Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3I. Sexisme et exclusionsSexisme et racismeRéférent et dominant

I. Sexisme et exclusions
Sexisme et racisme

Référent et dominant

Marie‑Josèphe Dhavernas
p. 31-38

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment DHAVERNAS (Marie-Josèphe) et KANDEL (Liliane), « Le sexisme comme réalité et comme re (...)

1Il n’est pas possible d'examiner ici tous les aspects sous lesquels racisme et sexisme sont analogues, ou à l'inverse se distinguent ; ayant souvent, avec Liliane Kandel1, mis l'accent sur ce qui les différencie, je voudrais souligner aujourd'hui un point commun essentiel entre ces deux formes de discrimination ; ce qui les rapproche n'est pas seulement le fait, souvent souligné par les féministes, de reposer sur des assignations basées sur des prétextes biologiques. Le point que je voudrais examiner aujourd'hui est celui‑ci : qui est relatif ?

  • 2 PERROT (Michelle), «L'histoire des femmes a-t-elle un avenir ? », Université de Mons-Hainaut, 8 mai (...)

2Je commencerai par mentionner une anecdote récente qui me paraît banalement significative de certains présupposés concernant les rapports de sexe. Dernièrement, à l'occasion d’un colloque sur l’avenir organisé en Belgique2, une conférence de Michelle Perrot eut lieu, concernant « L’avenir de l'histoire des femmes ». Au cours du débat qui suivit, un ethnologue émit des doutes sur le fait que les femmes fussent bien placées pour parler de l'histoire des femmes – sachant, lui, en tant qu’ethnologue, que pour parler adéquatement d’une population il est nécessaire d’en être éloigné, et que l’on n'étudie bien que l'autre. À quoi Françoise Collin, directrice des Cahiers du GRIF, fit observer que s'il en était ainsi, l'histoire ayant été jusqu’à présent essentiellement l'histoire des hommes, et écrite presque uniquement par des hommes, c'est alors toute la discipline qui devrait être frappée de non‑pertinence (à quoi son contradicteur rétorqua que cette affirmation était complètement fausse, mais sans proposer la moindre démonstration de la fausseté assertée). Cette anecdote me paraît intéressante par rapport au sujet de ce colloque ; elle montre bien, me semble‑t-il, l’asymétrie de la place des hommes et de celle des femmes, puisque les hommes, en tant qu'êtres humains, sont habilités à parler des hommes, tandis que les femmes ne sont pas habilitées à parler des femmes, pour des raisons attribuées en l’occurrence à la méthodologie scientifique, mais on ne se fait pas faute d’en trouver d'autres quand le besoin s'en fait sentir.

3Ce qui me paraît significatif dans ceci, c'est l'illustration de la traditionnelle attribution du générique au masculin, et du particulier au féminin. J'ignore si ces assignations sont propres à la culture occidentale ou si elles sont liées à toutes les formes de patriarcat, c’est pourquoi je ne considère ici que le racisme et le sexisme tels qu’ils se manifestent dans cette tradition de pensée.

4Cette assignation ontologique asymétrique, qui identifie le masculin à la généralité de l’humain - sans le priver pour autant de sa spécificité – tandis que le féminin est réduit à la seule spécificité, donne lieu à une ambiguïté qui permet de passer subrepticement du masculin au générique et réciproquement, ce qui n'est pas le cas pour le féminin. Ainsi, par exemple, lorsque dans un article l'auteur commence par parler des Indiens, donnant à penser qu’il s’agit de la population indienne en général, et qu’il ajoute quelques lignes plus loin : « quant à leurs femmes., etc. », par où se marque une identification des hommes au tout et à la partie en même temps, les femmes ne pouvant être que l’autre partie, mais jamais le tout. Cette partition est si courante et si inscrite dans les mentalités que lorsqu'au début des années soixante-dix, les féministes ont voulu la dénoncer par le slogan : « un homme sur deux est une femme », les policiers qui surveillaient la manifestation l’ont compris comme signifiant : « un homme sur deux est homosexuel », et se sont mis à protester vigoureusement contre une aussi gravissime injure...

Êtres humains

5Il y a là un point commun entre le sexisme et le racisme sous son aspect ethnocentrique. L'ethnocentrisme le plus évident et le plus pesant historiquement est bien sûr celui qui a pris forme à l'occasion de la colonisation, mais je doute malheureusement qu'on puisse le réduire à ce seul phénomène historique, si prégnant soit‑il ; une quantité considérable de peuples, dans l'histoire de l'humanité, se sont donnés à eux-mêmes un nom qui signifie : « les Êtres humains », ce qui est le premier degré de l'ethnocentrisme. Si l'on considère le racisme, non dans son aspect de phénomène social et culturel historique, mais dans ce qu'il implique du rapport à autrui, je me situe pour ma part parmi les gens qui pensent qu'il est l’un des effets de la manière dont les humains se structurent, dans un rapport ambivalent à l'autre. Je n’en tire évidemment pas la conclusion que « c'est comme ça, le racisme existera toujours, c’est triste mais c’est la vie, etc. », qui serait une conclusion passive et résignée – tout autant qu’une prophétie indue –, mais plutôt qu’être des humains dignes de ce nom, c'est-à-dire capables d’agir sur eux-mêmes pour entrer en relation avec l’autre et de se considérer non pas comme le référent légitime, mais comme aussi un autre du point de vue des autres, n'est pas donné d’emblée, que c'est quelque chose qui se conquiert collectivement et qui se reconquiert sans cesse individuellement ; ce qui vaut pour le racisme comme pour le sexisme. Je veux dire par là que l'antiracisme comme l'anti- sexisme – je parle ici de l'antiracisme et de l'anti‑sexisme vécus, et non pas seulement parlés – sont une conquête morale, et non pas une sorte d'état de nature que l'histoire aurait altéré. En revanche les formes concrètes prises par le racisme comme par le sexisme, ressortissent à un tout autre niveau d'analyse.

  • 3 TAGUIEFF (Pierre-André), La force du préjugé : essai sur le racisme et ses doubles, Paris, Gallimar (...)

6Dans le sexisme comme dans l'ethnocentrisme raciste, il y a donc cet aspect fondamental : quelqu'un est en position de référent légitime, quelqu'un d'autre est en place relative. L'un se considère comme porteur de l’universel tout en ayant sa spécificité, l’autre est considéré comme titulaire de sa seule spécificité. Cela dit, ces attitudes ayant été largement critiquées, elles ont dans une certaine mesure aujourd'hui obligées de se déguiser ; ce qu'elles font, soit en niant l'idée même d'universalité, soit en valorisant en apparence le spécifique par rapport à l'universel – ce qui est assez pratique, car n'ayant guère d’implications concrètes quant aux rapports de force réels. Mais ces deux procédés, qui sont du reste deux aspects d'une même attitude, aboutissent l'un et l'autre à des apories _ outre le fait qu'ils sont une aubaine pour les discours ouvertement sexistes et racistes, qui ne se font pas faute de les utiliser, et je renvoie ici, notamment, aux analyses de P.-A. Taguieff3 sur l'usage par l'extrême‑droite du différentialisme culturel.

  • 4 RAVELLI (Catherine), « Mais voyons, ces gens-là ne sont pas comme nous », Revue d'en face n° 6, jui (...)

7Ils aboutissent à des apories parce que, si l'on refuse au nom de la lutte contre l'impérialisme culturel toute notion d'universalité, alors on se prive d’arguments pour accorder aux peuples non‑occidentaux les droits que les Occidentaux ont conquis ou réclament pour eux-mêmes ; si en effet ceux‑ci sont une conséquence de l'histoire occidentale, et donc de sa tradition culturelle, au nom de quoi, sinon de l'universel, peut-on les considérer comme impérativement requis pour ceux qui n'appartiennent pas à cette tradition ? C'est ainsi que l'on entend des politiciens (et pas nécessairement d’extrême‑droite) affirmer que la démocratie pluraliste est inutile pour les Africains, dont ce n’est pas l’une des traditions... Dans un article ironiquement intitulé : « Mais voyons, ces gens-là ne sont pas comme nous », Catherine Ravelli a naguère critiqué la position d’une ethnologue favorable à l'excision, qui arguait notamment du fait qu'elle est pratiquée dans « des sociétés pauvres où la douleur physique n’a pas le même poids que chez nous »4 ; or, dans le même article, cette ethnologue s'écriait, au sujet des maladies tropicales : « les douleurs permanentes dues à ces infections prolongées devraient mobiliser l'opinion internationale (...). Pourquoi ne parle-t-on pas de ces millions de gens qui souffrent ? ». Et Ravelli, parodiant cette ethnologue, lui répondait : « Mais Madame, si l'on n’en parle pas c'est que ces gens vivent dans des sociétés pauvres, où la douleur physique n'a pas le même poids que chez nous ! » Et en effet, si l'on ne considère pas que le bien-être, la santé, la liberté, l'égalité, l'intégrité corporelle, etc., sont des valeurs universelles, comment d’indigner de ce que les pays développés se les réservent ?

8Or, sous prétexte de respect des traditions culturelles et de refus de l'impérialisme, on voit là le maintien, dans une partie de la gauche occidentale, d'un racisme qui s'adresse spécifiquement aux femmes, d'un renforcement du racisme par le sexisme et réciproquement. Car les mêmes qui justifient les discriminations contre les femmes en pays non-occidental, au nom de la tradition du pays en question, ne vont pas jusqu'à défendre l'amputation des voleurs dans des pays islamiques, ou l’esclavage en Mauritanie, nonobstant le fait qu'indéniablement ces phénomènes appartiennent aux traditions culturelles des pays en question. Il y a un universel du refus de l'atteinte à l'intégrité corporelle, ou du droit à disposer de soi‑même, qui disparaît dès lors qu'il concerne les femmes en tant qu’elles sont perçues comme spécifiques. L'universel n’est donc pas réellement rejeté, il est seulement sélectif De plus, sur ces points où se conjoignent sexisme et racisme, on peut constater aussi une convergence des deux procédés que je signalais plus haut, d'une part le refus – en l’occurrence réservé aux femmes – de valeurs et de besoins universels, d’autre part une hypocrite valorisation du spécifique. Car les pratiques sexistes non occidentales, telles que les mutilations sexuelles, le port obligatoire d’un uniforme islamique, la polygynie et bien d’autres moins renommées, ne sont pas défendues nonobstant leur caractère attentatoire à la liberté, l’égalité et la dignité humaine, mais comme d’autres formes de dignité, elles sont légitimées par leur contexte – ce qui n'est pas le cas d'autres formes de domination ou de discrimination traditionnelles subsistant dans diverses parties du monde, telles que par exemple les exactions des castes supérieures contre les parias en Inde.

  • 5 COLLIN (Françoise), « Praxis de la différence. Notes sur le tragique du sujet », Cahiers du GRIF n° (...)

9La valorisation hypocrite du spécifique féminin n’est bien sûr pas réservée aux sociétés non-occidentales. Je pense au « devenir‑femme » de la philosophie, cette critique du sujet dit « phallocentrique », qui valorise les assignations liées au féminin – mais le philosophe déconstructionniste, s’il critique le caractère dit « phallique » du discours, et fait passer en théorie l'humain du côté du « féminin » comme ouverture à ce qui est mise en cause de L'Un etc., n’en reste pas moins le référent, celui qui dit ce qu'est le masculin et le féminin, celui qui, pour s'attribuer le « devenir-femme », n'en reste pas moins homme avec tous les avantages y afférents, et notamment celui de dire aux femmes ce qu’est le féminin et ce que légitimement elles doivent être pour ne pas s’égarer, les malheureuses, dans le désastreux projet de maîtrise et le volontarisme phallique qui caractériseraient le masculin désormais philosophiquement honni. Ce que F. Collin exprime en écrivant : « Par un subtil renversement c'est le philosophe homme qui devient le porteur du féminin et la féministe femme qui occupe la position phallique désertée, ainsi que certains ne manquent pas de le lui renvoyer. Cette conversion au féminin ne prive toutefois pas celui qui la revendique de l'autorité dont il jouit, l'autorité de la parole, que crédite sa position sociale. Attribuer à l’être au monde ce qui est désormais qualifié de féminin n'amène pas pour autant l’ensemble des humains à partager le sort des femmes, ni même à le prendre en compte. Le mea culpa du Sujet phallogocentrique n’affecte pas la place de celui qui le prononce »5. C'est‑à-dire que l’homme ne cumule plus seulement le spécifique masculin et le générique en tant qu’homme, mais il cumule les avantages du masculin, le générique désormais féminin, et le spécifique féminin ainsi détaché des femmes, qui n'en sont plus même les porteuses légitimes, mais des êtres qui doivent s'y conformer sous peine de tomber dans les bassesses du phallogocentrisme. Le fait que tout un courant du féminisme s’y reconnaisse allègrement ne me semble pas refléter autre chose que la classique sensibilité des femmes à la flagornerie masculine, qui n’est pas pour rien dans leur passivité à l’égard des structures patriarcales.

Le pseudo-anti-impérialisme comme masque du racisme et justification du sexisme

10Ici le référent réel reste l'homme, même s'il se dénie comme tel. Or le même processus de dénégation discursive permettant le maintien réel du référent légitime se retrouve dans le discours pseudo‑anti‑impérialiste, à savoir un certain type de discours qualifié d'anti‑impéraliste, tenu par une partie de la gauche. Ce que j'appelle le véritable discours anti-impérialiste, ce n'est pas celui qui refuse toute universalité, mais celui qui reconnaît sa propre relativité, admettant que tous les peuples ou cultures ont à la fois des aspects spécifiques et des aspects universels, Occident compris. Le pseudo‑discours antiimpérialiste est à l'inverse celui qui répudie officiellement l'universalité pour la réintroduire subrepticement quand la chose lui convient, mais c’est aussi cette manière particulière de battre sa coulpe sur toutes les questions qui affligent les pays non-occidentaux, sauf peut-être l’éruption des volcans. Certains le qualifient de masochisme, pour ma part j'y vois le comble de la prétention déguisée en humilité, une sorte de narcissisme collectif. Car si l'Occident triomphant de la colonisation jouissait de s’estimer le meilleur de la terre, le pseudo-anti-impérialisme n'a fait que retourner la proposition : si nous ne pouvons être les meilleurs, eh bien nous serons les pires, mais de toute façon les plus quelque chose, et même les plus tout. C’est‑à-dire que nous prendrons sur nos épaules non plus l'universel des qualités humaines, mais l’universel des défauts humains. Au lieu d’occuper la position angélique, nous occuperons la position satanique, ce qui est finalement beaucoup plus gratifiant que d'avoir une position relative, moyenne, ou ambivalente, comme tout le monde. De même que le philosophe déconstructionniste peut condamner le masculin tout en restant celui qui sait ce qu’il y a à condamner, de même le pseudo‑anti‑impérialiste peut se charger de tous les péchés de la planète sans cesser d'être celui qui dit ce que sont les péchés suprêmes, qui dit ce qu'est l’impérialisme culturel, quitte à culpabiliser celles des femmes qui luttent contre leurs patriarcats respectifs, en leur prescrivant ce qu'elles doivent dire et faire pour être en accord avec la tradition culturelle de leur pays, faute de quoi elles ne seraient que des renégates s'affublant de ces oripeaux occidentaux que sont le projet d’égalité des sexes ou le droit de disposer de sa personne.

11En dehors même de sa récupération et revalorisation du sexisme, le pseudo-anti-impérialisme est une forme de mépris déguisé, car il en découle une sorte d'indulgence pour les actes et comportement de domination, d'exploitation, de cruauté, de racisme aussi (ce qu'on appelle pudiquement les « conflits interethniques ») dès lors qu’ils ont lieu dans ce qu'on a longtemps appelé le Tiers‑Monde, et même si cela doit se traduire par un soutien ou, au mieux, un aveuglement, à l'égard de certaines dictatures – à l'exclusion bien sûr de celles qui s'appuient trop ouvertement sur la complicité des sociétés développées –, et à la sympathie à l'égard de tortionnaires et d'assassins patentés. Or, si exiger d'autrui plus que l'on n'exige de soi‑même implique son exploitation, exiger moins d’autrui que l’on n'exige de soi-même est une forme de mépris : cela suppose implicitement que l’on n'en attend pas grand- chose. De cette manière peuvent se conjoindre une idéalisation des peuples non-occidentaux, qui n'est que le revers de cette prétention à être, nous occidentaux, les pires – c’est-à-dire que leur bonté n’est pas en elle-même, mais relativement à notre turpitude – et d'autre part un mépris défait vis à vis de ces peuples, déchus de toute responsabilité, donc non reconnus sujets de leur propre histoire. Comme s'ils n'étaient sujets ni dans le cadre de ce qu'on leur a fait ou qu'on leur fait subir, ni dans le cadre de ce qu'ils ont construit en dehors, avant ou pendant la colonisation puis durant la période d'inégalité actuelle. De grands enfants, comme dans le discours précédent.

12Le fait même de faire des peuples non-occidentaux un grand tout indifférencié – et je suis moi-même obligée d'en passer ici par cette manière de s'exprimer que je critique, de la reprendre pour pouvoir la critiquer – est un autre aspect de cette réduction des non-occidentaux à un statut relatif. Que l'on parle de Tiers‑Monde, qu’on emploie le terme de « Sud » grâce auxquels les Australiens (non aborigènes évidemment) font partie du Nord, contrairement aux Eskimos et aux Indiens du Canada, qu’on emploie le terme d'Orient, ce qui n'a guère de sens pour l'Afrique ou l'Amérique Latine notamment, quelle que soit la terminologie employée actuellement, le résultat revient à mettre dans le même sac des populations aussi différentes entre elles qu'elles le sont chacune de l'Occident, par opposition à ce dernier, toujours donc en position de référent, comme l'homme dans le discours sexiste, qui réduit lui aussi les femmes à l'indifférenciation (« toutes les mêmes... »). Je ne nie évidemment pas qu'il y ait une pertinence à parler ainsi à un certain niveau, très limité : la description d'un certain état de fait concernant les rapports de force, économiques et militaires en particulier – encore que l’on reste dans le vague pour certains pays riches et alliés de l'Occident mais non occidentaux et que l’on ne qualifie pas de développés, et qu'on laisse également dans une prudente indécision le statut des nouveaux pays industrialisés – mais je crois très attentatoire à la dignité des peuples en question cette manière de les situer principalement dans leur relativité aux pays occidentaux développés – même si l’on croit se rattraper en s’interdisant toute critique, au nom des traditions culturelles, sur des pratiques que l'on estimerait contraires aux droits de la personne si elles avaient lieu chez soi et non chez l'autre.

13Le pseudo-anti-impérialisme, tout aussi bourré de bonne conscience que l'était l'impérialisme affirmé (car l'Occidental qui critique l'impérialisme occidental s'exclut personnellement de ce « nous » dont il parle, du simple fait qu'il en critique le principe), repose sur une double occultation : d'une part celle de /'historicité de toute culture, et d’autre part le fait que l'appartenance culturelle n'est pas la seule subdivision humaine, ni même la principale à tous points de vue. En ce qui concerne ce dernier point, le pseudo‑antiimpérialiste ne sera certes pas le dernier à admettre les différences sociales et la domination intra‑culturelle, mais lorsqu'il ne les justifie pas au nom de la tradition locale du seul fait qu'elles ont lieu ailleurs que chez lui, il les nie aussitôt en assimilant à l’Occident les élites exploiteuses des pays exotiques : un tyran ou un exploiteur local est un bourgeois compradore, et la chose est dite. Quant à la division sociale de l’humanité en deux sexes dont l’un, toujours le même, est dominé par l'autre, le pseudo‑anti‑impérialisme fait d’une pierre deux coups : non seulement il permet de disqualifier la solidarité mondiale des femmes contre le patriarcat, au nom des différences culturelles dans la manière d'exercer ce patriarcat, mais de plus il permet de le naturaliser, son existence n’étant pas attribuée à des rapports de force politiques et sociaux, mais à un être-au-monde propre à chaque culture.

14Quant à l’historicité de toute culture, il la nie – chez autrui bien entendu – en dotant d'un statut de légitimité intrinsèque la tradition hors de chez lui. Alors que toute culture est faite à la fois de permanences et de transformations, il en parle comme de tous, indivis et harmonieux, existant une fois pour toutes, de façon quasi‑originelle, et des deux aspects du rapport de Tindividu à sa culture à savoir qu'il est façonné par elle mais qu'il contribue réciproquement à la façonner il oublie le deuxième ou bien le délégitime, dès lors qu'il ne s'agit pas de l'Occident, qui, lui, est fondé à subir critiques et changements, de l’extérieur comme de l’intérieur.

15De sorte que, par-delà leurs différences, la lutte contre le sexisme et celle contre le racisme – que ce racisme prenne des formes traditionnelles ou qu’il se déguise sous un pseudo-anti-impérialisme – sont soumises à une nécessité commune : celle de rétablir égalitairement, dans un cas entre les sexes, dans l'autre entre les peuples, l'intrication du générique et du spécifique, de l'universel et du particulier dont tous les humains sont porteurs. En ce qui concerne les peuples, non pas dénier l'universel, mais reconnaître qu'il n'est pas réservé à une culture, que chaque culture détient certaines valeurs universelles, qui peuvent être mises en pratique de façons diverses, mais qui ressortissent à un fond commun nécessaire à toute notion de réciprocité. En ce qui concerne les sexes, reconnaître que chaque sexe est relatif, et en même temps chacun porteur d'universel, même si ce n'est pas de la même manière et du même point de départ. C'est‑à‑dire du même mouvement reconnaître comme appartenant à l'universel une part de ce qui était assigné jusque‑là au spécifique et relativiser le prétendu universel qui ne servait qu'à justifier la prééminence d’un certain type de spécifique.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment DHAVERNAS (Marie-Josèphe) et KANDEL (Liliane), « Le sexisme comme réalité et comme représentation », Les Temps Modernes n° 444, juillet 1983.

2 PERROT (Michelle), «L'histoire des femmes a-t-elle un avenir ? », Université de Mons-Hainaut, 8 mai 1992.

3 TAGUIEFF (Pierre-André), La force du préjugé : essai sur le racisme et ses doubles, Paris, Gallimard, «Tel », 1990.

4 RAVELLI (Catherine), « Mais voyons, ces gens-là ne sont pas comme nous », Revue d'en face n° 6, juin 79, p. 37.

5 COLLIN (Françoise), « Praxis de la différence. Notes sur le tragique du sujet », Cahiers du GRIF n° 46, Provenances de la pensée. Femmes/Philosophie, p. 127, Tierce, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie‑Josèphe Dhavernas, « Référent et dominant »Les cahiers du CEDREF, 3 | 1993, 31-38.

Référence électronique

Marie‑Josèphe Dhavernas, « Référent et dominant »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1462

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search