Navigation – Plan du site

Introduction

Jules Falquet et Artemisa Flores Espínola
p. 6-45

Texte intégral

Nous remercions Louiza Belhamici, Luisina Bolla, Ochy Curiel, María Luisa Femenías, Sophie Large, Irène Pereira, Lissell Quiroz et Belén Rojas pour les nombreuses discussions que nous avons eues sur le féminisme décolonial et/ou sur le présent texte, qui nourrissent toutes de différentes manières cette introduction —qui reste de notre entière responsabilité.

1En 2011, le CEDREF avait déjà publié un numéro intitulé « Théories féministes et queer décoloniales »1. Il s’agissait notamment de faire connaître des traductions de plusieurs théoriciennes Chicanas centrales des décennies 1980 et 1990 —Gloria Anzaldúa, Cherríe Moraga et Norma Alarcón, qui ont puissamment contribué à ouvrir la voie aux réflexions décoloniales. Nous avions ajouté à ce dossier un des premiers articles de María Lugones, philosophe argentine installée aux Etats-unis, datant de 1987, qui portait entre autres sur les moyens de renforcer les alliances entre les femmes de couleur en tant qu’ « outsiders » à la culture Blanche-anglo des Etats-Unis.2

2Nous revenons aujourd’hui sur les perspectives décoloniales, avec un numéro organisé autour de la traduction de « La colonialité du genre », de María Lugones, que beaucoup s’accordent à considérer comme fondateur du courant théorique féministe décolonial. En effet, Lugones y analyse, critique et prolonge la réflexion d’Anibal Quijano, figure centrale des théories décoloniales, et déstabilise profondément la compréhension dominante du genre en proposant une critique résolue du naturalisme, de l’eurocentrisme et de l’hétérosexisme qui président à sa compréhension.

Aux origines de ce numéro

  • 3 Lié à l’obtention d’un financement CIN (Consejo Interuniversitario Nacional)-USPC (Université Sorbo (...)
  • 4 https://cedref.univ-paris-diderot.fr/actualites/20172018-perspectives-feministes-decoloniales-diver (...)
  • 5 On trouvera le programme en annexe.

3Ce numéro trouve son origine immédiate dans le programme « Epistémologies transnationales/décoloniales » qui a rapproché, en 2017, le CEDREF et le CINIG de l’Université de la Plata —l’Argentine étant l’une des foyers à partir duquel ont essaimé les perspectives décoloniales3. A travers plusieurs sessions de nos séminaires respectifs, notamment le séminaire du CEDREF 2017-2018, intitulé « Perspectives féministes décoloniales : diversité et défis »4, puis grâce à une Journée d’étude de clôture particulièrement riche5, nous avons commencé à élaborer nos propres lectures, situées localement, de ces épistémologies —lectures que nous considérons comme à la fois transnationales et décoloniales. En effet, loin de constituer une sorte d’oxymoron, le terme transnational/décolonial pointe la constitution d’un savoir situé (Haraway, 1988) capable d’entrer en débat avec les théories produites sous d’autres latitudes, dans la complexe intersection entre la globalisation et la localisation, avec la conscience des rapports de pouvoir existant, de la circulation inégalitaire des théories et des multiples glissements que traversent les concepts en quittant leurs contextes de production. Nous avons ainsi tenté de relever le défi « des savoirs situés et des théories transhumantes » —pour reprendre l’expression de María Luisa Femenías et Soza Rossi (2011).

Post-colonial ou décolonial ?

  • 6 Il ne s’agit pas de lutte « anticoloniales » mais bien de perspectives théorico-politiques sur les (...)
  • 7 Le CEDREF a également publié en 2010 un numero intitulé « Genre et perspective post-coloniales », p (...)

4Avant d’aller plus loin, dissipons un doute : les approches post-coloniales et dé-coloniales sont souvent confondues6. Or elles sont bien différentes. Pour le dire de manière extrêmement schématique, les théories « post » (post modernes, post-coloniales) sont essentiellement issues du monde académique anglophone, en lien avec le processus colonial britannique et dans une moindre mesure, français (notamment en Inde et au Moyen-Orient). Elles sont liées au « tournant linguistique », à la critique du structuralisme et en bonne partie, du « grand récit » marxiste, et cherchent à mettre en avant la parole et l’action multiple des « subalternes ».7 Mais pour reprendre les termes de Ramón Grosfoguel :

« les postcoloniaux continuent à penser qu’il existe une solution à l’intérieur de la modernité. Il y aurait des modernités plurielles, diverses. Pour les décoloniaux, en revanche, la modernité est le problème. »8

5Les approches décoloniales, comme on va le voir, s’épanouissent avant tout sur le continent dit américain et en lien avec une colonisation bien plus ancienne, essentiellement espagnole et portugaise avant de devenir européenne. Tout en étant critiques du marxisme, elles gardent une beaucoup plus grande proximité avec les pensées de gauche et l’espoir d’une transformation radicale du monde. Au centre de leurs réflexions, se trouve la modernité —comprise non pas comme un mode de civilisation qu’on oppose classiquement à la tradition, mais comme une caractéristique centrale du pouvoir capitaliste global. Ses origines (notamment européennes et coloniales), ses conséquences et les alternatives que l’on peut lui opposer, sont au centre de leur analyse et de leurs critiques.

Le tournant des « 500 ans »

  • 9 Egalement appelée « Rien à fêter » (Nada que festejar).

6 Véritable tournant épistémologique aux profondes conséquences politiques, la perspective « décoloniale » se dessine dans la décennie 1990, en lien avec la commémoration des 500 ans de l’arrivée du premier vaisseau européen dans les Caraïbes. Tandis que le Vatican et les anciens Etats colonisateurs préparent de fastueuses réjouissances, d’autres mémoires sous-tendent un ensemble de résistances variées, dont certaines s’organisent à l’échelle continentale autour de la campagne des « 500 ans de résistance ‘Indígena, Negra y popular’«9.

  • 10 Rappelons que le texte qui régit, dans le cas français, la vie des personnes Noires mise en esclava (...)

7 Précisément, le terme Indígena doit retenir toute notre attention. Aujourd’hui, les descendant-e-s des populations qui vivaient originellement sur le continent ont élargi le vocabulaire permettant de les désigner. Ielles se nomment par un nom d’ethnie indiquant leur groupe linguistique (par exemple : Maya) ou leur langue spécifique (Maya-Quiché) et se qualifient de plus en plus de « peuples originaires », « premières Nations » ou « autochtones ». Cependant, les deux vocables « Indígena » et « Indi@ » restent très utilisés, y compris par les premièr-e-s concerné-e-s. Selon les endroits et les contextes d’énonciation, l’un ou l’autre terme peut être dénigrant ou au contraire, chargé de dignité —malgré le racisme qui frappe inexorablement les populations concernées. Les deux termes ­—Indien-ne et indigène— existant en français, la tentation est grande de les utiliser alternativement pour se référer à ces populations. Cependant, seul le terme Indien-ne est véritablement adapté, tandis que le terme indigène, qui évoque le régime de l’indigénat et plus particulièrement la colonisation française de la IIIème république, est tout à fait trompeur. En effet, les populations du « nouveau » continent ont été nommées non en référence à un tel système juridique ou même à un tel imaginaire, encore inexistant10, mais bien à la conviction des navigateurs d’être parvenus en Inde. Plus profondément encore, c’est précisément la spécificité de cette expérience beaucoup plus ancienne —et même princeps— d’invasion, quasi-génocide et remplacement massif à l’échelle d’un continent par des populations absolument inconnues, qui est au cœur de la réflexion décoloniale.

  • 11 Ce terme, utilisé par les Kuna de Colombie et du Panamá pour désigner leur terre avant l’invasion e (...)

8Comme nous allons le voir, il s’agit de reposer radicalement les termes de l’énonciation et les perspectives de la discussion —ce n’est d’ailleurs pas un hasard si dans le monde militant, l’usage du terme Abya Yala11 vient se substituer peu à peu à celui d’Amérique pour désigner le continent. Toujours est-il que la célébration des 500 ans enclenche une série d’événements discrets dont la convergence finit par ébranler l’ensemble d’un système… En juillet 1992, deux cent femmes et féministes Noires de tout le continent tiennent leur propre rencontre au milieu des cérémonies, à Saint Domingue, pour fonder un réseau continental. L’une des premières co-responsables de la partie caribéenne du réseau, Ochy Curiel, compte aujourd’hui parmi les féministes décoloniales les plus reconnues d’Abya Yala. Dans le Chiapas mexicain, le 12 octobre, pour le « jour de la ‘race’« , 15.000 Indien-ne-s manifestent dans la capitale métisse, San Cristobal, et mettent à bas la statue du conquistador Diego de Mazariegos, fondateur de la ville. On retrouvera bientôt toute une partie de ces manifestant-e-s le visage protégé d’un passe-montagne, dans les rangs du mouvement zapatiste.

Les hésitations des années 90

  • 12 Le terme de cosmovision, typiquement utilisé sur le continent pour se référer à la vision du monde (...)
  • 13 On peut analyser le caractère naturaliste potentiellement problématique de cet argumentaire, qui es (...)

9 La période est aussi marquée par la chute du Mur de Berlin et la dissolution de l’URSS, qui laissent le champ libre à l’essor du néolibéralisme, désormais seule « option » en lice. Avec l’entrée en vigueur de l’ALENA début 1994, le « bloc » Etats-unis-Canada-Mexique acquiert un rôle de premier plan dans l’avènement de cette mondialisation capitaliste-occidentale triomphante. Pourtant, alors même que certains proclamaient la « fin de l’histoire », dès le 1er janvier 1994, au fin fond du Sud-est mexicain, un soulèvement de va-nu-pieds Indien-ne-s, pour partie analphabètes et ne parlant que leur propre langue, rouvre la discussion. Le mouvement zapatiste suscite un immense enthousiasme qui déborde immédiatement les frontières du pays et du continent, en bouleversant les imaginaires et les codes politiques dominants. Ielles critiquent radicalement la politique partisane et la mondialisation néolibérale, proposant à la place de faire de la politique et de vivre d’une façon vraiment « autre », où on « commande en obéissant » et où « tous les mondes aient leur place ». Ielles s’appuient sur leurs réalités et leurs « cosmovisions »12 indiennes, jadis ignorées et moquées, mais qui acquièrent une aura nouvelle dans la mesure où ces populations vivent dans les derniers territoires « préservés » et se laissent présenter comme les ultimes remparts de la « (bio)diversité »13. Il faut se rappeler que depuis la conférence internationale sur l’environnement de Rio de Janeiro en 1992, le « trou dans la couche d’ozone » et le futur commun de l’humanité inquiètent beaucoup. Pendant quelques années, on perçoit un certain flottement théorico-politique parmi les mouvements sociaux et les intellectuel-le-s face à cette nouvelle configuration internationale. Où va le monde, l’histoire est-elle vraiment finie et les luttes pour les utopies aussi ? Sur quoi débouche cette nouvelle phase de la modernité ?

10Celles et ceux qui accordaient une importance principale à la classe et/ou à la révolution armée, hésitent : pour comprendre le devenir du système-monde capitaliste analysé par Wallerstein, les ancien-ne-s de la théorie de la dépendance et de la théologie de la libération, marxistes et gauchistes cherchent notamment chez Gramsci et ses réflexions sur la subalternité un nouveau souffle —la bolivienne Silvia Rivera Cusicanqui co-édite un des premiers recueils de textes subalternes et post-coloniaux en 1997. En 1996, les zapatistes appellent à une Première Rencontre intercontinentale contre le néolibéralisme et pour l’humanité (tenue à l’été 1996 au Mexique), en vue de constituer une nouvelle Internationale —l’Internationale de l’espoir. Plusieurs milliers de personnes répondent présent-e, ainsi que de nombreuses organisations, dont des activistes des cinq internationales antérieures : anarchiste, socialiste, communiste, trotskyste et situationniste —avec une forte dominance libertaire et trotskiste. La deuxième Intercontinentale, réalisée en 1997 en Espagne, est clairement dominée par les anarchistes : les trotskystes, n’ayant pas réussi à prendre l’hégémonie, se sont mis-es en retrait. C’est un peu plus tard, à la faveur de Seattle, qu’ielles parviendront à faire triompher leurs vues au sein des Forum sociaux mondiaux —qu’ielles contribueront à organiser, par le biais d’ATTAC notamment. Ainsi, si un mouvement porté par des personnes non-blanches, essentiellement paysannes-rurales et doté d’une Loi révolutionnaire des femmes assez progressiste, parvient à rassembler autour de l’anti-mondialisme et à mettre sur le devant de la scène une opposition frontale au néolibéralisme depuis le sud-est du Sud, en quelques années, la convergence internationale des luttes qui déboucheront sur le Forum Social Mondial s’est rabattue sur l’alter-mondialisme et fonctionne à nouveau avec pour centre décisionnel, les métropoles et les milieux intellectuels et militants du Nord.

11 Du côté des féministes, certaines se réjouissent de la déconfiture de la gauche autoritaire-patriarcale et du succès soudain qu’ont les questions « de femme », notamment dans les conférences internationales de l’ONU. Portées au nues à Rio en 92 comme les plus organisées et les plus soucieuses de préserver la planète, faisant triompher la reconnaissance des droits des femmes comme droits humains à la conférence de Vienne en 1993, et s’alliant à l’ONU contre les fondamentalistes religieux, Vatican en tête, pour défendre les droits sexuels et reproductifs au Caire en 1994, une partie des féministes croient leur heure arrivée. Las : la conférence de Pékin, organisée par l’ONU l’année suivante, marque en fait l’acmé d’un processus de pacification-récupération-ONGisation de la question du genre et des femmes, par les institutions internationales, pour légitimer la mise en place du néolibéralisme (Falquet, 2008). C’est du moins ainsi que l’analyse un courant minoritaire du féminisme et du lesbianisme, le courant dit « autonome », qui en réaction à ces tendances et en s’appuyant notamment sur des féministes-lesbiennes antiracistes, développe une critique acérée de la coopération Nord/Sud et du « développement » néolibéral (Falquet, 2011). Cependant, après une première rencontre continentale en 1998, elles ne parviennent pas à former un courant unifié. Une partie développe des analyses en termes d’imbrication des rapports sociaux (Curiel et Al., 2005), puis lient de plus en plus les luttes contre le développement de l’extractivisme minier transnational qui s’intensifie dans les années 2000, à la militarisation et à un véritable processus néo-colonial ou de recolonisation du continent (Cabnal, 2015). Ce sont ces militantes que l’on retrouvera parmi les premières féministes et lesbiennes décoloniales (Falquet, 2017) —comme nous le verrons ci-dessous.

  • 14 Elle avait livré un témoignage particulièrement poignant de la répression contre les populations in (...)
  • 15 L’initiative viendrait notamment de la population Kichwa de Pastaza, en Equateur, après qu’en 1992 (...)
  • 16 Incluant des réformes légales, puisque le buen vivir est inscrit dans la constitution de l’Équateur (...)

12Enfin, celles et ceux qui plaçaient au centre les questions de race, cherchent également leur voie. La nomination comme prix Nobel de la Paix de l’Indienne Maya Quiché guatémaltèque Rigoberta Menchú14 précisément en 1992, ne trompe personne : il ne s’agit que de la récupération d’un symbole. Une dizaine d’année plus tard, la Conférence mondiale contre le racisme de Durban, tenue à l’été 2001, est complètement éclipsée par les attentats du 11 septembre. Elle permet à Kimberlé Crenshaw, sollicité par l’ONU, de faire connaître mondialement sa théorie de l’intersectionnalité —qui devient un peu à l’imbrication des systèmes sociaux (théorisée dès 1979 par le Combahee River Collective), ce que le genre ONUsien est au féminisme des années 70. Toujours est-il que la décennie 90 voit à la fois un processus de récupération-institutionnalisation des luttes antiracistes, et l’apparition de nouveaux discours autour de l’image des populations indiennes comme défenderesses de « la terre-mère » (la Pachamama), la biodiversité, la diversité culturelle et finalement, de cosmovisions » autres ». Le mouvement zapatiste d’abord, puis dans le début du troisième millénaire, le mouvement indien en Equateur qui met en avant la notion du Buen vivir (Sumak Kawsay en Quechua, Suma Qamaña en Aymara)15, enfin la victoire d’Evo Morales en Bolivie et son usage stratégique de la cosmovision andine : tout cela contribue fortement à la mise en avant de nouveaux imaginaires16 à défaut de projet politiques alternatifs. Cela, au moment même où les populations indiennes (et souvent également, Noires) sont les premières à faire les frais des concessions minières accordées sans les consulter par les gouvernements de la région à une série d’entreprises transnationales.

Et la gauche masculine-cis blanche-métisse ? 

  • 17 Dévaluation de près de 50% du peso du fait de l’inquiétude de Wall Street, qui frappe très durement (...)

13Après le soulèvement zapatiste, une première crise économique frappe le Mexique avec le « tequilazo17 », en 1997 la crise asiatique provoque un nouveau ralentissement, suivi en 1998 de la crise russe. La fin de la décennie est marquée par un appauvrissement croissant des populations, (notamment au Mexique suite au TLC et en Amérique centrale suite à l’échec relatif des processus de retour à la paix) et une augmentation parallèle de la violence sous diverses formes, tandis que le caractère prédateur de cette nouvelle phase du capitalisme néolibéral mondialisé devient de plus en plus manifeste. C’est dans ce contexte que démarre le Proyecto modernidad-colonialidad [projet modernité-colonialité], que beaucoup s’accordent à considérer comme le point de départ intellectuel du tournant décolonial —bien que celui-ci se nourrisse de tout le dynamisme social, politique et théorique complexe et contradictoire que nous venons d’esquisser. On notera également que les perspectives décoloniales, diverses et parfois contradictoires entre elles, sont loin d’être les seules à se développer aujourd’hui sur le continent. Nous nous contentons ici de tirer un des multiples fils possibles d’analyse des développements théoriques et politiques extrêmement variés du continent.

14Organisé en 1998 à Caracas à l’initiative du sociologue vénézuélien diplômé de Harvard et professeur à l’Université centrale du Vénezuela, Edgardo Lander, le Projet modernité/colonialité réunissait entre autres Aníbal Quijano, Enrique Dussel, Walter Mignolo, Ramon Grosfoguel et Nelson Maldonado —vivant tous aux Etats-unis. Il s’agit pour ces intellectuels aussi, de penser le devenir du système-monde et les transformations de la modernité, le néolibéralisme imposé par le premier monde, et de proposer, si possible, des alternatives.

  • 18 S’agissant d’un concept central de la théorie décoloniale, il est délicat de le résumer, mais l’on (...)

15Le centre de leur réflexion, fortement influencée par un cadre général marxiste plus ou moins orthodoxe dont ils visent simultanément à se démarquer, consiste à déplacer les curseurs historiques et géographiques pour « se » placer au centre et de là, repenser le passé pour voir le visage du futur —comme l’a suggéré en reprenant une idée forte des cultures andines, Silvia Cusicanqui, qui se situe comme on le verra dans une autre position théorique. Quijano est le premier à dérouler méthodiquement le raisonnement : le système-monde moderne-capitaliste, né dès 1492 avec la colonisation du continent, serait moins basé sur la prolétarisation et le salariat typique de la révolution industrielle anglo-européenne du XIXème siècle —le salariat s’avérant réservé à la population considérée comme blanche—, que sur une racialisation primordiale de la main-d’œuvre, les populations autochtones et Africaines déportée ayant été immédiatement et radicalement altérisées, déshumanisées et vouées au travail forcé, souvent esclave. Dit en d’autres termes, la race (construit social résultant de cette colonisation spécifique commencée en 1492) précède historiquement la classe et doit être placée au centre de l’analyse. Philosophiquement parlant, la modernité occidentale, d’ordinaire associée aux Lumières et à la révolution, qui se seraient développées loin des incompréhensibles et regrettables débordements de l’esclavage, s’avère, dans la perspective décoloniale, absolument liée au contraire à la colonisation, à la traite et à l’esclavage. La colonisation, loin de n’être qu’un épiphénomène ou une période historique clairement délimitée et terminée, est consubstantielle à la modernité, à laquelle elle est intimement associée par le biais d’une colonialité18 persistante. La modernité est irrémédiablement double, avec un visage clair (la philosophie des Lumières, le développement de l’Europe) et l’autre obscur (la traite et l’esclavagisation des populations Indiennes et Noires, la violence ethnocidaire et génocidaire de la colonisation, ininterrompue à ce jour).

  • 19 Etre Argentin et plus encore peut-être, Portoricain aux Etats-Unis implique une forte discriminatio (...)

16Mais pour rester fidèles à la théorie du point de vue situé, il convient de revenir un peu sur les coordonnées sociologiques et politiques des premiers membres du Projet M/C. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le groupe initial qui s’est réuni à Caracas se distingue par son caractère très majoritairement masculin et blanc-métis19, qu’il s’agit dans l’ensemble de personnes plutôt privilégiées, travaillant à l’université, et pour plusieurs, aux Etats-Unis mêmes, coeur de l’impérialisme classiquement honni depuis le reste d’Abya Yala.

  • 20 « 1492, el encubrimiento del otro. Hacia el orígen del mito de la modernidad » [L’ouvrage reprend u (...)

17Le plus âgé aujourd’hui est Enrique Dussel, né en 1934. Argentin et naturalisé mexicain, il est philosophe, historien et surtout, théologien. Il travaille depuis des décennies dans la plus grande université du continent, l’UNAM, à Mexico. Auteur de plusieurs dizaines d’ouvrages, notamment sur Hegel, Marx et la théologie de la libération, il publie dès 1992 un livre au titre précurseur : « 1492, le recouvrement de l’autre. Vers l’origine du mythe de la modernité »20. Dussel est principalement connu pour son travail dans le domaine de la « philosophie de la libération » : issu d’un arrière grand-père socialiste et luthérien allemand, profondément influencé par la Théologie de la libération, il réfléchit sur la violence originelle de la colonisation, « l’interpellation par les ‘Autres exclus’«  et tente d’imaginer un (autre) avenir pour l’humanité qu’il nomme « transmodernité » et associe à une éthique de la libération.

  • 21 La blessure coloniale et le choix décolonial. Le terme « opción » évoque irrésistiblement l’opción (...)

18Argentin également, après une formation qui l’a amené notamment à Toulouse et à l’EHESS, Walter Mignolo est installé pour sa part depuis de nombreuses années aux Etats-Unis, exerçant la fonction de sémioticien et d’épistémologue à Duke University —et très lié également à l’Université de Quito et à l’une des rares femmes universitaires décoloniales de la première heure, Catherine Walsh. Cette dernière, d’origine états-unienne, vit depuis plusieurs décennies en Equateur, où elle travaille à l’Université Andine Simón Bolívar comme professeure et directrice/fondatrice du Doctorat en Études Culturelles Latino-américaines où nombre d’intellectuel-le-s de la région ont conflué avec des théoricien-ne-s décoloniales étatsunienn-e-s. Elle est également coordinatrice de la Chaire d’Études Afro-andines de cette université, après avoir contribué à mettre en place et animer le Fonds Documentaire Afro-andin. Elle travaille depuis plus de vingt ans sur la pédagogie décoloniale à partir des apports de Paulo Freire (Walsh, 2006, 2013). Récipiendaire de plusieurs distinctions de l’Université de Duke, elle coédite la collection de Duke Press « On Decoloniality » avec Mignolo. Pour en revenir à ce dernier, son travail porte notamment sur la géopolitique du savoir et l’herméneutique, en s’appuyant tout particulièrement sur les travaux de Gloria Anzaldúa, à qui il emprunte moins ses apports féministes que son concept de Border thinking et du nepantlismo —il dirige d’ailleurs l’éphémère revue Nepantla fondée en 2000 à Duke. C’est, lui aussi, au milieu des années 90 qu’il trace les premiers éléments de sa réflexion en matière de colonialité, dans un ouvrage où il souligne nommément le « côté plus obscur » de la Renaissance, en l’associant à la colonisation (1995). Il affirme dans son livre suivant, l’importance des savoirs subalternes et de la pensée de la Frontière (1999), avant de publier « The idea of Latin America » (qui paraît en espagnol deux ans plus tard avec le sous-titre particulièrement explicite : « La herida colonial y la opción decolonial21 » (2005).

  • 22 Le Pérou est également la matrie du grand marxiste et indigéniste José Carlos Mariátegui (1894-1930 (...)

19Cependant, le doyen et théoricien le plus connu du courant décolonial demeure le sociologue péruvien Aníbal Quijano (1930 - 2018), qui a longtemps enseigné à l’Université de San Carlos après y avoir étudié, avant d’être engagé à l’université newyorkaise de Binghamton (où travaillait également María Lugones ainsi qu’Immanuel Wallerstein) —non sans avoir donné quelques séminaires à l’EHESS. Longtemps marxiste plutôt classique, travaillant sur la formation de classe péruvienne, d’abord sur les mouvements paysans et la réforme agraire, donc sur les questions indiennes22, puis sur la classe ouvrière, sa réflexion prend un nouveau tour au début des années 90. Il publie successivement en 1991 un court article sur la « Colonialité et modernité/rationalité » dans la revue Perú Indígena, puis un article co-signé avec Wallerstein sur l’Amérique dans le système-monde-moderne l’année suivante, et enfin un autre bref article dans la revue Futur antérieur, intitulé « Colonialité du Pouvoir et Démocratie en Amérique Latine », dans lequel il commence à développer son concept central de la colonialité du pouvoir. L’article ici traduit de Lugones nous permettra d’approcher davantage sa réflexion.

20Pour compléter le tableau, il faut encore mentionner Nelson Maldonado-Torres, Ramón Grosfoguel et Arturo Escobar, qui s’ils sont effectivement d’origine latino-américaine et caribéenne, possèdent aujourd’hui quant à eux la nationalité états-unienne.

21Né en Colombie en 1952, Arturo Escobar est docteur en philosophie de Berkeley, après un parcours dans le génie chimique, les sciences de l’alimentation et les questions de développement. Désormais états-unien en même temps que colombien, il est professeur émérite d’anthropologie à l’université de Chapel Hill en Caroline du Nord. Largement influencé par les Etudes de la subalternité, mais aussi par le poststructuralisme, il critique le développementalisme —travaillant notamment sur les mouvements sociaux avec la féministe cubaine-étatsunienne Sonia Alvarez (1992) et les politiques de la location avec la spécialiste en genre et développement Wendy Harcourt (2005). C’est surtout à partir de 2004 qu’il aborde de front les perspectives décoloniales, à travers deux ouvrages qu’il coédite : d’abord, sur le défi à l’empire que représentent, selon lui, les Forums sociaux mondiaux (Escobar et Al., 2004), puis avec Mignolo sur La mondialisation et l’option décoloniale (2010). Enfin, en 2014, il développe le concept de sentipensar (qui réunit les idées de sentir et de penser, en s’inspirant des épistémologies Indiennes du continent et en lien avec le travail du péruvien Antonio Cornejo Polar), dans un ouvrage publié en anglais comme en espagnol, intitulé « Sentipenser avec la Terre », dans une perspective cette fois-ci plus clairement écologique et d’après-développement dans laquelle il souligne l’intérêt des discours autochtones.

22L’un des benjamins du Groupe modernité/colonialité est Nelson Maldonado-Torres, qui obtient en 2002 une thèse en Etudes religieuses à Brown, suite à un master de philosophie à Porto Rico. Professeur de littérature à l’université de Rutgers, spécialisé sur l’œuvre de Dussel, Fanon et Lévinas, il travaille actuellement à un ouvrage sur le féminisme décolonial avec María Lugones et Yuderkys Espinosa. Il propose, après le concept fondateur de colonialité du pouvoir proposé par Quijano, puis ceux de colonialité du savoir d’Arturo Escobar et de différence coloniale de Mignolo, le concept de colonialité de l’être.

23Enfin, Ramón Grosfoguel est un sociologue portoricain né en 1956, professeur en études Chicanas et latino-américaines à l’université de Berkeley. Il représente probablement l’un des « passeurs » les plus notables de la théorie décoloniale, multipliant les formations en Europe (il est régulièrement présent en France) et en Amérique latine, en contact avec différents mouvements sociaux, en tentant de garder à l’esprit une orientation féministe. Considérant qu’il existe un « système-monde capitaliste/patriarcal/occidentalo-centré/christiano-centré/moderne-colonial, il souligne l’importance de bien comprendre que le décolonial est avant tout une connaissance située (Haraway, 2007), qui peut sous certaines conditions, être produite par des personnes occidentales, et peut parallèlement, s’avérer incompréhensible pour des ex-colonisé-e-s. Il s’inscrit en cela en faux contre la compréhension selon laquelle le décolonial devrait être produit exclusivement par des personnes latinas ou caribéennes et qu’il suffirait « d’en être » pour faire de la théorie décoloniale. Comme souligne l’historienne Etats-Unienne Donna Haraway, « voir d’en bas ne s’apprend pas facilement et n’est pas sans problème ». Cela implique un positionnement critique de déconstruction et de réinterprétation très complexes. Pour elle, les points de vue assujettis (par exemple provenant des femmes noires ou des « femmes de tiers monde ») ne sont pas « innocents » et apprendre à voir d’en bas « requiert au moins autant de savoir-faire avec les corps et le langage, avec les médiations de la vision, que les visualisations technoscientifiques « les plus élevées » (2007 :119). Les propos de Grosfoguel résument une partie des enjeux épistémologiques et politiques liés au caractère situé de la production de connaissances, qui sont au cœur du projet décolonial :

« Le concept de géopolitique de la connaissance d’Enrique Dussel ne relève pas du réductionnisme géographique. C’est Mignolo qui le caricature et en fait en un concept essentialiste et réductionniste. […] Mignolo occupe la position la plus élevée au sein de l’université occidentale. Il occupe une chaire à l’Université de Duke. […] Il est arrivé aux Etats-Unis en tant qu’américaniste et disciple de Barthes. Je crois que cela explique la place prééminente qu’il occupe parmi les universitaires, et tout particulièrement, les Français. […]. Selon [la bolivienne Silvia Rivera Cusicanqui], Mignolo s’est approprié des concepts produits par la pensée indigène en les décontextualisant, en les dépolitisant, sans jamais s’impliquer dans un mouvement social ou politique indigène. Remarquons d’ailleurs que Mignolo, sauf erreur, n’a aucun type d’engagement social ou politique. Selon moi, la pensée décoloniale implique une certaine éthique qui s’oppose à ces formes « d’extractivisme épistémique » qui ne profitent qu’à un petit nombre d’universitaires du Nord global. »23

Les épistémologies féministes décoloniales : avant, au-delà, ailleurs

24Les « épistémologies féministes » ont été développés dans les années quatre-vingt par des philosophes féministes —majoritairement européennes et Etats-Uniennes— comme Sandra Harding, Helen Longino et Donna Haraway (Flores-Espínola, 2012). Malgré d’importantes différences, ces propositions épistémologiques féministes partagent la remise en cause de l’épistémologie traditionnelle, en pointant l’importance du sujet de connaissance, le caractère situé du savoir et les liens entre connaissance et pouvoir (Flores Espínola, 2013). Selon Elizabeth Anderson (1995), deux objectifs centraux guident le projet épistémologique féministe : il s’agit, d’une part, d’expliciter et de détailler les apports de la critique féministe à la mise en évidence du sexisme et de l’androcentrisme dans la pratique scientifique en définissant ce qu’est une théorie sexiste ou androcentrique et en identifiant les biais qui la caractérisent à tous les stades de la recherche. D’autre part, il s’agit de soutenir des pratiques féministes qui traduisent et impliquent un engagement pour la libération des femmes, dans une perspective d’égalité sociale et politique, voire de transformation radicale des rapports sociaux.

