Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Le Figaro, 20 octobre 2009, p. 1

Le séisme a fait 272 morts

San Francisco : la tragédie du pont

L’effondrement d’un pont autoroutier, constituant la rampe d’accès au Bay Bridge, a fait à lui seul 253 victimes. Des plaques de béton se sont effondrées sur des dizaines de voitures, ensevelissant leurs conducteurs.

Deux cent soixante-douze morts, selon un bilan donné hier soir, plus de quatre cents blessés : le séisme qui a secoué San Francisco, mardi soir à l’heure de sortie des bureaux, est le plus meurtrier intervenu en Californie depuis la catastrophe de 1906.

• La secousse, de magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter, est survenue à 17 h 4 (heure locale) et a duré quinze secondes. L’épicentre a été localisé à Santa Cruz, à une centaine de kilomètres au sud de San Francisco.

• Importants dégâts, Incendies, communications coupées : la ville, notamment la Marina, a été éprouvée, mais les constructions parasismiques ont tenu. Soixante mille spectateurs d’un match de base-ball en ont été quittes pour la peur.

• Une réplique, nouvelle secousse aussi dangereuse que le séisme, est encore redoutée par les spécialistes pour les jours qui viennent.

Pages 8 à 12 : Les articles de François HAUTER (Washington), Catherine DELAPRÉE (Los Angeles), Jean-Luc NOTHIAS (Pasadena), Pierre CALLEREY, Jean-Paul CROIZÉ, Jérôme STRAZZULLA et Sophie LATIL.

San Francisco panse ses blessures

Deux cent soixante-quinze morts et trois mille blesses tel est le dernier bilan du séisme qui a ravagé, mardi soir, San Francisco.

• Les sauveteurs ont fouille les décombres pendant toute la journée d’hier pour retrouver d’éventuels survivants.

• L’entraide et la solidarité des habitants ont permis à la ville de reprendre son activité au ralenti. L’électricité a été rétablie dans la plupart des quartiers.

• Les gratte-ciel conçus pour résister aux tremblements de terre n’ont pas perdu une seule vitre. Mais la polémique se développe au sujet des techniques de construction des infrastructures routières.

(page 10)

Le Figaro, 19 octobre 1989, p. 8

Le dramatique tremblement de terre de Californie

San Francisco : 272 morts en quinze secondes

La secousse a surpris les habitants à l’heure du retour. La quasi-totalité des victimes ont trouvé la mort dans l’effondrement de l’autoroute menant au Bay Bridge.

« Il criait, sortez-moi de là, vite, je ne vais pas tenir longtemps, j’ai les deux jambes brisées, je vais mourir, coupez-moi les jambes s’il le faut, mais sortez-moi de là. C’était un jeune homme d’une vingtaine d’années, nous sommes parvenus à le dégager, à le glisser sur un brancard. Il perdait son sang en abondance, une ambulance l’a emporté, je ne sais pas s’il était mort ou vivant... »

Plusieurs heures après la catastrophe, secouristes, pompiers, volontaires, luttaient désespérément pour tenter de sauver les automobilistes prisonniers de l’amas de béton, de ferrailles tordues à la sortie du pont de Bay Bridge reliant San Francisco à Oakland, de l’autre côté de la baie (voir encadré).C’est sur cette portion de l’autoroute urbaine 880 que le séisme a fait ses plus terribles ravages, le plus grand nombre de victimes. Plus de 250 morts, selon les premiers témoignages, le bilan provisoire du tremblement de terre s’élevant, hier, à 272 morts et environ 500 blessées.

En quelques secondes, la voie supérieure du périphérique s’est effondrée dans un fracas dénier, broyant des centaines de voitures. « Un gigantesque sandwich de béton, dit un secouriste, les véhiculas étalant aplatis tous d’énormes dalles, nous ne savions pas comment approcher. Partout des cris, des appels au secours, une vision internats, on aurait dit un bombardement. »

Encore sous le choc, le conducteur d’un camion qui se trouvait sur la chaussée supérieure, mais en amont du point d’effondrement, raconte « Brusquement, le revêtement d’asphalte a commencé à bouger, à onduler comme des vagues, tout semblait irréel, fantastique, c’était comme une espèce de dessin animé. J’ai freiné brusquement, sauté du camion. Partout les gens couraient, affolés. Et nous avons compris que nous venions d’échapper, par miracle, à la mort. »

Le tremblement de terre est survenu mardi à 17 h 04, heure locale (1 h 04 à Paris) à une heure d’intense circulation, alors que des dizaines de milliers d’automobilistes quittaient leur bureau, pressés de rentrer chez eux poursuivre àla télévision lematch de base-ball opposant à Candlertick Park les équipes d’Oakland et de San Francisco.

Des corps désarticulés

Une séisme de forte magnitude, 6,9 sur l’échelle de Richter. Il a duré quinze secondes, suivi de plusieurs secousses de plus faible ampleur dont l’épicentre se situait à 13 km au nord-est de Santa Cruz, ou plusieurs habitants auraient trouvé la mort. L’onde de choc se propageait jusqu’à Reno (Nevada) et sur les hauteurs de Los Angeles.

Hier après-midi, les engins de levage du génie continuaient à déblayer les tonnes de gravats, sous lesquelles d’autres victimes sont sans doute encore ensevelies. A Cupress Bridge, la portion d’autoroute détruite sur 1,5 km par le tremblement de terre, deux enfants étaient retirée vivants de la carcasse d’une voilure en début de matinée. A l’avant du véhicule, les corps désarticulés de leurs parents.

Tout au long de la nuit, à la lumière des protecteurs, les sauveteurs avaient travaillé sans relâche, des antennes chirurgicales de l’armée donnaient les premiers soins aux blessés, procédaient parfois à des amputations, parmi les cris, les pleurs, les gémissements. Certains rescapés demeuraient prostrés, hébétés, prés des monceaux de ruines, plongés dans un interminable cauchemar. Dès le début de la catastrophe, de nombreux volontaires s’étaient joints aux équipes de secours. « Je me suis glissé entre deux blocs de béton, dit Darius Brewer, un cuisinier de 29 ans, et j’ai pu sauver trois personnes. Une autre, une jeune femme, le visage en sang, me regardait, elle était trop loin, je ne pouvais rien faire, mais je ne pourrai jamais oublier ce regard qui me suppliait ».

Gigantesques incendies

Mais le tremblement de terre, le plus meurtrier qu’ait connu l’Amérique depuis celui qui avait déjà frappe San Francisco en 1906, a fait aussi des ravages dans d’autres secteurs, de la ville, notamment dans le centre historique proche de Fisherman’s Wharf et dans le quartier résidentiel des Marina, sur la baie immeubles effondrés comme des châteaux de cartes, rues béantes aux chaussées englouties, jonchées de gravats, de monceaux de verres, de meubles brisés témoignent de la violence du séisme. Et, comme en 1906, de gigantesques incendies dus à la rupture des canalisations de gaz ont éclaté, provoquant d’importants dégâts.

« L’électricité s’est éteinte brusquement, raconte un habitant de Fisherman’s Wharf, je suis descendu dans la rue, j’ai entendu des gens crier, appeler à l’aide. Depuis des années, nous vivions dans la hantise d’un tremblement de terre, nous avions déjà connu bien des alertes, mais là nous avons compris que c’était sérieux. Nous n’osions pas rentrer chez nous, de peur d’une nouvelle secousse. »

Lampes de poche

Cette atlante latente d’un nouveau séisme, les enseignements tirés d’une catastrophe encore présente dans toutes les mémoires ont sans doute évité que le tremblement de terre du mardi 17 octobre prenne des proportions encore plus catastrophiques, limité les effets de la panique « Nous nous sommes réfugiés dans la pièce de la maison qui nous semblait la plus solide, en ouvrant toutes les portes comme on nous l’a appris »déclarait hier Joan, une jeune femme en survêtement de sport qui avait passé une partie de la nuit à porter secours aux sinistrés.

Spontanément, des équipes de volontaires s’organisaient, fermaient les conduites de gaz pour éviter la propagation du feu, évacuaient les blessés, tandis que les ambulances, les voitures de pompiers et de police, sirènes hurlantes, sillonnaient la ville où les hautes flammes des immeubles en au montaient vers le ciel, visibles à des dizaines de kilomètres. Les incendies faisaient plusieurs mortset une vingtaine de blessés dans le quartier des Marines, envahi d’une acre fumée noire. Une douzaine de « blocs »étaient isolés par les pompiers qui luttaient durant plusieurs heures pour noyer les foyers, plusieurs centaines d’habitants étant évacués.

« Jamais de ma vie je n’ai eu aussi peur, tout l’immeuble sest mis à trembler, à vaciller comme s’il allait s’écrouler, les gens se précipitaient sous les bureaux, rapporte David Balegue, qui se trouvait au 14° étage de la tour de la Bank of America. D’autres conservaient leur sang-froid, parfois professionnel. Un reporter qui se trouvait par hasard à la mairie intervenait aussitôt en direct, faisant vivre à ses auditeurs les scènes qui se déroulaient sous ses yeux. « Le bâtiment tout entier commence à bouger, la foule court dans tous les sens, une femme avec un enfant dans les bras sa met à hurler... »Dans la salle de rédaction du plus ancien quotidien de la ville, le « San Francisco Examiner », les journalistes tentaient de mettre en page, à la lueur de lampes de poche, le plus dramatique événement de leur carrière.

La panique a également été en grande partie évitée à Candlestick Park, ou les Giants de San Francisco rencontraient les Athletics d’Oakland pour la troisième rencontre des World Series, la finale du championnat américain de base-ball. Quelque 60 000 spectateurs attendaient le début de la partie lorsque le séisme a frappé la ville, provoquant un bref affolement, quelques bousculades, mais pas d’incidents graves. « J’ai vu un lampadaire s’effondrer brusquement, j’ai senti le sol trembler, j’ai cru que la terre allait s’ouvrir et j’ai crié : mon Dieu, aidez-nous » raconte Mark Danbridge, l’un des gardiens du stade. Bill Kennedy, joueur de l’équipe d’Oakland, se trouvait encore dans les vestiaires au moment de la première secousse. « J’ai tout de suite pensé à me femme qui se trouvait dans les tribunes, dit-il, j’ai couru la rejoindre et nous nous sommes sauvés. » Mais la foule, malgré sa peur, est restée assez calme. « Si tout la monde s’était précipité vers la sortie, il y aurait sûrment eu des morts, des blessés, des gens piétines » affirme Will Clark, l’une des vedettes des Giants.

Scènes de pillages

Très vite, tous les secours étaient mobilisés, la garde civile, appelée en renfort, patrouillait dans les rues pour éviter les pillages. Comme dans tous les drames de ce genre, des voyous ont profité de l’obscurité pour tenter de dévaliser les maisons désertées, certains n’hésitant pas à s’attaquer aux passants affolés. Une femme a été grièvement blessée par un malfaiteur qui tentait de s’emparer de son sac. Des actes de vandalisme heureusement isolés. Les autorités de la ville ont d’ailleurs tenu à rendre hommage au comportement des habitants, qui se sont spontanément organisés pour taire face au péril, mettre on place des chaînes de secours.

Hier, le président George Bush, s’affirmant « de tout coeur » avec la population de San Francisco et qui a fait part de son intention de se rendre prochainement sur place, déclarait la région « zone de sinistre majeur », permettant ainsi l’attribution de l’assistance fédérale. Selon les premières estimations, le bilan des dégâts s’élèverait à plus d’un milliard de dollars. Le président des Etats-Unis s’annoncé que toutes les mesures seront prises pour venir en aide le plus rapidement possible aux sinistrés et a demandé à tous les Américains d’apporter leur soutien auxvictimes du tremblement de terre, de se sentir solidaires de la terrible tragédie qui vient d’endeuiller les Etats-Unis.

P.Q.

Le Quai d’Orsay a mis en placé à Paris une cellule d’information à l’intention des familles de ressortissants français se trouvant dans la région de San Francisco. Tel. : 45-50-34-60 à partir de 11 h 30.

Le pont de l’horreur

La double voie superposée conduisant de San Francisco à Oakland s’est totalement disloquée.

Un pont qui s’effondre comme un château de cartes, des voitures qui plongent comme aspirées par des failles béantes, des cris d’horreur et de douleur, un enchevêtrement de tôles, de béton et de corps humains, des victimes par centaines le Bay Bridge illustre aujourd’hui à lui seul le calvaire de San Francisco.

Quand ils évoquent la baie fameuse, les guides touristiques préfèrent parler du Golden Gate et de son extraordinaire panorama. Mais pour les habitants de San Francisco, le pont le plus connu reste le Bay Bridge dont les six kilomètres sont réputés pour leurs embouteillages monstres et quotidiens. Sur ses voies superposées, le Bay Bridge vomit chaque jour et dans chaque sens des dizaines de milliers de véhicules.

Il relie la ville de San Francisco à Oakland et aux quartiers résidentiels des hauteurs de Berkeley Reina Bowen, une Française résidant à San Francisco explique « On ne peut pas échapper à Bay Bridge quand on habite là-bas. Dès qu’on veut sortir ou entrer dans la ville, il n’y a pas d’autres solutions. Le trafic y est énorme, les embouteillages aussi Surtout le matin et en tin d’après-midi, il y a les voitures particulières mais aussi beaucoup de camions et de fret. Quant à la circulation, c’est pire que l’autoroute de l’Ouest pour rentrer dans Paris le dimanche soir. »

Mardi était un jour comme les autres en Californie. Dès 16 h 30, les bureaux du centre de la mégapole crachent leurs employés. Aux États-Unis, on n’a pas l’habitude de s’attarder sur son lieu de travail. Ce sont donc des milliers d’automobilistes qui se retrouvent tous à la même heure sur la toile d’araignée des autoroutes urbaines. Avec un point de passage obligatoire pour tous ceux qui veulent traverser la baie et rejoindre Oakland Bay Bridge.

A 17 h 04, heure du séisme (1 h 04 hier matin heure française), le pont est, comme d’habitude, saturé. Dans les deux sens, pare-chocs contre pare-chocs, les voitures avancent au pas. La voie supérieure assure le trafic Oakland-San Francisco, la voie inférieure celui de San Francisco à Oakland. La violence de la secousse fait exploser littéralement la partie supérieure de la rampe d’accès, appelée Cypress Bridge qui mène au pont proprement dit. Sur plus d’un kilomètre et demi, la voie la plus haute de celle autoroute s’effondre sur celle d’en dessous. En certains endroits, les dalles de béton reposent directement sur les parapets de la voie inférieure, immenses cercueils hermétiques enfermant voitures et passagers écrasés. Les derniers bilans font état de 253 morts, soit la quasi-totalité des victimes du séisme.

Sans espoir

Des scènes dramatiques se sont déroulées pendant toute la soirée de mardi le long de la section effondrée. Rescapés ensanglantés agrippés aux parapets, s’efforçant de rejoindre le sol par leurs propres moyens ou descendus par des chariots élévateurs. Des décombres montaient cris et gémissements. Ceux-ci s’étaient cependant lus hier matin et les sauveteurs n’avaient plus guère d’espoir de retrouver des survivants sous les dalles meurtrières. La tâche des pompiers, des policiers et des volontaires était difficile et épuisante. Par endroits, ils n’avaient pas plus de 50 cm pour se déplacer entre les blocs. Sans parler des secousses secondaires agitant les structures effondrées qui augmentaient encore les risques.

Pourtant, des sauvetages extraordinaires ont été effectués le long de Cypress Bridge. Deux enfants arrachés au siège arrière d’une voiture où leurs parents ont péri à l’avant. Un quinquagénaire applaudissant sur le brancard le ramenant au sol après avoir été extirpé d’un espace de quelques dizaines de centimètres. Un jeune homme sauvé avec des blessures sans gravité aux jambes après avoir supplié les secouristes de l’amputer pour le libérer de la guangue d’acier qui le retenait prisonnier.

Pour établir un bilan définitif de la catastrophe de Bay Bridge, il faudra attendre que le génie de l’armée américaine et ses moyens lourds dégagent les dalles de béton de plusieurs tonnes qui recouvrent les cadavres. Des experts de l’administration californienne ont commencé à enquêter sur la possibilité de défauts de construction ou d’usure anormale de cette voie à grande circulation. Cette tragédie confirme en tout cas l’opinion de nombreux spécialistes américains des tremblements de terre qui estiment que le danger, en cas de séisme, vient moins des immeubles que des infrastructures autoroutes, voies ferrées ou barrages.

J.-L.D.

Le Figaro, 19 octobre 1989, p. 10-11

En Californie, sur la faille de tous les dangers, un séisme qui en annonce d’autres plus redoutables

San Andreas ou le déchaînement des forces souterraines

L’État le plus peuplé des États-Unis subit plus de 15 000 séismes par an. On y a installé le réseau d’observation le plus dense du monde.

PASADENA (Californie)
ean-Luc NOTHIAS

La Californie est le royaume des tremblements de terre, plus de quinze mille par an, reconnaissent volontiers les Californiens. Sans forfanterie, mais sans angoisse « Notre problème n’est pas de savoir s’il y aura d’autres tremblements de terre. C’est certain, tout le monde le sait. Cela ne nous empêche pas de dormir, entre les séismes. Mais plutôt quand ils auront lieu, où et de quelle intensité ils seront », affirme Jonathan Berger, sismologue du Scripps Institute of Oceanography, à La Jolla, au nord de San Diego. Il est encore impossible de prévoir aussi précisément les tremblements de terre. Celui de mardi a fait irruption soudainement, sans aucun signe avant-coureur. Et a durement touché le nord de la Californie et atteint San Francisco. Malgré d’immenses progrès, liés au réseau d’observation le plus dense du monde, les chercheurs ne peuvent donner que des indications, en dizaines d’années, sur l’apparition des séismes.

Le séisme survenu à 17 h 04, heure locale, (1 h 04 du matin, heure de Paris), et qui a secoué 15 secondes la Californie du Nord, a été d’une magnitude comprise entre 6,9 et 7,0 (échelle de Richter) à la limite du séisme majeur. Les premiers éléments d’information recueillis au laboratoire de sismologie de l’université Paris-VI (Pierre-et-Marie-Curie) montrant que les deux bords de la meurtrière faille de San Andreas, sur une longueur de 30 à 50 kilomètres, ont coulissé l’un par rapport à l’autre d’environ 1 mètre. L’épicentre est localisé à 13 kilomètres au nord-est de Santa Cruz et à 120 kilomètres au sud de San Francisco.

Ce tremblement de terre correspondrait, en fait, à un réajustement, tardif, du séisme de 1906. Cette année-là, les bords de la faille avaient coulissé, sur 420 kilomètres de longueur, de 4 à 5 mètres l’un par rapport à l’autre. Le séisme de magnitude 8,3 avait alors entraîné la mort de 2 500 personnes. Le mouvement, n’avait néanmoins pas été complet. Le segment sud – les montagnes de Santa Cruz – était resté « silencieux ».

Énergies gigantesques

Les chercheurs s’attendaient donc, depuis 1985, à une très probable secousse de cet ordre. Elle s’est produite. Mais tout n’est pas termine pour autant. Le danger n’est pas écarté sur cette portion de San Andreas.

Car le segment « en retard » n’a pas entièrement bougé. Sa partie nord semble avoir paressé. Ce qui fait craindre un « double » du tremblement de terre, phénomène rare, d’intensité comparable au premier, plus au nord, donc plus près de San Francisco, sans qu’il aille néanmoins jusqu’à la ville. Phénomène distinct des « répliques » mais qui pourrait être très grave pour les populations, ces zones étant très peuplées, et les constructions déjà ébranlées.

Difficile, en Californie, de ne pas marcher sur une faille. Elle est située sur l’anneau de feu du Pacifique, la ceinture d’activité sismique et volcanique qui entoure le grand océan, de l’Amérique du Sud au Japon en passant par le Mexique, la côte Ouest nord-américaine et l’Alaska Grâce à l’élaboration de la théorie de la tectonique des plaques, on a pu expliquer en partie les phénomènes qui y surviennent. Le long des cotes chiliennes ainsi qu’en Alaska, la plaque pacifique plonge sous les plaques qu’elle rencontre. C’est le phénomène de subduction.

Au niveau de la Californie, les deux plaques se « contentent » de coulisser l’une contre l’autre. A gauche sur les cartes, la plaque pacifique, qui se déplace vers le nord-ouest, à raison de 50 ou 60 millimètres par an. Relativement à la plaque continentale nord-américaine, à gauche, qui glisse en sens opposé vers le sud-est. Prise dans ce lent, mais puissant mouvement de glissement, engendrant des forces terribles, accumulant des énergies gigantesques aux endroits où les terres frottent, coincent, la Californie « résiste », se déforme un peu dans tous les sens. Et se détache progressivement de l’Amérique du Nord en ouvrant son golfe.

Car la Californie est cassée, dans le sens sud-nord, par une très longue rupture de l’écorce terrestre, née des tensions du coulissage des deux plaques. La plus célèbre des failles. San Andreas, ouvre ses lèvres jamais rassasiées sur près de 1 000 kilomètres, du sud de San Diego, aux confins du Mexique, jusque très au nord de San Francisco, dans l’océan. Transformant la Californie située à l’ouest de San Andreas en une île en puissance. Elle quittera, un jour lointain, le continent nord-américain. La faille est relayée à ses deux extrémités par d’autres systèmes de limite de plaques tectoniques.

Centrale nucléaire

Les recherches menées par Kerry Sien, professeur de géologie à Caltech (Californie Institute of Californie), sur un site privilégié, Panel Creek, à 55 kilomètres au nord de Los Angeles, ont permis d’étudier mille. Quatre cents ans de déplacement des plaques le long de la faille. Ces études ont d’ailleurs été étendues à treize mille ans d’histoire. La vitesse moyenne de coulissage est de 36 millimètres par an. A peu de chose près la vitesse actuelle.

Fait exceptionnel, ces études ont permis de montrer également qu’il existait une certaine régularité de survenue des séismes majeurs. Tous les cent quarante, cent cinquante ans en moyenne, d’après les résultats de Kerry Sien, la Californie est affectée par un tremblement de terre de magnitude supérieure à 7. Qui n’est pas celui qui vient de se produire. Ainsi, à l’endroit où a eu lieu le violent séisme de 1857, voilà cent vingt-huit ans, un autre séisme est maintenu attendu. Qui pourrait être de magnitude supérieure à 7,5 si l’on prend en compte les 4,5 mètres de coulissage qui se sont accumulés, sans se libérer à cet endroit « Mais on pourrait aussi bien attendre cinquante ou cent ans », précise Douglas D. Given, du laboratoire de sismologie de Pasadena, l’un des centres de l’US Geological Survey, la plus grande organisation de surveillance de l’activité sismique des États-Unis et particulièrement de la Californie.

Malgré les progrès réalisés sur la cartographie des failles. Il s’en découvre de nouvelles régulièrement. Comme celle sur laquelle est bâtie une centrale nucléaire, à Diablo Canyon. Active, pas active ? Nul ne le sait. La situation en sous-sol est effroyablement compliquée. Les failles se suivent, s’emboîtent, se rejoignent, jouent les unes avec les autres.

Coulissage fantôme

Des travaux très précis sont indispensables pour connaître exactement, en vue d’une meilleure prévision, les tensions qui s’accumulent le long du système de faille de San Andreas. On commence à y voir plus clair. Les géophysiciens ont pu découvrir que le plancher de la plaque supportant l’océan Pacifique se déplace vers le nord-ouest à raison d’environ 50 à 60 millimètres par an, entraînant avec lui tout l’ouest de la Californie, vis-à-vis de la plaquenord-américaine, qui emporte vers le sud-est le reste du continent. Mais, mystère, entre les années 60 et 70, le coulissage de la faille n’a pourtant été que de 32 millimètres par an.

Il reste, en définitive, une différence surprenante d’au moins 22 millimètres par an entre les mouvements observés le long de San Andréas et ceux mesurés sur la plaque pacifique. Il semble maintenant acquis que la dissipation des mouvements ne se fait pas uniquement sur San Andreas, mais également dans les systèmes de faille qui l’entoure, à l’est comme à l’ouest, et dans les déformations de la partie ouest de la Californie qui gravit lentement les latitudes vers le nord. Une situation très complexe.

De plus, à l’est de la faille et de la Sierra Nevada se trouve le Grand Bassin, vaste territoire en expansion. Les travaux de Bernard Minster, géophysicien français travaillant aux États-Unis depuis vingt ans, ont permis d’estimer que 70 % des mouvements tectoniques des plaques passaient dans le coulissage de la faille de San Andreas, 15 % dans l’extension du Grand Bassin et 15 % dans d’autres déformations de la Californie.

Les réseaux d’observation installés sur toute la Californie et au-delà, mettant en œuvre les technologies les plus sophistiquées, les er, satellites, par exemple, devront préciser davantage ces chiffres et affiner, voire établir, des modèles sûrs. Et, entre autres, permettront de connaître le jour où la Californie partira à la dérive au milieu du Pacifique.

C’est sans doute le seul aspect positif, avec la réaction saine des populations, de ce tremblement de terre Les instruments sont gorgés d’informations. Qui devraient permettre d’affiner les modèles de comportement de la faille de San Andreas et peut-être, un jour, de réaliser des prédictions permettant d’épargner des vies.

J.-L. N.

Suite de nos informations sur la séisme pages 11 et 12

Les États-Unis sous le choc

Les Américains savent que la Californie est une zone à risques, mais la catastrophe de mardi les a vivement frappés.

WASHINGTON 
François HAUTER

Ils étaient 62 000 fans de base-ball dans le stade géant de Candlestick, à San Francisco, et des millions de téléspectateurs à se demander si les « Giants », l’équipe vedette de la ville, allaient finalement refaire leur retard sur l’« Oackland Atlantic ». Et puis, soudainement, l’image télé a disparu. Cris des commentateurs sportifs... L’immense structure de béton vibrait comme vague. Les joueurs qui entraient en courant sur la pelouse sont soudain restés pétrifiés, et le jeu est devenu dérisoire. A l’image des spectateurs de Candlestick, qui n’arrivaient plus à s’exprimer clairement, encore à l’émotion des quinze secondes du tremblement de terre, l’Amérique est sous le choc.

Chacun est resté tard devant sa télévision pour suivre en direct l’évaluation du désastre. Presque instantanément, les chaînes nationales ont interrompu tous leurs programmes. Cette fois, ce n’était pas un film-catastrophe Le Bay Bridge brisé. La super-autoroute 880 effondrée. Des incendies immenses. La catastrophe est intervenue au pire moment : à 17 h, mardi, les habitants de la région étaient des centaines de milliers sur les routes. Ils se précipitaient chez eux pour ne pas rater le début du match, à la télé. Lorsque la nuit est venue, San Francisco, privée d’électricité, a été plongée dans l’obscurité.

L’extraordinaire dispositif des chaînes de télévision s’est mis en place très vite, avec des commentaires en direct sur les lieux de la catastrophe, des liaisons radio avec l’épicentre du séisme, Santa Cruz, au sud de la Silicon Valley. Il est assez vite devenu évident, pour les commentateurs, que Santa Cruz et San José, paradoxalement, avaient moins souffert que San Francisco même. Et que les victimes se comptaient par dizaines, puis par centaines, sur une bretelle d’accès au Bay Bridge, qui s’est effondrée sur l’autoroute, juste en dessous.

Les Américains se sont rués sur leurs téléphones pour avoir des nouvelles de leurs parents ou amis dans la région. Mais les lignes étaient presque partout coupées. Tom Brocaw, le présentateur vedette de NBC, qui a magistralement mené toute la nuit son édition spéciale (la chaîne avait même supprimé tous les spots de publicité), a eu vers minuit un grand sourire : « Ma sœur, là-bas, est indemne. »

Un milliard de dollars

A la Maison-Blanche, George Bush a, cette fois, réagi immédiatement. Ne lui avait-on pas reproché d’avoir répondu tardivement à la marée noire de l’Exxon Valdez, en Alaska, et à la quasi-destruction de Charlotte (Caroline du Nord) après le passage du cyclone Hugo ? Conseil de guerre, donc, dans le bureau ovale. Deux heures après le désastre, le président déclarait : « Le gouvernement va faire le maximum. »Un centre de coordination entre les agences fédérales a fonctionné toute la nuit. La Croix-Rouge des États-Unis a aussitôt envoyé des centaines d’infirmières sur place.

Le Pentagone s’est mis en alerte : la garde nationale est mobilisée. George Bush a envoyé sur place son secrétaire aux Transports, Samuel Skinner. Le vice-président, Dan Ouayle, restera en Californie, puisqu’il était en tournée à San Diego. La Maison-Blanche a dépêché un avion de l’US Air Force pour ramener aux États-Unis George Deukmejian, le gouverneur de la Californie, qui se trouve à Francfort.

Dès l’aube, hier, une première question se posait : pourquoi un pont d’autoroute s’est-il effondré ? N’avait-il pas été construit spécialement pour résister aux chocs telluriques ? Une enquête a été ouverte.

Même les meilleurs spécialistes des tremblements de terre aux États-Unis ont été surpris par l’ampleur de la secousse. La région de San Francisco, depuis la catastrophe de 1906 qui avait détruit là ville (8,3 sur l’échelle de Richter), a subi dix autres secousses. Celle de mardi, avec 6,9 d’amplitude, est la plus grave depuis celle de 1906.

L’Amérique se répétait hier que ce séisme avait la même ampleur que celui qui a ravagé l’Arménie en décembre 1988. « Heureusement, nos immeubles sont mieux construits », remarquait le géologue Kate Hutton, de l’Institut californien de technologie. Au-delà des 250 morts déjà recensés, les experts ont avancé une estimation, sans doute prématurée, des dégâts matériels « Au moins un milliard de dollars. »Un chiffre qui frappe. Les États-Unis s’apprêtaient à lancer la navette spatiale et son satellite Galileo vers Jupiter, la plus merveilleuse des technologies. Mais, hier, l’Amérique, stupéfaite, épouvantée par cette colère des entrailles de la Terre, redoutait que tout recommence aujourd’hui ou demain.

F. H.

Haroun Tazieff : « La catastrophe était prévisible »

Pour le célèbre vulcanologue, il existe une méthode de prévision de plus en plus fiable. Mais beaucoup restent sceptiques.

Haroun Tazieff, le célèbre volcanique, milite depuis plusieurs décennies pour la construction parasismique. Depuis 1984, il se bat également pour imposer une méthode de prévision, mise au point en Grèce, à laquelle il croît, et que, en tant que conseiller général de l’Isère. Il fait installer dans la région Rhône-Alpes. Pour lui, on peut aujourd’hui prévoir les secousses telluriques avec de bonnes chances de succès. Il explique comment, en répondant à nos questions.

LE FIGARO. – D’abord, qu’est-ce qu’un séisme ?

Haroun TAZIEFF – En trois mots, on peut dire qu’il s’agit d’un mouvement d’oscillation provoqué par la libération brutale de contraintes accumulées dans le sol depuis des années, ou même parfois des décennies. Physiquement, on peut tout à fait comparer le phénomène aux ronds que forme un caillou jeté dans l’eau : les oscillations se propagent a la manière d’ondes de choc tout autour de l’épicentre. Bien sûr, les séismes ne se produisent pas n’importe où. En général, ils surviennent le long d’une faille préexistante, d’une cassure de l’écorce terrestre qui « joue », comme c’est le cas en Californie où se situe la faille de San Andreas. Les ondes qu’ils engendrent peuvent se propager sur plusieurs milliers de kilomètres et ébranler ou écrouler ce que l’homme a bâti, parfois sur plusieurs centaines de kilomètres.

Pouvait-on à votre avis, prévoir le séisme qui vient de frapper la Californie du Nord ?

Je répondrai en affirmant qu’il existe une méthode, une seule, appelée la méthode VAN, qui permet de prévoir les séismes. Comme elle n’est pas utilisée en Californie, on n’a pas pu voir venir celui-ci, même si on l’attendait depuis longtemps en raison de la haute sismicité de la région. Mais je suis formel si on avait utilisé cette méthode il aurait très probablement été possible de voir venir la catastrophe d’hier. Sans doute plusieurs jours àl’avance, mais au pire plusieurs heures, c’est-à-dire en ayant de toute façon le temps de s’y préparer.

Quelle est cette méthode ?

Elle a été mise au point en Grèce par trois physiciens du nom de Varotsos, Alexopoulos et Nomicos, dont les initiales ont permis de baptiser le système. Sommairement, on peut dire qu’elle consiste à enregistrer en continu les courants telluriques circulant dans le sol, àl’aide de stations judicieusement implantées dans les régions à surveiller. Lorsqu’un séisme se prépare, leur circulation se modifie d’une manière qui constitue un signal, le signal électrique sismique, d’autant plus marqué que le tremblement de terre qu’il précède sera violent.

Pourquoi y croyez-vous, et comment expliquez-vous qu’une bonne partie de la communauté scientifique reste sceptique quant à son efficacité ?

Ceux qui n’y croient pas pèchent par ignorance, ou par jalousie, faisant partie d’une chapelle de sismologues qui n’admettent pas qu’une telle découverte ait été effectuée par des physiciens et non par un des leurs. Cela dit, je ne croyais pas non plus à la méthode VAN avant d’avoir vérifié ses possibilités.

« Il suffirait d’éduquer »

J’ai commencé à admettre son efficacité en 1984 et, depuis, ma conviction n’a fait que se renforcer. Aujourd’hui, je me bats pour qu’elle soit partout reconnue, et je n’hésite pas à avancer des chiffres, comme ceux publiés dans le livre que je viens d’écrire* sur la prévision des séismes : d’avril 1987 à août dernier, par exemple, ses inventeurs ont pu prévoir trente et un des trente-trois séismes survenus en Grèce, tout en évaluant leur magnitude et en localisant la zone de l’épicentre. Pour moi, la méthode est d’ores et déjà fiable à 90 %, et elle le sera bientôt à 100 %.

Vous y croyez, mais qui va l’utiliser ?

La Grèce, mais aussi la France, où la fais installer un réseau de surveillance dans la région Rhône-Alpes. Trois stations sont déjà implantées en Haute-Savoie, en Savoie et en Isère. Deux autres le seront prochainement dans la région. En outre, Robert Vigouroux, le maire de Marseille, a demandé qu’une sixième soit installée à proximité de la ville, ce qui sera fait dans quelques mois. Le mouvement de reconnaissance se fait lentement. Une quinzaine de scientifiques de haut renom, dans le monde, se montrent désormais favorables à la méthode VAN. Les Soviétiques, qui la boudaient, ont repris contact avec les Grecs pour étudier son implantation en URSS après le désastre d’Erevan, en décembre dernier...

Vous installez des capteurs dans le midi de la France. Cela veut-il dire que notre pays est menacé par les séismes ?

Il l’est moins que d’autres régions du monde, mais il ne faut pas se faire d’illusions, il l’est, au moins deux reprises, dans un passé extrêmement proche sur le plan géologique, des séismes bien plus violents que celui survenu hier en Californie se sont produits en France, l’un a ravagé Bâle-Mulhouse en 1356, l’autre a très durement frappé la région de Prats-de-Mollo, dans les Pyrénées, en 1428. Ils étaient d’une ampleur colossale, dépassant une magnitude de 8, d’après les évaluations effectuées a posteriori.Cela recommencera inévitablement.

A supposer que l’on sache prévoir, sera-t-il pour autant possible d’évacuer des milliers de personnes ?

Pourquoi évacuer ? Il suffirait d’éduquer. Apprendre aux populations à se rendre dans des immeubles parasismiques en cas d’alerte. Ou simplement à sortir d’un bâtiment pour attendre sur une aire dégagée ou l’on ne risquera pas d’être enseveli. Par ailleurs, il faudrait réorganiser complètement les secours. De ce côté, nous sommes dramatiquement nuls. Et Pierre Joxe ne semble pas plus décidé à faire en sorte que cela change que ses prédécesseurs au ministère de l’Intérieur.

Propos recueillis par Jean-Paul CROIZE.
* La Prévision des séismes, Hachette, 69 F.

Claude Allègre : « Une réplique dans les vingt-quatre heures »

Le directeur de l’Institut de physique du globe estime que tout danger n’est pas écarté, pour l’immédiat, dans la région déjà éprouvée.

Comme tous les sismologues, Claudel Allègre, par ailleurs directeur de l’Institut de physique du globe et conseiller spécial auprès du ministre de l’Education nationale, n’est pas surpris par le tremblement de terre qui a ébranlé San Francisco.

LE FIGARO. – Est-il possible de faire une prévision à court terme après cette première secousse sur la région de San Francisco ?

Claude ALLEGRE. – S’il était impossible d’en prévoir exactement le jour et l’heure, la secousse de San Francisco n’est géologiquement pas une surprise. Cette ville est menacée parce qu’elle est construite sur une des régions les plus sismiques du monde, sur la faille de San Andréas, connue, répertoriée et étudiée depuis des années.

Après cette première secousse, on peut prévoir qu’il y en aura une deuxième dans les vingt-quatre heures à venir. Cette réplique sera sans doute, plus faible que la première, qui était de magnitude 6.9 à 7sur l’échelle de Richter. Mais elle pourrait être, au moins, aussi meurtrière que la première secousse. Classiquement, la première fendille les maisons, la seconde les fait s’écrouler.

Une des principales villes des Etats-Unis devrait-elle être évacuée pendant ces quelques jours à risques ?

Les Américains ont d’excellents sismologues et des secours remarquablement organisés. S’ils n’évacuent pas, c’est parce qu’il est impossible et mutile de bloquer un des principaux pôles économiques des Etats-Unis. Il y a deux San Francisco. La vieille ville, celle même qui a été reconstruite après le tremblement de terre de 1906 avec des méthodes architecturales classiques. Le Bay Bridge, qui n’a pas résisté, était l’un des derniers monuments bâtis à l’ancienne.

Mais, prévoyant des secousses possibles, les Californiens ont construit la ville moderne et, en particulier, les gratte-ciel en parasismique. Il faudrait une secousse cent fois plus importante que celle qui vient d’avoir lieu pour arriver à faire tomber les gratte-ciel de San Francisco, bâtis pour osciller et vibrer sans se casser.

Un risque à Pointe-à-Pitre

En revanche, tous les habitants des immeubles anciens dormiront, sans doute, dans des tentes pendant quelques jours, pour eux, le risque est grand que la deuxième secousse, le toit ne leur tombe sur la tête. Il n’y a qu’une conduite à tenir dans le cas des anciennes habitations partir, en fermant eau, gaz et électricité, les risques d’inondations, d’explosions et d’incendies étant majeurs.

Existe t-il des prévisions a long larme pour San Francisco ?

Les failles, comme celle de San Andréas, présentent des périodes de grande activité qui ont, entre autres, un caractère particulier, celui d’être récurrent.

On s’attend donc, pour cette région, à un tremblement de terre dix fois plus important que celui-ci (de magnitude 8 sur l’échelle de Richter), avant la fin du siècle.

Il est impossible, dans ce cas, de prévoir si les immeubles parasismiques pourront ou non y résister.

La magnitude ne décrit pas seule une secousse sismique, il faut encore connaître sa profondeur. Plus elle est superficielle, plus les désastres sont importants. Or la profondeur est difficile à prévoir.

Excepté l’exemple connu du Japon, quelles sont les autres régions du monde habitées et industrialisées construites sur des zones sismiques ?

Tout le pourtour du Pacifique est exposé aux mêmes risques, dont, entre autres. Tokyo, évidemment, Manille, Mexico, Santiago du Chili, Djakarta ou Los Angeles. La Chine et l’URSS sont sur des zones sismiques également, les deux vallées indiennes, celles du Gange et de l’Indus, aussi, et, plus prés de nous, la Turquie.

En fait, il est plus facile de décrire les zones les plus stables, qui se résument à l’Afrique, à l’Australie, à la Scandinavie, et au nord de l’Europe.

L’Europe du Sud se situe entre les deux dans l’échelle des risques, l’exposition est modérée. Mais il existe un territoire français éminemment exposé à un tremblement de terre majeur, c’est la Guadeloupe, avec la ville de Pointe-à-Pitre.

Propos recueillis par Jérôme STRAZZUILA.

Le Figaro, 19 octobre 1989, p. 10-11

Le séisme de Californie

Déjà en 1906, une effroyable tragédie

Le 18 avril à 5 h 12, un séisme majeur (magnitude 8,6), suivi d’un incendie, ravage San Francisco et fera 2 500 victimes.

San Francisco. 18 avril 1906, 5 h 12. Un séisme d’une magnitude de 8,6 sur l’échelle de Richter frappe la ville. En quarante-huit secondes, 28 000 maisons s’effondrent sur plus de sept kilomètres carrés. Le feu se déclare. Les flammes courent au hasard des quartiers San Francisco, durant trois jours, va se transformer en un brasier géant. Deux mille cinq cents personnes trouveront la mort lors de ce drame sans précédent en Californie. Trois mille autres seront blessées.

Sur Market Street, le Palace Hôtel accueille, pour une nuit encore, celle du 17 au 18 avril 1906, le célèbre Enrico Caruso, venu à San Francisco avec sa troupe pour chanter Carmen. Le sommeil du ténor est écourté. A 5 h 12 précises, il est réveillé par un terrible vacarme. Les murs craquent. Les vitres se brisent. Un bruit sourd gronde dans la ville entière. On vient le prévenir que l’hôtel risque de s’effondrer. La panique éclate. La foule se précipite hors du bâtiment pour s’abriter dans Union Square, que ne menace au moins la chute d’aucun immeuble.

Fuir. C’est l’exode dans les rues populeuses de Market Street, le quartier le plus touché. Des milliers de personnes, habillées à la hâte, se frayent un chemin parmi les gravats, tentant d’éviter les projections de pierres des bâtiments qui s’effondrent. Des crevasses fendent la chaussée. Les rails des tramways se tordent, les rames se renversent sur le macadam.

Mais le drame n’est pas terminé. La tragédie est en deux actes. Les foyers d’incendies se multiplient. Poêles et fourneaux ont été écrasés. Le combustible s’est enflammé. Les petites maisons ouvrières sont en bois. San Francisco brûle.

Une usine à gaz saute et s’enflamme. Les incendies se propagent.

Coupée du monde

Sans que personne ne puisse rien y faire. Le séisme a rompu les canalisations d’eau. Impuissance totale des hommes du feu. Un dernier espoir ramène les pompiers au Palace Hotel où les attend une réserve de 300 m3 d’eau potable. Le stock s’épuise. En vain. Les flammes resurgissent de l’édifice. Le brasier atteint une taille gigantesque. Le feu ronge la ville toute entière. San Francisco, l’après-midi du 18 avril, n’est qu’une mer de flammes.

Le matin même du drame, la loi martiale avait été proclamée. La police s’occupait des pilleurs tandis que les sinistrés s’organisaient pour installer des logements de fortune, ravitailler les rescapés et réquisitionner les véhicules utiles à la Croix-Rouge. Le lendemain, jeudi, l’armée s’occupait de poser des charges de dynamite pour faire sauter tout ce qui pouvait encore alimenter le feu. Ce n’est que lors de la journée de vendredi que les pompiers purent puiser leur eau dans la baie. Samedi à l’aube, tout danger était écarté.

Durant trois jours, San Francisco fut coupée du monde. Les câbles du téléphone comme d’ailleurs ceux de l’électricité avaient été rompus sous le choc du tremblement de terre. Un homme, pourtant, dont on ignore le nom, devait réussir à prévenir le monde du drame qui se jouait alors. Il s’agit d’un télégraphiste qui put dépêcher à New York, le jeudi à 5 h 50, la terrible nouvelle. Son dernier message : « On est en train de dynamiter le bâtiment, il faut que je parte. »Grâce à lui, vivres, vêtements, médicaments et secours purent aussitôt être acheminés vers la ville en ruine.

Du lait de la violence et de la soudaineté du séisme, cette catastrophe devait entrer dans la mémoire collective des Américains, comme celle du Titanic, six ans plus tard.

S. L.

La grande peur du Japon

Les Japonais avaient hier les yeux rivés sur la Californie, le séisme qui a frappé San Francisco relançant la crainte d’un grand tremblement de terre qui pourrait se produire prochainement dans la région de Tokyo.

Les différentes chaînes de la télévision japonaise ont suivi l’évolution de la situation d’heure en heure, avec des informations en direct, tandis que le premier ministre Toshiki Kaifu et l’empereur du Japon Akihito ont immédiatement adressé des messages de sympathie aux autorités américaines.

M Kaifu a ajouté que le Japon était prêt à participer aux secours et àcontribuer à la reconstruction de la zone touchée par le séisme.

Immédiatement après le séisme, des responsables de l’agence japonaise de météorologie ont tenu à rassurer la population en indiquant que la secousse n’était pas susceptible d’entraîner un raz de marée sur le Japon.

Le Japon et, plus particulièrement la région de Tokyo, sont menacés, en raison de leur situation géographique à la limite de trois plaques tectoniques, d’être secoués par un séisme majeur, semblable à celui qui avait entièrement dévasté la capitale japonaise le 1er septembre 1923, faisant quelque 140 000 victimes

Selon la plupart des sismologues, un séisme de magnitude approchant 8 sur l’échelle de Richter pourrait se produire au cours des dix années qui viennent dans la région de Tokyo et faire quelque 150 000 morts.

Les précédents les plus meurtriers

Les séismes les plus graves de ces vingt dernières années :

  • 7 décembre 1988 : l’Arménie soviétique est frappée par un violent tremblement de terre de magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter le bilan s’élève à 25 000 morts. Les villes de Leninakan et Spitak sont entièrement dévastées.

  • 6 novembre 1968 : dans la province du Yunnan (Chine), un séisme (7,6 Richter) entraîne la mort de près de 1 000 personnes.

  • 21 août 1988 : au Népal et en Inde (Etat du Bihar), un séisme (5,7 Richter), le plus violent que la région himalayenne ait connu en un demi-siècle, fait plus de 1 000 morts.

  • 23-24 novembre 1987 : deux secousses telluriques (6 et 6,3 Richter), à l’est de San Diego, font des dizaines de blessés.

  • 1er octobre 1987 : un tremblement de terre de magnitude 5,9, près de Los Angeles, cause des millions de dollars de dégâts.

  • 5 mars 1987 : séisme en Équateur, dans la province de Nappo. Bilan : 300 morts et 3 000 disparus.

  • 10 octobre 1986 : un tremblement de terre (7 Richter) frappe San Salvador et sa région, faisant 1 400 morts.

  • 19 septembre 1985 : deux secousses de 8,1 et 7,3 (échelle de Richter) dévastent Mexico. Bilan : 8 000 morts.

  • 13 octobre 1983 : un séisme (7,1 Richter) dans l’est de la Turquie fait 1 300 morts dans les provinces d’Erzurum et de Kars.

  • 13 décembre 1982 : au Yémen du Nord, 2 800 morts dans un séisme d’une magnitude de 6 sur l’échelle de Richter.

  • 23 novembre 1980 : un tremblement de terre de 7,2 frappe le sud de l’Italie, faisant 2 735 morts.

  • 10 octobre 1980 : un violent séisme fait 2 590 morts en Algérie, dans la région d’El Asnam.

  • 16 septembre 1978 : à Tabas, en Iran 25 000 morts dans la destruction de la ville par un séisme de 7,7 de magnitude.

  • 4 mars 1977 : en Roumanie, le centre de Bucarest est pratiquement rasé par une secousse de 7,5 sur l’échelle de Richter. Le bilan officiel s’établit à 1 541 morts et 11 000 blessés.

  • 28 juillet 1976 : à Tangshan, en Chine, une secousse de 23 secondes, d’une magnitude de 7,6, détruit la ville et ses environs. Au moins 250 000 morts, certaines estimations faisant même état de 800 000.

  • 9 février 1971 : Los Angeles. Un séisme de 6,5 sur l’échelle de Richter touche la vallée de San Fernando, tuant 64 personnes et faisant un milliard de dollars de dégâts.

Le Figaro, 20 octobre 1989, p. 10

Après le tremblement de terre en Californie

San Francisco réapprend à vivre

Les secours ont été organisés avec une extraordinaire efficacité, et la rie s’organise à nouveau. Même si le drame est partout présent.

La terre à de nouveau tremblé hier en Californie, ravivant les craintes d’une seconde catastrophe. Trois fortes secousses telluriques ont été enregistrées à 3 h 15, heure locale (11 h 15, heure de Paris), dans le secteur de la baie de San Francisco, l’une atteignant une magnitude de 5 sur l’échelle de Richter, les deux autres de 4,5. Ces nouvelles secousses n’ont pas fait de victimes, mais elles ont ajoute des dégâts supplémentaires aux ravages du séisme de mardi, jetant à bas les bâtiments endommagés de Santa Cruz et de Walsonville, ou le clocher d’une église s’est écroulé.

A San Francisco, la vie reprend peu à peu : la ville, encore sous le choc, pansa ses plaies, déblaie ses ruines, recense ses morts. Hier, le bilan du tremblement de terre, toujours provisoire, s’élevait à deux cent soixante-douze morts officiellement recensés, dont deux cent cinquante-trois automobilistes écrasés dans l’effondrement d’une portion du Bay Bridge, quatorze cents blessés, et des dégâts approximativement chiffres à 2 milliards de dollars. Tout au long de la journées de mercredi, les sauveteurs, aidés de chiens dressés à ce genre de recherche et munis de micros ultrasensibles, ont lente de réparer d’éventuels survivants parmi l’enchevêtrement de plaques de béton et de ferraille, mais tout espoir de dégager de nouveaux rescapés est pratiquement abandonné. Selon le Quai d’Orsay, aucun ressortissant français ne figure parmi les victimes.

Une catastrophe de grande ampleur, le tremblement de terre le plus meurtrier qu’ail connu l’Amérique depuis celui de 1906. Mais, compte tenu de la magnitude du séisme – 6,9 – et de l’heure à laquelle il s’est produit, tous les observateurs estiment que San Francisco et sa région ont échappé de très peu à un véritable cataclysme, dont les victimes auraient pu se chiffrer par millier. La résistance de la plupart des bâtiments, à l’exception du Bay Bridge, la discipline et le sang-froid de la population, qui vit depuis tant d’années sous la menace du « Big One », le tremblement de terre majeur, la bonne organisation des secours ont contribué à limiter les dégâts.

Vingt-quatre heures après le tremblement de terre de San Francisco, un séisme de moindre amplitude et sens rapport avec celui-ci, selon les sismologues, a secoué le nord de la Chine dans la nuit de mercredi à jeudi, faisant une vingtaine de morts, une trentaine de blesses et détruisant plus de huit mille maisons.

SAN FRANCISCO : de notre envoyé spécial
rançois HAUTER

San Francisco renoue péniblement, lentement, avec la vie normale. Hier matin, des dizaines de milliers de voitures essayaient sans succès de franchir la baie pour atteindre le centre, où l’électricité vient d’être rétablie. Mais, mercredi soir, plus de vingt-quatre heures après la formidable secousse qui a ébranlé la région de rares badauds parcouraient les avenues du district financier. Tous, une lampe de poche à la main, entre des tours sombres, pressaient le pas devant les vitrines de ce quartier fantôme. Dans les halls des palaces, des tueurs de bougies. « Où avez-vous trouvé ce sandwich ? », demande un homme devant un magasin de fourrures « La Croix-Rouge, là-bas »répond une jeune fille.

Le cœur de San Francisco est longtemps resté silencieux. Les gratte-ciel, construits pour résister aux tremblements de terre, n’ont pas perdu une glace. Mais sans électricité, sans restaurants, sans trafic ni néons une grande cité moderne est cauchemardesque il ne reste que les hululements des alarmes.

Parfois, un immense camion de pompiers, sirènes mugissantes, traverse Union Square, en dévalant ensuite les rues en pente de Lower Russian Hill vers Marina. Toutes les écoles de la région sont fermées depuis trois jours. Les entreprises également. Dans la Silicon Valley, le paradis de l’électronique américaine les ingénieurs évaluent l’impact de la secousse sur leurs machines de précision.

Les touristes comptent leurs valises, après avoir évacué leurs chambres la nuit précédente et s’être entassés dans les salles de réunion de leurs hôtels. La peur aux entrailles. De simples souvenirs pour ceux qui partent. Un véritable stress pour les autres. Ils racontent des scènes de guerre.

Les meilleurs pompiers

« Comment est-ce que vous sauvez des gens écrasés sous une autoroute ? » Après vingt-six heures de reportages non-stop devant la carcasse de l’Interstate 800, une voie très large à deux étages qui s’est effondrée sur trois kilomètres, un journaliste d’une télé locale craque. Il pleure de rage, d’épuisement d’impuissance.

Déjà deux cent trente-cinq cadavres ont été dégagés d’un enchevêtrement de poutrelles et de ferraille. Mercredi soir, les pompiers et des centaines de volontaires aux yeux rougis ont entendu un bruit. L’espoir fou d’un survivant les a électrisés. Sous les protecteurs, dans la fumée et les odeurs d’essence, qui font de l’endroit une tombe abominable, on a proché fébrilement, sondé ce béton avec des cameras à infrarouges. C’était un auto-radio. Il s’est arrêté dans la nuit.

Cette route aplatie qui a piégé deux cents voilures au moins – davantage de familles sont déjà endeuillées – empêche San Francisco d’oublier trop vite le tremblement de terre. Car il faudra au minimum quatre jours supplémentaires pour dégager la 880 baptisée « the Killer » (le lueur). Les chiens de la police, des dobermans, flairent, indiquent peut-être les endroits où d’autres morts seront retrouvés. Le dernier bilan jeudi matin – deux cent soixante-quinze morts et trois mille blessés – peut encore s’alourdir.

On ne peut pas rester très longtemps près de Daniel Rudman. Il fixe la 880, ce chaos, depuis deux jours. Il vous prendpar la manche, vous parle de son gosse de six ans. Il répète: « Oh God, il est peut-être coincé Peut-être vivant ! » Pour Daniel el tant d’autres les pompiers de San Francisco font un travail admirable. « On a les meilleurs pompiers d’Amérique », dit un sauveteur volontaire. Autour de la carcasse de la 880, les habitants de San Francisco se réconcilient « Tout à coup, on se rend compte quou on est entouré d’humains !, »s’émerveille David. Il n’y a plus de Blancs ni de Noirs. C’est notre ville à tous ! »

San Francisco a été touchée ailleurs. Le quartier de Marina, au pied du Golden Gala est sans doute le plus chic de la ville avec Sausalito, de l’autre côté du pont. Des maisons en bois, joliment peintes Marina, qui sent le gaz et la pierre à feu, a été évacué. « On a peur d’une secousse secondaire, dit un officier, si un incendie se déclenche, on ne pourra pas faire face »Une quinzaine de bâtiments ont déjà été abattus à la pelleteuse. Sur ordre du maire, les propriétaires n’ont pas pu récupérer leurs biens à l’intérieur « Trop dangereux », a-t il déclaré.

Cent cinquante ingénieurs auscultent les bâtisses. A six pâtes de maisons de là, les habitants essaient de débloquer leurs fenêtres. Des milliers de curieux photographient les crevasses sur la chaussée et les trottoirs qui ressemblent maintenant àdes vagues. Soixante immeubles de la ville dont le palais de justice et la mairie, seront termes des semaines durant avant d’être condamnés ou réparés. Le shérif et ses hommes ont arrêté une cinquantaine de pillards. Une délinquance presque raisonnable. Le bilan financier du désastre ne l’est pas. Il a doublé en vingt-quatre heures le tremblement de terre de 1989 à San Francisco a détruit pour 15 milliards de francs d’infrastructures et de maisons.

C’est l’heure maintenant des estimations et des comptes. Le quart seulement des propriétaires de la ville sont assurés contre le risque « tremblement de terre » Un contrat onéreux. Les trois principales compagnies de la région ont cependant promis d’évaluer les dégâts avec bienveillance. Elles vont distribuer dès aujourd’hui des chèques de secours. Partout dans la région, les stocks de nourriture entassés dans les congélateurs ont été perdus. Et les vitriers sont débordés par la demande.

George Bush, ce matin, va venir inspecter les dégâts. Mercredi, le vice-président. Dan Quayle, avait garanti un effort maximum du gouvernement fédéral. Par chance, il restait 250 millions de dollars sur le compte des provisions pour les catastrophes naturelles. Ils sont débloqués, même s’il faut au moins en trouver deux fois plus encore. Les fonctionnaires de Washington, que l’on reconnaît aisément ici à leurs costumes gris et à leurs calvities naissantes, remplissent des formulaires. Le maire attaque déjà ce processus, trop lent, dit-il.

Super-show

Dans l’épreuve, San Francisco a presque eu de la chance Des infrastructures vitales, comme le Bay Bridge, qui relie principalement les deux rives de la baie sont coupées pour trois semaines au moins. Il faudra six mois pour reconstruire la 880, la voie d’accès au Bay Bridge. La vie quotidienne des habitants en sera terriblement compliquée. Mais, à ces exceptions près, la ville a remarquablement bien supporté la gigantesque secousse. Les hôpitaux, les casernes de police et de pompiers n’ont pas été touchés. Chacun était bien préparé au désastre. La solidarité des habitants est justement célébrée.

Les média ont transformé le désastre en un super-show, « The Great Quake 89 », qui va permettre de récolter dans tout le pays des dizaines de millions de dollars pour la Croix-Rouge. La fédération de base-ball ausculte le stade de Candlestick s’il tient, le grand match interrompu par le tremblement de terre y sera rejoué dés mardi Près de la Marina, les joggers passent devant les ruines. Des étudiants vendent un tee-shirt « Great Quake 69 ». San Francisco reste le symbole d’une super-Amérique : les gens y réagissent plus vite encore que dans le reste du pays Et les journaux posent la question lancinante, obsessionnelle : « Était ce la grande secousse promise »

F. H.

En attendant le « Big One »

Des normes très sévères, établies entre les promoteurs et les assurances, réglementent toutes les constructions.

LOS ANGELES
Isabelle TRONCHERIS

Coutumière des tremblements de terre, la Californie essaie depuis plusieurs dizaines d’années de se préparer à résister au mieux, dans son architecture en particulier, aux caprices des failles qui la déchirent.

« Les premières normes parasismiques datent de 1913 et de 1926, indique David Jewell, représentant de l’Industrie de l’assurance américaine, mais elles se sont particulièrement améliorées depuis le tremblement de terre de 1971, à San Bernardino, qui fut très destructeur. » « Basées d’abord sur l’expérience et l’observation, elles incorporant depuis 1976 les résultats d’études scientifiques effectuées dans de nombreuses universités américaines », précise John Kanotis, président d’une société de consultants en ingénierie du bâtiment à Los Angeles et membre de l’association qui établit ces normes.

Aujourd’hui, bien que les normes de construction parasismique diffèrent d’une ville è l’autre, « elles découlent toutes d’un modèle commun, l’Uniform Building Code », indique Bill Joyner, géophysicien et sismologue au US Geological Survey (inventaire géologique des Etats-Unis), à Menlo Park, en Californie. Ce code, adopté par la Conférence internationale des officiels de la construction, est remis à jour tous les trois ans il reprend dans sa dernière version de 1968 les recommandations de l’Association des ingénieurs du bâtiment de Californie.

Les normes de construction parasismique définissent la force d’une secousse à laquelle un bâtiment donné doit pouvoir résister. Elles dépendent de la période de vibration de la structure concernée, de la zone sismique et de l’état du sol à cet endroit.

Les grands immeubles, par exemple, sont considères comme moins sensibles aux secousses dues aux séismes que les petits. En effet, si on considère un bâtiment comme un pendule inversé, on s’aperçoit que la période de vibration d’un gratte-ciel est d’environ 5 secondes. Comme, par ailleurs, la propagation de la secousse du séisme dans la terre a une période de l’ordre de 1 seconde, le gratte-ciel va osciller mais n’entrera pas en résonance avec le mouvement du sol. Au contraire, un immeuble plus petit, de quatre étages par exemple, aura une période de vibration de l’ordre de la seconde. Il pourra donc se mettre à résonner avec le mouvement du sol, et l’énergie qui va s’accumuler à chaque nouvelle vibration finira peu le détruire.

Effet amplificateur

De même, la solidité du sol sous un bâtiment va jouer un rôle important dans sa résistance au choc sismique. C’est pour cela qu’à la suite du tremblement de terre de Mexico de 1985, de nouvelles régies ont été introduites dans les normes parasismiques californiennes pour tenir compte de l’effet amplificateur d’un terrain sédimentaire très mou, « Dans le tremblement de terre du 17 octobre à San Francisco, il semble que les plus graves dégâts ont été constatés dans les terrains bâtis sur une argile très molle », constate encore Bill Joyner. « Une autre partie des dommages est très probablement liée eu grand nombre de bâtiments antérieurs aux normes existant à San Francisco, en particulier les bâtiments en brique, non renforcés », estime encore le géophysicien.

L’État de Californie a récemment passé une loi demandant que toutes les villes inventorient les bâtiments antérieurs aux normes qui présentent un certain danger, et proposent des solutions. Pour l’instant, seule Los Angeles a pris des mesures effectives, rétroctives, concernant ses plus vieux bâtiments. Dans cette ville, tous les immeubles en brique antérieurs à 1934 devront être consolidés avant 1992.

Quant au surcoût de la construction parasismique, « en Californie, nous considérons que c’est très peu, déclare John Kariotis, seulement 5 à 10 % du coût de le charpente, qui, lui-même, ne représente que 20 % du coût total d’un immeuble ».

A comparer aux quelque 60 milliards de dollars de dégâts, ou plus, que pourrait occasionner le « Big One », selon une évaluation récente du Sénat américain Un séisme catastrophique qui, d’après les scientifiques, a plus de 50 % de chances de se produire dans les trente années à venir et pour lequel les Californiens devront continuer à se préparer activement afin d’éviter le pire.

Isabelle TROCHERIS.

Parasismique en France : bientôt une législation

Le drame survenu àSan Francisco le débat sur le principal moyen de protection contre les tremblement de terre qu’est la construction parasismique : dans notre pays, un effort a été entrepris par les pouvoirs publics pour rationaliser les régies de construction depuis bientôt une dizaine d’années, et surtout depuis qu’Haroun Tazieff est passé à la Délégation aux risques majeurs. Cependant, ces règles – moins contraignantes et moins onéreuses qu’on ne le croît souvent – sont encore bien rarement appliquées. Une nouvelle loi devrait sortir au début de l’année prochaine, qui les rendra véritablement obligatoires. Mais, en favorisant également la vérité des prix, elle risque de faire grincer des dents, surtout chez certains promoteurs.

« Le surcoût de la construction parasismique est un taux problème, qui continu au scandale », affirme en effet Victor Davidovici, président de l’Association française de génie parasismique*Pour lui, dès que l’on prononce le mot « parasismique », trop de monde, surtout dans le Midi, en profite pour réaliser « un profit absolument injustifié en majorant les devis de 50 %, alors que le prix de revient réel de nombre de bâtiment capables de résisteraux tremblements du terre devrait à peine dépasser celui des constructions classiques », assure-t-il. Et il tient à souligner, en ce qui concerne notre pays, qu’en dehors des quelques zones du territoire où lerisque est le plus important, n’importe quelle maison individuelle peut résister au séisme le plus important possible dans la région sans aucune majoration de prix, « dès lors qu’elle est tout simplement construite correctement »...

Biensur le problème est différent pour les grande, immeubles construits dans les zones à trèshaut risque, ceux qui doivent être soit profondément ancrés dans le sol, sont montés sur de véritables amortisseurs hydrauliques, comme c’est le cas par exemple au Japon. Mais, en France on n’a pas besoin de technologies aussi sophistiquées. « Même à Monaco, les grands immeubles sont avant tout solidifiés pour résister aux vents violents qu’ils risquent de subit l’hiver. Cela suffit à leur donner leurs qualités parasismiques »souligne Victor Davidovici.

En dehors des centrales nucléaires et, depuis peu de certaines usines à risque, seuls chez nous les « IGA » – Immeubles de grande hauteur, c’est-à-dire de plus de 28 m pour les immeubles de bureaux et de 53 m pour ceux d’habitation – sont soumis, depuis les années 70, à une véritable réglementation non parasismique.

Mais cela devrait changer. Dès le début de l’année prochaine, en effet, les pouvoirs publics devraient publier un décret qui imposera le respect de certaines règles édictées à la lumière des progrès réalisés ces dernières années.

Règles simples

Grâce à de nombreux travaux menés par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l’université de Grenoble – qui a exporté jusqu’aux Etats-Unis une méthode de simulation d’impact des tremblements de terre – et l’industrie du bâtiment, on est parvenu à simplifier le génie parasismique de manière spectaculaire. « L’approche de la construction est devenue totalement différente », assurent les ingénieurs de la Socotec, l’organisme d’expertise qui roue pour le bâtiment le rôle de contrôleur de qualité assuré par le bureau Veritas dans d’autres domaines.

Au terme de multiples études il est en effet apparu qu’une construction, même haute de plusieurs dizaines de mètres, résiste parfaitement à un tremblement de terre violent dès lors qu’elle est réalisée suivant certaines règles simples. Il convient de solidifier son armature ou d’imbriquer plus intimement ses différentes parties supports de planchers rendus solidaires des murs -, par exemple, de manière que l’immeuble garde son intégrité en cas de secousse.

Dans environ un mois et demi, l’Association française de génie parasismique va publier un recueil de nouvelles recommandations de construction. Un document de 150 pages qui devrait constituer l’« âme » des règles que les pouvoirs publics vont imposer l’an prochain « Avec ces nouvelles dispositions, la loi sera la loi. On ne marchandera plus dans les zones sismiques », estime Victor Davidovici, qui fixe les idées pour lui, même dans les zones françaises de risque maximal, le surcoût sismique d’un immeuble moyen, doté de quatre à huit niveaux, ne dépassera pas 1 à 3 % du prix du gros œuvre, soit un pourcentage nettement moindre du prix de revient final d’un bâtiment.

Jean-Paul CROIZÉ.
*9, rue La Pérousse, 75764 Paris, Cédex 16, Tél. 30.85.22.03.

La France du risque

En collaboration avec le commissariat à l’Énergie atomique, le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM) vient d’établir un nouveau « zonage sismique du pays », qui découpe la France métropolitaine en trois principales tranches de risques, la tranche intermédiaire de risque « faible » étant elle-méme découpée en deux niveaux « très faible » et « faible » non reproduits ici. Comme le montre notre carte, le risque de séisme ne se limite pas à nos régions méridionales : un total de 37 départements métropolitains sont concerés. La Guadeloupe et la Martinique sont, pour leur part, classées dans une zone de risque plus important.

Le Figaro, 21-22 octobre 1989, p. 8

Le tremblement de terre de Californie

San Francisco : la psychose du quatrième jour

Préparés à un séisme majeur, les habitants a raient bien supporté celui de mardi. L’angoisse arrive maintenant.

Le bilan du séisme qui a secoué la région de San Francisco, mardi, pourrait être moins lourd qu’on ne l’envisageait. Les victimes de l’autoroute 880, à Oakland, pourraient être moins nombreuses. Les autorités avaient fondé leurs estimations sur le nombre de véhicules « probablement » engagés dans le piège mortel de Cypress Bridge. Or il semble qu’il y ait ou, ce jour-là, moins de voitures en circulation que d’habitude à l’heure de pointe : le match de base-ball, an précipitant chez eux, plus tôt que prévu, nombre d’automobilistes, on aurait ainsi sauvé beaucoup... On parle maintenant de quatre-vingt-cinq victimes sur la 880, et non plus de quelque deux cent cinquante. Treize corps ont déjà été extraits des décombres. Le président George Bush s’est rendu hier sur place pour constater l’étendue des dégâts et faire part de son émotion.

Tandis que les travaux de déblaiement se poursuivant dans les zones éprouvées, les habitants subissent le contrecoup psychologique d’une catastrophe à la fois attendue et redoutée, et qu’ils avaient d’abord bien supportée.

SAN FRANCISCO
François HAUTER

On a trop vite enterré la culture californienne San Francisco n’a pas perdu son âme. Le grand tremblement de terre de mardi a servi de révélateur : ni le conservatisme qui submerge l’Amérique ni les conséquences du Sida n’ont pu tuer les vieux réflexes communautaires des baby-boomers mûrissants. Les ex-babas de la côte Ouest, qui se battent aujourd’hui pour la survie de leur industrie électronique, ont affronté l’épreuve solidairement. « Ce séisme a donné lieu à la première grande manifestation communautaire depuis les années soixante. A l’époque, nous avions un sentiment d’urgence politique. Mardi, le tremblement de terre nous a ressoudés un bref instant », explique le professeur Bloch, un quadragénaire de Berkeley.

La Californie contre le reste du pays : les grands media américains, contrôlés depuis New York, se sont formidablement mobilisés sur le « séisme 89 ». Avec une soif du désastre, du show, du sensationnel parfois, qui, d’après Bloch, n’est pas innocente : « Le reste de l’Amérique imagine que la Californie est tellement agréable qu’un jour, forcément, la nature viendra racheter, reprendre ce bonheur. Ici, on n’y pense pas », dit-il. L’étonnante cohésion sociale qui s’est manifestée ces derniers jours à San Francisco démontre le contraire. La peur d’une fin du monde cataclysmique, égalitaire, nourrit toujours les angoisses de la ville. Même si l’on n’en parle pas. Ou seulement dans des circonstances exceptionnelles.

Hier, on s’est donc confessé un peu partout. Des volontaires se sont précipités, ces deux derniers jours, pour aider les hôpitaux ou les groupes SOS-Suicide à répondre aux milliers d’appels de détresse. Des cris où l’émotion le disputait à l’anxiété et au désespoir. Le plaisir californien, même moins étalé, n’est pas gratuit. « La peur est une partie du prix à payer pour vivre ici », raconte Peggy Lema, la directrice du centre anticrise de Fremont. Quatre jours après le séisme, de nombreux Californiens craquent nerveusement. Et chacun comprend l’autre, s’efforce de l’épauler, comme au bon vieux temps.

« Votre peur est naturelle »

« Le tremblement de terre a toujours eu ce rôle fantasmatique dans la vie des gens, raconte Ed, journaliste au Chronicle et passionné par sa ville. Dans une existence trop facile peut-être, il donne le sentiment que des forces bien supérieures à l’homme peuvent tout effacer ; les races, les sexes, les religions et les classes sociales. Paradoxalement, c’est rassurent. » Toujours cette mentalité positive.

Une jeune femme racontait hier, en direct, au micro d’une radio locale, comment le séisme lui avait.., agréablement rappelé le souvenir de sa mère : « J’étais dans ses bras quand ça a vraiment tremblé fort, la dernière fois. J’avais six ans. » Les stations de radio ont ouvert leurs antennes vingt-quatre heures sur vingt-quatre à ces déballages. « Parlez, continuez de raconter ! », conseillent les journaux. Des dizaines d’hôpitaux et de cliniques proposent jour et nuit des hotlines, des psychiatres prêts à tout entendre. Ils martèlent : « Oui, votre peur est naturelle. Essayez de retourner à votre routine. »

Modernité oblige, on s’est également rassuré en confiant ses témoignages à l’écran de son ordinateur. Des bulletins d’information improvisés, sur le mode de la CB. Un formidable trafic informatique entre solitaires qui répètent à des inconnus : « N’est-ce pas merveilleux d’être vivant ? » Pas de temps à perdre.

F. H.

Des séismes pris de vitesse

Depuis l’épicentre, les ondes sismiques se déplacent à plusieurs fois la vitesse du son.

Mais des dispositifs très élaborés, captant immédiatement la secousse, pourraient donner l’alerte dans des localités éloignées avant que le drame ne survienne.

LA JOLLA (Californie) 
Jean-Luc NOTHIAS

Dominant les vallées semi-désertiques de San Jacinto et de Coachella, à quelques kilomètres au sud de Palm Springs, entre les montagnes brûlées de soleil de Santa Rosa et de San Jacinto, les sismologues de l’institut de géophysique et de physique de la Terre (Université de Californie, San Diego) ont installé, à Pinon Flat, un observatoire sismique, « oreille » ultraperfectionnée à l’écoute des battements montant des mystérieuses profondeurs. Installation unique au monde, composée d’instruments lasers de plusieurs centaines de mètres, elle est chargée de lutter contre le mur du son, la vitesse minimale à laquelle les frissons des tremblements de terre progressent dans la croûte terrestre Lumière laser contre tremblement de terre.

L’observatoire, d’où l’on aperçoit par temps dégagé le mont Palomar, est situé entre les failles de San Andreas (à 25 kilomètres au sud-ouest) et de San Jacinto (à 12 kilomètres au nord-est), les deux failles les plus actives du segment sud-californien de la limite des plaques nord-américaine et du Pacifique. Des séismes importants sont attendus dans cette région, sur chacune des deux failles, dans un proche futur (probabilité de 30 % dans les trente prochaines années, la môme que celle qui avait été annoncée en août 1966 pour le segment qui vient de trembler).

En effet, les 30 kilomètres de faille de San Jacinto longeant Pinon Flat n’ont pas bougé de tout le siècle, alors que les segments adjacents, au nord comme au sud, se sont déplacés. Et, pour sa part, la portion de la faille de San Andreas située dans cette région n’a pas, non plus, coulissé depuis très longtemps. Les chercheurs estiment qu’il s’y est accumulé pas moins de 10 mètres de déformation. Un ressort bien comprimé qui pourrait, s’il se libérait en une fois, provoquer un séisme majeur de magnitude supérieure à 8.

Le site est donc particulièrement intéressant à surveiller. Redoutés par tout le monde, les tremblements de terre sont précieux pour les scientifiques car ils leur apporte une manne d’informations. Chaque séisme dévoile une partie des secrets des profondeurs. Les instruments de Pinon Flat ont deux missions a remplir. Mesurer, aussi précisément que possible, les déformations de la croûte terrestre à cet endroit. Et tester une nouvelle forme de réseau de mesure géophysique. Des équipes du monde entier y viennent tester leur matériel.

40 secousses par jour

Sur le sol granitique dénudé du site trônent trois lasers de mesure de contrainte d’une dimension inhabituelle : 731 mètres de longueur. Ils sont disposés, pour l’un, nord-sud, pour l’autre, ouest-est et, pour le troisième, nord-ouest-sud-est. Leur rôle est d’enregistrer les extensions linéaires du sol grâce à leur interférométrie laser, cachée au sein d’un long tube dont l’intérieur est constamment maintenu sous vide.

De nombreux autres instruments « tournent » en permanence, auscultant les frissons du sol, ses déformations, ses inclinaisons. Un appareil relève régulièrement la valeur de la gravité absolue en cet endroit, donnant des informations sur certains mouvements en sous-sol et sur les mouvements verticaux. « Certains appareils que nous expérimentons ici, précise Jean-François Fels, chercheur du CNRS en poste au Scripps Institute of Oceanography (La Jolla), sont des prototypes uniques au monde, plus sensibles et plus adaptés que tout ce qui se lait ailleurs. »

Depuis le début de l’automne, en collaboration avec le Jet Propulsion Laboratory, les scientifiques de l’université de San Diego ont entamé la mise en place d’un réseau global, couvrant toute la Californie du Sud, dont Pinon Flat est l’un des éléments pionniers et centraux, d’enregistrement constant des données, retransmises aux ordinateurs centraux par satellites.

C’est là, en l’absence de modèles de prévisions fines de la survenue des séismes, que les sismologues américains voient les améliorations possibles et rapides. Détecter, être averti la plus vite possible (l’échelle à prendra on compte est de Tordra de la dizaine de secondes) de tout séisme important. Les plus dangereuses des ondes sismiques voyagent très vite, aux alentours de 3 kilomètres par seconde. Leurs effets et leur propagation dépend, de plus, de l’énergie libérée et de la profondeur où survient le séisme.

Relais satellite

Douglas Given, jeune géophysicien de l’Office des tremblements de terre et des volcans de l’US Geological Survey, basé au California Institute of Technology a Pasadena, près de Los Angeles, travaille dans ce but. « Nous disposons maintenant de 270 stations sismiques, munies de un ou de plusieurs instruments qui marchent 24 heures sur 24, en Californie du Sud. Elles sont reliées à l’ordinateur central par radio ou lignes téléphoniques. Sa mémoire contient les enregistrements de 170 000 secousses, remontant à 1032. Il y a ici environ 40 séismes par jour, dont beaucoup ont des magnitudes inférieures è 2,5 ou 3. Le temps qui s’écoule entre le début d’une secousse et le moment où nous pouvons l’analyser à notre centre est d’environ cinq minutes. Ce qui est trop long. Nous mettons en place les équipements pour avoir un temps de réponse de dix secondes. »

Car, si un tremblement de terre, assez important pour mettre en danger les populations, se déclenche assez loin d’une grande ville ou d’une zone très peuplée, on dispose de quelques minutes, le temps nécessaire aux ondes sismiques pour parcourir, dans les roches, à la vitesse du son, la distance jusqu’au contra peuplé, pour prendre quelques mesures de sauvegarde immédiates. Elles auraient pu, si elles avaient été effectives, sauver des vies, mardi, à San Francisco. Mais les « guettours » n’auraient pas disposé de plus d’une quarantaine de secondes pour agir. Si le séisme avait été plus important, il aurait pu engendrer dos dégâts bien plus loin. Ce système trouve sa raison d’être dans cette situation.

Une alarme rapide, relayée par satellite, permettrait de mettre tous les feux de circulation au rouge, les conducteurs étant moins en danger à l’arrêt, do fermer les ponts, d’évacuer les zones sensibles ou peu sûres, de bloquer les ascenseurs à l’étage où ils passent, de mobiliser tout do suite les services de secours. Au Japon, les trains sont immédiatement stoppés par un système de ce genre.

D’autres sites privilégiés d’observation existent en Californie, comme à Parkfield, petit village de 24 habitants, A mi-chemin de Los Angeles et de San Francisco. Son sous-sol, qui ne devrait pas tarder à être bouleversé, est truffé d’instruments. Les sismologues s’y attachent particulièrement à découvrir et à pouvoir détecter les signes avant-coureurs des séismes. Ce qui donnerait encore un peu plus de temps, toujours sans douta à l’échelle des minutes, pour prendre quelques précautions.

Pour beaucoup de chercheurs américaine, aucun système n’est capable de prévoir les tremblements de terre à l’échelle du jour. La méthode Van ? Pourquoi ne pas essayer, disent-ils, ni pour ni contre. Les meilleurs dans la partie restent les Soviétiques, qui ont mis au point un algorithme basé primitivement sur celui qui permet d’estimer les chances de survie d’un opéré à cœur ouvert. Les chercheurs ont encore on mémoire cette prévision donnée par Mikhaïl Gorbatchev à Ronald Reagan au sommet d’Islande, en 1986 : un séisme majeur aura lieu au nord de Los Angeles dans les cinq ans. Mais ces prévisions se comptent encore par années Mieux que les dizaines d’années des Californiens. Mais ce n’est pas suffisant. La Terre restera encore quelque tempe sourde aux appels de la raison.

J.-L. N.

  

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals