Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Revisiter des mots et des chosesDits, implicites et silences dans...

Revisiter des mots et des choses

Dits, implicites et silences dans la santé des femmes

What is said, implied and silenced in women’s health
Sheila Elias de Oliveira
p. 19-29

Résumés

Partant de l’analyse de l’énonciation des médecins français et brésiliens au sujet de la relation entre médecin et patiente, cet article présente une réflexion sur l’interprétation du sens implicite en prenant en compte le rapport entre dit, implicite et silence. L’articulation entre les études de l’énonciation et l’analyse du discours conduit à la considération du silence comme condition de la production de sens, ce qui change le regard sur l’interprétation de l’implicite. L’analyse du dire des médecins sur la « pudeur » des patients et tout particulièrement des femmes, montre que les mots pudeur/pudor jouent un rôle dans la construction des connaissances en médecine, en lien avec des sens implicites et du silence sur le corps, la sexualité et la subjectivité du médecin. Le regard sur le silence rend visibles des questions auxquelles la connaissance et l’éthique médicales doivent faire face aujourd’hui.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La relation entre le dit et le non-dit est souvent traitée dans la sémantique linguistique par la notion de sens implicites. Cet article propose une réflexion sur l’interprétation de l’implicite considérant son rapport au silence, une catégorie du non-dit développée dans l’analyse du discours au Brésil par Orlandi (voir Orlandi ici même). L’analyse de l’énonciation des médecins français et brésiliens à propos de la relation entre médecin et patient(e) va rendre visible la place du dit et du non-dit autour des mots pudeur et pudor et son impact au niveau de l’éthique médicale.

2Le texte est divisé en six parties. La première partie traite de la relation entre dit, implicite et silence ; la deuxième rappelle l’utilisation des mots pudor et pudeur dans la vie en société et dans les sciences sociales ; la troisième partie examine le mot pudeur dans l’énonciation des médecins français au xixe siècle ; la quatrième partie analyse le rapport « Pratique médicale et sexualité » dans le contexte de la France contemporaine ; la cinquième partie analyse un document d’éthique médicale du Brésil contemporain ; finalement, la sixième partie traite des échos de sens des mots pudor et pudeur dans l’énonciation des médecins brésiliens et français.

1. Dit, implicite, silence

Tout dire entretient un rapport fondamental avec le non-dire.
Eni Orlandi (1996 : 14)

3Dans les linguistiques de l’énonciation, la relation entre les sens dits et les sens implicites est considérée dans le mouvement entre les possibilités données par la langue et leur mobilisation effective dans la prise de parole par les locuteurs. C’est dans cette direction que Ducrot se penche, dans les années 1960 et 1970, sur la relation entre les sens posés, présupposés et sous-entendus :

Si le posé est ce que j’affirme en tant que locuteur, si le sous-entendu est ce que je laisse conclure à mon auditeur, le présupposé est ce que je présente comme commun aux deux personnages du dialogue, comme l’objet d’une complicité fondamentale qui lie entre eux les participants à l’acte de communication. Par référence au système des pronoms, on pourrait dire que le présupposé est présenté comme appartenant au « nous », alors que le posé est revendiqué par le « je », et que le sous-entendu est laissé au « tu ». Ou encore, si l’on préfère les images temporelles, on dira que le posé se présente comme simultané à l’acte de communication, comme apparaissant pour la première fois, dans l’univers du discours, au moment de cet acte. Le sous-entendu, au contraire, se donne comme postérieur à cet acte, comme surajouté par l’interprétation de l’auditeur ; quant au présupposé, même si, en fait, il n’a jamais été introduit avant l’acte d’énonciation […], il essaie toujours de se situer dans un passé de la connaissance, éventuellement fictif, auquel le locuteur fait semblant de se référer. (Ducrot 1969 : 36)

Ducrot rend visibles les différents effets de la prise de responsabilité par les interlocuteurs dans ces trois types de production/interprétation du sens : selon lui, le locuteur endosse la responsabilité du posé, fait partager à l’auditeur la responsabilité des présupposés et peut refuser d’être tenu responsable du sous-entendu. Cette disparité dans la prise de responsabilité est au cœur de ce qu’il appelle le caractère « polémique » de la langue, c’est-à-dire le fait qu’elle « se présente fondamentalement comme le lieu du débat et de la confrontation des subjectivités » (ibid. : 30). Le caractère polémique de la langue va être l’un des objets de réflexion de sa théorie sur l’argumentation dans la langue, notamment dans l’étude de la polyphonie. Mais, dans son « structuralisme du discours idéal », Ducrot n’assume pas en tant que sémanticien la tâche de comprendre la nature de ces « subjectivités » par rapport au langage.

4Les « subjectivités » restent pour Ducrot de simples projections des sujets parlants dans l’énoncé. Ce point aveugle repéré dans la théorie de Ducrot, lié à sa position structuraliste, est à la base de la critique des linguistiques de l’énonciation ou de la parole faite par l’analyse du discours. La prise de position épistémologique dans le matérialisme historique s’appuie sur le fait que les êtres humains, soit en tant qu’agents de pratiques scientifiques, soit dans leurs pratiques sociales diverses « sont produits comme sujets de l’Idéologie et de l’État » (Henry 1977 : 78). L’idéologie en tant que force matérielle est à la fois à la base du sujet et du sens. Elle produit chez le sujet à la fois l’illusion d’être à l’origine du sens de son énonciation et l’oubli que ce qu’il énonce pourrait être dit autrement et ainsi signifier différemment. Ainsi conçus, sujet et sens sont traversés par l’opacité, la non-transparence du langage, qui est liée à son incomplétude constitutive (Pêcheux 1975).

5Cette conception est à la base de la réflexion sur l’analyse du discours menée par Orlandi (voir ici même), où le dialogue entre les études de l’énonciation et l’analyse du discours se fait à partir des travaux de Guimarães. Ce dialogue permet de penser l’implicite en prenant en compte son rapport aux sens historiquement possibles, mais effacés de l’énonciation par le travail de l’idéologie. Ces sens sont examinés par Orlandi dans sa réflexion sur le silence.

6Orlandi prend le silence comme « un lieu de recul nécessaire pour pouvoir signifier, pour que le sens fasse du sens » (Orlandi 1996 : 15). C’est ce qu’elle appelle le silence fondateur. Elle examine la dimension historique du silence sous deux formes conjointes de la politique du silence : le silence constitutif et le silence local. Ces deux formes permettent d’examiner le rapport entre dit et silence en relation avec le « pouvoir-dire ». Le silence local est l’interdiction du dire, dont la censure est un exemple extrême. Dans le silence constitutif, le dit efface d’autres sens possibles, et le silence en tant que non-dit est le nécessairement exclu, auquel le dit ne renvoie pas ; il travaille alors comme un anti-implicite.

  • 1 . Dans une perspective socio-cognitive et tout en prenant en compte la réflexion d’Orlandi sur le (...)

7La réflexion d’Orlandi sur le silence développe une nouvelle approche du rapport entre le dit et le non-dit1. Le non-dit n’est pas limité à ce qui est impliqué par le dire ; le silence constitutif (ou anti-implicite) doit être aussi pris en considération. L’implicite est compris comme un non-dit qui est repérable dans le sens du dit, contrairement au silence constitutif, dont l’implicite est pris comme un sous-produit dans la signification. Cette approche donne une nouvelle dimension à la question de la responsabilité traitée par Ducrot. Le non-dit signifie par son absence dans ce qui est dit, donc le « je » qui parle n’est pas seulement responsable du dit et de certaines formes d’implicite, mais aussi du non-dit en tant que « anti-implicite », qui traverse de manière constitutive l’énonciation. C’est ce que l’analyse ici présentée se propose de discuter.

8Le corpus d’analyse est composé de documents produits en France et au Brésil sur l’éthique médicale dans la relation médecin-patient(e). Le premier est le rapport « Pratique médicale et sexualité », adopté en France lors d’une session du Conseil national de l’ordre des médecins en 2000. Le deuxième est un cahier d’éthique pour le domaine de la gynécologie et de l’obstétrique de l’État de São Paulo au Brésil, publié en 2011 ; il est en relation intertextuelle avec le code d’éthique médicale approuvé par le Conseil fédéral de médecine du Brésil en 2009.

9Selon Orlandi, « pour comprendre un discours, nous devons demander systématiquement ce qu’il “tait” » (Orlandi 1992 : 126). En observant le travail entre les dits, les implicites et le silence, je cherche à comprendre ce que les documents contemporains sur l’éthique médicale font taire à propos de la subjectivité des médecins quand ils parlent de la relation médecin-patient(e).

10Je me propose d’observer, dans ces documents, les effets de sens du mot pudeur dans l’énonciation des médecins. Afin de mieux saisir le mouvement entre dits, implicites et anti-implicites autour des sens liés au mot pudeur, avant d’examiner les documents qui composent le corpus, je vais remonter l’histoire du mot français pudeur et du mot portugais pudor, qui sont apparentés par l’étymon latin pudor. Je vais aussi examiner pudeur dans l’énonciation de la médecine au xixe siècle en France, en examinant un article publié en 2004 dans la revue Histoire des Sciences Médicales. Puisque la santé des femmes en France est à la base de la construction de la santé des femmes au Brésil, les sens de pudeur en médecine française feront écho dans la médecine brésilienne.

2. Pudor et pudeur entre la vie sociale et les sciences

11Dans sa réflexion sur le processus de civilisation, Elias (1939) considère la pudeur et les bonnes manières comme les signes visibles du processus de civilisation qui affecte l’Europe et ses colonies depuis la Renaissance. Même si la vision d’Elias est remise en question dans la deuxième moitié du xxe siècle par des auteurs comme Duerr (1998), il faut reconnaître que des mots comme pudeur et pudor font partie de l’histoire moderne des sociétés aussi bien que de la terminologie sociologique servant à interpréter cette histoire. Ces mots affectent la construction de la science médicale respectivement en France et au Brésil.

12Selon le dictionnaire Houaiss (2001), la première occurrence de pudor en portugais est attestée au xvie siècle dans le Diálogo da viciosa vergonha, un dialogue sur la formation morale des jeunes qui a été publié au Portugal par l’historien João de Barros, à côté de sa grammaire de la langue portugaise. Publié en 1712, le dictionnaire portugais-latin de Raphael Bluteau nous fait comprendre que pudor est lié au contrôle du corps et, moyennant le contrôle du corps et de la subjectivité, surtout celui et celle de la femme, dont la pudeur est comme un vêtement qui orne le corps : « o culto das mulheres está no pudor, não no vestido ». La femme doit s’habiller de pudeur, comme d’une tenue de femme.

13En France, le mot pudeur date du xve ou du xvie siècle, selon Courtine et Vigarello (1987). Les auteurs assimilent la pudeur à un sentiment : « à l’apparition du mot correspond l’ascension du sentiment ». Courtine et Vigarello mettent en évidence le sens de pudeur lié au contrôle du corps ; ils remarquent que « l’ascension du sentiment dans le domaine des pratiques civiles au cours des xvie et xviie siècles fait partie d’une éducation du regard sur le corps ».

14Ce discours moral sur les mœurs liées au corps humain ou au corps des femmes est à la base de la signification des mots pudeur/pudor au fil du temps. Dans l’énonciation des médecins qui sera analysée ici, ce discours moral reproduit un certain imaginaire social à propos des femmes.

3. Le mot pudeur dans l’énonciation des médecins français au xixe siècle

15Dans un article publié dans la revue Histoire des Sciences Médicales, Arnaud-Lesot propose de présenter « les difficultés que les médecins, au xixe siècle, disent avoir rencontrées pour examiner les organes génitaux des femmes » et d’exposer « ce qu’ils proposent alors de faire pour décider les femmes à se laisser examiner, en insistant sur les ménagements qu’ils recommandent de mettre en œuvre pour ne pas alarmer ni blesser leur pudeur » (Arnaud-Lesot 2004 : 207).

16L’auteure prend à son compte le discours médical et assume ainsi la pudeur comme un problème de la femme auquel le médecin doit faire face. Je me propose de relever dans son texte l’énonciation des médecins cités pour observer la mise en jeu du mot pudeur, qui fait opérer tout un imaginaire sur la femme ; c’est un geste analytique de détachement du discours médical que je propose, pour comprendre la manière dont le mot pudeur rend compte des effets de sens caractérisant la relation entre l’homme médecin et la femme patiente.

  • 2 . Vigarous, J., 1801, Cours élémentaire de maladies des femmes : 263, apud Arnaud-Lesot (2004 : 20 (...)

17Selon Arnaud-Lesot, dans les écrits du xixe siècle, nombreux sont les médecins pour lesquels « la pudeur féminine rend compte des difficultés auxquelles ils sont confrontés pour examiner les femmes. Pour Vigarous, elle est même, sans contredit, “la difficulté la plus essentielle qu’ont eu à vaincre les médecins de tous les temps dans la recherche des maladies du sexe2” ».

  • 3 . Guibout, E., 1886, Traité clinique et pratique des maladies des femmes, apud Arnaud-Lesot (2004  (...)
  • 4 . Colombat de l’Isère, M., 1843, Du spéculum uteri et de la manière de l’appliquer : 113, apud Arn (...)

18Le mot pudeur sert à justifier les difficultés rencontrées par les médecins lors de l’examen des femmes ainsi que leur conduite face à ces difficultés. La pudeur a une connotation positive ; elle doit être respectée : il est recommandé au médecin de ne pas regarder et toucher la femme en même temps et de ne pas découvrir la femme pour le toucher vaginal. Selon Guibout, « le toucher […] a l’avantage de simplifier les choses, de ménager la pudeur de la femme, de lui éviter le désagrément d’être découverte, de livrer ses parties génitales aux regards3 ». L’exception à cette pratique est faite avec l’application du spéculum en cas de gravité potentielle ou réelle des blessures. Selon Colombat de l’Isère, cette exception exige un « grand sacrifice » à la pudeur des « femmes honnêtes » : « quoique l’application du spéculum exige toujours, du moins pour les femmes honnêtes, un grand sacrifice à leur pudeur, cette considération ne devra jamais arrêter le praticien lorsqu’il soupçonnera l’existence d’une lésion grave ou susceptible de le devenir4 ».

  • 5 . De Paul, J.A.H., M., 1847, Traité théorique et pratique d’auscultation obstétricale, apud Arnaud (...)

19L’ensemble des procédures justifiées par la pudeur reproduisent un imaginaire social de la femme qui a comme effet un contrôle moral de sa subjectivité : la femme doit être « honnête » et cela implique qu’elle doit avoir de la pudeur. Selon Arnaud-Lesot (2004 : 210), le médecin doit « faire en sorte que la pudeur de la femme ne soit ni alarmée, ni blessée lors de l’examen », qui doit être bref et réalisé seulement quand il est indispensable. Les procédures justifiées par la pudeur ont aussi des effets sur la connaissance médicale. Arnaud-Lesot reprend De Paul J.A.H. pour montrer que la pudeur doit être respectée même si « des affections importantes à connaître peuvent ainsi échapper au médecin5 ».

20La conduite préconisée pour le médecin au nom de la pudeur contrarie le statut de science expérimentale de la médecine, fondée sur l’observation et le regard. Les textes repris par Arnaud-Lesot nous permettent d’observer une asymétrie dans la construction de la déontologie médicale à propos de la relation entre l’homme médecin et la femme patiente : lorsque la sexualité de la femme est signifiée à travers la lentille de la pudeur, la sexualité du médecin n’est pas mise en question et la pudeur n’est attribuée qu’à la femme. La sexualité du médecin est effacée, passée sous silence, et son corps ne signifie que dans l’implicite des sens de la pudeur attribuée à la femme : sa pudeur à elle est gênée parce que son corps est exposé au regard et au toucher du médecin ; il a donc un corps qui regarde et qui touche.

4. Pratique médicale et sexualité aujourd’hui en France

21En France, le rapport adopté lors de la session du Conseil national de l’ordre des médecins en décembre 2000, intitulé « Pratique médicale et sexualité » (Hoerni 2000), met l’accent sur l’interdiction de tout échange sexuel entre médecin et patient(e). Notons que le rapport ne vise pas la relation entre l’homme médecin et la femme patiente exclusivement. Toutefois, la question éthique, liée à l’interdiction de tout échange sexuel entre médecin et patient(e), y concerne d’abord et surtout cette relation, comme les situations de transgression évoquées vont le montrer.

22Le mot pudeur y apparaît deux fois. D’abord, dans la reprise du premier ouvrage français de déontologie médicale ; selon le Dr Max Simon (1845), le médecin « doit être chaste sans être prude » et « vis-à-vis d’une patiente, il doit respecter sa pudeur tout en la soumettant aux examens nécessaires, sans se laisser séduire ni prendre, parfois, à son jeu » (Hoerni 2000 : 4). Cette reprise du Dr Max Simon nous fait découvrir que, distinctement de ce qu’indique le parcours d’Arnaud-Lesot, la sexualité du médecin et la possibilité d’un échange sexuel entre lui et la femme patiente étaient parfois évoquées dans l’énonciation médicale au xixe siècle.

23La sexualité du médecin est implicite dans les mots du Dr Max Simon quand il évoque la possibilité de séduction du médecin par sa patiente et conseille au médecin d’« être chaste sans être prude ». Le risque de désir sexuel de la part du médecin est attribué au jeu de séduction de la femme qui, contradictoirement, est signifiée tant par sa pudeur que par son « jeu ». L’accent mis sur le jeu de séduction de la femme permet de ne pas parler du médecin en tant que sujet de son propre échec éthique ou de son désir sexuel, qui restent dans l’implicite et sont perçus comme motivés par le comportement des femmes.

24Dans l’orientation proposée en 2000, où l’interdiction de tout échange sexuel entre médecin et patient(e) est affirmée, la justification d’un échange sexuel par un « prétendu intérêt du patient » doit être évitée (Hoerni 2000 : 4). Cependant, cette justification est signifiée dans le rapport : la femme patiente peut être « sollicitée » ou « agressée » par un homme médecin, mais aussi « provocatrice » ou « consentante » de la séduction ; l’homme médecin, à son tour, est tant un agresseur « dérangé » que quelqu’un qui peut se « laisser aller » sous l’influence de la femme. Selon le rapport, les « contacts » auxquels la pratique médicale expose médecin et patient(e) peuvent entraîner des « moments de distraction ou de faiblesse » de la part des médecins (ibid. : 5), puisque « la pratique médicale expose à des tentations sexuelles » (ibid. : 1).

25Le rapport souligne l’augmentation apparente de « cas entraînant des sanctions aggravées » et décrit les configurations possibles de la « transgression » (ibid. : 2) :

– patiente habituelle, séduisant involontairement un homme médecin qui va se laisser aller à un viol caractérisé, éventuellement précédé par une « prémédication » (médicamenteuse, par hypnose ou persuasion) de la patiente ;
– patiente ordinaire sollicitée ou agressée par un médecin dérangé ;
– patiente consentante, voire provocatrice, invitant à un rapport éventuellement considéré comme « thérapeutique » ;
– femme médecin harcelée par un patient masculin ;
– d’autres situations sont possibles en relation homosexuelle.

Les configurations de la « transgression » sont basées sur une relation de genre stéréotypée : le rapport priorise les relations hétérosexuelles, dans lesquelles l’agent de l’abus est toujours un homme et la victime toujours une femme – même la femme médecin est décrite comme victime potentielle de harcèlement par « un patient masculin », ce qui indique que le pouvoir de genre se superpose au pouvoir de la connaissance professionnelle. Les situations d’homosexualité ne sont que mentionnées, ce qui indique la probabilité que les relations homme-femme soient majoritaires dans les cas de « transgression » sexuelle.

26Le mot pudeur persiste dans l’énonciation médicale et continue à orienter la conduite du médecin : dans la recommandation actuelle pour l’examen médical, le médecin doit « procéder à certains examens, tout en respectant la pudeur ». En France, dans les discours des médecins du xixe, aussi bien que dans les discours du xxie siècle, l’examen médical est le point le plus sensible de la pratique clinique, surtout quand il s’agit de l’examen des femmes par des hommes médecins. Et c’est par rapport à l’examen clinique que le mot pudeur est évoqué. Ces deux constats en médecine française nous conduisent à nous interroger sur l’orientation éthique donnée au domaine de la santé des femmes. Je vais examiner cette question dans un document brésilien, où le mot pudor est présent.

5. Pudor en éthique médicale au Brésil

27Le code d’éthique médicale en vigueur au Brésil a été approuvé par le Conseil fédéral de médecine en 2009. Dans ce code, le mot pudor est employé pour qualifier le respect que le médecin doit avoir envers les patients dans la relation médecin-patient ; il est interdit au médecin de « ne pas respecter la pudeur de toute personne sous sa responsabilité professionnelle » : (Art. 38 – É vedado ao médico desrespeitar o pudor de qualquer pessoa sob seus cuidados). Le code fédéral sert de base aux documents faits par les conseils régionaux. Dans le manuel d’éthique en gynécologie et obstétrique du Conseil de médecine de São Paulo, publié en 2011, l’article 38 du code général est repris deux fois et les deux fois dans le même chapitre, celui qui traite du harcèlement sexuel en clinique.

28Pudor, comme pudeur en médecine française, est lié à la question de la sexualité dans la relation entre médecin et patient(e) en pratique médicale. En France, le document publié en 2000 parle de la « transgression » par le médecin de l’interdit de tout échange sexuel avec un(e) patient(e). Au Brésil, le cahier en gynécologie et obstétrique de São Paulo parle de « harcèlement sexuel » (assédio sexual) ; la « transgression » est signifiée comme un crime. Mais sa motivation est aussi plutôt externe – la formation du médecin ou la provocation de la patiente. Je vais analyser ce mouvement du mot pudor dans le manuel d’éthique de São Paulo pour la santé des femmes.

29Dans le chapitre sur le harcèlement sexuel, c’est dans l’article 38 que le harcèlement sexuel est expliqué pour la première fois. Le harcèlement est présenté à partir de sa définition juridique comme un crime contre la liberté sexuelle, caractérisé par un abus du pouvoir octroyé par la fonction professionnelle. Il est aussi envisagé comme une double trahison éthique : de la confiance que la patiente a accordée au médecin et de « l’honneur de l’héritage qu’il a reçu de tous les médecins qui ont travaillé avant lui pour construire et maintenir la crédibilité de la profession auprès de la société » (CREMESP 2011 : 259). Selon le cahier, la plupart des cas de dénonciations de harcèlement en médecine ont lieu dans le domaine de la santé des femmes.

30Le harcèlement est aussi défini comme « une forme de violence morale dans le contexte des relations de genre, auxquelles sont associées les notions d’honneur et de honte, ce qui conduit à un processus de réparation des dommages moraux ». Il est situé comme « l’une des différentes formes de la violence contre les femmes dans la société brésilienne », une violence « peu dénoncée, mais assez fréquente dans les relations de travail » (ibid. : 259).

31En clinique médicale, le harcèlement est attribué à un « trouble de la communication » ; selon le cahier, ce trouble peut arriver « quand la formation du médecin est si techniquement “mécanique” et si culturellement machiste qu’il confond le besoin de soutien et d’orientation émotionnelle de la patiente avec “désir d’intimité” ou “insinuation érotique” ». Le harcèlement est alors perçu comme l’effet d’une formation humaine et médicale déficitaire et est expliqué par une « confusion » de la part du médecin des attentes de la patiente. La sexualité du médecin reste dans l’implicite signifié dans la description du trouble de la communication entre lui et la patiente, puisqu’il se rend à ce qu’il pense être un désir d’intimité ou une insinuation érotique.

32En tant que patientes, les femmes sont qualifiées de « personnes entières, qui attendent de leurs gynécologues qu’ils aient des connaissances en tout ce qu’elles font avec leurs appareils reproducteurs et même des connaissances en amour ! » (ibid. : 262). Face à l’intégrité de la femme patiente en tant que personne, le prétendu manque de préparation professionnelle du médecin. Symptomatiquement, ce détournement dans la signification du harcèlement a lieu lorsque l’article 38 du code fédéral d’éthique médicale est repris pour rappeler qu’il est interdit au médecin de « ne pas respecter la pudeur de toute personne sous sa responsabilité professionnelle ». Le harcèlement s’identifie ainsi à un manque de respect de la pudeur de la femme. La sexualité des femmes est à nouveau au premier plan dans l’orientation des médecins.

6. Pudeur, pudor et ses échos

La pratique scientifique est d’abord comme toute pratique une pratique sociale, secondairement, c’est une pratique spécifique.
Paul Henry (1977 : 13)

33Ce parcours à travers l’énonciation des médecins au xixe siècle en France et à l’aube du xxie siècle en France et au Brésil nous a permis de comprendre les effets de sens des mots pudeur/pudor dans la signification de la relation entre l’homme médecin et la femme patiente. Au xixe siècle en France, le discours moral constitué par la division asymétrique de genre fait opérer à travers le mot pudeur un imaginaire sur la femme et sur la tenue de son corps que la médecine reproduit et renforce.

34Dans les énonciations parcourues à travers la recherche d’Arnaud-Lesot, à la pudeur attribuée à la femme s’oppose le silence de la sexualité de l’homme médecin. Dans le traité de déontologie médicale de 1845 cité dans le rapport français datant de 2000, tout ce qui est dit de la sexualité du médecin c’est qu’il doit être « chaste sans être prude » et ne pas se laisser aller par le « jeu » de la femme. La sexualité du médecin reste implicite au nom de la mise en évidence du « jeu » de la femme patiente, celle-ci étant contradictoirement caractérisée par sa pudeur et son jeu de séduction.

35Au xxie siècle en France et au Brésil, le rapport entre sexualité et pratique médicale fait partie du dit dans les documents d’éthique médicale. Les mots pudeur/pudor restent présents dans les documents de consignes générales pour la clinique médicale. L’identification du médecin comme sujet de désir sexuel est juxtaposée au rappel de la pudeur comme une qualité des patient(e)s qu’il doit respecter. La sexualité du médecin demeure un problème implicite et secondaire dans les motivations présumées de la « transgression » ou du « harcèlement sexuel ».

36En France, les configurations de la « transgression » sont fondées sur une relation de genre. Les motivations de la transgression de l’homme médecin se divisent entre la provocation ou l’acceptation de la femme d’une part, et le caractère dérangé ou faible du médecin d’autre part. La pratique médicale elle-même est énoncée comme exposant médecin et patient(e) à des contacts qui peuvent entraîner des « moments de distraction ou de faiblesse » de la part des médecins.

37Au Brésil, le respect du médecin pour la pudeur du patient (ou de la patiente) préconisé dans le code fédéral d’éthique médicale est repris dans le cahier d’éthique en gynécologie et obstétrique de São Paulo. Dans l’énonciation du cahier, la signification du harcèlement sexuel passe contradictoirement d’un crime contre la liberté sexuelle – et, en tant que tel, une violence contre les femmes et une trahison de la confiance de la patiente et de l’héritage professionnel du médecin – à un manque de respect de la pudeur des femmes.

38Les dits et les implicites sur le corps, la sexualité et la subjectivité de la femme s’opposent aux implicites sur le corps, la sexualité et la subjectivité de l’homme médecin ; selon le cahier brésilien, les « aspects psychosociaux d’être une femme et de la sexualité de la femme » doivent faire partie de la formation du médecin. Les aspects psychosociaux d’être un homme, aussi bien que la sexualité de l’homme, restent dans l’implicite de la mention à une formation médicale « culturellement machiste ». Les patientes sont décrites comme des « personnes entières » et rien n’est dit sur la subjectivité des médecins. Le désir sexuel du médecin est passé sous silence dans un discours hiérarchique lié aux connaissances professionnelles.

39Le geste analytique de pointer les dits, les implicites et les silences dans l’énonciation des médecins à propos de la relation entre médecin et patient(e) nous permet de voir que le rapport des dits aux non-dits est décisif pour comprendre le sens dans le fonctionnement du langage. Le silence, comme anti-implicite, y joue un rôle fondamental. La disparité entre les dits et les implicites à propos de l’homme médecin et de la femme patiente rend visible l’accent mis sur la sexualité des femmes, divisée contradictoirement entre pouvoir de séduction et pudeur. Cet accent fait taire la nécessité de mettre en question la sexualité d’un homme qui abuse d’une femme et le caractère d’un médecin qui utilise son pouvoir professionnel pour commettre des actes de violence sexuelle et de transgression éthique dans sa pratique médicale. Le locuteur est responsable du dit et du non-dit que son énonciation fait taire.

40La compréhension du fait qu’il n’y a pas de pratique (y compris la pratique du langage) en dehors du travail de l’idéologie, et que la pratique scientifique est une pratique langagière et (comme toute pratique) une pratique sociale, nous amène à considérer que les individus humains concrets agissent « dans et sous la détermination des formes historiques d’existence » ; ils sont « constitués en sujets dans et par ces pratiques sociales », y compris la pratique scientifique (Henry 1977 : 14-15).

41L’analyse des dits et non-dits nous fait comprendre que les mots pudeur en France et pudor au Brésil persistent dans l’énonciation médicale à propos de la relation entre médecin et patient(e) et orientent la conduite du médecin. Ces mots, en lien avec les implicites et le silence sur le corps, la sexualité et la subjectivité du médecin jouent un rôle dans la construction des connaissances en médecine. Le discours moral de contrôle du corps et de la subjectivité de la femme est traversé par le discours hétéronormatif dans lequel l’asymétrie de genre est constituée. La question éthique est mise à découvert : la subjectivité du professionnel en médecine – y compris sa sexualité – ainsi que la construction sociale des genres doivent se constituer en objet de réflexion dans la formation médicale.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud-Lesot, S., 2004, Pratique médicale et pudeur féminine au xixsiècle, Histoire des Sciences Médicales 2 : 207-218.

Bluteau, R., 1712, Vocabulário Português e Latino, Coimbra, Colégio das Artes da Companhia de Jesus.

Código de Ética Médica. Resolução CFM n° 1.931/09. Conselho Federal de Medicina, Brasil, 2009.

Courtine, J.-J. et Vigarello, G., 1987, La physionomie de l’homme impudique. Communications 46 : 79-91.

CREMESP, 2011, Cadernos de Ética em Ginecologia e Obstetrícia, Conselho Regional de Medicina do Estado de São Paulo, 4 ed.

Ducrot, O., 1969, Présupposés et sous-entendus. Langue française 4. La sémantique : 30-43.

Duerr, H.P., 1998, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation. Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme.

Elias, N., 1939, Über den Prozeß der Zivilisation, Bâle, Haus zum Falken.

Henry, P., 1977, Le mauvais outil. Langue, sujet et discours, Paris, Éditions Klincksieck.

Hoerni, B., 2000, Pratique médicale et sexualité, rapport adopté lors de la session du Conseil national de l’ordre des médecins en décembre 2000.

Houaiss, A., 2009, Dicionário Houaiss da Língua Portuguesa, édition électronique [accès payant].

von Münchow, P., 2016, Quand le non-dit n’est pas l’implicite : comment rendre visibles les silences dans le discours ? Signes, Discours & Sociétés 17 : 1-10.

Orlandi, E., 1992, As formas do silêncio, Campinas, Pontes.

Orlandi, E., 1996, Les formes du silence dans le mouvement du sens, Paris, Éditions des Cendres.

Pêcheux, M., 1975, Les vérités de La Palice. Linguistique, sémantique, philosophie, Paris, Maspero.

Haut de page

Notes

1 . Dans une perspective socio-cognitive et tout en prenant en compte la réflexion d’Orlandi sur le silence, von Münchow (2016) propose une typologie du non-dit qui couvre des sens implicites et non implicites.

2 . Vigarous, J., 1801, Cours élémentaire de maladies des femmes : 263, apud Arnaud-Lesot (2004 : 208).

3 . Guibout, E., 1886, Traité clinique et pratique des maladies des femmes, apud Arnaud-Lesot (2004 : 210).

4 . Colombat de l’Isère, M., 1843, Du spéculum uteri et de la manière de l’appliquer : 113, apud Arnaud-Lesot (2004 : 212).

5 . De Paul, J.A.H., M., 1847, Traité théorique et pratique d’auscultation obstétricale, apud Arnaud-Lesot (2004 : 210).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sheila Elias de Oliveira, « Dits, implicites et silences dans la santé des femmes »Les Carnets du Cediscor, 17 | -1, 19-29.

Référence électronique

Sheila Elias de Oliveira, « Dits, implicites et silences dans la santé des femmes »Les Carnets du Cediscor [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cediscor/5725 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cediscor.5725

Haut de page

Auteur

Sheila Elias de Oliveira

Sheila Elias de Oliveira est professeure de sémantique et pragmatique au département de linguistique de l’université de Campinas (Unicamp). Elle dirige le groupe de recherche Langage, énonciation, discours (LED – CNPq/Unicamp), lié au centre de recherche Politique, énonciation, histoire, matérialités, sexualités (PoEHMaS). Ses recherches portent sur les questions du sens dans le langage, le lexique et l’histoire des idées linguistiques. Elle a publié Cidadania: história e política de uma palavra (2006) et co-édité, entre autres, Linguagem e significação: sujeitos indígenas et Linguagem e Significação: práticas sociais (2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search