Navigation – Plan du site
L’énonciation à l’épreuve des programmes et des manuels

L’énonciation dans des manuels de grammaire du secondaire

Frédérique Sitri et Sandrine Reboul
p. 93-114

Résumés

À la lecture des manuels, on constate que les références aux notions de l’énonciation se font de plus en plus fréquentes. Cependant, ces manuels n’organisent pas une présentation cohérente et raisonnée des outils conçus à partir, notamment, des écrits de Benveniste et de Jakobson. Les données de l’énonciation se manifestent en effet ponctuellement et en ordre dispersé, en vue de leur application à l’explication de textes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Notre recherche, menée au sein de l’équipe « GRAMTEXT » du CEDISCOR, s’inscrit dans la longue série des travaux portant sur la diffusion, dans le système scolaire, de savoirs savants et de théories, en l’occurrence linguistiques. Centré sur l’énonciation, le travail présenté ici se limite à l’étude des manuels de grammaire actuellement employés au collège.

2Certes, ces ouvrages ne sont que l’une des formes et que l’un des stades de la transmission scolaire de connaissances. Facilement consultables, ils ne sauraient cependant avoir, à eux seuls, valeur de représentation du travail de la classe. On pourrait présenter le circuit de la transmission des connaissances selon les étapes suivantes :

  • les discours sources – les textes fondateurs de l’énonciation, les textes de seconde main ;

  • la diffusion en amont du manuel dans les critiques du domaine des sciences du langage, les groupes de réflexion élaborant les programmes, les groupes de réflexion élaborant les manuels ;

  • le manuel à proprement parler ;

  • ses différentes exploitations par les professeurs et les élèves.

3L’objet du travail de l’équipe a été d’analyser le discours de ces manuels, discours dénommé « manuélisation ». La constitution d’un tel objet discursif a conduit à poser ces questions : sous quelle forme l’énonciation fait-elle son apparition dans les grammaires de collège ? Autrement dit : Quelles traces de la – ou des – théorie(s) de l’énonciation voit-on apparaître dans ces ouvrages ? Une telle question en appelle immédiatement d’autres : d’abord de quelle(s) théorie(s) de l’énonciation s’agit-il ? Peut-on d’ailleurs parler de « théorie » de l’énonciation ? Ensuite, dans quelle perspective introduit-on l’énonciation dans les manuels scolaires : l’énonciation, pour quoi faire ?

4Notre objet n’est donc pas de nous livrer à une critique systématique des ouvrages examinés, mais tout d’abord de relever les difficultés constitutives du processus de « manuélisation » [?], liées aux relations institution-manuels d’une part, et de l’autre au fait que plusieurs théories énonciatives – et non une seule ! – sont « disponibles » pour les auteurs de manuels.

5Le corpus d’étude comprend cinq manuels de grammaire de troisième (annexe 1). Nous avons choisi des ouvrages postérieurs à 1989. La classe de troisième a retenu notre attention dans la mesure où c’est là que se fait l’articulation collège-lycée, et nous avons sélectionné les cinq ouvrages les plus diffusés. Un « sous-corpus » a ensuite été délimité autour des séquences où l’on peut s’attendre à voir apparaître des références à l’énonciation. Nous nous sommes pour cela reportées aux Instructions Officielles (I.O.), en retenant les différents points énumérés sous la rubrique « discours et énonciation » (annexe 2). L’analyse de discours nous a permis de faire émerger la (les) théories(s) de l’énonciation à l’œuvre. Refusant bien évidemment de poser a priori notre propre conception de l’énonciation et de la rechercher dans le corpus d’étude, nous nous sommes fixé comme objet premier de repérer les traces discursives de « l’énonciation ».

6La question du repérage de traces de théories linguistiques et donc de discours-sources nous situe dans la problématique de la reformulation, en l’occurrence reformulation de discours-source(s), problématique tout autant théorique que méthodologique. Même si la notion de discours-source(s) pose ici problème.

7Nous avons tout d’abord évalué rapidement l’importance de l’énonciation dans les manuels : sommaire, index, avant-propos. Nous avons examiné ensuite les séquences où apparaissent des traces de discours-sources : ce sont celles qui traitent de la « communication » et de l’opposition « discours/récit ». La place accordée à la catégorie des pronoms personnels dans ces séquences nous a conduit à nous pencher sur le chapitre qui leur est consacré. Plus généralement, enfin, nous avons essayé de voir comment s’établit d’un chapitre à l’autre la « circulation » des notions en relation avec l’énonciation.

1. La place de l’énonciation dans les manuels

1.1. Table des matières et index

8Le tableau 1 (annexe 3) représente la lecture faite par les manuels des notions figurant dans les IO. La colonne de gauche est constituée des « notions » énumérées par les IO sous la rubrique « discours et énonciation ». Ce tableau permet de voir si le manuel cité comprend un chapitre ou un sous-chapitre correspondant à cette notion, quel en est l’intitulé, et dans quelle partie du manuel (voire dans quelle section) il apparaît.

9Le tableau 2 décrit les index : pour chaque terme en relation avec les notions évoquées ci-dessus, il est possible de vérifier sa présence ou son absence dans l’index du manuel considéré.

10Cette première approche permet de montrer quels sont les éléments lexicaux (terminologiques ?) retenus par les manuels, sans pour autant préjuger de leur validité.

1.2. Avant-propos

11Deux conclusions en découlent :

  • mise à l’écart de l’énonciation au profit d’une étude centrée prioritairement sur les phénomènes de continuité textuelle (relations interphrastiques) ; cette relation à la grammaire introduit l’argumentation ;

  • la lecture des textes, littéraires ou non littéraires, apparaît alors comme l’objet privilégié.

  • 1  Instructions Officielles, arrêtés parus in BOEN 1977, 1978, 1985, 1993.

12Si la rubrique des IO1 « La phrase et le texte » comprend deux entrées « le discours et l’énonciation », « le texte », seule la seconde est reprise explicitement dans les avant-propos. On relève sur ce point une double distorsion : avec les instructions officielles d’une part, avec le contenu même des manuels, tel que le présente le tableau 1.

2. Des discours-sources aux manuels

13La problématique de reformulation de discours-source(s) qui est la nôtre rencontre deux difficultés à traiter. La première a trait au statut du discours-source. On constate l’interférence de trois approches distinctes unifiées « naïvement » par les manuels ; en effet, il y a interférence entre les écrits de R. Jakobson, d’É. Benveniste et de G. Genette. La seconde tient au fait que les manuels substituent à ces discours-sources leur traitement par des ouvrages intermédiaires.

14Des traces des théories de l’énonciation apparaissent dans les séquences « communication » et « discours/récit ». On ne peut entrer ici dans l’examen détaillé des formes (citation entre guillemets avec nom de l’auteur – en l’occurrence Benveniste – attribution plus vague – les grammairiens, les linguistes, voire un simple on). On se bornera à remarquer que ces mentions d’un « ailleurs » discursif – personnifié par le nom de Benveniste – interviennent le plus souvent dans un processus de dénomination, ou plutôt de « renomination » (ont appelé, a un sens, on emploie le terme de…) qu’elles vont justifier. On suit très clairement ce processus dans Magnard : « dialogue » et « narration », supposés être les termes « courants », sont rebaptisés « discours » et « récit » (l’emploi des guillemets signale qu’il s’agit de termes « spécialisés » empruntés).

  • 2  Hypothèse de lecture qui peut être confirmée par des vérifications hors-corpus : dans des ouvrages (...)

15On formulera alors l’hypothèse selon laquelle, en dehors même de toute marque explicite d’attribution à un ailleurs discursif, certaines dénominations fonctionnent comme des indices de référence à un discours-source, ces indices n’étant alors accessibles qu’au lecteur pourvu d’un certain « savoir ». C’est le cas bien entendu avec discours dans son opposition à récit, mais également, nous semble-t-il, avec le schéma proposé dans les deux ouvrages qui consacrent un chapitre à la « communication ». Le choix des termes : message, code, destinataire, émetteur souvent reformulé en locuteur, auteur…, canal ainsi que la représentation graphique adoptée sont des indices qui nous amènent à attribuer comme source première à ces fragments le schéma présenté par R. Jakobson dans la quatrième partie « Poétique » des Essais de linguistique générale2 (chap. XI, Linguistique et Poétique).

  • 3  Nous ne faisons que constater les décalages entre textes fondateurs et manuels : ils peuvent avoir (...)

16La mise en relation entre ces chapitres de manuel et les textes « fondateurs » de É. Benveniste et R. Jakobson permet bien entendu de relever un certain nombre de décalages, dont nous ne signalerons que les plus importants3 :

  • 4  « On oppose souvent deux catégories de textes appelés discours et récit » (Bordas).
    « La distinctio (...)

171. De la double dénomination discours/histoire de É. Benveniste seule subsiste la première : on trouve régulièrement dans les manuels discours/récit et, une fois, discours/narration. Or la dichotomie mise en place par Benveniste oppose deux plans d’énonciation, l’énonciation historique et l’énonciation de discours. L’énonciation historique, si elle s’incarne de façon privilégiée dans la forme du récit, est bien distinguée de ce dernier, qui serait en somme le produit de l’activité de raconter. La reformulation des manuels déplace donc l’opposition énonciative en une opposition textuelle : on distingue des types de textes, dans la perspective de l’explication de texte4. En fait, c’est le discours narratologique qui se substitue au discours linguistique de Benveniste. Le discours fondateur, retraité par la théorie narratologique, qui reformule explicitement les articles des PLG, et élabore une terminologie analogique et fondant une approche autre, n’est pas le discours de référence des manuels étudiés.

182. À propos de la reprise, sans doute largement diffusée, du schéma de Jakobson, on soulignera les points suivants :

– ce schéma fonde l’analyse des fonctions du langage et répond à la question « Selon quels critères linguistiques reconnaît-on empiriquement la fonction poétique ? ». Le chapitre XI du tome 1 des ELG se conclut ainsi :

« J’ai donc essayé devant vous de soutenir le droit et le devoir, pour la linguistique, d’entreprendre l’étude de l’art du langage sous tous ses aspects et dans toute son étendue […]. »

La priorité du texte sur la langue, déjà explicitée dans les Avant-Propos des manuels, se trouve ainsi mise en œuvre. Or cette perspective est totalement absente des manuels consultés. Extrait de son contexte, le schéma de la communication est réutilisé essentiellement : dans une perspective pragmatique (on montre que le sens d’un énoncé dépend de la situation de communication) ; pour introduire la distinction plus traditionnelle entre les registres de langue (à laquelle sont consacrés la plupart des exercices de cette section) ;

– on peut se demander pourquoi, des travaux de Jakobson, on a retenu ce schéma et non pas la notion d’« embrayeurs », mise en place dans un autre « texte fondateur » « Les embrayeurs, les catégories verbales et le verbe russe » (qui se trouve dans la troisième partie des ELG, intitulée « Grammaire » chap. 9), directement lié à l’énonciation.

19L’insertion dans ces manuels de séquences inspirées, plus ou moins directement, des textes fondateurs de ce qu’on appelle la « théorie » de l’énonciation donne donc lieu à des reformulations, des mises en perspective nouvelles, voire des juxtapositions, des « collages » de notions issues de traditions différentes. En fait, c’est une approche empruntée à la littérature bien plus qu’à la linguistique qui est privilégiée.

20Pour poursuivre notre enquête, nous partirons de ces séquences, où les traces d’un discours autre sont lisibles, pour remonter à celles où elles sont absentes – et au premier chef du chapitre des pronoms personnels.

3. Du « discours » aux « pronoms personnels »

  • 5  « Ainsi, dans la classe formelle des pronoms, ceux dits de la « troisième personne » sont entièrem (...)
  • 6  Il faudrait commenter les formulations employées : « L’auteur ou le locuteur intervient en disant (...)

21La mise en place par Benveniste de la notion de discours est inséparable, on le sait, d’une réflexion critique sur la catégorie des pronoms personnels : je/tu et il appartiennent à deux classes différentes5. Les manuels qui introduisent l’opposition discours/récit font acte d’une répartition complémentaire entre je/tu réservés au discours et il apparaissant seul dans le récit6. En revanche, le traitement des pronoms personnels dans le chapitre qui leur est consacré mérite qu’on s’y attarde.

  • 7  Cette dénomination n’est cependant pas explicitée dans ce chapitre, et aucun renvoi n’est fait au (...)

22On peut tout d’abord relever, dans ces chapitres, l’emploi d’une terminologie consacrée. Hachette appelle explicitement je et tu « les pronoms personnels du discours »7. Les autres manuels utilisent les termes déjà rencontrés de « locuteur » pour je, « interlocuteur » pour tu ou encore « interlocuteurs d’un dialogue », « interlocuteurs de la communication » pour je et tu. Soulignons cependant que cette dernière dénomination apparaît dans Hatier, qui ne possède pas par ailleurs de chapitre « discours/récit » ni « communication ».

23Au-delà de cette désignation, comment les fonctionnements de je/tu et il sont-ils analysés ? Hachette, on l’a vu, propose un traitement spécial pour je/tu. Mais, si ces formes sont distinguées de il‚ c’est pour être rangées dans une catégorie hétéroclite comprenant également « des pronoms de sens indéfini », comme on‚ et « des formes purement grammaticales qui occupent la fonction de sujet des verbes impersonnels », c’est-à-dire il impersonnel. C’est en fait la catégorie des pronoms qui ne vérifient pas la définition des pronoms, c’est-à-dire qui « ne se substituent à rien dans l’énoncé ».

24Magnard, dans la rubrique « emploi des pronoms personnels », sépare les « pronoms de la première et de la deuxième personne » des « pronoms de la troisième personne ». Mais une observation attentive montre que cette classification se superpose à une première classification plus traditionnelle. En effet Magnard comme l’ensemble des manuels présente les trois « personnes » en les mettant sur le même plan :

  • par la disposition spatiale ; la disposition du « tableau des formes », aligne 1re personne, 2e personne, 3e personne, mais aussi la disposition des définitions, à son tour, décline je, tu, et il ;

  • par la symétrie des énoncés définitoires eux-mêmes : « la 1re personne désigne la personne qui parle, la 2e personne désigne la personne à qui l’on parle, et la 3e personne désigne la personne ou la chose dont on parle » – la variation personne/chose étant déjà l’indice d’une difficulté.

25Ensuite seulement vient se superposer à cette première définition une deuxième, qui fait intervenir le critère de « représentation », propre à il comme à l’ensemble des pronoms, mais non à je/tu. Seul Magnard propose alors une nouvelle catégorisation. Les autres manuels juxtaposent purement et simplement les deux définitions.

26Ainsi la spécificité de je/tu, pièce essentielle de « la conversion de la langue en discours », est-elle gommée. En revanche, la catégorie traditionnelle des pronoms personnels est sauvegardée. C’est ici que se fait jour l’ambiguïté du manuel, pris entre le désir (la nécessité ?) de mise à jour et la fidélité à la tradition grammaticale scolaire.

27Prolongeant la démarche qui nous a menées du chapitre « discours/récit » au chapitre « pronoms personnels », nous examinerons dans un dernier temps la « circulation », à l’intérieur d’un même manuel, entre les différents chapitres concernés par la théorie de l’énonciation, c’est-à-dire la cohérence du discours du manuel.

4. La « circulation » d’un chapitre à l’autre

  • 8  Hachette va plus loin dans l’intégration puisque les notions de « discours »/«narration » sont mis (...)

28Quand un chapitre ou une séquence est consacré à la « communication », le lien est généralement fait avec « discours/récit » par les notions de « locuteur/interlocuteur » et de « situation »8. Mais la distinction ébauchée dans ces deux chapitres entre les « personnes » je/tu et la « non-personne » il laisse place, on l’a vu, à une présentation beaucoup plus ambiguë dès que l’on se retrouve dans le chapitre intitulé de façon tout à fait traditionnelle « les pronoms personnels ». Quant au chapitre qui traite des adjectifs possessifs, on n’y trouve plus trace d’un quelconque locuteur ou interlocuteur : toute allusion au processus énonciatif a disparu.

