Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3II. Travaux du C.E.D.R.E.F.Communications au séminaire du C....Mythe du non‑pouvoir des femmes d...

II. Travaux du C.E.D.R.E.F.
Communications au séminaire du C.E.D.R.E.F. –1991-1992- « Femmes, féminismes, et pouvoirs »

Mythe du non‑pouvoir des femmes dans l’Allemagne d’hier et d’aujourd’hui

Rita Thalmann
p. 75-89

Texte intégral

1Pour éviter tout malentendu, quelques remarques préalables s’imposent.

  1. Il ne s’agit pas, bien entendu, de nier les formes évidentes de discrimination et d’exclusion frappant les femmes dans les différents domaines de la vie publique et privée. Encore que ces discriminations et exclusions se traduisent sous des formes variables selon le contexte ethnique, économique, politique, social, culturel et ne touchent pas toutes les femmes de la même manière.

  2. Ce qui est en question dans le cas de l’Allemagne par rapport à d’autres pays industrialisés, c’est ce que j’appellerai une certaine « irresponsabilité politique et morale » que les intéressés justifient par l’argument de leur absence de pouvoir (Machtlosigkeit). Ce phénomène n’est certes pas spécifique à l’Allemagne mais il est, me semble‑t‑il, plus marqué du fait d’une longue tradition historique et culturelle que l’on peut qualifier de métahistorique et dont le poids sur les mentalités reste, nous le verrons, important jusqu’à nos jours. D’où le paradoxe d’un pays qui a connu depuis le milieu du XIXe siècle les organisations féminines les plus importantes, voire les mieux organisées d’Europe mais en même temps une grande faiblesse de la culture et de la conscience politiques d’une majorité de femmes.

  3. Puisque dès que l’on évoque le statut passé des femmes allemandes surgit la fameuse formule des 3 K (Kinder-Küche-Kirche / Enfants‑Cuisine‑Église), il est utile de rappeler certains faits qui relativisent cette perception pour le moins réductrice.

  • 1 Marianne WALLE, Contribution à l'histoire des femmes allemandes du XIXe au début du XXe siècle. Thè (...)

2S’il est vrai que les Allemandes n’ont pas dans leur histoire une révolution du style de 1789, que les révolutions bourgeoises de 1830 et 1848 se sont soldées par des échecs et qu’à partir de là, la bourgeoisie libérale a sacrifié le libéralisme politique en se contentant du libéralisme économique – ce qui reste une constante même dans l’Allemagne d’aujourd’hui et constitue déjà un début d’explications à la faiblesse de la culture et de la conscience politique. S’il est vrai aussi que, contrairement aux Anglo‑saxonnes, le féminisme allemand n’est pas né d’une prise de conscience de l’oppression des femmes à travers une lutte sociale, notamment contre l’abolition de l’esclavage, on notera cependant que le début d’un mouvement organisé des femmes en Allemagne se situe, avec sa fondatrice Louise Otto Peters1, entre le libéralisme politique de 1848 et une certaine affinité avec le mouvement ouvrier. À tel point d’ailleurs que la première appellation de l’« Association générale allemande des femmes » (Allgemeiner deutscher Frauenverein ADF) est calquée sur celle de l’Association générale allemande des ouvriers qui la précède de deux ans en 1863 dans la même ville de Leipzig (1857‑1933). C’est d’ailleurs dans ce cadre que Caria Zetkin‑EiBner, devenue ultérieurement la principale dirigeante des femmes socialistes, puis communistes, prend conscience, grâce à sa mère militante active de l’association féminine et même élevée à l’Institut d’éducation créé à Leipzig par cette association, de la nécessité de lutter pour les droits des femmes.

Deuxième aspect non négligeable

3Le libre droit d’association et d’adhésion à des organisations politiques et syndicales est reconnu aux Allemandes dès 1908.

Troisième aspect important

4Elles obtiennent le droit de vote actif et passif dès 1918, c’est‑à‑dire avant les femmes de la plupart des pays industrialisés. La première assemblée parlementaire de la République de Weimar compte déjà près de 10 % de députés féminines contre 3,3 % en Grande‑Bretagne, 1,1 % au Congrès américain, 0 % en France. Et on compte près de 500 femmes élues dans les diètes régionales et les conseils municipaux sur lesquelles nous reviendrons, dont certaines à des postes importants dans les instances gouvernementales.

Quatrième fait notable

5Le nombre important d’adhérentes dans les partis politiques par exemple (1/3 du Parti social-démocrate) de même que dans la Fédération des associations allemandes de femmes qui atteint à elle seule plus de 600 000 membres dans les années 1920-1930, certains estiment même à 1 million, 1 million 1/5.

  • 2 Rita THALMANN, Être femme sous le IIIe Reich, Paris, Laffont, 1980. Le chapitre I porte sur la péri (...)

6Or dès la création du IIe Reich en 1871, soit moins de six ans après la fondation de l’Association générale allemande des femmes, on constate que la revendication de l’Association féminine, d’emblée limitée à la participation équitable des femmes à la construction d’une Allemagne unie dans la justice et la liberté, se réduit à la défense des intérêts matériels et du statut social des femmes des classes moyennes2. De sorte que les ouvrières, avec à leur tête des militantes syndicales – qui constituent jusqu’à nos jours une partie importante des cadres féminins de la social-démocratie – cherchent à créer leurs propres associations et sont contraintes, faute de solidarité du mouvement féminin dit bourgeois, de se battre quasiment seules contre la répression étatique et patronale d’une part, l’hostilité de leurs camarades masculins contre les « voleuses d’emplois » de l’autre. On assiste donc à un développement important d’associations de défense d’intérêts professionnels enfermés dans des revendications catégorielles assorties, pour certaines, d’institutions sociales et pédagogiques, mais coupées pour la plupart des luttes politiques.

7Autre faiblesse du courant majoritaire des organisations féminines allemandes : la réticence à coopérer avec le mouvement international des femmes, y compris avec le très modéré International Congress of Women (ICW). Dans ses Mémoires publiées en 1928 (p. 269), Hélène Lange, qui joua un rôle clef au tournant du siècle avant de céder la place à la veille de la première guerre mondiale à sa jeune amie et disciple Gertrud Bàner, écrit encore à ce propos

« Les femmes allemandes éprouvent la nécessité d’être soutenues par un mouvement international des femmes qui ne repose pas sur des intérêts politiques, mais entend changer les mœurs ».

8En fait, l’adhésion à l’International Congress of Women décidée en 1893‑94 a surtout été motivée par la volonté des dirigeantes majoritaires d’occuper le terrain face à l’aile minoritaire des féministes dites radicales, militantes de gauche pacifistes et internationalistes comme Hélène Stœcker ou Anita Augspurg, issues de milieux libéraux juifs comme Lida Gustava Heymann, Alice Salomon, Henriette Goldschmidt, Camilla Jellinek, Gertrud Bær, marginalisées dès la première guerre mondiale et contraintes pour la plupart dès 1933 à l’exil où elles ne survivront que difficilement grâce à la solidarité des responsables et amies des divers pays d’accueil.

9Si l’on excepte cette minorité de féministes radicales qui ne sont parvenues à faire prévaloir leur influence qu’entre 1902 et 1908, le courant majoritaire du mouvement des femmes s’oriente dès avant la première guerre mondiale vers l’affirmation d’une vocation et d’une sphère spécifique des femmes conformes à leur nature, que les catholiques appellent Frauenland, les protestantes Neuland dans l’alliance libérale‑conservatrice qui préside à partir de 1909‑10 aux destinées de la Fédération allemande des associations féminines Lebensraum. Situation d’autant plus paradoxale que la revendication d’une sphère spécifique aux femmes aurait dû conduire logiquement au rapprochement avec les associations féminines tant nationales qu’internationales alors que l’attitude de la Fédération se conformera strictement aux objectifs du pouvoir masculin national dont elle condamne par ailleurs le caractère immoral.

10Cette identification à la « communauté du peuple » Volksgemeinschaft apparaît déjà clairement lors du grand débat de 1908 à propos de la contraception et de l’avortement. Débat qui oppose une minorité avec à sa tête Camilla Jellinek, encore présidente de la Commission juridique de la Fédération, plaidant pour la légalisation, à la majorité libérale‑conservatrice dont certaines vont jusqu’à invoquer les thèses pangermanistes sans susciter de protestations.

« Pour gagner la bataille de la suprématie germanique dans le monde, déclare entre autres Maria Lischnewska, nous avons besoin de gens capables de défendre nos réalisations contre les hordes ennemies (...) nous avons besoin de gens pour peupler nos colonies et celles qu’il nous faut encore conquérir. »

11Discours assorti d’une vigoureuse condamnation de la France que l’avortement, considéré, selon elle, comme une pratique normale (sic) aurait conduite au déclin, de même que les États‑Unis où le recours généralisé à l’avortement provoquerait la suprématie des Nègres prolifiques.

12Malgré l’ultime appel des féministes radicales adjurant les déléguées de soutenir l’abrogation d’une loi déniant aux femmes la responsabilité dans la plus féminine de leurs tâches, celle de donner la vie, et les transformant en productrices involontaires de chair à canon, le rapport de la Commission juridique que préside Camilla Jellinek est rejeté. Ce débat à lui seul reflète déjà l’isolement des féministes radicales, voire de féministes modérées comme Jellinek ou la social‑démocrate et future députée Adèle Schrieber par rapport au courant majoritaire qui invoque la spécificité féminine mais ne se donne même pas les moyens de la défendre en s’alliant au courant le plus chauvin et le plus misogyne de la « Volksgemeinschaft ».

13Pour ne pas allonger outre mesure cet historique de l’avant 1933, je passerai rapidement sur la première guerre mondiale et la République de Weimar non sans souligner au passage que la Fédération des associations allemandes de femmes qui n’a cessé de proclamer le pacifisme naturel des femmes, s’engage corps et âme dans l’effort de guerre impériale, rompt toute relation avec les organisations internationales des femmes et va jusqu’à accuser la minorité des femmes qui se joignent aux efforts des femmes socialistes et des associations féministes en 1915, lors des congrès de La Haye et de Berne, de « salir le nid », de trahir la patrie (cf. les deux livres collectifs de notre équipe : Femmes et Fascismes et La tentation nationaliste, tous deux aux éditions Tierce). Plus symptomatique encore de ce manque de conscience politique est la période de la République de Weimar que l’historien Hans Mommsen qualifie d’époque de « la liberté galvaudée » (Verspielte Freiheit).

14Car on peut se demander ce que les Allemandes ont fait des libertés politiques et sociales acquises, quel a été leur rôle dans les partis politiques et à des postes importants du gouvernement, d’instances internationales comme la SDN ou le Bureau international du Travail, voire dans certaines chaires d’université. Le problème ne se pose pas en France à la même époque puisque les femmes continuent à être traitées en mineures. Il revêt par contre une grande importance dans un pays qui n’avait jamais auparavant connu un régime démocratique. Régime instauré de surcroît sous la pression des Alliés victorieux dans le contexte allemand particulièrement difficile de la défaite, de la montée, à partir du Traité de Versailles, d’un fort courant nationaliste, accentué en 1923 par l’occupation franco‑belge de la Ruhr. Courant nationaliste face auquel partis et organisations de gauche sont tout au plus sur la défensive. Or dès 1919 les femmes utilisent pour la première fois leur droit de vote mais privent la gauche d’obtenir la majorité (47 %) en accordant non seulement leur suffrage au Zentrum catholique qui accepte encore de soutenir la coalition social‑démocrate et démocrate, dite de Weimar, mais aussi à la droite conservatrice qui déclare le régime républicain « non allemand » imposé par les vainqueurs et les « agents » allemands à sa solde. Partis qui, de surcroît, s’étaient toujours opposés au droit de vote des femmes. Au lieu de constituer un groupe de pression féminin, les élues députées, conseillères régionales et municipales s’identifient à leurs partis respectifs dans lesquels elles n’ont aucun poids, et qui limitent leur action aux domaines dits féminins – essentiellement social. À noter que même le secteur de l’éducation, prioritaire lorsqu’il s’était agi au tournant du siècle d’obtenir l’accès des femmes aux divers niveaux de formation et où la démocratisation aurait dû être une priorité, est pratiquement abandonné aux seules revendications catégorielles des enseignants. D’où la désaffection des jeunes générations aussi bien par rapport à la Fédération des associations féminines allemandes, qu’elles considèrent comme une institution de notables, que par rapport aux élections alors que les femmes représentent 53 % du corps électoral. Si leur participation avait été de 81 % en 1919, elle chute de 15 à 20 % dans les consultations ultérieures jusqu’en 1930. Époque à laquelle la grande crise économique mondiale frappe avec une violence particulière une Allemagne fragilisée par les conséquences économiques, sociales, politiques de la guerre, de la défaite, des divisions politiques, confessionnelles et des luttes particularistes. Époque qui voit le parti nazi réussir sa première grande percée politique et devenir avec 18,3 % des suffrages le second parti du Reich derrière la social-démocratie. Or sur les 6 500 000 voix recueillies par le parti nazi qui n’a jamais caché son hostilité envers la gauche, les Juifs et l’émancipation des femmes, 3 millions sont féminines, soit 13 % des électrices. Si l’on ajoute 60 % des 7 % obtenus par la droite nationaliste alliée d’Hitler – soit 1 570 000 voix - on arrive à 4,5 millions, c’est‑à‑dire un peu plus du quart des électrices.

15Que signifie dans ces conditions l’acceptation des dirigeantes libérales de se joindre aux catholiques et aux pacifistes pour soutenir la conférence du Désarmement à Genève tandis qu’une partie importante de leurs membres soutient à l’intérieur de l’Allemagne des partis qui travaillent activement à son réarmement et avancent des revendications territoriales ?

16Cette contradiction apparaît aussi à la même époque lorsque la Fédération des associations féminines allemandes ne juge pas utile d’élever la voix, voire de mobiliser les 7 millions de femmes salariées contre la loi de licenciement des femmes dont le mari dispose d’un revenu suffisant dite « loi sur le double salaire », votée en 1932 à la suite de l’encyclique papale « Quadragesimo anno », à l’initiative du chancelier Bruning et de son ministre du travail Stegerwald, appartenant tous deux au Zentrum catholique. Or deux responsables dans la Fédération, Klara Mende et Kâthe Gœbel occupent des postes importants, l’une au ministère de l’Économie, l’autre à l’Office central de l’Emploi, tandis que l’ex‑Présidente de la Fédération, toujours influente en tant que vice‑présidente, Gertrude Baumer, devenue conseillère ministérielle chargée des affaires sociales au Ministère de l’Intérieur, va jusqu’à justifier l’abstention, lors du vote de la loi, de son parti, la Deutsche Staatspartei. Était-il nécessaire par ailleurs d’appeler à la direction de la Fédération des associations féminines des membres de la droite nationaliste et même une sympathisante du Parti nazi, Leonore Kuhn, alors que le courant progressiste avait été évincé ? Ce qui ne pouvait qu’accréditer l’idée qu’il était possible de coopérer avec des partis ouvertement xénophobes, antisémites, hostiles aux droits des femmes ?

17Comble de l’inconscience : alors que la Présidente de la Fédération, la libérale Agnes von Zahn‑Hamack avait encore organisé entre 1930‑32 avec l’Union des femmes juives, une campagne de visites guidées de synagogues, des conférences et des réunions pour lutter contre la montée de l’antisémitisme, son rapport de fin d’année 1932 conclut qu’il n’y a pas d’autre solution à la crise de l’Allemagne que le remplacement du système parlementaire par un État corporatif du style de l’Italie fasciste, avec une représentation de la « corporation des femmes ». Comment s’étonner dans ces conditions que les électrices en viennent pratiquement à voter autant que les électeurs – sauf dans les circonscriptions catholiques – pour le parti nazi qui, pour gagner leurs voix, met une sourdine à ses thèses les plus misogynes.

18À peine arrivés au pouvoir, les nationaux socialistes s’empressent de dissoudre toutes les organisations démocratiques dont les branches féminines des partis et associations de gauche et d’extrême gauche de même que La Protection maternelle d’Helene Stœcker, la branche allemande de \a Ligue des femmes pour la paix et la liberté. Leurs responsables fuient à l’étranger, leurs biens sont confisqués, leurs personnes et leurs actions calomniées par la presse aux ordres sans qu’aucune de leurs sœurs allemandes élève la voix – ce qui est encore possible à cette époque. À l’époque on compte encore 2 millions de protestantes, 1 million de catholiques, membres d’organisations confessionnelles pas encore interdites. La seule qui bénéficiera de protestations sera Gertrud Bàumer, renvoyée de son poste au Ministère de l’Intérieur avec une modeste retraite. Même la nouvelle cheftaine des femmes nazies Gertrud Scholtz Klink, qui la considère comme une pionnière du travail des femmes, interviendra à plusieurs reprises en sa faveur auprès des plus hauts responsables du régime.

19Il est vrai que la Fédération des associations féminines allemandes a dans un premier temps, comme toutes les organisations non marxistes, le choix entre la soumission aux critères du régime et la dissolution et que Gertrud Bàuner plaide pour l’acceptation de ces critères impliquant notamment l’exclusion des femmes « non aryennes ».

20Déjà en juin 1933 dans "Die Frau” elle affirme que,

« d’un cœur ardent, animées d’une volonté désintéressée, beaucoup de femmes allemandes ont préparé la voie à ce renouveau. Car la volonté d’une réelle unité, d’un véritable travail social au sein de l’entité du peuple, d’une plus grande proximité de la vie, d’un rejet de l’intellectualisme devenu stérile, de l’appel aux forces oubliées de l’âme, du sang allemand, de la terre natale, de l’approfondissement religieux – bref des forces de la vie dans leurs fondements physiques et spirituels, correspond au plus profond de leur être. Leur grande espérance, c’est le renouveau. »

« Les affinités entre le mouvement de femmes et le national-socialisme, poursuit-elle dans l’organe de la Fédération qu’elle continue à diriger jusqu’en 1944 (acceptant en quelque sorte une fonction d’alibi du courant national‑conservateur), résident dans le fait que le nationalisme ancre sa conception de l’État et de l’économie dans le peuple et la vie et non dans les intérêts, le mercantilisme, les systèmes, qu’il veut fondre toutes les barrières artificielles de la société industrielle – entre employeurs et employés, bourgeois et prolétaires, villes et campagnes dans la réalité vivante du Volhstum et de son destin. »

21Si la commission administrative de la Fédération décide finalement, contre l’avis de Gertrud Bàumer, d’opter pour la dissolution volontaire après qu’une des anciennes présidentes Emma Enders eut fait remarquer que l’adaptation au régime nazi était incompatible avec la neutralité politique inscrite dans les statuts de la Fédération, la plupart des soixante associations féminines membres acceptent de se soumettre. Ce qui n’évitera pas la dissolution ultérieure d’associations conservatrices comme celle de la Reine Louise, des sections féminines des Casques d’Acier, de la Ligue maritime, voire du Parti national allemand.

  • 3 Claudia KOONZ, Les Mères-Patries du IIIe Reich, version française Paris, Lieu Commun/Histoire.

22Celles qui subsistent (il y avait deux-cent-trente organisations féminines dans le Reich), associations professionnelles d’enseignantes, de médecins, d’infirmières ou associations confessionnelles sont – à l’exception des catholiques – soit intégrées dans des organisations nazies, soit adaptées aux critères du régime dans le cadre du « Frauen »3. Toutes adoptent sans états d’âme, ni protestations, l’exclusion des non aryennes auxquelles il ne reste que le repli sur la communauté juive et l’Union des femmes juives ce qui est par exemple le cas d’Ottilie Schônwald, ex‑conseillère municipale démocrate de Bochum qui en deviendra la dernière présidente. Ou le repli sur le cercle familial, ce qui est essentiellement le cas de femmes mariées à des non juifs comme Hanni Klepper qui se suicidera avec sa fille d’un premier mariage (et son second mari l’écrivain luthérien Jochen Klepper) dans leur villa berlinoise en décembre 1942.

23À ma connaissance, seules deux femmes de renom, l’écrivaine conservatrice Ricarda Huch et l’universitaire social‑démocrate Anne Siemsen protestèrent contre l’exclusion de leurs collègues juifs ou politiquement indésirables. La première démissionna en signe de solidarité de l’Académie des Arts de Berlin, la seconde, professeur à l’Université d’Iéna dut s’exiler en Suisse où elle fut accueillie comme rédactrice de l’organe socialiste des femmes. Il est à noter que la plupart des femmes allemandes ou autrichiennes contraintes à l’exil furent accueillies – même si cet accueil ne fut pas toujours à la hauteur des besoins – par des organisations internationales avec lesquelles elles étaient le plus souvent déjà en relation avant 1933. Ainsi, malgré la politique d’accueil très restrictive de la Suisse, des féministes radicales comme Lida Gustava Heymann, Anita Augsburg, Gertrud Baer purent y rester grâce notamment aux responsables de la Ligue des femmes pour la paix et la liberté. En particulier Clara Ragaz, Hanna Arurdt, Anna Seghers, Lotte Eisner, Gisèle Freund trouvèrent de modestes emplois à Paris jusqu’à l’arrivée des Allemands, la députée social-démocrate Adèle Schreiber ou Ottilié Schônewald en Grande Bretagne où elles coopérèrent activement à l’aide aux réfugiés du IIIe Reich. D’autres encore comme Alice Salomon, créatrice de la Première École d’assistantes sociales à Berlin, devenue Vice‑Présidente de l’International Council of Women fut maintenue à son poste aux États‑Unis grâce à la fermeté de sa présidente Lady Aberdeen qui s’opposa énergiquement à la demande d’exclusion de la déléguée des femmes du Reich dépêchée par le Ministère des Affaires Étrangères. À son interlocutrice qui exigeait la destitution d’Alice Salomon déclarée non représentative des femmes allemandes, Lady Aberdeen répliqua :

« Nous n’élisons pas les femmes en vertu de leur origine ou de leurs confessions mais en fonction de leurs compétences. »

24Supposant connues les étapes de la persécution des adversaires politiques et des Juifs sous le nazisme, je soulignerai simplement que les Juifs n’avaient même pas de possibilités d’adaptation relative ou de plongée dans l’illégalité des persécutés non juifs dans un pays non laïque où le recensement impliquait la déclaration de la confession. Même les milieux socialistes et communistes du Reich jugeaient trop dangereux de garder le contact avec leurs camarades juifs. De sorte que la solidarité – y compris dans les Églises à l’égard des Juifs convertis – devint un phénomène rare relevant de quelques personnes à titre individuel.

  • 4 Melitta MASCHMANN, Ma jeunesse sous le nazisme, vers. fr. Paris, 1964.
  • 5 Margarete BUBER-NEUMANN, 1 - Prisonnière de Staline et d'Hitler 2 - Déportée à Ravensbrück, vers. f (...)

25Pour donner un autre exemple de ce manque de sensibilité, de cette inconscience à l’autre, je citerai le cas de l’écrivain protestante conservatrice Ina Seidel qui écrit en 1942 dans la préface d’un recueil de lettres d’auxiliaires féminines de l’armée intitulé « Cœurs servants » (Dienende Herzen) que ce service auxiliaire de jeunes filles leur fournit l’occasion de voir d’autres pays avant de créer leur foyer dans le Reich. Dans cette optique la coopération des jeunes Allemandes à la mise au pas des pays occupés (voir le livre de Melitta Maschmann)4 constituait une expérience enrichissante pour les futures mères aryennes. J’irai plus loin : si, en s’adaptant largement au régime, l’écrasante majorité des Allemandes a permis le bon fonctionnement presque jusqu’à la fin de l’économie et de la société lancée dans une guerre de conquête à outrance, si beaucoup ont coopéré dans les hôpitaux, l’assistance sociale, les programmes de discrimination, de stérilisation, de sélection et de mise à mort des malades dits incurables, nous savons aujourd’hui par des témoignages de déportées ou de femmes emprisonnées telles que la dissidente communiste juive Margaret Buber Neuman, la française Germaine Tillon5, que hormis celles arrêtées pour « délit de mélange racial » les allemandes dans les prisons et les camps de concentrations se montrèrent rarement solidaires de leurs compagnes de souffrance d’autres origines. Sans parler d’une minorité de femmes qui acceptèrent de se faire bourreaux en devenant gardiennes de prison ou de camps dans ce régime.

26Or, et j’en arrive au dernier point de mon exposé, on pouvait s’attendre après l’effondrement du IIIe Reich que les Allemandes entament une réflexion en profondeur sur leur histoire de cette époque et en tirent les leçons. Lorsque Hanna Arendt revint en 1950 visiter son ancienne patrie, elle fut frappée essentiellement par deux choses :

l’affairement à reconstruire tout ce qui avait été détruit dont elle dit qu’ « il est devenu l’arme principale pour fuir la réalité » et l’attitude de ses interlocuteurs et interlocutrices quand elle dit qu’elle est juive. Intervient alors en règle générale un bref moment d’embarras, puis ne suit pas une question personnelle comme par exemple : où êtes-vous allée quand vous avez quitté l’Allemagne ? Pas de trace de compassion, comme par exemple : qu’est-il arrivé à votre famille ? Mais un flot d’histoires pour montrer combien les Allemands ont souffert (ce qui est certainement exact, mais n’a rien à voir ici). S’il y a effectivement une réaction, elle consiste en un soupir suivi de la question mi rhétorique mi mélancolique : pourquoi l’humanité doit‑elle toujours faire la guerre ? L’Allemand moyen cherche les causes de la guerre non pas dans l’action du régime nazi, mais dans les événements qui ont conduit à l’exclusion d’Adam et d’Ève du paradis."

  • 6 Ute GERHARD, Unerhôrt - Die Geschichte der deutschen Frauenbewegung, Reinbeck bei Hamburg, Rowolt, (...)

27On peut se demander, écrit en 1990 notre collègue féministe Ute Gerhard dans son histoire du mouvement des femmes6, pourquoi celui-ci a mis plus longtemps que la durée du mouvement nazi pour se reconstituer. Pourquoi on a si profondément (gründlich) oublié les acquis et les luttes des femmes du siècle passé. Pourquoi après plus d’une génération, à la fin des années soixante, le nouveau mouvement des femmes a commencé sans rien savoir de celles qui l’ont précédé. Cette rupture, cette perte de l’histoire du mouvement des femmes allemandes, le divorce des générations sont frappants, notamment aussi par rapport à la situation internationale. Or ce nouveau féminisme allemand, né comme dans la plupart des pays industrialisés dans le sillage des Américaines et la révolte étudiante de la fin des années 60, a su mener des luttes importantes dans le domaine de la liberté sexuelle, dans la création du courant alternatif, pour l’obtention de quotas aux postes de responsabilité et pour les candidatures aux élections des partis et des syndicats. Mais les femmes en général, les féministes en particulier, n’ont pas su davantage que les hommes allemands ou autrichiens « maîtriser le passé ».

« Une partie de la réponse, poursuit Ute Gerhard, se trouve dans cette histoire allemande non assumée. De ce fait, des perceptions et des positions inconfortables furent refoulées. Après 1945 on ne voulait pas savoir davantage sur ceux qui furent persécutés et gazés que sur ceux qui avaient survécu dans l’émigration, qui ne revinrent en Allemagne qu’en hésitant ou ne revinrent pas. L’incapacité d’une Gertrud Bâumer à porter le deuil n’est certainement pas dû seulement à la sénilité, mais est plutôt typique d’une attitude politique, qui a très rapidement réussi en RFA, et qui cinquante ans après le début de la seconde guerre mondiale ne veut pas tirer les leçons de l’Histoire. »

28Cette attitude a des conséquences concrètes dont je voudrais donner quelques exemples :

    • 7 Jill STEPHENSON, Women in Nazi Society, Londres, 1975 et The Nazi Organisation of Women, Londres - (...)

    L’histoire des femmes sous le IIIe Reich a été essentiellement écrite par des spécialistes d’autres pays dont Jill Stephenson7 (Grande Bretagne), moi (en France), puis Claudia Koonz (USA). Les rares Allemandes qui y ont contribué depuis la fin des années 70 comme Annette Kahn et Valentine Roth, Renate Wiggershaus, Angelika Ebbinghaus ou Gisela Bock ne l’ont évoquée que sous certains aspects – Gisela Bock allant jusqu’à parler de « solution finale » pour les femmes amalgamant, comme l’avait fait l’Autriche dès l’immédiat après-guerre, dans le concept de victimes, les bourreaux, les suivistes et les réprouvés (cf. l’étude de Liliane Kandel, Les Temps Modernes, mars 1990). Lorsque je commençais à partir de 1973 à chercher des témoignages d’Allemandes pour mon livre Être femme sous le IIIe Reich, la seule qui ait accepté de parler fut une de mes collègues à l’Université de Tours, qui avait choisi de s’établir définitivement en France. Encore souhaitait-elle que je rapporte son témoignage sous un autre nom. Les autres femmes contactées se récusaient en disant qu’elles n’avaient rien d’important à dire, certaines se demandant pourquoi je voulais « fouiner » dans le passé.

  1. En 1986-87, il n’y eut que trois historiennes à intervenir dans le grand débat sur la relativisation de l’histoire du IIIe Reich et le génocide des Juifs – les Tziganes n’étant même pas mentionnés, aucune voix contre Bitburg.

  2. Lors du grand congrès international organisé par les femmes social‑démocrates en 1988 à Bonn pour commémorer le 70ème anniversaire du droit de vote des femmes allemandes, je dus intervenir pour observer qu’aucune déléguée d’un autre pays (plus de trente-cinq pays de tous les continents étaient représentés) n’avait été invitée à prendre place à la tribune.

