Navigation – Plan du site

Introduction

Azadeh Kian, Tiziano Peccia et Anastasia-Athénaïs Porret
p. 6-17

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif sur la question des transgressions est issu d’une journée d’étude organisée par Azadeh Kian, Tiziano Peccia et Anastasia-Athénaïs Porret, qui s’est tenue le 22 mars 2018 à l’Université Paris Diderot avec le soutien financier de l’action structurante PluriGenre. Il s’agissait lors de cette journée de réfléchir au terme ambigu de la transgression et d’analyser ses conséquences pour les femmes dans des contextes nationaux très variés.

2L’organisation spécifique des rapports sociaux de sexe engendre une certaine attente identitaire et comportementale à l’égard des femmes. Au féminin, catégorie construite, sont en effet souvent associées dans l’imaginaire social hétérosexiste la vulnérabilité, la fidélité, la passivité, la soumission aux règles, la non-violence, etc. Mais la construction du genre est à la fois le produit et le processus de la représentation et de l’autoreprésentation. Lorsque ces normes sociales et genrées sont transgressées par des individu.e.s — que ce soit par la sexualité, le corps, le désir, la maternité célibataire, mais aussi par une affirmation, un choix contraire aux attentes de la famille et de la société comme la conversion à une religion stigmatisée ou encore par la violence, une violence choisie et engendrée — cette transgression est sévèrement sanctionnée car elle risque de contribuer au bouleversement de l’ordre social.

3Les recherches actuelles se tournent souvent vers les causes sociales de ces transgressions féminines ou les conséquences sur l’entourage, cependant que manquent les études sur la vie et les choix revendiqués de ces individu.e.s en transgression. Ce numéro des Cahiers du Cedref est l’occasion, grâce à la présentation de plusieurs recherches récentes ou en cours, de présenter et de réfléchir sur ces données et problématiques afin d’apporter un nouvel éclairage sur les stratégies d’individuation, de subjectivation, et sur les questions d’agentivité et d’affirmation de soi par la transgression. Il donne lieu à un débat entre des contributeur/trices issu.e.s du milieu académique, aux profils hétérogènes et internationaux, qui partagent leurs recherches effectuées dans des contextes géographiques et sociaux différents : en Algérie, Colombie, France, Iran, Irlande, Italie, Tunisie, Turquie et au Pérou.

4Toute transgression passe par le franchissement d’une frontière. Cependant ce franchissement est un acte réfléchi qui démontre l’affirmation d’une capacité d’autonomisation ; les femmes ne se cantonnent pas à un rôle passif lors de la transgression, elles peuvent aussi être agresseuses. Cette utilisation de la violence ne se réduit pas à l’usage de la force physique, elle peut aussi être comprise comme un défi, un abus ou un renversement de pouvoir (au niveau sexuel, décisionnel, etc.) pouvant revêtir des formes symboliques. Il s’agit donc de comprendre comment l’individu.e est perçu.e comme une agression ou un danger par et pour le groupe social lorsque les normes sont bravées ou contournées, mais aussi pourquoi ces personnes choisissent de transgresser en connaissance de cause, ouvrant la possibilité d’une capacité d’agir et d’une autodétermination au niveau subjectif et individuel. En effet les normes sociétales sont enfreintes de façon consciente. Bien que toutes les conséquences qui s’ensuivent ne soient pas toujours connues, l’acte de transgression est un cheminement délibéré, souvent laborieux, qui se construit dans le temps. Le présent ouvrage constitue l’occasion d’analyser l’espace d’agentivité de ces femmes en situation de transgression volontaire, rendu visible par l’acte même de leur(s) transgression(s).

5Dans son article, Andrea Marcela Barrera Téllez met en lumière la transgression des attentes genrées par la lutte politique armée. L’auteure s’intéresse aux expériences d’une double transgression aux effets contradictoires des femmes qui ont participé à la lutte armée en Colombie. La violence demeure un domaine genrée. En effet, Barrera Téllez commence son analyse par la problématisation de la tendance médiatique et étatique à réduire le phénomène social de lutte armée féminine à des épisodes « exceptionnels », produits par des logiques de victimisation. Leur participation est souvent présentée de façon binaire : soit en déshumanisant ces femmes, soit en les victimisant, en leur déniant leur capacité d’agir. Cette dichotomie se retrouve dans la suite de l’article, lorsque l’auteure analyse la double transgression que provoque la participation des femmes combattantes à la lutte armée. La transgression est tout d’abord juridique : elles ont lutté pour la transformation des structures politiques et sociales de leur pays au sein de groupes politico-militaires insurgés. Elle est aussi sociale : par leur engagement ces femmes ont lutté pour leur reconnaissance aussi bien dans la société colombienne que dans les groupes armés, un espace réservé aux hommes dans lequel elles ont fait irruption. En tant que femmes et mères, ces combattantes ont également souvent vécu une sexualité et une maternité, sexualité non normative, résultat de rapports normatifs plus ou moins rigides entre sexe et genre, présents même dans des espaces de lutte.

6Fatemeh Karimi analyse les premiers cheminements de femmes kurdes en Iran au sein de la lutte armée au lendemain de la révolution iranienne. Son article montre de quelles manières ces femmes, épouses, mères, sœurs jusqu’alors majoritairement confinées dans l’espace domestique, ont dû s’approprier les comportements « masculins » de leurs compatriotes pour avoir accès aux armes. Toujours en proie à des rapports sociaux de sexe rigides et à une organisation patriarcale de la division du travail, y compris au sein d’organisations politiques de gauche, leur intégration politique et leur participation à la lutte armée s’est effectuée en deux étapes. L’article de Karimi s’intéresse particulièrement au cheminement, très peu documenté, des combattantes kurdes (peshmergas) au sein du Komala, une organisation politique kurde d’obédience maoïste apparue sur la scène politique iranienne le 15 février 1979. Elle démontre les tactiques utilisées par ces femmes pour franchir le difficile changement de statut de sympathisantes à combattantes. Ces dernières ont dû se construire un espace et une identité en faisant face à la vision essentialiste dominante dans leur mouvement politique selon laquelle les femmes sont par nature faibles et fragiles, tout en étant dangereuses du fait de leur sexualité. En prouvant qu’elles pouvaient apparaître au-delà des attentes de la société, même dans les domaines considérés comme « masculins », les peshmergas ont démontré la mouvance et la perméabilité des frontières entre ce qui serait un espace « masculin » et un espace « féminin ». Elles ont aussi ouvert cet espace transgressif à d’autres femmes kurdes.

7Somayeh Rostampour revient sur la lutte armée au Kurdistan turc afin de révéler les questions de genre, au travers de la participation ou l’absence des femmes dans ces luttes. Comme le montrent les deux articles précédents, les conflits peuvent être des accélérateurs de genre car ils permettent une redistribution du pouvoir sexué. Rostampour a mené ses recherches sur un terrain intersectionnel permettant d’analyser les stratégies employées par les femmes pour restaurer leur subjectivité à travers la transgression : les combattantes du PKK transgressent en connaissance de cause, ouvrant ainsi la possibilité d’une capacité d’agir et d’une autoréalisation subjective. Pour les femmes du PKK, qui ont vécu de nombreuses persécutions physiques violentes pendant le conflit avec l’État turc (torture physique, viols politiques, déplacements forcés, tonte des cheveux, menaces de mort), la mobilisation politico-armée prend également le sens d’une « autodéfense » contre la domination masculine à la fois dans l’armée et dans la société. Cependant, la présence des femmes dans la lutte armée reste considérée comme un acte d’infraction. Pour justifier leur participation, le PKK maintient une société conservatrice et patriarcale dans l’organisation. Contrairement à l’exemple de la lutte armée colombienne, la sexualité et la maternité sont suspendues dans l’espace de lutte. Toute relation sexuelle, amoureuse et émotionnelle est interdite par l’organisation. Dans ce contexte, le célibat est devenu une valeur et une tactique politique. La virginité qui se traduit dans le mouvement comme un acte de désexualisation, devient alors partie intégrante de la liberté. Opposé à la maternité imposée, ce célibat choisi facilite la transgression.

8Tiziano Peccia aborde la problématique en déconstruisant les discriminations dans le droit pénal et les représentations médiatiques et sociales de la transgression violente opérée par des femmes dans les organisations criminelles en Italie. À partir de l’analyse de l’« invisibilisation » des femmes et de la mise en avant de leur vulnérabilité au sein des mafias, l’auteur se penche sur la préméditation des actes violents féminins pour en extraire une agentivité peu souvent mentionnée. Dans des structures criminelles fortement régulées par les discriminations sexuées liées à une division des tâches, y compris les tâches violentes et « politiques », l’invisibilité des mères, épouses ou filles a rendu possible l’exercice d’une forme de violence annexe, socialement plus acceptée. Utilisées dans un cadre très régulé, les dimensions genrées construites attribués aux femmes mafieuses telles que l’émotivité ou encore le caractère passionnel, leur ont permis d’exprimer une violence se déclinant dans des formes plus subtiles et stratégiques par rapport à la violence directe et spectaculaire exercée par les hommes.

9La transgression intersectionnelle de l’attente sociale est développée par Anastasia Athénaïs Porret à travers l’exemple de femmes converties à l’islam en France et en Irlande. Une approche intersectionnelle permet en effet dans cet exemple de mettre en valeur l’agentivité qui opère lors de l’adoption consciente et admise d’une religion stigmatisée. Le concept présente l’avantage de ne pas réduire la domination subie dans un groupe non uniforme à des rapports de domination uniques et superposés. Il est démontré que les converties à l’islam ont un rôle actif et fluide dans la transgression. S’il n’est pas ici question de violence physique, l’analyse permet d’aborder la transgression sous un autre aspect tout aussi important : la transgression sociale. En s’intéressant aux modalités de justification du franchissement multiple de frontières sociales, raciales, religieuses et genrées, l’auteure retourne l’idée préconçue d’une transgression subie en présentant une compréhension dynamique de l’expérience complexe de ces femmes.

10La transgression des rôles genrés est mise en valeur dans un tout autre contexte par Magda Helena Dziubinska. Elle explore dans son article les manières dont les femmes kakataibo (Amazonie péruvienne) négocient et transgressent les normes de genre, entres autres dans le contexte de l’augmentation de la migration urbaine et de la scolarisation. Ces bouleversements sociaux et la modification du lien entre les Amérindiens et l’État-nation ont contribué à l’émergence de nouveaux modèles de féminité et de masculinité en rupture avec les modèles anciens. Pour les femmes kakataibo les transgressions entraînées par ces changements peuvent être simultanément conséquences et vecteurs de l’émancipation. Dans ces nouvelles constructions sociales, les femmes sont amenées à entrer en contact avec l’altérité. L’auteure montre au travers de plusieurs exemples dont le mariage, la maternité et la professionnalisation en ville, les différentes manières dont les femmes s’approprient, négocient et transgressent la norme de genre kakataibo en ses principaux aspects.

11Anne Le Bris aborde la transgression au travers de la maternité célibataire en Tunisie et des stratégies d’énonciation du lien maternel mises en œuvre pour parer la transgression des normes sexuelles. Les femmes célibataires en Tunisie sont définies non pas en fonction de leurs trajectoires sexuelles mais de la représentation d’une activité sexuelle qui, établie hors des règles traditionnelles patriarcales, va transgresser le modèle normatif de filiation. Dans un contexte social marqué par la stigmatisation des rapports sexuels féminins prénuptiaux, reconnaître sa maternité transgressive implique souvent de modifier sa position dans le système de parenté en faisant passer l’enfant pour le dernier-né de la famille (être une sœur) ou de changer symboliquement de genre en assumant les charges familiales, en travaillant pour subvenir à ses besoins et en étant dépositaire d’une forme d’autorité (être un père). Cet article vise plus particulièrement à déceler les modalités de résistance de ces mères célibataires en mettant en lumière la capacité des femmes à jouer avec leurs identités et avec les normes existantes. En partie choisie (garder l’enfant sous certaines conditions), la transgression sociale amène alors à formuler des stratégies pour concilier le statut de « mère » avec le statut matrimonial de « célibataire », socialement et juridiquement attribué aux femmes sexuellement inactives.

12Yamina Rahou analyse la transgression des normes et l’agentivité des mères célibataires qui en Algérie ont décidé de garder et d’élever seules leur enfant en dépit du stigmate qui leur est associé en ce qu’elles se situent hors du couple conjugal légalement constitué. L’existence des mères célibataires est occultée par les autorités du fait d’une double transgression des normes sociales, culturelles et religieuses qui régissent tant les relations sexuelles que les conditions de réalisation de la maternité. Cependant être mère célibataire ne découle pas d’un choix volontaire. Y. Rahou analyse les expériences de mères célibataires appartenant à deux générations dont l’une des caractéristiques est de multiplier les stratégies d’adaptation en fonction du contexte familial et social et des ressources disponibles. Elles misent sur la réussite sociale de leurs enfants pour déconstruire les stéréotypes à l’égard d’une maternité transgressive et illégitime. En dépit des différences, leur expérience révèle que la maternité donne du sens à leur existence en tant que sujet agissant pouvant s’affranchir des pesanteurs socioculturelles pour s’inscrire dans un processus d’individuation et d’autonomisation.

13La contribution de Bahar Azadi porte sur le processus de subjectivation des personnes trans en Iran. Après un bref aperçu historique sur la légalisation du changement de sexe, sont analysées leurs différentes réactions au protocole médico-légal. Il est précisé que du point de vue religieux le changement de sexe n’est ni interdit, ni obligatoire, tandis que le changement d’état civil contraint à un changement irréversible du corps. L’article analyse également les modalités de la subjectivation trans en Iran et montre que les individus trans réagissent de manière différente au protocole de changement de sexe. La pluralité des expressions du sentiment trans renvoie à la capacité de ces derniers de passer d’une minorité invisible à une minorité active malgré les entraves d’un système qui légalise l’identité trans au prix de sa pathologisation. S’exerçant notamment dans le cyberactivisme et les activités théâtrales, le transactivisme permet aux personnes trans d’exprimer le besoin de « dépathologisation », de « dépsychiatrisation » et de libération du genre de toute influence idéologique, politique ou religieuse afin d’obtenir reconnaissance et respect.

14Les articles qui composent ce numéro présentent une lecture critique et féministe de la transgression en soulignant ses potentialités, et singulièrement l’ouverture d’un espace d’agentivité pour les femmes. Analysant des contextes très variés, ces textes démontrent l’importance et l’intérêt à appréhender les conflits, la violence ou encore la politique du point de vue du vécu des femmes. L’analyse de la transgression offre aussi une nouvelle lecture féministe qui met au jour l’agentivité et les stratégies de détournement des sanctions sociales, mais aussi des stratégies de pouvoir par la réappropriation transgressive de normes « féminines » telles que la maternité (célibataire), la religion (choisie) ou la vulnérabilité (perçue).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Azadeh Kian, Tiziano Peccia et Anastasia-Athénaïs Porret, « Introduction », Les cahiers du CEDREF, 24 | 2020, 6-17.

Référence électronique

Azadeh Kian, Tiziano Peccia et Anastasia-Athénaïs Porret, « Introduction », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 24 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1293

Haut de page

Auteurs

Azadeh Kian

Articles du même auteur

Tiziano Peccia

Doctorant en sociologie et genre, université de Paris, LCSP/CEDREF

Articles du même auteur

Anastasia-Athénaïs Porret

Doctorante en sociologie et genre, université de Paris, LCSP/CEDREF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals