Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3I. Sexisme et exclusionsIntroduction

I. Sexisme et exclusions

Introduction

Régine Dhoquois
p. 9-13

Texte intégral

Nous remercions Bernard WALLON, chargé de la communication à la LDH, Yves DELAHAYE, Directeur des programmes à l'Arche de la Fraternité, Emmanuelle PARODI, chargée de mission à l’Arche de la Fraternité et Claude ZAIDMAN, Directrice du C.E.D.R.E.F., pour l'aide matérielle et morale qu'ils nous ont apportée pour la tenue du colloque et sa publication.

1La journée d’étude sur « SEXISME ET EXCLUSIONS » a été co-organisée par la Ligue des droits de l'Homme, la Fondation de l'Arche de la Fraternité et le Centre d'Étude de Documentation, de Recherche et d’Enseignement Féministes (C.E.D.R.E.F.‑Paris VII) dans le cadre de l’exposition « Exclusions » ouverte sur le toit de l’Arche depuis le 15 avril 1992 pour un an.

2Une petite équipe a travaillé pendant un an sur cette exposition. En tant que conseillère scientifique de cette exposition, j’ai souvent ressenti la difficulté – interne au thème de l'exclusion mais aussi due aux réticences des autres membres de l’équipe –, d'introduire le sexisme comme catégorie excluante spécifique, à côté des treize thèmes retenus : handicaps, vieillesse, maladie, chômage, racisme, prisons, sans domicile fixe, citoyenneté, extrême pauvreté, échec scolaire, illettrisme, banlieues ghettos, processus « sauvages » de modernisation. L’exclusion des femmes était à la fois partout et pourtant d’un autre ordre.

3C'est cette difficulté qui m'a conduite à vouloir d’une part soulager ma conscience de féministe et d'autre part approfondir le thème de l'exclusion par le sexisme en organisant cette journée d’étude.

4Quand on se penche sur les exclusions, il est clair que dans de nombreux domaines les femmes en sont les premières victimes : chômage, pauvreté, illettrisme les atteignent en priorité.

5À propos de la pauvreté spécifique des femmes, je voudrais signaler l'existence d'un rapport établi par la COORDINATION EUROPÉENNE DESFEMMES en 1988. Les autrices de ce rapport insistent sur le fait que la pauvreté des femmes – dans les pays dits riches – est plus cachée que celle des hommes : elles cherchent à tenir le coup le plus longtemps possible pour leurs enfants.

6Leur pauvreté, si elle est accrue par le chômage qui les touche de plein fouet (manque de qualification), commence avant, à cause de la faiblesse de leurs salaires due en partie à la multiplication des contrats atypiques. À cause de ces bas salaires, elles retombent souvent dans la dépendance, celle de la famille ou celle des structures de l'assistanat social : parmi les cas les plus graves il faut en signaler trois : celui des femmes agricultrices, celui des femmes chefs de familles monoparentales et celui des femmes de plus de 65 ans.

7Les difficultés principales indiquées par les femmes interviewées pour ce rapport concernent la santé, l’éducation et les loisirs pour elles et leurs enfants. En matière d'éducation ce sont les filles qui risquent de faire principalement les frais de ces difficultés matérielles.

8Les trois quarts des bénéficiaires du minimum vieillesse étaient des femmes en 1988 et plus de 1,1 million de femmes de plus de 65 ans en France avaient pour vivre 2 760 francs par mois. Les autres soit 3,5 millions de femmes de plus de 65 ans doivent survivre avec des retraites qui sont en moyenne égales à la moitié de celle des hommes. Ces chiffres sont alarmants mais il nous faut faire un constat : le peu d’intérêt que semble soulever ce problème, le peu d’études existant en ce domaine.

9Revenons au thème de cette journée : sexisme et exclusions. La définition de l'exclusion que j’avais donnée et qui figure dans l'introduction de l'exposition est la suivante : Exclure c'est clôturer un espace social déclaré normal et en chasser (ou vouloir en chasser) un certain nombre d'individus atypiques ou incompatibles avec certaines valeurs prédéfinies comme conditions d'appartenance à cet espace. On voit la difficulté qu'il peut y avoir à insérer le sexisme dans cette définition, car le plus souvent il ne s'agit pas de chasser les femmes mais plutôt de les enfermer au sens propre ou figuré du terme. C'est pourquoi il est nécessaire d'accoler à cette définition celle que Marie‑Jo Dhavemas et Liliane Kandell avaient donnée du sexisme : Le sexisme est un système de pensée qui consiste à prendre prétexte de différences physiologiques réelles ou fantasmées existant au sein de l'espèce humaine pour justifier la domination d'un groupe par un autre. Ce sont justement ces différences physiologiques qui ont servi et continuent à servir de prétexte à l'exploitation des femmes, et parfois plus gravement à leur élimination pure et simple.

10À ce sujet je vous engage à vous référer à un rapport de 1UNICEF sur le sort réservé aux petites filles dans un certain nombre de pays (rapport résumé par Élisabeth Hamilton dans « La lettre de l'UNICEF » de janvier 1992). Le rapport concerne essentiellement les pays réunis au sein de la SAARC, l'Association des pays d'Asie pour la coopération régionale qui regroupe le Bangladesh, le Bouthan, l'Inde, les Maldives, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka.

11« Entre 1978 et 1982, il y aurait eu en Inde plus de 78 000 amniocentèses suivies d'avortements de fœtus féminins. Ainsi, comme le dénoncent les associations féminines, « détermination des sexes » est devenue synonyme d'« extermination des femmes ». Cette extermination est liée au problème de la dot, qui fait de la naissance d'une fille une punition du ciel. »

12Le rapport mentionne un déficit statistique d’environ 100 millions de femmes dans les courbes démographiques pour l'Asie, l'Afrique et le Moyen‑Orient. Outre les avortements, cette différence statistique serait due à une surmortalité des filles victimes de l'absence de soins ou même d'infanticides. Il semble qu'elles soient plus vite sevrées car les mères ont tendance à interrompre l'allaitement des filles plus tôt pour pouvoir donner le jour à un autre enfant qui sera peut-être un garçon. Par ailleurs elles sont moins bien nourries et moins souvent vaccinées. En Asie du sud, leur nourriture est moins riche en protéines et en légumes que la nourriture des garçons.

13Le rapport après avoir rappelé les dangers de l'excision pour la santé physique et mentale des filles – et ce dans vingt-cinq pays d'Afrique au moins – insiste sur les difficultés de scolarisation des filles, dues à leurs responsabilités ménagères et familiales. Dans les régions rurales de l'Inde, les fillettes, dès 7 ans, travaillent neuf heures par jour en moyenne et cela chaque jour de l'année. Au Maroc, 98 % des garçons sont scolarisés contre 62 % des filles. En Inde où, toutes régions et milieux confondus, 99,4 % des garçons sont scolarisés, seulement 69 % des filles sont inscrites dans le système scolaire à un moment ou à un autre de leur vie. 10 à 15 % des femmes sont alphabétisées dans ce pays.

14Enfin l'exploitation sexuelle qui atteint les enfants des deux sexes, touche de plein fouet les filles. En Thaïlande, 80 000 prostituées auraient moins de 16 ans.

15Ce constat est accablant. La pauvreté en est une des causes principales mais les mœurs notamment religieuses et les coutumes – comme l'institution de la dot – viennent renforcer les effets de la pauvreté sur le sort réservé aux filles. Dans tous ces exemples, c'est le corps des femmes, symbolique ou réel, qui est central.

16C'est pourquoi nous avons commencé cette journée par l'évocation de quelques-uns des problèmes liés au corps des femmes qui renvoie à tout le discours de la nature à propos des femmes : voile, prostitution et procréation médicalement assistée ont été abordés sans ignorer qu'il existe bien d’autres problèmes : l'excision, le problème de l'avortement, les violences contre les femmes, etc.

17Domination ou exclusion par différence biologique renvoie nécessairement au racisme : quels rapports établir entre sexisme et racisme, a fait l'objet d’une intervention à plusieurs voix...

18L'après-midi nous nous sommes intéressés à certaines des conséquences sociales de cet étiquetage, de cette assignation à résidence des femmes : division sexuelle du travail, femmes en politique et nécessaire mixité des droits. À propos du droit, il faut toujours se souvenir que, bien qu'il soit insuffisant s’il ne s’accompagne pas d'un évolution parallèle des mœurs, le fait que figure dans les textes la reconnaissance de l’égalité des sexes devant la loi, reste essentiel ; on garde pourtant toujours à l'esprit que le droit peut défaire ce qu'il a fait et que rien n'est jamais acquis comme en témoigne la situation de l'avortement dans un certain nombre de pays (États-Unis, Pologne, Croatie, etc.).

19Nous ne publions dans ces Cahiers du C.E.D.R.E.F. n° 3 que les interventions sur Sexisme et racisme et sur le rapport des femmes au pouvoir.

20Les raisons de ce choix sont d’abord matérielles : il nous a fallu faire un choix, et inscrire ce choix dans une certaine unité théorique. Le fait de publier plutôt ces interventions que les autres n'emporte aucun jugement de valeur. Que leurs auteurs – Farad KHOSHOKAVAR : « Corps voilé, corps réprimé », Lydia BRAGIOTI : « Corps morcelé et prostitution », Michel TORT : « La procréation expérimentale », Philippe BATAILLE : « Féminisme et bioéthique », Lydie DOOH-BUNYA : « Racisme et sexisme envers les femmes noires » et Claude ZAIDMAN : « Éducation et travail, la division sexuelle du travail » en trouvent ici l'assurance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régine Dhoquois, « Introduction »Les cahiers du CEDREF, 3 | 1993, 9-13.

Référence électronique

Régine Dhoquois, « Introduction »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1447

Haut de page

Auteur

Régine Dhoquois

Université de Paris VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search