  3. À la suite d’un entretien avec un journaliste du Südwestfunk au cours duquel j’avais évoqué brièvement le sort de ma famille paternelle, originaire de la charmante petite ville de Wertheim sur le Main, je reçus une longue lettre d’une jeune femme pasteur de la Ruhr. M’ayant entendue elle avait profité d’un congrès pour visiter le site que j’avais évoqué d’où elle était revenue atterrée devant l’état de dévastation de ce qui subsistait des lieux juifs dans le cimetière, l’ignorance réelle ou feinte des voisins qu’elle avait interrogés. En conclusion, elle s’excusait de m’importuner par une longue missive en déclarant qu’elle se sentait si désemparée, si impuissante devant ce qu’elle venait de vivre. En la lisant, je me demandais comment une femme pasteur qui a l’occasion de monter en chaire, de s’adresser à des auditoires dans le cadre de réunions paroissiales ou au sein d’académies protestantes, comme le fait constamment depuis des années notre collègue et amie théologienne Leonore Siegele- Wenschlewitz, pouvait se sentir impuissante (machtlos).

  4. Cet adjectif machtlos, je l’entendis aussi de la part de jeunes chercheuses féministes de l’équipe d’Ute Gerhard qui m’avait conviée ainsi qu’Angiolina Ami (Rome), Minneke Boxch (Amsterdam) pour expertiser les projets de recherche de son équipe. Or, à notre stupéfaction, ces projets couvraient l’histoire de l’ancien mouvement des femmes jusqu’en 1908 et du nouveau à partir de 1971. Lorsque nous demandâmes pourquoi ce grand fossé entre 1908 et 1970, il nous fut répondu qu’on ne pouvait pas tout traiter. L’une des chercheuses traitant de l’histoire des femmes de Francfort, je lui demandais si elle s’était interrogée sur ce qu’étaient devenues les militantes juives nombreuses et actives de cette ville, elle me regarda stupéfaite avouant qu’elle n’y avait pas songé. La dimension internationale n’était pas davantage prise en compte dans le projet alors que le point essentiel portait sur la constitution de réseaux (networks) de femmes, abordé sous le seul angle allemand. Quant au sentiment d’impuissance, il ne se manifesta qu’au cours d’entretiens que nous eûmes durant les pauses à propos de l’évolution de la situation politique en RFA. Entre les rapports de recherche sur le mouvement des femmes et les problèmes d’actualité il ne semblait exister aucun lien.

  5. Lors de ces séances qui se déroulaient en novembre 1990 à Wiesbaden, je proposais une rencontre de nos deux équipes de Francfort et Paris VII sur le thème Nationalisme et Internationalisme dans le mouvement des femmes entre les deux guerres. Ce colloque eut finalement lieu en avril 1992 à Francfort. À ma grande surprise, le programme prévu était essentiellement focalisé sur la première guerre mondiale, les années 20 et le pacifisme – pratiquement rien sur le national-socialisme mais par contre une contribution sur le pacifisme de l’après 1945. Seule une chercheuse italienne était prévue pour le mouvement fasciste de son pays et Liliane Crips sur Sophie Rogge Bôrner, une féministe raciste des années 20‑30. Ma proposition de contribution sur l’abandon des femmes juives du Reich était passée à la trappe. Lorsque je demandais des explications, Ute Gerhard, dont j’ai cité plus haut l’analyse lucide, me répondit que ce programme correspondait mieux au plan de recherche de son équipe qui s’arrêtait en 1914‑1918, que ma proposition avait dû être égarée mais que, bien entendu, si nous le souhaitions, le programme pouvait être modifié. Tout comme ces jeunes chercheuses en novembre 1990, elle m’avoua, au cours de notre conversation téléphonique, être désemparée devant l’évolution actuelle en RFA. Là non plus, le lien entre l’histoire du passé et la situation actuelle n’est pas établi. Moyennant quoi, selon un sondage du Spiegel de janvier 1992, 62 % des 3 000 adultes interrogés, représentatifs des soixante millions d’Allemands de l’Ouest et de l’Est déclarent qu’il est temps de tirer un trait sur le passé, la proportion étant plus forte à l’Ouest (66 %) qu’à l’Est (46 %). Même si dans ces réponses, celles des plus de soixante ans domine, la distinction entre anciennes et nouvelles générations est de moins en moins évidente puisque cinquante des soixante-seize millions d’habitants de l’actuelle Allemagne n’étaient pas nés il y a un demi-siècle. Sur les 42 % à estimer que le régime nazi avait des bons et des mauvais côtés - les bons l’emportant – 34 % appartiennent à la génération de 18‑29 ans. Or, contrairement à une idée répandue ici, le rejet du nazisme et de l’antisémitisme reste plus fort dans l’ancienne RDA que dans l’ancienne RFA. Cette irresponsabilité politique et morale dont j’ai tenté d’esquisser quelques traits n’est certes pas l’apanage des femmes allemandes. Elle est, nous le constatons, une maladie contagieuse dans la plupart des pays confrontés à un monde en bouleversements aussi rapides qu’imprévisibles. Mais elle revêt une gravité particulière dans le cas de l’Allemagne située au cœur de l’Europe qu’elle a, dans le passé, sous l’effet de la grande crise mondiale, entraînée jusqu’au bord de l’abîme. Avec aujourd’hui une minorité de quelques trois millions d’Allemands de souche vivant encore dans les pays de l’Est en crise profonde après leur libération du communisme, près d’un tiers de la population allemande (27 %) toujours convaincue de la supériorité allemande, une conception de la citoyenneté toujours fondée sur le droit du sang, on peut se demander si cette Allemagne qui n’a pas su maîtriser son passé saura maîtriser sa puissance et sa liberté d’action recouvrées. Si ses citoyens et citoyennes sauront trouver suffisamment d’avantages à rester arrimés aux démocraties occidentales ou s’ils et elles céderont à la tentation d’aborder un nouveau « tournant » dont les conséquences, faute de repères historiques et de contrepoids démocratiques, sont imprévisibles.

29C’est pourquoi le sentiment paradoxal d’impuissance d’une majorité d’Allemandes dans un pays redevenu le plus puissant d’Europe voire avec le Japon, le plus puissant du monde, sentiment qui tient, comme j’ai tenté de le montrer, à l’incapacité d’établir un lien entre l’histoire du passé et les problèmes actuels, devrait interpeller davantage les féministes des autres pays dont le nôtre et les conduire à entamer un travail commun de réflexion et d’actions susceptibles de frayer la voie à une prise de conscience des enjeux face à la montée d’un national-populisme dont la xénophobie, l’antisémitisme et le racisme ne peuvent laisser les femmes ni indifférentes ni impuissantes. Le travail commun peut être fructueux comme le montre l’itinéraire d’Alice Schwarzer dont elle donne un aperçu dans la revue féministe Emma qu’elle dirige aujourd’hui à Cologne.

30« Je ne viens pas d’une famille qui a fait de la résistance politique active. C’était plutôt une récalcitrance privée. Mais je me souviens bien qu’enfant, j’étais fière que ma petite grand-mère d’un mètre cinquante entrât sciemment chez ses commerçants habituels en ignorant les pancartes « N’achetez pas chez les Juifs » et fut à ce titre giflée par des nazis, que, bien qu’elle n’aimât pas se lever tôt, elle allât jeter tous les matins vers 6 heures des petits pains aux travailleurs forcés passant quelques rues plus loin, que pas une seule fois dans sa vie elle ne dit Heil Hitler et eut, chaque fois qu’il s’agissait de saluer, un accès de toux. Ma famille écouta durant des années la radio anglaise interdite et attendit dans la fièvre le « jour de la libération ». Enfant, on m’expliqua sérieusement ce qui s’était passé dans les camps de concentration, mais même chez nous, à la maison, personne ne se demandait ce qu’étaient devenus les Juifs.

31Cependant les années de plomb furent le déclencheur de la politisation de ma génération, le germe de notre première révolte... J’eus plus tôt conscience de la « question juive » que de celle des femmes. En me politisant, je compris la dimension internationale du fascisme qui n’est malheureusement pas l’apanage de l’Allemagne. En devenant davantage féministe je reconnus le parallélisme entre antisémitisme et sexisme. En fin de compte parce que je vivais à cette époque en France, où des femmes juives jouèrent dès le début un rôle important dans le nouveau mouvement des femmes et insistaient sur ce double aspect.

32À savoir que le sexisme fait de la femme une femme comme l’antisémitisme fait du Juif un Juif. Sans le sexisme, le fait qu’un être humain soit masculin ou féminin ne jouerait pas un rôle décisif dans la vie. Sans l’antisémitisme, les Juifs seraient simplement des voisins d’à côté."

33Alice Svhwarzer - Emma « Wir » (née en 1942) - novembre 1988.

Haut de page

Notes

1 Marianne WALLE, Contribution à l'histoire des femmes allemandes du XIXe au début du XXe siècle. Thèse d'État, Université Paris VII.

2 Rita THALMANN, Être femme sous le IIIe Reich, Paris, Laffont, 1980. Le chapitre I porte sur la période avant le nazisme.

3 Claudia KOONZ, Les Mères-Patries du IIIe Reich, version française Paris, Lieu Commun/Histoire.

4 Melitta MASCHMANN, Ma jeunesse sous le nazisme, vers. fr. Paris, 1964.

5 Margarete BUBER-NEUMANN, 1 - Prisonnière de Staline et d'Hitler 2 - Déportée à Ravensbrück, vers. fr. complète, Paris, Le Seuil, 1988 ; Germaine Tillon, Ravensbrück, nouvelle édition augm., Paris, Le Seuil, 1988.

6 Ute GERHARD, Unerhôrt - Die Geschichte der deutschen Frauenbewegung, Reinbeck bei Hamburg, Rowolt, 1990, p. 383 et suivantes.

7 Jill STEPHENSON, Women in Nazi Society, Londres, 1975 et The Nazi Organisation of Women, Londres - New York, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Thalmann, « Mythe du non‑pouvoir des femmes dans l’Allemagne d’hier et d’aujourd’hui »Les cahiers du CEDREF, 3 | 1993, 75-89.

Référence électronique

Rita Thalmann, « Mythe du non‑pouvoir des femmes dans l’Allemagne d’hier et d’aujourd’hui »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1496 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1496

Haut de page

Auteur

Rita Thalmann

Professeur Paris VH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search