Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Introduction

Introduction

Georgeta Cislaru, Sheila Elias de Oliveira et Mónica Zoppi Fontana
p. 8-17

Texte intégral

  • 1 . Il s’agit de chercheurs issus de l’université de Campinas, dont les équipes de recherche collabo (...)

1Cette livraison des Carnets du Cediscor donne la parole à des chercheurs brésiliens1 endossant la méthode de l’analyse du discours (AD) telle qu’elle s’enracine dans les travaux de Pêcheux, tout en la retravaillant plus particulièrement du point de vue des mécanismes et des enjeux idéologiques. La tradition française de l’AD connaît un fort succès au Brésil, bien qu’elle cohabite, géographiquement et institutionnellement, avec d’autres approches, comme la Critical Discourse Analysis de tradition anglaise. Comme en France, l’AD est intégrée institutionnellement au champ des sciences du langage (voir Angermuller 2017). L’héritage de Pêcheux fait école au Brésil, tout comme celui de Foucault, considéré comme le père fondateur de l’AD, fait école en Allemagne (voir Wedl 2007), ou que la philosophie de Althusser et de Pêcheux fait écho en Grande-Bretagne (Fairclough 1995). Ces choix de prédilection ne sont pas exclusifs et d’autres développements coexistent ; mais ils sont symptomatiques des ancrages institutionnels et culturels que les disciplines cultivent (voir aussi Raus 2019). Les théories du langage semblent plus particulièrement concernées par des ancrages culturels, comme le montre par exemple le recueil de Cram et al. (1996) et le texte de Sériot (ibid.) discutant la notion même de tradition linguistique. À plus forte raison, des disciplines comme l’AD, préoccupées par les conditions de production des discours et par la contextualisation (voir Maingueneau 1996, Kerbrat-Orecchioni 1996, Fairclough 2005), adaptent leur cadre interprétatif à la nature des données abordées. Ces ancrages situés puisent néanmoins dans les sources épistémologiques et dans les dialogues scientifiques des représentations et des objets communs.

Quelques jalons épistémologiques

  • 2 . Voir à ce propos la parution récente de Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse (...)
  • 3 . Pour quelques références, voir Orlandi 1983, 1988, 1993, 1994, 2002, 2017.

2Il est donc bien reconnu en France et en dehors de la France que plusieurs « analyses du discours à la française »2 coexistent. Il en est de même au Brésil, où l’analyse du discours a sa propre histoire, qui est construite sur plusieurs approches, lectures, points de vue et développements (voir Puccinelli Orlandi 2007, Piovezani et Pacchi Filho 2010, Machados et Mendes 2011, etc.). Comme on le verra plus loin dans la présentation des contributions du numéro, cette histoire s’entrelace avec celle de plusieurs démarches d’AD menées sur le terrain français. Mais le regard porté à la fois de l’intérieur et de l’extérieur permet des effets de loupe sur quelques orientations théoriques qui sont particulièrement fécondes dans l’espace brésilien d’une manière générale, et au sein de l’équipe de Campinas plus spécifiquement. Les articles présentés dans ce numéro se réclament de l’héritage de Pêcheux, tel qu’il a été retravaillé, dans les modes de lecture, de compréhension et de renouvellement, par Orlandi à l’université de Campinas (Unicamp)3.

3La réflexion du groupe réuni autour de Pêcheux en France dans les années 1970 s’inscrit dans le matérialisme historique tel que défini par Althusser à la suite de sa lecture de Marx. Dans cette lecture, l’interpellation des individus en sujets par l’idéologie a une place fondamentale, et le langage est inscrit dans ce fonctionnement :

[…] pour vous comme pour moi, la catégorie de sujet est une « évidence » première (les évidences sont toujours premières) : il est clair que vous et moi sommes des sujets (libres, moraux, etc.). Comme toutes les évidences, y compris celles qui font qu’un mot « désigne une chose » ou « possède une signification » (donc y compris les évidences de la « transparence » du langage), cette « évidence » que vous et moi sommes des sujets – et que ça ne fait pas problème – est un effet idéologique, l’effet idéologique élémentaire. C’est en effet le propre de l’idéologie que d’imposer (sans en avoir l’air, puisque ce sont des « évidences ») les évidences comme évidences, que nous ne pouvons pas ne pas reconnaître, et devant lesquelles nous avons l’inévitable et naturelle réaction de nous exclamer (à haute voix, ou dans le « silence de la conscience ») : « c’est évident ! C’est bien ça ! C’est bien vrai ! » (Althusser 1970 : 21)

En définissant le discours comme lieu de contact entre langue et idéologie, les analyses du discours liées épistémologiquement au groupe de Pêcheux travaillent sur les évidences comme effets de sens, ce qui a été bien mis en évidence par Althusser, et cherchent à comprendre d’autres formes de production de sens liées au fonctionnement de l’idéologie. Les chercheurs participant à ce numéro travaillent, par exemple, sur le silence tel qu’il est conçu par Orlandi (1996) comme le revers de l’effet d’évidence.

  • 4 . Pour cette histoire, voir Vogt 1998 et Ferreira 2003.
  • 5 . Pour une analyse des reprises et coupures entre la conception de l’argumentation de Guimarães et (...)
  • 6 . Pour quelques références, voir Guimarães 1987, 1995, 2002, 2018.

4Le dialogue théorique avec l’AD tel qu’elle s’est constituée à l’Unicamp autour d’Orlandi a eu des effets sur la compréhension de l’énonciation. La mise en place de l’Institut des sciences du langage (IEL)4 a fortement bénéficié des collaborations avec Ducrot, dont la théorie de l’argumentation dans la langue a pu circuler au Brésil grâce à son travail à l’IEL dans les années 1970. Depuis les années 1980, Guimarães reprend des questions énonciatives travaillées par Ducrot5 – et d’autres auteurs français comme Benveniste – et les restructure dans une sémantique de l’énonciation qui prend en compte le sujet comme individu interpellé par l’idéologie et, en tant que tel, comme une position-sujet dans l’interdiscours (Pêcheux 1975)6. Ce rapport avec l’extériorité constitutive du langage a changé la compréhension de la scène énonciative, du rapport énoncé-énonciation, entre autres questions énonciatives, ayant toujours l’interdiscours comme toile de fond (voir Zoppi Fontana ici même).

5Le présent numéro s’applique à illustrer cette dualité résultant d’un demi-siècle d’échanges et évolutions théoriques entre l’AD à la française, l’énonciation et leur lecture à l’Unicamp.

Matérialisme historique : idéologie, sujet et sens

6Si en France l’héritage du matérialisme historique s’est quelque peu estompé suite à l’institutionnalisation de la discipline et à l’émergence de nouveaux corpus (même si les enjeux critiques réinvestissent l’approche, Angermuller 2017), cet héritage est revendiqué par les chercheurs qui publient leurs travaux dans ce numéro des Carnets. La prise de position épistémologique dans le matérialisme historique s’appuie sur le fait que les êtres humains, soit en tant qu’agents de pratiques scientifiques, soit dans leurs pratiques sociales diverses, « sont produits comme sujets de l’Idéologie et de l’État » (Henry 1977 : 78). L’idéologie en tant que « force matérielle » est envisagée comme étant à la fois à la base du sujet (énonciateur) et du sens. Les sujets ne s’identifient pas à des individus empiriques, intentionnels, source et origine de leur dire, mais à des positions déterminées dans la structure d’une formation sociale, y étant représentés dans les processus discursifs : présents, mais transformés par des formations imaginaires (Pêcheux 1969). L’individu est constitué en sujet par l’idéologie dans sa forme-sujet historique : un Moi imaginaire comme sujet du discours. L’idéologie est cruciale pour la construction et l’interprétation des discours, en ce qu’elle produit chez le sujet, d’une part, l’illusion d’être à l’origine du sens de son énonciation et, d’autre part, l’oubli que ce qu’il énonce pourrait être dit autrement et ainsi signifier différemment. Ainsi conçus, sujet et sens sont traversés par l’opacité, la non-transparence du langage qui est liée à son incomplétude constitutive (Pêcheux 1975). Ces principes théoriques sont constamment mis en avant et revendiqués par les recherches ci-présentes, qui s’appuient sur deux thèses fondamentales : 1) Il existe un ordre du discours, ici compris comme matérialité discursive, distinct de l’ordre de la langue. 2) La matérialité discursive consiste en un rapport déterminé entre la langue et l’idéologie. Ainsi, « le discursif matérialise le contact entre l’idéologique et le linguistique, au sens où il représente à l’intérieur de la langue les effets des contradictions idéologiques et où, inversement, il manifeste l’existence de la matérialité linguistique à l’intérieur de l’idéologie » (Courtine 1982 : 240).

7En 2007, Orlandi résume ainsi les prémices de sa pratique de l’AD, pratique qui est partagée par les travaux publiés dans ce numéro :

Ma pratique de l’analyse du discours prend au sérieux l’affirmation de Saussure sur la langue comme fait social. Mais il restait encore à établir, sur la base de cette définition, comment signifier ce qui est social dans la langue pensée comme fait. Or, c’est justement ce que l’analyse du discours rend possible, en raison même de sa singularité : lier la langue et l’extériorité, la langue et l’idéologie, l’idéologie et l’inconscient. (Puccinelli Orlandi 2007 : en ligne)

Dit et non-dit : le silence comme discursivité

8La réflexion d’Orlandi (1996) sur le silence donne une nouvelle dimension à la question de la responsabilité énonciative abordée par Ducrot (1972) autour du concept d’implicite. Elle pose sous un angle original le rapport entre le dit et le non-dit : le non-dit n’est pas limité à ce qui est impliqué par le dire, le silence constitutif (ou anti-implicite) est dès lors considéré comme fondateur. L’implicite est ainsi compris comme un non-dit qui est repérable dans le sens du dit, contrairement au silence constitutif, dont l’implicite est pris comme un sous-produit dans la signification. Le non-dit signifie par son absence dans ce qui est dit, donc le « je » qui parle n’est pas seulement responsable du dit et de certaines formes d’implicite, mais aussi du non-dit en tant qu’« anti-implicite », qui traverse de manière constitutive l’énonciation. De ce fait, travailler sur le silence signifie, selon Orlandi (1996 : 43), « quitter l’univers du segmentable et renoncer à toutes les analyses qui partent de la matérialité des formes pour basculer du côté des disciplines interprétatives » et retrouver le sens dans l’historicité du texte.

9D’un point de vue méthodologique, ce positionnement pose autrement la question de l’AD comme discipline interprétative, en décalage vis-à-vis du principe d’analyse de la matérialité langagière (se pencher sur les formes linguistiques attestées dans les discours pour en tirer les mécanismes interprétatifs et performatifs de ces derniers) qui constitue un principe largement partagé par de nombreuses approches de l’AD française. Cette démarche méthodologique vise à

construire des procédures exposant le regard-lecteur à des niveaux opaques à l’action stratégique d’un sujet (tels que le rapport discursif entre syntaxe et lexique dans le régime des énoncés, avec l’effet d’interdiscours induit dans ce régime, sous la forme du non-dit qui y émerge, comme discours autre, discours d’un autre ou discours de l’Autre) (Pêcheux 1984 : 15-16)

D’un point de vue épistémologique, on y décèle, comme mentionné plus haut, l’impact du terrain sur les choix théoriques, car « Orlandi […] écrit dans un pays où la politique semble plus qu’ailleurs avoir à faire avec le silence » (Branca 1996 : 103), notamment pour ce qui est de l’(in)visibilité discursive des populations natives.

Énonciation : lieux et modes de dire comme manifestations de l’idéologie

10L’idéologie en tant que force matérielle est à la base de la réflexion menée par les chercheurs de Campinas, où le dialogue entre les études de l’énonciation et l’analyse du discours s’impose, notamment sous l’impulsion des travaux de Guimarães (voir son article ici même). Dans ces travaux, l’énonciation est envisagée comme un événement de fonctionnement de la langue, événement qui signifie par la temporalité (un passé, un présent et un futur de sens) qu’il constitue. Dans la continuité des positionnements évoqués ci-dessus, cette conception de l’énonciation défend la nécessité de penser le langage à partir de ses modes de signification, invitant à mener des analyses qui, du point de vue des positionnements énonciatifs, questionnent les conditions sémantiques de la production des énoncés ; ainsi,

les sens des mots se constituent comme des relations de signification (plus spécifiquement par des relations de détermination) produites par l’énonciation (Benveniste, 1966, 1969 ; Ducrot, 1984), considérée comme « l’événement » du fonctionnement de la langue. Dans cette perspective, l’événement de l’énonciation participe sans cesse à la re-sémantisation des concepts et des notions. (Guimarães 2013 : 245)

C’est en cela que cette approche, relevant d’une micro-analyse sémantique, s’ancre dans la démarche de l’AD.

11La notion de lieu d’énonciation (voir, par exemple, Zoppi Fontana 2017) vient compléter cette démarche, dans les termes suivants : la position de sujet détermine les sens des énoncés à partir du fonctionnement de la mémoire discursive, dans la rencontre avec l’actualité de l’événement ; dès lors, c’est dans l’énonciation d’un sujet dans des conditions de production déterminées que ce dire pourra être reconnu comme légitime, en relation à un lieu d’énonciation déterminé et à des modes de dire qui le constituent comme tel. La boucle est bouclée, l’idéologie sous-jacente à la construction du Sujet se retrouvant dans le lieu d’énonciation.

L’énonciation comme geste instituant

12Pour Guimarães, en accord avec la pensée de Rancière (1995), les noms ne dénotent pas les objets, mais les identifient. Cette identification de l’objet se fait par effet de préconstruit, dans un mouvement de reconnaissance-méconnaissance du sujet du discours par rapport à une position idéologique à l’intérieur de l’interdiscours. Le sens des énoncés et des noms en particulier se constitue ainsi dans l’événement énonciatif par un rapport constitutif à l’interdiscours et à la scène énonciative. Dans cette optique, la référence doit être comprise comme une procédure linguistique par laquelle quelque chose se particularise dans et par l’énonciation. La dénomination est comprise comme le fonctionnement sémantique par lequel quelque chose reçoit un nom : donner un nom à quelque chose, c’est lui donner une existence historique dans et par le discours. Nommer, c’est donc distinguer. Enfin, la désignation d’un nom est sa signification définie par la relation de ce nom à d’autres noms et au monde découpé historiquement par les formes matérielles du discours mises en relation dans l’énonciation. La désignation est une relation linguistique (symbolique) exposée au réel.

Présentation des articles

13Après avoir posé les jalons épistémologiques sous-tendant la lecture des cinq textes ici réunis, il s’agit de faire le mouvement inverse et de situer ces derniers dans leurs choix spécifiques, mais aussi en écho avec quelques travaux francophones.

Revisiter des mots et des choses

14Elias de Oliveira scrute les concepts de pudeur et pudor en se penchant sur l’énonciation des médecins en France (fin du xixe, début du xxe) et au Brésil (début du xxe). Le point de vue sur l’énonciation et le point de vue sur le silence, ou le non-dit, s’en trouvent ainsi articulés dans les manières dont, en nommant ou en taisant, se construit une éthique médicale, et émergent en creux des représentations de la science, du corps, de la femme, de la société en tant que telle. C’est alors un dialogue fécond qui peut être envisagé avec des travaux comme celui de von Münchow (2016), qui distingue quatre types de non-dit :

1. ce qu’il est préférable de ne pas dire « en toutes lettres », pour toutes sortes de raisons ;
2. ce qu’il est nécessaire de taire (consciemment ou inconsciemment) pour ne pas contredire ce qu’on a décidé plus ou moins consciemment de dire ;
3. ce qu’il est inutile de dire (savoirs antérieurs partagés) ;
4. ce qu’il est impossible de dire (les évidences dont on n’est pas conscient). (von Münchow 2016 : 9)

Dans le cas de la pudeur (médicale), ce qu’il est préférable de ne pas dire « en toutes lettres », pour toutes sortes de raisons (1) contribue à instituer des savoirs partagés qu’il est inutile de dire (3) et à installer le discours moral de contrôle du corps dans le domaine médical, mettant ainsi en exergue la part et le parti pris de la construction sociale.

15En se penchant sur la construction du portugais (du Brésil) en tant qu’objet de connaissance et objet d’enseignement à travers la circulation des mots citoyenneté et différence, Vieira da Silva aborde de front la question des identités sociales et discursives. Contradictions et asymétries sont le lot des discours juridique et scolaire, symptôme de l’inclusion excluante (Cury 2002). Mais la citoyenneté n’implique pas spontanément la (même) langue et des savoirs linguistiques universels ; en revanche, elle peut contribuer à définir une langue comme unité historiquement construite et s’opposant aux autres langues (autochtones, par exemple). L’identification et la définition de la citoyenneté construisent en creux la différence ; la question est de savoir si cette différence est à son tour construite comme une tare ou comme un droit – et cela dépend de la manière dont la citoyenneté se construit discursivement.

  • 7 . En citant Bentolila, Illettrisme : causes, enjeux et modes de prévention. Rapport rédigé par le (...)

16Les réalités linguistiques et identitaires n’étant pas les mêmes, c’est davantage dans l’opposition identitaire entre classes sociales que dans l’opposition des identités doublement sociales et ethnolinguistiques que l’on retrouvera trace de préoccupations discursives similaires, avec ce que Paveau (2008) désigne par les nantis et les pauvres du langage7.

Énoncer, s’énoncer

17Guimarães offre dans son article un effet de loupe sur les mécanismes d’énonciation, à travers l’analyse de la construction de l’énonciateur et de l’allocutaire en lien avec différents niveaux de réalisation du discours : la référence, la nomination et la désignation, la prédication. Son objectif est de montrer qu’il existe différents modes de fonctionnement énonciatif des énoncés, c’est-à-dire de rendre compte de la complexité de l’énonciation en tant qu’événement et de mettre en évidence la nécessité de penser le langage à partir de ses modes de signification.

18Se penchant d’abord sur des énoncés mono-unitaires, à l’instar des noms et des numéros de téléphone d’un annuaire – illustrant ainsi un genre discursif parfaitement routinier (Maingueneau 2004) –, l’auteur souligne que, pour référer, il faut « avant » désigner. Des unités en apparence désincarnées, détachées, comme les noms dans les adresses, les emplois vocatifs, les titres de poèmes permettent d’illustrer un double statut : à la fois détachés du texte, et ayant une incidence sur le texte, le déterminant, jusqu’à la relation autoréférentielle du titre. Ce faisant, ils rappellent qu’en énonçant, on signifie. La prédication est le palier au-dessus sur lequel l’auteur appuie sa réflexion, avant de constater que le sujet s’intègre à l’énoncé sur un mode différent du mode d’intégration du prédicat au texte, car « le sujet s’intègre au texte parce qu’il s’intègre à l’énoncé par sa connexion avec le prédicat, mais aussi, sur un mode direct, tandis que le prédicat s’intègre au texte seulement dans la mesure où il s’intègre à l’énoncé » (ici même).

19Une vision de l’énonciation qui peut trouver écho dans l’énonciation aphorisante telle qu’elle est travaillée par Maingueneau (2012), où l’extraction, l’autonomisation et, au final, l’interprétation des phrases-sans-texte s’appuient sur des mécanismes discursifs apparentés. Dans une optique davantage sémantique, c’est l’étude des titres de tableaux (Bosredon 1997) qui apporte un éclairage intéressant de ce jeu énonciatif d’identification, détachement, signification.

20L’article de Zoppi Fontana traite du selfie comme dispositif d’énonciation sur les réseaux. Les selfies sont définis comme des images déictiques, à travers lesquelles le sujet (s’)énonce. En se donnant pour corpus les selfies de la campagne Hidden Messages, dédiée à combattre les violences contre les femmes, l’auteure met l’accent sur la dimension politique, ou plutôt le réinvestissement politique de ces images déictiques, en renouant ainsi avec la problématique des enjeux idéologiques propre aux débuts de l’AD en France. La photographie déictique s’intègre ainsi à un nouveau mode de dire, corps-discours, mise-à-corps-de-soi, avec « l’(auto)représentation d’un corps qui, configuré par les dispositifs technologiques et démultiplié par le fonctionnement des réseaux sociaux, énonce/dénonce/demande à partir de la co-construction cybermilitante d’une place de parole légitime » (ici même).

21L’angle de vue adopté par Zoppi Fontana résonne avec l’analyse des discours numériques d’une part (Paveau 2017, etc.) et l’analyse de l’image comme discours (Paveau 2019). En effet, les discours en ligne sont de plus en plus caractérisés par l’iconisation du texte (Paveau 2017, 2019) – l’image devient centrale, à la fois outil sémiotique et acte d’énonciation.

Sans titre : oxymores du silence

  • 8 . Même si, paraît-il, nous n’avons jamais été modernes (Latour 1991)… On prend la mesure des présu (...)

22L’article d’Orlandi resitue l’AD au croisement des disciplines, dans une démarche qui ne vise pas à stabiliser le résultat d’une recherche académique mais qui se place, au contraire, sur une ligne de crête et invite à la réflexion en provoquant les évidences du monde « post-(moderne)8(vérité)(factuel) » qui est le nôtre. Évoquant un journalisme du « bien sûr », de l’« évident », Orlandi questionne la construction de sens, le sens de la vérité, la place des médias dans la société et de leurs discours comme véhiculant de l’information contrôlée, instrument de rétention de sens dans les politiques publiques.

23Si l’on ne peut pas qualifier Chomsky d’analyste de discours, sa Fabrication du consentement (avec Hermann) résonne avec les questionnements formulés dans cet article. Si Arendt n’a pas cherché à travailler sur le silence, elle attire l’attention sur les risques du caché qui ne fait pas sens : « notre sens du réel dépend entièrement de l’apparence, et donc de l’existence d’un domaine public où les choses peuvent apparaître en échappant aux ténèbres de la vie cachée » (Arendt 1994 : 69).

24Castoriadis visait dans les années 1970 les idéologies complémentaires du système dominant, dont les « discours ont fonctionné pour qu’il ne soit pas parlé des problèmes effectifs, et pour que ceux-ci soient déportés, recouverts, distraits de l’attention du public » (Castoriadis 1977). Des théoriciens de l’AD française comme Althusser étaient visés par cette critique ; au-delà de ce qui peut être interprété comme une guerre d’ego ou comme une confrontation sur le terrain du marxisme (voir Memos 2012), nous en voulons pour preuve que nos propres pratiques analytiques risquent le piège du silenciement (Orlandi ici même).

En cela, la réflexion d’Orlandi, tout en allant au-delà du périmètre de l’AD, appelle à de nouvelles ouvertures épistémologiques, méthodologiques et empiriques, les corpus à analyser devant être déduits du silence des corpus que l’on a pris pour habitude d’observer sans forcément les entendre – puisqu’il y a mise sous silence…

25Ce numéro spécial donne la parole à des analystes du discours de l’université de Campinas, au Brésil, qui situent leur propos dans la lignée de Pêcheux tout en l’adaptant à leurs propres terrains et héritages, et tout en dialoguant avec des démarches analytiques menées en France. Il s’agit d’une fenêtre ouverte sur d’autres pratiques et sur les collaborations qu’elles engendrent, mais aussi d’une invitation à profiter des regards extérieurs – quel que soit le degré d’adhésion théorique du lecteur – pour interroger les différents positionnements disciplinaires et pour les mettre en perspective du point de vue de leur apport social.

Haut de page

Bibliographie

Althusser, L., 1970, Idéologie et appareils idéologiques d’État, La Pensée 151 : 1-27.

Angermuller, J., 2017, Renouons avec les enjeux critiques de l’analyse du discours. Vers les études du discours, Langage & Société 160-161 : 145-161.

Arendt, H., 1994, Condition de l’homme moderne, Agora/Pocket.

Bosredon, B., 1997, Les titres de tableaux, une pragmatique de l’identification, Paris, PUF.

Branca, S., 1996, Compte rendu de : Eni Puccinelli Orlandi, Les formes du silence. Dans le mouvement du sens, Langage & Société 77 : 101-105.

Castoriadis, C., 1977, Les divertisseurs, Le Nouvel Observateur 20/06/1977 : 50-51.

Chomsky, N., Hermann, E., 2008 [1988], La fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démocratie, Agone.

Courtine, J.-J., 1982, Définition d’orientations théoriques et construction de procédures en analyse du discours. Philosophiques 9(2) : 239-264, https://doi.org/10.7202/203194ar.

Cram, D., Linn, A.R. et Nowak, E., dir., 1996, History of Linguistics Volume 1 : Traditions in Linguistics Worldwide, Amsterdam, John Benjamins.

Cury, C. R. J., 2002, Direito à educação: direito à igualdade, direito à diferença, Cadernos de Pesquisa 116 : 245-262.

Elias de Oliveira, S., 2018, Argumentação, linguagem e conhecimento, dans Schreiber da Silva, S. et Machado, C. de Paula, dir., Os sentidos da escravidão e outros temas: análises em Semântica do Acontecimento, Campinas, Pontes : 241-255.

Ducrot, O., 1972, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann.

Fairclough, N., 1995, Critical Discourse Analysis. The Critical Study of Language, New York, Longman.

Fairclough, N., 2005, Critical discourse analysis, Marges Linguistiques 9 : 76-94.

Ferreira, A.C.F., 2003, Semântica Argumentativa: a questão da autoria para uma designação brasileira, Línguas e Instrumentos Linguísticos 11 : 65-80.

Guimarães, E., 1987, Texto e argumentação: um estudo de conjunções do português, Campinas, Pontes.

Guimarães, E., 1995, Os limites do sentido, Campinas, Pontes.

Guimarães, E., 2002, Semântica do acontecimento, Campinas, Pontes.

Guimarães, E., 2013, Les sens du mot « histoire » chez quatre linguistes brésiliens. Réflexion sur les relations entre événement et désignation, dans Moirand, S., Reboul-Touré, S., Londei, D. et al., dir., Dire l’événement : langage, mémoire, société, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle : 245-252.

Guimarães, E., 2018, Semântica: enunciação e sentido, Campinas, Pontes.

Henry, P., 1977, Le mauvais outil : langue, sujet et discours, Paris, Klincksieck.

Kerbrat-Orecchioni, C., 1996, Texte et contexte, Scolia 6 : 39-61.

Latour, B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Machado, I.L. et Mendes, E., 2011, Avant-propos, Argumentation et analyse du discours [En ligne] 7, https://journals.openedition.org/aad/1220 ; https://doi.org/10.4000/aad.1220.

Maingueneau, D., 1996, Contexte et scénographie, Scolia 6 : 185-198.

Maingueneau, D., 2004, Retour sur une catégorie : le genre, dans Adam, J.-M., Grize, J.-B. et Bouacha, M.A., dir., Texte et discours : catégories pour l’analyse, Éditions Universitaires de Dijon : 107-118.

Maingueneau, D., 2012, Les phrases sans texte, Paris, Armand Colin.

Memos, C., 2012, Castoriadis on Althusser and the crisis of Marxism, Cosmos and History: The Journal of Natural and Social Philosophy 8(2) : 100-116.

von Münchow, P., 2016, Quand le non-dit n’est pas l’implicite : comment rendre visibles les silences dans le discours ? Signes, Discours & Sociétés 17 : 1-10.

Orlandi, E., 1983, A linguagem e seu funcionamento: as formas do discurso, São Paulo, Brasiliense.

Orlandi, E., dir., 1988, Política linguística na América Latina, Campinas, Pontes.

Orlandi, E., 1993, Discurso fundador, Campinas, Pontes.

Orlandi, E., 1994, Gestos de Leitura da história no discurso, Campinas, Editora da Unicamp.

Orlandi, E., 1996, Les formes du silence. Dans le mouvement du sens, Paris, Éditions des Cendres.

Orlandi, E., 2002, Língua e Conhecimento Linguístico: para uma história das ideias no Brasil, São Paulo, Cortez.

Orlandi, E., 2017, Eu, Tu, Ele: Discurso e Real da História, Campinas, Pontes.

Paveau, M.-A., 2008, La langue sans classes de la grammaire scolaire, Le français aujourd’hui 162 : 29-40.

Paveau, M.-A., 2017, L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

Paveau, M.-A., 2019, Technographismes en ligne. Énonciation matérielle visuelle et iconisation du texte, Corela HS 28, https://journals.openedition.org/corela/.

Pêcheux, M., 1969, Analyse automatique du discours, Paris, Dunod.

Pêcheux, M., 1975, Les vérités de La Palice, Paris, Maspero.

Pêcheux, M., 1984, Sur les contextes épistémologiques de l’analyse de discours, Mots 9 : 7-17, DOI : https://doi.org/10.3406/mots.1984.1160.

Piovezani, C. et Pachi Filho, F., 2010, « As idéias fora do lugar » : une histoire des enjeux du développement de l’Analyse du Discours (française) au Brésil, Semen [En ligne], 29, https://journals.openedition.org/semen/8771 ; https://doi.org/10.4000/semen.8771.

Puccinelli Orlandi, E., 2007, L’analyse du discours et ses entre-deux : notes sur son histoire au Brésil, dans Puccinelli Orlandi, E. et Guimarães, E. dir., Un dialogue atlantique : production des sciences du langage au Brésil, Paris, ENS Éditions : 37-61.

Rancière, J., 1995, La mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée.

Raus, R., dir., 2019, Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse du discours « à la française » hors de France, Gerflint, Collection Essais francophones vol. 6.

Sériot, P., 1996, La théorie des deux sciences dans la linguistique russe et soviétique, dans Cram, D., Linn, A.R. et Nowak, E., dir., History of Linguistics Volume 1 : Traditions in Linguistics Worldwide, Amsterdam, John Benjamins : 301-310.

Vogt, C., 1998, Oswald Ducrot e a Unicamp: uma visão pessoal, Cadernos de Estudos Linguísticos 35 : 9-16.

Wedl, J., 2007, L’analyse de discours « à la Foucault » en Allemagne : trois approches et leurs apports pour la sociologie, Langage et société 120 : 35-53.

Zoppi Fontana, M., 2017, “Lugar de fala”: enunciação, subjetivação, resistência, Conexão Letras, 12(18) : 63-71, http://seer.ufrgs.br/index.php/conexaoletras/article/view/79457.

Haut de page

Notes

1 . Il s’agit de chercheurs issus de l’université de Campinas, dont les équipes de recherche collaborent depuis de nombreuses années avec l’université Sorbonne Nouvelle. Une journée conjointe a été organisée en 2014, dans le cadre du projet Idex Brésil Langues/discours : usages, historicité, disciplinarisation (coord. Cislaru et Fournier), et un projet bilatéral CAPES PRINT est en cours jusqu’en 2022 (Construções linguísticas da diferença, diversidade e igualdade).

2 . Voir à ce propos la parution récente de Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse du discours « à la française » hors de France, coordonné par Raus (2019).

3 . Pour quelques références, voir Orlandi 1983, 1988, 1993, 1994, 2002, 2017.

4 . Pour cette histoire, voir Vogt 1998 et Ferreira 2003.

5 . Pour une analyse des reprises et coupures entre la conception de l’argumentation de Guimarães et celle de Ducrot, voir Elias de Oliveira 2018.

6 . Pour quelques références, voir Guimarães 1987, 1995, 2002, 2018.

7 . En citant Bentolila, Illettrisme : causes, enjeux et modes de prévention. Rapport rédigé par le Professeur Alain Bentolila dans le cadre du projet Erasmus « Prévenir l’illettrisme par l’innovation et la coopération avec les familles », 2001, https://erasmus-illettrisme.fr/wp-content/uploads/2018/02/RAPPORT-ILLETTRISME-en-francais.doc.pdf.

8 . Même si, paraît-il, nous n’avons jamais été modernes (Latour 1991)… On prend la mesure des présupposés qu’il conviendrait de déconstruire – alors qu’il est impossible de les nier, nous enseigne la linguistique – afin de pouvoir appréhender ce qu’est le discours constituant nos réalités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georgeta Cislaru, Sheila Elias de Oliveira et Mónica Zoppi Fontana, « Introduction »Les Carnets du Cediscor, 17 | -1, 8-17.

Référence électronique

Georgeta Cislaru, Sheila Elias de Oliveira et Mónica Zoppi Fontana, « Introduction »Les Carnets du Cediscor [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cediscor/5714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cediscor.5714

Haut de page

Auteurs

Georgeta Cislaru

Professeure de sciences du langage à l’université Paris Nanterre et chercheure au laboratoire MoDyCo (CNRS-Paris Nanterre). Ses recherches portent sur l’analyse des textes et des discours, la sémantique, l’écriture. Elle a publié ou co-publié plusieurs ouvrages : Le partage du sens (avec V. Nyckees, ISTE 2019), Le processus de textualisation (avec T. Olive, De Boeck 2018), Writing at the Crossroads (John Benjamins, 2015), Linguistic Approaches to Emotions in Context (avec F. Baider, John Benjamins 2014).

Articles du même auteur

Sheila Elias de Oliveira

Professeure de sémantique et pragmatique au département de linguistique de l’université de Campinas (Unicamp). Elle dirige le groupe de recherche Langage, énonciation, discours (LED – CNPq/Unicamp), lié au centre de recherche Politique, énonciation, histoire, matérialités, sexualités (PoEHMaS). Ses recherches portent sur les questions du sens dans le langage, le lexique et l’histoire des idées linguistiques. Elle a publié Cidadania: história e política de uma palavra (2006) et co-édité, entre autres, Linguagem e significação: sujeitos indígenas et Linguagem e Significação: práticas sociais (2018).

Articles du même auteur

Mónica Zoppi Fontana

Professeure de sémantique et analyse du discours à l’Institut d’études du langage de l’université de Campinas (Unicamp) et chercheuse associée du Laboratoire d’études urbaines (LABEURB/Unicamp) et du Laboratoire Pléiade/université de Paris Nord. Elle dirige le groupe de recherche CNPq/Brésil : Femmes en discours. Lieux d’énonciation et processus de subjectivation, lié au centre de recherche Politique, énonciation, histoire, matérialités, sexualités (PoEHMaS). Ses recherches portent sur l’analyse du discours et la sémantique de l’énonciation par rapport aux études de genre. Elle a publié Cidadãos Modernos. Discurso e representação política (2014) et co-édité Mulheres em discurso. Gênero, linguagem, ideologia et Mulheres em discurso. Identificações de gênero e práticas de resistência (Campinas, Pontes, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search