Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3I. Sexisme et exclusionsMixité - Égalité - Enjeux de pouvoirDroits des femmes et mixité

I. Sexisme et exclusions
Mixité - Égalité - Enjeux de pouvoir

Droits des femmes et mixité

Nicole Savy
p. 41-46

Notes de l’auteur

Une première version de cette communication a été présentée au colloque Femmes, pouvoirs qui s’est tenu à Albi, sous la direction de Michèle Riot‑Sarcey, les 19 et 20 mars 1992.

Texte intégral

1C’est du concept de mixité, et de sa mise en œuvre politique dans une association comme la Ligue des Droits de l’Homme que je voudrais vous parler, non en entrant dans le détail d’un programme mais en en présentant les fondements généraux, dans la perspective qui est la nôtre de l’histoire des droits, de l’histoire récente des droits des femmes et du sens dans lequel nous luttons pour l’orienter.

2Dans les années qui ont précédé – disons des années 70 à celles du ministère Roudy des « droits de la femme », le féminisme se reconnaissait dans la défense commune et radicale des droits des femmes. Il s’appuyait sur une pratique qui avait été historiquement indispensable, celle des réunions non‑mixtes, où il pouvait se dire des choses, se tenir des paroles que la présence d’hommes aurait immédiatement interdites, quels que fussent les bons sentiments – les sentiments féministes – de ces hommes. Pourquoi ? Par pudeur traditionnelle, par manque d’habitude de parler en public – des femmes seulement, cela ne faisait pas un « public » –, et parce que ces paroles ne relevaient pas du champ de la politique selon les normes précédentes. Le discours féministe ne pouvait se tenir qu’en opérant l’exclusion des hommes, et l’on voit bien, au‑delà de son aspect vengeur, quel caractère de nécessité avait cette exclusion. Que disait‑on ? Qu’il fallait en finir avec le patriarcat et ses injustices millénaires ; changer les normes, transformer le champ du politique et ses rapports avec la sphère du privé. L’opération fut en partie réussie, si l’on en juge par telle campagne médiatique récente sur les violences conjugales, ou telle modification en cours du code pénal. Ce qui ne signifie pas que ces combats sont gagnés : mais désormais ce sont des sujets qu’on a le droit de traiter, et qui relèvent de la sphère du politique. La non‑mixité féministe des années 70 a été une pratique concrète. Elle n’a guère été conceptualisée, thématisée, tant ses effets étaient évidemment bénéfiques : refus des hommes protecteurs en un temps où, les femmes étant exclues massivement de tout pouvoir politique – y compris le pouvoir de légiférer sur leur propre corps – la solution logique était d’exclure les hommes à leur tour et de faire savoir bruyamment que de ces instances‑là c’était bien du politique qui sortait. Autrement dit : la non‑mixité est le produit direct d’un rapport de pouvoir. C’est la solution de la victime qui se révolte pour élaborer, en dehors de son oppresseur, des contre‑pouvoirs. Solution qui trouve sa limite, comme toute mesure de rattrapage temporaire ; la réalité du corps social est la mixité, en dehors de laquelle aucune transformation politique ne peut s’enregistrer. Il fallait bien, un jour ou l’autre, reconnaître l’existence d’interlocuteurs masculins, ne fût-ce que pour leur signifier que l’analyse critique du patriarcat était née, et que le réel devrait suivre.

3Il nous a semblé qu’on était rentré dans une période différente, pour de multiples raisons, et que le combat féministe ne pouvait plus se mener dans des organisations exclusivement féminines. Je ne me livrerai pas ici à l’analyse des causes de la mutation du féminisme en particulier, ou du militantisme politique et associatif en général – de son déclin et de sa recomposition. Disons rapidement que le statut, le rôle et les droits des femmes ont suffisamment évolué, dans un sens favorable, en France et dans l’ensemble des pays équivalents, pour qu’une stratégie nouvelle de défense des droits des femmes se mette en place. Non plus un chapitre séparé et supplémentaire des droits de l’homme, mais une partie prenante de l’ensemble des droits de tous. Avec cette hypothèse que tous ont à gagner aux progrès des droits des femmes. On peut donner un exemple en matière de droits sociaux : celui des postiers, d’abord très hostiles à la féminisation de leur profession comme toute la classe ouvrière française depuis le XIXe siècle. Puis bien contents de voir la charge maximale de leurs sacs de courrier réduite au poids autorisé pour les postières ! Et, plus généralement, le désarroi masculin réel que l’on constate face à l’effondrement des modèles, des rôles familiaux et sociaux traditionnels, dessine de nouvelles alliances, mixtes, pour reconstruire des rapports nouveaux qui ne soient enfin plus des rapports de force.

4C’est donc sur l’usage stratégique d’une nouvelle mixité que nous voulons nous appuyer. Pourquoi nouvelle ? Parce qu’elle intègre l’idée de non-mixité féministe ; ou plutôt parce qu’elle en est issue. Mixité ne signifie habituellement que mélange des sexes. Sa récusation par le féminisme dénonçait un rapport de pouvoir. Mixité aujourd’hui signifie à la fois mélange et égalité : exclusion du rapport de pouvoir. À la fois prise en compte de la différence sexuelle et négation de la différence politique, de la différence des droits. Autant dire que toute pensée de la différence nous est étrangère, qu’elle mène à un conservatisme tranquille de la complémentarité des sexes, ou à la sexuation hyperbolique du modèle, du mythe et de la pensée. Sans vouloir polémiquer contre un courant actuel du féminisme, disons que ce qui nous intéresse, c’est la défense des droits de tous les individus et surtout pas leurs variantes personnelles, qu’elles soient de genre ou d’origine. Nous sommes à l’opposé de la vision fragmentaire du monde qui caractérise le patriarcat, et de sa variante positive qui est celle de la complémentarité ; à l’écart aussi d’une revendication de parité, conception mathématique peut-être utile mais insuffisante de l’égalité des droits. Donc les droits des femmes parce qu’elles en manquaient, parce que nous en manquions, et la possibilité de travailler, de faire de la politique et d’exercer notre liberté comme les hommes. Bref l’androgynat des chances, et plus d’intérêt pour les genres comme catégorie culturelle que pour les sexes comme catégorie biologique.

5La mixité est donc un instrument pour transformer les rapports de pouvoir, un concept qui peut devenir un outil militant. On ne peut pas rêver du développement d’un modèle féminin dans le monde du travail, ou des conflits internationaux, qui serait meilleur que le modèle masculin. On sait très bien que dans une société non encore mixte, comme la nôtre, les femmes qui approchent le pouvoir intègrent nécessairement les modèles précédents, c’est‑à‑dire masculins. Il ne s’agit donc pas de la concurrence de deux modèles mais de la promotion d’une mixité qui transforme l’ensemble des rapports sociaux. Quand une classe de lycée devient mixte, quand il y a des femmes dans un commissariat de police, un certain nombre de problèmes disparaissent. Et là on n’est qu’au degré le plus pauvre de la mixité, une simple co‑présence.

6La démocratie s’est constituée, en France et ailleurs, sur l’exclusion des femmes. Elles ont dénoncé cette exclusion, et maintenant elles utilisent la démocratie elle-même comme marchepied pour faire disparaître l’exclusion : le féminisme en ce sens est la logique poussée jusqu’au bout de la démocratie. Et c’est dans ce temps que nous sommes, celui d’un combat mixte et démocratique, où les femmes ont en théorie les droits civiques et les libertés civiles qu’elles réclament, et veulent leur application effective. Ce mouvement est irréversible ; ce qui ne signifie pas qu’il sera acquis de façon simple, comme le montrent les soubresauts violents des extrêmes‑droites en Amérique, en Pologne ou même en France, sans parler du monde musulman ; comme le montre l’obligation où nous sommes, en ce moment même, de reprendre des combats qui nous semblaient historiques pour défendre le droit des femmes à choisir une IVG et le droit au remboursement des contraceptifs. À ce titre la situation de la France est très représentative des contradictions actuelles de la condition féminine dans les pays occidentaux : au même moment, on vient d’avoir comme premier ministre une femme – et comme telle accablée d’injures ; mais quoi qu’on en pense c’est un symbole très important, cela modifie radicalement le champ du possible dans la conscience des Français –, et l’on voit se développer les attaques les plus réactionnaires des commandos anti-IVG et, dans un style voisin, du Front national. Une partie qu’on espère faible de cette France, qui commence à compter de jeunes femmes ministres, rêve de ménagères à la vichyssoise pratiquant un natalisme de bébés bien blancs... Les femmes à la maison, les immigrés chez eux, voilà qui est supposé régler le problème du chômage, et tout le reste avec. C’est ce qu’on appelle une idéologie de la différence.

7Je voudrais revenir à la mixité et, ici, à la ligue des Droits de l’Homme qui est une association présidée par une femme, et qui a fait de la mixité à la fois un thème de réflexion et d’action, et une pratique réelle, ce qui n’est pas le cas de la plupart des associations politiques ni des partis et surtout pas du parti au pouvoir, où la misogynie reste la règle. Bien entendu la différence entre une association comme la LDH et un parti politique c’est justement l’enjeu du pouvoir, qui ne nous concerne pas, et il est plus facile de faire une place aux femmes dans une association qui combat pour faire triompher ses idées que sur un siège électoral. Mais même dans une association le conformisme ordinaire tend à remettre l’autorité, la direction, à un homme, et là ce réflexe n’a absolument pas joué, la question ne s’est pas posée, et il me plaît de penser que le travail que nous avons mené pendant plusieurs années dans la Ligue pour la rajeunir, la féminiser, faire une place centrale à la question des droits des femmes et à la problématique de la mixité parmi des thèmes qui lui étaient plus habituels, ce travail a joué aussi son rôle. Sans oublier le fait que, dès sa création, au moment de l’affaire Dreyfus, la LDH a compté des femmes dans son comité central où elles sont aujourd’hui très nombreuses.

8Voici, rapidement présentées, les bases de notre réflexion sur les droits des femmes. Sur ces bases nous avons construit un programme concret, autour de quelques idées essentielles : croissance de l’emploi féminin et lutte contre l’inégalité professionnelle, entre autres par le refus du travail à temps partiel/droits partiels, plus imposé que choisi, qui restaure la division sexuelle du travail ; ou le développement des équipements sociaux de garde d’enfants et d’une parentalité égale, avec des congés parentaux rémunérés, et l’individualisation des droits sociaux.

9Lutte ensuite pour remédier au dramatique retard français en matière d’exercice féminin de la citoyenneté politique : indispensable statut de l’élu(e), application réelle par les partis du système pourtant peu enthousiasmant des quotas, éducation des futures citoyennes dès l’école.

10En ce qui concerne les étrangères, nous sommes partisans de reconnaître le droit d’asile pour les persécutions liées au sexe. Et en matière d’immigration le rapport est indissoluble entre laïcité et mixité, pour lutter contre les différents types de discriminations dont les immigrées sont victimes : femmes et non hommes, étrangères non citoyennes, musulmanes sans citoyenneté économique. Elles doivent devenir sujets de droit, délivrées d’un statut exclusivement familial. Mais nous voyons poindre un nouveau type de discrimination légale, entre Européennes et femmes venues du Tiers Monde.

11Nous participons au combat des associations féministes contre les violences : viol, inceste, violences conjugales, harcèlement sexuel. Et nous avons pris parti pour une condamnation radicale de l’excision.

12En matière de maîtrise de la fécondité : dépénalisation complète de l’avortement, prolongation du délai légal, développement de l’éducation à la contraception et défense de son remboursement. La bioéthique offre aux femmes et aux couples des libertés révolutionnaires : mais nous sommes inquiets devant le risque d’utilisation du corps des femmes comme un champ d’expérimentation pour la recherche médicale, et pire encore comme un marché.

13Lutter pour les droits des femmes est une manière de lutter pour tout changer. Pas seulement les droits des femmes mais la société tout entière. Par exemple si l’extrême-droite c’est très mauvais pour les droits des femmes, on peut retourner la proposition : les droits des femmes c’est très mauvais pour l’extrême‑droite... Sauf qu’on peut se demander si les femmes ont tellement envie de défendre leurs droits, de partager le pouvoir. Il est probable que non, en tout cas pas dans les formes actuelles. Le système masculin qu’on leur propose, du bout des lèvres, ne leur dit rien. Travailler cinquante heures par semaine comme beaucoup de cadres supérieurs, ou d’hommes politiques ? Elles ne se précipitent pas. Les femmes sont encore en charge de l’humanisme, en un temps où il est de bon ton de prétendre que toutes les valeurs s’écroulent En charge de valeurs de vie, ce qui laisse espérer que leur arrivée dans le monde du travail, puis de la citoyenneté politique, va transformer les pratiques qu’elles investiront. La mixité peut servir à modifier la pratique du pouvoir. À une autre condition, et là aussi on retrouve une question posée de manière cruciale dans les années soixante‑dix : celle des rapports entre féminisme et classes sociales. L’analyse des chiffres du chômage, par exemple, établit clairement que c’est sur les femmes que portent les formes les plus graves de l’exclusion, sans parler des retraites ou des nouvelles formes de la pauvreté, dans les marges de l’emploi. Autrement dit, cela n’a guère de sens de parler des femmes en général, comme d’une catégorie abstraite qui traverserait le corps social en présentant des aspects homogènes. Les femmes sont aujourd’hui, en France, plus victimes de l’exclusion que les hommes ; mais toutes les femmes ne sont pas, loin de là, des exclues. Et l’existence déjà réelle de la mixité interdit de dire qu’être femme, c’est être exclue. Les droits que nous avons acquis compliquent les données du problème, ce qui n’est certainement pas, pour nous les femmes, une raison de nous plaindre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Savy, « Droits des femmes et mixité »Les cahiers du CEDREF, 3 | 1993, 41-46.

Référence électronique

Nicole Savy, « Droits des femmes et mixité »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1468 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1468

Haut de page

Auteur

Nicole Savy

Vice-présidente de la Ligue des Droits de l’Homme

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search