Navigation – Plan du site

Transgressions de genre dans les organisations mafieuses en Italie

Tiziano Peccia
p. 91-117

Texte intégral

  • 1 Cf. Mario Schermi, « Elementi di pedagogia », dans Mario Schermi (dir.), Crescere alle mafie. Per u (...)
  • 2 Les organisations faisant ici l’objet d’analyses sont celles qu’Isaiah Sales nomme « les trois sœur (...)

1Évoquer des transgressions au sein d’organisations criminelles, autant que dans la déviance en général, peut à première vue sembler un paradoxe, une métonymie. C’est ce qui arrive quand, dans son sens sociologique le plus large, nous parlons d’acte déviant dès lors qu’est enfreinte une norme. Or les individus qui vivent dans un contexte mafieux agissent, selon eux, selon des « normes ». Ce sentiment d’agir selon des normes est renforcé par la construction d’un dispositif mafieux1 qui s’insère dans un cadre pédagogique et de socialisation complexe au sein de certains groupes, certaines familles et organisations. C’est pourquoi l’objet de cet article est de comprendre comment les femmes opèrent à l’intérieur d’un ordre juridique mafieux2 et comment, malgré leurs actions et/ou transgressions, leur agentivité a été systématiquement invisibilisée dans la sphère publique.

2Cet article aborde dans une approche holistique quatre éléments clés de l’invisibilisation de l’agentivité des femmes, analysée comme un système complexe et multifactoriel :

  1. Les rapports de genre dans les associations criminelles mafieuses en Italie (essentiellement la Camorra et Cosa Nostra) ;

  2. La relation entre réel et fiction, réalité et mythe ;

  3. Le traitement juridique des crimes féminins par rapport aux crimes masculins, et la manière dont il a été influencé par la perception sociale des rôles de genre dans les associations mafieuses ;

  4. Les divers ordres normatifs (ordre étatique/ordre mafieux) et les différentes typologies de « transgression » des normes.

  • 3 Cf. Maurizio Catino, « La mafia come fenomeno organizzativo », Quaderni di Sociologia, 14, 1997, pp (...)
  • 4 Cf. Santi Romano, L’ordinamento giuridico. Studi sul concetto, le fonti e i caratteri del diritto, (...)
  • 5 Deborah Puccio-Den, « Tribunaux criminels et fictions de justice. La “commission” de la mafia sicil (...)

3Un des principes de cette étude est d’analyser les organisations mafieuses comme corpus de « normes »3 (pouvant être violées) et d’un « ordre (pseudo-)juridique », en se basant sur le concept de statualità de Santi Romano. Juriste du dix-neuvième siècle, Romano affirme que les « ordres » (y compris non étatiques, tels que les associations mafieuses) sont des institutions ayant leurs propres normes et règles4, « dont l’éventuelle illégalité ne préjuge en rien la nature juridique5 ».

  • 6 Parlant de la criminalité et de la visibilisation de la violence des femmes, je me référerai exclus (...)

4La première partie de cet article est introduite par une mise en contexte sociohistorique du rôle des femmes dans les organisations criminelles, qui donne quelques explications à leur invisibilisation dans les mafias et, partant, à leurs actions et transgressions6. Pour ce qui est de la méthodologie, j’analyserai les contenus de données textuelles et visuelles, soulignant comment l’agentivité des femmes a systématiquement été invisibilisée dans plusieurs secteurs et domaines (médiatiques et jurisprudentiels notamment). Dans une seconde partie est analysé le contenu d’un document rédigé par Salvatore Lo Piccolo, et sont déroulées des études de cas que j’ai sélectionnées afin de souligner et décliner plusieurs types de transgression et le rôle joué par la préméditation et l’agentivité. Je mobiliserai ainsi des données qualitatives que j’ai recueillies au long des années 2017 et 2018 grâce à l’effet boule de neige et à travers des entretiens semi-directifs avec deux avocats et un homme condamné pour association mafieuse.

I. L’invisibilisation des femmes dans la criminalité. Une construction institutionnalisée ?

1. Droit et invisibilisation : une jurisprudence « Men’s Rea7 » ?

  • 7 L’expression Men’s Rea a été utilisée en 1980 par Mark Cousins dans un article intitulé « Men’s rea (...)
  • 8 Selon la loi italienne, les « collaborateurs de justice » sont des individus qui, s’étant retrouvés (...)
  • 9 Cf. Antonella Pasculli, « Il ruolo della donna nell’organizzazione criminale : il caso barese », Ri (...)
  • 10 Cf. Coline Cardi, « Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social (...)
  • 11 Cf. Alisa del Re, « Genre et représentation politique des femmes en Italie : une situation paradoxa (...)

5Dans le cadre du laboratoire Femmes et mafia, organisé par la professeure Simona Laudani de l’Université de Catane, la magistrate Marzia Sabella a exposé plusieurs des éléments qui ont, au cours du vingtième siècle, marqué le processus d’invisibilisation des femmes (surtout lorsqu’elles sont liées aux associations mafieuses) dans la justice italienne, et par voie de conséquence, dans la sphère publique. Nous le verrons plus loin, l’un des éléments que Sabella associe aux causes principales de ces biais dans la jurisprudence, concerne le rapport entre les collaborateurs de justice et les institutions. Dans la construction des procès de la mafia et dans la compréhension des dynamiques des phénomènes mafieux, la jurisprudence a, en se basant sur les témoignages et déclarations des collaborateurs et des témoins de justice8 (des hommes pour la plupart), intégré et adopté les éléments subjectifs et les paradigmes qui prévalent dans ces associations criminelles. Le droit a notamment fait sienne la vision que les femmes ne font pas partie des organisations mafieuses9. Ces témoignages ont trouvé un terrain fertile dans le système juridique italien qui a — de manière analogue à d’autres pays d’Europe occidentale10 —instauré des discriminations à l’encontre des femmes dans plusieurs domaines du droit. Le vingtième siècle en Italie a été un tournant concernant leurs droits et leur visibilisation dans la sphère publique ; il a par exemple fallu attendre 1946 pour que soit instauré le suffrage universel et 1975 pour que soient reconnues en droit de la famille des responsabilités égales entre conjoints11.

  • 12 Federico Rotondo, « Il tentativo di medicalizzazione della penalità in Italia sul finire del XIX se (...)
  • 13 Il avait ainsi justifié cette « lente évolution » des femmes à travers la biologie, renvoyant par a (...)
  • 14 Lombroso affirmait ainsi que l’évolution humaine passait par la couleur de la peau, avec une transi (...)

6Le seul code où, pour la magistrate Sabella, « on avait l’impression qu’il n’y avait pas de discrimination », fut le code pénal (Codice Zanardelli), en vigueur de 1889 à 1930. Il fut adopté en 1889 à l’époque de Cesare Lombroso, fondateur de l’école italienne d’anthropologie criminelle, période historique caractérisée par plusieurs tendances à « médicaliser le droit pénal12 ». Médecin de formation13, Lombroso avait étudié la criminalité comme une caractéristique héréditaire, visible à travers la physiognomonie. Si ces caractéristiques étaient manifestes pour les hommes, elles ne l’étaient pas pour les femmes. Les femmes selon lui ne présentaient pas de caractéristiques physiques évidentes, car appartenant à un sexe « moins évolué », elles étaient moins capables de commettre des crimes14. Le droit pénal reflétait ces théories, car dans l’interprétation faite par les juristes, les homicides et les viols étaient des crimes déclinés au masculin. Selon le juriste Julien Pieret, « historiquement, le droit pénal est un droit conçu par et pour les hommes, construit à leur image (une liste d’incriminations abstraites rationnellement organisées) et dont le contenu consacre une inégalité entre les sexes ». Cette inégalité se manifeste aussi en ce que les femmes étaient considérées par le droit pénal italien comme la « propriété » des hommes. L’adultère, par exemple, était un crime au féminin qui n’a été abrogé qu’en 1970. Dans le même temps, la prostitution n’était pas un crime. Les clés de compréhension dont nous disposons aujourd’hui nous permettent de lire ces discriminations « codifiées » comme une vraie domination des sexes.

  • 15 Marie-Andrée Bertrand, professeure québécoise, affirme au cours des années 1960 : « Notre Code crim (...)

7Ce panorama historique permet de comprendre pourquoi, dans le droit pénal, les crimes et les transgressions commis par des femmes criminelles ont été systématiquement invisibilisés15. Cette invisibilisation est source de difficultés évidentes : les données quantitatives fiables font défaut (surtout dans le cas des mafias) qui permettent de comprendre quand il y a eu une participation active des femmes au sein de ces organisations et comment ces activités présumées se sont manifestées selon les différents époques socio-historiques. Or les associations mafieuses ont historiquement profité de cette invisibilisation des femmes et souvent contribué à l’alimenter à travers l’exaltation des rôles sociaux de mères et d’épouses. Enea, un avocat pénal d’une trentaine d’années que j’ai interviewé à Naples en mars 2018, s’est occupé de plusieurs cas d’association mafieuse (liés à des femmes et au trafic de drogue). Il m’explique :

« Les femmes à Naples liées au trafic de drogue sont devant la maison et papotent (fanno comunella) ; en réalité, elles sont en train de travailler. C’est un avantage. »

  • 16 Cf. Deborah Puccio-Den, « Juger la mafia. Catégorisation juridique et économies morales en Italie ( (...)

8Ce concept d’invisibilité, je l’ai la même année expérimenté de manière directe durant une « conversation de terrain », en passant par un quartier de Naples touché par le trafic de drogue. Je voulais prendre une photo du quartier, lorsque la jeune femme qui m’accompagnait — une habituée du quartier — m’a dit : » Regarde les vieilles, sur les balcons. Fais attention ! » Pour Enea en revanche — un homme, avec une vision plus « fonctionnaliste » que pragmatique16 des dynamiques sociales qui caractérisent les interactions entre hommes et femmes dans ce type d’organisation criminelle — les caractéristiques de la « féminité » sont tout à la fois une arme permettant à ces actrices d’être plus discrètes aux yeux des acteurs étatiques, et le facteur qui peut réduire leur agentivité dans leurs contextes familiaux :

« mais les femmes peuvent aussi être exploitées ; grâce à la “suspension de l’exécution de la peine”, elles ne peuvent pas aller en prison lorsqu’elles sont enceintes ou ont des enfants mineurs. Elles restent donc à la maison. C’est pour ça qu’il y a plusieurs cas de familles nombreuses, car faire des enfants sert à éviter la prison ».

2. De la jurisprudence à la sphère publique : les enjeux de la représentation

  • 17 À l’écart du procès judiciaire de Maresca, Enzensberger en a suivi avec grande attention le traitem (...)
  • 18 Dans le cadre du projet STAR-Linea 1, « The use of violence and organized crime. A socio-economic a (...)

9À partir des biais contenus dans le corpus jurisprudentiel du droit pénal italien concernant l’invisibilisation des transgressions et des actions violentes commises par les femmes, il est intéressant de se concentrer sur une des affaires parmi les plus médiatisées du vingtième siècle17, qui permet d’analyser un cas de « violence directe » : celui d’Assunta « Pupetta » Maresca, actrice de la criminalité organisée. Selon John Galtung, contrairement aux autres types de violence (par exemple la violence culturelle ou encore la violence structurelle), la violence directe ou physique se manifeste dans des formes plus visibles18. L’analyse du cas de Maresca permet en outre de comprendre les transferts entre le personnage réel et fictionnel, en mobilisant des sources hétérogènes et de nature différente — études scientifiques en sociologie, sources juridiques, articles de presse, films et contenus médiatiques — pour étudier la construction de l’image de Maresca.

  • 19 Je citerai un extrait de l’article « La violenza delle mafie », mentionné en note 18. Même s’il fai (...)

10Née à Castellammare di Stabia, une ville située dans la province de Naples, Maresca venait d’une famille avec des antécédents dans la petite délinquance locale. Elle avait par ailleurs remporté un concours de beauté local. Elle avait épousé un criminel de la région, Pasquale Simonetti qui, quelques mois plus tard, avait été tué par un tueur à gages (Gaetano Orlando) engagé par son garçon d’honneur, Antonio Esposito (connu sous le nom de Totonno e’ Pumigliano), dans un règlement de comptes lié à la lutte pour la mainmise sur le commerce local des fruits et légumes. Maresca avait alors prémédité ce qu’on pourrait qualifier de « transgression dans la transgression » : la vengeance de la mort de son mari. Enceinte de surcroît, elle prend la voiture en compagnie de son frère et tire en plein jour sur Antonio Esposito19, dans l’avenue Corso Novara. À la mort d’Antonio Esposito, le crime de Maresca devient une affaire nationale, très médiatisée et caractérisée par nombre de contradictions entre les protagonistes (directs ou indirects) du conflit qui en créent plusieurs versions et représentations.

11C’est à partir de ce cadre socio-historique que cet épisode s’insère dans une analyse des liens entre genre, transgressions et représentation. D’une part, du point de vue même des normes sociales de l’époque (et non du seul point de vue de la transgression des normes du crime organisé), il y avait le fait extraordinaire qu’une femme, armée, avait de manière directe vengé la mort de son mari. Pas un frère, un père ou un proche : une femme, sa femme. Cette violence directe, visible, éclatante, avait attiré l’attention du public et du milieu journalistique. D’autre part, le fait que Maresca était très jeune au moment de l’assassinat (elle avait vingt ans), veuve et enceinte, avait énormément « humanisé » son geste au point de le justifier — en le dissociant, pour certains, de la lutte de la Camorra pour le contrôle du marché qui avait conduit à la mort de son mari. Maresca déclara :

« J’ai tué par amour et parce qu’ils voulaient me tuer ! Et, si mon mari ressuscitait, je le referais, je le ferais encore ! »

12Tandis que le quotidien Roma, très critique sur le sujet et sur la dimension émotionnelle sous-tendant (et d’une certaine manière justifiant) les actions de la femme, commentait :

« C’est là l’élément central du drame, mais aussi de tout le procès, et c’est en raison de cette double validité, émotionnelle et strictement processuelle de la déclaration de l’accusée, que le frisson a gagné tout le monde : les juges, les avocats, les journalistes, jusqu’au public amassé derrière les garde-corps. »

  • 20 Marcella Marmo, « La rima amore/onore di Pupetta Maresca. Una primadonna nella camorra degli anni c (...)

