Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Les mots entre langue et discoursQuestions de traduction

Les mots entre langue et discours

Questions de traduction

Le cas des textes juridiques grecs et français
Mania Tsitsa
p. 63-74

Résumés

L’observation construite de la contrastivité discursive d’un genre de textes scientifiques (celui de codes de droit, français et grec) permet de conclure que les variabilités langagières, non imputables au réfèrent ni aux systèmes linguistiques différents, trouvent leur origine dans les systèmes de valeurs socio-culturelles différents.

Haut de page

Notes de la rédaction

Mania Tsitsa est professeur à l’université Aristote (Thessalonique, Grèce). Elle a été associée aux travaux du CEDISCOR de février à juillet 1992. Le présent article est une version remaniée de la communication présentée en Sorbonne lors du colloque « Parcours linguistiques de discours spécialisés » en septembre 1992, et qui n’a pu figurer dans les actes de ce colloque (voir Moirand et autres 1993).

Texte intégral

1Pour un cursus universitaire inséré dans les sciences auxiliaires du Droit, et qui a comme objectif de faire connaître aux étudiants grecs « la culture savante » française (Galisson 1991), la traduction des textes écrits s’est révélée la voie la plus efficace pour transmettre des connaissances.

2Cette approche didactique, tant formelle que sémantique, de textes juridiques, tout autant que les réactions et les remarques des juristes hellénophones (Tsitsa 1983), tenus de lire, de comprendre et de traduire en grec des textes juridiques français, ont suscité les études qui vont être évoquées ici. Nous nous sommes en effet orientée vers une « observation construite » (Moirand 1992) des textes, en particulier ceux des Codes civils français et grec.

1. Discours du droit français

1.1. Le droit, discours « scientifique »

  • 1  En voici deux exemples très éloquents :
    a) Le Code de commerce grec, toujours en vigueur, est la t (...)

3Une première observation concernant l’influence des systèmes de valeurs socio-culturelles sous-jacents à tout code juridique se réfère à l’interaction de ces deux « communautés communicatives translangagières » (Beacco 1992) : malgré les apparences, le droit français, après avoir subi, lui aussi, l’influence idéologique, directe ou indirecte, du droit hellénique, est à l’origine1 du droit grec moderne, parallèlement avec le droit allemand (voir les annexes I et II). Il est à souligner également que l’un et l’autre relèvent de la même catégorie, celle des droits continentaux.

4Une seconde observation porte sur le fonctionnement des langues de spécialité – dont le droit. On attribue parfois à celles-ci, de même d’ailleurs qu’à la langue scientifique « générale », des traits qui seraient quasi-universaux (Sourioux et Lerat 1975, Spillner 1992). En opposant la langue scientifique « générale » à la langue courante, on mettrait ainsi en évidence des ensembles d’intentions et d’effets spécifiques correspondant aux fonctions sous-jacentes à la matérialité langagière de ces discours.

  • 2  Cette vision des choses est quelque peu remise en cause par des travaux récents qui montrent par e (...)

5Un rapide inventaire des traits qui caractériseraient le plus souvent les divergences entre le discours scientifique « général » et le discours ordinaire peut alors être ainsi établi2 :

Discours scientifique « général »

Discours ordinaire

précision

indétermination

univocité dénominative

ambiguïté

économie linguistique

redondance

invariance situationnelle

multiplicité situationnelle

« simplicité » thématique

multiplicité thématique

niveau de langue « savant »

niveau de langue « quotidien »

neutralité

évaluation / appréciation

  • 3  Confidences, Nous deux. Intimité du foyer. Modes de Paris, Femmes d’aujourd’hui.

6Pour le droit, une étude approfondie d’un corpus, aléatoire mais « filtrant », des textes de droit civil, a permis d’opposer la langue du législateur à celle du citoyen « non averti » ainsi qu’à celle du vulgarisateur-journaliste (analyse de la rubrique « Courrier juridique » de cinq hebdomadaires populaires3). Elle a abouti à l’identification de quelques traits caractéristiques du français juridique du Code civil, qui concernent le lexique, la grammaire, la syntaxe et les choix énonciatifs. Il s’agit d’une description qui s’appuie sur les marques renvoyant au cadre formel de l’énonciation mais aussi sur les fonctions manifestées par ces marques dans des textes comparables (Moirand 1992).

1.2. Caractéristiques linguistiques du Code civil français

7Ces particularités du Code civil français sont :

  • en ce qui concerne le lexique :

      • 4  Cette polysémie est constatée tant dans le vocabulaire juridique emprunté largement au vocabulaire (...)

      un vocabulaire souvent polysémique4, actualisé sémantiquement par les contextes ;

  • en ce qui concerne les formes grammaticales privilégiées :

    • le passif ;

    • les verbes pronominaux de sens passif ;

    • les verbes et tournures impersonnels ;

    • les participes présent et passé ;

    • les nominalisations ;

    • les déictiques (pronoms, articles définis, etc.) ;

      • 5  Le présent de la « vérité absolue » de la loi est remplacé par le futur qui situe dans l’avenir (p (...)

      l’emploi du futur quand il faut situer dans le temps des faits à venir5 ;

    • certaines prépositions simples ou composées (par exemple : sur, en vertu de, en fonction de, etc.) ;

    • quand (à valeur de condition) ;

  • en ce qui concerne les structures privilégiées :

    • la phrase prédicative ;

    • la phrase longue et complexe (tournures explicatives) ;

    • l’ordre inhabituel des mots dans la proposition ;

    • la concision et l’économie linguistique ;

  • en ce qui concerne l’énonciation :

    • les marques de l’impersonnel visant à garder la neutralité des actants et à éviter leur implication au niveau linguistique ;

    • la précision et « l’objectivité » ;

      • 6  Toute modalité impliquant les sentiments, la volonté etc. de la personne est absente.

      seule la modalité du « devoir » et de l’« obligation » est exprimée à l’aide de marques normatives (par exemple : les verbes pouvoir, devoir, falloir6) ;

    • les formules rituelles (pré-établies et répétitives) concernant références bibliographiques, jurisprudence, articles abrogés, etc.

8On peut alors identifier un discours professoral, qui vise à instruire et à faire apprendre. Quant au texte de loi, il est, on s’en doute, pauvre en procédés rhétoriques et logiques qui sont le fait du raisonnement dialectique des discours argumentatifs.

9Les traits inventoriés supra caractérisent également en grande partie le grec juridique du Code civil. Mais des raisons d’ordre socio-culturel inhérentes au grec expliquent les variabilités constatées entre le français et le grec juridiques.

2. Le grec du code civil

10Il convient ici de rappeler un phénomène linguistique fondamental du grec : le grec actuel, appelé dimotiki et adopté comme langue officielle en vertu d’un décret de 1976 (enseignement) et d’un autre de 1983 (législation et justice), est issu de l’évolution diachronique de la langue grecque. La dimotiki (D) est venue remplacer complètement la langue soutenue des érudits d’autrefois, appelée katharevoussa (K) et apparentée, en grande mesure, au grec ancien.

  • 7  En ce qui concerne les codes qui ont subi une traduction interne, c’est la version en K qui fait f (...)

11Sur le plan intra-lingual, la D se développe à l’intérieur du système du grec moderne. La D juridique se différencie beaucoup moins de la K que la D commune. Utilisée pour la traduction, elle est, très souvent, langue de deuxième degré puisqu’elle sert à traduire un énoncé rédigé en langue étrangère, mais traduit précédemment en K7. Sur le plan interlingual, la D s’avère une langue à part entière : sous l’impact de la communication, elle a construit comme les autres langues juridiques – et les autres langues de spécialité – une sémantique rigoureuse, un style élaboré, une grammaire structurée, une technicité et une spécificité, qui ont été mis à l’épreuve à plusieurs reprises, mais qui a subi les critiques des adeptes de la K.

12Lorsqu’on observe les traits caractéristiques de la D et de la K, à savoir les éléments linguistiques qu’elles utilisent respectivement pour la formulation des actes illocutionnaires, on constate que c’est la K qui se rapproche le plus du français juridique.

Katharevoussa

Dimotiki

substantifs

verbes

participes

propositions relatives

infinitif

Ø8

voix passive

voix active

génitif (dans les constructions verbales

ou nominales)

accusatif

phrases longues

phrases courtes

hyperbate

ordre « naturel » des mots

subordination

coordination

participe absolu au génitil

Ø

  • 8  Pourtant, il en reste quelques uns, peu nombreux, dans certaines expressions devenues figées, comm (...)
  • 9  Cette ressemblance « dirigée » annonce-t-elle un éventuel appauvrissement des langues communautair (...)
  • 10  Il faut rappeler que le français est une langue de travail privilégiée parmi les autres langues de (...)
  • 11  Cette tolérance est valable pour toutes les langues.

13Cette réalité intra-linguale du grec renvoie à une origine marquée culturellement par le français : la К fut modelée par les puristes grecs de formation française (hommes politiques, intellectuels, etc.) qui ont « transplanté » en grec des mots et des structures empruntés au français, langue de culture et de prestige en Grèce jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale8 Par exemple : avoir lieu, faire la guerre, en tout cas (traduits littéralement), vitraux (employé tel quel), etc. Cela implique comme conséquence que, au nom de l’« harmonisation9 » – y compris linguistique10 – prônée par l’Union Européenne, on admet en grec11des expressions agrammaticales, tels la formule pour dater un document ou le terme politiques économiques toujours employé au singulier en grec.

3. Code civil grec et code civil français

14L’étude détaillée du corpus conduit aux conclusions suivantes. En ce qui concerne le lexique, on relève un certain nombre de variabilités. En particulier certains concepts français ne recouvrent pas complètement la charge sémantique des concepts grecs correspondants (par exemple : actes de commerce – εµποφιиέζ πφάξειζ ; opérations – εφγασία ; denrées et marchandises – πζοϊóvτα γηζ иαι τέχvηζ,etc.) et vice-versa. Comme attendu, il existe aussi en français des termes ou des notions qui n’ont pas du tout d’équivalent en grec et vice-versa (par exemple : juge de la mise en état, représentant/mandataire, fondé de pouvoir, etc.). Dans les deux cas, il s’agit de références à des réalités des institutions ou des valeurs socio-culturelles qui ne sont pas présentent dans l’autre communauté.

15On peut plus ou moins remédier à ces dissymétries en s’aidant (avec prudence) :

  • des emprunts (mots non traductibles, mots employés à la place des mots grecs, mots « grécisés ») ;

  • des calques (traduction littérale de syntagmes ou de phrases aux dépens du grec : structures nominales, verbales, prépositionnelles et adverbiales) ;

  • des faux amis (dus à une ressemblance phonétique ou graphique, ou bien à une parenté étymologique) ;

  • des glissements de sens ;

  • des « rétrécissements » lexico-sémantiques ;

  • des néologismes (nouveaux termes ou sens nouveau) ;

  • des mots hybrides ;

    • 12  Mais il y a quelques suprises, tel le chassé-croisé suivant :
      en français « super » = trop = υπέζ (...)

    des doublets12 (origine grecque qui donne naissance à des mots plus « savants » ou qui permet des nuances sémantiques fines ; origine latine pour les mots courants) ;

  • d’hétérogénies (mots nés ou « renaissant » en Occident après avoir été employés en Grèce).

16Une autre variabilité, d’ordre culturel également, concerne la technique de codification des deux codes civils : par exemple le fait que le Code civil grec comporte un titre et un résumé par article ou par groupe d’articles :

Code civil grec

Code civil français

1er livre :

Partie générale (principes généraux)

1er livre :

Des personnes (la famille)

2e livre :

Le droit des obligations

2e livre :

Des biens et des différentes modifications de la propriété (droit des choses)

3e livre :

Le droit des choses (réel)

3e livre :

Des différentes manières dont on acquiert la propriété (successions-obligations)

4e livre :

Le droit de la famille

5e livre :

Le droit des successions

• Le CCG est divisé en chapitres

(une mention-tire pour un ou

plusieurs articles)

• Le CCF est divisé en titres, parties, sections, paragraphes

17Quant aux marques de l’énonciation, elles présentent des ressemblances en ce qui concerne :

  • l’absence des pronoms personnels et adjectifs possessifs, en tant que marques de la personne ;

  • l’emploi fréquent des déictiques (articles définis, adjectifs, pronoms, adverbes démonstratifs) et de certains autres adjectifs et/ou pronoms (par exemple lequel, autrui, etc.). Il faut mentionner à part l’adjectif ledit, appartenant à la langue juridique exclusivement comme anaphorique ; en grec il a les mêmes composants, mais il ne constitue pas un seul mot : ó έv λóγω ou bien оvλоγω en D. ;

  • les modalités exprimant des fonctions influençant le comportement de l’allocutaire (interrogation, intimation, assertion) et les modalités formelles énonçant les attitudes de l’énonciateur (hypothèse, discours rapporté, verbes modaux et verbes opérateurs, impersonnels et articulateurs exprimant une relation., appréciation, certitude/incertitude, concession, conclusion, conséquence, condition, restriction, opposition, but/intention, cause, temps, etc.).

  • 13  Mais il devient de plus en plus fréquent d’imiter l’expression française.

18Les exemples qui suivent pourraient illustrer la diversité et l’originalité de certaines variabilités. Ainsi, dans les énoncés 1. et 2., le futur et le passé composé seront traduits par le présent, exigé en grec, parce qu’il exprime, conformément à la rigueur juridique, une réalité incontestable ; dans l’énoncé 3., le grec préfère répéter le substantif13 ; dans l’énoncé 4., le grec préfère la conjonction si et met en scène une situation qui pourrait exister plutôt qu’un événement :

1. Le faux serment [...] sera puni2. Les droits de l’homme [...] tels qu’ils ont été définis par la Déclaration [...]3 En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination [...]4. Quand un époux acquiert un bien [...], la donation n’est que [...]

19La grande diversité des prépositions du grec par rapport aux prépositions du français donne davantage de précision et de rigueur aux énoncés juridiques. Par exemple, dans les cas suivants où le français utilise sur et dans alors que le grec propose six prépositions différentes (µε, επί, για, ειζ, εvτóζ, υπó) :

5. Sur proposition du Gouvernement [...]
[...] loi portant sur l’organisation [...]
Le Parlement est réuni [...] sur un ordre du jour [...]
[...] dans les cas prévus [...]
[...] dans l’année qui [...]
[...] dans les conditions suivantes [...]

20Il faudrait enfin souligner l’absence des présentatifs de la langue grecque, cause de difficulté en cas de traduction. Ils sont traduits par une expression équivalente de il s’agit de ou bien par d’autres tournures beaucoup plus longues et plus complexes.

21Les constatations précédentes, issues de la description du fonctionnement de deux systèmes linguistiques actualisés dans des textes de droit civil, permettent de tirer les conclusions suivantes : la traduction du français juridique en grec et du grec juridique en français est facilitée par les équivalences langagières qui rapprochent ces deux discours. Les variabilités rencontrées concernent surtout le lexique et pourraient être qualifiées d’inter-culturelles, puisqu’elles sont l’effet du conditionement culturel est social de ces textes. La traduction littérale, simplifiée par le problème intra-lingual du grec, pourrait amener à la production de textes aussi artificiels qu’étranges. Pour l’éviter, la traduction nécessitera une part d’interprétation, fondée sur des connaissances extra-linguistiques, des données culturelles notamment (voir Lederer 1994).

Haut de page

Annexe

Annexe I : les sources des codes français

Annexe II : évolution du droit grec

Annexe II (suite)

Annexe III

1. CODE DE COMMERCE : représentation schématique des équivalences linguistiques de l’article premier (code français-code grec)

(Sont) commerçants ceux qui / exercent / des actes de commerce #et# [en] font \leur\ {profession} <habituelle>.

ANNEXE III (suite)

2. CODE CIVIL : termes encadrés prouvant que l’art. 2280 (code français) est sémantiquement à l’origine de l’art. 1039 (code grec)

Art. 2280. Si le (possesseur) actuel de la {chose volée} ou <perdu> l’a achetée dans une foire ou dans un /marché/, ou dans une [vente publique], ou d’un marchand vendant des choses pareilles, le propriétaire originaire ne peut se la faire rendre qu’en remboursant au possesseur le prix qu’elle lui a coûté.

Haut de page

Notes

1  En voici deux exemples très éloquents :
a) Le Code de commerce grec, toujours en vigueur, est la traduction officielle du Code de commerce français, faite en 1935. Pourtant, tous deux sont actuellement méconnaissables, à cause des modifications considérables survenues en fonction de l’évolution des droits nationaux respectifs (voir annexe III).
b) Un arrêt d’une cour d’appel de 1948 et un autre de 1976 se réfèrent expressément à l’article 2280 du Code civil français, source d’inspiration de l’article 1039 du Code civil grec, sur lequel s’est fondé le jugement de 1er degré (voir annexe III).

2  Cette vision des choses est quelque peu remise en cause par des travaux récents qui montrent par exemple la subjectivité inscrite par les chercheurs dans leurs discours (voir Mortureux 1991 et Moirand ici-même) et qui amènent à repérer plusieurs discours scientifiques (discours de recherche, discours scientifique didactique, discours scientifique politique, etc.). Sans doute faudrait-il distinguer entre un discours juridique de recherche et les textes techniques ou les textes de loi, qui sont seuls pris en compte ici [note des éditeurs].

3  Confidences, Nous deux. Intimité du foyer. Modes de Paris, Femmes d’aujourd’hui.

4  Cette polysémie est constatée tant dans le vocabulaire juridique emprunté largement au vocabulaire courant (par exemple : l’immeuble, l’assiette, etc.) que dans les termes utilisés par plusieurs branches du droit (par exemple : conclusions en procédure pénale et en droit civil).

5  Le présent de la « vérité absolue » de la loi est remplacé par le futur qui situe dans l’avenir (par exemple : art. 1449 « ... le mari versera sa contribution entre les mains de celle-ci, laquelle assurera désormais... le règlement de toutes les charges du mariage » ; art. 1497 « ... 1° que la communauté comprendra..., 5° que les époux auront »...

6  Toute modalité impliquant les sentiments, la volonté etc. de la personne est absente.

7  En ce qui concerne les codes qui ont subi une traduction interne, c’est la version en K qui fait foi en cas de doute, conformément à la loi.

8  Pourtant, il en reste quelques uns, peu nombreux, dans certaines expressions devenues figées, comme par exemple διиαίωµα τоυ εиλέγειv = droit d’élire.

9  Cette ressemblance « dirigée » annonce-t-elle un éventuel appauvrissement des langues communautaires qui entraînerait des conséquences culturelles au plan national ?

10  Il faut rappeler que le français est une langue de travail privilégiée parmi les autres langues de l’Union Européenne.

11  Cette tolérance est valable pour toutes les langues.

12  Mais il y a quelques suprises, tel le chassé-croisé suivant :
en français « super » = trop = υπέζ en grec
en français « hyper » = excessif = σоυπεζ en grec.

13  Mais il devient de plus en plus fréquent d’imiter l’expression française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mania Tsitsa, « Questions de traduction », Les Carnets du Cediscor, 3 | 1995, 63-74.

Référence électronique

Mania Tsitsa, « Questions de traduction », Les Carnets du Cediscor [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 17 août 2009, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cediscor/486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cediscor.486

Haut de page

Droits d’auteur

Les carnets du Cediscor

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search