29Tout se passe donc comme si la « circulation » des notions s’établissait essentiellement entre les deux chapitres « communication » et « discours/récit » – mais qu’ensuite une sorte d’« étanchéité » les séparait du reste du manuel – étanchéité relative dans le cas des pronoms personnels, étanchéité totale en revanche pour d’autres chapitres.

  • 9  On trouve en revanche dans le chapitre « énonciation » de Bordas (classe de seconde) un renvoi au (...)
  • 10  Les formulations de certains manuels (Bordas, Hachette, Hatier) semblent tirer le discours direct (...)
  • 11  Cf. J. Authier et A. Meunier (1977) et  J. Authier-Revuz (1992).

30L’exemple le plus frappant est sans doute celui du discours rapporté : traité en « style direct, indirect, indirect libre » conformément à la vulgate, ce qui gomme le fait énonciatif qu’est le « discours rapporté », il n’est jamais présenté sous l’angle de la complexité énonciative qui le caractérise9. On insiste sur les « transformations » (pronoms personnels, temps, adverbes) auxquelles donne lieu le « passage » du discours direct au discours indirect10. Les travaux des linguistes11 là encore sont ignorés au profit de la tradition textuelle et rhétorique.

31D’autres notions qui entrent dans la « constellation » énonciative ne trouvent pas encore place dans la plupart des manuels consultés. La notion de modalité d’énoncé, trace de l’intervention du sujet d’énonciation, n’apparaît que dans un seul manuel, Bordas, qui, traitant des périphrases verbales, consacre un paragraphe aux « auxiliaires de modalité ». Pour les autres manuels, cette notion n’apparaît dans aucun des chapitres concernés (temps, modes, adverbes). On peut faire la même remarque pour l’« explicite et l’implicite », qui figurent pourtant dans les IO.


*

32Nous reviendrons, en conclusion, sur les questions posées en début d’étude. Les traces des théories de l’énonciation que l’on relève dans les manuels sont lacunaires et hétérogènes. Si une relative cohérence ordonne les séquences traitant de l’opposition discours/récit, il convient de rappeler le glissement de domaine et d’objet signalé en cours d’analyse ; en revanche, on a relevé la relation que ces séquences établissent avec l’opposition je-tu/il. On juxtapose à une conception « indicielle » de l’énonciation le schéma de Jakobson : l’énonciation est alors rabattue sur la « communication ». On peut d’ailleurs remarquer que le terme énonciation n’apparaît quedans Bordas, où il est couplé avec énoncé. Dans les autres manuels, les éléments que l’on peut mettre en relation avec l’énonciation comme « théorie » apparaissent dans des chapitres où ce sont les mots communication et/ou discours qui sont mentionnés. Il y aurait donc une « synonymie large » ou plutôt un glissement qui s’effectuerait ici (ou qui serait déjà effectué dans les discours intermédiaires).

33Par ces dernières remarques, nous avons en quelque sorte répondu à notre deuxième question : quelle conception de l’énonciation ? Ce qu’il faut souligner, c’est que l’énonciation n’est pas conçue comme un système cohérent et articulé dans la langue, permettant la conversion de la langue en discours. En fait, l’énonciation permet une typologie des textes, ce qui rejoint notre troisième question.

34Comme le laissait supposer la lecture des avant-propos, l’énonciation est mise au service de l’explication de texte. On aboutit alors à une présentation des faits de langue qui n’est pas toujours cohérente, car elle procède souvent par juxtaposition de descriptions parfois mal articulées. C’est le rôle de la langue et de son enseignement en classe de français qui est alors en question : la manuélisation des théories linguistiques de l’énonciation met en effet en œuvre la subordination du linguistique au textuel. Ce qui, en soi, n’est pas condamnable, à condition toutefois que le souci du texte n’efface pas celui de la langue. C’est par l’analyse des textes que se manifestent les contraintes de langue, à expliciter, de façon systématique, en tant que telles, afin de donner aux élèves les possibilités d’une réelle « maîtrise de la langue ».

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles
   

AUTHIER-REVUZ, J. (1992) : « Repères dans le champ du discours rapporté », L’Information grammaticale, Société pour l’Information Grammaticale, Paris.

AUTHIER, J. et MEUNIER, A. (1972) : « Norme, grammaticalité et niveaux de langue » Langue française n° 16, La norme(R. Lagane, J. Pinchon), Larousse, Paris.

AUTHIER, J. et MEUNIER, A. (1977) : « Exercices de grammaire et discours rapporté » Langue française n° 33, Sur les exercices de grammaire (J. Authier, A. Meunier), Larousse, Paris.

Benveniste, É. (1971) : Problèmes de linguistique générale, Gallimard, Paris.

Delesalle, S. (1986) : « Histoire du mot énonciation », Histoire Épistémologie Langage, t. 8, fasc. 2, Presses Universitaires de Vincennes.

Éluerd, R. (1992) : Langue et littérature, Nathan, Paris

Fournier,J.-M. (1993) : La grammaire du collège. Progression, évaluation, norme scolaire, INRP, Paris.

Genevay, É. (1994) : Ouvrir la grammaire, LEP Loisirs et Pédagogie SA, Lausanne.

jakobson, R. (1970) : Essais de linguistique générale, Minuit, Paris.

Marchello-Nizia C. et Petiot, G. (1972) : « La norme et les grammaires scolaires » Langue française n° 16, La norme(R. Lagane, J. Pinchon), Larousse, Paris.

Normand, C. (1985) : « Le sujet dans la langue », Langages, n° 77, Le sujet entre langue et parole(s), Larousse, Paris : 7-19.
   

Revues
   

Enjeux, 28, Les grammaires en question, Faculté universitaire de Namur, 1993.

Études de linguistique appliquée, 84, État de la recherche en didactique du français langue maternelle (J.-P. Bronckart, G. Gagné, F. Ropé), Didier, Paris, 1991.

H.E.L. (Histoire Épistémologie Langage) t. 8, fasc. 2,Histoire des théories de l’énonciation, Presses Universitaires de Vincennes, 1986.

Information grammaticale (L’), 55-56, Société pour l’Information Grammaticale, Paris, 1992-93.

Langages, n° 39, Linguistique et pédagogie des langues (F. Koskas, J.-R. Ladmiral), Didier-Larousse, Paris, 1975.

Langages, n° 45, Formation des discours pédagogiques (C. Désirat, T. Hordé), Didier-Larousse, Paris, 1977.

Langages, n° 77, Le sujet entre langue et paroles (Cl. Normand), Larousse, Paris, 1985.

Langue française, n° 14, Linguistique, formation des enseignants et enseignement supérieur (J. Dubois), Larousse, Paris, mai 1972.

Langue française, n° 16, La norme (R. Lagane, J. Pinchon), Larousse, Paris, 1972.

Langue française, n° 22, Linguistique et enseignement du français. Problèmes actuels (S. Delesalle, H. Huot), Larousse, Paris, 1974.

Langue française, n° 33, Sur les exercices de grammaire (J. Authier, A. Meunier), Larousse, Paris, 1977.

Langue française, n° 41, Sur la grammaire traditionnelle (D. Leeman), Larousse, Paris 1979.

Langue française, n° 47, La terminologie grammaticale (J.-P. Leduc-Adine, J. Vergnaud), Larousse, Paris, 1980.

Langue française, n° 55, Linguistique et formation des enseignants de français (J.-L. Chiss), Larousse, Paris, 1982.

Le français aujourd’hui, n° 83, Les difficultés grammaticales, 1988.

Le français aujourd’hui, n° 89, Travailler la langue : nouvelles démarches, 1990.

Le français aujourd’hui, n° 107, Questions de langue à l’école, 1994.

Le français aujourd’hui, n° 109, Didactique du français : langue et textes, 1995.

Pour un nouvel enseignement de la grammaire, Les Éditions logiques, Montréal, 1996.

Haut de page

Annexe

ANNEXE 1
   

Liste des ouvrages consultés

GASQUEZ A., HEINTZMANN E., MITTERAND H., Grammaire française et expression écrite 4e/3e, Nathan, Paris, 1992.

NIQUET G., COULON R., VARLET L., BECK J.-P., Grammaire des collèges 3e, Hatier, Paris, 1989.

DESCOUBES J., LADRIER M., PAUL J., PERFEZOU L., Grammaire 3e, Bordas, Paris, 1993.

MAUFREY A., COHEN I., Grammaire française 3e, Hachette, Paris, 1995.

HINARD A., IDRAY L., LAMOTTE C., à la découverte de notre langue 4e/3e, Magnard, Paris, 1989.
   

ANNEXE 2
   

Instructions officielles
(Arrêtés in
B.O.E.N., 1977, 1978, 1985, 1993)
8. La phrase et le texte
[…]

Le discours et l’énonciation
La situation de discours : l’auteur et le destinataire d’un message.
Les trois personnes ; l’emploi des pronoms personnels, des possessifs, des démonstratifs.
L’emploi des temps du verbe ; discours et récit.
Style direct, style indirect, style indirect libre.
L’explicite et l’implicite.
Nuances et modalités de l’affirmation, de la négation, de l’ordre et de la défense, de l’interrogation, marquées par les mots et les tours, les modes du verbe, certains adverbes.

Le texte
Les types de textes : narratif, descriptif, documentaire, argumentatif, etc.
Formes littéraires […]
Stylistique et rhétorique […]
   

ANNEXE 3
   

Tableau 1. « Table des matières »

Tableau 2. Index/Glossaires

Nathan (index/glossaire)
Discours direct
(ou style direct)
Discours indirect (ou style indirect)
Niveau de langue [définition]
Phrases
(les types de)

HATIER (glossaire)
Interrogation directe
Type de phrase qui pose une question et se termine par ce signe : ? […]
Présentatif Mot-noyau (c’est, voici, il y a) à partir duquel se construit une phrase. Le présentatif met souvent en valeur l’élément qu’il introduit.

BORDAS (index)
Auxiliaire
d’aspect, de conjugaison, de modalité, de temps
Discours
, direct, indirect, indirect libre, rapporté, (temps du)
Énoncé, énonciation

Locuteur
Modalité (auxiliaire de)
Récit, (temps du)
Registre de langue courant, familier, soutenu
Style direct, indirect, indirect libre, (figure de)
Temps verbaux (concordance des), (valeur des)

HACHETTE (index/glossaire)
Discours
[…]
Discours direct […]
Discours indirect
[…]
Discours indirect libre
[…]
Forme emphatique
Type de phrase facultatif qui consiste à […]
Forme négative
Type de phrase facultatif qui consiste à […]
Forme passive Type facultatif qui consiste à […]
Locuteur C’est celui qui parle dans le discours ou dans le dialogue […]
Narrateur […]
Narration […]
Présentatif Le présentatif est ce qui dans l’emphase permet de mettre en relief un des éléments de la phrase […]
Récit […]
Registres de langue […]
Type déclaratif
Type exclamatif
Type impératif
Type interrogatif

