Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3III. Comptes rendus d'ouvragesColette Guillaumin, Sexe, Race et...

III. Comptes rendus d'ouvrages

Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir

L’idée de Nature. Paris, Côté-femmes, 1992
H.R
p. 113-114
Référence(s) :

Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir, l’idée de Nature, Paris, Côté-femmes, 1992, 241 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage qui, outre un inédit récent, rassemble neuf articles publiés entre 1977 et 1990, s’articule autour de la ligne de force structurant le travail de Colette Guillaumin : il n'existe pas de différences « naturelles » entre les sexes, pas plus d'ailleurs qu'entre les races. Ou, plus exactement, des différences morphologiques, anatomiques, physiologiques sont sélectionnées, manipulées, voire inventées, par un groupe dominant afin de tout à la fois légitimer et faire perdurer la domination qu'il exerce sur le groupe dominé. Ce dernier se trouve de ce fait asservi et exclu des instances décidant des formes de la vie sociale et des places qu'y occupe chacun. La sexuation biologique n’est déjà pas évidente en soi. Et ce qu’elle implique, l'assignation à des rôles sociaux, relève tout simplement de l’arbitraire (ce que soulignent les Anglo‑Saxonnes en introduisant la distinction sexe/genre). Pour dire les choses de manière brutale, il n’y a deux sexes que parce qu'il y a un rapport de pouvoir de l'un à l'autre ; avec cette précision, utile mais non moins brutale, que seule la violence est à même de maintenir cette relation de domination qu'aucun critère, justement, ne permet de justifier.

2Après vingt ans de féminisme et quelques changements sociaux, beaucoup n’hésitent pas à trouver cette dénonciation d'un schématisme excessif, affligeant, même, et d’une banalité dépassée. En arguant d’une part que le rapport de domination serait en voie de disparition ; d'autre part que les hommes en seraient eux aussi, en tant qu'individus, les victimes.

3Le travail de Colette Guillaumin consiste précisément à montrer comment les formes « matérielles », concrètes et les formes « mentales », idéologiques, s’imbriquent inextricablement dans le maintien d'un rapport de pouvoir. Il n'y a pas d'antériorité, de relation de cause à effet, entre la matérialité de la domination et la façon dont elle est (ou non) pensée - tant par le « sens commun » que par les discours théoriques. Il y a, dans les faits et dans les idées, une construction sociale permanente de la relation entre les sexes, qui vise à maintenir sinon la soumission et l’exclusion d'un sexe au profit de l’autre, du moins leur hiérarchisation.

4Colette Guillaumin analyse les subtilités comme les grossièretés de cette construction permanente. Ainsi, les caractéristiques physiques telles que le poids, la mobilité corporelle ou la force musculaire, résultent tout autant d’une socialisation différentielle des sexes qui affecte l'un et l’autre sexe, que de l’influence d'un chromosome X ou Y. Beaucoup de femmes sont par exemple bien placées pour savoir que les tâches domestiques et l'élevage des enfants sont bien peu en rapport avec la faiblesse physique qui leur est attribuée. Bien que certifiée par la possession des organes génitaux ad hoc, la virilité doit se soutenir de rituels et de pratiques qui en soulignent paradoxalement la fragilité.

5Encore des choses banales, très banales, toujours en voie de disparition, ou qui n'existeraient plus que dans des pays exotiques, l'Iran, par exemple, ou la plupart des pays africains...

6En ce premier trimestre 1993, deux exemples parmi d'autres, l'un presque dérisoire en regard du second, celui-là véritablement tragique, font écho aux analyses de ce livre et montrent à quel point elles sont loin d’être périmées. Chez nous, le sort que réservent les partis politiques français à la représentation des femmes dans les élections législatives de mars 93 est déjà très largement prévisible : l'égalité des sexes existe tellement dans les faits qu'il est indifférent que nos représentants soient hommes ou femmes, et puisque les hommes sont déjà là... Ailleurs (tout près), le viol systématique que font subir les hommes serbes de Bosnie aux femmes et petites filles bosniaques est à la fois un acte individuel (appropriation sexuelle de n’importe quelle femme par un homme) et un acte collectif constitué en stratégie guerrière, assumé par un groupe d'hommes en rivalité avec un autre groupe d’hommes (appropriation d'une possession - les femmes - d’un groupe par un autre groupe).

7Certes, racisme et sexisme présentent une analogie structurelle, mais la situation actuelle montre que si la notion de race biologique est largement mise en cause dans certains cercles intellectuels, scientifiques et politiques, l’articulation entre sexe biologique et sexe social demeure très généralement inquestionnée. Son analyse est pourtant indispensable à la compréhension des relations de domination entre les sexes pour que cesse, sinon la domination elle-même, au moins sa légitimation par référence à l'ordre d'une « Nature » culturellement construite depuis la nuit des temps (au moins).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H.R, « Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir »Les cahiers du CEDREF, 3 | 1993, 113-114.

Référence électronique

H.R, « Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1501

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search