Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3I. Sexisme et exclusionsMixité - Égalité - Enjeux de pouvoirL’extrême droite et les femmes

I. Sexisme et exclusions
Mixité - Égalité - Enjeux de pouvoir

L’extrême droite et les femmes

Joëlle Brunerie‑Kauffmann
p. 63-67

Texte intégral

1Il est juste d’avoir choisi dans un colloque appelé « Sexisme et Exclusion » de parler de l’extrême droite. De manière générale, l’idéologie que l’extrême droite véhicule est une idéologie d’exclusion : peur de l’étranger, peur de l’Autre, peur du mélange et l’on devine bien pourquoi et comment les femmes peuvent être l’objet de cette exclusion.

2La femme cristallise, en effet, la plupart des dangers dénoncés par l’extrême droite : baisse de la natalité, dislocation de la famille. D’autre part son image est utilisée systématiquement dès lors que l’on parle d’insécurité.

3On verra comment ce discours d’Ordre Moral tenu par l’extrême droite infiltre tout le corps social. Tous sont atteints même ceux qui prétendent lutter contre ces thèses.

4Pour la droite extrême la femme idéale est avant tout mère, épouse et ménagère. Elle ne saurait sortir de ces rôles qui lui sont impartis.

5Or, l’arrivée de la contraception et de la liberté de l’avortement a donné aux femmes leur liberté sexuelle et leur a permis de planifier sans craindre les naissances.

6Pour l’extrême droite, cette liberté est à la racine même de tous les maux dont souffre notre société, le plus grave étant la chute de la natalité. On sait pourtant et l’on a trop tendance à l’oublier, que les femmes ont toujours planifié leurs maternités affrontant pour cela toutes sortes de dangers. Mais elles font ici figure d’accusées : les femmes françaises ne remplissant plus les berceaux laissent « déferler la démographie des femmes immigrées ». Cet argument est faux aussi, dès la deuxième génération, les femmes immigrées constituent d’autant plus une menace qu’elles symbolisent la mixité, le mélange.

« Demain, déclare Jean-Marie Le Pen, en 1984 à la télévision, les immigrés s’installeront chez vous, mangeront votre soupe et coucheront avec votre fille ou votre fils. »

7S’agissant de la dislocation de la famille, que dit la droite extrême : la cause en est le travail des femmes. « Dans un mélange, il faut qu’il y ait une autorité, dit un ténor de l’extrême droite, et nous pensons que la plus qualifiée est celle de l’homme. » Or, il ne fait aucun doute que l’autonomie acquise dans le couple pousse les femmes au divorce. Et le divorce engendre les désordres sociaux sur lesquels cette droite‑là a bâti son programme : délinquance, drogue, violence, homosexualité, sida...

8On retrouve cette aversion pour toute forme de liberté, facteur de désordre. Tout doit être quadrillé. Parlant de la préparation d’une éventuelle campagne de la contraception, le Président du tristement célèbre mouvement « Avenir et Culture », filiale de la Secte Tradition‑Famille‑Propriété écrit le 14 février 1992 : « Le gouvernement français utilisera l’argent public pour vanter auprès des très jeunes la contraception et les inciter à avoir des relations sexuelles au gré de leurs instincts, dès l’âge de 11 ans, en dehors de la moindre règle morale. »

9L’homosexualité, on le sait, a toujours été réprimée par l’extrême droite. On se souvient des triangles roses et verts que l’Allemagne nazie imposait aux homosexuels hommes et femmes. Il existe pourtant un mouvement homosexuel d’extrême droite dont les publications Gaie‑France font frémir par leurs références à l’homme aryen, à la camaraderie virile au sein d’une société militaire.

10Face à toutes ces menaces, que propose l’extrême droite ? Il faut restaurer la famille, et pour cela on trouve dans le programme du Front National plusieurs propositions :

  • Une proposition de Création de Revenu Maternel (retour de la femme au foyer).

  • Proposition 26 : création du revenu maternel
    Actuellement beaucoup de mères de famille sont obligées d’aller travailler à l’usine ou au bureau
    , non pas parce que ce travail est pour elles un épanouissement, mais parce qu’il faut faire rentrer un deuxième salaire au foyer.
    La création d’un revenu maternel permettra aux mères de famille d’effectuer leur choix sans contrainte financière. Il sera versé en effet aux mères de famille, qui choisissent de se consacrer à plein temps à l’éducation de leurs enfants, une rémunération supérieure au SMIC bénéficiant des avantages sociaux liés à tout salaire.

  • Proposition 36 : libération des postes de travail grâce au revenu maternel L’instauration du revenu maternel conduira un certain nombre de femmes actuellement au travail à le quitter pour bénéficier de cette rémunération et se consacrer à plein temps à l’éducation de leurs enfants. Ce faisant, elles libéreront des postes de travail et réduiront d’autant le nombre de chômeurs.

  • Proposition 8 : aide sociale accordée prioritairement aux Français
    L’aide sociale publique doit être accordée en priorité aux Français. Ceux‑ci sont en effet souvent terriblement isolés dans la misère alors que les étrangers bénéficient du soutien traditionnel de leur communauté. De surcroît, l’aide sociale accordée sans discernement aux immigrés, y compris clandestins, constitue souvent une incitation très puissante à l’immigration. C’est pourquoi, il est nécessaire d’instaurer pour l’aide sociale le principe de la préférence nationale.

  • Proposition 32 : créer la journée nationale de la famille
    La famille et les valeurs qu’elle implique sont à remettre à l’honneur. Une journée nationale de la famille devrait donc être instituée pour assurer chaque année, par des manifestations festives et médiatiques, la promotion des valeurs familiales.

11S’il ne s’agissait que de propositions dont la plupart sont d’ailleurs parfaitement irréalisables, s’il ne s’agissait que de grandes marches Lens‑Chartres et retour, la chose mériterait à peine analyse.

12Mais il se trouve que ces gens qui ne représentent qu’une petite minorité de français prétendent imposer leur Ordre Moral à la majorité. Cette idéologie est intolérante et ses partisans pratiquent un activisme de plus en plus dangereux.

13Ainsi les lois légalisant la contraception et l’IVG, sont des lois très libérales. Il faut souligner qu’aucune française n’a été dans l’obligation depuis 1967 de prendre une contraception ni depuis 1975 de subir une IVG. Mais les partisans du refus ne supportent pas que l’on ne se conforme pas à leurs propres lois. Non contents de passer à l’attaque dans leurs écrits, ils multiplient les opérations musclées, et l’on voit ainsi agir en toute impunité depuis janvier 1990 des « Commandos anti‑IVG » qui attaquent les centres IVG.

14Une quarantaine d’attaques ont eu lieu depuis 1990 se déroulant toujours selon le même scénario. Arrivée sur les lieux dès l’ouverture du centre d’un commando d’une trentaine de personnes, jeunes et vieux, femmes et hommes se réclamant de groupes d’appellations différentes « Trêve de Dieu », « SOS Tout‑Petits », formés de catholiques intégristes disant agir comme défenseurs de la vie, tels « des casques bleus contre l’avortement et sa victime ! ».

15Ils occupent les blocs opératoires, s’enchaînent aux tables d’opération par le cou avec de gros cadenas, déstérilisent le matériel, s’emparent des dossiers, volent les boîtes RU 486. Puis ils se mettent à prier et à faire du prosélytisme auprès des femmes et du personnel hospitalier.

16On imagine le désarroi des femmes venues subir une IVG que l’on doit renvoyer sur d’autres centres. De celles qui viennent pour une autre cause gynécologique, mêlées à cette agression.

17Aussi incroyable que cela puisse paraître aucune inculpation n’a encore eu lieu. Pour ce dernier mois de mai, des attaques ont eu lieu le 5 à Pau, le 7 à Talence, le 16 aux Lilas, le 29 à Bordeaux.

18Ce qui apparaît déplorable, c’est la frilosité du gouvernement à réprimer ces actions. Seule Véronique NEIERTZ en a saisi l’extrême gravité. Il a fallu attendre les dernières semaines pour voir peut-être enfin juger ces activistes. Une action est en cours à Pau et sera jugée le 15 juillet. La Ligue des Droits de l’Homme s’est portée partie civile à Bordeaux.

19Tout ceci est d’autant plus inquiétant que l’on observe déjà de manière prémonitoire à l’étranger la remise en cause des droits acquis par les jeunes. Aux USA, chaque État peut maintenant statuer sur le droit à l’IVG. Les mouvements Prolife sont très importants. Ce qui vient de se passer plus près de nous, dans un pays européen, catholique comme le nôtre, en Pologne, est caractéristique. Bien que sujet à discussion dans la Pologne pro‑communiste, l’IVG est encore légale. Or, l’Ordre des Médecins vient d’en interdire la pratique. On imagine sans peine les drames humains que cette mesure va provoquer et le dénuement dans lequel sont laissées les femmes polonaises. Ce qui est significatif dans cette affaire, c’est le poids de l’Église qui intervient dans la sphère sociale et privée jusqu’à aboutir à cette aberration juridique de contradiction entre la pratique et la loi. Dans l’Europe de Maastricht, que va‑t‑il se passer pour l’Irlande et l’Allemagne de l’Ouest ?

20En France, où il n’y a pas de remise en cause officielle de ces lois, on a entendu récemment Philippe de Villiers, affirmer avec une belle malhonnêteté que « la loi autorisant l’IVG a été un échec ». Alors que tous, même les médecins catholiques, qui s’y étaient opposés pour des raisons éthiques, s’accordent à reconnaître qu’elle est une loi de santé publique et qu’elle a éradiqué les désastres médicaux liés à l’avortement clandestin.

21Sans aller jusque‑là, on voit dans la réalité diminuer les crédits et réduire les effectifs des centre IVG, supprimer le remboursement d’une partie de la contraception. Comme si, insidieusement, tous ces acquis n’avaient plus la même valeur publique. On voit FR3 déprogrammer dans la série du dessin animé « le bonheur de la vie » destiné aux enfants, un seul épisode : celui où la grand-mère parle des différents moyens contraceptifs. L’on voit enfin un Premier Ministre socialiste supprimer une campagne d’information sur la contraception préparée par le Ministre des Droits des Femmes parce que le slogan « la contraception pour ne penser qu’à l’Amour », effraie et risque de choquer inutilement certaines sensibilités.

22Alors même que les milieux d’extrême droite, par l’intermédiaire d’« Avenir et Culture », menaient depuis plusieurs mois une action pour « empêcher ce sinistre projet de corruption de nos enfants qui ont besoin d’être guidés dans le respect des valeurs morales héritées de la civilisation chrétienne et non d’être poussés sur les chemins de la dépravation et incités à la débauche. »

23Comprenons alors que le Premier Ministre n’ait pas voulu dans cette période préélectorale « choquer inutilement » une partie de l’électorat.

24Mais, dans cette période de retour des intégristes de tout bord, vouloir faire trop de concessions à la droite, c’est laisser la place à la remontée d’un Ordre Moral dont les femmes seront les premières victimes.

25Elles ont bien compris ce danger, et une coordination d’Associations s’est créée, la LDH s’y est associée. Il s’agit de pointer des dérapages et, sans se tromper d’ennemis, de rester vigilants sur la défense de nos valeurs de laïcité et de démocratie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Brunerie‑Kauffmann, « L’extrême droite et les femmes »Les cahiers du CEDREF, 3 | 1993, 63-67.

Référence électronique

Joëlle Brunerie‑Kauffmann, « L’extrême droite et les femmes »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1486

Haut de page

Auteur

Joëlle Brunerie‑Kauffmann

Présidente de la Commission « Femmes » de la Ligue des Droits de l’Homme

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search