25Comme nous allons le voir, les travaux qui composent ce numéro se trouvent au cœur de ce projet d’épistémologie féministe, en mettent non seulement en question le caractère sexiste et androcentrique des théories décoloniales, mais en expliquant également comment les savoirs développés au sein des mouvements sociaux d’Abya Yala, notamment de femmes, féministe et lesbiens, antiracistes et populaires, sont capables de proposer des nouveaux modes de connaissance engagés politiquement et éthiquement dans un projet de justice sociale. La diversité et la pluralité des points de vue impliqués dans l’élaboration de nos conceptions et compréhensions du monde, permettent d’avoir une perception plus complète de la réalité sociale (Longino, 2010).

26Dans le même temps, plus loin des universités et plus près des mouvements sociaux « de base » et de luttes quotidiennes, notamment féministes, lesbiennes, anti-racistes, anticapitalistes et anti-extractivistes, se développait le féminisme décolonial. Même si cela fait seulement une dizaine d’années que certaines revendiquent clairement le qualificatif décolonial —on verra que la plupart ont hésité entre différents termes et que d’autres préfèrent développer des épistémologies alternatives— les publications se sont rapidement multipliées et dans certaines universités du continent, on fait face à un quasi-phénomène de mode. Présentons rapidement deux groupes pionniers, l’un plus militant, l’autre plus universitaire, avant de souligner l’importance des contribution de femmes et de féministes Afros, et surtout Indiennes.

  • 24 https://glefas.org
  • 25 Auteure-compositrice et anthropologue afrodominicaine, Ochy Curiel a participé à de nombreux groupe (...)
  • 26 Docteure en philosophie, lesbienne-féministe très active et co-organisatrice de la VIIème Rencontre (...)
  • 27 Elles en tirent rapidement une première publication sur le féminisme continental (Espinosa, 2010). (...)

27Côté résolument activiste, on trouve le GLEFAS, Groupe latino-américain d’étude, de formation et d’action féministe24, fondé à Buenos Aires en 2007 par deux Dominicaines très impliquées dans le courant féministe et lesbien autonome déjà évoqué, Ochy Curiel25 et Yuderkys Espinosa Miñoso26. Désireuses de faire dialoguer activisme et théorisation plus universitaire, elles organisent dès 2009 un premier colloque international à Buenos Aires, pour “penser la praxis et la théorie féministe à partir de voix non-hégémoniques et minoritaires.” (Espinosa Miñoso 2010 : 6-7).27 Même si elles ont hésité entre les concepts de contre-hégémonique, subalterne, post-colonial et décolonial, le GLEFAS a dès ses débuts, grâce à ses formations on line, ses publications et ses nombreuses initiatives militantes (débats, forums, festivals), puissamment contribué à faire connaître sur le continent, le féminisme produit par les activistes et les théoriciennes d’Abya Yala. Selon Curiel :

28On trouve les premières expériences décoloniales dans le féminisme, de la part de féministes racialisées, de lesbiennes, de femmes du “Tiers Monde” […] Et ce n’est pas par hasard. […] Des expériences comme celle des Complices, des Próximas, des Chinchetas, Mujeres Creando, Mujeres rebeldes, Lesbianas feministas en colectivo, le Movimiento de mujeres del afuera avec ses différences évidentes, de la République Dominicaine à l’Argentine, ont proposé un féminisme excentrique, du dehors, de la frontière, communautaire, à partir des marges comme possibles espaces de construction politique, de l’action collective autogestionnaire et autonome, produisant de la théorie propre et une pensée décolonisatrice face à l’eurocentrisme et aux théories et perspectives de genre plus conservatrices, mettant en cause profondément la relation savoir-pouvoir et la dépendance envers les institutions.” (Curiel 2010 : 70 et 73)

  • 28 Venue du Chiapas, Aída Hernández publie en 2001 un premier ouvrage où elle parle d’un Chiapas "post (...)
  • 29 https://feminismosdescoloniales.wordpress.com/
  • 30 Université Autonome de la Ville de México, nouvelle université « de la gauche » fondée au début des (...)

29Pour ce qui est du monde universitaire, grâce à un contexte féministe relativement faborable, le Mexique semble bien avoir été le premier à développer un intérêt pour le féminisme décolonial —notamment du fait de l’intérêt qu’ont suscité les Indiennes zapatistes. Ainsi, au CIESAS de Mexico, un groupe commence à travailler au début des années 2000 autour du séminaire sur le Genre et l’ethnicité animé par l’anthropologue mexicaine Aída Hernández Castillo28 à propos des femmes indiennes —principalement Maya. Tandis qu’Hernández Castillo coédite avec Liliana Suárez Navas un important livre de traductions intitulé « Décoloniser le féminisme » (2008), le séminaire donne lieu, vers 2008, à la création du Réseau Féminismes décoloniaux29, progressivement rejoint par Margará Millán (sociologue et anthropologue sociale à l’UNAM qui coordonne depuis 2001 un important projet sur la modernité non-capitaliste) ; la journaliste catalane ayant vécu de longues années au Chiapas et auteure d’un des tous premiers livres sur les femmes zapatistes, Guiomar Rovira (1996) ; la sociologue mexicaine de l’université de Puebla, ex-guérillère et ex-prisonnière politique en Bolivie, Raquel Gutiérrez (1996) ; ou encore la psycho-sociologue mexicaine de l’UNAM, Silvia Marcos, qui travaille également sur les femmes zapatistes. Plus ancré dans le courant féministe autonome, un autre groupe universitaire se forme dans le Master de Défense et promotion des Droits de l’Homme de l’UACM30, autour du « Seminario de Feminismo Nuestroamericano » animé par Norma Mogrovejo, historienne d’origine péruvienne, activiste lesbienne-féministe autonome de longue date. On y écoute notamment une autre militante féministe autonome renommée, philosophe à l’UNAM, Francesca Gargallo, qui coordonne d’abord un recueil sur le féminisme "latino-américain" qui rencontre un grand écho (2004), puis, après une longue recherche à travers tout le continent, un travail important sur la pensée des femmes indiennes de l’Abya Yala (2012).

30 Comme parmi les hommes décoloniaux, on remarque une présence importante de l’Argentine (avec María Lugones, mais aussi Yuderkys Espinosa ou Karina Bidaseca) et du monde andin. Cependant, la réflexion féministe décoloniale, incluant plus de théoriciennes et d’activistes racisées, est aussi implantée dans des régions plus vastes —notamment au Mexique, au Guatemala et en Bolivie, avec leur forte population indienne, ainsi que dans les Caraïbes Noires (notamment en République dominicaine, où le GLEFAS réalise un important projet artistique avec des jeunes femme afros descendantes du groupe Kalalú Danza31). La plupart des théoriciennes féministes décoloniales travaillent ou cherchent à travailler dans l’académie ­—mais une académie du Sud, et toutes n’ont pas la sécurité de l’emploi, surtout les migrantes. Simultanément, elles sont en dialogue constant avec toutes sortes de militant-e-s, dont la plupart, même si ielles rechignent souvent à se circonscrire à des étiquettes qu’ielles perçoivent comme issues du monde académique et/ou occidentales (ce qui vaut à la fois pour les termes féministe, lesbienne et décolonial), réalisent des apports considérables aux réflexions à partir même de leurs luttes.

  • 32 Dans le champ francophone, les femmes autochtones du Québec et leurs luttes ont fait l’objet d’un r (...)
  • 33 Principalement Quiché, Mam et Kakchikel.

31On peut penser en particulier à un ensemble de femmes et de féministes Indiennes, tout particulièrement au Guatemala et en Bolivie32. Au Guatemala (où la population Indienne peut être considérée comme majoritaire), de plus en plus de femmes Indiennes sont désormais docteures de différentes universités (notamment mexicaines), comme Aura Cumes, Maya-Kakchikel, qui après avoir montré magistralement la logique colonial-raciste-sexiste de la production des femmes indiennes comme servantes (2014), travaille actuellement sur la cosmovision Maya-Kakchikel (2017) ; Gladys Tzul Tzul, intellectuelle organique des populations indiennes de Totonicapán33, dont elle retrace les logiques de gouvernementalité communales, territoriales et politiques (2018), ou encore Lorena Cabnal, Maya-Xinka et une des premières exposante et activiste du « féminisme communautaire » développé à partir des années 2010 par les femmes indiennes Xinka (Cabnal, 2015). Refusant de séparer leur lutte contre l’extractivisme minier transnational, de celle qu’elles mènent contre les violences internes à la communauté, ces féministes communautaires guatémaltèques lient indéfectiblement la défense « du territoire-terre et du territoire-corps », notamment du corps des femmes.

32Comme on le verra dans les articles de ce numéro, les femmes Indiennes sont au cœur de la discussion qui consiste à savoir si les « cosmovisions » mais aussi de manière plus terre-à-terre, les « us et coutumes » indiennes peuvent constituer d’une manière ou d’une autre, une alternative à la modernité occidentale. Des débats complexes ont lieu pour savoir dans quelle mesure ce qui existe aujourd’hui peut rappeler ou permettre d’accéder à ce qui existait « avant l’invasion ». Cela fait bien longtemps que les anthropologues marqué-e-s par la vision occidentale, tout comme des voix internes, tant masculines que féminines, affirment que femmes et hommes dans les « communautés traditionnelles » ne vivent pas d’antagonisme entre les sexes mais une fort heureuse complémentarité. Ce discours est particulièrement caractéristique des Andes, mais il est diffusé dans un grand nombre de populations indiennes. Cependant, il faut remarquer trois choses. D’abord, l’immense diversité des cultures indiennes, qui se sont développées parfois dans l’isolement et souvent en tentant de se démarquer de leurs voisin-e-s, sur un continent particulièrement vaste et durant une histoire pré-invasion de plusieurs millénaires. Il est donc particulièrement hasardeux de parler de ces populations « en général » et de caractériser « leur culture ». Ensuite, que l’organisation actuelle de ces populations peut très difficilement être pris comme fidèle miroir du passé : comme on le sait depuis les travaux précurseurs de Kumari Jayawardena (1986) ou Nira Yuval Davis (1997), les enjeux de la définition de l’authenticité sont énormes et particulièrement pernicieux pour les femmes. Le groupe de Cabnal, par exemple, est loin d’idéaliser tout ce qui est indien :

  • 34 Le « bien vivre » ou « vie bonne » est un concept réputé lié aux cosmovisions indiennes et présenté (...)
  • 35 En Bolivie par exemple, il existe au moins trois positions différentes dans les mouvements indiens. (...)

« Par exemple, nous ne sommes pas entièrement d’accord avec la notion de buen vivir34, parce qu’il existe aussi des tendances au fondamentalisme ethnique35. » (Cabnal, 2015)

33Enfin, on sait que le discours « différents mais complémentaires », dans ses différentes variantes (« égaux mais différents », « égaux mais devant être séparés ») est très répandu : on le retrouve aujourd’hui un peu partout dans le monde sous les couleurs de l’équité de genre comme alternative à une pleine égalité qui serait par trop « indifférentiatrice ». Cependant, il semble bien qu’au-delà de la sincérité de toutes celles et ceux qui cherchent des alternatives aux rapports sociaux de sexe si inégalitaires et aberrants que nous connaissons, le discours de la complémentarité ne soit que l’une des variantes possibles de ce que Monique Wittig a baptisé la pensée straight. En effet, il présuppose que les femmes et les hommes existent bel et bien comme deux et seulement deux groupes, radicalement distincts dans le(s) domaine(s) où ils sont complémentaires, qui ont toujours et partout existé. Le travail de synthèse de Nicole-Claude Mathieu (1989) sur les différentes manières de concevoir les liens entre sexe, genre et sexualité, offre des outils particulièrement utiles pour dépasser cet « hétérosexualisme » somme toute grossier. Comme on le verra dans ce numéro, un certain nombre de féministes et de lesbiennes Indiennes (Cabnal, Paredes) mais aussi Afrodescendantes (Curiel) remettent précisément en cause ce point, que Lugones a été la première à soulever dans sa critique de Quijano. On remarquera à très grands traits que les Afrodescendantes ne sont pas confrontées au même problème que les Indiennes dont les cultures sont idéalisées, mais bien plutôt à la supposée fragilité-anormalité de leurs familles. C’est peut-être une raison pour laquelle certaines peuvent critiquer plus directement l’hétérosexualité —en soulignant notamment le caractère fondamentalement hétérosexuel de la Nation, comme Curiel (2014)— ce que peu de femmes indiennes réalisent au plan théorique.

34En Bolivie, on retiendra essentiellement deux tendances assez différentes. D’abord, celle de la lesbienne-féministe Aymara Julieta Paredes (2010), issue de l’autonomie et de sensibilité clairement libertaire, co-fondatrice du groupe Mujeres Creando Comunidad, qui par de toutes autres voies que les Guatémaltèques, en est également arrivé à se nommer « féministe communautaire ». Pour elles, le féminisme communautaire est une proposition féministe indienne destinée à l’ensemble des femmes (y compris non-indiennes) et des hommes (y compris, non-féministes au départ), qui insiste sur la nécessité de l’ancrage communautaire (y compris dans des communautés de travail, sportives, etc). Paredes aussi se montre sceptique face à l’idéalisation des communautés et cultures indiennes, tant passées que présentes. Elle propose le concept d’entronque patriarcal [jonction patriarcale], envisageant la colonisation comme confluence et alliance de deux patriarcats —Cabnal parlant pour sa part des « patriarcats originaires ». Ensuite, celle de la sociologue et historienne Silvia Rivera Cusicanqui —déjà mentionnée— qui se revendique des cosmologies Quechua et Aymara. Issue d’une génération plus ancienne, c’est à la tête de l’Atelier d’histoire orale andine THOA qu’elle a réalisé depuis une vingtaine d’années un patient travail de « récupération » historique de résistances indiennes invisibilisées et de critique des épistémologies occidentales, ancré tant dans la réflexion théorique que dans un activisme quotidien auprès des mouvements indiens katariste et des planteur-e-s de coca. Même si elle préfère utiliser les grilles d’analyses plus classiques de colonialisme interne, Rivera Cusicanqui peut à juste titre être considérée comme l’une des plus ancienne expositrices des perspectives qui, aujourd’hui, se dénomment décoloniales —comme le soulignait plus haut Grosfoguel. De fait, Cusicanqui est critique du courant décolonial. En revanche, sa pratique autant que son travail théorique sont particulièrement illustratifs de ce que Curiel, notamment, considère comme le cœur de la proposition décoloniale : la production collective d’alternatives épistémologiques et d’alternatives de vie, avec les premièr-e-s concerné-e-s et tout particulièrement les membres des groupes subalternisés par le sexe, la race et la classe.

Présentation des textes

35Il existe déjà une considérable production féministe décoloniale issue d’Abya Yala : le présent numéro vise modestement à fournir du matériel pour prendre la discussion « depuis le début » et suivre quelques pistes de discussion, à partir de remarques formulées par d’autres activistes et théoriciennes, en dialogue intra-local et transnational à la fois.

  • 36 On sait que celle-ci vit depuis plusieurs décennies aux Etats-Unis et travaille à l’Université de B (...)
  • 37 L’introduction du texte paru dans Hypatia s’adresse, de manière critique, aux théoriciennes féminis (...)
  • 38 Pour dépasser le naturalisme dans l’analyse de l’imbrication des rapports sociaux de sexe, de race (...)
  • 39 Les Noir-e-s d’ascendance Yoruba amené-e-s en esclavage notamment au XIXème siècle ayant joué un rô (...)

36C’est pourquoi le présent numéro s’ouvre sur la traduction de l’article princeps « La colonialité du genre », publié presque simultanément en anglais et espagnol, en 2008, dans lequel la philosophe argentine María Lugones36 questionne la proposition décoloniale, et plus particulièrement le travail initial de Quijano, dans une perspective explicitement féministe et intersectionnelle. Cet article possède plusieurs vies, dont il est intéressant de retracer brièvement l’histoire. Une première version est parue en 2007 dans la grande revue états-unienne de philosophie féministe Hypatia, sous le titre « Heterosexualism and the Colonial/Modern Gender System ». Lugones y affirmait en effet que la colonisation avait imposé, et même créé de part et d’autre de l’Atlantique, rien moins que l’hétérosexualité telle que nous la connaissons aujourd’hui —non pas au sens des pratiques sexuelles, mais bien d’une certaine idée de ce que « sont » les femmes, les hommes et les relations qui doivent exister entre elles et eux. Cette affirmation détonante mais particulièrement convaincante, mérite d’être creusée37. Cependant, Lugones a ôté cette première partie de l’introduction dans la version parue dans le deuxième dossier sur le décolonial de Worlds & Knowledges Otherwise, revue en ligne de l’université de Duke. Dans cette version destinée à un public mixte, Lugones commence l’article par une critique du manque de solidarité des hommes racisés-colonisés avec les femmes colonisées face à la violence qui les touche. De fait, comme on le verra, l’article propose une critique très fine de Quijano, qui reprend sans critique une vision du genre naturalisée, patriarcale et eurocentrée, dans un geste que nous pourrions qualifier pour notre part de « naturalisme straight ». En effet, il s’agit non seulement d’une assomption hétérosexiste de Quijano de ce que sont les femmes, les hommes, les femelles, les mâles et la sexualité, mais il semble bien partager cet insondable impensé qui prend pour réelle et universelle le « Différence sexuelle », que Monique Wittig a décelé chez Lacan ou Lévi-Strauss et baptisé la Pensée straight.38 Pour ce faire, elle­ s’appuie résolument sur le féminisme intersectionnel des féministes de couleur. Plus particulièrement, Lugones présente les travaux de la théoricienne et écrivaine autochtone états-unienne Paula Gunn Allen, ainsi que ceux de la Nigériane Yoruba39 Oyewumi Oyeronke, pour nous faire toucher du doigt la profondeur des bouleversements que la colonisation a imposés aux colonisé-e-s. La thèse principale de Lugones est en effet que ces populations ne connaissaient ni le strict dimorphisme sexuel, ni la hiérarchisation des sexes. Qui plus est, Lugones estime que le système de genre qui leur a alors été imposé était en fait la « face obscure » d’un système dont les femmes et les hommes colonisateurs vivaient une « face claire » bien moins dure pour les femmes « blanches ». En effet, selon Lugones, les colonisé-e-s, immédiatement racisé-e-s, sont de ce fait dés-humanisé-e-s et animalisé-e-s, et la face obscure du système de genre, inséparable du racisme, les réduit à des simples femelles et mâles ne possédant pas les caractéristiques de genre des colonisateur-e-s. Donc n’étant pas des femmes ni des hommes —au sens colonial.

  • 40 Breny Mendoza est docteure de l’Université de Cornell et Professeure du Département de Gender and W (...)

37Un travail important d’analyse des apports de Lugones au féminisme décolonial est le texte de la politiste hondurienne Breny Mendoza40 sur « La question de colonialité de genre » que nous avons traduit dans le prolongement du texte de Lugones. Mendoza examine dans son article le concept de colonialité de genre de Lugones et souligne son potentiel transformateur. Ce faisant, elle approfondit la réflexion sur les sources permettant de connaître les multiples sociétés de l’ère pré-intrusion coloniale. Mendoza est particulièrement attentive aux autrices d’Abya Yala qui, après Paula Gunn Allen et Oyewumi Oyeronke, ont écrit sur les cultures amérindiennes et africaines —qu’il s’agisse d’anthropologues blanches-métisses comme Rita Segato, ou de militantes Noires ou Indiennes, notamment la Bolivienne Julieta Paredes. Mendoza suit Lugones dans sa critique de la sous-théorisation du genre dans le travail de Quijano. Mais tandis que l’analyse de Lugones se centre sur l’inséparabilité du genre, de la race et de la sexualité, Mendoza se focalise sur les liens entre genre, race et classe dans la formation de la citoyenneté au sein de ce qu’elle nomme « la colonialité de la démocratie occidentale » et souligne que « la colonialité et le genre occidental ont signifié une perte de pouvoir social pour les femmes, ce qui a été mortel pour les Indiennes, les Africaines et les Afro-descendant.e.s en Amérique Latine » (Mendoza, dans ce n° ).

38Nous proposons ensuite un court essai de la philosophe argentine María Luisa Femenías, de l’Université de La Plata, issu des Journées d’étude de clôture de notre programme « Perspectives féministes décoloniales des deux côtés de l’Atlantique, épistémologies et pratiques”. Femenías y propose d’abord une réflexion globale sur l’époque contemporaine, puis une critique générale des fondements théoriques sur lesquels reposent à la fois les « épistémologies du Sud » proposées notamment par Boaventura de Sousa Santos, et la pensée décoloniale. En plus de souligner que ces approches ont été développées exclusivement par des hommes (bien dotés en capitaux et travaillant pour la plupart dans des universités des États-Unis), elle clarifie les « difficultés et contradictions rencontrées par ces approches dans la recherche de la création d’un savoir propre, autre, en marge de la production théorique hégémonique et en ignorant les effets de la circulation du savoir ». Pour elle, les principales contributions décoloniales résident dans la réflexion sur « nos » modes de vie et sur les structures économiques et sociales, mais pour Femenías ces nouvelles connaissances ne rompent pas nécessairement avec la domination, les hiérarchisations, les exclusions, le racisme ou le sexisme. Peu convaincue de la portée de ces approches pour donner des réponses satisfaisantes, elle se demande par exemple, quels bénéfices une pensée décoloniale comme l’Épistémologie du Sud apporte à la « cause » des femmes.

39Le numéro comporte également deux articles de jeunes chercheuses aux approches originales. La première, Luisina Bolla, est elle aussi une philosophe argentine de l’Université de La Plata. Son texte, également issu de son intervention à la Journée, propose une relecture féministe de la théorie de la colonialité du pouvoir d’Aníbal Quijano en prenant appui non seulement sur d’autres autrices d’Abya Yala comme Mendoza, mais également sur les théoriciennes féministes matérialistes francophones, en particulier Colette Guillaumin et Nicole-Claude Mathieu. Elle estime en effet que ces dernières ont élaboré un cadre antinaturaliste particulièrement rigoureux, fort utile pour mettre en évidence les conceptions biologisantes de Quijano. Car si celui-ci visibilise les mécanismes naturalisateurs mis en place par la modernité/colonialité, « il abandonne cette grille d’analyse quand il s’agit de dénaturaliser le sexe » (Bolla, dans ce n° ). Suivant Silvia Rivera Cusicanqui, et dans le même sens que Femenías, Bolla critique également les conditions de production de la théorie décoloniale. Elle souligne que ce qu’elle nomme « la théorie décoloniale hégémonique » est développée par des hommes travaillant dans des universités et centres de recherche états-uniens, s’interroge sur les conséquences que cela peut avoir et examine ce que les féministes d’Abya Yala proposent en guise d’alternative. En produisant non seulement un critique épistémique, mais aussi sur le plan des pratiques, politiques notamment, les féministes d’Abya Yala manifestent une rupture, déjà largement entamée, qui recouvre « les moyens mêmes de comprendre la production de connaissances, en faisant valoir le potentiel épistémique d’actions et d’événements qui ne se limitent pas à l’espace universitaire » (Bolla, dans ce n° ).

  • 41 Mira Younes est sur le point d’obtenir son doctorat à l’Université Paris XIII, avec un travail inti (...)

40 Enfin, c’est d’un tout autre contexte colonial dont nous parle la psychologue sociale libanaise Mira Younes41 dans un article issu de son travail de thèse et présenté à notre Journée d’étude en dialogue avec les perspectives décoloniales d’Abya Yala. Younes réfléchit à partir d’un dispositif migratoire particulier mais éminemment colonial qui amène aujourd’hui de nombreuses jeunes femmes africaines et asiatiques à s’installer dans des conditions particulièrement difficiles en tant que travailleuses domestiques au Liban —lui-même ex-colonie et de ce fait, maison du maître ou de la maîtresse que Younes qualifie d’hybride. Elle s’intéresse à l’analyse de la situation de domination à laquelle sont confrontées ces femmes (ex-colonisées) dans des relations de service avec d’autres ex-colonisé-e-s, dans le cadre de ce qu’elle nomme des rapports de race « intermédiaires ». Dans ce contexte qui n’est pas celui de l’Europe et des ses rapports de race qui paraissent parfois en comparaison très binaires, Younes s’interroge sur la possibilité de former des outils de connaissance et d’action à partir de ces rapports de race « intermédiaires », en l’occurrence ce qu’elle appelle des « savoirs migrants ». Ceux-ci, développés dans un contexte colonial et mondialisé, permettent tant à ces femmes qu’à Younes elle-même, qui se constitue à la fois comme une potentielle employeuse et comme une potentielle complice dans la résistance, de dépasser la vision binaire et fixe des relations de domination. Ces savoirs migrants permettent une compréhension intime d’un ordre colonial et de relations de pouvoir hybrides. Le défi consiste à transformer l’expérience en connaissance divergente et, surtout, à provoquer certaines formes de luttes complices, hybrides et transnationales.

41On le voit, les articles qui composent ce numéro présentent une lecture critique et féministe de la théorie décoloniale, en soulignant ses limites et ses potentialités. Tous les textes affirment l’importance de continuer à développer de nouvelles alternatives théoriques qui peuvent contribuer à transformer nos épistémologies et nos pratiques —et réciproquement. Nous sommes heureuses de faire résonner cet appel, haut et fort, en langue française.

Haut de page

Bibliographie

Bidaseca, Karina ; Vásquez Laba, Vanesa (eds.), 2011, Feminismos y Poscolonialidad. Descolonizando el feminismo desde y en América Latina, Buenos Aires, Godot.

Bourguignon Rougier, Claude, s.d., Entretien avec Ramón Grosfoguel, RED n° 1, lonialehttp://reseaudecolonial.org/wp-content/uploads/2016/09/Entretien-Ramon-Grosfoguel-RED.pdf

Burgos, Elizabeth (éd.), 1983, Moi, Rigoberta Menchú, Paris, collection Témoins Gallimard.

Cabnal, Lorena, 2015, « Corps-territoire et territoire-Terre : le féminisme communautaire au Guatemala », entretien avec Lorena Cabnal, Cahiers du Genre, n° 59, pp 73-90.

Cumes, Aura, 2009, « ‘Sufrimos vergüenza’ : mujeres k´iche´ frente a la justicia comunitaria en Guatemala », Desacatos, n° 31, septiembre-diciembre, México, CIESAS, pp. 99-114.

Cumes, Aura, 2014, "La "india" como "sirvienta" : servidumbre doméstica, colonialismo y patriarcado en Guatemala", Tesis para optar al grado de doctora en antropología, México, CIESAS, Mexico.

Cumes, Aura, 2017, « La cosmovision maya et le patriarcat : une interprétation critique », in Marie Léger et Anahí Morales Hudon (dir.), » Femmes autochtones en mouvement : fragments de décolonisation”, Recherches Féministes, vol. 30, n° 1, pp. 47-59.

Curiel, Ochy, 2007, « Critique postcoloniale et pratiques politiques du féminisme antiraciste », Mouvements, n° 51, pp. 119-129.

Curiel, 2010, « Hacia la construcción de un feminismo descolonizado », in Espinosa Miñoso, Y. (ed.) Aproximaciones críticas a las prácticas teóricas políticas del feminismo latinoamericano, tomo 1, Buenos Aires, En La Frontera, pp. 69-76.

Curiel, 2014, La Nación heterosexual. Análisis del discurso jurídico y el régimen heterosexual desde la antropología de la dominación, Bogotá, Brecha lésbica & Buenos Aires, En la Frontera.

Curiel, Ochy ; Falquet, Jules ; Masson, Sabine, (eds.), 2005, « Feminismes dissidents en Amérique Latine et dans les Caribe ». Nouvelles Questions Féministes, vol. 24, n° 2.

Escobar, Arturo ; Sonia Alvarez (eds.), 1992, The Making of Social Movements in Latin America : Identity, Strategy, and Democracy, Boulder, Westview Press.

Escobar, Arturo ; Harcourt, Wendy (eds), 2005 Women and the Politics of Place, Bloomfield, CT, Kumarian Press.

Escobar, Arturo ; Sen, Jai ; Anand, Anita ; Waterman, Peter (eds), 2004, The World Social Forum : Challenging Empires, Delhi, Viveka.

Escobar, Arturo ; Mignolo, Walter (eds.), 2010, Globalization and the Decolonial Option, Londres, Routledge.

Escobar, Arturo, 2018 [2014 en espagnol], Sentipenser avec la Terre, l’écologie au-delà de l’Occident, Paris, Le Seuil.

Espinosa Miñoso, Yuderkys, 2007 « Escritos de una lesbiana oscura : reflexiones críticas sobre feminismo y política de identidad en América Latina », Buenos Aires, En La Frontera.

Espinosa Miñoso, Yuderkys, (ed.), 2010, Aproximaciones críticas a las prácticas teóricas-políticas del feminismo latinoamericano, tomo 1, Buenos Aires, En La Frontera.

Espinosa Miñoso, Yuderkys ; Gómez Correal, Diana ; Ochoa Muñoz, Karina (eds.), 2014, Tejiendo de otro modo : Feminismo, epistemología y apuestas descoloniales en Abya Yala, Editorial Popayán, Universidad del Cauca.

Falquet, Jules, 2018, "Violences contre les femmes et (dé)colonisation du "territoire-corps". De la guerre à l’extractivisme néolibéral au Guatemala", in Cirstocea, Ioana ; Lacombe, Delphine ; Marteu, Elisabeth (eds.), Le genre globalisé : mobilisations, cadres d’actions, savoirs, PUR, pp. 91-112.

Falquet, Jules, 2017, « Les racines féministes et lesbiennes autonomes de la proposition décoloniale d’Abya Yala », Contretemps (en ligne), https://www.contretemps.eu/racines-feministes-lesbiennes-autonomes-dabya-yala/

Falquet, Jules, 2016, “La combinatoire straight. Race, classe, sexe et économie politique : analyses matérialistes et décoloniales", Les Cahiers du genre (Hors-Série coordonné par Annie Bidet-Mordrel, Elsa Galerand et Danièle Kergoat), pp 73-96.

Falquet, Jules, 2011, « ‘Féministes autonomes’ latino-américaines et caribéennes : vingt ans de critiques de la coopération au développement », Recherches Féministes, Critiques féministes du développement. Pouvoir et résistances au Sud et au Nord (Elsa Beaulieu et Stéphanie Rousseau coords.), vol. 24, n° 2, pp 39-58.

Falquet, Jules, 2008, De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute.

Femenías, María Luisa ; Soza Rossi, Paula (eds.), 2011, Saberes situados/Teorías transhumantes. Buenos Aires, FaHCE-UNLP.

Flores-Espínola, Artemisa (2013), « Science et Politique : quand le féminisme fait avancer la science », Raison Présente, n° 186, pp. 97-106.

Flores-Espínola, Artemisa (2012), « Subjectivité et connaissance : réflexion sur les épistémologies du point de vue », Cahiers du genre, nº 53, pp. 99-120.

García Linera, Alvaro ; Gutiérrez Aguilar, Raquel ; Iturri Salmón, Jaime (eds.), 1996, Las armas de la utopía : marxismo, provocaciones heréticas, La Paz, Bolivia, Punto Cero.

Gargallo, Francesca, 2012, Feminismos desde Abya Yala. Ideas y proposiciones de las mujeres de 607 pueblos en nuestra América, Ciudad de México, Editorial Corte y Confección.

Gargallo, Francesca, 2004, Ideas feministas latinoamericanas, México, Universidad de la Ciudad de México.

Grupo Latinoamericano de Estudios, Formación y Acción Feminista (GLEFAS), 2008, Folleto de presentación, recto verso. http://glefas.org/

Hernández, Rosalva Aída, 2001, La Otra Frontera. Identidades Múltiples en el Chiapas Poscolonial, CIESAS-Porrúa, México.

Haraway, Donna, 2007, Manifeste cyborg et autres essais, Anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils.

Haraway, Donna, 1988, Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial, Feminist Studies, vol. 14, n° 3, pp. 575-599.

Harding Sandra, 1986, The Science Question in Feminism. Ithaca, Cornell University Press.

Harding Sandra, 1991, Whose Science, Whose Knowledge ? Thinking from Women’s Lives, Ithaca, Cornell University Press.

Hernández Castillo, Rosalva Aída, 2001, La otra frontera. Identidades múltiples en el Chiapas poscolonial, México, CIESAS/Miguel Ángel Porrúa.

Jayawardena, Kumari, 1994 [1986], Feminism and Nationalism in the Third World, London, Zed Books.

Lander, Edgard (ed.), 1991, Modernidad y Universalismo. Pensamiento crítico : un diálogo interregional 1, Caracas, UNESCO, Rectorado Universidad Central de Venezuela, Editorial Nueva Sociedad.

Lander, Edgardo, 1995, Neoliberalismo, sociedad civil y democracia. Ensayos sobre América Latina y Venezuela, Caracas, Consejo de Desarrollo Científico y Humanístico, Universidad Central de Venezuela.

Léger, Marie ; Morales Hudon (eds.), 2017, « Femmes autochtones en mouvement : fragments de décolonisation”, Recherches Féministes, vol. 30, n° 1.

Longino Helen E., 2002, The Fate of Knowledge, Princeton, Princeton University Press.

Lugones, Maria, 2010, “Toward a Decolonial Feminism”Hypatia, vol. 25, n° 4, pp. 742-759.

Lugones, Maria, 2008, “The Coloniality of Gender”, Worlds & Knowledges Otherwise, n° 2, pp. 1-17. 

Lugones, Maria, 2008, “Colonialidad y género”, Tabula Rasa, n° 9, pp. 73-101. 

Lugones, Maria, 2007, “Heterosexualism and the Colonial/Modern Gender System”, Hypatia, vol. 22, n° 1, pp. 186-209.

Lugones, Maria, 2005, “Multiculturalismo radical y feminismos de mujeres de color”, Revista Internacional de Filosofía Política, n° 25, pp. 61-76.

Lugones, Maria, 2003, Peregrinajes/Pilgrimages : Theorizing Coalition Against Multiple Oppressions, New York, Rowman & Littlefield Press.

Lugones, Maria & Price Joshua, 2003, “The Inseparability of race, class, and gender”, Latino Studies Journal, vol. I, n° 2, pp. 329-332. 

Lugones, Maria, 2002, “Impure Communities”, in Philip, Anderson (ed.), Diversity and Community : An Interdisciplinary Reader, Oxford, Blackwell Publishers, pp. 58-64.

Lugones, Maria, 2000, Wicked Cab : on the Authority of Improper Words”, in Frye, Marilyn ; Hoagland, Sarah Lucia (eds.), Essays in Honor by Mary Daly, New York, Routledge.

Lugones, Maria, 1998, “The Discontinuous Passing of the Cachapera/Tortillera from the barrio to the bar to the Movement”, in Bar-On, Ami ; Ferguson, Aim, Daring To Be Good : Feminist Essays in Ethico-Politics, New York, Routledge, pp. 159-167.

Lugones, Maria, 1998, “Motion, Stasis, and Resistance to Interlocked Oppressions”, in Hardy Aiken, Susan et al.Making Worlds : Gender, Metaphor, Materiality, The University of Arizona Press, pp. 49-53.

Lugones, Maria, 1998, “Enticements and Dangers of Community for a Radical Politics”, in Jaggar, Alison ; Young, Iris, Blackwell Companion to Feminist Philosophy, Oxford, Blackwell Publishers.

Lugones, Maria, 1996, “Hard to Handle Anger”, in Bell, Linda A. ; Blumenfeld, David, Overcoming Racism and Sexism, Lanham, Rowman & Littlefield, pp. 203-218.

Lugones, Maria, 1992, “Borderlands/La Frontera : An Interpretative Essay”, Hypatia, vol. 7, n° 4, pp. 31-37.

Lugones, Maria, 1987, “Playfulness, “World”-Travelling, and Loving Perception”Hypatia, vol. 2, n° 2, pp. 3-19.

Mathieu, Nicole-Claude, 1991 [1989], « Identité sexuelle / sexuée / de sexe ? Trois modes de conceptualisation de la relation entre sexe et genre ». In Mathieu Nicole-Claude, L’anatomie politique, catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes.

Mendoza, Breny, 2001, “La demitologización del mestizaje en Honduras : evaluando nuevos aportes”, Mesoamérica, n° 42, Northridge, California State University, pp. 256-279.

Mendoza, Breny, 2014, Ensayos de crítica feminista en nuestra América, Mexico, Herder.

Mignolo, Walter, 1995, The Darker Side of the Renaissance : Literacy, Territoriality, Colonization, University of Michigan Press.

Mignolo, Walter, 2000, Local Histories/Global Designs : Coloniality. Subaltern Knowledges and Border Thinking, Princeton, Princeton University Press.

Mignolo, Walter, 2005, The Idea of Latin America, Oxford, Blackwell.

Millán, Margará (ed.), 2014, Mas allá del feminismo : caminos para andar, México, D. F., Red de Feminismos Decoloniales.

Moraga, Cherrie ; Anzaldúa, Gloria (eds.), 1981, This Bridge Called my Back : Writings by Radical Women of Color. Watertown, Massachussets, Persephone Press.

Oyewumi, Oyeronke, 1997, The invention of women. Making african sense of western gender discourses, Minneapolis, University of Minnesota.

Paredes, Julieta, 2010, « Hilando fino desde el feminismo indígena comunitario », in Yuderkys Espinosa Miñoso (ed.), Aproximaciones críticas a las prácticas teóricas políticas del feminismo latinoamericano, t. 1. Buenos Aires, En la Frontera, pp 117-120.

Paredes, Julieta ; Galindo, María, 1992, ¿Y si fuésemos una, espejo de la otra ? Por un feminismo no racista, La Paz, Ediciones Gráfica.

Quijano, Aníbal, 1991, « Colonialidad y Modernidad/Racionalidad », Perú Indígena, vol. 13, n° 29, pp. 11-20, Lima, Instituto Indigenista Peruano.

Quijano, Aníbal, 1994, « Colonialité du Pouvoir et Democratie en Amerique Latine », Futur Anterieur : « Amérique Latine, démocratie et exclusion », Paris, L’Harmattan.

Quijano, Aníbal ; Wallerstein, Immanuel, 1992, « Americanity as a concept. Or The Americas in the Modern World-System », International Social Science Journal, n° 134, Paris, UNESCO.

Rivera Cusicanqui, Silvia, 2016, Sociología de la imágen. Miradas ch’ixi desde la historia andina, Buenos Aires, Tinta Limón.

Rivera Cusicanqui, Silvia, 2012, "Ch’ixinakax utxiwa : A Reflection on the Practices and Discourses of Decolonization", South Atlantic Quarterly, 111 (1), pp. 95-109.

Rivera Cusicanqui, Silvia, 2008, Pueblos originarios y estado, vol. 2 de Gestión pública intercultural, Azul Editores.

Rivera Cusicanqui, Silvia, 2003, Las fronteras de la coca : epistemologías coloniales y circuitos alternativos de la hoja de coca : el caso de la frontera boliviano-Argentina, La Paz, Editor IDIS.

Rivera Cusicanqui, Silvia, 2002, Bircholas : trabajo de mujeres : explotación capitalista o opresión colonial entre las migrantes aymaras de La Paz y El Alto, La Paz, Editorial Mama Huaco.

Rivera Cusicanqui, Silvia, 1984, Oppressed But Not Defeated : Peasant Struggles Among the Aymara and Quechua in Bolivia, 1900–1980, Genève, UNRISD.

Rivera Cusicanqui, Silvia ; Rossana Barragán (eds.), 1997, Debates Postcoloniales. Una Introducción a los Estudios de la Subalternidad, La Paz, SEPHIS-Aruwiyiri.

Rovira, Guiomar, 1996, Mujeres de maíz, la voz de las indígenas de Chiapas y la rebelión zapatista, Barcelona, Virus editorial.

Suárez Navaz, Liliana ; Hernández, Rosalva Aída (eds.), 2008, Descolonizando el Feminismo. Teorías y Prácticas desde los Márgenes, Madrid, Cátedra.

Tzul Tzul, Gladys, 2015, "¿Cómo construyen crítica las comunidades indígenas ? Un acercamiento a las formas de la exclusión epistémica", Lasaforum Review, XlVI, 1, 12-13.

Walsh, Catherine (ed.), 2013, Pedagogías decoloniales : prácticas insurgentes de resistir, (re)existir y (re)vivir, Tomo I, Quito, Ecuador, Ediciones Abya-Yala.

Walsh, Catherine ; Garcia Linera, Alvaro ; Mignolo, Walter (eds.), 2006, Interculturalidad, descolonizacion del estado y del conocimiento, / Interculturality, Descolonization of The State and Knowledge, Buenos Aires, Ediciones del Signo.

Yuval Davis, Nira, 1997, Gender and Nation, London, Sage.

Haut de page

Notes

1 https://journals.openedition.org/cedref/679

2 “Playfulness, “World”-Travelling, and Loving Perception”, Hypatia, Vol. 2, n° 2, pp. 3-19, 1987. En français : https://journals.openedition.org/cedref/684

3 Lié à l’obtention d’un financement CIN (Consejo Interuniversitario Nacional)-USPC (Université Sorbonne Paris-Cité).

4 https://cedref.univ-paris-diderot.fr/actualites/20172018-perspectives-feministes-decoloniales-diversite-et-defis

5 On trouvera le programme en annexe.

6 Il ne s’agit pas de lutte « anticoloniales » mais bien de perspectives théorico-politiques sur les phénomènes de colonisation.

7 Le CEDREF a également publié en 2010 un numero intitulé « Genre et perspective post-coloniales », puis en 2015 une nouvelle livraison, suite à un colloque international, portant sur Intersectionnalité et colonialité (Respectivement : https://journals.openedition.org/cedref/572 et https://journals.openedition.org/cedref/730)

8 http://reseaudecolonial.org/wp-content/uploads/2016/09/Entretien-Ramon-Grosfoguel-RED.pdf

9 Egalement appelée « Rien à fêter » (Nada que festejar).

10 Rappelons que le texte qui régit, dans le cas français, la vie des personnes Noires mise en esclavage dans les colonies d’Abya Yala est le Code Noir de 1685, et que la deuxième République promulgue en même temps deux décrets en 1848 : l’un qui abolit l’esclavage, l’autre qui transforme en département français, l’Algérie, envahie en 1830 dans le cadre de la deuxième vague colonialiste française. Le Code de l’indigénat succède alors au Code Noir pour réguler un autre type de situation.

11 Ce terme, utilisé par les Kuna de Colombie et du Panamá pour désigner leur terre avant l’invasion européenne, a été repris par une partie des mouvements sociaux pour nommer l’Amérique latine et les Caraïbes dans une perspective décoloniale.

12 Le terme de cosmovision, typiquement utilisé sur le continent pour se référer à la vision du monde des différentes populations indiennes, désigne la culture, en y incluant une dimension plus vaste, notamment spirituelle et holiste.

13 On peut analyser le caractère naturaliste potentiellement problématique de cet argumentaire, qui est aussi en partie celui de l’éco-féministe Vandana Shiva, qui au moment de la lutte contre l’OMC (mise en place en 1995) et contre l’appropriation du vivant via les OGMs, établit un parallèle intéressant mais glissant entre la biodiversité et la diversité culturelle, toutes deux menacées par la mondialisation néolibérale (Falquet, 2008).

14 Elle avait livré un témoignage particulièrement poignant de la répression contre les populations indiennes au Guatemala (Burgos, 1983). Cependant, exilée et caché depuis une dizaine d’années, elle est déjà éloignée de la lutte au début des années 90. Elle se rapprochera progressivement de différents partis gouvernementaux au fil des années.

15 L’initiative viendrait notamment de la population Kichwa de Pastaza, en Equateur, après qu’en 1992 ielles aient réussi à faire titulariser 1,6 million d’hectares entre le Pérou et le parc Yasuní. Le suma qamaña est inclus dans la Constitution de l’Etat plurinational bolivien.

16 Incluant des réformes légales, puisque le buen vivir est inscrit dans la constitution de l’Équateur depuis 2008 et de la Bolivie depuis 2000.

17 Dévaluation de près de 50% du peso du fait de l’inquiétude de Wall Street, qui frappe très durement le Mexique, tout particulièrement le monde rural.

18 S’agissant d’un concept central de la théorie décoloniale, il est délicat de le résumer, mais l’on peut souligner que la colonialité correspond à ce qui reste tant du côté colonisé que colonisateur, bien après la fin de la colonisation, tant sur le plan idéel que matériel, et qui imprègne profondément tous les domaines de l’existence individuelle, comme des formations sociales.

19 Etre Argentin et plus encore peut-être, Portoricain aux Etats-Unis implique une forte discrimination raciste. Simultanément, la population des pays du Cône Sud (Argentine, Chili, Uruguay) est souvent considérée comme la plus « blanche » du continent, du fait de l’arrivée massive de migrant-e-s d’Europe au cours du XXème siècle et du relativement faible métissage (et bien qu’il y existe d’importants groupes Indiens et Noirs), tandis que les Porto-ricain-e-s face aux autres Latin@, possèdent les privilèges de la citoyenneté US. Les rapports sociaux de race —inséparablement liés à la classe et au sexe— sont éminemment relatifs.

20 « 1492, el encubrimiento del otro. Hacia el orígen del mito de la modernidad » [L’ouvrage reprend une série de conférences données à Francfort en 1992. Il est publié d’abord à Madrid (1992) puis en Equateur, aux éditions Abya Yala (1994).

21 La blessure coloniale et le choix décolonial. Le terme « opción » évoque irrésistiblement l’opción preferencial por los pobres (choix préférentiel pour les pauvres) de la Théologie de la libération.

22 Le Pérou est également la matrie du grand marxiste et indigéniste José Carlos Mariátegui (1894-1930), dont la défense de l’ayllu (forme de travail et d’organisation socio-politique « communautaire » précolombienne) comme base potentielle du passage au socialisme, constitue en quelque sorte une première illumination décoloniale avant la lettre.

23 http://reseaudecolonial.org/wp-content/uploads/2016/09/Entretien-Ramon-Grosfoguel-RED.pdf

24 https://glefas.org

25 Auteure-compositrice et anthropologue afrodominicaine, Ochy Curiel a participé à de nombreux groupes féministes et antiracistes et co-organisé la VIIIème Rencontre féministe continentale qui a eu lieu en République dominicaine en 1999. Au début des années 2000, elle part vivre au Mexique, puis au Brésil, puis en Argentine, avant de s’installer en Colombie où elle réside depuis plus de dix ans. Universitaire et activiste, elle a notamment été co-responsable du master de genre à l’Université nationale de Colombie, est autrice de La Nation hétérosexuelle (2014) et fondatrice de plusieurs batucadas qui participent très activement, dans une perspective artiviste, à la vie politique du pays.

26 Docteure en philosophie, lesbienne-féministe très active et co-organisatrice de la VIIème Rencontre féministe continentale en République dominicaine, Yuderkys Espinosa Miñoso réside aujourd’hui en Colombie, après avoir vécu longtemps en Argentine. Elle a publié en 2007 « Escritos de una lesbiana oscura: reflexiones críticas sobre feminismo y política de identidad en América Latina », et co-coordonné plusieurs publications du GLEFAS.

27 Elles en tirent rapidement une première publication sur le féminisme continental (Espinosa, 2010). En mars 2011, un deuxième colloque international, en Colombie, débouche sur la publication Feminismos y Poscolonialidad. Descolonizando el feminismo desde y en América Latina, (Bidaseca et Al., 2011). En 2014, GLEFAS publie un volumineux recueil qui se revendique cette fois-ci très clairement des épistémologies décoloniales (Espinosa Miñoso et Al., 2014).

28 Venue du Chiapas, Aída Hernández publie en 2001 un premier ouvrage où elle parle d’un Chiapas "postcolonial" (Hernández, 2001).

29 https://feminismosdescoloniales.wordpress.com/

30 Université Autonome de la Ville de México, nouvelle université « de la gauche » fondée au début des années 2000 à Mexico.

31 http://www.kiskeya-alternative.org/kalalu/

32 Dans le champ francophone, les femmes autochtones du Québec et leurs luttes ont fait l’objet d’un récent n° de Recherches féministes « Femmes autochtones en mouvement : fragments de décolonisation » (Léger, Morales Hudson, 2017). On trouve dans ce numéro un article d’Aura Cumes.

33 Principalement Quiché, Mam et Kakchikel.

34 Le « bien vivre » ou « vie bonne » est un concept réputé lié aux cosmovisions indiennes et présenté comme une alternative au développement, mis en avant notamment par Evo Morales en Bolivie et par Rafael Correa en Equateur, dans le cadre de gouvernements qui s’affirment de gauche et favorables aux populations indiennes.

35 En Bolivie par exemple, il existe au moins trois positions différentes dans les mouvements indiens. Autour de personnes comme Felipe Quispe, certaines tendances revendiquent un retour à la culture d’avant la Conquête, allant parfois jusqu’à souhaiter le départ des personnes non-indiennes. Evo Morales représente l’accession au pouvoir des populations indiennes des Andes, paysannes et descendantes de l’empire Inca, dont il a mis en avant la culture (ou le folklore) pour asseoir un projet de gouvernement en rupture avec l’oligarchie blanche-métisse traditionnelle. Enfin, de nombreux groupes indiens de la forêt, issus des anciennes marges de l’empire Inca, se sont opposés frontalement au gouvernement quand ce dernier a décidé de sacrifier leurs terres et les réserves naturelles au nom du progrès et du « développement », lors de l’affaire de la construction d’une route à travers la réserve indienne du Tipnis en 2011.

36 On sait que celle-ci vit depuis plusieurs décennies aux Etats-Unis et travaille à l’Université de Binghamton, comme le fit Quijano. On trouvera en bibliographie la mention de ses principales publications.

37 L’introduction du texte paru dans Hypatia s’adresse, de manière critique, aux théoriciennes féministes blanches qui semblent persister à ne pas comprendre pleinement l’hétérosexualité [qu’elle nomme hétérosexualisme pour le distinguer des « simples » pratiques sexuelles] comme étant profondément liée aux logiques coloniales. Lugones pense que le féminisme, inspiré par les perspectives décoloniales et intersectionnelles, doit aller plus loin : « Deux questions cruciales que nous pouvons poser à l’hétérosexualisme depuis l’intérieur sont : comment comprendre l’hétérosexualité non pas seulement comme normative mais comme profondément perverse quand elle est exercée violemment à travers le système de genre moderne-colonial pour construire un système mondial de pouvoir ? Comment en venir à comprendre le sens même de l’hétérosexualisme comme attaché à une domination violente et ininterrompue qui marque multiplement la chair en accédant aux corps des non-libres selon des schémas différentiels destinés à les constituer comme la matérialité torturée du pouvoir ? » (Lugones, 2007).

38 Pour dépasser le naturalisme dans l’analyse de l’imbrication des rapports sociaux de sexe, de race et de classe, le concept de « combinatoire straight » (Falquet, 2016), qui tente de lier les perspectives féministes décoloniales et les analyses féministes et lesbiennes matérialistes francophones, vise à penser notamment le viol colonial, la situation différenciée des enfants métis-se selon leur sexe, leur classe et le type de métissage en cause —ou encore les stratégies individuelle d’alliance des femmes racisées et appauvries en même temps que les stratégies collectives visant à transformer voire à abolir séparément ou simultanément l’esclavage, le sexage et/ou le salariat.

39 Les Noir-e-s d’ascendance Yoruba amené-e-s en esclavage notamment au XIXème siècle ayant joué un rôle particulièrement marquant sur le continent en « amenant » une partie notable des actuelles « spiritualités de matrice africaine ».

40 Breny Mendoza est docteure de l’Université de Cornell et Professeure du Département de Gender and Women’s Studies à l’Université de Northridge en Californie.

41 Mira Younes est sur le point d’obtenir son doctorat à l’Université Paris XIII, avec un travail intitulé : « Le travail de survie, domestique et politique des femmes migrantes à Beyrouth dans le cadre du système des sponsors ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jules Falquet et Artemisa Flores Espínola, « Introduction », Les cahiers du CEDREF, 23 | 2019, 6-45.

Référence électronique

Jules Falquet et Artemisa Flores Espínola, « Introduction », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 03 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1184

Haut de page

Auteurs

Jules Falquet

Jules Falquet, née à Paris en 1968 puis une deuxieme fois au Mexique en 1989, est docteure en sociologie de l’Université de la Sorbonne et Maîtresse de conférences HDR à l’Université de Paris. Elle a publié notamment, en français et en espagnol : De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation (La Dispute, 2008) et Pax Neoliberalia. Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence (IXe, 2016)

Articles du même auteur

Artemisa Flores Espínola

Artemisa Flores Espínola est née au Mexique. Elle est docteure européen en sociologie par l’Université Complutense de Madrid et l’Université Paris 8. Elle est chercheuse au Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA), équipe Cultures et Sociétés Urbaines (CSU). Elle est co-responsable du RT24 (Genre, race, classe) de l'Association Française de Sociologie et secrétaire de l’Association de Recherche sur le Genre en Éducation et Formation (ARGEF).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals