Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Énoncer, s'énoncerMise-à-corps du soi : modes d’éno...

Énoncer, s'énoncer

Mise-à-corps du soi : modes d’énonciation contemporains

The embodiment of the self: contemporary modes of enunciation
Mónica G. Zoppi Fontana
p. 62-76

Résumés

Cet article propose une étude portant sur certains modes d’énonciation présents sur les réseaux sociaux, qui se caractérisent par l’incorporation constitutive d’une représentation visuelle du locuteur. Nous définissons le selfie – (auto)portraits mis en scène sur les réseaux sociaux – comme un dispositif d’énonciation, et nous décrivons les nouvelles pratiques de représentation du dire et du moi qu’il développe. Le corpus est constitué de textes verbaux et (audio)visuels diffusés par le biais d’une campagne institutionnelle contre la violence de genre, ayant appelé à la participation active des femmes internautes, lesquelles ont contribué avec des photos d’elles-mêmes destinées à être publiées sur Instagram. La ressource de marquage sur Instagram est exploitée par la campagne comme une sorte de technologie touchante ayant pour effet de persuader le public. L’analyse décrit ce mode d’énonciation comme une mise-à-corps du locuteur, qui légitime la place de la parole pour les sujets subalternes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Projet de recherche financé par le CNPq/Brésil, 307842/2017-7.

1Dans ce travail1, nous nous penchons sur certains modes d’énonciation présents sur les réseaux sociaux, qui se caractérisent par l’incorporation constitutive d’une représentation visuelle du locuteur ; plus précisément, nous allons aborder divers fonctionnements du selfie comme dispositif d’énonciation sur les réseaux. Le mot « selfie », élu mot de l’année par le dictionnaire Oxford en 2013, est défini comme « une photographie prise d’elle-même par la personne, typiquement avec un smartphone ou une webcam, postée sur un site de média social ». Les autoportraits selfies sont rapidement devenus populaires sur les réseaux sociaux et ont gagné de nouveaux contours à travers de nouveaux dispositifs technologiques, tels que la perche à selfie ou le retardateur des appareils photos incorporés aux téléphones portables. Nous considérons comme des selfies les photos de la campagne Hidden Messages que nous analysons dans ce travail, ces photos étant des autoportraits de femmes capturés par des dispositifs mobiles et envoyés par ces mêmes femmes en vue de leur publication et de leur circulation sur les réseaux sociaux. Nous examinons, en particulier, leur rapport avec l’utilisation d’une technologie touchante (Bellacasa 2012) et leurs effets sur l’exercice d’une pratique militante de revendications de droits. Il s’agit donc de penser les divers modes selon lesquels le corps est représenté/montré/touché dans l’énonciation numérique et de décrire, en particulier, la façon dont ce dispositif propre à l’environnement numérique participe de la construction d’une place de parole, d’où s’énonce une dénonciation/demande.

2Notre réflexion s’inscrit dans le champ théorique de l’analyse du discours, plus spécifiquement dans sa tendance brésilienne (Orlandi 2007, 2011), nous conduisant à établir un dialogue productif avec la sémantique de l’énonciation, développée par Guimarães (2002, 2011, 2018). Nous nous donnons pour corpus les discours produits dans le cadre de la campagne Hidden Messages2 qui, destinée à combattre la violence contre les femmes, a été élaborée par l’agence de publicité África pour l’Institut Maria da Penha3. La campagne a été conçue pour le réseau social Instagram et son impact social est dû à ce type spécifique de circulation numérique, qui incorpore le toucher comme mécanisme d’interaction communicative. Nous examinons aussi les effets énonciatifs produits par la diffusion d’une vidéo qui présente une mosaïque visuelle composée d’un ensemble des photos utilisées par la campagne sur Instagram.

3D’abord, nous présentons quelques remarques théoriques pour situer notre travail dans le domaine des études sémantico-discursives, en particulier telles que développées au Brésil. Ensuite, nous examinons les textes de la campagne Hidden Messages, en décrivant sa circulation sur les réseaux et sa composition hybride (langue, image, effet de toucher et mécanisme numérique d’indexation – hashtag). Enfin, nous nous penchons sur la réflexivité et la deixis de l’énonciation pour comprendre comment les selfies individuels construisent ensemble la représentation d’une corporalité qui sert de fondement éthique et politique à la prise de parole de ces femmes qui dénoncent la violence et formulent une demande de réaction.

1. Praxis politique et énonciation numérique : in-corporer le militantisme

  • 4 . Zoppi Fontana 2002, 2017 ; Cestari et Zoppi Fontana 2008.

4Dans ce travail, nous reprenons la réflexion que nous avons développée il y a déjà quelques années concernant la notion de lieu d’énonciation et son inscription dans le cadre théorique de l’analyse du discours4. Si c’est la position de sujet qui détermine les sens des énoncés à partir du fonctionnement de la mémoire discursive dans la rencontre avec l’actualité de l’événement, c’est dans l’énonciation d’un sujet dans des conditions de production déterminées que ce dire pourra être reconnu comme légitime en relation à un lieu d’énonciation déterminé et à des modes de dire qui le constituent comme tel.

  • 5 . Cf. Serrani (1991), qui définit dans son travail les modes de dire par rapport aux formations di (...)
  • 6 . Voir Zoppi Fontana 2011 pour une analyse des dispositifs linguistiques et discursifs constituant (...)
  • 7 . Voir Pêcheux 1969.

5La définition théorique du processus de constitution du sujet du discours est le point de départ qui nous permet de développer cette réflexion. Selon Pêcheux (1975), l’individu se constitue en sujet de discours du fait de son inscription dans une position de sujet, en un mouvement de reconnaissance imaginaire et de méconnaissance nécessaire qui l’amène à s’identifier et se reconnaître dans les éléments de savoir et dans les modes de dire5 qui configurent cette position dans l’interdiscours. En même temps, cette inscription symbolique qui détermine idéologiquement le dire reste opaque au sujet du discours et échappe à sa conscience (en totalité ou en partie). Pour l’analyse du discours, reconnaissance et méconnaissance du rapport de filiation à une position de sujet à l’intérieur de l’interdiscours constituent donc des effets solidaires et nécessaires dans la production de la subjectivité et du dire. Ce dépliement/torsion est constitutif de l’agencement énonciatif (Guimarães 2002) et participe des processus de subjectivation par lesquels les identités sont produites et vécues dans les pratiques sociales6. Quand on se donne comme objet de recherche la lutte politique et les pratiques de résistance, on met au premier plan les processus de subjectivation dans leur dimension de construction de l’identité individuelle et collective. Il s’agit ainsi d’analyser l’effet de stabilisation de l’ensemble de projections imaginaires7 qui intervient en configurant un mode d’appréhension des conditions réelles d’existence du sujet, ce dernier étant constitué par et dans les pratiques discursives. L’exercice de la parole est affecté par cette configuration des conditions de production du discours et par la façon dont un lieu d’énonciation est défini par rapport à cette construction identitaire.

6C’est dans ce cadre conceptuel que nous situons dorénavant la réflexion. La campagne Hidden Messages, en mobilisant des images de soi par le dispositif du selfie, construit les évidences nécessaires afin de soutenir la représentation discursive d’un collectif de femmes qui luttent, résistent et revendiquent, par le corps et avec le corps pris dans ses déploiements énonciatifs et visuels. Nous analysons comment la représentation photographique du corps des femmes s’inscrit dans des campagnes de combat contre les violences faites aux femmes, en organisant l’énonciation à partir de la configuration d’un lieu d’énonciation collectivement exercé et subjectivement signifié par chaque expérience singulière, c’est-à-dire par la représentation d’une place de parole partagée par les femmes assumant le rôle de locutrices (corporifiées) des énoncés de la campagne.

2. Modes de dire contemporains

7La campagne Hidden Messages, objet de notre analyse, a été élaborée par l’agence de publicité África pour l’Institut Maria da Penha et a reçu le prix « Facebook Awards » dans la catégorie Facebook do bem de l’étape régionale d’Amérique latine. Elle a été promue sur le réseau social Instagram en avril 2015 et a également donné lieu à une vidéo institutionnelle.

  • 8 . Sur Instagram il est possible d’identifier/taguer des personnes ou des marques sur la photo publ (...)

8La campagne a exploité le recours à l’identification de personnes8 propre à l’application Instagram, qui passe par le toucher de l’écran du téléphone portable. L’agence a créé cinq profils sur Instagram et a invité cinq célébrités médiatiques (des femmes) à manifester leur adhésion à la campagne moyennant la publication d’une photo personnelle. Les photos représentent les femmes de plain-pied, en sous-vêtements ou en maillot de bain. Ces photos ont été commentées par deux énoncés, avec des variations simples – « Ce n’est pas parce que je suis en sous-vêtements que tu peux me toucher » ou « Ce n’est pas parce que je suis en maillot de bain que tu peux me toucher ». Ces énoncés virtuels s’actualisaient par le contact du doigt des internautes : lorsque la photographie de la célébrité était touchée sur l’écran du portable, l’un de ces messages s’affichait. L’agence a également encouragé toutes les femmes à participer à la campagne, en envoyant leurs photos. Les photos envoyées par les internautes étaient publiées avec une légende : « Peu importe la façon dont je suis habillée, la violence contre les femmes est un crime ! » et accompagnées du hashtag #ocorpoémeu (#lecorpsestmien).

  • 9 . Cité dans l’article circulant sur le Facebook pour les entreprises, disponible à l’adresse suiva (...)

9Avec plus de dix-sept millions de réplications du hashtag, la campagne a relayé plus de deux mille photos envoyées par les internautes et publiées sur Instagram, lesquelles ont généré plus de quatre cent mille like. Selon Rafael Pintaguy, vice-président de l’agence África : « Instagram a permis que l’idée soit possible, parce qu’aucun autre média ne fournissait cette interactivité du toucher »9. La campagne a ainsi profité des ressources des réseaux sociaux et s’est démarquée largement en très peu de jours, contaminant les grilles d’information des autres médias non numériques dans le pays et à l’étranger.

10Dans la vidéo institutionnelle qui présente la campagne, une mosaïque visuelle composée de photos d’internautes se déploie (voir Figure 2), accompagnée de la légende : « Plus de 2 000 femmes se sont exposées pour revendiquer les droits des femmes » (nous traduisons et soulignons). C’est justement cette auto-exposition déictique des internautes par le biais d’un selfie qui fournit un support symbolique à l’ancrage de l’énonciation. Cela se matérialise alors dans les énoncés qui s’activent via le toucher de l’image et portant des marques formelles de la première personne du singulier. Il s’agit de la représentation d’un collectif de je corporifiés qui revendiquent le droit à l’intégrité physique des femmes.

La campagne se caractérise par le fait de solliciter la participation active des internautes qui y contribuent par l’envoi de selfies postés sur les réseaux sociaux. Les internautes sont alors convoqués à agir politiquement par le moyen de leur image. Littéralement, les femmes ayant participé à cette campagne « y ont mis de leur corps » ; elles ont montré leur corps dans l’événement énonciatif et, par là même, se sont subjectivées politiquement en tant que je-(cyber)militante.

3. Cyberféminisme, corps-discours et technologies touchantes

11Dans des travaux récents, Paveau (2017) analyse différentes campagnes féministes développées sur le web 2.0 et attire notre attention sur la façon originale qu’ont les technologies numériques d’affecter le militantisme féministe. L’auteure souligne le caractère novateur de ces nouvelles formes de contestation et de résistance, en insistant sur le fait qu’il s’agit de nouvelles pratiques de militantisme et pas simplement d’un nouveau moyen de véhiculer de vieilles pratiques.

Le féminisme 2.0 ne se réduit donc pas à une version technologique des luttes des femmes, mais façonne de véritables univers de militance. Les pratiques technodiscursives permettent à la fois une inscription dans la mémoire discursive des féminismes, l’émergence de nouveaux enjeux et l’invention de nouvelles postures militantes. (Paveau 2017 : § 12)

Dans ses travaux, Paveau (2014) se penche sur le rôle de protagoniste que le corps des femmes assume dans le militantisme des nouveaux féminismes, qualifiés par elle de « féminismes de quatrième génération ». L’auteure analyse les images publiées sur le web de ces corps écrits des Femen, des sluts, des femmes violées et des femmes de combattants, et propose de les considérer comme « des corps-discours, sans qu’il soit nécessaire et même raisonnable, de séparer les paroles écrites des corps, postures et dispositifs technologiques » (Paveau 2014 : 15).

12Pahud (2017) réfléchit aussi à la dimension corporelle de l’argumentation féministe et comprend les corps exhibés des militantes comme des dispositifs sémiotiques de résistance aux normes de circulation publique des corps sexués.

13La campagne qui nous occupe s’aligne sur cette nouvelle modalité de protestation. Dans la campagne, les énoncés se superposent aux images photographiques par le biais des ressources techniques propres à Instagram. La ressource de marcation ou d’identification des personnes, activée par le toucher, métaphorise sur et par Instagram le geste de harcèlement sexuel subi au quotidien par des milliers de femmes au Brésil. L’interactivité que l’application propose via le geste du toucher inscrit l’utilisateur dans une position d’agresseur potentiel. Par son toucher sur l’image du corps-montré sur l’écran du mobile, l’utilisateur d’Instagram est signifié comme le destinataire du message déplié et c’est de la sorte bien à lui que le « tu » de l’énoncé – « Ce n’est pas parce que je suis en sous-vêtements que tu peux me toucher » – fait référence par la deixis de l’énonciation, d’où son efficacité d’interpellation au sein d’une campagne de prévention et de combat contre les violences faites aux femmes.

14Cette exploitation spécifique de certaines ressources technologiques vise à promouvoir des interventions matérielles sur les processus d’identification constituant les sujets dans l’espace complexe des relations de genre et de pouvoir. On peut interpréter cela à partir de ce que Bellacasa (2012) qualifie de « technologies touchantes ». L’auteure réfléchit aux effets épistémologiques et politiques du fait de considérer le toucher, et pas seulement le regard ou la vue, comme des formes de production de connaissance et de subjectivation. Elle commente également les effets du développement des technologies qui potentialisent le toucher comme interface entre l’humain et la machine, et se penche surtout sur le fonctionnement des ressources techniques permettant de prolonger le toucher à distance. Dans son travail, Bellacasa affirme :

Porter l’attention sur ce que signifie toucher et être touchée peut sensibiliser au caractère encorporé (embodied) de la perception, de l’affect et de la pensée. (Bellacasa, 2012 : 64 ; nous soulignons)

Nous avons besoin de quelque chose qui ressemblerait à des « valeurs sensorielles » pour le pouvoir du toucher, pour nos technologies touchantes. Des valeurs envisagées non pas comme des visions moralisantes mais comme les entreprises collectives d’un faire éthique ancrées de manière contingente dans les relationalités situées qui constituent le moteur de l’être. (ibid. : 87 ; nous soulignons)

  • 10 . Nous comprenons la « technologie touchante » en vigueur dans la campagne Hidden Messages dans le (...)
  • 11 . Pêcheux (1990 : 286) définit la mémoire discursive comme un ensemble complexe, préexistant et ex (...)

Nous comprenons la réflexivité déictique de la représentation du corps comme le trait le plus marquant du fonctionnement des photos réunies par la campagne qui nous intéresse ici : il s’agit d’une représentation de soi par le moyen de l’image de son propre corps, qui est ouvertement et ostensiblement montré par le sujet en tant qu’autoreprésentation du je auquel on attribue l’énonciation. Mais en même temps, par la médiation d’une technologie touchante10, cette représentation de soi est corporifiée et mise en valeur dans une entreprise collective (la campagne) d’un faire éthique (la dénonciation/revendication) ancrée dans les relationalités situées (le jeu de rôles et images projetés par le fonctionnement d’Instagram). Ce jeu d’images est toujours déjà affecté par le rapport entre l’énonciation et la mémoire discursive11 qui constitue les sujets du discours. C’est à partir de l’énonciation d’une interdiction explicite – « tu ne peux pas me toucher » – que la campagne demande implicitement un changement d’attitude de l’utilisateur de l’Instagram, l’interpellant pour l’enjoindre à une prise de position contre le harcèlement sexuel et les violences faites aux femmes.

  • 12 . Nous adoptons une définition large de mème, qui est ici compris comme « un élément de langage re (...)

15Nous mettons l’accent sur la spécificité de ce mode d’énonciation numérique, qui consiste en la jonction des formes de configurations propres au mème12 (par la répétition des énoncés identiques et du cadrage similaire des images) et au selfie (par les autoportraits des femmes). Nous nommons ce mode particulier de composition hybride du texte selfie mèmetisé et caractérisons son fonctionnement par la projection imaginaire et imagétique d’une multitude de je(s), qui se montrent corporifiés dans l’événement d’énonciation et qui énoncent à la première personne, en constituant dans son ensemble la co-construction discursive d’une place de parole collective. Par le jeu de cette co-construction discursive, les expériences singulières subsumées sous l’expérience d’« être touchée » sont métaphorisées et partagées par l’effet d’une vision touchante (Bellacasa 2012). Le corps-montré sur les images gagne, de cette façon, une fonction énonciative double :

161. D’une part, il permet de différencier et d’individualiser une cybermilitante de l’autre, en attribuant à chacune le statut d’un je distinct, étant donné l’imbrication de l’image du corps-montré avec l’énoncé écrit ;

  • 13 . Voir Wittgenstein 1961.

172. D’autre part, étant donné les similitudes de cadrage, de posture, de plan et de direction du regard, ces corps-montrés ont un air de famille13 qui, par l’intégration en séries, par l’accumulation et l’excès, produit l’effet d’un collectif d’identification. Émerge ainsi un effet énonciatif : la représentation d’un nous et d’un dire-dénonciation partagé.

18Le corps-montré fonctionne, de la sorte, comme un espace symbolique d’identification et de résistance ; il est signifié à la fois sur le mode de la forme matérielle (Orlandi 2007) du je et en tant que sa représentation.

19Nous nous appuyons sur les réflexions de Foucault (1973) au sujet du fameux tableau Ceci n’est pas une pipe de René Magritte pour nous aider dans la description de ce fonctionnement. Dans son analyse, Foucault tisse une critique acerbe des logiques de la représentation, qui seraient à la base de la relation établie entre une image et la chose qui lui sert de modèle, entre un signe linguistique et ce à quoi il renvoie. Pour l’auteur, il s’agit toujours de simulacres. Dans son texte, Foucault différencie deux ordres de fonctionnement du lien symbolique : la ressemblance et la similitude.

Il me paraît que Magritte a dissocié de la ressemblance la similitude et fait jouer celle-ci contre celle-là. La ressemblance a un « patron » : élément original qui ordonne et hiérarchise à partir de soi toutes les copies de plus en plus affaiblies qu’on peut en prendre. Ressembler suppose une référence première qui prescrit et classe. Le similaire se développe en séries qui n’ont ni commencement ni fin, qu’on peut parcourir dans un sens ou dans l’autre, qui n’obéissent à aucune hiérarchie, mais se propagent de petites différences en petites différences. La ressemblance sert à la représentation, qui règne sur elle ; la similitude sert à la répétition qui court à travers elle. La ressemblance s’ordonne en modèle qu’elle est chargée de reconduire et de faire reconnaître ; la similitude fait circuler le simulacre comme rapport indéfini et réversible du similaire au similaire. (Foucault 1973 : 61 ; nous soulignons)

  • 14 . Voir Serrani 1994 pour une réflexion sur les effets de résonance dans l’interdiscours.

Prenant pour base la réflexion de Foucault, nous affirmons que la campagne que nous analysons dans ce travail peut être décrite de la même manière que Foucault lorsqu’il décrit le tableau de Magritte ; c’est-à-dire à partir d’une critique profonde à toute interprétation représentationnelle des séries de photos qui participent de la campagne Hidden Messages. C’est pourquoi nous insistons sur le statut de corps-montré et sur le fonctionnement réflexif des images photographiques. Il n’y a pas de coïncidence entre les images et les corps qui s’y reflètent, malgré le rapport déictique établi par le mécanisme du selfie ; il n’y a pas de coïncidence entre les énoncés superposés aux images et les énonciations qui s’y représentent. Nous n’avons là ni corps, ni voix, mais leurs reflets et simulacres, répliqués et lancés en circulation sur les réseaux sociaux via le fonctionnement des dispositifs technologiques. La répétition des énoncés et l’effet d’accumulation des images, rassemblées par le fonctionnement du hashtag #ocorpoémeu associé à la campagne, organisent une série de similitudes, regroupant les photos individuelles des internautes. Ainsi que nous l’avons affirmé dans un texte antérieur (Zoppi Fontana 2018), nous considérons que les hashtags opèrent comme une instruction de relecture et de réinterprétation montrée par le locuteur/la locutrice internaute dans son texte, qui projette un certain mode de dire (que nous qualifions d’échoïque) et une certaine filiation discursive sur le dit/l’écrit. Ainsi, le hashtag organise un trajet de lecture dans l’archive, en établissant des liens explicites avec d’autres énoncés et d’autres textes, auxquels il s’intègre par l’effet de série produit par la répétition. C’est de cette façon que nous interprétons le hashtag comme la marque d’un mode de dire échoïque : le texte marqué par le hashtag doit être interprété comme résonance14/écho/répétition d’autres textes également marqués au sein de l’archive numérique. Ainsi, les corps-montrés signifient dans et par la relance des images répliquées en ligne, dans leurs similitudes ou, comme dit Foucault (1973), dans « l’affirmation du simulacre, affirmation de l’élément dans le réseau du similaire ». L’efficace rhétorique n’est donc pas ancrée dans la singularité d’un lien représentationnel qui unirait une image photographique au corps individuel en chair et en os qu’elle représenterait, mais repose au contraire sur l’effet d’accumulation et d’excès produit par la répétition d’un même geste technologique : rendre un selfie disponible en vue de sa reproduction sur les réseaux sociaux, où le toucher du spectateur déclenche la mise en scène d’une énonciation. Toutefois, le dispositif de capture photographique produit encore l’effet de réel déjà décrit par Barthes (1968), effet qui suppose/projette une relation de ressemblance de l’image avec une chose/personne dont elle serait le reflet. Fonctionnant sur un mode paradoxal, les images supposent en même temps qu’elles nient le corps qu’elles montrent. Des corps-montrés/touchables, créés par les technologies numériques, traversent et re-sémantisent ainsi les corps-expériences qui leur servent de fantôme.

20En ce sens, les corps-montrés, dans les séries de similitudes construites par les dispositifs technologiques, fournissent le support discursif pour une énonciation politique qui, inscrite dans le champ imaginaire du je, s’articule par la répétition comme un espace subjectif d’identification collective. Ainsi, la question de l’énonciation, dans sa réflexivité performative, se pose avec force : une parole de soi, un dire de soi et un se montrer, qui donnent corps à la position de sujet qui soutient une pratique de résistance et à la co-construction d’une identification collective qui puisse soutenir cette pratique dans la confrontation sociale et politique. Corps-simulacres qui, en se multipliant spéculairement dans les diverses formulations visuelles des selfies, fournissent la forme matérielle servant de fondement éthique à la construction d’une place de parole légitime pour les femmes dans leur lutte contre la violence qui les opprime, réprime, réduit au silence, blesse et tue.

4. Énonciation, images gestuelles et mise-à-corps du soi cybermilitante

21Comme nous l’avons déjà signalé, la campagne Hidden Messages se compose d’une série de photos envoyées par les internautes en vue d’être reproduites sur les réseaux sociaux, des photos exhibant le propre corps des internautes. C’est cette réflexivité qui nous amène à considérer ces images comme des selfies. Nous reprenons ici certaines considérations du théoricien de la photographie Paul Frosh, qui propose une analyse des selfies comme images gestuelles. Ainsi que l’affirment Senft et Baym (2015), pour Frosh :

  • 15 . « Les selfies sont différents en ce qu’ils signalent d’abord et avant tout le corps du photograp (...)

Selfies are different in that they signal first and foremost the body of the photographer (the outstretched arm, the craned neck, the work to get it all in the frame). The net effect of this is the creation of what Frosh calls “gestural image,” which says “not only ‘see this, here, now’ but also ‘see me showing you me.’” Rather than the inviting voyeurism, selfies show a “self-enacting itself” and invite spectators to reflect on the “very instability of the term ‘self.’” Neither more idealized nor more duplicitous than other sorts of images, selfies invite viewers to think of identity “between the self as an image and as a body, as a constructed effect of representation and as an object and agent of representation.(Senft et Baym 2015 : 1595 ; nous soulignons et traduisons15)

Une telle image gestuelle présente/représente le caractère d’agent d’un sujet qui fait de lui-même l’objet d’une représentation destinée à être vue par l’autre : il s’agit, en tant que tel, du geste de (re)produire une image de soi et de l’envoyer en vue de son inclusion dans une campagne qui la rend disponible à la circulation en ligne. Les énoncés verbaux imbriqués dans les images renforcent cette représentation double d’un corps agent/objet d’une énonciation réflexive. En effet, les énoncés portent les marques de la première personne du singulier : « Ce n’est pas parce que je suis en maillot de bain que tu peux me toucher », « Ce n’est pas parce que je suis en sous-vêtements que tu peux me toucher ». Ces énoncés apparaissent sur l’image du corps photographié par le biais d’un toucher du spectateur sur l’écran du dispositif mobile. C’est justement ce dispositif du toucher, rendu possible par le fonctionnement de la marcation sur Instagram, qui renforce la représentation des internautes en cybermilitantes : ce qui énonce, ce serait justement ce corps touché, prenant position dans « son » énoncé comme un « je » qui (ré)agit au toucher. Les énoncés, répétés formellement et identiques à chaque fois – d’où l’effet de sérialité qu’ils produisent – font toujours retour différemment à cause de la relation déictique instaurée entre le « je » désigné par l’écriture et l’image du corps montré par la photo, un corps toujours singulier. L’image individualise le corps montré, en même temps que la « parole » qui y est représentée par l’écriture l’inscrit dans une série de similitudes, en tant que simulacre.

  • 16 . Voir Probyn 1992.

22Ainsi observons-nous, dans le corpus en analyse, l’imbrication de matérialités signifiantes différentes qui, dans leur composition contradictoire (Lagazzi 2009), produisent comme effet la représentation d’un corps-montré objet/agent d’une énonciation qui (ré)agit à des pratiques d’oppression. Il s’agit d’une mise-à-corps du soi16, c’est-à-dire d’une énonciation réflexive et déictique instaurant le paradoxe de l’(auto)représentation d’un corps qui, configuré par les dispositifs technologiques et démultiplié par le fonctionnement des réseaux sociaux, énonce/dénonce/demande à partir de la co-construction cybermilitante d’une place de parole légitime.

5. Le droit à la parole et à l’écoute : la notion de place de parole (« lugar de fala »)

  • 17 . Le travail de Mariana Jafet Cestari sur le mouvement des femmes noires au Brésil (Cestari 2015, (...)
  • 18 . L’ouvrage a été traduit au français en 2019 et publié : Ribeiro, Djamila, La place de la parole (...)

23Au cours de la dernière décennie, la notion de « place de parole » (« d’où tu parles ? ») a été utilisée à maintes reprises par le militantisme féministe, en particulier par le mouvement des femmes noires au Brésil et par le mouvement transféministe. Bien qu’inspiré par le développement des études culturelles, décoloniales et surtout des études de genre, aussi bien la désignation « place de parole » que sa définition émergent au sein de la pratique politique pour faire référence à un dispositif de légitimation à partir duquel des narrations contre-hégémoniques, réduites au silence par la structure des relations de pouvoir, peuvent circuler et gagner en visibilité au sein de la société, déplaçant des sens et produisant de nouveaux modes de subjectivation17. Au Brésil, Djamila Ribeiro, maître en philosophie politique et importante activiste de la lutte pour l’égalité de genre et pour les droits des femmes noires, a publié en 2017 un petit ouvrage dans lequel elle dresse l’historique de cette notion et la définit aussi bien à partir de la pratique politique qu’à partir de son in-corporation à la production scientifico-académique18. Pour l’auteure, à partir de la théorie du point de vue féministe, il est possible de parler de place de parole (Ribeiro, 2017 : 59). L’auteure affirme que les catégories de race, de genre, de classe et de sexualité doivent être comprises comme « des éléments de la structure sociale qui émergent comme des dispositifs fondamentaux favorisant les inégalités et créant des groupes, au lieu de penser ces catégories comme descriptives de l’identité appliquée aux individus » (ibid. : 61 ; nous soulignons et traduisons). Dans sa réflexion, Djamila Ribeiro réfute de manière critique une interprétation individualisante de la notion de place de parole, ce qu’elle considère comme « une grande erreur », car il faudrait étudier les oppressions structurales qui empêchent que les individus de certains groupes aient le droit à la parole, à l’humanité. Selon l’auteure, « le lieu social ne détermine pas une conscience discursive sur ce lieu. Cependant, le lieu que nous occupons socialement nous fait avoir des expériences distinctes et des perspectives différentes » (ibid. : 69 ; nous soulignons et traduisons).

24Les pratiques actuelles de cybermilitantisme, recourant massivement aux réseaux sociaux, sont affectées par la manière dont fonctionne l’énonciation numérique en tant que dispositif technologique de subjectivation. Le dispositif visuel du selfie mèmetisé et le mode d’énonciation échoïque projeté par le fonctionnement des hashtags promus par la campagne Hidden Messages produisent les liens métonymiques entre les corps-montrés, toujours singuliers, qui représentent les internautes engagées dans la lutte politique par leurs réponses actives à la convocation de la campagne. Ces corps-montrés, en tant qu’autoreprésentations des femmes cybermilitantes, s’enlacent métonymiquement dans la série de similitudes dans laquelle ils s’inscrivent, produisant comme effet discursif la représentation d’une « place de parole » à partir de laquelle il est possible de dénoncer collectivement, avec légitimité éthique et visibilité sociale, des pratiques d’oppression sexiste et de violences faites aux femmes.

Conclusion

  • 19 . Les réflexions théoriques et les analyses développées par le groupe de recherche Mulheres em dis (...)

25Les questions soulevées au cours de notre analyse de la campagne Hidden Messages nous ont amenée à décrire des pratiques discursives constituant, dans une conjoncture déterminée, un lieu d’énonciation historiquement produit, subjectivement expérimenté et politiquement pratiqué, qui permet d’énoncer une demande sociale reconnue comme légitime dans sa circulation discursive19.

  • 20 . Pêcheux (1990 : 305) définit l’événement discursif au point de rencontre d’une actualité et d’un (...)
  • 21 . Voir Marignier (2017 : 7-8) qui, en analysant des pratiques énonciatives qu’elle appelle « énonc (...)

26Pour conclure, nous voudrions reprendre le débat sur la notion de « place de parole », mais en définissant cette dernière à partir d’une approche discursive considérant le fonctionnement des dispositifs d’énonciation en tant que modes de subjectivation. Nous remarquons qu’une place de parole est construite dans et par l’énonciation, dans sa relation constitutive avec l’interdiscours, comme mémoire discursive, et avec les conditions de production conjoncturelles qui configurent l’événement discursif20. Quoique la place de parole s’auto-représente en rapport avec un locus social et avec une corporéité, cette relation n’est ni immédiate ni transparente ; elle est déjà l’effet de l’énonciation d’un sujet, inscrit dans une position de sujet au sein de l’interdiscours et affecté par les savoirs et les modes de dires que cette position configure21. Une place de parole peut donc être considérée dans une analyse discursive comme une forme historique de la fonction énonciative, construite à partir de la dispute pour le droit à la parole et de la demande éthique d’une écoute. Les dispositifs technologiques qui participent de la pratique énonciative configurent de façon originale cette énonciation et affectent les effets d’identification subjective.

27Le débat actuel dans le champ des militantismes des femmes noires au Brésil portant sur la notion de place de parole signale selon nous l’émergence historique d’une réflexion politique sur la langue et l’énonciation politique, qui se configure dans le feu de la dispute idéologique et dans l’urgence de la lutte contre les pratiques de domination patriarcale et d’oppression raciale. La notion de place de parole est aujourd’hui au Brésil un instrument théorique et politique de lutte contre-hégémonique. Elle surgit à partir de la praxis collective comme effort social pour donner visibilité et intelligibilité aux processus historiques de mise sous silence soufferts par des groupes minorisés.

  • 22 . Voir Cestari 2017.
  • 23 . À cet égard, voir Elias de Oliveira 2019.

28Nous comprenons que la notion de place de parole, émergeant de la lutte politique et théorique, désigne, outre une expérience subjective et une pratique sociale de groupes minorisés22, la mise en place d’une nouvelle forme historique d’exercice de la fonction énonciative. Inspirée par les analyses de Guilhaumou (1989 : 11), qui propose de « décrire la langue politique des révolutionnaires en tant que catégorie réflexive de la conscience sociale et à partir de la dimension proprement linguistique de l’événement discursif », nous considérons que l’émergence d’une nouvelle forme historique d’énonciation se réalise à partir de la relation de la langue avec l’événement discursif et la réflexivité d’un savoir linguistique produit par le sujet dans et sur sa pratique énonciative. La réflexion menée par Ribeiro produit de nouvelles inflexions quant à la question de l’énonciation et de l’agencement énonciatif, lorsque ceux-ci sont appréhendés dans l’histoire et tout en étant pris dans l’entrelacs des relations sociales23.

29Dans ce travail, nous avons analysé les effets des technologies numériques, et notamment des « technologies tactiles », sur les dispositifs énonciatifs qui fournissent un seuil discursif pour la représentation d’un lieu d’énonciation pouvant s’inscrire dans le champ de la lutte politique et sociale comme une place de parole. Pour la campagne Hidden messages, il s’agirait d’une place de parole amplifiée, qui réunit toutes les femmes en tant que victimes potentielles du harcèlement sexuel dans une société sexiste. Malgré son efficace pragmatique et sa légitimité éthique, il ne faut pas négliger que cet effet d’universalisation (« toutes les femmes sont des victimes ») produit par la campagne rend invisible le fait suffisamment prouvé que ce sont les femmes noires la cible première de la violence sexiste.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, R., 1968, L’effet du réel, Communications 11 : 84-89.

Bellacasa, M. P. D., 2012, Technologies touchantes, visions touchantes. La récupération de l’expérience sensorielle et la politique de la pensée spéculative, dans Dorlin, E. et Rodríguez, E., dir., Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France : 64-88.

Cestari, M., 2015, Vozes-mulheres negras ou feministas e antirracistas graças às Yabás (thèse de doctorat), Universidade Estadual de Campinas, http://repositorio.unicamp.br/Acervo/Detalhe/963234.

Cestari, M. J., 2017, Por uma tomada de posição feminista e antirracista na Análise de Discurso, dans Zoppi Fontana, M. et Ferrari, A. J., dir., Mulheres em Discurso. Processos de subjetivação e práticas de resistência. Campinas, Pontes : 183-203.

Cestari, M. J. et Zoppi Fontana, M. G., 2008, Imprensa feminista brasileira na década de 1970: um lugar de enunciação público e legítimo das mulheres, Língua, literatura e ensino, vol. III, https://revistas.iel.unicamp.br/index.php/lle/article/viewFile/135/115.

Elias De Oliveira, S., 2019, Lugar de fala: uma ideia como contra-discurso, dans Venturini, M.C., Loregian-Penkal, L. et Witzel, D., dir., Linguística na contemporaneidade. Interfaces, memórias e desafios, Campinas, Pontes : 191-209.

Foucault, M., 1973, Ceci n’est pas une pipe, Montpellier, Fata Morgana.

Guilhaumou, J., 1989, La langue politique et la révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck.

Guilhaumou, J. et Maldidier, D., 1986, De l’énonciation à l’événement discursif en analyse de discours, Histoire Épistémologie Langage 8(2) : 233-242.

Guimarães, E., 2002, Semântica do acontecimento, Campinas, Pontes.

Guimarães, E., 2011, Le marque du nom, Astérion [En ligne] 8, http://asterion.revues.org/2074.

Guimarães, E., 2018, Semântica: Enunciação e Sentido, Campinas, Pontes.

Lagazzi, S.M., 2009, Recorte significante na memória, dans Indursky, F., Ferreira, M.C.L., Mittmam, S., dir., O discurso na contemporaneidade: materialidades e fronteiras, São Carlos, Claraluz : 67-78.

Marignier, N., 2017, Les « énonciations de privilèges » dans le militantisme féministe en ligne : description et critique, Argumentation et analyse du discours [En ligne] 18, https://journals.openedition.org/aad/2309.

Orlandi, E., 2007, L’analyse du discours et ses entre-deux : note sur son histoire au Brésil, dans Orlandi, E. et Guimarães, E., dir., Un dialogue atlantique : production des sciences du langage au Brésil, Lyon, ENS éditions : 37-61.

Orlandi, E., 2011, Une rhétorique de l’opprimé : le discours des représentants indigènes, dans La construction du Brésil. À propos des discours français sur la Découverte, Paris, L’Harmattan : 215-235.

Pahud, S., 2017, Le corps exhibé : un texte singulier du féminisme quatrième génération, Argumentation et analyse du discours [En ligne] 18, https://journals.openedition.org/aad/2338.

Paveau, M.-A., 2014, Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique, dans Bidaud, É., dir., Recherches de visages. Une approche psychanalytique, Paris, Hermann : 207-241.

Paveau, M.-A., 2017, Féminismes 2.0. Usages technodiscursifs de la génération connectée, Argumentation et analyse du discours [En ligne] 18, https://journals.openedition.org/aad/2345.

Pêcheux, M., 1969, Analyse automatique du discours, Paris, Dunod.

Pêcheux, M., 1975, Les vérités de La Palice. Linguistique, sémantique, philosophie Paris, Maspero.

Pêcheux, M., 1990, Lecture et mémoire : projet de recherche, dans Maldidier, D., L’inquiétude du discours, Paris, Éditions des Cendres : 285-293.

Pêcheux, M., 1990, Le discours : structure ou événement, dans Maldidier, D., L’inquiétude du discours, Paris, Éditions des Cendres : 303-323.

Probyn, E., 1992, Corps féminin, soi féministe. Le dédoublement de l’énonciation sociologique, Sociologie et sociétés XXIV(1) : 33-45.

Ribeiro, D., 2017, O que é lugar de fala, Belo Horizonte, Letramento.

Serrani, S., 1991, A paráfrase como ressonância interdiscursiva na construção do imaginário de língua: o caso do Espanhol Rio-platense, Tese de doutorado, Campinas, Instituto de Estudos da Linguagem/Unicamp, http://www.repositorio.unicamp.br/handle/REPOSIP/269422.

Serrani, S., 1994, Análise de ressonâncias discursivas em micro-cenas para estudo da identidade linguístico-cultural, Trabalho de Linguística Aplicada, 24 : 74-90, https://periodicos.sbu.unicamp.br/ojs/index.php/tla/article/view/8639233/6829.

Senft, T. et Baym, N., 2015, What Does the Selfie Say? Investigating a Global Phenomenon. Introduction, International Journal of Communication 9 : 1588-1606.

Wittgenstein, L., 1961, Recherches philosophiques, dans Tractatus logico-philosophicus suivi d’Investigations philosophiques, trad. fr. P. Klossowski, Paris, Gallimard : 111-364.

Zoppi Fontana, M., 2002, Lugares de enunciação e discurso, LEITURA – Análise do Discurso. Revista do Programa de Pós-graduação em Letras e Linguística 23 : 15-24.

Zoppi Fontana, M., 2011, Sujets (in)formels. Désignation dans les médias et subjectivation dans la différence, Astérion [en ligne] 8, http://asterion.revues.org/2058.

Zoppi Fontana, M., 2017, “Lugar de fala”: enunciação, subjetivação, resistência, Conexão Letras 12(18) : 63-71, http://seer.ufrgs.br/index.php/conexaoletras/article/view/79457.

Zoppi Fontana, M., 2018, Argu(meme)ntando: argumentação, discurso digital e modos de dizer, dans Piris, E. L. et Azevedo, I. C. M., dir., Discurso e Argumentação: fotografias interdisciplinares, vol. 1. Coimbra, Grácio Editor : 135-157, http://www.academia.edu/37272097/DISCURSO_E_ARGUMENTA%C3%87%C3%83O_FOTOGRAFIAS_INTERDISCIPLINARES_-_VOL.1.

Zoppi Fontana, M. et Elias De Oliveira, S., 2016, Tá Serto! Só Que Não… Argumentação, Enunciação, Interdiscurso, Linha d’agua 29(2) : 123-155, https://www.revistas.usp.br/linhadagua/article/view/120001.

Zoppi Fontana, M. et Elias De Oliveira, S., 2017, La place et la parole des hommes féministes dans les réseaux sociaux numériques au Brésil, Argumentation et analyse du discours [En ligne] 18, https://journals.openedition.org/aad/2356.

Zoppi Fontana, M. et Ferrari, A. J., dir., 2017a, Mulheres em Discurso. Gênero, linguagem, ideologia, Campinas, Pontes.

Zoppi Fontana, M. et Ferrari, A. J., dir., 2017b, Mulheres em Discurso. Processos de subjetivação e práticas de resistência, Campinas, Pontes.

Haut de page

Notes

1 . Projet de recherche financé par le CNPq/Brésil, 307842/2017-7.

2 . Voir https://br.adforum.com/talent/81779241-beto-rogoski/work/34513457. Afin de mieux mesurer l’effet produit par le mécanisme de marquage activé par le toucher de l’écran, on conseille vivement de regarder la vidéo de la campagne.

3 . Fondé en 2009, l’Institut Maria da Penha (IMP) est une organisation non gouvernementale à but non lucratif, qui combat les violences faites aux femmes. Il a été créé par Maria da Penha, femme devenue paraplégique à la suite des agressions physiques de son mari, et ayant entrepris de lutter pour l’adoption de la loi qui porte son nom et qui punit sévèrement l’agresseur.

4 . Zoppi Fontana 2002, 2017 ; Cestari et Zoppi Fontana 2008.

5 . Cf. Serrani (1991), qui définit dans son travail les modes de dire par rapport aux formations discursives et à une position de sujet. L’auteure les décrit comme des schémas de modalisation des énoncés intervenant dans la construction des objets du discours par le biais de déclarations d’intentions, de l’énonciation d’appréciations et d’attitudes, qui signifient du fait de son inscription dans un domaine de mémoire.

6 . Voir Zoppi Fontana 2011 pour une analyse des dispositifs linguistiques et discursifs constituant les processus d’identification dans des conditions de ségrégation sociale.

7 . Voir Pêcheux 1969.

8 . Sur Instagram il est possible d’identifier/taguer des personnes ou des marques sur la photo publiée, en sélectionnant les différents éléments composant la photo et en ajoutant le nom de la personne taguée.

9 . Cité dans l’article circulant sur le Facebook pour les entreprises, disponible à l’adresse suivante : https://pt-br.facebook.com/business/news/instituto-maria-da-penha-e-africa-facebook-awards.

10 . Nous comprenons la « technologie touchante » en vigueur dans la campagne Hidden Messages dans les deux sens ouverts par la polysémie du verbe « toucher » : une technologie à la fois tactile et émouvante.

11 . Pêcheux (1990 : 286) définit la mémoire discursive comme un ensemble complexe, préexistant et extérieur à l’organisme, constitué par des séries de tissus d’indices lisibles, qui constituent un corps socio-historique de traces. Le statut social de la mémoire est la condition de son fonctionnement discursif.

12 . Nous adoptons une définition large de mème, qui est ici compris comme « un élément de langage reconnaissable et transmis par répétition d’un individu à d’autres » sur la toile et/ou sur le réseau. Il s’agit donc d’un mode de formulation et de circulation des textes sur internet, qui est souvent composé de façon hybride, par imbrication matérielle d’énoncés verbaux, d’images et de sons. Le Dictionnaire Larousse le définit comme suit : « Concept (texte, image, vidéo) massivement repris, décliné et détourné sur Internet de manière souvent parodique, qui se répand très vite, créant ainsi le buzz ». Pour une analyse d’une autre campagne féministe menée sur les réseaux sociaux et faisant usage du dispositif du selfie mèmetisé, voir Zoppi Fontana 2018.

13 . Voir Wittgenstein 1961.

14 . Voir Serrani 1994 pour une réflexion sur les effets de résonance dans l’interdiscours.

15 . « Les selfies sont différents en ce qu’ils signalent d’abord et avant tout le corps du photographe (le bras tendu, le cou tendu, le travail pour tout mettre dans le cadre). L’effet produit est la création de ce que Frosh appelle “l’image gestuelle”, qui dit “non seulement ‘voyez ceci, ici, maintenant’ mais aussi ‘voyez-moi me montrer à vous’”. Plutôt que le voyeurisme invitant, les selfies montrent une “auto-mise en œuvre” et invitent les spectateurs à réfléchir sur “l’instabilité même du terme ‘soi’”. Ni plus idéalisés ni plus trompeurs que d’autres types d’images, les selfies invitent les spectateurs à penser à l’identité “entre le soi comme image et comme corps, comme effet construit de représentation et comme objet et agent de représentation”. »

16 . Voir Probyn 1992.

17 . Le travail de Mariana Jafet Cestari sur le mouvement des femmes noires au Brésil (Cestari 2015, 2017) décrit les processus discursifs par lesquels se configure un lieu d’énonciation pour la femme noire comme effet de la construction et de la légitimation sociale et collective d’une dénonciation des pratiques de domination raciale et d’oppression de genre, fournissant un support symbolique à une demande de reconnaissance identitaire.

18 . L’ouvrage a été traduit au français en 2019 et publié : Ribeiro, Djamila, La place de la parole noire, trad. Paula Anacaona, Paris, Anacaona éditions, 2019. Nos citations du texte sont faites à partir de l’édition originale brésilienne.

19 . Les réflexions théoriques et les analyses développées par le groupe de recherche Mulheres em discurso (Femmes en discours, CNPq/Unicamp) à partir de 2013 ont avancé conceptuellement dans la compréhension de cette problématique ; voir Zoppi Fontana et Ferrari 2017a, 2017b ainsi que la page du groupe https://www.facebook.com/MulherDis/ et le blog https://mulheresemdiscurso.wordpress.com/.

20 . Pêcheux (1990 : 305) définit l’événement discursif au point de rencontre d’une actualité et d’une mémoire.

21 . Voir Marignier (2017 : 7-8) qui, en analysant des pratiques énonciatives qu’elle appelle « énonciations des privilèges », concernant les sujets en position de privilège au sein de la société, affirme qu’« il devient difficile de considérer qu’exhiber sa position de sujet est autre chose qu’une illusion : cela participe en fait au renforcement de l’idéologie de l’évidence du sujet ». En ce sens, nous reprenons l’affirmation de Ribeiro en affirmant que ce n’est pas l’énonciation individuelle d’un sujet, dans sa singularité irréductible, qui configure une place de parole, mais l’expérience subjective partagée d’un lieu social historiquement signifié.

22 . Voir Cestari 2017.

23 . À cet égard, voir Elias de Oliveira 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Campagne Hidden Messages, agence África et Institut Maria da Penha.
Légende Source : https://fr.adforum.com/​creative-work/​ad/​player/​34513457/​hidden-messages/​instituto-maria-da-penha.
URL http://journals.openedition.org/cediscor/docannexe/image/5849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2. Campagne Hidden Messages, agence África et Institut Maria da Penha.
Légende Source : https://fr.adforum.com/​creative-work/​ad/​player/​34513457/​hidden-messages/​instituto-maria-da-penha
URL http://journals.openedition.org/cediscor/docannexe/image/5849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mónica G. Zoppi Fontana, « Mise-à-corps du soi : modes d’énonciation contemporains »Les Carnets du Cediscor, 17 | -1, 62-76.

Référence électronique

Mónica G. Zoppi Fontana, « Mise-à-corps du soi : modes d’énonciation contemporains »Les Carnets du Cediscor [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cediscor/5849 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cediscor.5849

Haut de page

Auteur

Mónica G. Zoppi Fontana

Mónica Zoppi Fontana est professeure de sémantique et analyse du discours à l’Institut d’études du langage de l’université de Campinas (Unicamp) et chercheuse associée du Laboratoire d’études urbaines (LABEURB/Unicamp) et du Laboratoire Pléiade/université de Paris Nord. Elle dirige le groupe de recherche-CNPq/Brésil : Femmes en discours. Lieux d’énonciation et processus de subjectivation, lié au centre de recherche Politique, énonciation, histoire, matérialités, sexualités (PoEHMaS). Ses recherches portent sur l’analyse du discours et la sémantique de l’énonciation par rapport aux études de genre. Elle a publié Cidadãos Modernos. Discurso e representação política (2014) et co-édité Mulheres em discurso. Gênero, linguagem, ideologia et Mulheres em discurso. Identificações de gênero e práticas de resistência (Campinas, Pontes, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search