MAGNARD (Index)
« discours »
mise en relief
phrase
déclarative/exclamative/impérative/interrogative/minimale/segmentée/simple/complexe
présentatif
« récit »
registre de langue
style
coupé/lié/direct/indirect/indirect libre
texte argumentatif/descriptif/narratif/poétique/de théâtre
types de phrase
   

ANNEXE 4
   

Extraits des manuels

1. « Discours/récit »

[NATHAN]

chap. 18 Les temps de l’indicatif
Pour faire un récit, si on utilise le système du présent, on emploie le passé composé, le présent, le futur simple.
Si on utilise le système du passé, on emploie le plus-que-parfait, l’imparfait, le passé simple, le futur dans le passé.

chap. 23 Le récit
1. Définition
Écrire un récit, c’est raconter une histoire […]
3. Les outils grammaticaux à utiliser
• On écrit un récit en suivant :
– soit le système du présent : temps de base présent – événements antérieurs passé composé – événements postérieurs futur.
– soit le système du passé : temps de base passé simple/imparfait – événements antérieurs plus-que-parfait/passé antérieur (rare) – événements postérieurs futur dans le passé (formes en -rais)[…]

[BORDAS]

chap. 32 Le discours et le récit – Le discours rapporté
Le discours et le récit
On oppose souvent deux catégories de textes appelés discours et récit.

Le discours
En linguistique, discours a un sens particulier. Il ne désigne pas, comme en français courant, une allocution officielle prononcée devant un public, mais un ensemble d’énoncés dans lesquels l’auteur ou le locuteur intervient en disant je, s’implique, exprime ses idées, ses opinions, ses sentiments […].
Le discours se caractérise par certaines marques :
– l’emploi de la 1re personne du singulier (ou du pluriel) représentant l’auteur ou le locuteur et de la 2e personne représentant l’interlocuteur ;
– l’emploi du présent de l’indicatif comme temps de référence, le passé et le futur se situant par rapport au présent du locuteur. C’est le passé composé qui exprime un fait passé ;
– l’emploi des adverbes ici et maintenant comme repères dans l’espace et dans le temps, les autres notations de lieu et de temps prenant leur sens par rapport à eux […]
LE RÉCIT
1. Le récit rapporte des faits réels ou imaginaires sans intervention visible de l’auteur. […]
2. Le récit se caractérise par certaines marques :
– l’emploi de la 3e personne du singulier ou du pluriel ;
– l’emploi d’un temps du passé : passé simple ou imparfait comme temps de référence, les autres temps se situant par rapport à ce passé […]
– le recours à des repères dans l’espace et dans le temps […], les autres notations prenant leur sens par rapport à eux : plus loin, le lendemain, l’année suivante, etc.

LES TEXTES MIXTES
La distinction entre discours et récit n’est pas absolue. Il existe de nombreux textes mixtes : des récits s’intégrant à un discours, des récits à la 1re personne du singulier, des récits au présent […] et enfin des discours venant animer des récits. […].

[HACHETTE]

chap. 1. Langue et communication/5. discours, narration et récit
A. Le discours
• La personne de référence est le JE du locuteur, qui s’adresse à TU (VOUS), l’interlocuteur, pour lui parler de IL(S) ou ELLE(S).
Dans un dialogue, chaque interlocuteur dit JE à tour de rôle […]
• Le temps de base est le PRÉSENT du locuteur, temps auquel se réfèrent les temps du passé (PASSÉ COMPOSÉ, qui ne se rencontre pas en principe dans la narration, IMPARFAIT) et les temps du futur.
• Les indicateurs de temps (maintenant) et de lieu (ici) référent à la situation de communication.
Le discours est en situation, c’est-à-dire qu’il implique celui qui parle : tout s’organise par rapport à lui.

B. La narration
• La personne de référence est IL (ELLE, ILS, ELLES, ON), qui s’oppose à IL (ELLE, ILS, ELLES, ON). JE et TU sont, en principe, absents de la narration.
• Le temps spécifique de la narration est le passÉ simple qui, de nos jours, ne se rencontre jamais dans le discours. […]
• Les indicateurs de temps (à ce moment-là) et de lieu (Là) ne réfèrent pas à la situation mais au contexte.
La narration n’est pas en situation, c’est-à-dire qu’elle n’implique pas le narrateur.
On emploie souvent le terme de récit pour désigner la narration. Le récit à proprement parler est une forme intermédiaire qui se différencie de la narration.

[MAGNARD]

chap. 26 Le temps et l’aspect
Le temps
« Discours » et « récit »
[…]
Cette page de roman contient des passages narratifs et des passages dialogués. Observons les formes verbales à l’indicatif. Ces formes se distribuent en deux systèmes distincts.[…]
D’un système à l’autre, les personnes des verbes sont également différentes. Dans la narration tous les verbes sont à la troisième personne. Dans le dialogue, sans que la 3e personne disparaisse, ce sont la 1re et la 2e personne – par lesquelles les interlocuteurs se désignent et s’interpellent – qui occupent le premier plan.
Les grammairiens ont appelé ces deux systèmes « discours » et « récit ».
Le « discours », entendu dans le sens d’énoncé dans lequel est impliqué celui qui parle ou qui écrit, est en relation avec la situation de communication. Les personnes centrales sont le je (nous) et le tu (vous), le temps de base est le présent. Le repérage temporel se fait par rapport au moment de la communication (est exclu le passé simple, temps du passé révolu).
Le « récit » est totalement coupé de la situation de communication. La personne centrale est le il, le temps du passé le passé simple. Le repérage temporel se fait par rapport à un moment du récit lui-même (sont exclus le présent, le passé composé, le futur, qui appartiennent à la sphère du présent).
[…]
Au « discours » comme au « récit » s’attachent deux séries de marques temporelles différentes. […]

chap. 35 Les textes narratifs
Un texte narratif – ou récit – relate une suite d’événements, réels ou imaginaires, entre lesquels existe un lien à la fois logique et chronologique […]
Le choix des temps
Le récit A, qui est en relation avec le présent du narrateur (je), est un récit personnel. Le système des temps est celui du « discours » (voir page 189).
Le récit B, auquel le narrateur ne prend aucune part et où « les événements semblent se raconter eux-mêmes » (Benveniste), est un récit impersonnel.
Les deux types de récit se distinguent par le temps utilisé pour exprimer les actions essentielles, qui font avancer l’histoire (le premier plan du récit)
Type A : passé composé Type B : passé simple
En revanche le même temps, l’imparfait, se retrouve dans les deux types de récit pour dessiner le cadre de l’histoire, évoquer les circonstances secondaires (l’arrière-plan du récit).[…]

2. « Communication »

[BORDAS]

chap. 27 Situations de communication
La communication
1. Dans la communication verbale (du latin verbum, mot), qui est propre aux humains, une personne appelée émetteur ou auteur ou encore locuteur, produit un message composé de mots et l’adresse à une autre personne appelée récepteur ou destinataire (ou interlocuteur s’il y a dialogue). […]
2. Le message oral emprunte le canal sonore : les sons ou phonèmes qui composent les mots sont produits par les organes vocaux de l’émetteur […] ; ils sont perçus par l’appareil auditif du récepteur et interprétés par son cerveau.
Le message écrit emprunte le canal visuel […]
3. Pour être compris, le message doit être codé dans une langue commune à l’émetteur et au récepteur. […]
On peut donc résumer la communication verbale par ce schéma :

[HACHETTE]

chap. 1. Langue et communication
La langue est l’outil dont on se sert pour communiquer quelque chose à quelqu’un dans une certaine situation.
Parler, écrire, c’est produire des énoncés, qui servent à transmettre un message

• La communication ne peut s’établir que si A et B disposent d’un CODE commun, c’est-à-dire d’une même langue.
Cela suppose des contraintes de plusieurs ordres : obéissance aux règles de la grammaire, respect de la prononciation et de l’ordre des mots, choix du registre de langue adapté à la situation, etc. […]

3. « Pronoms personnels »

[NATHAN]

1. Généralités sur les pronoms
Les pronoms se substituent à un nom et le rappellent […]
2. Les formes des pronoms personnels
3. Les formes d’insistance des pronoms personnels

[HATIER]

Emploi
a. Les pronoms non réfléchis
1. Les pronoms de la 1re personne
On emploie les pronoms personnels de la 1re personne pour désigner les interlocuteurs de la communication. On dit que ce sont des « nominaux » ; […]
2. Les pronoms de la 2e personne
Ils désignent également des interlocuteurs de la communication. Ce sont aussi des « nominaux »[…]
3. Les pronoms de la 3e personne
Ils désignent la personne ou la chose dont on parle. Dans un texte, ils reprennent un mot déjà exprimé, évitant ainsi la répétition. Ce sont donc le plus souvent « des représentants » […]
[Les pronoms possessifs, démonstratifs et indéfinis peuvent s’employer comme « représentants » ou « nominaux ». Dans le premier cas, ils représentent un nom déjà exprimé et évitent une répétition. Dans le second cas, ils désignent une personne ou une chose comme le ferait un nom.]

[BORDAS]

Emplois
a) Au singulier, les pronoms de la première personne désignent la personne qui parle (locuteur). Ceux de la deuxième personne désignent la personne à qui on s’adresse (interlocuteur). Les pronoms de la troisième personne désignent la personne ou la chose dont on parle. Ils représentent un nom ou un GN déjà nommés. […]

[HACHETTE]

1. La classe des pronoms
Le pronom joue le rôle d’un groupe nominal. Il peut se substituer à lui et le reprendre dans l’énoncé, où il occupe les mêmes fonctions.[…]
• Pourtant, certains pronoms ne se substituent à rien dans l’énoncé.
- Les pronoms personnels du discours, ceux de la 1re et de la 2e personne. […]
- Des pronoms de sens indéfini qui, eux, pourraient être remplacés par des groupes nominaux. […]
- Des formes purement grammaticales qui occupent la fonction de sujet des verbes impersonnels. […]

 [MAGNARD]

Les pronoms personnels servent à désigner la personne qui parle (1re personne), la personne à qui l’on parle (2e personne), la personne ou la chose dont on parle (3e personne).
je est un pronom de la première personne
tu est un pronom de la deuxième personne
il, lui sont des pronoms de la troisième personne.
[…]
emploi des pronoms personnels
Pronoms de la 1re et de la 2e personne[…]
Les pronoms de la 1re et de la 2e personne ne remplacent pas un terme exprimé par ailleurs : ils désignent les interlocuteurs d’un dialogue. […]
Pronoms de la 3e personne
Les pronoms de la 3e personne représentent d’ordinaire un nom ou un groupe nominal déjà cités. Le pronom se substitue au nom ou au groupe nominal, dont il permet d’éviter la répétition […]

   

Haut de page

Notes

1  Instructions Officielles, arrêtés parus in BOEN 1977, 1978, 1985, 1993.

2  Hypothèse de lecture qui peut être confirmée par des vérifications hors-corpus : dans des ouvrages de niveau lycée, en face d’un schéma similaire, le nom de Jakobson est cité : « le linguiste Roman Jakobson (1896-1982) représente ainsi l’acte de communication » (cf. R. Éluerd, 1992).

3  Nous ne faisons que constater les décalages entre textes fondateurs et manuels : ils peuvent avoir leur source (c’est sans doute le cas) dans les multiples reformulations des discours intermédiaires.

4  « On oppose souvent deux catégories de textes appelés discours et récit » (Bordas).
« La distinction entre ces types de textes […] L’explication de textes vous fera découvrir les multiples exploitations qui en ont été faites par les auteurs […] » (Hachette).
Hachette introduit d’ailleurs un troisième terme, narration. Le récit est alors présenté comme une forme intermédiaire telle que « comme dans le discours, le temps de référence peut être le passé composé (récit oral ou écrit), mais, comme dans la narration, ce peut être aussi le passé simple (récit littéraire) ». Les choses ici sont loin d’être claires…

5  « Ainsi, dans la classe formelle des pronoms, ceux dits de la « troisième personne » sont entièrement différents de je et de tu, par leur fonction et leur nature […] Quelle est donc la “réalité” à laquelle se réfère je ou tu ? Uniquement une “réalité de discours” qui est chose très singulière. […] La définition peut alors être précisée ainsi : je est “l’individu qui énonce la présente instance de discours contenant l’instance linguistique je”. Par conséquent, en introduisant la situation d'“allocution”, on obtient une définition symétrique pour tu, comme l'“individu allocuté par la présente instance de discours contenant l’instance linguistique tu” […] Ce qu’il faut considérer comme distinctif de la “3e personne” est la propriété 1° de se combiner avec n’importe quelle référence d’objet ; 2° de n’être jamais réflexive de l’instance de discours ; 3° de comporter un nombre parfois assez grand de variantes pronominales ou démonstratives ; 4° de n’être pas compatibles avec le paradigme des termes référentiels tels ici, maintenant, etc. » (PLG, t. 1, chap. 20 « La nature du pronom »).

6  Il faudrait commenter les formulations employées : « L’auteur ou le locuteur intervient en disant je, s’implique, exprime ses idées, ses opinions, ses sentiments […]» (Bordas).
« Le “discours”, entendu dans le sens d’énoncés dans lequel est impliqué celui qui parle ou qui écrit, est en relation avec la situation de communication » (Magnard).
« Le discours est en situation, c’est-à-dire qu’il implique celui qui parle : tout s’organise par rapport à lui » (Hachette). La récurrence du terme (s’)implique conduit à une problématique de présence/absence de l’auteur/narrateur directement exploitable dans l’explication de textes.

7  Cette dénomination n’est cependant pas explicitée dans ce chapitre, et aucun renvoi n’est fait au chapitre dans laquelle elle est donnée.

8  Hachette va plus loin dans l’intégration puisque les notions de « discours »/«narration » sont mises en place dans le chapitre « langue et communication ».

9  On trouve en revanche dans le chapitre « énonciation » de Bordas (classe de seconde) un renvoi au chapitre « discours rapporté » ainsi motivé : « un texte qui contient des discours rapportés combine plusieurs situations d’énonciation ».

10  Les formulations de certains manuels (Bordas, Hachette, Hatier) semblent tirer le discours direct du côté du discours :
[Bordas]
    On retrouve les temps, les pronoms personnels, les adverbes propres au discours
[Hatier]
    La ponctuation du discours direct
    § Valeurs d’emploi des signes du discours
[Hachette]
    Le jeu des pronoms personnels et possessifs
    Le narrateur n’est pas impliqué dans le discours rapporté [cas du discours indirect]
    Le narrateur est impliqué dans le discours rapporté [cas du discours direct].
    Le jeu des adverbes
    Dans le cadre de la narration et du récit
    Lors du passage au discours indirect, les adverbes et expressions de temps et de lieu subissent la même transformation que lors du passage du discours à la narration.
    Dans le cadre du discours
Voir également chez Magnard l’opération de renomination qui va de dialogue à discours.

11  Cf. J. Authier et A. Meunier (1977) et  J. Authier-Revuz (1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Sitri et Sandrine Reboul, « L’énonciation dans des manuels de grammaire du secondaire », Les Carnets du Cediscor, 5 | 1998, 93-114.

Référence électronique

Frédérique Sitri et Sandrine Reboul, « L’énonciation dans des manuels de grammaire du secondaire », Les Carnets du Cediscor [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/cediscor/280

Haut de page

Auteurs

Frédérique Sitri

Université de la Sorbonne Nouvelle Paris-III, CEDISCOR.
Ses travaux s’inscrivent en analyse de discours, son travail de thèse portant sur la notion d’objet de discours et sur la thématisation (corpus d’oral spontané). Elle a co-dirigé avec C. Normand le numéro spécial de Linx (Paris-X Nanterre, 1996) en hommage à D. Maldidier : Du dire et du discours.

Articles du même auteur

Sandrine Reboul

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Les carnets du Cediscor

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals