Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1CorpusLibération

Libération, 19 octobre 1989, p. 8-10

L’événement

En Californie, 272 morts pour un séisme

La presque totalité des victimes du tremblement de terre qui a secoué la baie de San Francisco mardi à 17h04 (2 heures du matin à Paris), ont été tués dans l’effondrement d’une des rampes de sortie du Bay Bridge à l’entrée d’Oakland. La chaussée supérieure de ce pont-autoroute surélevée s’est effondrée sur la voie inférieure, écrasant au moins une centaine de voitures.

Les grands séismes depuis le début du siècle :
1906 à San Francisco : plus de 600 morts. Au Chili : 20 000 morts.
1908 à Messine (Sicile) : 83 000 morts.
1920 dans le Kansou (Chine) : 180 000 morts.
1923 à Tokyo et Yokohama (Japon) : 140 000 morts.
1960 à Agadir (Maroc) : 120 000 morts.
1963 en Yougoslavie : 1 000 morts.
1964 à Orléanville (Algérie) : 1200 morts. g1968 dans le nord-est de l’Iran : 12 000 morts. 1970 au Pérou : 66 000 morts.
1972 à Managua (Nicaragua) : 12 000 morts.
1976 au Guatemala : 23 000 morts. A Tangshan (Chine) : 242 000 morts ; 700 000 d’après des experts occidentaux.
1978 dans la région de Tabas (Iran) : 25 000 morts.
1980 en Algérie à El Asnam (ex-Orléansville) : près de 3 000 morts.
1980 à Naples : 3 000 morts.
1985 à Mexico : 5 000 morts ; plus de 10 000 selon d’autres estimations. 1986 à San Salvador : environ 1400 morts.
1988 en Arménie soviétique : 25 000 morts ; de 50 000 à 60 000 selon l’ONU.

Des séismes avaient ravagé Calcutta en 1737 (300 000 morts) et Lisbonne en 1755 (60 000 morts).

Image1

« Les murs ont commencé à vibrer et les flammes à monter vers le ciel ». Le quartier des marinas est le plus endommagé.

Image2

Bay Bridge. Trou béant sur une section du pont...

Image3

Des véhicules viennent se jeter dans la crevasse.

Image4

Des rescapés du « freeway », écroulé sur 2 km.

D’une magnitude de 6,9 sur l’échelle de Richter

Image5

Image6

San Francisco : le chaos en 15 secondes

Il est17h04 mardi, sur la Cypress Freeway, l’autoroute qui relie le pont de Bay Bridge (à la sortie de San Francisco) à la métropole voisine d’Oakland. C’est l’heure d’affluence, la rush hour, entre les deux villes de la baie. Les citadins rentrent chez eux aptes une journée de travail. Soudain, la voie supérieure de la rampe s’écroule, sur deux kilomètres de long. Toute la chaussée s’affaisse. Les unes après les autres, des plaques de béton de plusieurs tonnes viennent cerner les voilures circulant en dessous. Un peu plus avant, une autre section du nom s’est effondrée, sur quelques mètres cette fois. Tout a duré quinze secondes. Quinze petites secondes qui ont suffi à provoquer le chaos.

C’est l’affolement général. Un film vidéo d’amateur, tourne quelques minutes après le drame, montre des véhicules encastrés les uns dans les autres. Les tôles sont froissées, déchirées, certaines voitures ont totalement disparu sous le poids des gravats, d’autres viennent encore se jeter dans les crevasses béantes qui lézardent le bitume.

La terre vient de trembler à San Fransisco. Aussitôt, le Centre national sismique du Colorado rapporte que la secousse est l’une des plus puissantes connues dans la région de la baie, coincée entre deux failles sismiques son épicentre se trouverait à Santa Cruz, elle atteint 6.9 sur l’échelle de Richter et a été perçue jusqu’à Reno Nevada, a plus de 300 kilomètres de là. Durant toute la soirée, les bilans vont s’alourdir, pour atteindre mercredi « au moins » 272 morts et 400 blessés. Les chiffres les plus meurtriers depuis le séisme de 1906. La plupart des victimes ont été écrasées sous la rampe du pont de Bay Bridge (251 tués selon les derniers chiffres du Bureau des services d’urgence), mais sept comtés de la région, au total, ont été touchés.

À San Francisco, c’est le quartier des marinas qui a le plus souffert Le séisme a coupé des lignes téléphoniques et le courant électrique, l’aéroport a été évacué et les vols annulés, mais la secousse, a également fait éclater des conduites de gaz. Beaucoup des vieilles villas en bois de la baie se sont enflammées, avec plusieurs autres immeubles. « Les murs ont commence à vibrer et les flammes à monter vers le ciel », raconte une habitante. Mary Jane Eddy, soixante et onze ans, citée par l’AFP « c’était le tremblement de terre le plus long et le plus dur dont je me souvienne, et j’en ai vécu beaucoup ». Au total, quelque 200 personnes seront évacuées pour trouver refuge dans une école. Les pompiers sont obliges de pomper l’eau de la baie, visiblement pris de court par la situation.

Le centre-ville n’a pas été épargné. Janet Miller, jointe hier au téléphone, se trouvait downtown, au douzième étage du Flood Building, lors du séisme : « Tout a commencé à vaciller, sur toute la hauteur de l’immeuble. Juste devant, sur le trottoir, une faille de plusieurs centimètres s’est ouverte dans le sol. Des gens se sont réfugiés sous leurs bureaux, d’autres ont commencé a courir dans les couloirs pour essayer de sortir du building. Cela semblait ne jamais devoir s’arrêter ». Tout autour les immeubles en verre ont pratique ment tous volé en éclats, les rues se recouvrant d’un tapis de vitres soufflées. Des morceaux de plâtre se sont également décrochés des bâtiments en dur.

Dans le quartier historique, près de Fisherman’s Wharf, des statues se sont écroulées. « Ma maison est OK mais tout a fichu le camp. Mon réfrigérateur est au beau milieu de la cuisine et les 40 000 litres d’eau de ma piscine se sont déversés dans le living-room à l’intérieur de la maison », raconte encore un résident de Saratoga, au sud de la cité.

Image7

Hier matin, peu d’espoir de retrouver des survivants.

À la State University, au sud ouest, tout le monde aété évacué en quelques minutes, Véronique Chemin étudiante française qui était a la bibliothèque, dit que « pendant un instant, il y a eu comme un grand souffle de vent. Les livres se sont tous retrouvés par terre, et on s’est protégés comme on a pu ». L’université a été aussitôt fermée, ainsi que les autres écoles, à l’exception de Berkeley.

Mais, le « miracle », il s’est produit à quelques kilomètres de là, au stade de Candlestick Park. Pour la troisième journée consécutive, 60 000 personnes s’y étaient rassemblées pour la finale du championnat nord-américain de baseball, les « World Series », entre, justement, les équipes d’Oakland et de San Francisco. Même si les témoins déclarent que « le stade a bougé » et si des cris d’horreur ont retenti dans les tribunes au moment de la secousse, personne n’a été tué et la panique a été en grande partie évitée. Les spectateurs sont ainsi restés calmes, évitant de se jeter vers les sorties du stade ou vers le terrain de jeu, mouvement qui aurait pu se révéler meurtrier.

Mercredi matin, les autorités semblaient contrôler la situation. Le maire, Art Agnos, a appelé les habitants à ne pas se rendre à leur travail, et estimé que la ville « avait finalement eu beaucoup de chance ». Le gouverneur de Californie, George Deukmejian, actuellement en Allemagne fédérale, devait rentrer d’urgence. Et même si les radios sur place pariaient de quelques scènes de pillage isolées, la population californienne en général semble avoir bien réagi à la catastrophe.

Des chaînes de secours ont été organisées vers les villes et les quartiers les plus touchés, les habitants se mêlant aux sauveteurs professionnels. On apprenait toutefois qu’à Santa Cruz, jusque-là coupée de toute communication, un centre commercial avait été endommagé et que six personnes avaient péri.

Autour de Bay Bridge, hier matin, il ne restait guère d’espoir de retrouver des survivants. Les derniers avaient été retirés des décombres tard dans la nuit : deux enfants arrachés du siège arrière de la voiture où leurs parents avaient péri écrasés sur le siège avant, un quinquagénaire extirpé d’un espace de cinquante centimètres... L’armée a été appelée en renfort pour aider à déterrer les cadavres, une tache « de longue baleine », ont déjà prévenu les autorités.

À Washington, George Bush a déclaré la région de la baie zone sinistrée afin qu’elle bénéfice d’une aide fédérale pour évaluer les dégâts. Il a reçu des messages de soutien de François Mitterrand, Margaret Thatcher, Mikhaïl Gorbatchev, mais aussi de Jean Paul II et des membres du Conseil de l’Europe. Le vice-président, Dan Quayle, et le secrétaire aux Transports, Samuel Skinner, devaient pour leur part inspecter les dommages sur place.

Selon une première estimation officielle, ceux-ci s’élèveraient à environ un milliard de dollars. Un bilan économique que l’on peut d’ores et déjà qualifier de limiter si l’on considère la violence de la secousse, et qui a d’ailleurs été sans conséquence sur les marchés financiers.

Dans les prochains jours, San Francisco devrait connaître une situation des plus confuses, puisque l’une des principales voies de sortie de la ville est totalement coupée. L’enquête des experts de l’administration californienne a commence quant à la possibilité de défauts de construction ou d’une usure anormale de celle autoroute à grande circulation (lire pages suivantes). Celle-ci était en effet censée pouvoir résister aux tremblements de terre même de grande envergure. Dès hier, un débat avait déjà éclaté sur la sécurité de la métropole. D’autant que plusieurs autres peines secousses ont été ressenties dans la nuit dans toute la région et que certains spécialistes parlent de la possibilité d’un nouveau séisme (lire pages suivantes).

Fabrice Rousselot
(avec AFP, Reuter)

Des informations sur un nombre plus élevé de morts -jusqu’à 650- ont été mentionnées hier dans les médias américains mais n’ont pas été officiellement confirmées jusqu’à présent.

Curieusement, ce sont ces chiffres que Pierre Joxe a repris hier, à Ajaccio où le ministre de l’Intérieur assistait à un colloque sur l’avenir des îles dans le CEE organisé par son ministère Pierre Joxe a également déclaré que la France était disposée, si les autorités américaines le demandaient, a envoyer des unités spécialisées de la sécurité civile française qui sont prêtes à partir dès ce soir.

Les maisons de San Francisco, reconstruit

Éditorial

Jean-Michel Helvig

Échelle de l’équité

San Francisco s’est lassé de son propre mythe, mais en est toujours prisonnier aux yeux des autres. Une catastrophe analogue aurait eu droit à moins de sollicitude planétaire si elle s’était produite dans une cité américaine de moindre renom. La faute sans doute aussi à cette fameuse faille d’Andreas qui entaille la Californie comme l’épée du jugement sismique dernier, et que tout écolier apprend et retient.

Mais au-delà des symboliques diverses et variées où s’entrecroisent sur fond de poster, nostalgies baba et frayeurs bibliques, reste ce tremblement de terre lui-même, objet d’observations prosaïques. Ne s’est il pas produit au cœur même du laboratoire le plus sophistiqué qui soit en matière sismique ? Et pourtant les meilleurs instruments sont demeurés a peu près aussi fiables que les Augures antiques : le séisme est survenu sans annoncer son heure. L’homme moderne demeure piètre devin, mais il n’y a pas lieu de désespérer de son intelligence pratique. Si San Francisco a tenu bon, elle le doit à un urbanisme parasismique méthodique. Le Bay Bridge ne se serait pas écroulé sur lui-même, en raison apparemment d’erreurs imputables au constructeur, le bilan des morts aurait été dix fois moindre.

C’est à la fois rassurant pour l’avenir et édifiant pour d’autres. Avec une magnitude voisine sur l’échelle de Richter, l’Arménie a compté cent fois plus de victimes. Sur l’échelle de l’équité, les pays en panne de développement sont les plus mal lotis face au péril sismique. Constat en forme de truisme assurément : mieux vaut être riche et bien abrité; que pauvre et logé à la diable. Les contingences géologiques ont cependant rétabli un peu de risques chez les puissants autant que chez les misérables. Il en est résulté des chaînes de solidarité spontanées.

Comme si les failles terrestres faisaient naître plus facilement l’émotion que les plates humaines...

« Plus une seule lumière dans toute la baie »

Peu à peu, la ville plongée dans le noir prend la mesure de la catastrophe. Dans le stade, où le séisme surprend les spectateurs de la finale de base-ball, personne ne cède à la panique.

San Francisco, correspondance

« J’ai cru que Will Clark venait d’envoyer un home run. J’ai entendu une clameur énorme » raconte une femme arrivée à Candlestick Park pour le troisième match de la finale de championnat de base-ball. Mais à 17h04, 26 minutes avant le coup d’envoi, ce n’était pas un home run de la star des SF Giants, mais un tremblement de terre. « Tout le stade vibrait, on croyait que c’était les gens qui tenaient bouger les tribunes. Je me suis étonnée que les gens soient si énervés »,dit Maureen Barry, venue avec son mari à Gandlestick Park. « Les téléphones ne marchaient plus et quand j’ai demandé à un policier ce qui se passait, parce que je m’inquiétais pour mon bébé resté à la maison, il m’a dit qu’il n’arrivait pas à établir le contact avec son quartier général ».

Dans le stade de San Francisco privé d’électricité, la scène était irréelle. Ni radio pour tenir les gens informés, ni écrans géants, ni lumière. Les énormes projecteurs vibraient encore comme des palmiersun jour de tempête. Après la secousse, personne ne savait ce qui le passait, sauf quelques personnes qui avaient emporté une radio. Les joueurs des A’s et les Giants étaient debout, au bord du terrain, perdus, silencieux, ne comprenant pas ce qui se passait. Certains cherchaient leurs familles dans les tribunes pour assurer que personne n’avait pas été blessé. « С’est quand on a entendu que le Bar Bridge s’était en partie effondré que nous avons su que s’était vraiment sérieux »,poursuit Maureen Barry. Certains supporters, pourtant, n’ont pas perdu la tête. Un fan des SF Giants a rapidement griffonné sur une feuille de papier : « Ce n’était rien. Attendez de voir les Giants ! »

« That was the big one, that was the big one ! » s’écrie Michael Stanton, architecte dans le quartier financier. Aussitôt la secousse passée el le match annulé, des gens sont descendus dans les rues, certains en sifflant comme si les Giants venaient de remporter la partie, criant, mais le tout sans panique. Toutes les radios ont immédiatement diffusé l’enregistrement des mesures d’urgence. Il a fallu attendre minuit pour savoir que la secousse avait probablement tué plus de 270 personnes, « et peut-être 600 », annonçait la station de radio KQED.

Dans le quartier de Haight Ashbury, aussitôt après la secousse, les gens étaient assis sur le pas de leur porte, buvant avec leurs voisins du vin blanc californien, profitant de la magnifique journée d’été. Une femme, qui était sous sa douche au moment du séisme, est sortie dans la rue juste vêtue d’une serviette de bain et a bu avec ses voisins, les cheveux encore mouillés. « Grâce à la coupure d’électricité du haut de Twin Peaks, un quartier de SF, le spectacle était incroyable »,declare Karen Crommie, une résidente. « Il n’y avait aucune lumière dans toute la baie. Les seuls points lumineux étaient les phares blancs des voitures. »

Il a fallu un certain temps avant que les gens ne réalisent l’étendue des dégâts. « Pour savoir ce qui se passait », explique Tom Debley, de l’université de Berkeley, « comme je ne pouvais pas me connecter aux ordinateurs locaux, j’ai appelé Los Angeles pour me brancher sur Compuservice, un service privé d’informations » « Nous avons établi un plan d’urgence et dès mercredi, l’université avait un rapport complet sur la situation »,poursuit-il.

Mercredi matin, faute d’électricité, les distributeurs de cash dans toute la ville ne fonctionnaient pas et les gens qui n’avaient pas le temps d’aller à la banque avaient des difficultés à utiliser leur carte de crédit, les appareils de contrôle de crédit eux aussi étaient hors d’usage. Dans le marina district, « c’était comme une scène de bombardement pendant la Seconde Guerre. » raconte un pompier. Dans tous les quartiers, sur tous les trottoirs, des tas de banques tombées des cheminées ou des murs. Les enfants encore dans les garderies pleuraient. « Quand je faisais un pas en avant j’en faisais deux en arrière » raconte Sidney Sinks, qui jouait dans son jardin avec deux enfants. « C’était un million de fois plus fort que tout ce que j’avais connu dans le passé ».

Hier, la plupart des gens venus à San Francisco la veille pour travailler ne pouvaient pas rentrer chez eux à cause de l’effondrement d’une partie du Bay Bridge et de la fermeture des autres ponts. « J’ai commencé à pleurer », racontait, dans le SF Chronicle, Thomas Stevens, un automobiliste coincé sur le Bay Bridge qui relie San Francisco à Oakland/Berkeley. « Je ne pouvait rien faire. J’entendais des cris et des râles, mais je ne savais pas d’où ils venaient. Et puis j’ai commencé à penser à tous ces gens sur l’autoroute et j’ai dit : “Mon Dieu, faites que ce pont tienne”, mais je savais qu’il ne tiendrait pas »

Les écoles fermées, la plupart des bureaux abandonnés, San Francisco étaient presque désert au lendemain du séisme. « C’est intime, raconte un employé de banque, nous ne sommes que deux ce matin ». Pourtant, malgré le choc de cette secousse, les experts l’affirment, ce n’est pas encore la secousse. Ce qui navre certains habitants de la ville, qui ont vite retrouvé leur humour chaque tremblement de terre rapproche San Francisco de Los Angeles de deux centimètres. La pire punition pour cette cité qui regarde avec une certaine hauteur ses voisins du sud. « Si ça continue comme ça, on va bientôt n’être qu’une banlieue au nord-est de Los Angeles », ironisait John, professeur à l’université de San Francisco, qu’avait dû passer la nuit chez des cousins.

Jean-Sébastien Stehli

Oublier, en attendant le « Big One »

Les séismes, bien que célébrés par écrivains et cinéastes, n’ont pas marqué la mémoire des Californiens. Comme s’il ne s’agissait que de gigantesques « effets spéciaux ».

Il est un peu difficile de dire aux gens qui ont monté hier du Bay Bridge à la Back Bay que, pour la Californie, les tremblements de terre sont surtout un état d’esprit. C’est pourtant ce qui frappe le plus quand on y vit longtemps cette espèce d’amnésie presque instantanée (passées les convulsions médiatiques obligatoires). Et pourtant, la nature a presque le choc pour rendre ses coups marquants dans quelques années, les Américains se souviendront surtout du 18 octobre comme du Jour Où la Terre Arrêta les World Séries. Et il ne faudra pas bien longtemps à un petit malin de comique pour nous envoyer la vanne de rigueur. « Fallait au moins du 6,9 sur l’échelle de Richter pour empêcher les Oakland A’s d’étriper les Giants pour la troisième fois consécutive, et pour de bon, et nous sauver d’une finale de base-ball particulièrement inégale et ennuyeuse. »

C’est que les précédents ne manquent pas. Les grands chambardements californiens ont été diversement célébrés dans des romans ou dans des films. John Fante a fait un usage mémorable de la catastrophe de Long Beach (1933) dans deux chapitres de Demande à la poussière (lui qui, à dater de ce jour, n’a plus été capable de longer un mur de briques sans traverser immédiatement la rue). Fitzgerald s’est servi des souvenirs des autres dans son Dernier nabab (Monroe Stahr se trouve au studio durant les secousses, mais le coup de foudre vient de la figurante qu’il découvre, flottant péniblement dans l’aquarium du plateau 6, avec sa copine). Et, bien sûr. Nathanael West en fera la fin apocalyptique de son Incendie d’Hollywood (The Day of the Locust), lepremier à donner une connotation morale au Big Shake (genre Derniers jours de Pompei). Dans le même ordre d’idées, il faut écouter Rosie, la tenancière de taverne dans le Dernier baiser (James Crumley), invectiver des fins fonds de la Back Bay, la « Cité du Péché », là-bas, à l’autre bout du Golden Gate Bridge. Il faut l’entendre souhaiter que tout ce ramassis de viveurs, banquiers bédonistes, hippies et drogues disparaisse une fois pour toute sous la lame de fond qui ne manquerait pas d’engloutit tout ça, si c’était un vrai « Big One ».

Parce qu’il y en aura un, tout le monde en est sûr. C’est cette mentalité qui est dure à expliquer, et que seul Rudy Wurlitzer a tenté de montrer dans son court roman. Quake, qui date de dix ans et ne fait peur qu’à petit feu, qu’à petites tremblotes. Ce sont des coups d’alarme qui nous occupent ici, dans toute leur dégueulasserie, parce qu’ils sont finalement rassurants. C’est sans doute la leçon qu’on va tirer de celui-ci, une fois de plus, si ce n’est que ça, c’est encore vivable. Si les Mexicains ont tant morflé, c’est que leur système est plus pourri que le nôtre, leurs architectes plus véreux ou moins scrupuleux, leurs inspecteurs des travaux, rtou. Après la grande messe des larmoiements et une fois les peurs de l’after-shock un peu calmées, c’est certainement le discours que vont entonner les médias ici ou là-bas : nos précautions sont prises, nos mesures tiennent le coup, nos stades se rendent mais ne s’écroulent pas.

Ces réactions et cette mentalité aberrantes s’accompagnent évidemment de l’autre mouvement de balancier, je connais des gens qui, récemment, regrettaient de quitter la Californie avantd’avoir connu le« Big One », « au moins histoire de voir ce que c’est ». Et c’est ce que le cinéma et la télé fournissent à longueur d’émissions spéciales depuis des années. Le « Big One » comme effet spécial – thrills et utillements. En sérieux paniquant (service public et tout) et en déconnant réjouissant. Le classique du genre (et de loin le meilleur) est celui qui célébrait le tremblement de 1906, San Francisco, avec Clark Gable et Spencer Tracy. A noter qu’Anita Loos, la scénariste, collaborait avec un vieux gagman et plombier-zingueur du script qui avait vécu les événements « en direct » sur la Barbary Coast trente ans auparavant. Los Angeles n’a eu droit jusqu’à présent qu’au piètre Earth-quake de Mark Robson, très inférieur dans la gondolade, malgré les « progrès » faits en trente-deux ans par les sorciers des effets spéciaux.

Déjà en 1933, le tremblement de Long Beach avait failli être plus « colossal » le 9 mars, dans l’après-midi, un demi-million de personnes se pressaient sur les hauteurs de Long Beach et les quais de San Pedro, leport de Los Angeles, pour assister à une massive parade nautique de la U.S. Navy. Le lendemain, sensiblement à la même heure, un séisme détruisait partiellement Long Beach, faisant cent vingt-sept victimes et trente millions de dollars (de l’époque) de dégâts. Les secousses se poursuivirent jusqu’au lendemain matin, un samedi. Le lundi, alors que les journaux locaux présentaient leurs lugubres premières pages, énumérant tous les morts identifiés, le Film Daily titrait joyeusement : NO DAMMAGE TO THE

●●●

Libération, 19 octobre 1989, p. 11

Un viaduc rigide et vulnérable

L’autoroute d’accès au Bay Bridge est formée de blocs de béton simplement posés sur des piles. Une technique ancienne qu’on modifiait peu à peu.

La faute à pas de chance. Sur deux kilomètres, le tablier supérieur du viaduc d’accès au Bay Bridge s’est effondré. Un drame connu, prévisible, répertorié. Dû à une technique ancienne que, peu à peu, on modifiait. Jean Berthier, directeur des routes au ministère de l’Equipement, ingénieur des Ponts et Chaussées, en témoigne. En visite à San Francisco il y a 5 ou 6 ans, il a vu qu’on « raccrochait » les tabliers des ponts anciens aux piles. De son côté, Wolfgang Jalil, ingénieur, spécialiste du sismique, a observé les Japonais « raccommodant » les leurs.

Un pont récent soumis à de grosses vibrations ne tombe pas. « C’est vraiment très rare », explique Michel Virlojeux, chef de la division des grands ouvrages au service d’études techniques des routes et autoroutes (SETRA), « Et plus un pont est long, moins il est sensible au séisme. »

En deux mots, quand un pont de grande dimension est soumis à des secousses, il amorce un mouvement d’oscillation. Quand ce mouvement est très ample, on dit que le pont a une période longue. Cette période se mesure en secondes. Le pont de Normandie que l’on construit actuellement à l’embouchure de la Seine, par ailleurs le plus grand pont suspendu du monde, a une période longuissime de 4,75 secondes. Or, la période du séisme, elle, est irrégulière mais toujours très courte. Si, par malheur les périodes de l’ouvrage et du tremblement de terre sont les mêmes, la rupture est garantie.

Pour éviter cela, il faut donc un tablier de pont (la chaussée) le plus long possible sur un seul tenant. Des que les piliers de soutien se multiplient (comme dans le cas du viaduc de Bay Bridge), on a un ensemble raide et vulnérable. « Si j’avais à construire un pont très raide, avec des portées très courtes », imagine Michel Virlojeux, « je le désolidariserais de ses fondations. Ou je le poserais sur des fondations très souples, capables d’absorber beaucoup d’énergie. » Il existe en effet des matériaux, dits « ductiles », qui se déformeront, se fissureront mais ne céderont pas à la vibration. Période et ductilité, autrement dit souplesse et absorption, sont les deux axes de recherche les plus récents dans ce domaine.

Reste que l’on roule encore sur ce qui se réalisait il n’y a pas dix ans. A l’époque, on divisait les tabliers en morceaux, simplement posés. Le but de la manœuvre était d’égaliser les différences de tassement qui pouvaient se produire d’un bout à l’autre, tout en permettant un glissement. On plaçait sous les joints des « butées sismiques », censées retenir les morceaux. Mais quand ça glisse trop, plus rien ne retient quoi que ce soit. C’est ce qui s’est produit à San Francisco où l’on a vu des dalles de pont tomber en se transformant en toboggan. En outre, les tabliers, prévus pour glisser, n’ont pas tous été munis de dispositifs de retenue.

C’est là toute la difficulté du problème. Un pont dont pouvoir bouger, se dilater, monter ou descendre au gré des variations de température. En le faisant glisser le long de ses piles, en tronçonnant sa chaussée en dalles, on résout efficacement le problème mais on est en totale contradiction avec la protection contre des secousses plus sévères. Alors, on raccommode comme on peut. En attendant qu’il n’y ait plus que ces immenses portées qui ont l’air si légères et qui sont en fait si solides.

Sibylle Vincendon

Le parasismique fait ses preuves

Modèles de construction de prévention contre les séismes, les gratte-ciel ont facilement résisté.

Nous en avons un peu parlé entre nous, scientifiques, et nous ne sommes pas étonnés par le nombre de morts nous avons toujours pensé qu’en cas de tremblement de terre à San Francisco, les destructions ne seraient pas dramatiques. » Francis Wu, professeur de géophysique au Centre d’études des catastrophes naturelles de New York, a regarde la télévision, vu les immeubles debout, et trouvé cela tout à fait cohérent.

Depuis 1906, San Francisco construit au mieux. Le grand séisme du début du siècle avait balayé l’essentiel de ce qui était fragile. On remit la ville sur pied en fonction des connaissances de l’époque. « On calculait la résistance au séisme comme la résistance au vent », raconte Wolfgang Jalil, ingénieur, rapporteur des futures régies parasismiques françaises.

A partir de 1930, les régies se raffinent et en 1965, l’amélioration des techniques aidant, on autorise les constructeurs à dépasser une douzaine d’étages. Au fil des années, la Californie devient un modèle réglementaire mondial. Et pour mieux contrôler l’application de ces impératifs, l’État créé un agreement pour les ingénieurs. De sorte qu’un Bostonien ignorant des techniques ne peut exercer son art sur la côte Ouest.

Les résultats sont là : tous les gratte-ciel de San Francisco ont remarquablement bien tenu et parmi les immeubles qui se sont effondrés, le plus élevé a quatre étages. Preuve que le parasismique, ça marche. Et exige avant tout de construire simplement et proprement. Les plans doivent bannir la complexité, les asymétries, les bâtiments en U, en T ou en L d’un seul tenant. Il faut éviter les porte-à-faux, les saillies et balcons qui deviendront autant de menaces. Les procédés constructifs doivent, eux aussi, être simples et logiques. Du travail à l’ancienne, en somme.

Avec des détails supplémentaires. Une maison résiste mieux si elle est « chaînée ». Dans chacun des murs, autour des fenêtres et portes, doit courir un réseau de fer qui lie les éléments entre eux. Les escaliers, paliers, cloisons doivent être accrochés à l’ossature générale: dans une maison antisismique, tout se tient.

Tout, sauf le sol. Ce qui frappe dans les images américaines, c’est l’aspect des maisons. Elles ont glissé, et leur rez-de-chaussée en miettes en témoigne. Mais elles ont tenu debout. On ne leur en demande pas plus

S.V.

Libération, 19 octobre 1989, p. 12

48h après, parfois une seconde secousse

Et pourtant, elle tremble...

La Terre est composée de différentes plaques souterraines dont les mouvements peuvent provoquer des séismes. Ainsi, mardi à San Francisco, la faille de San Andreas a craqué sur 50km, au sud de la partie qui avait cassé en 1906.

Depuis une quinzaine d’années seulement, on comprend pourquoi la terre tremble dans certaines zones bien précises Depuis longtemps, les géologues avaient constaté que séismes et volcans n’étaient pas distribués au hasard Maintenant, on sait que la croûte terrestre ne ressemble pas à une peau d’orange continue, flottant sur un magma, mais à une véritable mosaïque dé plaques. Et c’est le jeu entre ces plaques, le long de failles qui provoque les colères du sol.

En Californie, le mécanisme de base semble simple. La grande faille de San Andreas - et une multitude d’autres, plus petites, comme la faille de Hayward à l’Est de la baie de San Francisco - sont à la frontière de deux grandes plaques, la pacifique à l’Est, la nord-américaine à l’Ouest. Ces deux grands ensembles, très rigides, glissent l’un contre l’autre, le premier en direction du sud/sud-est, le deuxième vers le nord/nord-ouest « Cette frontière entre les deux grands ensembles bouge au rythme de 4,5cm par an* »précise Xavier Le Pichon, professeur au Collège de France, le premier à avoir décru les plaques principales qui forment la croûte terrestre.

Lentement, inexorablement, les deux plaques se frottent l’une contre l’autre. En temps normal, la zone frontière parvient à supporter les tensions qui s’accumulent. Mais quand « un certain niveau d’élasticité est dépassé, la réaction est brutale ». C’est le tremblement de terre « La tension se relâche, de façon a rétablir un “niveau de contrainte” acceptable. Le séisme est un réajustement brutal qui peut d’ailleurs engendrer une série d’autres événements en cascade ». Enl’occurrence, explique Xavier Le Pichon, il faut déterminer, après le tremblement de terre de San Francisco, « sur quelle longueur s’est faite la cassure (de la croûte terrestre) et sur quelle hauteur ». Le frottement des deux plaques a lieu sur une dizaine de kilomètres de profondeur. Si l’on peut évaluer l’énergie relâchée dans ce tremblement de terre, on pourra peut-être dire si un autre tremblement de terre est à craindre bientôt, ou si La terre, ayant vraiment relâché assez de tension, restera calme un peu plus longtemps Selon les renseignements reçus hier soir des États-Unis par Xavier Le Pichon. « la faille de San Andreas a craqué sur une longueur de 50km, au sud de la partie qui avait cassé en 1906, lors du très grand tremblement de terre de San Francisco ». Comme si a cette époque, la terre ne s’était pas suffisamment soulagée. « Lynn Sykes, un chercheur du Lamont Observatory de l’Université de Columbia avait indiqué cette possibilité dés 1995 », précise Xavier Le Pichon « signalant cette zone comme à très hauts risques ».

Selon les régions et les périodes, la terre se soulage de diverses manières: sont régulièrement, par de petits hoquets entraînant des séismes fréquents de faible magnitude sur l’échelle de Richter. Soit, de loin en loin, accumulant pendant de longues périodes des tensions extrêmement intenses, qui se relâchent violemment. Tel fut le cas en 1906 à San Francisco, du le tremblement de terre fut de 8,2 sur l’échelle de Richter, soit plus de dix fois le séisme actuel. Aujourd’hui, on décrit donc la croûte terrestre comme un ensemble de six grandes plaques, de six plaques moyennes, et d’autres plus petites à la déformation fort complexe.

Peu à peu, grâce à des mesures laser où l’on vise des satellites à l’orbite connue, ou encore grâce a des mesures conjointes faites par des observatoires astronomiques très éloignés les uns des autres, on est capable de suivre les mouvement de la croûte terrestre au centimètre près.

Il n’y a donc pas que des « failles transformantes », celles qui glissent l’une contre l’autre, comme en Californie. Il existe aussi, sur plus de 35 000 km à travers de la planète, des « zones de subduction » où une plaque plonge sous une autre. C’est le cas au Japon, mais aussi en Indonésie, vers les Philippines, en Amérique du Sud vers le Perou et le Chili, dans les Anulles du Nord. En général, le mécanisme de subduction est jugé encore plus dangereux que le glissement « Les énergies accumulées dans ces zones sont plus fortes, car la zone de contact entre les failles est plus grande Globalement. 90 % de l’énergie mécanique relâchée par la Terre en séismes lest dans les zones de subduction ».

On connaît aussi d’autres zones, où des collisions ont heu à l’intérieur des continents. Le cas type est l’Himalaya, montagne gigantesque, véritable bourrelet de la Terre due à la remontée de l’Inde dans le continent eurasien Idem pour les nombreuses failles chinoises, très meurtrières. Et il y a aussi des « convergences plus lentes », comme en Grèce ou en Turquie.

Ces deux dernières années, on a tau une découverte essentielle, ajoute Xavier Le Pichon, les mouvements observés actuellement ont lieu depuis au moins 3 millions d’années. « Les vitesses des plaques sont les mêmes sur toute cette période, il n’y a pas d’accélération ». Il n’en a pas toujours été ainsi Manifestement, la Terre a connu, à certaines époques, des « réajustements » spectaculaires, il y en a eu « 4 ou 5 depuis 60 millions d’années ». Mais le plus inquiétant reste que les hommes, selon une récente étude de l’Unesco, vivent pour la plupart exactement sur les dangereuses frontières.

Dominique Leglu
* Globalement, le mouvement relatif des plaques est de 5,7 cm par an mais une absorption locale fait dire que, sur la frontière, ce mouvement n'est que de 4,5 cm par an

La difficulté des prévisions

Il existe des méthodes pour déterminer les risques d’un séisme, mais les scientifiques sont partages sur la précision des données.

Les scientifiques américains, travaillant pour le National Security Council avaient bien « prévu » un Fort séisme dam la région, grâce à la méthode de surveillance des mouvements souterrains par les er. Mais, même si la magnitude était fiable (7 prévue pour 6,9 en réalité), aucune date n’avait pu être avancée.

Evoquant l’imprécision des mesures, le vulcanologue français Haroun Tazieff a affirmé hier que « si la Californie s’était équipée du système de prévision VAN –nitiale des deux physiciens Varouos et Alexopoulos, et de l’électronicien Nomicos NDRL – pour les tremblements de terre, le séisme aurait été détecté et aurait fait beaucoup moins de victimes. »

La méthode VAN, prétendent les trois scientifiques grecs, permet de prévoir les séismes, car « chaque tremblement de terre de magnitude supérieure à 3,5 est précédé d’un signal électrosismique, tout signal électrosismique est suivi par un tremblement de terre dont magnitude et épicentre peuvent être prévus avec précision ». Pratiquement, ce procédé d’auscultation du sol est assez rudimentaire on plante deux électrodes à 2 mètres de profondeur, distantes entre elles de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres, afin de mesurer la différence de potentiel électrique entre les deux capteurs et son évolution dans le temps. Et l’on peut ainsi repérer, parmi les nombreux signaux qui traversent la terre, les SES (Sismic Electric Signals) qui précédent un séisme de 5 à 264 heures environ selon les scientifiques grecs.

La méthode n’est toutefois pas sans aléas. D’abord les délais de prévision 5 heures, 11 jours et même 22 jours ont parfois séparé l’annonce d’un SES de son effet destructeur.

Ensuite, la valeur des annonces « L’activité sismique en Grèce est telle – on a quasiment un séisme à des magnitudes inférieures à 4 par jour ! — que les annonces des VAN ont de fortes chances de correspondre à un événement sismique », ironise le professeur Guy Perner, rapporteur pour le CNRS d’une mission d’évaluation de la méthode. Les travaux du statisticien Philippe Bois montre en effet qu’en recoupant quatorze télégrammes émis par le réseau VAN entre le 3 septembre 1983 et le 6 octobre de la même année, et l’activité sismique durant la même période, on parvient en apparence à d’excellents résultats très peu de fausses alertes et des marges d’erreur qui ne dépassent pas les 90 km pour la localisation et les 0,3 pour la magnitude. Mais quand Philippe Bois projette les mêmes prévisions mais cette fois sur l’activité sismique de 1982, le mathématicien obtient quasiment les mêmes résultats. Fâcheux.

« C’est un mensonge ! », s’écrie Tazieff, défenseur zélé de la méthode grecque, « cette étude statistique sappuie sur des événements dune magnitude de 3 qui sont effectivement extrêmement nombreux en Grèce. Or, les VAN ont précisément expliqué que leur méthode était opérationnelle pour des tremblements égaux ou supérieurs à 4-5 de magnitude. Cinquante fois plus violentes que ceux de 3 et dix fois moins nombreux... »

Tout serait donc une question d’occurrence des tremblements. « Si vous regardez les statistiques concernant les tremblements de magnitude supérieure ou égale à 4-5, ajoute le vulcanologue, sur 33 événements sismiques survenus entre avril 1987 et août 1989, 31 ont pu être prévus par la méthode VAN On peut parler de 90 % de réussite. »

Encore faut-il disposer d’un « bon »site, précise Bernard Massinon du laboratoire de détection géophysique du СEA, à Bruyère-le-Chatel. Car c’est là le troisième aléa de la méthode il faut « un site avec une faible interférence de signaux électriques générés par l’activité humaine, dont on cannasse bien le passé sismique et dans des zones délimitées et à l’activité suffisamment importante pour pouvoir détecter quelque chose de clair ».

VAN n’a donc pas toujours convaincu les scientifiques, même si 22stations de ce type sont en cours de validation au Japon et 6 autres en France. Au ministère de la Recherche, on estime que des « vérifications expérimentales de cette méthode seraient utiles » et qu’il faudrait les compléter avec des investigations telle que le fait Jean Le Moud de l’IPG pour comprendre l’origine des signaux éléctrosismiques et leurs formes de propagation souterraine.

Le rapport entre signal et séisme reste en effet une grande inconnue et avec lui, l’origine même des tremblements de terre.

Vincent Tardieu

« Un fort séisme avant l’an 2000 »

Le géophysicien, Claude Allègre estime qu’un tremblement de terre dix fois plus intense peut se produire en Californie.

Claude Allègre est conseiller spécial du ministre de l’Education nationale, député européen, directeur de l’Institut de physique du Globe à Paris Spécialiste de géophysique, auteur, notamment de l’ouvrage les Fureurs de la Terre*, il a réside a Berkeley, ville toute proche de San Francisco, et se rend au moins deux lots par an en Californie.

LIBÉRATION.– La ville de San Francisco, comme celle de Los Angeles en Californie, est située sur l’immense faille de San Andreas. Comprend-on pourquoi l’épicentre de ce séisme-ci est à Santa Cruz, non loin de San Francisco et non ailleurs ?

CLAUDE ALLÈGRE : On peut dire que la faille de San Andréas a trois branches. Les deux branches dangereuses sont au nord et au sud. Entre les deux, il y a une branche intermédiaire moins dangereuse. Les deux branches dangereuses du nord et du sud menacent respectivement les villes de San Francisco et de Los Angeles. On n’est donc pas du tout surpris de ce séisme.

LIBÉRATION.– Peut-on affirmer, comme certains le front déjà, que c’est « le » grand tremblement de terre californien attendu en cette fin de siècle ? Que doit-on craindre maintenant ?

C.A. – Ce tremblement de terre est relativement modéré, d’une magnitude moyenne d’environ 6,9 sur l’échelle de Richter. Il s’en produit chaque année une centaine de ce genre. Ne font problème que ceux qui se produisent dans des zones très habitées. Ce qui nous préoccupe maintenant, c’est la « réplique » de la première secousse. Et on ne sait pas si cette deuxième secousse va être aussi importante que la première.

On peut s’attendre à un autre tremblement de terre de magnitude 8 en Californie avant la fin du siècle, ce qui est dix fois plus intense que celui de San Francisco. Mais on ne sait pas dans quelle zone de la faille de San Andreas.

LIBÉRATION.– On attend toujours des « répliques » des premières secousses ?

C.A. – Oui. Il faut repenser aux mécanismes mêmes d’un tremblement de terre. Dans ce cas-ci, des contraintes se sont accumulées à cause du glissement de plaque Pacifique contre la plaque Amérique. Et puis d’un coup, ça a cassé. Mais, après une telle rupture, il reste quelques morceaux de la croûte terrestre qui n’ont pas cassé. Ceux-là se « réajustent » ensuite, ce qui donne la « réplique ».

LIBÉRATION.– Peut-on la prévoir ?

С.A. – D’habitude, elle se produit environ entre douze à quarante-huit heures après la première secousse. Pour le tremblement de terre en Arménie, c’est ce qui s’est produit. En Italie, la catastrophe du Frioul a eu lieu au moment de la « réplique » des habitants étaient restés chez eux, ils étaient parfois sur leurs balcons. La première secousse avait fendillé les maisons, la deuxième les a achevées. Comme les Américains sont très au fait de tout cela, on peut penser qu’à San Francisco, les habitants des vieilles maisons on des zones rendues dangereuses ont été évacués à temps.

LIBÉRATION.- La fait que ce séisme soit dû à an mouvement de glissement de deux plaques l’une contre l’autre donne-t-il an séisme an caractère particulier ?

С.A. – Oui. Les mouvements de la croûte terrestre ont lieu tout près de la surface. Leur effet « cisaillant » est assez meurtrier, plus fort que dans d’autres types de séisme. Il faut bien comprendre qu’il y a deux sortes de mesures des séismes. Celles qui mesurent la puissance proprement dite du tremblement de terre, que donne l’échelle de Richter. Et l’échelle MKS, qui donne, elle, la mesure des dégâts. Bien sûr, elles sont liés, plus un tremblement de terre est intense, plus il fait de dégâts, mais deux tremblements de terre de même magnitude, mais de types différents, ne donnent pas forcément les mêmes dégâts.

Recueillis par D.L.
*Éd. Odile Jacob, 1987, 120 F.
** Les phénomènes dits chaotiques ne sont pas prévisibles simplement comme les phénomènes linéaires, où une cause donne toujours les mêmes effets. Une toute petite instabilité initiale peut avoir des conséquences majeures que l'on est incapable de prévoir.

Libération, 20 octobre 1989, p. 2-4

L’événement

Le tremblement de terre de mardi à San Francisco a ébranlé la ville. Elle s’en remettra

Trois secousses ont à nouveau ébranlé hier la baie de San Francisco, sans commune mesure, cependant, avec celle qui avait fait mardi près de trois cents victimes. Sauveteurs et journalistes s’activent surtout autour de Cypress Bridge, pont à deux voies superposées de l’autoroute 880 et gigantesque cercueil de béton qui pourrait renfermer les carcasses de centaines de véhicules.

De l’autre côté de la baie, San Francisco attend aujourd’hui la visite du président Bush. Le centre ville est déserté, les activités boursières ont été transférées à Los Angeles. Les seuls dégâts immobiliers sont estimés à quelque quatre milliards de dollars, et déjà, on spécule. Pourtant, le séisme de mercredi n’était pas le « big one » annoncé par les spécialistes. Les Japonais, qui l’appellent « daijishin », le redoutent particulièrement.

Les deux sites principaux de la catastrophe

Image8

Une secousse qui a mis la Californie KO debout

Image9

Certains quartiers vivent sans eau ni électricité depuis 48 heures.

San Francisco, envoyé spécial

Au moment, alors que le son tombait, les sauveteurs ont entendu une voix venant des décombres. Une faible sous une plaque de béton de l’autoroute U880, effondrée sur des dizaines de voitures. Les chiens ont cru sentir une présence humaine, les ambulances se sont approchées. Il ne restait que quelques dizaines de centimètres entre les plaques de béton, et aucune voiture n’était visible. Mais la voix continuait, insistante, fragile. Les sauveteurs ont apporté du matériel amplifiant les sons et ont compris. Sous le béton tordu marchait encore un auto-radio. L’espoir, relayé par toutes les télés et radios de la ville qui émettent uns discontinuer depuis quarante-huit heures, n’a duré qu’un moment. Plus tard, un secouriste a aperçu une main dépassant du béton et de la ferraille. Il l’a serrée, l’a trouvée encore chaude. Les pompiers se sont précipités. Mais là encore, le matériel de détection qui peut enregistrer le battement d’un cœur a gelé tous les espoirs l’automobiliste était mort depuis longtemps. Pendant un moment, les sauveteurs avaient oublié l’insistante odeur de mort qui a envahi cette autoroute d’Auckland rebaptisée Nimitz, du nom du navire amiral de la floue américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Puis l’horreur est revenue. À quelques mètres, d’immenses camions frigorifiques attendent, transformés en morgue. Jusqu’à présent, onze corps seulement ont été récupères.

Plus personne aujourd’hui n’espère retrouver un vivant sous cette autoroute reliant Auckland à San Francisco et ou peut-être deux cents voilures ont été écrasées. Personne ne connaît encore le nombre des victimes, et peut-être en ignorera-t-on toujours le nombre exact. Dans la nuit, les pompiers ont commencé à creuser, écouler, déplacer les blocs de béton et de fer qui faisaient une route. En-dessous, ils décrivent des images d’horreur. Les voitures ont été réduites à moins de 30 centimètres « comme si elle avaient été passées dans une presse », disait un pompier. Les corps ne sont pas identifiables et, pour chaque voiture dégagée, les pompiers appellent les médecins légistes, justes pour savoir combien ils doivent compter de cadavres dans ces amas de chair et de fer. Ensuite, seules les plaques d’immatriculation permettront peut-être de reconnaître les victimes.

Juste aptes le choc, les pompiers, arrivés très tôt, ont quand même dégage quelques vivants. « On a ouvert la voilure à la scie, raconte un sauveteur, puis on a vu le cadavre de deux adultes. En-dessous, on entendait de faibles cris. On a découpé la mère en deux pour atteindre la petite fille. Elle est saine et sauve. Elle a trois ans. »

Le travail est très lent, interrompu par les secousses qui ont suivi le tremblement de terre.

Hier matin, la terre a de nouveau tremblé, obligeant les sauveteurs à abandonner l’autoroute pour quelques minutes. Puis ils sont revenus avec une débauche de matériel, de grues, d’hélicoptères géants, de scies à béton, de vérins hydrauliques. Malgré tous ces moyens, personne ne sait combien de temps il leur faudra pour dégager ces deux kilomètres d’autoroute effondres en quinze secondes comme un carton écrase d’un coup de pied. Le nombre des victimes a été, estimé en calculant qu’à cette heure de sortie de bureau, plus de deux cents voitures roulaient, pare-choc contre parc-choc, sur les six voies d’autoroute. Mais depuis, les pompiers ont plutôt retrouvé des voitures espacées de 6 à 8 mètres, et le nombre des victimes pourrait être révise en baisse, à moins peut-être, comme beaucoup le craignent, que des bus ne soient pris sous le béton.

A quelques kilomètres, le Bay Bridge le pont qui relie San Francisco à Auckland et qui, avec le Golden Gate, symbolise toute une ville, est vide, totalement silencieux. La aussi, malgré toutes les mesures antisismiques, une dalle de 10 mètres s’est effondrée au milieu du tablier « Le pont s’est tordu décrit un survivant, les câbles ont tremblé comme il une force invisible jouant de la harpe. Les voitures glosaient comme sur de la glace. On s’est arrêté. Ensuite tout le monde roula à trente à l’heure. Effrayé, je voulais aller plus vite, je voulais sortir du pont. » Un autre ajoute : « C’est plus tard seulement qu’on a su que le pont s’était effondré au milieu. » Un seul automobiliste aurait été tué, mais tuer encore les bateaux sondaient l’eau en dessous du pont.

La Californie a été créée pour la voiture, et dans une ironie tragique, ce sont les automobilistes qui sont les premières victimes de ces tremblements de terre. Jeudi matin, on cherchait les coupables. L’effondrement de l’autoroute 880 reste un mystère. Renforcée en 1972, elle devait, tout comme le pont, pouvoir supporter le choc.

Se hasardant à évaluer les dégâts, Debbie Rosenzweig, du Western Insurance Information Center, estime que « le coût du tremblement de terre est de 3 ou 4 milliards de dollars, mais ce chiffre risque bien de s’accroître chaque jour ».

De l’autre coté de la baie, le séisme a atteint San Francisco avec la terrible discrimination des tremblements de terre. Ainsi la Marina, un quartier chic des bords de la base, a été malmenée. Au coin de Cervantes Street et de Bay Street, un immeuble est complètement tordu, ses portes et ses fenêtres prennent les postures absurdes d’un dessin fou. A coté touchant l’immeuble sinistre, une maison n’a pas perdu une brique.

Mercredi soir, les pompiers, à grands coups de bulldozers, poussaient à terre les maisons que le séisme avait a moitié détruites. Les pelles arrachaient les murs, brisant les appartements qui avaient encore l’apparence de l’ordre et de la vie. Les pompiers, qui savaient que deux corps restés dans un appartement, n’ont pas pu entrer. Ils ont attendu que la maison ne soit plus qu’un tas de bois et de béton pour huilier les décombres et retrouver les cadavres, sous l’ail omniprésent des caméras.

Le malheur a quand même du mal à occuper San Francisco, trop belle « Vous allez voir un boom immobilier énorme », prédit Edelstein, professeur au Real Estate Center de Berkeley, « dans le Marina District, on va reconstruire avec une densité encore plus grande, et la valeur des immeubles va monter. Les gens ont la mémoire très courtes ». D’autant que beaucoup de personnes profiteront des nouvelles constructions pour quitter la banlieue et se rapprocher du centre ville

Hier, au loin sur la baie, profitant de la brise, des voiliers régatent, taches blanches dans une mer céruléenne. Des Volkswagen pleines d’adolescents vont vers la mer, les planches de surf sur le toit. Ils croisent sans les voir les ambulances camions militaires et voitures de police qui sillonnent la ville. Sur les pelouses du Golden Gale Park, les Californiennes se bronzent au dernier soleil d’un été qui ne veut pas finir. A Haigt Ashbury, le quartier des hippies sur le retour, seules les files d’attente aux magasins végétariens dénotent quelque inquiétude.

Pourtant, dans d’autres quartiers, les habitants survivent depuis 48 heures sans eau électricité. On ne trouve plus d’eau minérale à San Francisco, plus de piles, plus de lampes de poche, et on fait la queue à de nombreuses stations d’essence. Une amie, dont ni l’immeuble ni le quartier n’ont été touchés, me disait : « Je dois regarder la télé et ses images pour croire au désastre. »Au coin de Vanness Avenue et de Baker Street, un marchand de T-shirts a saisi l’air du temps. A 10 dollars pièce, il vend des T-shirts blancs ou vert tendre avec : « Tremblement de terre du 17 octobre 1989 5 h 04, j’ai survécu. » On ne sait pas s’il faut saluer la prouesse commerciale d’avoir mis en vente un pareil produit moins de 24 heures après le drame ou son sens des modes de Californie. Plus macabre encore, une sex-shop affiche : « Soldes pour le tremblement de terre de vibro-masseurs super vibrants. » Il est vrai que ce tremblement de terre, aussi violent fut-il, n’est pas le grand, le « big one », comme le disent les habitants de San Francisco. Les sismologues de la ville, dont le laboratoire a été sérieusement malmené par le tremblement de terre, expliquent tous que le « big one » arrivera, c’est sûr, avant trente ans, et que la secousse de mardi n’est qu’une répétition a très faible échelle.

Le centre ville, pourtant, montre toute l’ampleur du désastre. Sans électricité, sans eau ni gaz depuis 48 heures, le downtown de San Francisco, centre des affaires, d’hôtels, mais aussi d’habitations, est devenu une ville fantôme. Le Pacific Stock Exchange, la Bourse de San Francisco, est fermé, et de nombreux bureaux restent vides « Les transactions du Stock Exchange se sont déplacées à Los Angeles. La Bourse, c’est de l’information qui circule dans les ordinateurs. Il est facile de la déplacer d’une ville à l’autre », explique Roben Edelstein, professeur à la Business School de Berkeley.

Dans les rues errent les sans-logis et quelques touristes égarés. Les vacanciers fuiront certainement pendant quelques mois la ville reine du tourisme, malgré le ton euphorique d’un responsable du Visitors Bureau qui affirme que, « dans deux semaines, tout sera de nouveau normal. Nous avons fait le tour des hôtels et aucun n’a subi de dommages. Downtwn n’a pas été aussi touché que le Marina District ».

Les grands hôtels de Clift, le Markhopkins, qui font la gloire de cette ville civilisée sont vides. Les chandelles sont interdites. Hier encore, la ville sentait le gaz échappé des canalisations écrasées. Le soir, le centre ville n’était plus fait que de quelques silhouettes furtives promenant leur chien à la lumière de torches électriques ou de policiers patrouillant pour éviter les pillages.

Mardi, le soir du tremblement de terre, quelques bandes ont occupé ces quartiers, pillant un magasin d’électronique, arrêtant une automobiliste égarée et lui prenant sa voiture et son sac à main. Cinquante petits pillars ont clé ainsi arrêtés.

L’électricité devait revenir jeudi ou vendredi, mais il faudra des semaines avant que San Francisco, capitale d’entreprises aussi puissantes que Levi’s Strauss ou la Bank of America, retrouve son souffle économique.

La ville d’affaires souffrira surtout des milliers d’heures perdues dans les transports. Le Bay Bridge sera fermé plusieurs semaines. Les 500 000 personnes qui viennent des banlieues dans le Financial District, tous les matins, vont donc devoir ajouter environ quarante minutes de transport à leur trajet quotidien. « Multipliez 40 minutes par jour par 10 dollars de l’heure par 500 000 personnes par 200 jours de travail : vous parlez de milliards de dollars », calcule Robert Edelstein, professeur à la Business School de Berkeley.

Hier pourtant, la vie recommençant doucement. Des écoles ouvraient. Les journaux parus sur quatre pages en raison des coupures d’électricité étaient un peu plus épais, les télés n’émettaient plus sans interruption.

On attendait Bush vendredi. La ville connaissait ses premiers embouteillages exacerbés par la fermeture du Bay Bridge.

François Sergent
Avec J-S. S

Raz de marée médiatique sur la ville

Emissions non stop, des centaines de journalistes mobilisés : télévisions et journaux locaux ont vite retrouvé leurs réflexes.

San Francisco, correspondance

Jamais les journalistes de San Francisco n’avaient eu à couvrir un tel événement, mais il s’en est fallu de peu qu’ils assistent en spectateurs impuissants au scoop du siècle.

À 17h04, quinze secondes après le tremblement de terre, la ville entière était privée d’électricité. Les ordinateurs s’étaient éteints, les studios de télévision étaient plonges dans le noir, les imprimeries ne tournaient plus. Heureusement en bricolant frénétiquement, en mettant en route les générateurs de fortune, toutes les chaînes de télévision locales et les deux journaux, l’Examiner le Chronicle, ont pu paraître, quoique anémiés.

« Nous avons été plongés dans le noir pendant six minutes », raconte Rosemary Roach de la station KJO, station affiliée à ABC. « Nous sommes revenus à 5h18 et nous sommes restés en direct pendant 25 heures, sans aucune pause, sans aucune publicité. » Plus de cent journalistes ont couvert l’évènement. En plus de la couverture normale, la station a proposé les services de psychologues pour expliquer aux enfants ce qui venait de se passer, et la Société protectrice des animaux elle-même a eu droit à son temps d’antenne pour diffuser ses conseils aux propriétaires d’animaux.

Les autres chaînes locales ont elles aussi diffusé sans interruption, de mardi, juste après le séisme, à mercredi soir, tard dans la nuit « Nous avons commencé à 17 h 15 et nous avons diffusé non stop jusqu’à mercredi midi. Nous avons repris l’antenne de 15 heures à minuit, mercredi », explique Robin Patton de La station KPIX affiliée CBS. « Nous avions plus de deux cents personnes sur cette histoire. » En plus de la couverture des conséquences du tremblement de terre dans tous les coins de la ville et de la région, KPIX a lancé une énorme campagne pour récolter des fonds pour la Croix Rouge, exsangue après l’ouragan Hugo. KPIX a également obtenu le scoop, un de ses cameramen était par hasard sur le Bay Bridge au moment où celui-ci s’est effondré. Il a emprunté la caméra vidéo d’un couple de touristes pour filmer les scènes spectaculaires qui ont suivi l’effondrement du pont.

Mercredi soir, tous les networks – ABC, CBS, NBC - ont diffusé leur journal national à partir de San Francisco. Tom Jennings et Dan Rather étaient sur place. Dan Rather a également présenté une édition spéciale d’une heure, mercredi soir entre 8 et 9 heures. Les shows du matin, le Today, Good Morning America et This is CBS s’étaient aussi déplacés, provoquant un certain mécontentement chez les habitants qui trouvaient que, décidément, trop c’était trop.

Les journaux ne sont sortis que par miracle « Nous avons trouver une ou deux vieilles machines à écrire mécaniques, raconte Cortney Peddle l’un des rédacteurs en chef du San Francisco Examiner. Certains journalistes avaient de petits ordinateurs portables, ils écrivaient leurs articles éclairés par une lampe de poche tenue par un autre journaliste. » Les articles ont ensuite été transférés sur disquettes McIntosh et envoyés de l’autre coté de la Baie, où les instruments fonctionnaient encore. Le journal a été réalise par quarante journalistes : la plupart des autres étaient déjà rentrés chez eux depuis 1 heure de l’après-midi et ne pouvaient pas revenir ville.

Le Chronicle, le concurrent, a lui aussi sorti une édition spéciale de douze pages, il titrait en énormes lettres : « Hundred deads in huge earthquake. » Mais le séisme a été aussi une bonne affaire, les deux journaux locaux ont été vendus presque immédiatement et ont multiplie leur tirage par deux. « Nous avons rendu 700 000 exemplaires », raconte Bill German, executive editor du Chronicle, qui avait loué des bateaux pour emporter les films à l’imprimerie au cas où le satellite n’aurait pas fonctionné. The show, must go on.

Jean-Sébastien Stehli

La faille pourrait se briser plus au nord

« On attend le séisme dangereux pour la ville même »

Le physicien Rolando Armijo explique que les scientifiques craignent maintenant une secousse causée par une nouvelle fracture de la faille San Andreas, dont l’épicentre serait plus proche de San Francisco.

Rolando Armijo est physicien dans l’équipe de tectonique dirigée par Paul Tapponnier à l’Institut de physique du Globe (IPG), à Paris L’Institut a reçu des informations directes en provenance de l’USGS (US Geological Survey) situé à Menlo Park, dans la baie de San Francisco. Cet organisme avait prévu, l’année dernière, qu’« un séisme de magnitude supérieure à 6 dans les montagnes de Santa Cruz avait 10 % de probabilités de survenir entre 1988 et 2018 ».Ross Stein, spécialiste de ce même USGS, actuellement en année sabbatique à l’IPG, a permis d’affiner les interprétations du séisme de San Francisco.

LIBERATION.– Sait-on désormais avec exactitude la localisation et l’épicentre du séisme de San Francisco ? Comment explique-t-on ce qui s’est passé ?

ROLANDO AMIJO – La localisation exacte s’appelle « Loma Prieta » (la « colline noirâtre »), et désormais l’événement sera baptisé « séisme de Loma Prieta ». Cette zone montagneuse est située sur la faille de San Andreas, à 80km au sud-est de San Francisco et 16 km au nord-est de Santa Cruz.

Lors du tremblement de terre de 1906, la faille de San Andreas avait joué sur tout son segment nord, du cap de Mendocino, à plus de 300km au nord de San Francisco, jusqu’à Hollister, à 160km au sud-est de la ville. Or, on a constaté que les lèvres de la faille avaient beaucoup coulissé l’une contre l’autre au nord de San Francisco, montrant jusqu’à 6m de décalage, alors qu’au sud, il y a eu un « déficit de glissement ». Dans les montagnes de Santa Cruz, le décalage sur le terrain n’est que de 1 m. C’est la que la faille de San Andreas a craqué, sur une longueur de 50 km.

LIBERATION.– Y a-t-il encore an risque de séisme important ?

R.A. – Les Américains sont inquiets de la possibilité — même faible d’un tremblement de terre de magnitude 7 (autant que celui d’il y a deux jours. Ndlr), qui serait dû à la fracture de la faille sur un segment d’une de kilomètres, au nord de l’endroit qui a déjà craqué.

LIBERATION.– Un séisme dont l’épicentre serait donc encore plus près de San Francisco ?

R.A. – Oui Sur la même faille de San Andreas, un autre segment pourrait se rompre. C’est là qu’on attend le prochain séisme dangereux pour San Francisco Mais on ne peut pas dire quand, dans quelques jours, semaines, années.

LIBERATION.– La première secousse a déjà eu des « répliques ». Sont-elles normales ?

R.A.– Il y a eu tout un cortège de répliques dont la plus forte (de magnitude 5,9), deux minutes et demie après le choc principal. Trente-cinq minutes plus tard, il y en a eu encore une autre, de magnitude 5.2. Toutes les répliques ont bien eu lieu sur la faille de San Andreas. Ce que l’on ne comprend pas très bien, c’est que la décroissance (en magnitude et en nombre) des répliques s’est faite un peu plus vite que d’habitude. Autre différence : pour l’instant, sur le terrain, les géologues n’ont pas vu de décalage des lèvres de la faille, comme on le constate habituellement.

Recueillis par Dominique Leglu

Tokyo tremble face au daijishin

Les Japonais craignent par dessus tout le grand séisme. Malgré la prévention, une étude estime qu’une secousse aussi forte que celle de 1923 ferait 150 000 morts à Tokyo.

De notre correspondant en Asie

Le Premier ministre japonais Toshiki Kaifu a réagi très rapidement au tremblement de terre qui a frappé San Francisco. C’est qu’aucun pays ne redoute plus que le Japon d’être un jour prochain victime d’une catastrophe similaire. La menace du daijishin (le grand séisme) plane sur Tokyo. 95 % des 30 millions d’habitants de la mégalopole avouent que c’est là leur plus grande crainte pour l’avenir. 40 % d’entre eux sont convaincus que le choc est pour bientôt — moins de dix ans.

Les Japonais nom pas oublié que, le 1er septembre 1923, un tremblement de terre de magnitude 7,8 sur l’échelle Richier avait rasé Tokyo, faisant prés de 150 000 morts. Les scientifiques notent qu’un séisme majeur a frappé la plaine du Kanto, où se trouve la capitale, tous les soixante à soixante-dix ans en moyenne au court des siècles précédents. On est donc entré dans la période de « risque maximum » s’il s’agit d’un cycle naturel lié au déplacement des plaques tectoniques qui se rencontrent au large des côtes et la baie de Tokyo.

Un précédent tremblement de terre en Californie (1971) avait entraîné l’adoption par le Japon de mesures de protection séismique inscrites dans la loi sur la Prévention des séismes adoptée en 1978. Le Code de la construction a rte revue en 1980 pour considérablement renforcer les normes antisismiques.

Les gratte-ciel sont bâtis sur des fondations qui représentent les deux tiers de leur hauteur, et équipés de « coussins » destinés à absorber les secousses de séismes de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. Les grandes sociétés de construction, tout comme le gouvernement, poursuivent des recherches systématiques sur les technologies antisismiques Une douzaine d’immeubles montés sur des « amortisseurs » d’acier et caoutchouc, qui réduiraient de 60 à 70 % l’impact des séismes, ont été construits à Tokyo.

Chaque année le 1er septembre, des millions de Japonais participent, à l’occasion du Jour de prévention des catastrophes, à des exercices d’alerte simulant un séisme majeur. Selon une enquête récemment publiée par le quotidien Japon Times, 68 % des habitants de Tokyo auraient a portée de la main radios et Lampes de poche, 51 % des extincteurs et 40 % des stocks de vivres et d’eau en prévision d’un tremblement de terre. La municipalité de Tokyo dépense 10 % de ton budget annuel pour améliorer la préparation à la catastrophe attendue. Un Centre national de prévention des séismes maintient une veille de 24 heures sur 24 dans l’espoir de pouvoir donner l’alarme à l’avance.

En dépit de tout cela, une étude gouvernementale publiée à la fin de l’année dernière prédit qu’un séisme de la puissance de celui de 1923 pourrait entraîner la destruction de 2,5 millions de bâtiments dans la région de Tokyo, et la mon de 150 000 personnes. Nul ne sait vraiment quelle serait la réaction des gratte-ciel au séisme, et une grande partie des constructions de la capitale qui datent des années 50 et 60, ne répondent pat aux normes antisismiques. Tokyo compte encore des millions de maisons en bois, ce qui aggrave les risques d’incendie. Et un tiers de la ville est bâti sur des terres conquises sur la mer donc plus instables.

Le pris est pris suffisamment au sérieux par les grandes sociétés japonaises pour que certaines d’entre elles aient déjà mis en place des banques de données et des centres de direction « de secours » situes loin de Tokyo. Et pour que les assureurs gardent des sommes énormes à disposition, pour le jour où il leur faudra rembourser les milliards de dollars de dégâts.

Patrick Sabatier

Libération, 21-22 octobre 1989, p. 22 et 24

San Francisco revit

Avec énergie, la ville commence à oublier le tremblement de terre.

San Francisco, envoyé spécial

Les tramways sont revenus. L’Opéra jouera ce soir « Otello », le zoo est ouvert. San Francisco revit. Le Golden Gate connaît ses premiers embouteillages depuis le séisme « Pulling Through » (S’en tirer), titrait, hier, le « San Francisco Examiner », et San Francisco s’en tire bien. Vendredi, la vie reprenait son cours. 95 % de la ville étaient alimentes en électricité et le centre connaissait son activité presque habituelle. On rangeait les bureaux, on rebranchait les ordinateurs, on balayait les gravats. Le courrier était normalement distribué. Les éboueurs étaient, eux aussi, revenus. Les téléphones répondaient et la Bourse avait repris ses cotations. Les grands magasins et les palaces sont ouverts. Les surfeurs surfaient, les joggers joggaient et sur les lacs du Golden Gâte Parc les rameurs ramaient sous le soleil. Les deux équipes de base-ball, les Adventurers Oakland et les Giants de San Francisco, ont repris l’entraînement.

Même le nombre des victimes sera réévalué à la baisse. Peut-être 120 à 130 en tout. Ce serait le base-ball qui aurait sauvé ces vies, les banlieusards sont rentrés plus tôt mardi soir, pour voir le match à la télé. Les dommages matériels, en revanche, se révèlent plus importants que prévu. La note totale devrait atteindre 4 milliards de dollars.

George Bush, venu quelques heures en visite à San Francisco hier matin, a promis l’aide du gouvernement fédéral.

Ce voyage, largement télévisé, ainsi que celui du vice-président Dan Quayle, mercredi, a donné lieu à quelques controverses entre le maire démocrate de San Francisco, Art Agnos, et l’administration républicaine Agnos, omniprésent depuis le tremblement de terre, a boudé la visite de Quayle et l’a accusé d’être « obsédé de publicité ».

L’enjeu est autre. Evidemment, le montant de l’aide fédérale qui risque de creuser le déficit budgétaire du pays de quelques deux ou trois milliards de dollars et rend de plus en plus intenable la position anti-impôt de George Bush.

Il faudra ainsi des millions de dollars et des semaines sinon des mois pour réparer le Bay Bridge, dont les structures sont aussi profondément atteintes.

De même il faudra entre une année et 18 mois pour reconstruire entièrement l’I 880, l’autoroute à deux étages effondrée. La conception même de cette voie express est aujourd’hui contestée. La Californie avait pensé un moment doubler ainsi toutes ces voies express perpétuellement encombrées mais la catastrophe d’Oakland compromet ces projets. Si l’aide fédérale ne suffit pas, le gouverneur Deukmedjan pourrait imposer une taxe temporaire de 25 cents sur la gallon d’essence soit prêt de 20 %.

En attendant, les psychiatres, nombreux en Californie, proposent des conseils pour traiter les traumatismes suivant le tremblement de terre. « Il faut parler, parler beaucoup, notamment aux enfants », explique l’un d’entre eux.

Mais, reconnaît Doug Moorhead, le chef du département psychiatrique de l’hôpital de Berkeley, « il y aura des tensions dans tes relations de couple. Les maris diront que leurs femmes deviennent hystériques, les femmes diront que leurs maris sont insensibles. Il y aura plus d’alcoolisme, plus de drogue, plus de tabac. » 

François Sergent

Bilan à la baisse à San Francisco

54 tués et 86 disparus pour l’instant; le séisme n’a pas fait les 270 victimes annoncées.

Interrompus vendredi soir du fait du mauvais temps, les travaux de déblaiement et de sauvetage ont repris ce week-end autour du Cypress Bridge d’Oakland et de l’autoroute 880. Mais, cinq jours après le tremblement de terre qui a secoué San Francisco, il est désormais établi que le séisme a fait moins de victimes qu’annoncé. Alors que l’on avait parlé de 270 morts, jusqu’à présent 34 cadavres ont été retirés de l’achevêtrement des plaques de béton et de tiges d’acier tordues. Ils s’ajoutent aux 20 tués dénombrés dans les autres localités de la région touchées par le séisme. Et même si 86 personnes sont encore portées disparues, on est loin des évaluations initiales.

Il semble ainsi que beaucoup moins de personnes que prévu se trouvaient sur l’autoroute 880 mardi soir, la plupart d’entre elles ayant quitté leur travail plus tôt pour rejoindre le stade local où se déroulaient les finales du championnat de base-ball. Samedi, un homme enseveli depuis quatre jours a été dégagé des décombres, épuisé mais vivant. Sous les acclamations de dizaines de badauds, le rescapé, qui a salué les sauveteurs de la main, a été évacué vers un hôpital.

D’autre part, l’estimation des dégâts causés par le séisme continue à monter. Selon l’administration de l’État de Californie, les dommages se chiffraient, samedi, à 5,5 milliards de dollars, une somme considérable. George Bush, venu vendredi apporter son réconfort aux sauveteurs, a promis une aide substantielle de l’État fédéral, sans avancer aucun chiffre. Un membre de son gouvernement a toutefois indiqué que cette aide sera probablement inférieure à 2,5 milliards de dollars.

D’après AFP, Reuter

  

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search