Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3III. Comptes rendus d'ouvragesMadeleine Pelletier (1874-1939), ...

III. Comptes rendus d'ouvrages

Madeleine Pelletier (1874-1939), Logique et infortune d'un combat pour l'égalité

Côté-femmes, 1992
Françoise Blum
p. 115-116
Référence(s) :

Madeleine Pelletier (1874-1939), Logique et infortune d'un combat pour l'égalité, sous la dir. de Christine Bard, Côté-femmes (4, rue de la Petite-Pierre, 75011 Paris), 1992, 209 p.

Texte intégral

1Madeleine Pelletier ne peut être ignorée quand il est question du droit à l’avortement. Elle fut non seulement une militante de ce droit, mais ce « médecin des pauvres » pratiqua elle-même des avortements et aurait été condamnée en 1939 pour pratiques abortives si l'internement en asile n'avait remplacé alors pour elle l’internement tout court. Il plane encore aujourd'hui un mystère sur cette fin tragique (elle mourut à l'asile quelques mois après y avoir été enfermée) : était-elle réellement irresponsable ou a‑t‑on voulu éviter le procès public d'une femme peu ordinaire et souvent scandaleuse ? Ironie amère du sort en tout cas pour une femme qui soutint à une époque où cela n'était pas facile une thèse remarquée de psychiatrie. Une bonne biographie et un colloque tout à fait passionnant n'étaient pas de trop pour raconter ce personnage étonnant, pour inscrire un destin singulier et bien souvent tragique dans toutes les révoltes du siècle. Et la réussite de la biographie comme du colloque, qui sont d'ailleurs parfaitement complémentaires est bien de saisir, au‑delà de ses appartenances multiples, la singularité d’une vie. Madeleine Pelletier fut franc-maçonne, féministe, tout en méprisant les femmes, socialiste, puis communiste, tout en méprisant la classe ouvrière.

« Je n’aime pas les femmes telles qu'elles sont, pas plus que je n'aime le peuple tel qu'il est. Les mentalités d'esclaves me révoltent. »

2Elle fut liée au néo-malthusianisme et aux courants libertaires. Cette déclassée, ambitieuse et sans doute avide d’une scène publique pratiquement fermée aux femmes, s'habillait en homme et prônait la virilisation des femmes. Les deux ouvrages qui lui sont consacrés tirent admirablement parti des nombreux textes qu'elle a laissés. Textes théoriques, romans (très largement autobiographiques pour certains), autobiographie, correspondances, d'autant plus intéressants parfois que Madeleine Pelletier, dotée d'une solide culture scientifique, était loin d'être innocente dans les domaines de la psychiatrie et de la psychanalyse. Éclairer des engagements et des prises de position théoriques à la lumière d'une histoire de vie, d'un « roman familial », n'est en rien invalider ces engagements ou ces textes. On se demande même parfois pourquoi les textes de Madeleine Pelletier n'ont pas atteint à une plus grande notoriété. Elle théorisa avant Simone de Beauvoir la construction sociale de l’identité sexuelle. Elle se pencha avant E. Bellotti sur « l'Éducation féministe des femmes » en des termes que le mouvement féministe contemporain n'aurait pas toujours renié. Mais l'histoire et la psychanalyse ne sont pas incompatibles. Et c’est ce que nous prouve tout particulièrement le colloque. Une femme souvent brutale, solitaire et souffrante sans doute

(« Le lot de la femme supérieure, c'est le désert absolu, elle ne connaît de l'originalité que son finit amer, la haine des autres, elle paie de la solitude sa révolte contre l'ordre social »),

3mais une femme à l'intelligence rationnelle, lucide et logique dans ses engagements, malgré d'apparentes contradictions. La lecture des ouvrages de Claude Maignien et Charles Sowerwine comme celle du colloque dirigé par Christine Bard est aussi aisée que celle d’un roman. Mais elle est aussi un aperçu original et séduisant des évolutions scientifiques et politiques de la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Blum, « Madeleine Pelletier (1874-1939), Logique et infortune d'un combat pour l'égalité »Les cahiers du CEDREF, 3 | 1993, 115-116.

Référence électronique

Françoise Blum, « Madeleine Pelletier (1874-1939), Logique et infortune d'un combat pour l'égalité »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1526

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search