Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors série 2II. Tenir les femmes en marge du ...La littérature romanesque après l...

II. Tenir les femmes en marge du pouvoir : un effort pluri-séculaire

La littérature romanesque après la guerre de 14-18

Naissance d’une nouvelle figure du politique
Annelise Maugue
p. 181-189

Texte intégral

1Nul ne peut contester, particulièrement en notre époque de surmédiatisation, de ‘société du spectacle’, le rôle considérable que joue l’image en politique. L’image de ce que ‘doit’ être un politique intervient dans le choix que font de leurs représentants les citoyens-électeurs ; elle intervient dans le choix que font de leurs responsables les partis politiques, tâchant d’anticiper sur les préférences de l’électorat ; elle intervient enfin dans l’éveil des vocations politiques, le désir et l’audace plus ou moins grands que l’on met à revendiquer des responsabilités dans ce domaine, avec en tête telle ou telle figure de référence, comme elle influe sur la façon dont on assume ensuite, le cas échéant, lesdites responsabilités.

2Or la littérature, quoique fortement concurrencée aujourd’hui par d’autres médias, est longtemps restée productrice majeure d’images, et si les écrivains proposent des images du politique largement surdéterminées par leur statut d’intellectuels, ils jouissent du privilège de proposer ces images, leurs images, aux autres, d’en imprégner les autres, quand la réciproque n’est pas vraie.

3De prime abord, les images du politique que diffuse la littérature romanesque de l’entre-deux-guerres se situent dans la droit fil des siècles précédents : continue de s’y manifester la longue affinité du masculin et du politique, les hommes à rebours des femmes se sentant légitimes et désirables en politique, et la politique leur demeurant objet désirable. Le caractère d’évidence que confère à cette affinité sa tenace survie à travers les siècles tend à décourager l’examen quand, tout au contraire, il devrait – il doit, à mon sens – y inciter. Ni l’action politique, dont le contenu et la place se modifient nécessairement en fonction des périodes historiques, ni l’identité masculine, ne sont des invariants ; partant, la relation de l’une à l’autre évolue elle aussi, se recompose, se transforme. Changement dans la continuité, sans doute, mais changement, et l’analyse des changements peut aider sans doute à expliquer – et interrompre – les continuités.

4Ainsi, les changements provoqués en tous domaines par la première guerre mondiale pouvaient, par certains de leurs aspects, aboutir à un affaiblissement des liens privilégiés entre masculin et politique. Or ils ont plutôt contribué, me semble-t-il, à forger dans et pour les temps modernes une image du politique telle, qu’en État de démocratie, et indépendamment du droit, la politique a pu rester, essentiellement, affaire d’hommes.

Avant 1914 : le triomphe de l’intellectuel

5Parmi les nombreuses figures du politique proposées par la littérature d’avant 1914, celle d’Etienne Lantier, le héros de Germinal, roman paru en 1885, me paraît illustrer très clairement le tournant pris en France dans les dernières décennies de l’avant-guerre, à partir de l’instauration enfin durable d’une république et du suffrage ‘universel’ masculin. À la différence de l’Enjolras d’Hugo et d’autres figures mythiques de l’insurgé, Etienne survit à l’échec de son action. Il quitte la scène sur des adieux non pas à la révolution mais à la violence, et son avenir vraisemblable est celui d’un syndicaliste légaliste, d’un militant guesdiste, voire, le jour venu, d’un député.

6Le personnage me paraît représentatif, non pas seulement des opinions de Zola, mais du climat d’une époque où l’on s’installe dans l’État de droit et la démocratie parlementaire, où, en dépit de ce qu’écrivent par ailleurs Marx et Bakounine, bien des intellectuels aimeraient croire que la démocratie sociale viendra couronner sans heurt la démocratie politique, par extension de la rationalité et du savoir. Dans ce contexte, politique et intellectualité tendent à se confondre. Faire de la politique implique avant tout un savoir-penser, un savoir-parler, un savoir-écrire. C’est le mot de tribun qui vient sans cesse définir élogieusement Jaurès, figure emblématique positive de ce temps. La grande bataille politique de la fin de siècle, l’affaire Dreyfus est d’abord bataille du Verbe, dans les journaux, dans les prétoires, à la Chambre. Enfin, aux revendications suffragistes est opposé avant tout le même argument qui sert alors à contester l’accès des femmes à certains diplômes et métiers : leurs limites intellectuelles supposées. N’est‑il pas juste que l’homme continue d’intervenir seul en politique puisqu’il a seul, grâce à son intelligence supérieure, engendré Civilisation et Progrès ?

La Grande Guerre, ou l’irruption du poilu

7Les choses en sont là quand en 1914 l’État requiert des hommes, en leur qualité de citoyens, d’aller se faire tuer par millions sur le front, cinq années durant, tandis que les femmes restent à l’abri à l’arrière. Pareille situation ne pouvait manquer d’avoir des effets tant sur les représentations identitaires des deux sexes que sur la représentation du politique. Le phénomène est interprété, bien sûr, de façon diverse, et la littérature romanesque reflète cette diversité.

  • 1 Interview accordée au journal L'Eclair, avril 1915.

8Dans l’optique nationaliste, barrésienne, nourrie d’une nostalgique identification du masculin au guerrier, il constitue évidemment un bienheureux retour aux valeurs authentiques. Aussi ne m’attarderai-je pas ici sur cette interprétation sinon pour rappeler d’abord qu’elle fait florès dans la presse et la littérature tout au long de la guerre et au-delà, et qu’il ne faut pas sous‑estimer son effet d’image, ensuite qu’elle a des conséquences sur la conception du politique. Ainsi, dans une interview de 19151, Barrés indique que les mobilisés, étant métamorphosés par le combat en êtres supérieurs, auront vocation après‑guerre à « décider de toutes choses », à « réviser les valeurs », à se substituer en tous domaines aux anciennes élites.

  • 2 Voir à ce sujet la contribution de Christine Bard, dans ce volume.

9Même si, en 1918, les non‑combattants de sexe masculin déjà situés dans le champ politique se gardent bien de céder toute la place aux anciens combattants, ce genre de logique contribue à l’évidence à verrouiller l’entrée des femmes dans ce champ, à donner à la force d’inertie sénatoriale concernant le droit de vote féminin2 une remarquable efficacité.

  • 3 Henri Barbusse, Le Feu, Paris , Le Livre de Poche, 1965, p. 434.
  • 4 Roland Dorgelès, Les Croix de bois, Paris, Le Livre de Poche, 1993, p. 180.

10Mais le cas des écrivains qui, dès le retour de la paix ouvrirent le feu sur la guerre, me paraît beaucoup plus révélateur. Précisons que leurs romans, qu’il s’agisse du Feu de Barbusse (1916), des Croix de bois de Dorgelès (1919), du Grand Troupeau de Giono (1931) ou du Voyage au bout de la nuit de Céline (1932), ne restèrent aucunement des ouvrages confidentiels. Sitôt parus, ils furent couverts de prix, obtinrent de superbes chiffres de vente, bref furent connus et reconnus. Or ces auteurs se donnaient pour projet explicite de réfuter les représentations barrésiennes de la guerre et de combattre la « religion aussi méchante, aussi bête, et aussi malfaisante que l’autre » qui a été créée « autour du panache3 ». Contre cette religion du panache s’avoue la peur : « Sous cette mort tonnante, raconte Dorgelès décrivant une course sous les obus, on n’est plus qu’un tas qui tremble, une oreille qui guette, un cœur qui craint4... »

  • 5 Ibid., p. 212.

11Or affirmer que la peur tenaillait constamment les combattants, que ceux-ci ne rêvaient que d’une chose, la « bonne blessure » qui, sans les estropier à vie, les renverrait chez eux, à l’arrière, à l’abri, ouvrait la voie à une possible remise en cause de la vocation guerrière attribuée de si longue date au sexe masculin. Et dénoncer avec fièvre l’absurdité de cette interminable boucherie (« Au secours ! Au secours ! On assassine des hommes5! »), ouvrait aussi la voie à une possible remise en cause du monopole masculin sur le politique. Car enfin, c’est en présentant les hommes comme les promoteurs uniques de la bienfaisante civilisation que l’on avait justifié, à la veille de 1914, ledit monopole – et voilà que leur œuvre, leur civilisation produisait soudain des fruits vénéneux et barbares !

  • 6 Rappelons que c'est le titre du roman de guerre de Giono.
  • 7 Barbusse, Le Feu, p. 309.

12Rien de plus remarquable, pourtant, que l’obstination convergente de nos écrivains à ne pas s’engager dans cette voie, à ne pas voir ces portes ouvertes, à s’arrêter sur le seuil. Certes, on trouve dans leurs romans l’image des poilus comme des êtres passifs, des moutons du « grand troupeau »6 se laissant mener à l’abattoir, dans la peur des conseils de guerre et sous l’effet de diverses aliénations. Mais cette image pitoyable et dévalorisante est sans cesse compensée, annulée par une autre, qui exalte la grandeur des combattants : oui, le poilu a peur, mais il ‘tient’. Il surmonte sa peur, et cette peur ne rend donc que plus méritoire sa participation aux combats. Certes, le fait indéniable que, pour tenir, le poilu, s’il se fait tuer, tue de son côté, peut poser problème à des intellectuels humanistes aux yeux desquels violence et animalité se confondent. Mais le problème est réglé par des dénégations en série dont l’abondance souligne combien il paraît nécessaire de doter les combattants d’une impeccabilité sans faille. Les poilus, nous répète-t-on à l’envi, n’ont rien de brutes assoiffées de sang. A l’instant de charger, « ils sont au-dessus de tout emportement instinctif. Ils ne sont pas ivres, ni matériellement ni moralement. » Aussi est-ce « un masque de calme qui leur étreint surhumainement le visage7. » Stoïques, les poilus, et non carnassiers. Stoïques, et avec cela loyaux, désintéressés, altruistes, solidaires, aimants...

  • 8 Ibid., p. 402.

13Les mêmes combattants dans les mêmes circonstances, vus par les mêmes auteurs, sont tout à tour des « homme(s)‑ver(s) »8 et des sur‑hommes...

  • 9 Ibid., p. 381.
  • 10 Roger Martin du Gard, Les Thibault, Epilogue, Paris, Folio, 1967, p. 175.
  • 11 Bernanos, Les Enfants humiliés, in Essais et Ecrits de combat, Paris, La Pleïade, p. 786.

14Pourquoi cette contradiction ? Pourquoi reconstruire une grandeur du guerrier quand on écrit pour dénoncer la guerre ? S’il s’agissait d’inspirer aux générations à venir le dégoût des combats, de façon que 14‑18 fût du moins la ‘der des der’, n’aurait‑il pas mieux valu éviter de nimber les poilus d’un quelconque prestige ? Les textes ne permettent pas d’en douter : c’est à sauver la supériorité du masculin que tend l’opération. D’où tire en effet sens et valeur ce mérite des combattants, que la proclamation de l’absurdité de la guerre dépouille de sa finalité logique ? D’une démarche comparative reprise d’une œuvre à l’autre, comparaison du front et de l’arrière, présentés comme « deux pays9 » non seulement distincts mais antagoniques : deux mondes entre lesquels « jamais la réconciliation ne sera possible10. » Or la représentation de l’arrière (le « derrière », écrit Bernanos11), inscrivant celui‑ci à la fois dans le Mal, la lâcheté et la féminité, associe constamment ces trois données, les amalgame, les identifie l’une à l’autre.

  • 12 Louis Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Paris, Folio, 1993, p. 127.
  • 13 Ibid., p. 110.
  • 14 Barbusse, Le Feu..., p. 162.

15Féminin, l’arrière ? Bien sûr, de par la présence des femmes proprement dites, elles qui « demeuraient décidément, les garces, du bon côté de la situation12 ». Les femmes qui, elles, ne surmontent pas leur peur et se jettent à la moindre alerte « dans le métro, dans les égouts, n’importe où mais à l’abri13 », les femmes hypocrites et perfides qui trompent leurs maris soldats dans des proportions statistiques effarantes. Mais l’arrière est féminin aussi de par la présence des embusqués, explicitement féminisés par diverses désignations (‘grosse coquine’, ‘anguille’, ‘gonzesse’), et implicitement féminisés par l’accumulation de signes : même affolement que les femmes lors des alertes, même frénésie de jouissance, mêmes dispositions pour des activités sédentaires et domestiques, enfin même révélatrice coquetterie. Ainsi l’un, « habillé dans un drap qu’t’aurais dit du satin [...], l’doigt à la joue [...], c’te chic fripouille14! »

  • 15 Dorgelès, Le Cabaret de la belle femme, Paris, Le Livre de Poche, 1979, p. 215.

16Plus révélateur encore, le traitement réservé aux hommes adultes que seul leur âge, et non de frauduleuses manœuvres, a dispensé d’aller au front, et qui n’échappent à la féminisation que pour subir une asexuation systématique : alors qu’il pouvaient avoir aussi bien quarante-cinq ans que soixante-quinze, tous, dans l’univers romanesque, apparaissent comme des vieillards chenus et flageolants, des « pépères »15 dont la virilité n’est plus qu’un lointain souvenir. Voilà la masculinité confondue par superposition, par imbrication, avec la supériorité psychologique et morale dont l’opportun abaissement de l’arrière permet de doter les hommes du front.

  • 16 Barbusse, Le Feu..., p. 162.

17Il est donc un point sur lequel les écrivains antibellicistes rejoignent l’école barrésienne. Ils s’avèrent incapables de rompre avec la conception de la masculinité comme d’un état supérieur, et la continuité qui se manifeste ici, ce besoin éperdu de trouver une supériorité par laquelle définir le masculin, fût‑ce au prix d’énormes contradictions et d’acrobaties multiples, souligne, me semble‑t‑il, quelle place essentielle, centrale, tient dans la constitution de l’identité masculine cette notion de supériorité. À peine la guerre a‑t‑elle terni le prestige de l’entreprise civilisatrice et, partant, du génie créateur invoqué dans la période précédente pour fonder la supériorité masculine, qu’un mérite d’un autre ordre se trouve constitué à la fois en supériorité décisive et en faculté spécifiquement masculine : mérite guerrier recomposé, courage sans plaisir, stoïque acceptation du risque suprême... Certes le combattant se voit paré aussi d’une quantité d’autres vertus, mais la condition première, nécessaire et suffisante pour que toutes ces vertus soient reconnues à un individu donné, c’est qu’il ait ‘tenu’ dans les tranchées, ces « entrailles boueuses16 » de la terre qui enfantent le nouveau modèle masculin.

De la guerre à la politique

  • 17 Pierre Drieu La Rochelle, Gilles, Paris, Folio, 1986, p. 125.
  • 18 Paul Nizan, La Conspiration, Le Livre de poche, 1968, p. 303.

18Telle est la force de ce modèle lesté de millions de croix de bois, que, dans cet après-guerre qui deviendra un entre-deux-guerres, toute praxis se mesure à son aune : aucune activité ne saurait être valorisante si elle ne comporte quelque part un risque, le risque suprême, si elle ne donne occasion de prouver sa force d’âme face à la mort ; et la politique constitue l’une des activités susceptibles d’en offrir l’occasion. Loin de moi la pensée de mettre dans le même sac tous les hommes engagés de l’entre‑deux‑guerres, fascistes, communistes, pacifistes, socialistes, etc. Ne sont-ils pas cependant habités sur un point d’une même image de l’action dont la politique constitue l’un des terrains de concrétisation possibles ? C’est Drieu qui écrit : « L’homme n’existe que dans le combat, l’homme ne vit que s’il risque la mort. Aucune pensée, aucun sentiment, n’a de réalité que s’il est éprouvé par le risque de la mort17. » Mais c’est Nizan qui lui fait écho lorsqu’il lance à la fin de La Conspiration la question oratoire suivante : « Fallait-il donc risquer la mort pour être un homme18? »

  • 19 André Malraux, préface de Saint-Just par A. Ollivier, Le Livre de poche, 1966, p. 25.

19Ainsi, aux yeux des intellectuels eux-mêmes, la politique ne saurait plus être seulement affaire de réflexion et d’éloquence. La plupart des figures du politique que propose la littérature romanesque de l’entre-deux‑guerres, que ce soit chez Nizan, chez Drieu, chez Malraux (de La Condition humaine à L’Espoir), chez Martin du Gard, Aragon, Jules Romains, etc., tendent vers une figure symbiotique, celle de l’intellectuel-guerrier. C’est celle qui fascine toujours Malraux quand celui‑ci, en 1954, choisit d’évoquer Saint-Just se rendant à une séance du Comité de salut public sitôt rentré du front, tout imprégné encore de la guerre, « absurde et saisissant comme ces rois d’Assyrie qui apportaient distraitement au conseil leurs fouets à lions19. »

20Sans doute les événements de l’entre-deux-guerres, la Révolution d’Octobre, la montée des fascismes, jouent-ils aussi un rôle considérable dans l’évolution de la conception du politique. Mais à rebours, la valorisation du risque consécutive à la guerre peut expliquer la force d’attraction particulière exercée par des stratégies politiques qui légitimaient le recours à des actions violentes et dangereuses. Se met en place, en tout cas, incarnée par de nombreux personnages romanesques qui lui donnent vie, force et séduction, dans et pour le XXe siècle, dans et pour les temps modernes, la représentation de la politique comme une aventure sans rapport nécessaire avec le quotidien et même nécessairement sans rapport avec lui. Plutôt que de se nourrir des mille difficultés concrètes et prosaïques qui jalonnent les existences ordinaires, l’entrée en politique procède, pour le Jacques Thibault de Martin du Gard, pour le Gilbert de Marcel Arland dans L’Ordre, etc., d’un enivrant arrachement aux liens, contraintes et routines de la vie ‘normale’.

21Le phénomène peut s’interpréter, et l’a été souvent, en fonction de l’origine bourgeoise de héros affirmant spectaculairement leur rupture avec leur classe d’origine. Mais s’y reflète aussi la quête du risque en soi, le héros entendant prouver et éprouver sa valeur en s’exposant à cette mort sociale... La hiérarchisation très nette des formes et contenus de l’action politique ultérieure s’inscrit dans la continuité de cet arrachement originel : rien qui soit plus valorisé dans l’univers romanesque que les activités militantes à caractère potentiellement guerrier, ne serait-ce que de simples manifestations. Jusqu’aux pacifistes qui n’échappent pas à la nécessité héroïque, puisque Martin du Gard choisit de faire mourir Jacques Thibault, déserteur par conviction et réfugié en Suisse, d’une mort violente, à laquelle celui‑ci s’est consciemment exposé, en décidant d’aller jeter un avion de tracts au-dessus des lignes...

22Pareille représentation de l’action politique en exclut les femmes plus radicalement encore que ne faisait en 1914 le primat octroyé à l’intellect. En effet, de ‘grande première’ en ‘grande première’ dans la course aux diplômes, les femmes étaient en passe de ruiner peu à peu tout interdit fondé sur leurs limites intellectuelles supposées. Elles ont moins de prise sur la conception guerrière de l’action politique qui prévaut après 1918, et cela d’autant plus que leur rapport à la violence s’est lui aussi modifié. Avant 1914, étant donné leur participation active aux insurrections du XIXe siècle, elles se voyaient plutôt reprocher d’être enclines à trop de violence – preuve de leur persistante animalité face à la cérébralité masculine. Mais la guerre a relégué les pétroleuses dans l’oubli. La femme est devenue celle qui ne s’est pas battue, celle qui ne se bat pas, celle qui ne sait ni ne peut se battre.

  • 20 Malraux, L'Espoir, Paris, Folio, 1975, p. 92.

23Nombre d’écrivains sans doute sont favorables à l’octroi des droits politiques aux femmes et certains, comme Aragon célébrant Clara Zetkin dans Les cloches de Bâle, rendent hommage à des figures féminines historiques. Mais la politique n’en demeure pas moins dans leurs romans affaire d’hommes. Non pas tant parce que les femmes n’y apparaissent pas dans le domaine politique (ou alors cantonnées dans des tâches subalternes), car la chose pourrait en cette période être mise au compte du réalisme, mais parce que leur absence manifestement ne pose pas problème aux auteurs qui, s’il leur advient de la commenter, tendent à la légitimer. Si Malraux dans L’Espoir reconnaît aux miliciennes une certaine aptitude au « combat passif » ( ? ), il s’empresse de préciser : « Combat actif : zéro ; tout juste bonnes à affaiblir les nerfs des hommes20. »

24Pires qu’inutiles : nuisibles... Et de fait, les femmes semblent dépossédées même de leur antique fonction de témoins privilégiés de la valeur masculine. Les petits groupes politiques, formels ou informels, dont la constitution et l’évolution occupent tant de personnages romanesques de l’entre-deux-guerres, chez Arland, Drieu, Nizan, Malraux, etc., sont résolument non mixtes : on débat entre hommes comme on combat entre hommes. C’est à d’autres hommes que l’on veut arracher la reconnaissance de sa valeur, l’adhésion des femmes ne prouvant plus quoi que ce soit puisqu’elles sont absolument étrangères à cette dimension essentielle de l’action politique qu’est la dimension guerrière, la dimension héroïque. Absentes des tranchées, absentes des escouades, comment ne seraient-elles pas absentes aussi de ces petites unités de combat auxquelles les personnages, fussent-ils assis à une terrasse de café, identifient leur groupe ?

  • 21 Barbusse, Le Feu..., p. 42.

25Ainsi, à en juger par les représentations romanesques de l’entre‑deux‑guerres, le traumatisme de 14‑18 a permis de consolider le monopole des hommes sur la politique : d’en faire un haut lieu de la masculinité, un des terrains privilégiés où prouver dans le risque sa virilité, un terrain si fondamentalement guerrier que les femmes, apparues durant la guerre comme les non-combattantes par excellence, n’y ont pas leur place. Sans doute ne s’agit-il là que de l’ordre de la représentation... Mais l’écart que nous constatons entre la radicalité des luttes de femmes avant 1914 et la modération de celles de l’entre-deux-guerres tient sans doute fortement, entre autres phénomènes, à ces images de l’individu politique’ que tant de célèbres romans du XXe siècle ont ancrées en tant lectrices et de lecteurs français et qui faisaient de lui, avec le plus grand naturel, une « belle figure mâle21 ».

26Quant à l’inégalité de fait qui perdure entre les hommes et les femmes depuis 1944, alors que l’égalité de droit a été instaurée, elle a certainement, elle aussi, quelque chose à voir avec ces modèles. Même si la seconde guerre mondiale est passée par là, même si, très différente dans son déroulement, elle a nécessairement recomposé les rapports des deux sexes à la violence, au danger, à la politique, et même si d’autres œuvres romanesques sont venues refléter et cristalliser à la fois ces évolutions, appelant elles aussi une étude, les romans de l’entre‑deux‑guerres et les images qu’ils véhiculent ne sont pas tombés dans l’oubli : il ne manque pas sans doute, aujourd’hui, de citoyens et de citoyennes nés après 1945, pour lesquels le Jacques Thibault de Martin du Gard, ou le Manuel de Malraux furent au temps de l’adolescence les figures archétypales du politique, et qui sont encore quelque part marqué/e/s par ces représentations mâles et guerrières.

Haut de page

Notes

1 Interview accordée au journal L'Eclair, avril 1915.

2 Voir à ce sujet la contribution de Christine Bard, dans ce volume.

3 Henri Barbusse, Le Feu, Paris , Le Livre de Poche, 1965, p. 434.

4 Roland Dorgelès, Les Croix de bois, Paris, Le Livre de Poche, 1993, p. 180.

5 Ibid., p. 212.

6 Rappelons que c'est le titre du roman de guerre de Giono.

7 Barbusse, Le Feu, p. 309.

8 Ibid., p. 402.

9 Ibid., p. 381.

10 Roger Martin du Gard, Les Thibault, Epilogue, Paris, Folio, 1967, p. 175.

11 Bernanos, Les Enfants humiliés, in Essais et Ecrits de combat, Paris, La Pleïade, p. 786.

12 Louis Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Paris, Folio, 1993, p. 127.

13 Ibid., p. 110.

14 Barbusse, Le Feu..., p. 162.

15 Dorgelès, Le Cabaret de la belle femme, Paris, Le Livre de Poche, 1979, p. 215.

16 Barbusse, Le Feu..., p. 162.

17 Pierre Drieu La Rochelle, Gilles, Paris, Folio, 1986, p. 125.

18 Paul Nizan, La Conspiration, Le Livre de poche, 1968, p. 303.

19 André Malraux, préface de Saint-Just par A. Ollivier, Le Livre de poche, 1966, p. 25.

20 Malraux, L'Espoir, Paris, Folio, 1975, p. 92.

21 Barbusse, Le Feu..., p. 42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annelise Maugue, « La littérature romanesque après la guerre de 14-18 »Les cahiers du CEDREF, Hors série 2 | 1996, 181-189.

Référence électronique

Annelise Maugue, « La littérature romanesque après la guerre de 14-18 »Les cahiers du CEDREF [En ligne], Hors série 2 | 1996, mis en ligne le 29 juin 2018, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1677

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search