Navigation – Plan du site

« Je dois être une sœur ou un père de famille pour ma fille ? » Grossesses et maternités célibataires en Tunisie : de la dissonance identitaire à la négociation statutaire

Anne Le Bris
p. 171-193

Texte intégral

Des enfantements hors-la-loi

  • 1 Prendre conscience du fait que sur le terrain nos identités jouent sur les interactions au quotidie (...)

1Abir, jeune femme célibataire, venant de mettre au monde une petite fille dans le Sud-Ouest de la Tunisie, s’interroge sur son statut c’est-à-dire sur la place qu’elle peut tenir auprès de son enfant et dans la société. Son raisonnement la conduit à envisager deux hypothèses : « être une sœur » pour sa fille ou « être un père de famille ». Concrètement, Abir se demande si elle ne va pas confier sa fille à sa propre mère et la faire passer pour la dernière-née de la fratrie aux yeux du village. La seule alternative est d’être un « père de famille », soit, conformément aux représentations dominantes, assumer les charges familiales, travailler pour subvenir à ses besoins, être dépositaire d’une forme d’autorité. Le champ des possibles est restreint à ces deux possibilités : modifier sa position dans le système de parenté (être une sœur) ou changer symboliquement de genre (être un père). Abir ne se pose pas la question de la possibilité d’« être mère » alors qu’elle considère pourtant ce nouveau-né comme « sa » fille lorsqu’elle s’adresse à moi, observatrice extérieure, femme et Européenne1. Comme pour tout discours, celui qu’Abir produit sur la nature du lien maternel varie selon le contexte d’énonciation. Avec moi, elle revendique sans détour sa maternité mais elle la passe sous silence en présence des hommes de sa famille. Sa maternité devient également l’objet de tractations et de stratégies avec les femmes de sa famille et comporte des enjeux tant individuels que collectifs dans un contexte social marqué par la stigmatisation des rapports sexuels féminins prénuptiaux.

  • 2 Pour illustrer cette invisibilité à l’heure actuelle, prenons l’exemple du Flash info fécondité de (...)
  • 3 Dans la législation tunisienne, l’article 36 du code précise que toute union non conclue conforméme (...)
  • 4 Zahia Ouadah-Bedidi, Jacques Vallin et Ibtihel Bouchoucha, « La fécondité au Maghreb : nouvelle sur (...)
  • 5 Zahia Ouadah-Bedidi et Jacques Vallin, « Maghreb : la chute irrésistible de la fécondité », Populat (...)

2Pour comprendre la place de ces femmes à la fois célibataires et mères dans la société tunisienne, leur invisibilité dans le champ politique et scientifique2, il nous faut appréhender ce qui forge les normes sociales dominantes notamment en matière de genre. Le Code du statut personnel (CSP) tunisien condamne toute forme d’activité sexuelle entre individus non mariés. Perçu comme un « vice » entachant la procédure du mariage, le concubinage est d’ailleurs un délit passible de prison3. À travers ces mesures politiques, véritables cadres de référence normatifs, les institutions politiques concourent à la cristallisation des normes familiales. Les institutions religieuses, scolaires et médiatiques (re)produisent et diffusent ces représentations sociales qui structurent en partie les rapports sociaux de sexe. La condition ordinaire des femmes célibataires est d’être sexuellement inactives et ce jusqu’au jour des noces. Les rapports sexuels perçus comme transgressifs au regard des normes dominantes ont toujours existé ; cependant le fait de se marier jeune avait pour une part prémuni les générations précédentes des conséquences d’une sexualité prénuptiale. Depuis quarante ans, l’âge au premier mariage a beaucoup augmenté4. En 2014, près d’une Tunisienne sur deux âgée de 25 à 29 ans est célibataire, ce chiffre s’élevant à 83,7 % pour les hommes (INS, 2015). Ce recul de l’âge au mariage est le fruit de la hausse du niveau d’instruction des femmes5. Le chômage des jeunes et la crise du logement retardent également l’indépendance sociale et l’autonomie économique des Tunisien.ne.s.

  • 6 Anne Le Bris, « Maternités célibataires en Tunisie. Parcours pluriels et identités négociées », Thè (...)
  • 7 Des tests ADN peuvent être effectués sur ordre du juge lorsque les pères sont désignés et identifié (...)
  • 8 Marta Arena, « La construction de la parenté par le nom : de l’utilisation d’un modèle anthropologi (...)
  • 9 Bien que l’adoption plénière en tant que création d’un lien de parenté soit explicitement interdite (...)

3En Tunisie, on estime aujourd’hui entre 1 200 et 1 600 le nombre de naissances hors mariage par an6. Ce chiffre est en nette augmentation comparé aux données dont nous disposons pour 1960 quand 300 abandons d’enfants pour 366 naissances hors mariage étaient comptabilisés. Au début des années 2000, l’administration publique recensait près d’un millier de naissances et le taux d’abandon avoisinait les 80 %. Malgré l’opprobre de la société, on constate que de plus en plus de femmes célibataires gardent leur enfant auprès d’elles. Les réformes concernant la filiation des enfants nés hors mariage ont certainement eu un impact sur les décisions des femmes. Jusqu’en 1998, l’inscription « né de père inconnu » ou « X » figurait sur l’acte de naissance de l’enfant tunisien né hors mariage, qui portait ainsi le stigmate de son origine durant toute sa vie. Beaucoup de femmes célibataires désemparées abandonnaient légalement leur enfant via l’Institut national de protection de l’enfance (INPE). Une loi promulguée en 1998 permet désormais à l’enfant de recevoir un nom patronymique complet. Renforcée en 2003, elle donne droit, dans le cadre d’une recherche en paternité7, à une pension alimentaire et à la tutelle de l’enfant. La loi tunisienne permet donc à l’enfant d’être inséré dans une « généalogie » et « d’entamer la réintégration à la communauté »8. L’enfant né hors mariage peut être gardé par sa mère mais il peut également être adopté, fait rarissime dans un pays musulman9. Si la femme célibataire signe l’acte d’abandon, l’enfant peut intégrer une famille adoptive et bénéficie de droits identiques à ceux d’un enfant dit légitime.

