Navigation – Plan du site
Les interactions entre pairs

L’incise : un point d’hétérogénéité dans les échanges entre pairs

Frédérique Sitri
p. 173-190

Résumés

Les phénomènes d’hétérogénéité sont abordés ici dans un texte oral relevant d’un discours scientifique particulier, la communication dans un colloque. Ils le sont à partir des incises, dont on montre d’abord le caractère d’hétérogénéité intonative et syntaxique. On y relève ensuite d’autres traces d’hétérogénéité : noms propres, énoncés rapportés, négations. On formule enfin des hypothèses sur les fonctions de ces incises en faisant appel à la notion de dialogisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’approche présentée ici est largement influencée par la lecture des travaux de J. Authier (voir b (...)
  • 2  Cette étude a pour origine la réflexion menée au sein de l’équipe de travail du CEDISCOR sur les n (...)

1Préoccupée à ses débuts par l’homogénéité des textes, l’analyse du discours française a pris conscience depuis quelques années de leur hétérogénéité fondamentale. Cette préoccupation, due en partie à la redécouverte des écrits de M. Bakhtine et aux travaux de J. Authier1, est liée également à l’analyse de textes oraux produits en situation d’échange. C’est un corpus de ce type qui est étudié ici2.

2L’hétérogénéité, notion opératoire tout à fait pertinente pour les analystes de discours, est en fait peu aisée à circonscrire car elle se manifeste en surface des textes par une grande diversité de traces. Aussi avons-nous choisi de l’aborder par le biais de la description d’un seul type de formes : l’incise, et dans un genre discursif particulier : les interactions orales entre scientifiques. L’incise en effet est particulièrement remarquable à l’oral où elle se caractérise par des traits d’hétérogénéité intonatifs et syntaxiques à la fois. Deux interrogations ont alors guidé cette analyse des incises, compte tenu de la spécificité du genre discursif étudié : y aurait-il des traces d’hétérogénéité d’un autre type que celles généralement décrites ? Quelles fonctions peut-on attribuer à ces segments en incise dans les interactions orales entre pairs ?

1. Caractérisation du corpus

1.1. Le genre de discours

  • 3  On remarquera, en lisant la transcription de la séquence en annexe, la part de « mise en abîme » d (...)

3Le texte retenu ici – on a pris pour exemple une unité textuelle courte -est extrait de la communication faite par un locuteur universitaire linguiste lors d’un colloque entre spécialistes de sciences du langage. Il relève par conséquent d’un genre de discours que l’on pourrait qualifier de « scientifique » : l’intervenant s’adresse à une communauté de pairs. De plus, il s’agit très précisément de la réponse faite par l’intervenant à une question posée par l’un des participants3, c’est-à-dire qu’il s’inscrit dans le rituel des questions que l’on pose après une communication orale : il est donc constitutif du moment privilégié de diffusion et de discussion de recherches que constitue un colloque.

1.2. La situation

  • 4  Je ne rentre pas ici dans les débats terminologiques et théoriques autour du terme dialogue (voir (...)

4Il s’agit d’une situation d’échange4 que l’on peut tenter de caractériser de manière plus précise.

  • 5  Kerbrat-Orecchioni, op. cit.. p. 15-16.
  • 6  Les incises sont numérotées de 1 à 15 dans la transcription du corpus qui est donné en annexe, en (...)

5D’une part, étant donné qu’il s’agit de la réponse à une question posée, le texte est de nature dialogale5. Le cadre est celui d’un face à face : il y a présence physique des auditeurs qui peuvent intervenir comme ils le souhaitent et devenir interlocuteurs. Dans l’incise 14, d’ailleurs, le locuteur prend en compte une réaction possible d’un participant : je crains que daniel jacobi donc ne bondisse.6

6D’autre part, ces interlocuteurs sont également des pairs, porteurs de positions théoriques et détenteurs de savoirs dans le même domaine. Ils incarnent la communauté scientifique, toujours présente dans l’imaginaire des participants à une situation de ce genre. On peut dès lors faire l’hypothèse qu’apparaîtront également des traces de rapports dialogiques, au sens de M. Bakhtine (1970, par exemple), c’est-à-dire des manifestations linguistiques de prise en compte du discours de l’autre dans le propre discours du locuteur.

2. Le phénomène des incises à l’oral

7Lorsqu’il a fallu décider d’un point d’ancrage pour aborder les phénomènes multiformes regroupés sous le terme un peu « large » d’hétérogénéité, il a semblé opportun de repartir de la spécificité du corpus.

8A l’oral, les faits intonatifs sont fondamentaux : ils contribuent en effet pour une large part à la cohérence du discours, à tel point qu’une séquence parfaitement compréhensible à l’audition est souvent illisible en transcription. Or l’incise introduit justement dans le flux discursif un véritable « décrochement » intonatif. De plus, à l’écoute, la séquence retenue ici semblait particulièrement riche en phénomènes de ce genre.

2.1. Le repérage des incises

  • 7  Le phénomène des incises a fait l’objet d’une description détaillée par ces deux auteurs dans la p (...)

9D. Delomier et M.-A. Morel ont décrit l’incise7 en ces termes : « Alors qu’un énoncé El est en cours d’énonciation apparaît un autre énoncé E2 qui n ‘est pas au même niveau intonatif que lui » (Delomier et Morel 1985, p. 36). L’ensemble des traits caractéristiques des incises qu’elles ont définis nous a permis d’en effectuer facilement le repérage sur la séquence étudiée (voir la transcription en fin d’article).

10• La structure intonative de l’énoncé en incise E2 est caractérisée par un faisceau de traits conjoints dont le décrochement intonatif est peut-être le seul trait réellement spécifique : c’est le critère discriminant que l’on a suivi. Les autres traits sont :

  • une intonation montante à la fin de l’incise. Elle est difficilement perceptible à l’oreille dans les incises 1, 5, 6, 10 mais présente dans tous les autres cas ;

  • une accélération du débit de E2, moins nette cependant dans les incises 2, 7, 8, 9, 14 

  • des pauses de nature diverse avant et surtout après l’énoncé en incise ; elles n’existent pas pour les incises 1, 7, 8, 10, 11, 15.

  • 8  Les conventions de transcription sont données avant la transcription en annexe.

11Le décrochement intonatif permet de repérer des paliers multiples : ils apparaissent dans les incises 2, 4, 12. Dans l’incises 4, on compte même trois paliers intonatifs8 :

4. e/le e c’= je suis bien d’accord que c’est c’est pas hétérogène au sens de Jacqueline authier hein < e qui qui se retrouverait là hein < (BAS) bien sûr + >>

12Quelques cas méritent un commentaire supplémentaire :

  • dans l’incise 8, il est difficile de décider à quel moment on récupère le fil du discours (voir infra), car la remontée intonative s’amorce très fortement sur le dernier segment de l’incise : futur antérieur (on reste bien cependant dans le cadre d’un des critères définis par D. Delomier et M.-A. Morel) ;

  • dans l’incise 9, c’est le redémarrage du décrochement sur lequel on aurait pu hésiter mais, à l’audition, le premier élément en fait il dit a bien déjà une intonation d’incise ;

  • dans l’incise 12, on peut faire la même remarque pour puisque je (pass=).

13• La structure syntaxique de l’énoncé en incise est variable. On trouve ici dans la plupart des cas une proposition indépendante ou une suite de propositions. Mais l’énoncé en incise peut être réduit à un syntagme (enfin pas quelqu’un bien sûr dans l’incise 10) ou à deux syntagmes juxtaposés (alors non pas e un peu (plus) lointain dans l’incise 7).

14En ce qui concerne les marques morphosyntaxiques et lexicales dans l’énoncé en incise E2, on note :

  • la présence fréquente de modaux : bien sûr (incises 4, 9, 10), vraiment (incise 12) ; verbes modalisateurs tels que je crois (incise 5), ça me gêne pas (incise 6), je me méfie (incise 13), je crains que (incise 14), je suis pas sûr (incise 15) ;

  • enfin + négation, structure caractéristique, apparaît dans les incises 8, 10, 11 (c’est un marqueur d’autocorrection plutôt qu’un modal) ;

  • dans l’incise 12, enfin, l’énoncé en incise est introduit par puisque, qui est, selon les auteurs cités, une marque d’« ancrage existentiel » dans ce qui vient d’être dit.

15• On peut ensuite caractériser la structure syntaxique des énoncés E1-E3 qui encadrent l’énoncé en incise. Sans procéder à une analyse syntaxique « fine » des constituants El, E2, E3, on peut proposer le classement suivant :

  • continuation sans marquage (incises 6, 14)

6. un un sujet donné parlant pourquoi pas / ça me gêne pas qu’il parle hein e / le : va e construire e : des repères

    • 9  Selon D. Delomier et M.-A. Morel, mais et et, lorsqu’ils sont marqueurs de raccrochage, sont suivi (...)

    raccrochage de E3 à E2 par une conjonction : mais dans les incises 1, 13, 15, 9, 11 et et e dans l’incise 3. Dans l’incise 9, on observe de plus une reprise textuelle et dans l’incise 11 une reprise syntaxique (voir infra)9

  • reprise du schéma syntaxique et continuation ou achèvement de la structure (incises 2, 10, 11)

10. pour moi l’énonciateur c’est c’est c’est ça c’est quelqu’un qui e / c’est / une instance disons (h) qui c= enfin pas quelqu’un bien sûr c’est une instance qui

  • reprise textuelle de certains constituants de El et continuation (incises 4, 7,9, 12)

7. il y a un très bel exemple e dans : de de ça d’ailleurs dans alors non pas e un peu (plus) lointain dans : dans beauzée quand il analyse le e le futur antérieur

  • reprise textuelle et redémarrage (incise 5)

5. un effet de construction et des re= des repères e damourette et pichon je crois aussi a : a : ont aussi un peu parlé en ces termes (h) e des effets de construction c’est-à-dire que des effets qui fait que

  • raccrochage de E3 par parce que dans l’incise 8 (ce cas me semble quelque peu « anormal » dans la mesure où ici l’ancrage de E3 semble se faire dans E2 et non dans El).

16Dans la plupart des cas, c’est donc par une reprise textuelle et/ou syntaxique de El que s’effectue le raccrochage de E3 par delà l’énoncé en incise.

17• L’étude du réseau anaphorique montre d’autre part que :

  • E2 est le plus souvent en relation anaphorique avec El ; un exemple clair peut être fourni par l’incise 6 ça me gêne pas qu’il parle hein, dans laquelle il reprend un sujet donné parlant pourquoi pas situé dans El. La reprise anaphorique peut être beaucoup plus "lâche", en particulier quand elle est marquée par c’est ou ça (incises l, 3, 4) ; il peut y avoir également anaphore lexicale (incises 10, 11, 12, 13, 14, 15) ;

  • il eut y avoir cataphore : l’incise 2 commente l’expression donne à voir qui se trouve en E3 ;

  • les anaphores repérées en E3 ont leur référence en El et jamais en E2.

18Après avoir procédé au repérage et à la description formelle des incises, nous pouvons aborder la question de leur fonction.

2.2. Décrire le rôle des incises

19Dans l’analyse qu’elle propose du rôle des incises dans l’interaction, D. Delomier distingue deux cas : soit l’incise s’appuie sur le discours antérieur du locuteur et elle joue alors un rôle dans ce que l’on peut appeler la gestion du discours, permettant à l’énonciateur de « renforcer la cohérence discursive de l’échange et d’en assurer la continuité thématique » (Delomier 1987, p. 66) ; soit l’incise a pour déclencheur la présence de l’interlocuteur et, dans ce cas, ou bien elle renvoie au statut de l’interlocuteur ou bien elle « permet à l’énonciateur d’ajouter une précision, d’introduire une restriction ou une distance [...] L’énonciateur semble ainsi prévenir une objection éventuelle de ses interlocuteurs ». Il est par ailleurs fréquent que les incises soient décrites comme des corrections, des précisions ajoutées « après coup » à un discours principal qui serait donc ressenti comme atteint d’un certain « manque ».

20Or ces types d’interprétation semblent présenter quelques limites. Certes on a trouvé, comme D. Delomier, des traces de dialogisme dans les incises ; mais si l’on suit l’approche que propose J. Authier des gloses méta-énonciatives, il semble préférable d’éviter des formulations qui font la part belle à ce que l’on pourrait appeler « l’intentionnalité » du locuteur, donnant ainsi l’impression qu’il maîtrise la conduite de son discours jusque dans les incises.

21Voir dans les incises des sortes de « ratures » de l’oral est également contestable. D’abord les termes que l’on emploie sont généralement vagues, ce qui explique les difficultés rencontrées à les classer et à les désigner (s’agit-il d’autocorrection, d’explication, de justification ?). Ensuite une telle interprétation revient encore, d’une certaine manière, à décrire l’oral en termes négatifs de non-achevé, de manque, d’imperfection. Ainsi l’incise 12 est effectivement une justification de la correction que le locuteur vient d’effectuer dans le fil du discours ; on ne peut s’empêcher de remarquer que l’incise permet également d’introduire une référence à Jakobson sur un mode bien particulier – que l’on analysera plus loin.

22Enfin, aborder les incises de cette manière ne semble pas entièrement adéquat à la perspective choisie : observer si l’hétérogénéité intonative/syntaxique manifestée par l’incise dans le fil du discours est le lieu d’inscription d’un autre type d’hétérogénéité.

2.3. Les outils descriptifs retenus

  • 10  On a noté plus haut que « E2 [l’énoncé en incise] s’appuie syntaxiquement et discursivement sur El(...)

23Il reste qu’on assiste toujours à un retour sur l’énonciation : les incises ont de fait un caractère de glose, de commentaire du discours principal (dit fil du discours)10. Par ailleurs, l’hétérogénéité d’un texte se repère à certaines marques, explicites, telles que les traces linguistiques de la présence de l’autre dans le discours, ou implicites, comme les formes de négation.

24Deux phénomènes principaux ont finalement été choisis pour "entrer" dans le texte retenu ici :

  • les faits qui relèvent du méta-énonciatif, étudié à partir du système anaphorique qui permet d’envisager le rapport de l’incise au discours principal ;

  • les différentes marques de la présence de l’autre : noms propres, discours rapporté, énoncés négatifs.

3. Des pistes pour l’interprétation

3.1. Les incises comme retour sur le fil du discours

  • 11  J’ai laissé de côté l’incise 1 qui est de nature particulière : elle souligne en effet que la séqu (...)

25Dans ce texte, la quasi-totalité des incises se situent dans des séquences définitionnelles. On les repère aisément à la présence de thématisations : un texte (ligne 20), ce qui fait de l’hétérogène dans un texte (ligne 28), le discours rapporté (ligne 34)... Elles sont souvent suivies de segments Thématiquesen c’est : le discours rapporté [...] c’est quoi [...] qui contiennent la définition, elle-même souvent sujette à reformulation : l’énonciateur c’est c’est c’est ça c’est quelqu’un qui e / c’est / une instance disons (ligne 71). Très souvent la séquence définitionnelle est accompagnée de marques personnelles : le discours rapporté / e: pour moi, je vois dans l’énonciation (ligne 45). On peut donc matérialiser le déroulement du discours du locuteur en faisant apparaître, d’une part, les termes qui font l’objet d’une séquence définitionnelle (objets de discours) et, d’autre part, incluses dans ces séquences, ceux qui donnent lieu à une incise11.

  • 12  D’autres commentaires pourraient être faits : on constate un déroulement circulaire du discours au (...)

26Le tableau ci-dessus permet d’observer comment la définition d’un objet de discours « principal » suscite en cascade la définition d’autres termes, et l’apparition d’incises. Ainsi celles-ci portent-elles sur des mots-clés du domaine, et parfois sur des termes à propos desquels le locuteur sait que certains des participants ne sont pas d’accord avec l’emploi qu’il en fait (c’est le cas de hétérogène et représentation)12.

3.2. Les marques d’hétérogénéité

3.2.1. Les marques explicites

27Les marques explicites sont tout simplement constituées des noms propres et des phénomènes de discours rapporté (citation, etc.). Elles concernent des « absents » et des « présents » (participants au colloque).

Les absents

28L’intervenant cite en incise Grize, Damourette et Pichon et Jakobson. Le cas de Beauzée est un peu particulier puisqu’il apparaît dans deux incises mais sous la forme de la reprise anaphorique il, c’est-à-dire que la mention du nom propre se trouve dans le discours principal (le fil du discours). Je reviendrai cependant sur cet exemple dans la mesure où il est emblématique des difficultés d’analyse de la citation.

29En prenant en compte les marques de discours rapporté ainsi que le degré de précision de la citation, on peut faire les remarques suivantes :

  • pour Grize : le locuteur se réfère à un terme précis de l’appareil conceptuel utilisé par Grize (dans l’incise 2 : quand il a parlé de schématisation). On note par ailleurs dans le corps du discours une citation masquée puisque donne à voir est également un mot de Grize.

  • pour Jakobson : le cas est encore plus net puisqu’il y a une trace de discours rapporté, et pas seulement la simple mention d’un « mot-clé » : disait qu’il s’intéressait aux textes (incise 12).

  • pour Damourette et Pichon : la citation est plus approximative (ont aussi un peu parlé en ces termes dans l’incise 5).

30Si l’on croise ces données avec le relevé des traces de modalisation, on peut noter que :

    • 13  Voir en deuxième partie ici-même les études portant sur cette catégorie.

    la mention de Grize est accompagnée de modalités appréciatives13, positives puis négatives (ce qui correspond au mouvement de concession de l’incise) : admiration sans bornes, s’est laissé aller ;

  • la citation de Damourette et Pichon est accompagnée au contraire d’une série de modalisations de mise à distance : je crois, un peu ;

  • enfin le cas de Jakobson est particulier : pas de modalisation mais un changement de régime discursif (nettement marqué au niveau intonatif), de telle sorte que la citation apparaît dans un récit qui manifeste une connaissance fine non seulement de l’œuvre mais également de la vie du linguiste. L’incise établit de plus une comparaison implicite entre Jakobson et le locuteur lui-même – à son insu bien sûr.

31Il semble donc que Grize et Jakobson, d’une part, Damourette et Pichon, d’autre part, ne sont pas sur le même plan dans la hiérarchie personnelle du locuteur : celui-ci semble se situer par rapport aux deux premiers dans un rapport de proximité, voire de familiarité, beaucoup plus grand. Je formulerai dès lors l’hypothèse que c’est ce rapport spécifique qui fait que ces noms surgissent en incise : tellement proches du locuteur que celui-ci peut les « convoquer » spontanément.

32Dans le fil du discours apparaissent également les noms de :

  • Tesnière qui fait l’objet d’une digression et s’explique par le fait que le locuteur est en train de travailler sur cet auteur ;

  • Beauzée auquel est simplement emprunté un exemple qui constitue lui aussi une sorte de digression (voir plus haut) ;

  • Culioli enfin, qui est lui invoqué comme garant de la définition de l’« énonciation », bien que tout se passe comme si la référence à Damourette et Pichon venait apporter une caution supplémentaire à la conception proposée.

Les présents

33Deux participants présents sont cités : Jacqueline Authier et Daniel Jacobi. J. Authier n’a pas le même statut que le second, puisque l’intervention du locuteur est la réponse à une question qu’elle lui a posée ; pourtant c’est D. Jacobi qui est repris par vous, dans une incise qui constitue une interpellation directe.

34Dans les deux cas l’incise porte sur un commentaire relatif à la nomination (voir infra) en des termes analogues :

c’est pas hétérogène au sens de Jacqueline authier (ligne 32) dans le même sens que vous pourriez l’utiliser (ligne 131-132)

Le pronom on

35Ce pronom, dans lequel s’inclut le locuteur, peut constituer également une trace de l’autre, dans l’incise 13 par exemple, qui présente la même structure que celle repérée précédemment :

parce que les mots on est on est beaucoup à l’employer et on a pas toujours / on donne pas tous le même sens à ce mot (ligne125-126)

3.2.2. La négation : une marque implicite ?

  • 14  Le problème de savoir s’il faut postuler l’existence de trois négations (Moeschler 1992) ou s’il f (...)

36Les descriptions traditionnelles de la négation en font la marque d’une certaine hétérogénéité. On distingue en effet traditionnellement la négation descriptive « qui sert tout simplement à décrire un état du monde » (Nolke 1992, p. 49) et la « négation polémique », désignée également dans certains cas par le terme « négation métalinguistique ».La négation polémique « sert à s’opposer à un point de vue susceptible d’être soutenu par un être discursif » (Nolke 1992, p. 4914). C’est à propos de ce type de négation que l’on peut parler de polyphonie.

37Il s’avère en effet que le croisement de cette nouvelle entrée avec la précédente permet d’affiner encore l’analyse. On reprendra ici les incises du corpus, et tout d’abord les énoncés sélectionnés qui comportent une référence explicite à l’autre, en les observant dans cette nouvelle perspective.

38L’incise 8 occupe une place à part. La référence à l’autre n’y apparaît, on l’a vu, que sous la forme du pronom anaphorique. Cet énoncé pose en réalité un problème de nomination lié à la citation de Beauzée : ce dernier contestant l’emploi du terme futur antérieur, comment nommer le concept qui y correspond sans utiliser le terme propre ? L’incise met en oeuvre un bel exemple d’énonciation multiple (polyphonie) liée à l’emploi de la négation, puisqu’il est difficile de décider qui est l’énonciateur de futur antérieur : Beauzée ou le locuteur ? L’un et l’autre, fort probablement.

39Dans tous les autres cas, on constate que les énoncés qui font référence à un absent sont des énoncés positifs. En revanche, les incises renvoyant à des présents comportent des énoncés à la forme négative. On y retrouve de plus, à chaque fois, la structure pas au sens de qui renvoie à un problème de nomination :

4. je suis bien d’accord que c’est pas hétérogène au sens de Jacqueline authier
13. e me méfie un peu du mot opération parce que : les mots on est on est beaucoup à l’employer et on a pas toujours / on donne pas tous le même sens à ce mot
15. alors je suis pas sûr que le mot représentation soit e ça va dans le même sens que vous pourriez l’utiliser

40Trois énoncés négatifs présentent par ailleurs une structure analogue : il s’agit des énoncés 10 et 11 auxquels on peut joindre l’énoncé 7, bien que non achevé :

10. c’est quelqu’un qui e / c’est une instance disons (h) qui c= enfin pas quelqu’un bien sûr c’est une instance qui
11. et qui se gon= enfin qui / pas qui se gonflent mais qui gonflent le texte

41L’énoncé 10 est de la forme : XY pas X Y et 11 : X pas X Y. L’énoncé négatif en incise vient donc en surplus d’une correction portée par ailleurs dans le fil du discours. On retrouve ici deux des formes de non-adéquation décrites par J. Authier : dans les énoncés du type pas au sens de, il y a non-adéquation par rapport au discours et, dans les énoncés du type pas x, non-adéquation du mot à la chose.

  • 15  Je laisse de côté l’énoncé 6 « ça me gêne pas qu’il parle hein » dans lequel il me semble que la n (...)

42Dans le premier cas, on balise en quelque sorte son discours par rapport à un discours « autre » dont les représentants sont par ailleurs présents. Dans le second cas, c’est dans le propre discours du locuteur que s’élève la contradiction, puisque c’est l’énoncé du locuteur qui est nié – mais le redoublement de la correction par la négation ne souligne-t-il pas la prise en compte d’un « autre », la communauté scientifique, représentée ici par les participants ? On pourrait dire alors que les « absents illustres » – qui apparaissent dans des énoncés positifs – sont invoqués sous une forme différente, en renfort du discours du locuteur15. C’est finalement l’étude des énoncés négatifs qui amène ici à s’interroger de façon plus précise sur la fonction des incises répertoriées.

4. Hypothèses sur les fonctions des incises

43Dans la séquence sélectionnée, les incises relèvent à plusieurs titres de l’hétérogénéité. En effet, elles constituent des hétérogénéités intonatives – raison pour laquelle on les avait choisies comme première « entrée ». De plus, elles sont pour la plupart d’entre elles le lieu d’émergence d’un commentaire méta-énonciatif, c’est-à-dire d’un retour du locuteur sur son propre discours, et l’on pourrait donc parler d’hétérogénéité discursive dans la mesure où le fil du discours est interrompu par un discours d’un autre ordre. Enfin, la majorité d’entre elles sont marquées par la présence de l’autre, ce qui constituerait l’hétérogénéité au sens propre, qu’il s’agisse de noms propres, de phénomènes de discours rapporté ou de tournures négatives.

44Nous avons vu plus haut que les fonctions traditionnellement attribuées aux incises ne semblaient pas satisfaisantes. C’est pourquoi on a cherché ici à déterminer celles qu’elles occupent dans un genre discursif particulier, les interactions orales entre pairs. Deux fonctions essentielles (ou plutôt deux niveaux de fonctionnement, dans la mesure où il y a recouvrement, superposition plutôt qu’exclusion d’une fonction par l’autre) ont pu être dégagées : les incises permettraient, d’une part, la prise en compte de l’autre en tant qu’interlocuteur et, d’autre part, la prise en compte des discours « autres », qui participent à la constitution du propre discours du locuteur.

4.1. La prise en compte de l’interlocuteur

45On peut distinguer trois types d’inscription de l’autre dans les énoncés en incise :

  • l’incise contient une prise en compte directe de la question ou de la simple présence des interlocuteurs (dans les incises 4, 14, 15) ;

  • l’incise prévient l’émergence possible d’un contre-discours prévisible ; c’est le mécanisme qui a été décrit avec les incises à forme négative, auxquelles on peut adjoindre les incises 1 et 15 : dans l’incise 1, l’objection possible porterait sur le fait que le locuteur est en train de faire une digression et, dans l’incise 15, sur l’emploi possible d’un terme ;

  • l’incise permet enfin un positionnement du locuteur dans le « champ » ou le « domaine », face à ses pairs.

46Ce positionnement s’effectue de trois manières différentes :

  • Il s’effectue directement par les mentions de noms propres et les citations ; les modalités de leur énonciation ainsi que le fait qu’ils apparaissent en incise peuvent donner par ailleurs une indication sur la hiérarchie personnelle du locuteur – voir supra.

  • Il s’effectue indirectement par le retour sur la définition de certains termes ; la prise en compte de la possibilité d’un contre-discours constitue en même temps l’indice d’un « savoir » du locuteur dans le domaine : ainsi, dans l’incise 10, le retour sur la formulation c’est quelqu’un pour désigner le sujet parlant est-il un indice de la connaissance par le locuteur des différentes conceptions du sujet dans les théories énonciatives et de son propre choix.

  • Il peut également s’opérer par l’inclusion du locuteur dans une communauté : c’est ce qui apparaît à travers la passivation dans l’incise 3 et à travers le pronom on dans l’incise 13.

  • 16  On pourrait parler ici de dialogisme interlocutif ou interactionnel. Cette dernière formulation pr (...)

47Ce qui est en jeu, c’est la manière dont le locuteur prend en compte l’interlocuteur présent (celui qui a posé une question) ou potentiel (la question que chacun des participants pourrait poser). Ainsi, dans le discours du locuteur se fait entendre, au travers des incises, la présence de ses interlocuteurs, les « autres » qui lui font face16. Il n’est pas indifférent, en tout cas, que cette prise en compte de l’autre se situe dans l’incise : à l’oral, cela évite en effet une perturbation excessive du fil du discours et cela permet au locuteur de construire son discours à partir de ces plages d’hétérogénéité bien circonscrites que constituent les incises.

4.2. La construction du discours

48Les incises comme faits d’hétérogénéité sont en effet des lieux d’inscription de ce que j’appellerai les extérieurs théoriques du discours, et qui se distribuent en deux sous-ensembles :

  • soit ces extérieurs sont « convoqués » : c’est essentiellement le cas des noms d’absents qui constituent en quelque sorte les « garants » du discours du locuteur, ceux derrière lesquels il s’abrite ;

  • soit ces extérieurs sont « repoussés » : le locuteur construit son discours par opposition à un autre discours, mais il doit en même temps « montrer » qu’il le connaît parfaitement, d’autant plus que les producteurs de celui-ci sont en face de lui, et qu’il se démarque de leurs positions (d’où les formules pas au sens de). Il se place également face à un contre-discours, qui peut ou pourrait à tout moment surgir d’un auditeur quand les formulations choisies sont ambiguës (d’où pas qui se gonflent).

49On pourrait par ailleurs reprendre ici la problématique développée à propos des gloses méta-énonciatives par J. Authier, qui fait l’hypothèse que ces lieux d’hétérogénéité montrée constituent également un moyen pour le locuteur de se masquer alors que le reste de son discours apparaît comme parfaitement maîtrisé (c’est-à-dire qu’il présente plutôt une forte hétérogénéité constitutive voir Authier 1982, 1984). On pourrait considérer en effet que les incises constituent des lieux d’émergence d’un discours autre, mais qu’elles permettent en même temps, par le décrochement intonatif qui les institue sur un autre plan que le fil du discours, de maintenir la cohérence du discours principal. On peut rappeler, à l’appui de cette thèse, la fréquence des marques personnelles dans les séquences définitionnelles qui constituent l’essentiel de ce discours : tout se passe comme si au « discours du je » venait s’opposer dans les incises le « discours des autres ». Paradoxalement, bien loin de témoigner d’un quelconque « bafouillement », en laissant une place au discours « autre » dans les incises, le locuteur réaffirme ainsi sa maîtrise sur le discours principal. On peut, à ce point de la démonstration, rappeler la deuxième caractéristique du texte analysé : il s’agit d’un discours d’exposition de recherche (communication scientifique orale). Or le discours de recherche se construit toujours sur un fond d’autres discours, de théories parallèles ou opposées, par rapport auxquels il doit se placer (dialogisme intertextuel). La gestion des incises serait-elle un moyen de résoudre cette tension en limitant, à l’oral, le surgissement de ces discours autres ?

  • 17  Certains travaux de membres du CEDISCOR ont porté sur l’énonciation scientifique ou l’exposition e (...)

50En partant de l’observation des hétérogénéités intonatives que constituent les incises et en les analysant à travers d’autres traits d’hétérogénéité, on a pu décrire leur fonctionnement dans l’interlocution et la constitution de l’objet de discours. La prise en compte de l’hétérogénéité a par ailleurs amené à la mise en évidence du dialogisme des énoncés en incise sous ses deux aspects, interactionnel et intertextuel. Ce fonctionnement s’est également avéré en étroite corrélation avec les circonstances de production du discours ainsi qu’avec le genre discursif étudié, qui ressortit au discours d’exposition scientifique. On peut envisager maintenant d’élargir cette étude à la totalité de la communication orale des locuteurs, afin de dégager des variations éventuelles dans la fréquence et le rôle de ces incises, et comparer ensuite cette version orale aux hétérogénéités rencontrées dans la version écrite de ces mêmes communications, telles qu’elles sont publiées dans les actes de colloques17.

Haut de page

Annexe

Conventions de transcription

- -

précédé de l’initiale identifiant le locuteur marque le début d’une prise de parole

/

note une pause (/, //, /// selon la durée de l’interruption)

(h)

note une pause remplie par une inspiration audible

e

note ce qui est traditionnellement transcrit par "euh" dans la graphie traditionnelle

:

note l’allongement d’un son ; plus il y a de points, plus l’allongement est long ( : ou ::ou :::)

MAJ

les caractères majuscules indiquent une prononciation appuyée : accent d’insistance, accent d’intensité

=

signale qu’un mot est inachevé

(MAJ)

signale un événement non linguistique, décrit un mode d’articulation, un comportement non verbal. Précède l’énoncé qu’il caractérise et reste valable jusqu’au +

< > ou « »

signale un double ou triple décrochement intonatif

Les incises sont en gras dans la transcription qui suit

1

A - - ... je comprends pas bien l’articulation entre les deux

2

P - - alors là là là je peut-être que je suis dans u= un peu e obnub=

3

en ce moment je suis un peu obnubilé par le haut et par le bas /

4

(RIRES) parce que je prépare e oui parce que je prépare une :

5

communication sur tesnière pour rouen en : novembre (h) e où

6

justement (RIT) j’essaie de travailler sur le haut et sur le bas parce

7

que (h) tesnière / e est e est à ma connaissance d’ailleurs le seul

8

linguiste à avoir proposé la notion de translation (h) c’est-à-dire

9

une notion en fait où e : le par exemple la relative / est e un TOUT / e

10

par le haut / d’où e la la l’inscription de la subjectivité (h) et / [1]

11

enfin bon ça on verra ça à Rouen si enfin si je (.) mais

12

e et e des morceaux par le bas / alors e c’est peut-être pour ça

13

hein e que je je schématise ça comme ça je sais pas je vais être

14

mais je crois que pas seulement / peut-être par ce fantasme mais

15

pas seulement (h) / je crois qu’il y a autre chose / je vais essayer

16

de l’expliquer essayer de I= de M’EN expliquer / / e / / le : dans dans

17

le : je dirais que CA c’est le plan de la perception du texte / et que

18

CA c’est le plan de la CONStitution du texte / hein / ça c’est : pour

19

moi ça c’est e (VITE) alors + / qu’est-ce que ça veut dire / ça veut

20

dire que / e / un texte / on on a on a longtemps utilisé e / même

21

grize e [2]_même grize < pour qui j’ai une admiration

22

sans bornes > e et s’est laissé alLER d’ailleurs à

23

cette approximaTION : quand il a parié de la

24

schématisation (h) on a tous un petit peu utilisé / l’idée que le

25

texte / donne à voir fait voir [3] c’est une métaphore qui a

26

été utilisée largement dans les années soixante-dix

27

(h) et e : je dirais qu’il y a LA quelque chose de ce type c’est-à-dire

28

que / e : // ce qui FAIT de l’hétérogèn= de l’hétérogène dans le texte

29

(h) c’est ce qui est perceptIBLE comme / proposant / e / de la de la

30

diversification / par exemple (h) e : le discours rapporté / e : pour

31

moi à la fois [4] / e / le e c’=je suis bien d’accord que

32

c’est c’est pas hétérogène au sens de Jacqueline

33

authier hein < e qui qui se retrouverait là hein e <

34

(BAS) bien sûr + >> (h) le discours rapporté c’est quoi à la fois /

35

c’est deux choses / (h) le discours rapporté : tel qu’= e affiché hein

36

/ c’est d’un côté quelque chose qui donne à voir / du e : / donne à

37

voir du e voyez je suis allé par exemple : pour un journaliste voyez

38

je suis allé y voir / hein e : un article de : / un article de : de libération

39

avec lequel sur lequel j’ai travaillé avec des étudiants de : de paris

40

trois (h) e : c’était était typique de ce point de vue là c’est / j’ai mes

41

témoins hein / bon or ce / j’ai mes témoins / c’est PAS constitutif du

42

texte / c’est en termes de rapport à la perceptION du texte / (h)

43

alors que / l’altérité elle est constitutive du texte c’est-à-dire c’est

44

les mécanismes / (ECRIT) qui s= articulent des plans / e très

45

influencé par culioli je vois dans l’énonciation non pas un effet de

46

subjectivité mais un effet de construction / un effet de

47

construction et des re= des repères e [5] damourette et

48

pichon je crois aussi a : a : ont aussi un peu parlé en

49

ces termes (h) e des effets de construction c’est-à-dire que des

50

effets qui fait que / en fait / un un sujet donné parlant pourquoi pas

51

/ [6] ça me gêne pas qu’il parle hein e / le : va e construire

52

e : des repères / dont certains sont d’ailleurs uniquement un

53

PRElèvement de repères e immédiats (h) mais va SUR ces repères

54

construire d’autre repères (h) il y a un très bel exemple e dans : de

55

de ça d’ailleurs dans [7] alors non pas e un peu (plus)

56

lointain _dans : dans beauzée quand il analyse le e le futur

57

antérieur (h) où il dit que le futur ant= contrairement à ce qu’on croit

58

souvent (h) le futur antérieur c’est pas un f= [8] enfin il appelle

59

pas ça futur antérieur justement parce que il veut pas

60

appeler ça futur antérieur parce que c’est pas un futur / et

61

ça n’a rien à voir avec un futur et si je dis demain le travail sera fait

62

/ le travail peut être fait [9] en fait il dit e il emploie un

63

exemple avec dieu bien sûr puisque c’est le 18ème

64

siècle (h) mais e Dire demain le travail sera fait / ça peut être très

65

bien que le travail est FAIT / je peux le savoir ne pas vouloir le dire

66

je peux pas je peux ne pas le savoir (h) autrement dit LA on a

67

construit / un deuxième type de repère ce qui fait que en fait assez

68

curieusement quand on veut marquer qu’on veut signaler le temps

69

qu’on veut expliquer le temps on est parfois obligé de construire /

70

plusieurs axes / hein sinon e on sait plus du tout où on en est / bon

71

/ donc (hm) e / pour moi l’énonciateur c’est c’est c’est ça c’est

72

quelqu’un qui e / c’est / une instance disons (h) [10] qui c=

73

enfin pas quelqu’un bien sûr c’est une instance qui construit

74

des repères qui se hiérarchisent qui se constituent qui qui

75

s’ajoutent hein (h) et / de ce fait-là / le discours rapporté / est une

76

de ces constructions de repères qui se constituent comme ça et

77

qui qui GERment comme ça et qui et qui se gon= enfin qui / [11]

78

pas qui se gonflent mais qui gonflent le texte / hein / et là c’est

79

du point de vue / constitutif / c’est plus du tout du point de vue / e

80

de ce que ça donne à voi= de ce que ça / du du regard e / par

81

dessus / mais c’est / e e en fait c’est / c’est dans la constitution

82

même de MON objet texte / que / j’articule CES éléments / qui sont

83

/ qui s= e / en faisant LA de l’altérité justement hein / de l’altérité qui

84

fait que (h) j’ai des plans différenciés / qui fait que / je ne présente

85

PAS quelque chose de monolithique (h) pourquoi je me suis

86

demandé pourquoi / je ne percevais pas comme e co= e : je ne

87

percevais pas les textes présentant du discours rapport= du

88

discours direct hein notamment (h) ou du discours e mi-direct mi-

89

indirect (h) pourquoi je ne les recevais pas comme didactiques (h)

90

eh bien peut-être justement parce qu’ils font trop de place à l’autre

91

/y compris au savant éventuellement / y compris au savant / (h)

92

c’est-à-dire que d= ils s= i(ls) i(ls) ils articulent dans leur

93

constitution même / trop de plans différents / et ça c’est c’est une

94

des ré= e e une des une des : une des rés= une ré une réponse que

95

je me suis donné hein (BAS) voilà à moi (h) donc / voilà je sais pas

96

si c’est beaucoup plus clair j’espère que ça t’est un petit peu quand

97

même e cette idée que d’un côté / il y a le rapport à une

98

perception / de mon propos / c’est là (MONTRE) / effectivement

99

elle est c’est c’est hétérogène dans un sens beaucoup p= / e peut-

100

être plus e je sais pas journalistique ou peut-être e $ hein

101

X

$ - point de vue sur

102

P - - point de vue sur oui / alors que là c’est en termes de /

103

constitution d’un tissu textuel (h) j’ai toujours / alors je je j’ai

104

quarante-six ans bon e je suis plus tout je : plus tout frais plus tout

105

jeune (h) (FORT) mais e j’ai toujours e (h) j’ai ça fait donc e (.) j’ai

106

commencé à travailler sur les textes enfin à m’INtéresser aux

107

textes [12] puisque je (pass=.) / je travaille pas sur les

108

textes vraiment / < un jour e Jakobson disait qu’il

109

s’INtéressait aux langues / donc restons modestes >

110

(h) e j’ai commencé à m’intéresser aux textes en en faisant les

111

cent-vingt kilomètres qui séparaient besançon e de neuchâtel en

112

soixante-neuf (h) mille-neuf-cent-soixante-neuf e et en allant e

113

fréquenter le le centre de sémiologie au e de neuchâtel où on

114

travaillait sur l’arg– e l’argumentation / et / e j’ai je je je je n’ai je me

115

suis jamais DEparti de cette métaphore hein le TISSU textuel (h)

116

c’est-à-dire / e le fait que en fait le le texte ça se tisse et c’est vrai

117

que j’ai d’abord cherché à le re= à le re= toujours à le retisser en

118

tant qu’analyste (h) et à le retisser de façon homogène / et c’=

119

c’est vrai que : cette c’est ce retissage avec une autre un une autre

120

maille peut-être hein (h) e est plus récent / donc / je crois qu’il y a

121

effectiv= le texte c’est effectivement CA / c’est un tissu / je dirais /

122

de repérages / de constructions / d’opérations certainement / /

123

[13] je me méfie un peu du mot opération parce que :

124

les mots on est on est beaucoup à l’employer et on a

125

pas toujours / on donne pas tous le même sens à ce

126

mot (h) mais e et pour employer un terme qui lui aussi alors là e va

127

f= va faire bondir certainement des gens présents (h) [14] je

128

crains que daniel jacobi donc ne bondISSE e : c’est le

129

mot de représentation / pour moi le le : / le texte comme un système

130

de représentations [15] alors je suis pas sûr que le mot

131

représentation soit e ça va dans le même sens que

132

vous pourriez l’utiliser mais (h) e c’est : / e c’est CA

133

(MONTRE) ça c’est ce plan-là / plan constitutif / et non pas le plan /

134

du rapport à la perception / moi ce qui me frappe dans la discussion

135

qu’on a eu jusqu’à maintenant / c’est qu’on s’est toujours on a

136

toujours basculé entre est-ce qu’on tient compte ou non de la

137

reception / je crois qu’il y a eu ça hein dans la discussion qu’on a

138

eu / on en tient compte ou on en tient pas compte et puis des fois

139

on disait ah bah tiens on va pas en tenir compte et puis après on

140

disait ah bah tiens quand même là on est obligé d’en tenir compte /

141

il y a il y a une sorte de balancement là qui : / qui me semble

142

intéressant / intéressant hein / e je suis pas en train de dire on a :

143

qu= de prétendre qu’on a cafouillé ou je sais pas quoi (h) je pense

144

que ce balancement était intéressant était sûrement constitutif de

145

quelque chose hein / sûrement il est sûrement e important ce

146

balancement / voilà / donc ça c’est pour la dualité / enfin je sais

147

pas si j’ai bien répondu à /

Haut de page

Notes

1  L’approche présentée ici est largement influencée par la lecture des travaux de J. Authier (voir bibliographie).

2  Cette étude a pour origine la réflexion menée au sein de l’équipe de travail du CEDISCOR sur les notions d’hétérogénéité et de cohérence (sous la direction de Monique Lebre), à partir d’un corpus constitué d’enregistrements réalisés dans des colloques (voir M. Lebre ici-même).

3  On remarquera, en lisant la transcription de la séquence en annexe, la part de « mise en abîme » de cette étude puisque la communication et la réponse à la question portent sur la notion d’hétérogénéité !

4  Je ne rentre pas ici dans les débats terminologiques et théoriques autour du terme dialogue (voir Kerbrat-Orecchioni, 1990, p. 116-117).

5  Kerbrat-Orecchioni, op. cit.. p. 15-16.

6  Les incises sont numérotées de 1 à 15 dans la transcription du corpus qui est donné en annexe, en fin d’article.

7  Le phénomène des incises a fait l’objet d’une description détaillée par ces deux auteurs dans la perspective d’analyse de l’oral qui est la leur. Je ne traiterai pas ici du traitement de l’incise dans les développements récents de la syntaxe, abordé par M. de Fornel et J.-M. Marandin lors d’un séminaire à l’EPHESS en 1993-1994

8  Les conventions de transcription sont données avant la transcription en annexe.

9  Selon D. Delomier et M.-A. Morel, mais et et, lorsqu’ils sont marqueurs de raccrochage, sont suivis d’une pause, tandis que, quand ils sont conjonctions de coordination, ils sont toujours précédés mais jamais suivis d’une pause.

10  On a noté plus haut que « E2 [l’énoncé en incise] s’appuie syntaxiquement et discursivement sur El » (Delomier et Morel, p. 51).

11  J’ai laissé de côté l’incise 1 qui est de nature particulière : elle souligne en effet que la séquence en cours est une digression (on pourrait la qualifier de « méta-discursive »).

12  D’autres commentaires pourraient être faits : on constate un déroulement circulaire du discours autour de l’objet texte ; on pourrait ainsi observer les emboîtements, les transitions d’un objet à l’autre et tenter de les hiérarchiser.

13  Voir en deuxième partie ici-même les études portant sur cette catégorie.

14  Le problème de savoir s’il faut postuler l’existence de trois négations (Moeschler 1992) ou s’il faut considérer avec Nolke que la négation descriptive comme une valeur non marquée de la négation polémique ne nous retiendra pas ici.

15  Je laisse de côté l’énoncé 6 « ça me gêne pas qu’il parle hein » dans lequel il me semble que la négation affecte le « modus » de l’énoncé dont le « dictum » reste positif. Dans l’incise 15 en revanche, l’énoncé « je suis pas sûr que ça va dans le même sens » pourrait être paraphrasé par « ça va pas dans le même sens à mon avis/d’après moi/me semble-t-il ».

16  On pourrait parler ici de dialogisme interlocutif ou interactionnel. Cette dernière formulation proposée par S. Moirand (Une histoire de discours, p. 310) pose le problème de l’utilisation de la notion d’interaction. Devant la difficulté que l’on peut éprouver à définir et à manier cette notion (qui n’était pas, à l’origine, une notion de linguistique), on peut lui préférer le terme de dialogisme. Signalons toutefois que l’on pourrait peut-être parler ici d’interaction dans la mesure où la représentation de l’autre influe sur le discours du locuteur.

17  Certains travaux de membres du CEDISCOR ont porté sur l’énonciation scientifique ou l’exposition et la diffusion des recherches (voir par exemple Ali Bouacha 1984, Beacco 1988, Le Hellaye 1989, Le Hellaye et Moirand 1992, Moirand 1988). Les travaux entrepris actuellement (et présentés dans cette troisième partie) ont pour originalité de porter sur des interactions (voir également Mourlhon-Dallies et Colin, Lebre ici-même).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cediscor/docannexe/image/543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Sitri, « L’incise : un point d’hétérogénéité dans les échanges entre pairs », Les Carnets du Cediscor, 3 | 1995, 173-190.

Référence électronique

Frédérique Sitri, « L’incise : un point d’hétérogénéité dans les échanges entre pairs », Les Carnets du Cediscor [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/cediscor/543

Haut de page

Auteur

Frédérique Sitri

Doctorante, Paris III (Paris X)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Les carnets du Cediscor

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals