidien des habitants, leur apparaissent comme tellement familières qu’elles finissent par devenir transparentes. Pourtant, elles méritent qu’on s’y attarde car leurs concepteurs, qu’ils soient des professionnels de la communication ou de simples amateurs, souhaitant afficher leur signature sur leurs devantures pour séduire le client, vont évaluer, « sentir » leur marché sociolinguistique avec une sensibilité économique mais surtout avec leurs codes esthétiques. La mobilisation de la fonction identitaire va permettre de révéler des fonctionnements langagiers qui échappent aux habituels sondages, aux enquêtes et aux déclarations d’opinion, et elle risque de s’avérer très utile pour la compréhension des comportements linguistiques spontanés.

8Notre hypothèse est qu’à travers cet espace public visuel, une exposition simultanée au créole et au français est présente et qu’elle repose sur une complémentarité, mais aussi parfois une contiguïté et une continuité, voire une superposition et une fusion des deux langues, entrainant des productions interlectales que nous nous attacherons à définir. L’objectif est d’identifier et de caractériser des unités clairement créoles ou clairement françaises au sein des énoncés, puis de classer et d’inventorier des particularités lexicales, grammaticales et graphiques. Cette étude s’attache donc à décrire la présence et l’articulation des langues à l’écrit dans l’espace public d’une île créole, et de montrer que les personnes vivant en Guadeloupe, réputées parler deux langues, sont exposées de manière naturelle, involontaire et simultanée à des inputs langagiers français et créole, distincts ou mixtes, sous des formes intermédiaires dans leur environnement visuel.

4. Méthodologie

9Pour définir notre objet d’étude, un mode de collecte par observation directe a été utilisé. Des panneaux, des pancartes, des affiches et tout autre support présentant des messages iconiques et linguistiques de l’espace public ont été systématiquement photographiés dès lors que la présence du créole à l’écrit était constatée. Ce recueil a été effectué sur toute la Guadeloupe de 2013 à 2015. L’accent est porté sur la prise en compte de la variation sur le plan signifiant, mais aussi sur l’existence de zones de glissement et de frottement sémantique d’une langue à l’autre. Le traitement des données s’est centré en particulier sur la place et les fonctions du français, du créole et des formes interlectales. Ainsi, on a examiné le corpus sous l’angle graphique, lexicologique, grammatical, sémantique et stylistique.

10Différents problèmes liés à l’analyse de ce type de données doivent être signalés, notamment ceux relatifs à la consistance normative du créole par rapport au français. S’agissant d’une « langue » dont les jurys des concours de recrutement d’enseignants continuent à interroger la norme graphique et grammaticale, on rechignera à réduire l’écriture du créole guadeloupéen à ce que certains créolistes ou militants culturels ont arrêté comme un code de règles établies. En effet on ne peut pas encore constater de consensus orthographique. Les grammairiens sont loin d’un réel accord, une norme reconnue a du mal à se dégager, et les locuteurs se reposent souvent sur leurs connaissances et représentations du français pour écrire le créole. C’est pourquoi, le traitement des données se centrera sur des différences morpho-syntaxiques, sémantiques et graphiques entre le français, le créole et les formes interlectales que nous analyserons selon trois catégories : la complémentarité, la contiguïté et les formes mixtes ou intermédiaires, attestations les plus manifestes de l’activité interlectale.

  • 3 Nous employons « segment » dans cet article pour désigner tous les constituants d’une même phrase o (...)

11La complémentarité est envisagée plus particulièrement comme la présence sur un visuel des deux langues de manière séparée, occupant des espaces respectifs différents et bien déterminés grâce à divers éléments typographiques (graphie, couleur, format, position). On parlera dans ce cas précis d’alternance inter-énoncé en distinguant, d’un côté, deux phrases dans deux langues pour exprimer soit des messages différents (alternance continue), soit une même information (alternance traductive). La contiguïté, quant à elle, correspond à une utilisation plus rapprochée et du coup moins nette des unités de chaque « langue ». C’est le cas lorsque certains segments3 d’un même énoncé semblent se répartir selon une pertinence d’identité linguistique (alternance intra-énoncé : le début est dans une langue et la fin dans une autre). Enfin, nous aurons affaire à un autre type de mélange ou de mixage des langues au sein d’un même énoncé où la part « propre » de chaque langue devient difficile à identifier de manière discrète. Seront qualifiés de formes mixtes ou intermédiaires, les énoncés au sein desquels les systèmes graphiques se mêlent (un mot réputé créole graphié en français ou inversement), un tour syntaxique créole se calquant dans des unités morphologiques « à l’allure » françaises, un énoncé d’apparence familière se réinterprétant dans un déplacement sémantique dû à une donnée contextuelle.

5. Résultats et discussion

12Plus de 500 supports visuels ont été photographiés dans une vaste gamme d’espaces énonciatifs publics susceptibles d’accorder une place significative à l’expression créole : ce sont des annonces d’événements culturels, des publicités, des campagnes de propreté et de santé publique, des panneaux d’établissements scolaires et de salles de classes, des affichages électoraux, des emballages, des enseignes publicitaires, des panneaux d’indication, des magazines, des véhicules, des tee-shirts, des pochettes de CD et de DVD. Cette diversité de supports témoigne d’une réelle appropriation légitime par le créole d’espaces graphiques publics et privés, officiels et informels, collectifs et individuels. À la recherche des énoncés créoles, des formes mélangées et de tout ce qui ne nous semblait pas relever strictement du français standard, nous avons capturé l’image de façades de commerces, d’affiches murales, de banderoles, de panneaux de signalisation. Nous avons également récupéré plusieurs publicités et informations sur support papier. Les visuels bilingues recueillis ont été classés en trois grandes catégories :

  • la complémentarité (alternance inter-énoncé continue et traductive) ;

  • la contiguïté (alternance continue intra-énoncé) ;

  • les formes mixtes et intermédiaires.

13Dans notre corpus, certains visuels où les langues jouent un rôle de « complémentarité ». Chaque langue occupe un espace spécifique et délivre un message particulier ou identique. On peut distinguer alors une alternance de type continu où chaque langue exprime un message différent et les deux systèmes linguistiques sont apparemment bien séparés, les règles syntaxiques et graphiques de chacune sont respectées. On relève également une alternance de type traductif où un énoncé en français est traduit en créole, chaque phrase étant séparée et écrite selon des règles standardisées. D’autres visuels présentent des énoncés avec des segments français et d’autres créoles selon une sorte de « contiguïté ». Il s’agit d’alternance des langues dans un même énoncé. Enfin, certains visuels offrent des exemples de « formes mixtes et intermédiaires » où les systèmes graphiques s’interpénètrent, c’est-à-dire de mélange et d’enchevêtrement des langues, dans un énoncé ou un mot, ou encore un mélange des systèmes graphiques où des phrases en créole sont graphiées en français et inversement.

14Si la graphie est évidemment un lieu manifeste du mélange, c’est notamment sur le plan sémantique et pragmatique que l’interlecte s’impose. Ainsi, des formes interlectales (emprunts, calques syntaxiques, systèmes graphiques) ont pu être relevées validant ainsi l’hypothèse d’un macro-système langagier complexe. En effet, les langues sont rarement utilisées de manière séparée : au contraire, elles se mêlent et se métissent continuellement, donnant lieu à des productions ne pouvant être attribuées par les lecteurs ni à l’un ni à l’autre des systèmes linguistiques réputés en présence. Ces formes font émerger un style interlectal et des caractéristiques de pratiques linguistiques que nous analysons plus bas.

5.1. Complémentarité des langues dans l’espace visuel

15Dans cette partie, nous présentons des visuels où les langues sont comme compartimentées dans une forme de complémentarité, soit pour exprimer des messages différents (alternance continue) soit pour exprimer le même message (alternance traductive). Chaque langue occupe un espace spécifique où son système graphique est globalement respecté. L’exemple 1 est le cliché d’un panneau municipal de Pointe-à-Pitre qui annonce un événement culturel (« Le temps de poètes »). À gauche, on peut distinguer l’affiche dans son ensemble, et à droite un focus a été fait juste sur une portion textuelle qui mérite analyse. On peut distinguer deux extraits de poésies juxtaposés, l’un en français et l’autre en créole. C’est une alternance inter-énoncé et continue entre des poésies différentes en français et en créole. Le créole et le français sont affichés comme deux langues ayant chacune sa valeur poétique.

Exemple 1 : « Le temps des poètes »

Exemple 1 : « Le temps des poètes »

16L’exemple 2 est une affiche de la ville des Abymes, présentant également un événement culturel. Ce visuel articule une alternance assez distincte. Le titre « Doubout pou on gran vidé » (traduction : debout pour un grand vidé) et le thème « Kannaval pou lanmou / Lanmou pou kannaval » (traduction : carnaval pour l’amour / l’amour pour le carnaval) de l’évènement sont écrits en créole académique. Rappelons qu’il existe une large variation des usages graphiques face à une pratique qui tend à devenir dominante et se standardisée, que nous appelons « académique ». Toutes les autres informations relatives à l’événement sont en français (organisateurs, parrainages et dates de l’événement). La taille, la police et la couleur des différentes parties de l’affiche correspondent à des choix de langues et d’information. Il s’agit là également d’une alternance inter-énoncé et continue et d’une complémentarité des langues en vue d’annoncer cet événement.

Exemple 2 : « Gran vidé »

Exemple 2 : « Gran vidé »

17Dans de nombreuses campagnes de santé, on peut aussi noter la présence séparée d’énoncés « autonomes » dans chaque langue. L’exemple 3 met en parallèle deux affiches recueillies dans la ville du Gosier. Elles ont été réalisées par l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Guadeloupe. Ici, chaque langue occupe un espace spécifique et diffuse un message particulier. Sur l’affiche de gauche, relative au chikungunya, on peut lire en bas à droite un énoncé en créole : « Si dlo ka domi, moustik pa ka domi » (traduction : si l’eau dort, les moustiques ne dorment pas). Tous les autres messages sont en français. Sur la seconde affiche, celle de droite qui concerne le diabète, plusieurs phrases créoles sont intercalées avec des phrases françaises. Sous le titre « Diabète » écrit en français, on peut lire un énoncé en créole : « Rété si gad aw ! » (traduction : reste sur tes gardes), et en bas à droite, l’énoncé créole « Ansamm, nou pé lité ! » (traduction : ensemble, nous pouvons lutter) est suivi d’un message en français « Parlez-en à votre médecin ». Il s’agit d’une alternance inter-énoncé et continue où le destinateur semble assigner à chaque « langue » un espace déterminé et un message spécifique. On notera dans le pavé central une alternance intra-énoncé : un premier segment est en créole « Isidan dyabèt sé : » (traduction : Ici le diabète c’est : », suivi de deux points explicatifs et d’un segment en français « 1 infarctus sur 2, 1 amputation sur 2 ».

Exemple 3 : « Chikungunya » et « Diabète »

Exemple 3 : « Chikungunya » et « Diabète »
  • 4 Ledegen (2002) propose le terme « biglossique » pour qualifier un contexte où l’usage des deux lang (...)

18Ces trois premiers exemples illustrent ce que nous pourrions appeler une cohabitation « diglossique harmonieuse »4 (Prudent, 1980). À chaque langue sont assignés une place spécifique, un message particulier et une police d’écriture particulière. Au français l’information scientifique, le ton officiel, sérieux et didactique ; au créole le proverbial, le familier, l’injonction de proximité. Le rôle et la fonction de chaque lecte sont accentués par une police et une couleur spécifiques. Il s’agit ici d’une complémentarité des langues organisée, compartimentée, qui se traduit par une alternance continue inter-énoncé.

19Abordons maintenant une autre manière d’afficher les langues en complémentarité, qui consiste, non pas à ce que chaque langue délivre un message particulier, mais plutôt à répéter la même information sous forme de traduction. Dans l’exemple 4, nous analysons deux panneaux de signalisation urbaine. Ils sont installés par la puissance municipale, c’est-à-dire qu’ils illustrent une volonté politique assumée par une instance officielle qui définit la place des langues pour la signalisation routière. Cette glottopolitique résulte d’une intention agissante d’un segment social minoritaire mais doté de pouvoir, démarche in vitro (Calvet, 1999). Nous verrons par la suite des exemples de démarche in vivo qui correspond plutôt à des initiatives individuelles et privées (enseignes, affichettes, écriteaux par exemple). Entamé depuis une dizaine d’années dans tous les Outremers, cet affichage bilingue a fait l’objet d’un certain nombre de controverses dans la presse et certains partis politiques et groupes d’opinion n’ont pas hésité à dire leur opposition au principe d’écrire les noms de lieux en créole : à la Réunion et en Martinique des polémiques aigües sont apparues dans les médias à ce sujet. Sans qu’on puisse parler de généralisation à tous les noms de villes de Guadeloupe, on peut admettre que cette créolisation par traduction est très étendue.

Exemple 4 : « Pointe-à-Pitre » et « Bienvenue »

Exemple 4 : « Pointe-à-Pitre » et « Bienvenue »
  • 5 Groupe d’études et de recherches en espaces créolophones.

20Le panneau de gauche indique l’entrée dans la ville de Pointe-à-Pitre. On doit observer la superposition, l’enrichissement gras et la plus grosse police de l’énoncé français, face à la subordination, au moindre éclat et au lettrage plus modeste et en italique de la traduction créole. Par ailleurs, le toponyme créole est graphié selon les règles du standard que le GEREC5 (groupe universitaire influent dans le domaine depuis les années 1970) a proposées. Nous verrons plus bas que si cette graphie revêt un caractère important aux yeux des partisans de la promotion de la langue et de la cultures créoles, elle est vécue avec une relative distance par le grand public et qu’elle est très peu respectée en dehors des communications officielles. Sur le deuxième panneau, celui de droite, situé cette fois à l’entrée de la ville des Abymes, on peut lire en bas, en français, « Bienvenue » et juste après, la formule créole équivalente « Nou kontan vwè zot » écrite dans le même format. Nous qualifions cette forme de complémentarité entre les langues d’alternance traductive inter-énoncé.

21Plus longs et présentant donc plusieurs phrases, les deux visuels de l’exemple 5 ouvrent d’autres voies. Le premier à gauche est élaboré par l’Office National des Forêts en partenariat avec le Conservatoire du Littoral. Ce visuel se trouve sur une plage protégée de la Grande Terre (Saint-Félix). On lit « Annou pwotéjé lanati » comme titre en vert suivi d’une liste de différentes actions à mener, écrite en créole, pour respecter l’environnement. La même structure et le même message sont reproduits en français en dessous, avec les mêmes polices d’écriture et le même format : un titre en vert : « Protégeons la nature » et les mêmes consignes traduite en français. Ces règles de comportement citoyen et écologique dans les deux langues visent évidemment à la redondance forte et à l’accentuation identitaire. Autorité administrative et morale, l’émetteur veut afficher qu’il s’assure que toute la population, qu’elle soit francophone ou créolophone, ne puisse ignorer qu’on l’appelle au respect de la nature, bien commun. Maintenant, vu la faible population lectrice du créole, cette traduction a une forte valeur emblématique (« Promotion de notre patrimoine linguistique ! »).

Exemple 5 : « Lanati » et « Rende-Vou »

Exemple 5 : « Lanati » et « Rende-Vou »

22La seconde affiche, celle de droite, est présente dans un cabinet dentaire à Baie-Mahault. L’apparition du créole revêt ici un caractère redondant et solennel. Cette fois la graphie de l’énoncé en créole n’a rien de régulier et d’académique et prend une dimension plus familière. On admet que le dentiste vous traduit le message en français formulé plus haut en langue créole parce que vous n’avez pas l’air de comprendre qu’il vous l’a déjà dit (maintes et maintes fois) en français. L’alternance inter-énoncé traductive peut être interprétée ici comme un rappel équivalent à « Comment voulez-vous que je vous le répète ? Désormais, vous ne pourrez pas dire que vous n’aviez pas compris ! ». L’intervention des signes conventionnels de gentillesse partagée après la formule conclusive de remerciements tend à atténuer le côté rude de la remontrance et à poser un point d’égalité de statut entre les deux énoncés, donc entre les deux langues.

23Mais les langues ne sont pas toujours aussi nettement séparées dans le paysage graphique et visuel guadeloupéen. Elles peuvent aussi être alternées au sein d’un même énoncé (alternance intra-énoncé), et parfois les systèmes graphiques peuvent se mélanger, se combiner et s’adapter davantage encore dans des messages plus complexes.

5.2. Contiguïté des langues dans l’espace visuel

24Nous présentons ici des visuels où chaque système est pratiquement respecté, mais où les deux langues se succèdent dans un même énoncé. On peut parler d’alternance intra-énoncé, comme dans l’exemple 6 qui présente deux enseignes de magasin. Les enseignes commerciales sont intéressantes car elles sont au carrefour entre des écrits officiels et des écrits personnalisés (Dumont, 1998). Pour chacune, l’énoncé débute en français et finit en créole : « Fruits & légumes an nou » et « Saveurs an nou ». Le système graphique de chaque langue est respecté pour chaque segment, message que l’on peut qualifier d’alternance intra-énoncé continu. Le segment « an nou » postposé au nom est un déterminant possessif de quatrième personne en créole. Il équivaut au français « notre ». Il est évident que si l’on avait écrit « Nos fruits & légumes » ou « Nos saveurs » l’effet sémantique et pragmatique serait moindre. L’intervention de ce déterminant créole attire l’attention par le changement de code et la rupture syntaxique induite. « An nou » dit l’identité partagée et soulignée par la langue populaire et attire l’attention sur la proximité. Ces éléments sont locaux, ils viennent et ils sont produits en Guadeloupe par et pour des Guadeloupéens. À noter également que si le segment « an nou » possède une couleur de police différente des autres mots de l’énoncé (fruits / & / légumes) dans l’enseigne de gauche, ce qui lui confère une certaine spécificité, ce n’est pas le cas dans l’enseigne de gauche où les segments « Saveurs » et « An Nou » sont écrits avec la même police, ce qui renforce la contiguïté et la continuité des deux langues dans cet énoncé.

Exemple 6 : « Edgard » et « Saveurs »

Exemple 6 : « Edgard » et « Saveurs »

25L’exemple 7 constitue une nouvelle forme de mise en séquence des éléments créoles et français pour illustrer les productions interlectales du pays. Le panneau annonce de manière liminaire et magistrale un « restaurant ». Ensuite intervient un segment créole « ti mangé kréyol » (à noter que « mangé » est graphié à la façon française, le créole normé serait « manjé »). Et à la troisième ligne, on revient au groupe coordonné français « et gastronomique ». C’est donc une alternance intra-énoncé mélangeant les systèmes graphiques et bousculant la syntaxe des deux langues. Sur le plan typographique, les trois segments ont une couleur, une taille et une police différentes. On admet sans difficulté que, dans ce restaurant, on peut manger de la cuisine créole simple, mais aussi de la cuisine gastronomique, voire les deux en même temps ou pas. Même si l’affiche est segmentée, les trois parties identifiées présentent une incohérence syntaxique interne, tant en français qu’en créole. « Restaurant créole et gastronomique » pourrait encore être accepté comme comportant deux adjectifs renvoyant à deux styles de cuisine, mais « Ti mangé kréyol et gastronomique » viole davantage les codes graphiques, morphologiques, syntaxiques et sémantiques : on a du mal à accepter comme compatible un « repas simple et de bon goût bien de chez nous », notre traduction proposée de « ti mangé kréyol », et « gastronomique ». Quant à la présence de l’inscription « Chez Gisèle » sur l’ardoise placée plus bas, elle brouille encore davantage l’interprétation littérale de l’énoncé. On peut dire ici que le cumul des informations que le scripteur voulait encoder a atteint un point de quasi-saturation. C’est ce genre de textes qui mériterait une enquête d’explicitation de l’intention communicative, comme celle que Lebon-Eyquem (2008) a conduite à la Réunion et que nous nous proposons de mener dans une étape ultérieure de notre travail.

Exemple 7 : « Ti mangé kréyol »

Exemple 7 : « Ti mangé kréyol »

5.3. Formes mixtes et intermédiaires dans l’espace visuel

26Dans cette section, nous étudions des visuels où les langues se mêlent encore davantage du point de vue orthographique : on peut parler ici d’interlecte graphique, mais on verra les incidences de ce mêlement signifiant sur la sémantique. En effet, certaines phrases créoles revêtent un habit graphique français pour certains mots, mais le glissement vers des connotations ou des effets culturellement marqués est immédiat. Le visuel présenté dans l’exemple 8 est un extrait du programme d’un événement culturel. On relève ici deux segments où les langues se confondent au sein d’un seul et même énoncé.

Exemple 8 : « Déboulé »

Exemple 8 : « Déboulé »

27On peut lire au milieu de l’affiche « DEBOULE GROUPES A PO » et, en bas de l’affiche « NOU KAY BRILE BWABWA (Vidé en noir et blanc) dans les rue des ABYMES ». Dans le premier énoncé, si la phrase est en créole, le mot « groupes » est écrit en français alors que l’ensemble des autres mots a une graphie créole (déboulé / a / po). Dans le système graphique créole, le mot « groupe » s’écrit « gwoup ». Les « groupes à peau » utilisent des tambours faits de peaux d’animaux, nécessairement fabriqués artisanalement sur place, éléments plus traditionnels que les groupes « à caisses claires » où interviennent des instruments importés achetés dans des magasins spécialisés. Dans le second énoncé, le début de la phrase est créole (« nou kay brilé bwabwa ») et renvoie à un rituel de Carnaval : le mercredi des Cendres, les carnavaliers mettent le feu au mannequin qui était l’effigie du Roi de la fête (nous allons brûler notre mannequin de carnaval) ; la fin de l’énoncé est en français : « (Vidé en noir et blanc) dans les rue des ABYMES » (il manque un « s » à la fin du mot « rue », oubli présent dans l’affiche). Pour l’interpréter correctement, il faut savoir que le « vidé » est un défilé rythmé d’un cortège de travestis qui chante et qui danse. Avec un éclaircissement sur le « déboulé » qui prend une acception très spécifique de « vidé rythmé », cette affiche apparemment simple se révèle relativement difficile à décoder pour un non-Guadeloupéen, les référents culturels locaux étant stratégiquement répartis !

28L’exemple 9 est une publicité pour un magasin d’électroménager que nous avons trouvée dans un magazine (à gauche, la publicité dans son ensemble, et à droite, un focus sur la partie du visuel qui nous intéresse). On peut relever l’énoncé suivant : « Fini la vie chère, PRIXe ka cassé sa ! ». Dans cette phrase, le début est en français, et la fin en créole mais avec un mélange des systèmes graphiques. En effet, on peut noter que le mot « cassé » est graphié à la française. En créole académique, on écrirait « kasé ». On peut supposer ici que le fait de graphier le mot « cassé » en français relève soit du refus du respect d’une norme quelconque, soit de la volonté de s’assurer de la lecture par le plus grand nombre. Le mot aurait été graphié « kasé », nul doute que le déchiffrage aurait été plus difficile, la plupart des clients ne contrôlant pas le système « orthographique » créole.

Exemple 9 : « Prixe ka cassé sa »

Exemple 9 : « Prixe ka cassé sa »

29L’exemple 10 propose deux affiches. Celle de gauche était exposée sur le bord d’une route à Capesterre-Belle-Eau. Elle présente dans une même phrase des segments en créole et en français. On peut lire « Mi “poisson nasse” la ». La construction syntaxique est créole, mais la graphie de « poisson nasse » obéit aux habitudes françaises. En créole, ce segment s’écrirait « pwason nas » et le choix d’utiliser une orthographe française est toujours lié à la volonté du destinateur que le message soit compris par le plus grand nombre. Le « MI » et le « LA » en noir, en début en haut et à la fin en bas, donnent un accent d’identité créole et d’insistance.

Exemple 10 : « Poisson nasse » et « Socariz »

Exemple 10 : « Poisson nasse » et « Socariz »

30L’affiche de droite est une publicité pour une marque de riz dont le slogan est « Si pa ni Socariz, pa ni di riz ». La phrase est créole mais le mot « riz », à la fin de l’énoncé, est écrit selon la norme française (en créole, on écrirait « diri »). On peut supposer que ce choix relève d’une volonté de s’assurer que la population, non accoutumée aux normes graphiques créoles, le lise plus facilement, comme pour les exemples 8 et 9 et que la rime riche avec le nom de la marque soit identifiée.

31L’exemple 11 est un cliché d’un prospectus publicitaire pour des consommables médicaux. À gauche, on peut distinguer le prospectus dans son intégralité et à droite, un zoom sur une partie du prospectus. On peut lire la phrase suivante : « Cé produits là, cé bon qalité mêm, Nimpot ki lè, yo ka livré mwen, cé ça mwen aimé avè yo. Livézon Gratis épi Yo gentil et serviable ». Dans cet extrait, le scripteur s’est reposé sur ses intuitions non savantes du créole académique et a suggéré des approximations parfois vraisemblables parfois nonchalantes pour le lecteur commun : « Cé » au lieu de « Sé » ou encore « gentil » ou lieu de « janti », mais aussi « livézon » qui oublie un « R » bien présent en créole !

Exemple 11 : « Santé caraïbes »

Exemple 11 : « Santé caraïbes »

32Dans l’exemple 12, il s’agit d’une signalétique visant à prévenir les conducteurs d’une sortie d’école dans la ville du Gosier. On peut lire en français « Attention école » et en dessous en créole « lévé lé pyé » sur la photographie de gauche et « lévé pyé » sur celle de droite. On peut voir également que sur celle de droite, une plaque a été ajoutée pour remplacer ce qui était écrit avant « lévé lé pyé » par « lévé pyé ». Il semblerait que ce soit une correction faite à l’énoncé initial qui pourrait être trop proche du français « lever le pied », mais la correction proposée pose encore d’autres soucis car « lévé pyé » peut vouloir dire autre chose en créole, et notamment « relâcher son attention », ce qui serait contraire à l’injonction de « ralentir ».

Exemple 12 : « Lévé (lé) pyé »

Exemple 12 : « Lévé (lé) pyé »

33Nous terminerons cette présentation non exhaustive des formes de contacts de langues dans le paysage visuel guadeloupéen avec l’exemple 13, une publicité trouvée dans un magazine de santé distribué gratuitement en Guadeloupe. On peut relever une innovation lexicale hybride, suivie d’un slogan en créole. Le nom de cette marque « Phytobôkaz » mérite attention. C’est une composition basée sur la soudure de l’élément « phyto » ou « phyt », qui vient du grec « phytòn », signifiant « végétal », et du groupe morphosyntaxique « bôkaz » ou « obôkaz », signifiant en créole premièrement « près de la maison » et, par inférence « bien de chez nous ». Cette marque a choisi d’articuler un morphème grec pour afficher la dimension pharmaceutique de ses produits, et un syntagme créole pour revendiquer le versant local et traditionnel. On peut déceler une volonté de marquer ce double message par un choix de langues et de typographies (chaque partie du mot dans une langue a une couleur spécifique). Le choix des langues est ici une stratégie de marketing affichée. Nous faisons de la recherche pharmaceutique selon les normes de l’ailleurs mais avec des plantes récoltées de notre terroir. Concernant le slogan situé en dessous, « Pou doubout pikan, pran Virapic », le syntagme « doubout pikan » renvoie à une image et une expression de la vie courante. Doubout, qui peut être verbe, adjectif ou adverbe, fait référence à la verticalité, la droiture, et pikan qui signifie le piquant de certains végétaux (comme les acacias par exemple), se combinent ici pour allier la stature et la vigueur. Cela renvoie également au titre d’une chanson de Kassav, le groupe de zouk le plus emblématique des Antilles. Ainsi, ce slogan évoque des connaissances culturelles communes pour une interprétation partagée et recourt à des références régionales. Le mot « Virapic » quant à lui désigne un sirop vendu par la marque qui contient une plante médicinale des Antilles appelée « Zèb a pik » ayant des vertus de renforcement du système immunitaire.

34

Exemple 13 : « PhytObôkaz »

Exemple 13 : « PhytObôkaz »

6. Conclusion

35Cette recherche visait à analyser quelques composantes du paysage signalétique guadeloupéen et à expliquer les pratiques linguistiques originales produites dans ce contexte particulier. Plus précisément notre objet était de mettre au jour les modalités de cohabitation du créole et du français dans le champ de l’écrit public informatif, commercial et artistique. La complémentarité et la contiguïté entre les langues ont pu être mises en évidence dans cet espace particulier. Mais à scruter les graphies, les polices de caractères, le jeu des couleurs, la composition et l’organisation des pancartes, panneaux et affiches pour y chercher une signification, l’étude révèle que les Guadeloupéens ne se sont pas contentés de répartir leurs deux langues en fonction de leur supposée compétence et maîtrise de chacune. Découvrant une activité nouvelle, investissant dans une entreprise de communication originale, ils ont créé une véritable écriture bilingue, une stylistique de la mixité et de la compatibilité, une esthétique de la créolisation dynamique. Après avoir esquissé les premiers contours du contact alternatif entre les langues, nous croyons avoir identifié des stratégies établies par certains auteurs ou concepteurs d’affiches qui répondent aux visées d’attirer l’attention spécifique, d’accentuer le poids de l’identité culturelle pour susciter des réponses précises chez les lecteurs. Dans ces démarches, les scripteurs ne se limitent plus aux alternances créole-français mais pratiquent le cumul et l’amalgame, volontaire ou fortuit, interlecte couramment rencontré à l’oral, qui déclenche des effets de sens qui méritent des investigations plus détaillées.

36Notre étude révèle que les normes académiques de l’écrit créole sont très rarement respectées dans le paysage visuel guadeloupéen et que l’orthographe créole standardisée est quasiment absente de la sphère écrite spontanée et marchande. Plusieurs hypothèses sont envisageables pour expliquer ces écarts à la norme, comme le fait de connaître ou non ce système, de choisir la manière immédiate pour un scripteur, de coder le message, et pour un lecteur, de le décoder, avec une graphie « à la française ». Voire encore, le refus pur et simple de se laisser enfermer dans une norme contraignante. Au résultat, plusieurs visuels révèlent cette extrême variation des mélanges et des compositions qu’accusent les systèmes graphiques.

37Ainsi, on peut affirmer que les formes interlectales relevées valident à l’écrit l’hypothèse du macro-système langagier guadeloupéen (Prudent 1993, 2005). En effet, outre les proclamations à caractère officiel, les langues sont rarement utilisées de manière séparée dans l’espace graphique guadeloupéen. Les usagers se moquant des frontières pourtant assignées avec menace de coercition scolaire et académique : les énoncés se mêlent et se métissent, donnant lieu à des productions intermédiaires ne pouvant être attribuées à aucune grammaire prétendue cardinale. Ces formes qui manifestent une variation originale font émerger un style interlectal et des caractéristiques de pratiques linguistiques bien ancrées dans la parole populaire. Ces écrits bilingues présents dans l’espace public peuvent être considérés, à l’instar de Bulot (2007) pour les graffitis, comme « des formes collectives d’identité, comme des marqueurs effectifs de territoires », renvoyant aussi à « une matrice discursive » (Bulot, 2007 : 190). Le paysage linguistique n’est pas anodin et les choix de langues véhiculent des représentations et des enjeux qui demandent à être analysés encore plus finement à l’aide d’entretiens auprès des concepteurs d’affiches pour savoir ce qu’ils ont voulu évoquer, ainsi qu’auprès des passants, pour connaître leur perception des messages, leur conscience et leur imaginaire linguistiques. En effet, la sociolinguistique urbaine accorde de l’importance autant à la description des langues dans leur contexte qu’aux discours des locuteurs sur ces langues. Il s’agira donc dans de futures enquêtes d’interroger des personnes en Guadeloupe sur leur manière d’interpréter la place des langues dans le paysage visuel, sur leur perception des langues dans l’environnement graphique. Le français et le créole utilisant le même alphabet et un lexique partagé, il est moins aisé de différencier les langues dans un visuel que lorsqu’une affiche utilise un alphabet latin et un alphabet arabe par exemple (Ghoul, 2009 ; Malek, 2016).

38En conclusion, on peut affirmer que l’environnement graphique et linguistique de Guadeloupe est bilingue et que l’affichage urbain sur ce territoire reflète le bilinguisme de la population. C’est un « espace partagé » qui reflète « un mode récurrent d’expression identitaire » (Bulot, 2007 : 194). Ce paysage linguistique véhicule des discours, des représentations et marque une identité locale multiple. Le créole guadeloupéen s’est emparé d’une partie de l’espace graphique urbain, traduisant des changements sociaux et l’appropriation d’un espace autrefois réservé à la langue française. On le croise désormais, expression d’une action de légitimation officielle et individuelle, construisant le décor scriptural de la ville (Billiez, 1998) que l’on peut qualifier de plurigraphisme (Houdebine, 2002). Il y a seulement une vingtaine d’années, l’affichage intégrant des énoncés créoles était rare, sinon inexistant en Guadeloupe. Au-delà de la mise en évidence du bilinguisme actuel du paysage visuel guadeloupéen, on constate également que les tendances populaires graphiques reflètent ce qui se passe à l’oral en utilisant les deux langues en même temps. Les formes interlectales s’avèrent être le style dominant des affiches et des supports visuels. Les ressources des deux langues sont mobilisées tant pour attirer le chaland que pour sensibiliser et informer la population. Le scripteur combine tel élément avec tel autre, parfois sans avoir l’air de se soucier de leur compatibilité phonologique, orthographique, morphologique, syntaxique ou sémantique mais ce faisant, il construit une véritable stylistique de l’expression guadeloupéenne moderne et témoigne de l’existence d’un macro-système langagier dynamique.

Haut de page

Bibliographie

Anciaux, F. et Jeannot-Fourcaud, B. (2016). Le créole à l’écrit : pratiques SMS, systèmes graphiques et contact de langues. Communication orale présentée au 15ème Colloque International des Études Créoles « Pourquoi étudier les langues, cultures et sociétés créoles aujourd’hui ? » organisé par l’Université des Antilles, Guadeloupe.

Bernabé, J. (1976). Propositions pour un code orthographique intégré des créoles à base lexicale française. Espace créole, 1, 25-56

Bernabé, J. (2001). La graphie créole, collection guide du CAPES de créole. Matoury : Éditions Ibis Rouge.

Bernabé, J. (2017). Écriture, lecture et facture lexicale du créole, Ranboulzay 2 / Révolution 2. Paris : L’Harmattan

Billiez, J. (1998). Littérature des murailles urbaines. Dans V. Lucci (dir.), Des écrits dans la ville. Sociolinguistique d’écrits urbains. L’exemple de Grenoble (p. 99-164). Paris : L’Harmattan.

Bosquet-Ballah, Y. (2013). Pratiques ségrégatives dans la structuration de l'espace mauricien. Cahiers internationaux de sociolinguistique, 3, 13-39.

Bosquet-Ballah Y. (2015). Langue(s) et espace(s) en contexte plurilingue : le cas de l’île Maurice, Thèse de Doctorat en sciences du langage, Université de La Réunion / Université de Maurice.

Bulot, T. (dir.) (1999). Langue urbaine et identité (Langue et urbanisation linguistique à Rouen, Venise, Berlin, Athènes et Mons). Paris : L’Harmattan.

Bulot, T. (2000). Le parler rouennais ou l’appropriation du territoire urbain. In Actes du XXIIe Congrès International de Linguistique et Philologie Romane. Vivacité et diversité de la variation linguistique. Tome III. Tübingen : Max Niemeyer Verlag. 87-94.

Bulot, T. (2001). L’essence sociolinguistique des territoires urbains : un aménagement linguistique de la ville ? Cahiers de Sociolinguistique, 6, 5-11.

Bulot, T. (2007). De la matérialité discursive des murailles urbaines : Quelques questions autour des écrits illicites. Dans P. Lambert, A. Millet, M. Rispail et C. Trimaille (dir.), Variations au cœur et aux marges de la sociolinguistique (p. 187-194). Paris : L’Harmattan.

Calvet, L.-J. (1994). Les voix de la ville, introduction à la sociolinguistique urbaine. Paris : Payot.

Calvet, L.-J. (1994). Les voix de la ville revisitées. Sociolinguistique urbaine ou linguistique de la ville ? Revue de l’Université de Moncton, 36(1), 9-30.

Calvet, L-J. (1999). Des mots sur les murs. Le marquage linguistique du territoire. Migrants-Formation, 83, 149-160.

Calvet, L.-J. (1999). Pour une écologie des langues du monde. Paris : Plon.

Dumont, M. (1998). Les enseignes de Dakar. Un essai de sociolinguistique africaine. Paris : L’Harmattan.

Ghoul, H. (2009). Variations linguistiques dans le marquage du territoire dans la ville de Tunis. Synergies Tunisie, 1, 119-124.

Hazaël-Massieux, M.-C. (1989). Le passage à l’écriture pour une langue orale : le cas des créoles français. Dans J. Haudry, Questions créoles, questions linguistiques (pp.47-62). Actes de la table ronde de novembre : Lyon.

Houdebine, A-M. (2002). L’Imaginaire linguistique. Paris : L’Harmattan.

Lebon-Eyquem, M. (2008). La dodo lé la. Stylistique du « mélange » à La Réunion : à la recherche de l’efficacité pragmatique endogène. Dans C. Bavoux, L. F. Prudent et S. Wharton Sylvie (dir.), Normes endogènes et plurilinguisme (p. 153-175.). ENS : Lyon.

Ledegen, G. (2009). L’écrit-SMS en créole réunionnais : description linguistique et lumière sociolinguistique. Communication présentée au Colloque « Éclairages pluridisciplinaires pour une orthographe fonctionnelle et consensuelle du créole réunionnais » organisé par l’université de La Réunion et Lofis la lang kréol La Rénion, La Réunion.

Ledegen, G. et Simonin, J. (2010). Médias et pratiques langagières à la Réunion : Accélérateur sociolinguistique et diglossie en sourdine. Glottopol, 14, 104-116.

Ludwig, R. (dir.) (1989). Les créoles français entre l’oral et l’écrit. Freibourg : Gunter Narr Verlag Tübingen.

Ludwig, R. (1996). L’adjectif en créole guadeloupéen : une approche prototypique. In D. Véronique, Matériaux pour l’étude des classes grammaticales dans les langues créoles (pp.137-149). Aix-en-Provence : Publication de l’Université de Provence.

Ludwig, R (2018). Medium and Creole. Dans W. Bennet et J. Carruthers (dir.), Manual of romance sociolinguistics. Boston : De Gruyter.

Mahrouche, N. (2013). Analyse socio-sémiotique de l’affichage urbain en Algérie : cas des enseignes commerciales à Bejaia. Synergies Algérie, 20, 163-174.

Malek, A. (2016). Analyse des représentations sociolinguistiques d’enseignes : cas de quelques flâneurs mostaganémois. Synergies Algérie, 23, 143-159.

Prudent, L.-F. (1980a). Des baragouins à la langue antillaise. Paris : Éditions caribéennes.

Prudent, L.-F. (1980b). Diglossie ou continuum ? quelques concepts problématiques de la créolistiaque moderne appliqués à l’archipel caraïbe. Dans B. Gardin, J.-B. Marcellesi et G.R.E.C.O. Rouen, Sociolinguistique. Approches théories pratiques (p. 197-210). Paris : Presses universitaires de France.

Prudent, L.-F. (1981). Diglossie et interlecte. Langages, 61, 13- 38.

Prudent L.-F., (1989). La pub, le zouk et l’album, Revue Autrement Antilles espoirs et déchirements de l’âme créole, 209-216.

Prudent, L.-F. (1993). Pratiques langagières martiniquaises. Doctorat d’État non publié, Université de Rouen.

Prudent, L. F. (2005). Interlecte et pédagogie de la variation en pays créoles, dans L.-F. Prudent, F. Tupin et S. Wharton (dir.), Du plurilinguisme à l’école. Vers une gestion coordonnée des langues en contextes éducatifs sensibles (p. 359-378). Berne : Peter Lang.

Prudent L.-F. (2008). Anomie, autonomie et polynomie dans les régions françaises d’outre-mer, dans C. Bavoux, L. F. Prudent et S. Wharton Sylvie (dir.), Normes endogènes et plurilinguisme (p. 101-126.), ENS : Lyon.

Stein, P. (2016). La documentation ancienne du créole disparu des Îles Vierges Danoises. Les Cahiers créoles du patrimoine de la Caraïbe, 6, 37-39.

Haut de page

Notes

1 Ce travail est issue d’une recherche intitulée « Contiguïté, continuité et complémentarité créole-français. Une comparaison des Antilles et de La Réunion » menée en 2013-2014 et dirigée par Lambert Félix Prudent. Elle a été financée par la Direction générale de la langue française et des langues de France du Ministère français de la Culture et de la Communication dans le cadre de l’appel à proposition 2013 intitulé « Observation des pratiques en langues de France ».

2 Short Message Service.

3 Nous employons « segment » dans cet article pour désigner tous les constituants d’une même phrase obtenus par segmentation de l’énoncé.

4 Ledegen (2002) propose le terme « biglossique » pour qualifier un contexte où l’usage des deux langues en présence est vécu de manière moins stricte que dans une situation classique de diglossie (Ferguson, 1959).

5 Groupe d’études et de recherches en espaces créolophones.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exemple 1 : « Le temps des poètes »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-1.png
Fichier image/png, 341k
Titre Exemple 2 : « Gran vidé »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Exemple 3 : « Chikungunya » et « Diabète »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-3.png
Fichier image/png, 255k
Titre Exemple 4 : « Pointe-à-Pitre » et « Bienvenue »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-4.png
Fichier image/png, 267k
Titre Exemple 5 : « Lanati » et « Rende-Vou »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-5.png
Fichier image/png, 291k
Titre Exemple 6 : « Edgard » et « Saveurs »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-6.png
Fichier image/png, 329k
Titre Exemple 7 : « Ti mangé kréyol »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Exemple 8 : « Déboulé »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Exemple 9 : « Prixe ka cassé sa »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-9.png
Fichier image/png, 264k
Titre Exemple 10 : « Poisson nasse » et « Socariz »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-10.png
Fichier image/png, 221k
Titre Exemple 11 : « Santé caraïbes »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-11.png
Fichier image/png, 239k
Titre Exemple 12 : « Lévé (lé) pyé »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-12.png
Fichier image/png, 182k
Titre Exemple 13 : « PhytObôkaz »
URL http://journals.openedition.org/ced/docannexe/image/2759/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Anciaux et Lambert Félix Prudent, « Cohabitation du créole et du français dans le paysage visuel guadeloupéen : entre complémentarité, contiguïté et interlecte »Contextes et didactiques [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ced/2759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ced.2759

Haut de page

Auteurs

Frédéric Anciaux

Université des Antilles – CRREF (EA-4538)

Articles du même auteur

Lambert Félix Prudent

Université des Antilles – CRREF (EA-4538)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Contextes et didactiques est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search