Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursN° 20, 2022 – Contextes éducatifs...

N° 20, 2022 – Contextes éducatifs, contextualité des savoirs, contextualisation didactique : regards pluriels et perspectives transdisciplinaires

Numéro thématique coordonné par Antoine Delcroix et Maurizio Alì

Modalités de soumission et calendrier

Les personnes intéressées sont invitées à soumettre leur article avant le 15 juillet 2022 par voie électronique à l’adresse de la revue, ainsi qu’aux coordonnateurs du numéro thématique : contextes.didactiques@univ-antilles.fr, antoine.delcroix@univ-antilles.fr, maurizio.ali@inspe-martinique.fr

  • Les propositions d’articles seront soumises à une double expertise en aveugle, puis au comité éditorial. Retour de l’expertise aux auteurs : le 15 octobre 2022

  • Réception de la version finale de l’article : le 15 novembre 2022

  • Le numéro 20 de la revue « Contextes et Didactiques » paraîtra sur le site de la revue sous format électronique : le 30 décembre 2022

Pour toute information (politique éditoriale, recommandations aux auteurs, feuille de style), veuillez consulter les informations sur le site de la Revue « Contextes et Didactiques » : https://journals.openedition.org/ced/279

Tous les numéros parus sont intégralement disponibles en ligne et accessibles gratuitement : https://journals.openedition.org/ced/263

Argumentaire

La parution du vingtième numéro de la revue Contextes et Didactiques marquera également le quinzième anniversaire de son projet éditorial, initié en 2006/2007 par la revue Recherches et Ressources en Éducation et Formation. Depuis sa création, Contextes et Didactiques a témoigné de recherches dans les champs des sciences de l’éducation et de la formation, de la linguistique, de la psychologie, de la sociologie, de l’anthropologie, mais aussi de l’éducation comparée et d’autres champs transdisciplinaires.

À l’occasion de ces quinze années de vie éditoriale, la revue souhaite faire un point sur la situation et les perspectives de recherche dans le domaine maintenant bien constitué de la recherche sur les contextes éducatifs, la contextualité des savoirs et la contextualisation didactique. Le comité de rédaction fait donc un large appel à la communauté des chercheurs de ce domaine afin de construire un état de la recherche actualisé et cohérent.

Les trois concepts, qui sous-tendent cet appel à contributions, s’inscrivent au cœur du projet éditorial initial de cette revue. Ce numéro se propose de les réinterroger au regard des travaux les plus actuels en questionnant les relations entre les contextes et la co-construction des savoirs, des conceptions, des valeurs dans des situations d’enseignement, de formation et d’apprentissage.

En premier lieu, le concept de contexte, en relation avec les questions d’enseignement, d’apprentissage et de formation est éminemment central. En effet, Il est difficile d’étudier le processus d’enseignement sans « mettre le contexte au cœur des investigations » (Bernié, 2012 : 25). Employé, tantôt au singulier, tantôt au pluriel, le terme de contexte, utilisé dans un grand nombre de disciplines, est défini de façon très diverse et la portée qu’il lui est accordée peut varier selon les paradigmes de recherche. Sa compréhension est cependant un préalable aux travaux sur la contextualisation didactique (Bazire et Brézillon, 2005). Dans un modèle binaire simple, on oppose souvent contexte interne et contexte externe (Van Wissen, Kamphorst et Van Eijk, 2013). Le contexte interne pourra, pour certains, être celui de chaque individu (ses croyances, conceptions ou représentations) et pour d’autres celui du déroulement d’une situation d’enseignement ou d’apprentissage soumise à investigation (Lenoir et Tupin, 2011). Des modèles plus complexes, comme celui de Sauvage-Luntadi et Tupin (2012), se présentent comme un emboitement de différents niveaux contextuels ou cercles contextuels concentriques (du micro-contexte, par exemple celui de la classe, au macrocontexte, par exemple celui des institutions, pour décrire les contraintes et les marges que possèdent les acteurs). D’autres modèles encore ne hiérarchisent pas les niveaux mais décrivent les différents paramètres permettant de décrire l’entité soumise à investigation, comme les activités qui impliquent l’entité, le temps, le lieu et les interactions entre l’entité et d’autres entités (Zimmermann, Lorenz et Oppermann, 2007). Pour ce numéro d’anniversaire, des contributions proposant de nouvelles modélisations du contexte, des études de cas explicitant le fonctionnement et la pertinence de telle ou telle modélisation pour décrire une situation d’apprentissage, d’enseignement, de médiation, en contexte formel ou non sont attendues.

Dans le cadre de ces questionnements sur la relation entre les contextes et les situations d’apprentissage et d’enseignement, il faut également questionner la place du savoir ou plutôt, dans une approche ancrée dans la transposition didactique (Verret, 1975), s’interroger sur les transformations « contextuelles » que le savoir subit. La question n’est pas tant de savoir si la noosphère (Chevallard, 1985) adapte les savoirs à enseigner à tel ou tel contexte éducatif, mais d’étudier comment, lors des interactions didactiques, les savoirs à enseigner et les savoirs enseignés sont ou seraient transformés par la confrontation aux contextes. C’est la question de la contextualité des savoirs (Kerneis et Santini, 2015) qui est ici posée et du prolongement de la réflexion menée par Forissier (2019), qui définissait la contextualisation didactique comme une transformation de la contextualité des savoirs par les acteurs de la transposition. Les contributions questionnant ce concept, que l’on peut également exprimer sous la forme du rapport au(x) contexte(s) des savoirs, sont attendues pour approfondir les réflexions déjà existantes.

Dans le même ordre d’idée, plusieurs conceptions de la contextualisation didactique existent (Anciaux, Forissier et Prudent, 2013 ; Delcroix, Cariou, Ferrière et Jeannot-Fourcaud, 2015). Certains la voient comme ce qui est à l’œuvre dans toute situation d’apprentissage, d’enseignement, de médiation lorsque des éléments des contextes (internes ou externes) éclairent ce qui se déroule. C’est la voie que suit Blanchet (2016) lorsqu’il indique qu’il s’agit de faire « entrer dans le champ d’observation au titre de contexte, c’est-à-dire de paramètres efficients mais qui ne sont pas au centre de la focale, pour comprendre les éléments et les phénomènes sur lesquels on focalise l’observation ». D’autres, un peu de manière similaire, la voit comme l’action d’adapter ou d’ajuster les modalités de transmission (pédagogique, didactique…) d’un savoir donné (sans le remettre en cause). Forissier (2019) la décrit, comme on l’a vu, comme une transformation de la contextualité des savoirs. Elle peut également « s’apparente[r] à un processus qui aide à mieux comprendre les liens dynamiques entre contraintes contextuelles et actions en situation, entre action conjointe de l’enseignant et des élèves et les éléments de contexte » (Poggi, 2018), dans la lignée des travaux de Marcel (2002) qui en fait un outil d’analyse des pratiques enseignantes. Enfin, certains, à l’instar de Castellotti, Debono et Pierozak (2017) estiment ce concept comme suspect, au sens où il contiendrait implicitement une hiérarchie des savoirs, ceux qui mériteraient contextualisation… et les autres, mais également du fait de questionnements d’ordre éthique, en lien avec la diffusion d’un « matériau préalablement existant » et que l’on se contenterait d’adapter. Toute contribution apportant un éclairage théorique sur ce concept ou toute étude théorique ou empirique illustrant l’un ou l’autre des aspects évoqués ci-dessus de la contextualisation didactique est bienvenue.

En synthèse, ce numéro 20 de la revue Contextes et Didactiques souhaite rassembler des contributions de natures variées (recherches empiriques, comptes-rendus de pratiques innovantes, analyses de dispositifs didactiques, réflexions théoriques…), centrées sur les concepts de contextes, de contextualité (des savoirs) et de contextualisation (didactique), qui sont au cœur de sa politique éditoriale.

Références bibliographiques

Anciaux, F., Forissier, T. et Prudent, L. F. (2013). Contextualisations didactiques : approches théoriques. L’Harmattan.

Bazire, M. et Brézillon, P. (2005). Understanding Context Before Using It. Dans A. Dey, B. Kokinov, D. Leake et R. Turner (dir.), Modeling and Using Context, CONTEXT 2005. Lecture Notes in Computer Science, vol 3554 (p. 29-40). Springer. DOI: https://doi.org/10.1007/11508373_3.

Bernié, J.-P. (2012). Vers un comparatisme historico-culturel des interactions didactiques. Dans V. Véronique (dir.), Spécificités et diversités des interactions didactiques (p. 25-40). Paris : Riveneuve éditions.

Blanchet, P. (2016). Contextualisations didactiques et didactologiques : questions en débat. Contextes et didactiques [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/ced/542. DOI : https://doi.org/10.4000/ced.542.

Castellotti, V., Debono, M. et Pierozak, I. (2017). Contextualisations didactiques et didactologiques. Suite du débat Réponse à l’article de Philippe Blanchet dans le n° 7 de la revue « Contextes et Didactiques ». Contextes et Didactiques [En ligne], 9. URL : http://journals.openedition.org/ced/775. DOI : https://doi.org/10.4000/ced.775.

Chevallard, Y. (1985). La Transposition didactique : du savoir savant au savoir enseigné. Grenoble : La pensée sauvage.

Delcroix, A., Cariou, J. Y., Ferriere, H. et Jeannot-Fourcaud, B. (2015). Apprentissages, éducation, socialisation et contextualisation didactique : approches plurielles. Paris : L’Harmattan.

Forissier, T. (2019). Contextualisation et effets de contextes dans l’apprentissage des Sciences. Habilitation à diriger les recherches, université des Antilles et de la Guyane, 2019. Disponible en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02277162/document.

Kerneis, J. et Santini, J. (2015). Contextualité d’une ressource sur les séismes à l’école primaire : articulations de différents régimes de description. Contextes et Didactiques [En ligne], 6. URL : http://journals.openedition.org/ced/485. DOI : https://doi.org/10.4000/ced.485.

Lenoir, Y. et Tupin, F. (dir.) (2011). Revisiter la notion de situation : approches plurielles. Recherches en éducation, 12, 4-11. DOI : https://doi.org/10.4000/ree.5074.

Marcel, J.-F. (2002). Le concept de contextualisation : un instrument pour l’étude des pratiques enseignantes. Revue française de pédagogie, 138, 103-113. URL : https://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_2002_num_138_1_2868. DOI : https://doi.org/10.3406/rfp.2002.2868.

Poggi, M.-P. (2018). Gestes de contextualisation et inégalités d’accès aux savoirs en éducation physique et sportive en milieu difficile. Contextes et Didactiques [En ligne], 12. URL : http://journals.openedition.org/ced/1112. DOI : https://doi.org/10.4000/ced.1112.

Sauvage Luntadi, L. et Tupin, F. (2012). La compétence de contextualisation au cœur de la situation d’enseignement-apprentissage. Phronesis, 1(1), 102-117. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/phro/2012-v1-n1-phro1825121/1006488ar/.

Van Wissen, A., Kamphorst B. et Van Eijk, R. (2013). A Constraint-Based Approach to Context. Dans P. Brézillon, P. Blackburn et R. Dapoigny (dir.), Modeling and Using Context. CONTEXT 2013. Lecture Notes in Computer Science, vol 8175 (p. 171-184). Springer, DOI : https://doi.org/10.1007/978-3-642-40972-1.

Verret, M. (1975). Le temps des études. Paris : Honoré Champion

Zimmermann, A., Lorenz, A. et Oppermann, R. (2007). An Operational Definition of Context. Dans B. Kokinov, D. C. Richardson., T. R. Roth-Berghofer et L. Vieu (dir.), Modeling and Using Context. CONTEXT 2007. Lecture Notes in Computer Science, vol 4635 (p. 558-571). DOI : https://doi.org/10.1007/978-3-540-74255-5_42.

  • Logo Université des Antilles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search