13La naissance de son fils durant sa détention (appelé Pasqualino, comme son père) a également fait de Maresca un personnage légendaire20. Enzensberger a écrit : « Sa maternité la rendait inattaquable. Elle fut transfigurée en ange justicier. Comme cela arrive souvent en Italie quand on discute d’une grande affaire criminelle, la Nation avait spontanément et violemment pris position. L’opinion publique s’empressait d’exprimer sa propre opinion […] plus les feux de la publicité illuminaient la mythique Pupetta, plus le processus devenait obscur » (je traduis).

  • 21 Cf. Felia Allum et Irene Marchi, « Analyzing the Role of Women in Italian Mafias: the Case of the N (...)
  • 22 Cf. M. Marmo, « La rima amore/onore di Pupetta Maresca… », op. cit.
  • 23 Cf. Hans Magnus Enzensberger, « Pupetta o la fine della Nuova Camorra » [1961], dans Politica e cri (...)

14Le traitement médiatique de l’événement, abordé et analysé dans d’autres recherches et études sur le sujet21, montre quels furent les divers positionnements (surtout de nature « morale ») à l’époque. Suivant la ligne de défense de Maresca, les uns s’appuyaient sur l’habileté de cette dernière à défendre son image (Maresca a toujours soutenu avoir agi en état de légitime défense), tandis que les « Orlandistes », minoritaires et s’exprimant par la voix des quotidiens Il Giornale d’Italia et Il Tempo, excluaient la préméditation du premier homicide, commis par Gaetano Orlando. Il Tempo écrivait ainsi : « Un crime aux traits archaïques […] Dante aurait dit qu’il s’agissait d’un crime biblique : le fameux œil pour œil ! » ; « Le beau geste de la paysanne, aurait-on dit jadis » ; « Derrière la robe de deuil, peut-être une jeune Athénienne… de l’ère de Périclès »22. Tandis qu’Il Giornale d’Italia présentait la naissance de Maresca comme un événement miraculeux, survenu grâce aux prières de sa mère (en 1934) à la Vierge sur le Mont Faito23.

15Ces récits fourmillent de détails qui soulignent la difficulté de représenter, à l’époque, de manière « objective », les actions d’une femme ayant commis un crime. La production journalistique et médiatique a répondu à cette demande et attente de la part de l’opinion publique d’« humaniser » ces actions et de leur apporter une justification par les émotions. Plusieurs films lui ont été consacrés ou se sont inspirés de son histoire. Dans l’un de ces films, Delitto a Posillipo, tourné après son incarcération, Maresca a incarné son propre personnage24.

  • 25 Une photo montre l’actrice aux côtés de Maresca dans un article publié sur le site http://www.napol (...)

16Dans le téléfilm Il caso Pupetta Maresca, sorti en 1982, c’est la petite-fille de l’ancien dictateur, Alessandra Mussolini, qui joue le rôle principal. Elle était à l’époque mannequin pour la version italienne du magazine Playboy, ce qui démontre le choix de trouver une actrice très avenante pouvant représenter (mais aussi sexualiser) l’histoire de Maresca. Plus récemment, en 2013, c’est Manuela Arcuri25 qui l’incarne, dans Pupetta. Il coraggio e la passione. Presque soixante ans après l’affaire, le titre de ce film donne l’impression de vouloir mettre en valeur plutôt les caractéristiques de Maresca, en l’héroïsant : le courage et, encore une fois, la sphère émotive, la passion.

  • 26 Cf. M. Marmo, « La rima amore/onore di Pupetta Maresca… », op. cit.

17Quoique plusieurs récits et témoignages aient récemment confirmé l’implication de Maresca dans plusieurs « guerres de mafia » ou affaires de corruption, des médias concourent à la construction de l’image de cette femme qui encore aujourd’hui, apparaît dans l’imaginaire collectif comme une belle fille lauréate d’un concours de beauté, et comme une « femme passionnée et courageuse » qui a commis « un assassinat qui n’horrifie pas » puisqu’elle vengeait son jeune mari26.

3. La contribution de la recherche scientifique à la visibilisation des rôles des femmes dans les organisations mafieuses

18Il faut souligner que l’affaire Pupetta Maresca reste exceptionnelle dans le panorama de l’histoire des mafias italiennes, par son ampleur médiatique, mais aussi parce qu’elle présente un cas de « violence directe » dans un milieu souvent dominé par l’exercice de la violence physique de la part des hommes.

  • 27 Le programme de recherche du Centro Nazionale delle Ricerche (CNR) intitulé « Croyances au sein de (...)
  • 28 Ottaviano del Turco, président de la Commission parlementaire Antimafia (qui a été emprisonné en 20 (...)

19C’est à partir des années 1990 que les études de genre commencent à mettre l’accent sur les différences entre les acteurs et les actrices ayant participé aux activités des organisations mafieuses. Ce processus de visibilisation et d’analyse est endogène au Sud de l’Italie, où la plupart des recherches académiques ont été produites. Renate Siebert, professeure à l’université de Calabre, est à l’origine de ces recherches27. C’est à partir des années 1990 qu’elle publie ses premiers travaux sur le rôle des femmes dans les organisations criminelles. L’étude de la production scientifique de Renate Siebert et d’autres autrices des années 1990 amène à constater que ces recherches s’insèrent dans un phénomène et un processus de visibilisation des femmes bien plus large, corrélé aux transformations sociales et jurisprudentielles qui ont vu le jour au cours de ces années dans les pays de l’Europe des Six, ainsi qu’au niveau des Nations Unies, donnant lieu par exemple à la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes adoptée le 20 décembre 1993 par l’Assemblée générale de l’ONU (résolution 48/104), qui relance le besoin de rendre visibles les femmes dans la sphère publique. Cette déclaration s’intègre dans une production normative très féconde sur le genre dans plusieurs pays. Ces années 1990 marquent donc un tournant décisif dans l’analyse de plusieurs domaines et phénomènes sociaux liés au genre. Pour ce qui nous intéresse dans cet article, l’Université de Palerme organisait en 1997 la première conférence ayant pour thème les femmes au sein de la mafia. Parmi les participants, nous retrouvons des universitaires, en sociologie notamment, et des représentants des institutions28. Si le renouvellement de l’appréhension du genre dans les organisations criminelles fut à l’initiative de femmes chercheuses, l’hétérogénéité des participants à cette conférence soulignait l’intérêt, tant de la communauté scientifique que des institutions, pour la thématique liant mafias et genre, avec la possibilité de rendre visibles les actrices de ces milieux criminels et d’analyser leurs rôles dans les organisations mafieuses. Dans la même période, une collaboration interdisciplinaire entre une magistrate, Teresa Principato, et Alessandra Dino, chercheuse en sociologie de l’Université de Palerme, aboutit en 1996 à la publication de Mafia-femme. Les vestales du sacré et de l’honneur. Retraçant dans cet ouvrage les profils des femmes engagées dans la mafia sicilienne, Principato a montré qu’elles avaient en commun la caractéristique de ne pas être considérées comme « des individus à part entière », mais plutôt comme des « mères, des amantes ou des sœurs », c’est-à-dire des femmes dépendant des relations les liant aux hommes de la famille. Ces affirmations de Teresa Principato rejoignent une sentence du Tribunal de Palerme affirmant en 1983 que malgré l’évolution de la coutume, les femmes qui faisaient partie d’une famille mafieuse n’avaient pas encore obtenu au sein de la cellule familiale et de ses activités criminelles un niveau d’autonomie tel qu’elles puissent être jugées responsables au même titre que les hommes.

  • 29 Cf. Giovanni Fiandaca (dir.), Women and the Mafia. Female Roles in Organized Crime Structures, New (...)
  • 30 Cf. G. Gribaudi et M. Marmo (dir.), Donne di mafia, Meridiana, 67, 2010, p. 238.
  • 31 Women and the Mafia inclut en annexe des études de cas sur les femmes dans les organisations crimin (...)

20D’autres ouvrages collectifs ont contribué à la consolidation d’une communauté épistémique autour de ce sujet, et restent des références fondamentales pour avoir démontré et rendu visible la participation des actrices mafieuses aux activités de leurs organisations/familles : l’ouvrage collectif Women and the Mafia. Female Roles in Organized Crime Structures29 et le numéro monographique Donne di Mafia30 de la revue Meridiana. où sont analysés les rôles des femmes dans les organisations criminelles au sein de la mafia sicilienne — la ‘Ndrangheta calabraise, la Sacra Corona Unita de la région des Pouilles, et la Camorra napolitaine31.

II. Comprendre les transgressions dans les organisations mafieuses

1. Des règles écrites par les hommes pour les hommes. Quelle place pour les transgressions des femmes ?

  • 32 Deborah Puccio-Den, « De l’honneur à la responsabilité. Les métamorphoses du sujet mafieux », L’Hom (...)
  • 33 Cf. Salvatore Lupo et Gaetano Savatteri, Potere criminale. Intervista sulla storia delle mafie, Rom (...)
  • 34 S. Howard Becker, Outsiders. Studies in the sociology of deviance, New York, The Free Press of Glen (...)
  • 35 L’écriture a été pour Salvatore Lo Piccolo un instrument d’autolégitimation lui permettant de brigu (...)

21Une des difficultés fondamentales pour comprendre les codes mafieux a trait à leur dimension orale, au fait qu’ils ne soient pas codifiés et que la manière la plus fiable de les comprendre a souvent été de se baser sur les témoignages des collaborateurs/témoins de justice (avec, pour reprendre les points expliqués plus haut, le risque de ne pas réussir à filtrer tous les éléments subjectifs dans l’interprétation des déclarations des personnes interviewées. La mafia fait partie des « sociétés sans écriture », et son code d’honneur se transmet oralement. Cependant, en Sicile, des règles ont récemment été écrites qui reflètent l’évolution de la mafia et de ses modes de gouvernance32. À la recherche d’une trace écrite de ces normes, j’ai décidé d’inclure dans cet article le document intitulé par la presse italienne « le décalogue Lo Piccolo ». Durant l’été 2007, au terme de vingt-cinq ans de cavale, le parrain Salvatore Lo Piccolo était emprisonné par la police. Parmi les documents qu’on a trouvés chez lui, il y avait ce décalogue, sorte de réinterprétation des « dix commandements mafieux ». Ce document représente l’archétype et le paradoxe du concept de transgression dans la mafia sicilienne, qui est déjà dans un cadre de transgression des lois étatiques. Il permet de comprendre que lorsqu’on parle des mafias on entre dans une structure sociale parallèle à la société, qui a son propre système normatif. En même temps, ces règles qui se basent sur les échelles de valeurs de la culture sicilienne ont une double fonction, de réglementation interne (nous le verrons plus loin) et d’interaction avec l’extérieur et la société. S’agissant de ce deuxième point, la mafia a toujours transmis le message selon lequel elle sert à « protéger les plus faibles », à « résoudre les conflits ». Même dans un contexte de modernisation, ces concepts ancrés dans le catholicisme ne perdent pas leur caractère archaïque, et continuent à renvoyer l’image d’un milieu réglé par des valeurs traditionnelles qui sont systématiquement instrumentalisées dans le but de s’enraciner dans les territoires où ces organisations/familles exercent leurs activités33. D’ailleurs, Lo Piccolo assume dans son écosystème mafieux le rôle atypique d’un entrepreneur de morale34 pour promouvoir et consolider un ensemble de normes ayant pour but de renforcer le contrôle social35.

22Pour revenir au contexte plus précis de ce travail de recherche, il est évident que ces commandements sont adressés à des hommes, ce qui explique la structure formellement patriarcale de certaines organisations telles que Cosa Nostra. Les « dix commandements » du décalogue sont les suivants :

  • Nul ne peut se présenter à un ami s’il n’est pas introduit par un tiers ;

  • Ne pas regarder les femmes des hommes d’honneur ;

  • Ne pas frayer avec les flics ;

  • Ne fréquenter ni les cafés, ni les tavernes ;

  • Être à tout moment disponible pour la Cosa Nostra, même lorsque sa femme est sur le point d’accoucher ;

  • Respecter les rendez-vous ;

  • Respecter sa femme ;

  • Dire la vérité lorsqu’on sait quelque chose ;

  • Ne pas s’approprier l’argent des autres, ni celui d’autres familles ;

  • Ne peuvent faire partie de Cosa Nostra ceux qui ont un parent proche dans les forces de l’ordre, un parent victime d’infidélité conjugale ou dont la conduite morale est répréhensible.

  • 36 « Un lieu de résidence et de travail, où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation (...)
  • 37 Nous retrouvons cette vision fonctionnaliste dans plusieurs écosystèmes criminels. Dans le cas du S (...)

23Dans une première lecture, nous trouvons plusieurs éléments de contrôle renvoyant à une « sorte d’institution (semi-)totale », pour citer Goffman36, où le « législateur » parvient à combiner une pseudo-idéologie et des codes religieux (par exemple les dix commandements de la Bible). Chacune de ces règles a pour but de renforcer la cohésion interne du groupe pour réduire au minimum l’interaction de ses membres avec l’extérieur37. Il s’agit d’une stratégie pour faire comprendre aux affiliés que même les habitudes relevant du particulier peuvent affecter la sécurité et la stabilité du groupe entier. De fait, trois commandements font directement référence à la sphère intime et familiale et aux relations de genre (selon le point de vue des hommes, auteurs de ce décalogue) :

24Ne pas regarder les femmes des hommes d’honneur.
Dans ce contexte, une trahison « interfamiliale » telle que l’adultère constitue potentiellement un événement déclencheur d’une crise. Ne pas respecter l’honneur des personnes qui font partie de l’organisation peut compromettre l’équilibre des familles et leurs alliances.

25Être à tout moment disponible pour la Cosa Nostra, même lorsque sa femme est sur le point d’accoucher.
La métaphore de l’accouchement est très symbolique. Il s’agit de l’archétype du bonheur, de la réalisation familiale. Cette règle définit quelles doivent être les priorités pour un homme d’honneur : les affaires d’abord, la femme et les enfants après, même au moment où ils ont le plus besoin de toi.

  • 38 Joseph Farrell, Understanding the Mafia, Manchester, Manchester Italian Texts, 1997.

26Respecter sa femme.
Le concept de « respect » de l’épouse doit être ici analysé de manière multifactorielle. Dans leurs témoignages, les hommes faisant partie de mafias associent souvent les femmes à l’émotivité38. Leur point de vue est qu’une personne « émotive et blessée » s’expose et risque de collaborer avec des adversaires. En même temps, les mariages dans les familles mafieuses résultant parfois d’une alliance, un manque de respect envers sa propre femme peut créer de l’animosité chez les autres membres de la famille également — s’agissant de normes visiblement écrites par les hommes pour les hommes, chez les beaux-frères, le beau-père voire les enfants. Un manque de respect à l’égard de sa propre femme peut aussi entacher la respectabilité de sa famille d’origine, car une famille qui subit un tort et ne se venge pas dans la sphère publique, reconnaît implicitement être moins puissante. Il est possible de déduire cette hypothèse du dernier commandement : « ne peuvent faire partie de Cosa Nostra ceux qui ont un parent victime d’infidélité conjugale ». Enfin, si l’on revient à ce qui a été dit précédemment sur l’interaction avec l’extérieur que permettent les règles mafieuses, la « norme » consistant à ne pas tromper les épouses s’insère dans la construction dans la société de l’image d’une organisation qui, avec ses traditions et ses valeurs, défend les institutions sociales telles que la famille.

  • 39 Cf. Carmel Cassar, L’honneur et la honte en Méditerranée, Edisud, 2005 et Deborah Puccio-Den, « De (...)
  • 40 Cf. D. Puccio-Den, « Tribunaux criminels et fictions de justice. La “commission” de la mafia sicili (...)
  • 41 S. Lupo et G. Savatteri, Potere criminale. Intervista sulla storia delle mafie, op. cit.

27Par ailleurs, il ne faut pas lire ces normes avec le préjugé qu’il s’agirait de règles purement archaïques, ou simplement d’une déclinaison des caractéristiques de « l’honneur et de la honte » telles que les analyse l’anthropologie de la méditerranée, mais il faut en comprendre la valeur stratégique et le contexte social dans lequel elles opèrent39. À travers la défense de ces institutions sociales, nous retrouvons l’antagonisme avec les institutions étatiques. Si la mafia ne nie pas que tout le monde triche, elle base son argumentation sur la rhétorique que les tricheurs par excellence sont les gouvernants. Par ailleurs, sur le modèle des Beati Paoli40, autant le « faire mieux »41.

28Suivant le fil rouge qui lie la dimension du contrôle social, de la sphère publique et de certains types de transgression tels que l’adultère, il est possible de passer à l’analyse de certaines études de cas. Le premier cas que j’analyserai est celui d’Antonella Madonna — notons qu’il s’agit de la Camorra et non de la mafia sicilienne — auquel j’ai pensé en tentant de répondre à la question : « Les femmes ont-elles le même “droit de transgresser” que les hommes ? » Ce cas est une clé de lecture pour comprendre également comment la violence se décline dans ces organisations, ainsi que le transfert de pouvoir, et comment à partir d’une transgression au sein d’une organisation criminelle, un sujet peut rentrer dans les normes étatiques.

29Issue d’une famille modeste, Antonella Madonna devenait en 2011 cheffe de la Camorra de la ville d’Ercolano, son mari Dantese ayant été emprisonné. Son histoire est cohérente avec celle que raconte Enea, l’avocat qui, concernant la division sexuelle du travail, étaie ses hypothèses sur ses expériences :

« Quand leurs maris vont en prison, tout passe dans les mains des femmes ; même si ce n’est pas automatique, car on s’expose aux coups de feu du camp adverse qui va essayer de conquérir le territoire […] Disons que la femme met tout en ordre ; elle est plus discrète et ne se fait pas attraper ; elle maintient le calme dans la famille. »

  • 42 Marie-Carmen Garcia, « Grand résumé de Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durabl (...)

30N’acceptant pas ce transfert de pouvoir, le frère de Dantese a commencé à suivre Madonna. Un jour, il l’a surprise en train de tromper son mari avec un marin. Dans cette histoire, la mère de Dantese a joué un rôle clé, informant son fils en prison. Pour échapper à la mort, Madonna s’est mise à collaborer avec la justice. Ce cas est la parfaite illustration du fait que l’adultère reste une transgression qui stigmatise surtout les femmes. Affirmant que « l’adultère féminin a fait l’objet de sanctions juridiques bien plus importantes que l’adultère masculin42 », Marie-Carmen Garcia souligne une discrimination envers les femmes même quand elles occupent des positions de « pouvoir ».

31En comparant sa « carrière » dans la Camorra avec la « carrière » des apprentis fumeurs de marijuana étudiés par Becker dans Outsiders, en la revisitant pour l’adapter à ce cas spécifique, nous pouvons analyser l’histoire de Madonna (et de son « état déviant » dans un milieu camorriste) comme un processus. Becker affirmait que les fumeurs de marijuana, au début, ne savent pas comment tirer plaisir de cette pratique, car ils ne savent pas le faire (exemple de Madonna qui devient une jeune cheffe de Camorra). La carrière du fumeur est caractérisée par plusieurs étapes :

  • S’approprier la technique permettant de planer — dans le cas de Madonna, apprendre le « métier » de camorriste et se familiariser avec les privilèges appartenant normalement aux hommes ayant un rôle clé ;

  • Être capable de reconnaître les impacts de la marijuana — le prestige de son influence et les avantages d’être cheffe ;

  • Bénéficier du plaisir — de l’autorité et du « droit » à avoir un amant.

  • 43 S. H. Becker, Outsiders. Studies in the sociology of deviance, op. cit.
  • 44 Renate Siebert, Le donne, la Mafia, Milan, Il saggiatore, 1994.

32Certes, « il faut une défaillance des contrôles sociaux qui tendent habituellement à maintenir les comportements en conformité avec les normes et les valeurs fondamentales de la société [camorriste, dans le cas qui nous occupe] pour qu’apparaisse un comportement déviant43 ». En fait, le rôle de la mère de Dantese est autant celui de messagère entre les mafieux emprisonnés et ceux qui sont dehors, que de gardienne des codes culturels de ces organisations criminelles tels que le code d’honneur. Et, dans ce cas particulier, elle joue un rôle clé pour faire assurer le respect des « normes ». Apparaît ici le rôle « pédagogique » de la mafia, d’agent instigateur, que plusieurs auteurs associent historiquement aux femmes des familles mafieuses44. Ici comme ailleurs, les « femmes-mères » sont garantes des traditions ancestrales, des valeurs et des normes de la communauté. La transgression de Madonna déclenche une réaction en chaîne. Le fait d’avoir transgressé et donc d’avoir violé les normes de la Camorra, telle l’adultère, la pousse à rentrer dans les codes de la légalité en collaborant avec la justice, pour avoir la vie sauve.

  • 45 « Le sang appelle le sang », réinterprétation moderne du diritto barbaricino.

33J’ai retrouvé dans un autre cas historique, remontant aux années 1960, cette transgression des normes mafieuses comme opportunité pour rentrer dans les normes étatiques : celui de Serafina Battaglia, première « femme d’honneur » à devenir témoin de justice dans les années 1960. À la mort de son mari, Stefano Leale, elle a poussé son fils Salvatore Leale à venger son père45 — mais Salvatore a été tué à son tour. Estimant n’avoir plus rien à perdre, Serafina a commencé à collaborer avec la justice. Les meurtriers de sa famille étant tous vivants et armés, elle se retrouve prise dans un conflit asymétrique car elle n’a plus les moyens de les attaquer selon les codes de la mafia (par exemple, le diritto barbaricino) et se met alors en quête d’une stratégie pour transformer ce conflit et le rendre symétrique. Bénéficiant du principe d’isonomie en vertu duquel tout individu humain est égal devant la loi, elle réussit à se venger de ceux qui ont assassiné son mari et son fils. Transgressant la loi du silence, Serafina Battaglia trahit alors les lois de la mafia pour rentrer dans les normes des institutions étatiques. Mais elle n’y rentre que formellement, de jure. De facto, elle a poussé son fils à tuer des ennemis et n’a recouru à la justice qu’en dernier ressort. Dernier élément très important, Serafina a « prémédité » la transgression des normes mafieuses ; c’est un choix rationnel qui la pousse à faire converger sa lutte personnelle avec les intérêts de la collectivité.

Conclusion

34La collaboration avec la justice de Serafina Battaglia, analogue au cas d’Antonella Madonna, souligne le fait qu’il y a, derrière ces formes de transgression par rapport aux lois des mafias, une planification, une stratégie à mettre en place, car ces femmes risquent leur vie quand elles décident de violer certaines « normes ». Une des différences principales dans la déclinaison de ces transgressions par rapport à celles que commettent les hommes, réside dans le fait qu’elles sont souvent présentées dans la sphère publique à travers une grille de lecture basée sur l’émotionnel, ce que démontre le meurtre commis par Pupetta Maresca ou encore la collaboration de Serafina Battaglia avec la justice. L’invisibilisation des aspects rationnels de ces transgressions est le résultat d’une invisibilisation systématique qui a traversé la majeure partie du vingtième siècle à travers des discriminations qui étaient intégrées à la jurisprudence de la plupart des pays européens, et dont les associations mafieuses ont profité. En se basant sur son expérience Tore, un homme condamné pour association mafieuse que j’ai interviewé en Campanie en 2017, décrit les femmes de la Camorra comme « des épouses […] épouses discrètes, qui connaissaient tout mais ne disaient rien ».

35En outre, dans des contextes caractérisés par des règles très rigides et des structures plutôt « orthodoxes », la transgression dans les mafias se heurte à des seuils de tolérance proches de zéro. Une fois la règle transgressée, il est presque impossible de rentrer dans la norme, ce qui incite à plus de préméditation avant d’en courir le risque.

  • 46 Quoiqu’une femme ait été emprisonnée une semaine auparavant dans une ville voisine pour « associati (...)

36Cette dimension émotionnelle dans le récit des transgressions des femmes mafieuses risque d’en cacher l’agentivité sous-jacente, ce que confirment des hommes que j’ai eu la possibilité d’interviewer dans mes activités de terrain. Un avocat de droit pénal interviewé en 2017, qui a travaillé sur plusieurs cas liés à la criminalité organisée et à ses dynamiques, témoignait du même préjugé, affirmant : » Les femmes dans la Camorra ? Ce sont plutôt celles qui ont fait démanteler des clans46 ! »

  • 47 Tv, Manuela Arcuri è Pupetta Maresca. E la fiction diventa un inno alla Camorra.
  • 48 La protesta del fronte anticamorra : “Pupetta Maresca non è eroina da TV”.

37Ce préjugé est aussi alimenté par plusieurs produits médiatiques qui ont tendance à romancer les actes de violence commis par les femmes. L’exemple des films basés sur l’histoire de Maresca — qui continuent à être produits, le dernier, rappelons-le, étant sorti en 2013 — démontre comment la volonté de souligner la dimension passionnelle ou anticonformiste (ou encore « courageuse », pour citer le titre d’un des films) a d’une certaine manière masqué ou amoindri la participation active et directe de cette femme à des activités liées à la Camorra. Cela dit, les réactions de protestation à cette production médiatique n’ont pas manqué. En juin 2013, Il Fatto Quotidiano intitulait un article « TV, Manuela Arcuri est Pupetta Maresca. La série devient un hommage à la Camorra47 », tandis que La Repubblica publiait « La protestation du front anticamorra : “Pupetta Maresca n’est pas une héroïne de télé”48 », article où sont rapportés les propos de Don Palmese que je citerai en conclusion de ce travail : « Tout en voulant respecter et accepter un certain repentir, ces histoires devraient quoi qu’il en soit être étudiées du côté de ceux qui ont souffert, de ceux qui ont été blessés. Sinon, un produit comme la fiction fait naître chez les cultures et les personnes les plus fragiles une mystification et des réflexions contraires. Et ceux qui ont été victimes de cette dynamique sont tués une seconde fois. »

Haut de page

Notes

1 Cf. Mario Schermi, « Elementi di pedagogia », dans Mario Schermi (dir.), Crescere alle mafie. Per una decostruzione della pedagogia mafiosa, Milan, Franco Angeli, 2010.

2 Les organisations faisant ici l’objet d’analyses sont celles qu’Isaiah Sales nomme « les trois sœurs » : la Camorra napolitaine, la ‘Ndrangheta calabraise et la mafia sicilienne, que lient des origines et des évolutions communes. J’exclus des analyses de ce travail les « mafias modernes », par exemple Mafia Capitale, la mafia de Rome, ou encore les organisations terroristes telles que les Brigades rouges, car il s’agit alors surtout de crimes politiques avec une idéologie sous-jacente. Il faut en revanche souligner qu’il convient s’agissant des mafias de parler de « méta-idéologies », car elles sont nées à des périodes historiques où la péninsule italienne a connu des transformations sociales marquantes.

3 Cf. Maurizio Catino, « La mafia come fenomeno organizzativo », Quaderni di Sociologia, 14, 1997, pp. 83-98.

4 Cf. Santi Romano, L’ordinamento giuridico. Studi sul concetto, le fonti e i caratteri del diritto, Pisa, Spoerri, 1918. « …À chaque fois qu’on a un organisme social d’une quelconque complexité, si petit soit-il, s’instaure en lui une discipline, qui contient tout un ordre d’autorité, de pouvoir de la norme, de sanctions » (je traduis) ; ou encore, les mafias « possèdent une autorité législative et exécutive, des tribunaux qui règlent les différends et punissent, des agents qui exécutent inexorablement les punitions, des statuts élaborés et précis comme les lois étatiques » (traduction de D. Puccio-Den). Voir également Giovanni Fiandaca, « La mafia come ordinamento giuridico. Utilità e limiti di un paradigma », Il Foro Italiano, 2, 1995, pp. 21-28.

5 Deborah Puccio-Den, « Tribunaux criminels et fictions de justice. La “commission” de la mafia sicilienne », Droit et société, 1, 2015, pp. 35-53.

6 Parlant de la criminalité et de la visibilisation de la violence des femmes, je me référerai exclusivement aux femmes se trouvant dans les principales organisations mafieuses (camorra, mafia et ’ndrangheta) ; dans d’autres organisations criminelles italiennes à but politique, par exemple les Brigades rouges, les femmes et leurs « actions violentes » étaient bien plus visibles.

7 L’expression Men’s Rea a été utilisée en 1980 par Mark Cousins dans un article intitulé « Men’s rea : a note on sexual difference, criminology and the law », où il analyse de manière critique et provocatrice les analyses et théories féministes de l’époque sur le rapport entre les genres et le droit pénal.

8 Selon la loi italienne, les « collaborateurs de justice » sont des individus qui, s’étant retrouvés dans des situations particulières, ont des choses à dire sur un fait criminel. Font partie de cette catégorie des mafieux ou anciens mafieux qui, repentis et/ou pour amoindrir leur peine, décident de collaborer avec la justice. Les « témoins de justice » sont la plupart du temps des individus qui, sans avoir commis de crimes (ou de victimes), collaborent avec la justice.

9 Cf. Antonella Pasculli, « Il ruolo della donna nell’organizzazione criminale : il caso barese », Rivista di criminologia, vittimologia e sicurezza, n° 3 (2), 2009, pp. 80-97.

10 Cf. Coline Cardi, « Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social », Déviance et société, 31(1), 2007, pp. 3-23 ; Julien Pieret, « Une justice pénale internationale vue par les femmes : continuités et bifurcations dans les analyses féministes de la pénalité », Champ pénal/Penal field, 13. En ligne : https://journals.openedition.org/champpenal/9224 (consulté le 18/10/2018). « L’image de la femme justiciable, victime ou délinquante, évolue sans doute — de l’être émotif à l’individu responsable (Heidensohn, Silvestri, 2012) — mais l’important est de noter que le système d’administration de la justice pénale demeurerait producteur d’images de la femme et de son rôle dans la société. Le droit et la justice se présenteraient ainsi comme un système de connaissances et donc de domination particulièrement autoritaire et efficace (Smart, 1989). »

11 Cf. Alisa del Re, « Genre et représentation politique des femmes en Italie : une situation paradoxale », Cahiers du Genre, 2, 2002, pp. 85-112.

12 Federico Rotondo, « Il tentativo di medicalizzazione della penalità in Italia sul finire del XIX secolo », Thèse de doctorat, Università degli Studi di Napoli Federico II, 2007.

13 Il avait ainsi justifié cette « lente évolution » des femmes à travers la biologie, renvoyant par analogie à « l’immobilité de l’ovule par rapport au spermatozoïde ». Cf. Miguel Angel Núñez Paz, « “La donna” delinquente. Un percorso storico-teorico », Diritto Penale Contemporaneo, pp. 2-27. En ligne : https://www.penalecontemporaneo.it/upload/1449395259NUNEZ-PAZ_2015a.pdf.

14 Lombroso affirmait ainsi que l’évolution humaine passait par la couleur de la peau, avec une transition noir-jaune-blanc. Ces affirmations ont créé d’autres discriminations, dans le Sud de l’Italie qui a vu naître les mafias. En 1896, Lombroso publie La femme délinquente, la prostituée et la femme normale, où il classe les femmes en trois sous-types : la femme normale, inoffensive étant donné sa nature sédentaire ; la femme prostituée, qui renvoie à la caractéristique héréditaire des femmes, celle des hommes étant la criminalité ; la femme criminelle, une aberration et une double exception, en tant que femme et en tant que criminelle, qui fait de ce type de femme une créature « monstrueuse ». Lombroso souligne en outre le fait que l’adultère serait chez les riches l’avatar de la prostitution. Ou encore, que l’éducation des femmes devrait être réprimée, étant susceptible de déclencher dans leur nature inférieure une criminalité latente.

15 Marie-Andrée Bertrand, professeure québécoise, affirme au cours des années 1960 : « Notre Code criminel assure aux femmes […] une solide protection morale […]. L’ayant constituée gardienne des valeurs familiales du foyer, s’étant assuré que les agresseurs éventuels qui en veulent à sa chasteté (avec ou contre son gré...) sont bien punis, le législateur montre cependant qu’il entend qu’elle prenne au sérieux son rôle d’épouse ». Cité dans Micheline Dumont et Louise Toupin, La pensée féministe au Québec. Anthologie (1900-1985), Montréal, Éditions du remue-ménage, 2011.

16 Cf. Deborah Puccio-Den, « Juger la mafia. Catégorisation juridique et économies morales en Italie (1980-2010) », Diogène, n° 239-240, 2012/3-4, pp. 16-36.

17 À l’écart du procès judiciaire de Maresca, Enzensberger en a suivi avec grande attention le traitement médiatique. Il replace en outre cet épisode de la Camorra dans un contexte de mutation socio-économique et de modernisation économique. À travers une reconstruction inspirée par la sociologie marxiste, qui voit changer le rapport de la Camorra à l’exploitation du travail et à la production agraire du fait de l’arrivée des modèles capitalistes, Pasquale est décrit comme « perdant », ayant échoué dans la tentative de conduire une médiation (illicite) entre marché et société rurale. Cf. Hans Magnus Enzensberger, Pupetta o la fine della Nuova Camorra. Politica e crimine, Torino, Bollati Boringhieri, 1998.

18 Dans le cadre du projet STAR-Linea 1, « The use of violence and organized crime. A socio-economic analysis of Camorra clans in Campania », des membres d’une communauté épistémique très influente dans ces domaines de recherche interdisciplinaire ont organisé un forum de discussion sur un certain nombre de manifestations de violence au sein des mafias, coordonné par Monica Massari. Voir Nando dalla Chiesa, Alessandra Dino, Gabriella Gribaudi, Marcella Marmo, Marco Santoro et Rocco Sciarrone, « La violenza delle mafie », Meridiana, 90 (3), 2017, pp. 255-292.

19 Je citerai un extrait de l’article « La violenza delle mafie », mentionné en note 18. Même s’il fait partie d’une recherche récente publiée en 2017, ce témoignage offre un cadre important pour définir « l’espace public » (et son rôle dans l’amplification de l’impact de la violence directe) dans lequel s’insèrent non seulement le meurtre commis par Maresca en 1955, mais aussi la série d’assassinats qui a eu lieu à l’époque. Cette série de crimes s’inscrit de fait dans une lutte pour redéfinir le commerce des fruits et légumes et le trafic de cigarettes, auquel Pasquale Simonetti et Antonio Esposito participaient. « Bien que nous soyons, depuis 1992 environ, dans une phase historique qui connaît au niveau national une diminution de la violence mafieuse meurtrière, à Naples peut-être plus qu’ailleurs cette violence perturbe et défie fortement par les aspects tant quantitatifs que spectaculaires de certains de ces meurtres — parfois perpétrés dans des endroits très fréquentés et en plein jour — en raison de leur férocité apparemment insensée, chargée d’hostilité, de l’implication de simples citoyens et de l’utilisation massive des armes à feu. Une violence terriblement visible, pourrait-on dire, mais qui ne parvient pas à dissimuler cette violence invisible, ramifiée, étendue, parallèle aux activités économiques de ce territoire, où elle est un instrument de régulation non seulement des marchés illégaux, mais aussi des marchés légaux d’un point de formel » (je traduis).

20 Marcella Marmo, « La rima amore/onore di Pupetta Maresca. Una primadonna nella camorra degli anni cinquanta », Meridiana, 67, 2010, pp. 113-143.

21 Cf. Felia Allum et Irene Marchi, « Analyzing the Role of Women in Italian Mafias: the Case of the Neapolitan Camorra », Qualitative Sociology, 41, 2018, pp. 361-380.

22 Cf. M. Marmo, « La rima amore/onore di Pupetta Maresca… », op. cit.

23 Cf. Hans Magnus Enzensberger, « Pupetta o la fine della Nuova Camorra » [1961], dans Politica e crimine, Torino, Bollati Boringhieri, 1998.

24 On peut en voir l’affiche sur le site http://www.benitomovieposter.com/catalog/delitto-al-posillipo-p-145186.html?language=IT)

25 Une photo montre l’actrice aux côtés de Maresca dans un article publié sur le site http://www.napolitoday.it/cronaca/fiction-pupetta-maresca-polemiche.html

26 Cf. M. Marmo, « La rima amore/onore di Pupetta Maresca… », op. cit.

27 Le programme de recherche du Centro Nazionale delle Ricerche (CNR) intitulé « Croyances au sein de la légalité dans l’Italie méridionale contemporaine » a été le cadre de ses recherches et son premier ouvrage Les femmes, la mafia, est paru en 1994 à Milan, aux éditions Il Saggiatore.

28 Ottaviano del Turco, président de la Commission parlementaire Antimafia (qui a été emprisonné en 2008), et la ministre pour l’Égalité des chances Anna Finocchiaro.

29 Cf. Giovanni Fiandaca (dir.), Women and the Mafia. Female Roles in Organized Crime Structures, New York, Springer, 2007.

30 Cf. G. Gribaudi et M. Marmo (dir.), Donne di mafia, Meridiana, 67, 2010, p. 238.

31 Women and the Mafia inclut en annexe des études de cas sur les femmes dans les organisations criminelles en Albanie, en Argentine, au Brésil, au Japon, en Allemagne, en Russie et aux États-Unis, ouvrant la voie à des études comparatives. Cependant, à l’époque de la publication de l’ouvrage, Giovanni Findaca soulignait que le sujet des femmes dans les mafias n’y était pas suffisamment abordé et que cela restait un travail de recherche principalement limité au plan régional.

32 Deborah Puccio-Den, « De l’honneur à la responsabilité. Les métamorphoses du sujet mafieux », L’Homme, Revue française d’anthropologie, éditions de l’EHESS, n° 223-224, 2017/3-4, pp. 63-99.

33 Cf. Salvatore Lupo et Gaetano Savatteri, Potere criminale. Intervista sulla storia delle mafie, Rome, Laterza, 2010, et Pietro Grasso, Storie di sangue, amici e fantasmi. Ricordi di mafia, Milan, Feltrinelli, 2017.

34 S. Howard Becker, Outsiders. Studies in the sociology of deviance, New York, The Free Press of Glencoe, 1963.

35 L’écriture a été pour Salvatore Lo Piccolo un instrument d’autolégitimation lui permettant de briguer la place de chef de Cosa Nostra après l’arrestation de Bernardo Provenzano qui l’avait introduit dans le monde mafieux, instaurant un rapport inédit à la normativité. Cf. D. Puccio-Den, « “Dieu vous bénisse et vous protège !” La correspondance secrète du chef de la mafia sicilienne Bernardo Provenzano (1993-2006) », Revue de l’histoire des religions, 228, 2011/2, pp. 307-326.

36 « Un lieu de résidence et de travail, où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. » Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Minuit, « Le sens commun », Paris, 1968 (trad. L. Lainé). Édition originale: Asylums. Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, New York, Doubleday Anchor, 1961.

37 Nous retrouvons cette vision fonctionnaliste dans plusieurs écosystèmes criminels. Dans le cas du Salvador, « les gangs découragent la transgression et renforcent la cohésion par le biais d’une stricte intégration de nouveaux membres et de codes de discipline sévères, ce qui contribue à accroître leur éloignement de l’État salvadorien » (je traduis). Adam Blackwell, « If the war on drugs is over… now what? Security without easy answers », Altona, FriesenPress, 2015. Voir aussi Pietro Grasso, Storie di sangue, amici e fantasmi. Ricordi di mafia, op. cit.

38 Joseph Farrell, Understanding the Mafia, Manchester, Manchester Italian Texts, 1997.

39 Cf. Carmel Cassar, L’honneur et la honte en Méditerranée, Edisud, 2005 et Deborah Puccio-Den, « De l’honneur à la responsabilité. Les métamorphoses du sujet mafieux », op. cit.

40 Cf. D. Puccio-Den, « Tribunaux criminels et fictions de justice. La “commission” de la mafia sicilienne », Droit et société, n° 89, 2015/1, pp. 35-53.

41 S. Lupo et G. Savatteri, Potere criminale. Intervista sulla storia delle mafie, op. cit.

42 Marie-Carmen Garcia, « Grand résumé de Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2016 », SociologieS [en ligne], Grands résumés, mis en ligne le 13 novembre 2017.

43 S. H. Becker, Outsiders. Studies in the sociology of deviance, op. cit.

44 Renate Siebert, Le donne, la Mafia, Milan, Il saggiatore, 1994.

45 « Le sang appelle le sang », réinterprétation moderne du diritto barbaricino.

46 Quoiqu’une femme ait été emprisonnée une semaine auparavant dans une ville voisine pour « association mafieuse à des fins de trafic de drogue, extorsion, rapine, exploitation de la prostitution ».

47 Tv, Manuela Arcuri è Pupetta Maresca. E la fiction diventa un inno alla Camorra.

48 La protesta del fronte anticamorra : “Pupetta Maresca non è eroina da TV”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiziano Peccia, « Transgressions de genre dans les organisations mafieuses en Italie », Les cahiers du CEDREF, 24 | 2020, 91-117.

Référence électronique

Tiziano Peccia, « Transgressions de genre dans les organisations mafieuses en Italie », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 24 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1331

Haut de page

Auteur

Tiziano Peccia

Doctorant en sociologie et genre, université de Paris, LCSP/CEDREF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals