Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17EditorialÉditorial

Texte intégral

1Plusieurs travaux en sociolinguistique soulèvent la problématique de la relation entre le discours dit « scientifique » relevant d’une « norme implicite » dominante, de nature cartésienne et rationnelle et un positionnement laissant plus de place à la subjectivité du chercheur. Les créolistes sont tout particulièrement concernés par cette réflexion car les espaces créoles se caractérisent par une histoire d’une violence institutionnelle (l’esclavage) et de déplacements forcés de populations (traite, engagisme et autres migrations de survie). À n’en pas douter, il existe un lien de nature historique et anthropologique entre la genèse du créole et la colonisation. De cette observation découlent deux faits du plus grand intérêt, lesquels sont de nature à influer sur la pratique du linguiste. D’une part, le créoliste a toujours dû tenir compte de l’identité de ses locuteurs-témoins. D’autre part, le créoliste fait face depuis ces dernières décennies à l’exigence d’une assignation idéologique à une communauté plutôt qu’à une autre. Si les créolistes, natifs et non natifs du territoire qu’ils observent, se rejoignent sur des questions d’apparence formelle, il n’en demeure pas moins que le filtre identitaire bouleverse l’analyse des données. Il y a donc fort à parier que la minoration des langues, élaborées tout au long de la période coloniale, a un impact non négligeable sur les discours qui se construisent à leur sujet.

2Il s’agit donc dans ce numéro 17 de la revue Contextes et Didactiques intitulé « Émois épilinguistique et raisonnements métalinguistiques dans les discours sur les créoles français » de poursuivre cette réflexion sur la posture du chercheur lors de la production de connaissances qui consiste, selon Philippe Blanchet à « chercher à comprendre leur environnement (naturel et socioculturel), à se comprendre eux-mêmes (en tant qu’individus et qu’êtres sociaux − c’est-à-dire interagissant entre eux) et à comprendre leurs relations avec leur environnement et réciproquement » (2011 : 10). Le chercheur se confronte donc aux représentations, opinions, croyances d’autres êtres humains mais également à ses propres schèmes interprétatifs. Ainsi, il ne pourrait pas être investi du pouvoir de « révéler la vérité » et ne serait pas un être de « pure objectivité » hors du monde et de ses enjeux (Blanchet, 2011 : 12). Mener un raisonnement métalinguistique, construire l’histoire des créoles et la typologie des langues ne pourrait-il alors se réaliser qu’en considérant une implication plus ou moins forte du chercheur ? Quelles en seraient les limites ? Qu’en est-il de la scientificité objectivante, gage de la validité de la recherche pour une grande majorité et témoignant de la croyance en une vérité scientifique supérieure et définitive ? Comme le signale Didier de Robillard (2016), aucun discours, et particulièrement lorsqu’il concerne le créole, ne saurait faire l’économie d’un point de vue personnel ancré dans un contexte historique et épistémologique. Et c’est bien dans cette perspective subjective assumée que s’inscrit l’ensemble des articles réunis dans ce numéro.

3Notre appel invitait en effet à s’interroger sur la mise en perspective problématique des enjeux à la fois épilinguistiques et métalinguistiques de la créolistique. Nous souhaitions en effet rendre compte des présupposés épistémologiques et de la modélisation théorique à l’œuvre dans les discours créolistiques. Les articles présentés se sont saisis d’une façon originale et détournée des questions préalablement posées. Nous évoquerons d’abord les caractéristiques de ces contributions, avant de rendre compte plus précisément des points d’intérêt de chacune. Il est à noter :

    • 1 Les fondements même de la créolistique l’inscrivent dans le champ de la reconnaissance identitaire (...)
    • 2 On peut y ajouter le nombre décroissant d’études consacrées au créole au fil des années.

    le nombre réduit de contributions sélectionnées. L’inscription du numéro dans un champ largement traité en linguistique (Feussi, 2014), l’élargissement des questions à des domaines aussi larges que le militantisme, le terrain et la standardisation, et l’absence de bornes temporelles ouvraient initialement à une étendue de propositions. Sans réellement bouder ces questions pour autant, la créolistique contemporaine se concentre davantage sur les questions de formalisation de la langue notamment sous la pression des concours de recrutement (Prudent, 2005), ou encore à des interrogations plus larges sur la place du créole sur le devant de la scène internationale1. C’est peut-être là une hypothèse quant au nombre limité des contributions2 ;

  • la prédilection nette pour des problématiques relatives à l’engagement et à l’idéologie comme avec les contributions de Renauld Govain, de James Scott McDonald et de Minella Duzerol. Plus que les autres peut-être, la réflexion sur la posture du chercheur créoliste fournit des informations cruciales sur la façon dont s’élabore son discours ;

  • l’illustration des concepts autant que leur mise en tension. Certains articles comme les trois premiers précédemment évoqués s’interrogent clairement sur l’impact des points de vue sur la langue dans la construction du discours théorique, alors que Jean-Philippe Watbled, Frédéric Anciaux et Lambert-Félix Prudent donnent l’exemple d’une créolistique appliquée qui rencontre explicitement ou non la question épilinguistique ;

  • l’ouverture aux différentes aires de la créolophonie. C’est certainement le point qui suscite le moins de surprise. C’est en effet bien à la croisée des chemins, depuis Haïti jusqu’à l’océan Indien, en passant par la Martinique et la Guadeloupe, que se construit une réflexion créolistique, toujours soucieuse de son héritage français et latin (Ève Derrien).

4De l’ensemble de ces contributions, quelques principes fédérateurs émergent. Le premier repose sur le lien indéfectible entre posture énonciative et discours idéologique. La contribution de Renauld Govain révèle à quel points les préjugés relatifs à la reconnaissance du créole haïtien pèsent sur l’enrichissement lexical de la langue et la production d’un lexique conceptuel. Comme le font remarquer James Scott McDonald et Minella Duzerol, les représentations idéologiques sur les langues et les pratiques langagières influent directement sur la description qui en est proposée, au point de constituer une entrée particulière notamment dans les grammaires et les ouvrages de référence. La deuxième pose ainsi la question d’une créolistique comme un espace discursif en devenir, qui invite à dépasser les catégories linguistiques pré-établies. Avec l’exemple du créole réunionnais, Jean-Philippe Watbled nous conduit à reconnaître la faiblesse de l’apport des langues africaines, pourtant surestimé, et renoncer à l’illusion d’une langue coupée de ses origines européennes. Le dernier reste celui du défi de la standardisation et des difficultés graphiques auxquelles se heurtent ceux qui tentent d’imposer le créole dans l’espace public. Frédéric Anciaux et Lambert-Félix Prudent mettent au jour les traces interlectales du macro-système guadeloupéen, qui réplique à l’écrit ce que l’on observe pleinement à l’oral.

5La question du jugement épilinguistique et du commentaire métalinguistique invite à repenser la créolistique comme une sociolinguistique, bousculée entre le poids de la norme et l’appel de la variation et devant prendre en compte la diversité. La créolistique amplifie plus que jamais la contradiction de tout linguiste, trop souvent affairé à débusquer une idiosyncrasie, là où il ne s’agit parfois que d’un phénomène langagier ordinaire, dont la sollicitation particulière à ce dernier fait toute l’originalité. C’est au possible des phénomènes langagiers, au croisement du jugement et du raisonnement, que ce numéro nous invite à réfléchir.

Haut de page

Bibliographie

Blanchet, P. (2011). Nécessité d’une réflexion épistémologique. Dans P. Blanchet et P. Chardenet (dir.), Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures, approches contextualisées (p. 9-19). Paris : Édition des archives contemporaines.

Feussi, V. (2014). Pluralités linguistiques et culturelles : les tendances actuelles de la recherche en sociolinguistique. Cahiers internationaux de sociolinguistique, 5(1), 5-22.

Kihm, A. (1984). Les difficiles débuts des études créoles en France (1870-1920). Dans J.-C. Chevalier et P. Encrevé (dir.), Vers une histoire sociale de la linguistique, Langue française, 63, 42-56.

Mencé-Caster, C. (2019). L’invisibilisation de la variation dans certaines théories linguistiques. Archipélies, 8. Disponible en ligne : https://www.archipelies.org/554.

Prudent, L. F. (2005). Langue et culture créoles : création d'une discipline et construction de normes. Revue française de linguistique appliquée, 10, 103-114.

Robillard de, D. (dir.) (2016). Épistémologies et histoire des idées sociolinguistiques. Glottopol, 28.

Haut de page

Notes

1 Les fondements même de la créolistique l’inscrivent dans le champ de la reconnaissance identitaire (Kihm, 1984).

2 On peut y ajouter le nombre décroissant d’études consacrées au créole au fil des années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier-Serge Candau et Mylène Lebon-Eyquem, « Éditorial »Contextes et didactiques [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ced/2924 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ced.2924

Haut de page

Auteurs

Olivier-Serge Candau

Université des Antilles – CRREF (EA 4538)

Articles du même auteur

Mylène Lebon-Eyquem

Université de La Réunion – LCF (EA 7390)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Contextes et didactiques est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search