Investigations auprès de mères célibataires en Tunisie

  • 10 Expression utilisée en français par les services sociaux des hôpitaux tunisiens.
  • 11 Anne Le Bris, « Les mères célibataires au Maghreb. Pour un état des lieux critique des connaissance (...)
  • 12 Paola Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmatta (...)
  • 13 Anne Le Bris, « Les mères célibataires au Maghreb. Pour un état des lieux critique des connaissance (...)
  • 14 Anne Le Bris, « Maternités célibataires en Tunisie. Parcours pluriels et identités négociées », op. (...)

4Les femmes étiquetées comme « mères célibataires » visibles dans l’espace public sont généralement considérées comme des « cas sociaux10 » par la société, ses institutions mais également comme des « filles de mauvaises mœurs ». Décriées, malmenées, fuies, elles sont régulièrement assimilées à des prostituées11 aux partenaires multiples. Ces femmes célibataires sont ainsi définies eu égard non à leurs trajectoires sexuelles (qui n’incluent pas nécessairement des prestations professionnelles rémunérées) mais à la représentation d’une activité sexuelle établie hors des règles traditionnelles patriarcales12. Les rapports et diverses enquêtes institutionnelles portant sur cette population de femmes célibataires portent la trace de ces représentations sociales13. L’enquête Ined-ONFP (Institut national d’études démographiques, Office national de la famille et de la population) menée dans le cadre d’un doctorat articule une approche quantitative — 450 femmes célibataires venant d’accoucher sur une période de 12 mois ont été interrogées dans 9 hôpitaux régionaux — et une approche qualitative. Quarante-deux entretiens semi-directifs ont pu être menés auprès de femmes célibataires ayant fait le choix de garder leur enfant auprès d’elles sans toutefois endosser systématiquement le statut de mère. Il s’agissait de femmes venant de mettre au monde leur enfant enquêtées quelques jours auparavant au sein des maternités ainsi que de femmes célibataires mères depuis quelques mois, voire quelques années, rencontrées principalement via le tissu associatif14.

  • 15 Dans le milieu hospitalier et au sein des services sociaux, les mères célibataires sont d’ailleurs (...)
  • 16 Il faut tenir compte de l’influence des rapports de genre sur les interactions entre partenaires, d (...)
  • 17 Paola Tabet, La grande arnaque…, op. cit.
  • 18 L’intimité au sens de posséder un espace intime, un espace « à soi » permet la (re)possession de so (...)
  • 19 Il n’existe aucun chiffre sur ces faits passés sous silence mais de nombreux témoignages recueillis (...)

5Ce travail vise à détecter les modalités de résistance de ces femmes confrontées à une grossesse tout en précisant les alternatives à leur portée dans des espaces sociaux où les ressources (quelles qu’elles soient) sont inégalement distribuées. Seules les femmes, à travers l’acte physiologique de l’enfantement, sont rattachées à cet enfant. Elles sont donc seules montrées du doigt et condamnées pour un acte pourtant « commis » à deux15. Aux rapports sociaux de sexe inégalitaires16 se mêlent d’autres rapports de pouvoir comme les divisions de classe qui créent entre les femmes elles-mêmes de profondes inégalités. La sexualité et sa maîtrise (et la maîtrise des conséquences) constitue un marqueur privilégié qui naturalise les rapports de pouvoir séparant les femmes entre celles qui ont les possibilités matérielles et symboliques de maîtriser leur sexualité et les autres17. Les femmes appartenant aux milieux les plus favorisés conçoivent autrement ce rapport à la norme car elles ont matériellement et symboliquement l’espace pour s’y soustraire18. En cas de conception hors mariage, nombreuses sont ces femmes qui préfèrent réaliser une IVG en clinique privée19.

  • 20 Claude Dubar, « Socialisation et processus », dans Serge Paugam (dir.), L’exclusion. L’état des sav (...)

6L’enjeu de ce travail est d’éclairer ces parcours de grossesse et de maternité et de mettre en lumière, dans le cadre des interactions, les capacités des femmes rencontrées à jouer (ou non) avec leurs identités et ainsi avec les normes existantes. Comment parviennent-elles à concilier le statut matrimonial de « célibataire » avec le rôle qui lui est socialement et juridiquement associé pour les femmes, celui d’être sexuellement inactive, et leur statut de « mère » ? Comment concilier le statut de mère sans être pour autant une épouse conformément aux lois en vigueur ? Quelles sont leurs marges de manœuvre ? Le recours à la notion d’identité est privilégié ici bien que l’on puisse aussi parfois parler de « formes identitaires20 ». Il n’est pas question ici d’essentialiser l’identité mais de mettre en lumière les capacités de variance identitaire qui permettent aux individus d’affronter diverses situations sociales.

Parcours pluriels de grossesse et de maternité hors mariage 

7Les données de l’enquête quantitative mettent au jour une pluralité de parcours de grossesse et de maternité ainsi que la grande diversité des profils de ces femmes. On rencontre dans notre échantillon à la fois des femmes ayant subi des violences sexuelles (viols, incestes : 8 %) et des femmes ayant des relations durables avec des partenaires (49 %) mais dont l’union est retardée pour des raisons familiales et/ou économiques. Il peut s’agir de jeunes travailleuses, ouvrières principalement ou employées domestiques dont les migrations permettent de nouvelles rencontres hors du cercle familial ; de lycéennes qui ont tardé à avorter ; ou encore de femmes d’un âge avancé qui espèrent précipiter un mariage face à un partenaire toujours indécis. On trouve également des femmes déclarant être des travailleuses du sexe (7 %). L’amour est le fondement de la relation le plus souvent mentionné et le soutien matériel intervient en troisième position. Existent également, quoique très minoritairement, des relations de cohabitation avec un mode de vie identique à celui du mariage. Près de 4 % des femmes enquêtées vivaient auprès de leur partenaire avant de tomber enceinte.

  • 21 Situation que l’on peut observer dans les cas de grossesses adolescentes. Voir Charlotte Le Van, Le (...)

8Nos données mettent en évidence le fait que ces parcours de grossesse puis de maternité ne résultent pas uniquement d’un défaut de connaissance en matière de santé sexuelle et reproductive, qu’il ne s’agit pas uniquement d’« accident ». Certes minoritaires, des grossesses peuvent toutefois être désirées (56 cas sur 450). Dans certains cas, cette énonciation du désir de grossesse/d’enfant relève de stratégies discursives permettant de transformer un échec en choix et de s’investir positivement en tant qu’individu. Il s’agit parfois de combler un manque affectif, de vérifier sa fécondité ou même de reproduire un schéma familial. Le désir de grossesse n’est pas nécessairement lié à un désir d’enfant. Cette grossesse peut être un moyen de communication et de régulation au sein d’un couple21. Être enceinte, mettre le partenaire face à cet état de fait, c’est poser un acte important dans le déroulement de la relation. La grossesse, telle une fuite en avant ou un suicide, peut être aussi pour les plus jeunes un moyen de solliciter l’attention des parents.

Des femmes génitrices…

9Deux femmes célibataires sur trois de notre échantillon décident de quitter la maternité sans le nouveau-né. Si l’on compare les profils de celles qui confient définitivement leur enfant et de celles qui le gardent, il apparaît que les premières ont un niveau d’instruction plus élevé et détiennent globalement une position sociale plus favorisée. Plus l’on monte dans la hiérarchie sociale, plus il semble difficile d’assumer un enfant hors mariage. Lorsque les relations familiales sont qualifiées de bonnes ou de très bonnes par la femme célibataire, il semble que l’abandon soit la seule alternative susceptible de préserver les liens intrafamiliaux et de réduire des risques d’exclusion — qu’ils soient géographiques, socio-affectifs ou économiques — perçus comme insurmontables. Les nourrissons nés d’un viol ou d’un inceste sont également plus souvent confiés de manière définitive aux institutions publiques.

  • 22 Florence Weber, Penser la parenté aujourd’hui. La force du quotidien, Paris, Rue d’Ulm, coll. « Sci (...)
  • 23 Agnès Laury, « Le don d’abandon », Autrement, n° 35, 1981.
  • 24 Maurice Godelier, « Un homme et une femme ne suffisent pas à faire un enfant. Analyse comparative d (...)
  • 25 Florence Weber, Penser la parenté aujourd’hui…, op. cit.
  • 26 Sur l’ensemble de l’échantillon de 450 femmes célibataires, on dénombre une dizaine de femmes ayant (...)

10Les femmes célibataires peuvent donc définitivement rompre le lien filial : la nature du lien est alors génétique, c’est le lien du sang22. Elles demeurent génitrices et peut-être aussi des mères meurtries, des mères en deuil en leur for intérieur. Refuser d’endosser le statut de mère, refuser l’élevage de l’enfant par stratégie ou par imposition, c’est aborder la pluralité des modes d’être mère. Ici, il ne s’agit pas d’essentialiser ou de naturaliser ce lien, non plus que de le (sur)valoriser. Ces femmes « génitrices » qui confient définitivement leur enfant ne doivent pas subir une double stigmatisation, celle également d’être une « mauvaise mère » qui abandonne, qui commet une autre faute au regard du discours biologisant. Il n’y aurait pas d’un côté les « mères courage » et de l’autre celles qui baissent les bras, « abandonnent »23. Désinvestir son corps de mère, renoncer à ce lien maternel peut aussi être perçu comme un gage de réalisme, de lucidité. La rencontre physique des corps d’un homme et d’une femme ne suffit pas à faire un enfant24. Par manque de soutiens, quels qu’ils soient, certaines femmes célibataires se sentent incompétentes, voire dangereuses pour l’enfant. L’adoption est alors une façon de le « mettre à l’abri », en le confiant à une autre femme ou de se mettre elles-mêmes à l’abri des représailles éventuelles de leur famille. Aussi, il est possible de valoriser des liens de parenté « sociale ». Dans « abandon », il y a « don »… Cet acte permet à des femmes stériles d’accéder au statut de mère. Il faut donc s’écarter d’une vision essentialiste de la maternité et apprendre à « défaire la parenté25 ». L’abandon peut également traduire cette impossibilité ou du moins cette difficulté à soutenir un écart entre identité sociale et identité personnelle. Invisibilisant ce statut non désiré (celui de mère), l’abandon est une façon de retrouver une cohérence entre ces identités pour soi (« comment je me perçois ») et pour autrui (« comment les autres me perçoivent »), entre l’identité personnelle et sociale. Cette tâche est facilitée lorsque le processus de grossesse a pu être invisibilisé, ce qui est relativement rare26.

Le garder et après ?

  • 27 Les observations et analyses sur la gestion des identités sont le fruit d’un travail mené sur le co (...)

11À partir du moment où elles décident de garder l’enfant auprès d’elles, ces femmes vont devoir jongler avec leur statut de mère et de célibataire27 et vont traverser des moments de tensions identitaires provoqués par la dissonance inhérente à leur situation. Les réactions face à cet enfant sont loin d’être uniformes, et il est possible d’identifier au moins trois situations dans la gestion de leur identité : se réhabiliter en tant que femme célibataire par la rupture du lien avec leur progéniture, se réhabiliter en tant que mère par le mariage ; ou s’assumer comme « mère célibataire ».

12Les données de l’enquête quantitative nous indiquent que les femmes désirant garder leur enfant sont généralement plus indépendantes et ont travaillé pour la majorité d’entre elles avant l’âge de 20 ans. Elles ont majoritairement un niveau d’instruction primaire, et leur emploi, d’ouvrière principalement, leur permet de vivre détachée du noyau familial et de subvenir aux besoins de leur nouveau foyer. L’enquête met en lumière que près de la moitié des femmes désirant garder leur enfant est en situation d’emploi contre un tiers seulement des femmes désirant confier définitivement leur enfant. On remarque également une plus forte proportion à garder l’enfant dès lors que le dialogue est instauré avec le partenaire, que celui-ci est informé de la naissance — ce qui laisse présager une issue favorable au couple (mariage, arrangement, soutien matériel, etc.) d’autant plus probable que le père biologique est divorcé ou veuf et qu’une promesse de mariage a été formulée avant la grossesse. De même, lorsque la grossesse est désirée et décelée avant le premier trimestre, la probabilité que les mères gardent l’enfant est plus forte.

Changer de place dans la parenté

13Des « solutions » alternatives, des arrangements intra-familiaux semblent avoir été trouvés par certaines mères. Nous avons observé plusieurs stratégies qui leur permettent de réintégrer le foyer avec leur enfant tout en abandonnant leur statut de « mère » aux yeux de la communauté. Il n’est pas rare d’observer que l’enfant est accepté en tant que membre de la famille alors même que la filiation avec la mère biologique est passée sous silence. L’enfant « passe » pour celui d’une sœur mariée, voire de la mère qui est en fait la grand-mère. Le lien biologique à l’enfant est valorisé (c’est « ta chair », « ma chair » dit la grand-mère), et il paraît impossible de rompre ce lien sans occasionner une perte qui serait trop douloureuse. Cependant il apparaît tout aussi impossible — dans l’immédiat — d’afficher ce lien biologique entre la mère et l’enfant. Ce lien est donc déconstruit puis réinvesti par une autre figure maternelle.

La mère devient sœur

14La mère de Myriem a toujours soutenu sa fille contre les membres masculins de la famille, réussissant à négocier son retour au foyer auprès de ces derniers. Elle s’est réellement battue pour que sa fille puisse vivre aux côtés de sa petite-fille. Myriem réintègre donc le foyer familial avec sa fille et ses parents décident de prendre en charge leur petite-fille comme s’il s’agissait de leur propre enfant.

« Dans la maison où j’ai résidé avec ma sœur, on est restées 7 jours mais ma mère n’a pas voulu que je reste ici. Il fallait que je rentre à la grande maison et tous ils doivent m’accepter comme je suis. On doit pas jeter sa propre fille. Elle m’a dit : “il faut considérer ta fille comme si elle était la cinquième fille que je n’ai pas”. Dès ce jour-là, ma fille est considérée comme une sœur pour moi. Pas ma fille. » (Myriem, 29 ans)

La mère devient tante

15Dans le cas de Fatima, 19 ans, sa mère a accepté le nourrisson quelques semaines au cœur du foyer familial en faisant croire à l’entourage qu’il s’agissait de l’enfant de son fils Hakim, dont la femme était enceinte au même moment. Lorsque sa belle-sœur est revenue avec son enfant vivre auprès d’Hakim et ses parents, Fatima a dû définitivement quitter les lieux avec son fils et a été hébergée au sein d’une association.

16Une observation récurrente est celle de l’enfant placé en pouponnière pour être ensuite adopté par la sœur de la mère génitrice. Cette sœur, divorcée ou en accord avec son époux, adopte cet enfant qui prend place dans cette famille.

17Une des premières alternatives est donc de taire la filiation maternelle sans pour autant se séparer physiquement de l’enfant. Du moins le lien qui unit la mère à son enfant est passé sous silence. Cette forme de solidarité intrafamiliale peut s’avérer être une véritable ressource à la fois affective et matérielle et représente une alternative face au déshonneur de la famille. Au-delà de la solidarité intrafamiliale féminine, j’ai également pu observer un cas où c’est le frère, marié et résidant en France, qui accepte de prendre en charge l’enfant de sa sœur célibataire afin de lui garantir de meilleures conditions de vie.

18Il est important de préciser que les pères des mères célibataires sont parfois prêts à accepter leur fille bien qu’elle ait transgressé les règles. Les directrices de pouponnières évoquent souvent ces situations où le père (grand-père de l’enfant né hors mariage), bien conscient du stratagème des femmes de la famille, accepte de feindre l’ignorance, de jouer le jeu pour sauver la face et l’honneur de la famille.

Changer de statut matrimonial

19Les arrangements identitaires peuvent également s’opérer autour du statut matrimonial des femmes pour qu’ils puissent se conformer à l’identité de mère. L’alternative envisagée peut être le mariage.

Se marier et adopter son propre enfant

20Une mère peut provisoirement placer son enfant dans une unité de vie ou une institution le temps pour elle d’officialiser sa relation soit en épousant le père de l’enfant, soit en se mariant de manière précipitée avec un homme qui accepte par la suite d’adopter cet enfant. La mère célibataire peut réellement endosser son rôle de mère sans être victime de discriminations à partir du moment où son statut de célibataire est dissimulé à l’entourage immédiat ou face aux membres de la famille. Il s’agit réellement de se « réapproprier » symboliquement le rôle de mère à partir de l’institutionnalisation maritale, la seule socialement reconnue comme légitime.

Se marier peu après la naissance de l’enfant

21Dans certaines situations, les services sociaux n’entament pas de procédure juridique et sociale. C’est le cas de Malika, 24 ans, en couple depuis plusieurs années avec le père de son enfant, connu de ses parents, et actuellement à l’étranger dans le cadre professionnel. Lors de son séjour à la maternité, elle se fait d’ailleurs passer pour une femme mariée auprès des autres mères présentes. Elle reçoit la visite de quelques amies mais aussi de la mère de son compagnon, veuve. Les parents de Malika, eux, ne se doutent pas un seul instant de la naissance de leur petit-fils. Ils pensent que leur fille travaille dans le Sud du pays. Malika souhaite les informer de cette naissance, mais une fois officialisé le mariage avec son ami. Ils souhaitent organiser le mariage à l’étranger avec la complicité de la belle-mère et ainsi révéler la grossesse puis l’existence de cet enfant après le mariage. Malika n’a pas de difficultés matérielles majeures grâce au soutien de son ami et de sa future belle-mère qui lui paie le loyer de la maison dans laquelle elle réside en attendant le mariage.

22Des mariages entre les deux parents biologiques peuvent être organisés par le biais des associations pour réhabiliter la naissance. Lorsque des accords entre les deux familles sont trouvés, c’est une grande victoire pour les associations qui fêtent généralement ces événements dans leurs locaux. De nombreuses photographies et cassettes vidéo soigneusement conservées par les bénévoles encore émues témoignent de ces événements qui marquent la réhabilitation d’une mère et de son enfant.

  • 28 Bénédicte Gastineau, « Légalisation de l’avortement et planification familiale : l’expérience tunis (...)

23Le mariage peut aussi s’effectuer avec un autre homme avant ou après la naissance, avec un homme veuf, âgé ou homosexuel. Cette pratique décrite dans les travaux de B. Gastineau « permet à la mère d’éviter d’être désavouée, à l’enfant d’avoir un père pour subvenir à ses besoins, et aux hommes veufs de se remarier28 ». Même s’il est délicat d’évaluer dans des proportions exactes cette « tradition », on peut penser que cette stratégie est à l’œuvre lorsqu’une femme épouse un homme de 20 ou 30 ans son aîné, ce qui est le cas de près de 10 % des femmes dans la région rurale et reculée de Kébili.

Se marier pour divorcer

24Le mariage avec le père biologique peut également être une étape symbolique visant la réintégration sociale de la mère et de l’enfant, sans qu’une vie conjugale ne soit ensuite envisagée. C’est le cas de Fairouz, 22 ans, qui avec la médiation de l’association, a accepté d’établir un contrat de mariage avec le père biologique de son enfant, violent et menaçant envers elle et son fils. Le mariage étant dans ce cas une simple formalité administrative avant l’étape du divorce, Fairouz et son enfant ne cohabiteront jamais avec le père.

Faire semblant d’être mariée

25Besma, 18 ans, vit seule avec sa sœur dans un logement précaire. Leurs parents ont migré en Libye alors qu’elles étaient encore de jeunes enfants. Des disputes récurrentes lui ont fait quitter le domicile de ses grands-parents paternels ; sa sœur l’a récemment rejointe. Besma n’a jamais envisagé de laisser sa fille aux services sociaux même si les difficultés pour subsister sont grandes. Aucun membre de sa famille à Tunis ou en Libye n’est au courant de la naissance de son enfant. Son compagnon, qui n’a pu lui offrir un mariage et dont la famille s’oppose catégoriquement à cette union, s’occupe quotidiennement de sa fille alors qu’il ne dispose que de très faibles revenus. Les amis et les voisins de Besma pensent qu’elle est mariée avec le père biologique. C’est pour elle un gage de protection : perçus comme un couple marié en difficulté et non comme un couple illégitime, ils reçoivent le soutien de toute la communauté locale.

Être une « mère célibataire »

  • 29 Erving Goffman, Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Les Éditions de Minuit, 1973.

26D’autres mères célibataires vont tenter de « corriger » ce qu’elles estiment être le fondement de leur stigmatisation : « lorsqu’une telle réparation est possible, il s’ensuit fréquemment, non pas l’acquisition d’un statut pleinement normal, mais une transformation de soi-même qui, de quelqu’un affligé d’une tare devient quelqu’un dont on sait qu’il a corrigé une tare29 ». Goffman qualifie de « normification » l’effort qu’accomplit le stigmatisé pour se présenter comme quelqu’un d’ordinaire, sans pour autant dissimuler sa défaillance. On peut en effet constater que certaines mères célibataires ayant laborieusement appris la dissimulation en pratiquant le faux-semblant, s’acceptent ensuite telles qu’elles sont. Elles ont appris à dépasser les préjugés entourant leur statut, qui leur vaut d’être taxées de « cas social » posant problème à la société, et se respectent ainsi. Certaines d’entre elles tentent de désapprendre la dissimulation. Il s’agit sans doute pour elles d’apaiser les conflits pouvant surgir entre leurs identités sociales et personnelles. Certaines mères revendiquent même haut et fort leur maternité célibataire.

27Pour celles qui choisissent de garder l’enfant, celui-ci peut devenir un appui en soi. La capacité à être une mère et une « bonne mère » permet une réhabilitation, notamment auprès des services sociaux et associations qui accueillent favorablement ce type de discours.

« Je veux être une vraie mère, une mère normale », dit Faten (22 ans).

  • 30 Rim Turki, « Les mères célibataires en Tunisie : analyse thématique de dix histoires de vie », dir. (...)
  • 31 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002, p. 44.

28Pour les femmes qui sont symboliquement et matériellement reliées toute leur vie durant à un homme (la « fille » de son père, la « sœur » de ses frères et ensuite la « femme » de son mari), évoluer en tant qu’individu, en tant qu’« être distinct du noyau familial30 » est difficilement concevable. Face à l’exclusion à la fois traditionnelle (par leur famille) et moderne (par l’État), l’aspect matériel de la maternité est dans chaque entretien systématiquement évoqué. Le manque de moyens notamment économiques empêche ces femmes d’exercer pleinement leur rôle de mère. Beaucoup de femmes témoignent aussi de l’extrême isolement dont elles font l’expérience. Or l’individu, dans sa conception théorique, n’existe qu’à travers « ses liens, ses relations aux autres. Il ne peut donc exister que dans la mesure et seulement dans la mesure où il est soutenu par un ensemble de supports, matériels ou symboliques, proches ou lointains, activement structurés ou passivement subis, toujours réels dans leurs effets, qui lui permet de créer ces liens et sans lesquels, à proprement parler, il ne subsisterait guère31 ». Ces soutiens peuvent avoir plusieurs origines : relations familiales, amicales, professionnelles, réseau de connaissances ou d’entraide, etc. Ce qui nous importe ici, c’est de comprendre les divers supports dont peuvent ou non bénéficier les mères célibataires qui s’affichent comme telles et la manière dont elles vont les utiliser (ou non). Ces supports sont éminemment contextuels. Il faut les envisager dans leur signification personnelle en tenant compte de leur régularité et de leur qualité. Un même soutien (la mère, la sœur, la meilleure amie, par exemple) pourra avoir des significations différentes voire opposées selon les mères interrogées et le contexte.

Des supports matériels…

  • 32 Sur les 450 mères enquêtées, 14 % seulement d’entre elles avaient connaissance de son existence.

29L’insertion professionnelle comme support économique et facteur d’intégration sociale permet de gagner en autonomie voire d’acquérir une réelle indépendance. Trouver un emploi — avant même d’envisager de trouver un mari comme elles le rappellent souvent lors des entretiens — est la priorité d’une majorité des femmes rencontrées. Cet accès à l’emploi formel et rémunérateur est permis principalement par le soutien du réseau associatif. Les associations proposent des places au sein de groupes partenaires (usines, ateliers) mais également des formations professionnalisantes. Malgré l’obtention d’un emploi, nombre de femmes évoquent les difficultés à faire garder leur enfant durant leurs horaires de travail. Cette difficulté n’est pas propre aux mères célibataires mais se pose de manière accrue pour elles qui n’ont point de relai à domicile à l’exception de celles qui sont hébergées au sein d’associations. Les politiques publiques n’apportent pas de solution pour la garde des enfants en bas âge en Tunisie. Seul le marché est pourvoyeur potentiel de soins. Or les difficultés économiques et sociales de la majeure partie de la population poussent les femmes à assumer cette charge dans le cadre domestique. Quelques associations recueillant les nourrissons proposent également ce service de garde mais leur soutien sous diverses formes est limité par le manque de moyens financiers. Au-delà de la sécurité que peut procurer un emploi stable, certaines associations protègent également les mères contre les risques de violence, de menaces des partenaires et les soutiennent dans leurs actions en justice (test ADN, procès, etc.). Malgré l’existence d’une structure associative pourtant créée dans le but de les soutenir, très peu de femmes osent franchir les portes du foyer soit par ignorance32, soit par méfiance.

« Tu connais des associations qui existent ?
– Oui quelqu’un à l’hôpital m’en a parlé mais j’ai refusé. J’ai entendu dire que c’était pas bien. Qu’ils ne s’occupent pas bien des enfants. Que les filles de là-bas sont pas des filles bien.
– Qui t’a dit ça ?
– Les gens. Ils parlent, j’entends. » (Kahoutar, 21 ans)

30Ces rumeurs ne sont que la traduction concrète des représentations collectives qui sont véhiculées.

…aux supports symboliques

31La marginalité sociale de la vie familiale des mères célibataires engendre parfois chez elles un surinvestissement à l’égard de leur enfant. Conscientes de l’enjeu et du poids des préjugés qui pèse sur leurs épaules, certaines adhèrent encore plus massivement aux critères d’éducation valorisés dans les familles dites « normales ». Il s’agit de légitimer leur droit d’exister.

« Je travaille chez une dame maintenant. Comme j’ai un diplôme de coiffure et de couture, j’ai travaillé comme coiffeuse et j’ai rencontré la patronne de l’atelier au salon. Je lui ai raconté tout ce que j’ai vécu, elle a accepté ma situation. Elle m’a dit qu’elle était prête à m’aider. » (Fatima, 19 ans)

32Dans ce contexte, l’enfant peut certainement devenir un moteur de l’action. Pour cette catégorie de mères, la maternité se transforme en une sorte de revendication a posteriori. Leur enfant devient leur raison de vivre, leur lutte, comme un support — plus symbolique qu’économique — pour faire face au monde.

Je l’ai amené deux fois dans un autre hôpital […] Quand je l’ai amené, je me suis pas sentie seule, j’avais du courage. Je parlais à mon bébé. Je lui disais « si quelqu’un m’emmerde, tu prendras ma défense ! » (Khaoutar, 21 ans)

33Réel fardeau à l’origine de l’exclusion et de l’hostilité sociale à laquelle doit faire face sa mère, cet enfant devient pour elle une « force d’action ».

« C’était comme un rêve pour moi d’avoir quelqu’un à mes côtés. Ça remplit le vide que je vis. Mon seul souhait, c’était d’avoir une petite. J’étais toujours maltraitée, au moins j’ai quelqu’un qui me tient compagnie, en qui j’ai confiance.
– Donc tu retourneras jamais chez toi ?
– Non, je veux pas, je veux juste ma fille. » (Fatima, 19 ans)

34Ce discours est particulièrement marqué chez les mères célibataires les plus jeunes qui, prêtes à se battre contre vents et marées contre leur famille et contre l’institution, déclarent que rien ne pourra venir détruire le lien créé avec leur enfant. L’enquête par questionnaire a recensé une soixantaine de cas de jeunes filles ayant accouché soit avant, soit au cours de leur dix-huitième année. L’écrasante majorité des mères mineures souhaite garder cet enfant : dans l’analyse des questions ouvertes il apparaît très nettement que c’est le pôle affectif qui est mis en avant dans le discours des femmes. « Je n’ai que lui, il n’a que moi », « c’est mon unique raison de vivre ».

35Certaines mères, dont la situation économique est plus ou moins stabilisée, se projettent dans l’avenir de manière plus sereine. Latifa estime que le plus difficile est passé. L’avenir est devant elle et elle tente de garder espoir et d’être positive.

« C’est le destin. […] je suis optimiste. C’est la vérité. Le mal est derrière. J’ai pas le choix de toute façon ! » (Latifa, 29 ans)

  • 33 Alain Marie (dir.), L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine, Kar (...)

36On peut observer à quel point les mères sont capables de se constituer contre le stigmate, de le retourner et détourner. Même privées de ressources objectives, des mères célibataires trouvent en elles-mêmes, mais aussi dans l’enfant et leur nouveau statut de mère, des possibilités d’action et d’élaboration de stratégies individuelles. Ces mères font véritablement preuve de résilience face aux diverses situations rencontrées. En situation de précarité, elles sont contraintes de « s’affirmer volens nolens en tant qu’individus33 ». Ces expériences de rupture avec les normes dominantes permettent le surgissement de la figure de l’individu et des processus d’individuation par un détour réflexif sur son propre parcours. S’esquisse alors une forme d’autonomie au sens premier du mot, l’individu devenant l’auteure de ses propres lois. C’est alors qu’on observe une pathologisation de la trajectoire à la fois sexuelle et sociale de ces mères car leur seule existence interroge les normes sexuelles et les configurations familiales dans le paysage tunisien.

Conclusion

  • 34 Raymond Jamous, « Mensonge, violence et silence dans le monde méditerranéen », Terrain [En ligne], (...)

37Qu’elles décident de confier ou non leur enfant, les femmes célibataires tunisiennes vont devoir composer avec leur grossesse puis leur maternité, stigmates qu’elles sont obligées de dissimuler devant certaines catégories de personnes, tout en les révélant systématiquement à d’autres. Il existe donc de nombreux intermédiaires, un continuum entre le secret absolu et l’information complète sur le dévoilement de leur identité. Mentir sur son identité (omettre de dire que l’on est mère quand on est perçue comme célibataire ou omettre de dire que l’on n’est pas mariée quand on est perçue comme mère) est aussi une stratégie afin d’éviter la mort sociale que la situation engendrerait. Ici, on voit bien que « mentir c’est marquer une distance entre ce que l’on est, ou qu’on pense être, et ce qu’on veut donner à voir34 ». En contact avec l’assistante sociale de l’hôpital où elle vient d’accoucher, la femme célibataire sera perçue comme déviante, nommée et fichée en tant que « cas social ». De retour au domicile familial — sans l’enfant pour éviter la divulgation de son nouveau statut — elle devra être attentive dans ses moindres échanges avec son entourage, éviter les gaffes, surveiller ses gestes, ses paroles, son corps et parfois donner des justifications cohérentes à son comportement antérieur — lorsqu’elle a par exemple dû migrer pour cacher son ventre rond durant sa grossesse. Qu’elles décident de vivre dans le mensonge ou qu’elles assument leur maternité au grand jour, les mères célibataires, bien conscientes de leur situation, seront de manière générale exposées à des tensions permanentes liées à leur statut — même dans les événements routiniers les plus anodins.

Haut de page

Notes

1 Prendre conscience du fait que sur le terrain nos identités jouent sur les interactions au quotidien est une étape primordiale dans la construction de nos données. L’influence de mon genre mais aussi de mon pays de naissance, de l’institution pour laquelle je travaille, de mon statut matrimonial et de ma classe sociale — qu’ils soient supposés ou perçus — comporte des implications qu’il faut saisir à divers degrés, cela à chaque étape de l’enquête.

2 Pour illustrer cette invisibilité à l’heure actuelle, prenons l’exemple du Flash info fécondité de l’Institut national de la statistique (INS) tunisien publié en octobre 2016. Les données ne prennent en compte que les femmes mariées, veuves ou divorcées lors des opérations de recensement de l’âge au premier mariage et de la fécondité. Loin d’être anecdotique, ce fait est grave : « être ignoré de la statistique, c’est être exclu de la cité, de la citoyenneté » écrivent à propos des sans domicile fixe (SDF) Jean-Marie Firdion, Maryse Marpsat et Michel Bozon (« Est-il légitime de mener des enquêtes statistiques ? Une question éthique et scientifique », dans M. Marpsat, J.-M. Firdion (dir.), La rue et le foyer. Une recherche sur les sans-domicile et les mal-logés dans les années 1990, Travaux et Documents de l’INED, 2000, p. 144). En Tunisie comme dans beaucoup d’autres pays, les mères célibataires, bien plus encore que ne le sont les SDF en France, sont perçues comme des « ennemi[es] de l’intérieur » dont la seule présence provoque distance et répulsion (Pascale Pichon, « À propos des SDF », ibid., p. 109).

3 Dans la législation tunisienne, l’article 36 du code précise que toute union non conclue conformément à l’article 31 (acte de mariage) est nulle. Les deux individus sont passibles d’une peine de trois mois d’emprisonnement. Par la suite, s’ils continuent ou reprennent la vie commune hors du cadre légal du mariage, ils sont passibles d’une peine de six mois d’emprisonnement. Tout acte sexuel hors du cadre du mariage est puni d’une peine allant de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement, assortie d’amendes.

4 Zahia Ouadah-Bedidi, Jacques Vallin et Ibtihel Bouchoucha, « La fécondité au Maghreb : nouvelle surprise », Population & Sociétés, n° 486, 2012.

5 Zahia Ouadah-Bedidi et Jacques Vallin, « Maghreb : la chute irrésistible de la fécondité », Population & Sociétés, n° 359, 2000.

6 Anne Le Bris, « Maternités célibataires en Tunisie. Parcours pluriels et identités négociées », Thèse de sociologie et démographie, sous la direction d’Aïssa Kadri et Jane Freedman, Paris, Ined, 613 p., 2017.

7 Des tests ADN peuvent être effectués sur ordre du juge lorsque les pères sont désignés et identifiés.

8 Marta Arena, « La construction de la parenté par le nom : de l’utilisation d’un modèle anthropologique pour comprendre le droit tunisien contemporain », Droit et cultures, n° 62, 2011.

9 Bien que l’adoption plénière en tant que création d’un lien de parenté soit explicitement interdite dans le Coran, la Tunisie a légalisé cette pratique dès 1958 au nom de l’intérêt de l’enfant et représente aujourd’hui le mode de placement majoritaire en Tunisie. Voir Désinstitutionalisation et placement familial, Actes du Séminaire, Hammamet, 9-12 juillet 2002, Unicef.

10 Expression utilisée en français par les services sociaux des hôpitaux tunisiens.

11 Anne Le Bris, « Les mères célibataires au Maghreb. Pour un état des lieux critique des connaissances », dans Aïssa Kadri et Nassima Moujoud (dir.), L’institutionnalisation du genre au Maghreb et en contexte migratoire, EME Éditions, Mondes méditerranéens, Paris, 2014.

12 Paola Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004.

13 Anne Le Bris, « Les mères célibataires au Maghreb. Pour un état des lieux critique des connaissances », op. cit.

14 Anne Le Bris, « Maternités célibataires en Tunisie. Parcours pluriels et identités négociées », op. cit.

15 Dans le milieu hospitalier et au sein des services sociaux, les mères célibataires sont d’ailleurs appelées « récidivistes » lorsqu’elles tombent de nouveau enceintes.

16 Il faut tenir compte de l’influence des rapports de genre sur les interactions entre partenaires, dont on connaît l’importance dans les processus qui conduisent (ou non) à l’usage d’une contraception. Voir Armelle Andro et Véronique Hertrich, « La demande contraceptive au Sahel : les attentes des hommes se rapprochent-elles de celles de leurs épouses ? », Population, 2001/5, vol. 56.

17 Paola Tabet, La grande arnaque…, op. cit.

18 L’intimité au sens de posséder un espace intime, un espace « à soi » permet la (re)possession de son corps, de soi-même : « La “possession de soi” est une seconde propriété, au sens fort, une propriété corporelle, de ses gestes, du soin de soi et de sa famille » (Jean-François Laé, « L’intimité : une histoire longue de la propriété de soi », Sociologie et sociétés, vol. 35, n° 2, 2003, pp. 139-147). Propriété privée et propriété de soi vont de pair. La première permet la seconde. D’ailleurs, le terme « jouissance » est révélateur de ce lien étroit entre propriété matérielle et propriété organique/corporelle.

19 Il n’existe aucun chiffre sur ces faits passés sous silence mais de nombreux témoignages recueillis sur le terrain (auprès de médecins opérant dans le privé, de cercles proches…) ou lors d’enquêtes journalistiques viennent conforter cette hypothèse.

20 Claude Dubar, « Socialisation et processus », dans Serge Paugam (dir.), L’exclusion. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996.

21 Situation que l’on peut observer dans les cas de grossesses adolescentes. Voir Charlotte Le Van, Les grossesses à l’adolescence. Normes sociales, réalités vécues, L’Harmattan, 1998.

22 Florence Weber, Penser la parenté aujourd’hui. La force du quotidien, Paris, Rue d’Ulm, coll. « Sciences sociales », 2013.

23 Agnès Laury, « Le don d’abandon », Autrement, n° 35, 1981.

24 Maurice Godelier, « Un homme et une femme ne suffisent pas à faire un enfant. Analyse comparative de quelques théories culturelles de la procréation et de la conception », Ethnologies comparées, n° 6, 2003.

25 Florence Weber, Penser la parenté aujourd’hui…, op. cit.

26 Sur l’ensemble de l’échantillon de 450 femmes célibataires, on dénombre une dizaine de femmes ayant réussi à invisibiliser totalement leur parcours de grossesse. Elles se sont présentées seules à la maternité et sont reparties sans le nouveau-né.

27 Les observations et analyses sur la gestion des identités sont le fruit d’un travail mené sur le contenu des entretiens semi-directifs menés avec les mères célibataires mais aussi avec des directrices, des bénévoles de pouponnières et des assistantes sociales.

28 Bénédicte Gastineau, « Légalisation de l’avortement et planification familiale : l’expérience tunisienne », dans A. Guillaume, A. Desgrées du Loû, N. Zanou, K. N’Guessan (dir.), Santé de la reproduction en Afrique (Actes du séminaire international « Santé de la reproduction », Abidjan, 1999), ENSEA, FNUAP, IRD, 2002.

29 Erving Goffman, Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Les Éditions de Minuit, 1973.

30 Rim Turki, « Les mères célibataires en Tunisie : analyse thématique de dix histoires de vie », dir. C. Rollet, mémoire de DEA, Université Paris V, 1995.

31 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002, p. 44.

32 Sur les 450 mères enquêtées, 14 % seulement d’entre elles avaient connaissance de son existence.

33 Alain Marie (dir.), L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine, Karthala, Paris, 1997.

34 Raymond Jamous, « Mensonge, violence et silence dans le monde méditerranéen », Terrain [En ligne], 21, octobre 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Le Bris, « « Je dois être une sœur ou un père de famille pour ma fille ? » Grossesses et maternités célibataires en Tunisie : de la dissonance identitaire à la négociation statutaire », Les cahiers du CEDREF, 24 | 2020, 171-193.

Référence électronique

Anne Le Bris, « « Je dois être une sœur ou un père de famille pour ma fille ? » Grossesses et maternités célibataires en Tunisie : de la dissonance identitaire à la négociation statutaire », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 24 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1346

Haut de page

Auteur

Anne Le Bris

Docteure de sociologie, Enseignante à l’université Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals