Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors série 2II. Tenir les femmes en marge du ...Quelques ‘lectures’ récentes de l...

II. Tenir les femmes en marge du pouvoir : un effort pluri-séculaire

Quelques ‘lectures’ récentes de la division sexuelle en sociologie de la famille ou comment intégrer les analyses féministes sans la dimension critique de leur contenu

Sandrine Garcia
p. 191-196

Texte intégral

1L’intérêt pour la question de la parité politique est croissant ces dernières années et atteste que le caractère anti-institutionnel du féminisme français n’a plus cours. Ce caractère anti-institutionnel, caractéristique des années soixante‑dix, n’était d’ailleurs pas partagé par l’ensemble des militantes, mais en tous cas, c’était lui qui s’imposait collectivement. Il faut prendre la mesure de ce changement, non pas pour traquer des ‘fautes’ ou des erreurs passées qu’il s’agirait de rectifier par une attitude plus ‘réaliste’ envers l’institution du politique, mais pour comprendre et maîtriser ce qui s’est joué, afin d’en tirer des acquis pour l’avenir.

2L’un des acquis centraux du mouvement féministe, me semble-t-il, est d’avoir mis au jour le caractère social de la division sexuelle, d’avoir révélé l’arbitraire de la domination masculine. La dénonciation par le MLF du discours sur la différence sexuelle a permis de montrer que la ‘spécificité féminine’, loin d’être une donnée biologique contingente, était en réalité le produit d’une lutte souterraine, mais néanmoins réelle, pour l’imposer dans les représentations et dans les pratiques. Cette lutte, que je nomme une ‘injonction à l’altérité’, est une attente implicite qu’ont les hommes d’un comportement ‘féminin’. Il importe que les femmes se pensent, se vivent, différentes d’eux, l’objectif étant qu’elles assument, au nom de cette différence, des tâches qu’ils refusent d’effectuer (le travail domestique, les travaux dévalorisés, le service sexuel...), et qu’elles renoncent aux emplois et aux positions les plus valorisées (y compris dans la sphère politique), qu’ils entendent conserver pour eux.

  • 1 Sandrine Garcia, Le féminisme, une révolution symbolique ? thèse de sociologie soutenue à l'EHESS e (...)

3Cette lutte masculine pour une spécificité féminine (et pour le monopole masculin des lieux de pouvoir) n’est pas achevée, elle ne cesse, depuis le XIXe siècle, de se déplacer. Auparavant fondée sur le corps, légitimée par le discours des médecins, et de manière plus générale, par ceux qui avaient autorité pour définir la réalité, l’injonction masculine à l’altérité féminine se loge aujourd’hui de manière plus subtile dans le discours sur l’érotisme1, censé échapper à toute analyse en termes de rapports sociaux. Mais on la retrouve aussi, implicite et masquée, chez certains d’entre ceux qui ont prétention à faire une analyse du monde social.

Les ambiguïtés du ‘nouveau discours’ de la sociologie de la famille

4C’est ainsi qu’on retrouve régulièrement chez les sociologues de la famille les plus ‘orthodoxes’ un discours très ambigu qui consiste à la fois à intégrer dans les analyses le fait que la division sexuelle génère invariablement la domination masculine, comme le montrent les acquis des études féministes, et à infiltrer dans ces mêmes analyses des présupposés qui toujours, ratifient cet ordre des choses.

  • 2 François De Singly, Fortune et infortune de la femme mariée, PUF, 1987, Edition revue et augmentée (...)
  • 3 Michel Bozon, « Les femmes et l'écart d'âge entre conjoints : une domination consentie », Populatio (...)
  • 4 Notamment Nicole-Claude Mathieu, L'Arraisonnement des femmes, Essais en anthropologie des sexes, Pa (...)
  • 5 Jean Claude Kaufman, La trame du linge, Ed. Nathan, 1990.

5Nous évoquons ici des analyses comme celles de Michel Bozon, François De Singly et Jean‑Claude Kaufman, qui réellement s’appuient sur certains apports des études féministes, reformulés dans une problématique sociologique, mais qui en même temps, refusent toujours d’interroger l’arbitraire de la division sexuelle dans leur manière de procéder. Ainsi, pour De Singly, l’ascension sociale peut advenir par procuration, et le « beau mariage2 » être celui d’une femme qui renonce à la gestion directe de ses propres capitaux. Bozon intitule de même un article sur l’écart d’âge entre conjoint, une « domination masculine consentie3 ». Les féministes ont pourtant formulé des critiques tout à fait rigoureuses de la notion de ‘domination consentie’4 – et qui sont occultées ici. Kaufman demande quant à lui dans La trame du linge5, à ce qu’on comprenne et qu’on défende les « refus d’égalité », comme si le sociologue devait s’engager désormais pour défendre l’ordre social... Pourtant, c’est au nom de leur dimension ‘engagée’ dans la cause des femmes que ces sociologues ‘évacuent’ une part du contenu des analyses féministes – celles qui précisément mettent en cause cet ordre social. La défense de l’ordre social, même au nom du sens que lui accordent les acteurs, constituerait-elle une critique plus objective que celle des chercheurs/chercheuses qui veulent changer cet ordre ?

Une lucidité… orientée

  • 6 De Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, nov. 1993.

6On pourrait penser que ces contradictions, venant de sujets positionnés du ‘bon côté’ dans le champ de la domination, leur échappent en partie. Il n’en est rien. Ainsi, De Singly, dans un récent article paru dans la revue Esprit6, remarque très judicieusement que la domination masculine porte aujourd’hui des « habits neufs », et que la violence symbolique qui la fonde se déplace. Les hommes, explique-t-il, ont remplacé l’injonction à l’altérité en tenant un double discours ; par exemple, ils maintiennent l’inégale répartition des tâches domestiques en joignant discours égalitaires et pratiques conservées. C’est effectivement ce qu’attestent les recherches menées sur la question. Mais le chercheur s’inquiète ensuite de ce que les hommes des groupes sociaux les plus dominés dans l’espace social « paient », même si ce n’est que symboliquement, le coût de l’émancipation féminine. Selon lui en effet, ce ne sont pas les femmes émancipées qui paient le coût de la domination masculine, mais les hommes qui paient le prix de l’émancipation féminine.

  • 7 Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.
  • 8 Je pense notamment à Olivier Schwartz (Le Monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 1980) qui, sans dén (...)

7Le retournement est discret, subtil, comme tous ceux qu’opère De Singly et on peut supposer qu’il ne fera l’objet d’aucune critique de la part de ses pairs puisque que ce qu’il dit est fondé sociologiquement : il reprend l’idée, déjà développé par Pierre Bourdieu, selon laquelle l’exaltation de la virilité au sens de ‘puissance physique’, est une sorte de « capital symbolique du pauvre », comme la force reproductive chez les femmes des mêmes catégories sociales7. Il se base aussi sur une certaine connaissance des travaux menés par les féministes. En revanche, c’est de lui que vient cette inquiétude pour les hommes des catégories sociales les plus défavorisées face aux effets du féminisme. Si la rigueur sociologique seule l’animait, il n’aurait pas omis de remarquer que les femmes des mêmes catégories subissent à la fois la domination de classe, et la domination masculine, ce que même les spécialistes de la classe ouvrière, parfois enclins au discours enchanté sur les ouvriers, n’occultent pas8.

8Rien n’oblige, sinon des présupposés mal résorbés, à cette ‘complicité’ envers ceux qui sont tellement dominés qu’ils n’ont que leur femme à dominer. C’est à notre avis une manière pour ces intellectuels de faire endosser à des groupes populaires (c’est-à-dire ‘valorisés’, dans une tradition sociologique qui s’inscrit plutôt à gauche) des ‘inquiétudes’ ou des points de vue que ces groupes ne détiennent pas nécessairement, mais qui en revanche sont peut-être en partie les leurs. De la même manière, ces chercheurs ont éclairé le fait que les femmes des milieux populaires sont, moins que les hommes, ‘demandeuses d’égalité’, comme si la demande d’égalité ne dépendait pas elle-même d’une lutte préalable contre la domination, donc d’une conscience de la domination. Ne pas rappeler cette vérité, et dire simplement que les femmes des milieux populaires consentent davantage à la domination que les femmes des milieux intellectuels ou celles qui ont soutenu le mouvement féministe, c’est suggérer que les femmes ‘qui comptent’ (toujours selon la même tradition), celles dont le point de vue mérite véritablement d’être écouté, ce sont celles qui ne portent guère d’intérêt à l’égalité – autrement dit que les autres sont dans une demande de luxe, de frivolité, quand elles s’en préoccupent.

9Ces discours intègrent à la fois les points forts de la critique féministe (reconnaître que le féminin et le masculin sont des constructions sociales, montrer comment la division sexuelle se reproduit, se déplace, etc.) et réinfiltrent des présupposés traditionnels et qui neutralisent l’effet par ailleurs tout à fait heuristique de leur démarche. Ils ont des effets, du coup, plus ambigus que les discours explicitement nostalgiques d’un ordre sexuel dont la stabilité était fondée sur la domination masculine car ils tiennent compte des protestations qui ont été émises contre cet ordre sexuel. Ils peuvent en outre facilement apparaître comme un progrès vis-à-vis de la manière dont la division sexuelle était traitée par la sociologie orthodoxe. Et dans la mesure où ils se réclament de celle-ci, ils peuvent toujours renvoyer au féminisme, au militantisme, toutes critiques qu’on leur fait dans ce domaine...

10C’est donc sur leur propre terrain qu’on peut les contrer, et il est d’autant plus nécessaire de le faire qu’il s’agit d’individus qui ont réellement une autorité dans leur domaine, qu’ils tendent à monopoliser le discours sociologique sur les changements entre hommes et femmes. Dans ce sens, le ‘désenclavement’ des Études féministes qui tend à se produire aujourd’hui ne peut être que bénéfique. On ne peut vouloir agir sur les présupposés qui font l’orthodoxie scientifique qu’en se confrontant, avec des armes communes, à ceux et celles qui le constituent.

Parité / altérité

11Si j’insiste autant sur l’injonction à l’altérité, malgré le caractère peu novateur de cette analyse, c’est que la question de la parité entre hommes et femmes en politique, à mon avis, risque tout à fait de réactiver ce qui fonctionne comme une catégorie de pensée préconstruite, à savoir que les femmes ne peuvent agir qu’au nom de cette fameuse ‘spécificité féminine’ qui est un enjeu de luttes pour les hommes. Or, la reconnaissance d’une véritable altérité sociale suppose déjà que le groupe jusqu’alors exclu ait la maîtrise de son identité : celle‑ci ne peut exister comme seul support des privilèges que s’arrogent les hommes.

12Cette réflexion ne vise absolument pas à émettre des réserves sur la légitimité de la lutte pour la parité, mais à rappeler que cette injonction à l’altérité des femmes est toujours présente et que certains, sous des formes inédites, sont prêts à la réactiver. Si cette injonction à l’altérité n’existait que dans la tête des sociologues de la famille, elle aurait relativement peu d’importance. Mais c’est justement parce qu’elle existe comme catégorie préconstruite dans les représentations collectives qu’il faut s’en défier plus que jamais. Les femmes elles-mêmes la reprennent très souvent à leur compte et certaines d’entre elles, qui seront susceptibles d’entrer en politique, risquent fort de le faire au nom de ces qualités féminines qui font défaut aux lieux de pouvoir politiques.

13Elles le feront sans la moindre volonté d’entériner les présupposés sur la féminité, mais tout simplement parce que la majorité des femmes et des hommes ont intériorisé, pour se penser, les catégories dominantes. Elles le feront parce que c’est toujours au nom de cette différence que les femmes sont autorisées à émettre des revendications concernant leur genre et que la construction sociale des différences sexuelles crée en partie la réalité sur laquelle elle prétend se fonder. Celles qui n’ont pas fait l’analyse des effets politiques du discours sur la spécificité féminine peuvent ne pas en voir les dangers et, spontanément, estimer que les femmes ont des choses à apporter en tant qu’elles sont des femmes. Or, le discours sur la spécificité féminine, même utilisé à des fins louables, est à double tranchant : si en effet les femmes rencontrent beaucoup plus facilement l’assentiment collectif en voulant changer les choses à partir de leur différence, c’est aussi à partir de cette même différence qu’on les contrôle ; et qu’on les oblige, quand elles disent vouloir aussi assumer les responsabilités que les hommes jusqu’alors se sont réservées, de les assumer en plus du reste – c’est-à-dire dans un partage qui n’est jamais égal, et jamais assumable. Elles ne sont en effet que rarement dans les mêmes conditions que les hommes, puisqu’elles sont chargées des tâches ’inhérentes’ à leur ‘nature féminine’. Or il est évident que la juxtaposition trop importante des attributions rend difficile l’engagement dans des postes à forte responsabilité.

14Trop différentes pour avoir eu le pouvoir politique jusqu’alors, elles en seront plus facilement exclues qu’elles ne le seront pas assez. Et comme la définition de cette différence entre les sexes a toujours été maîtrisée par les hommes, elles ne pourront pas en jouer librement.

15Il importe donc, en même temps que se mène la lutte en vue de la parité politique, de continuer à travailler pour décrypter la manière dont se réintroduit sans cesse l’injonction à l’altérité féminine. Nous devons particulièrement y veiller dans le domaine politique, mais cette vigilance doit s’exercer aussi envers tous ceux qui sont en position de produire des effets de méconnaissance, y compris en détournant les critiques produites par les féministes : politiques à la recherche d’un consensus électoralement payant, scientifiques du monde social, journalistes du sens commun, dont les discours, parfois, sont étrangement concordants.

Haut de page

Notes

1 Sandrine Garcia, Le féminisme, une révolution symbolique ? thèse de sociologie soutenue à l'EHESS en 1993 sous la direction de P. Bourdieu.

2 François De Singly, Fortune et infortune de la femme mariée, PUF, 1987, Edition revue et augmentée en 1990.

3 Michel Bozon, « Les femmes et l'écart d'âge entre conjoints : une domination consentie », Population 45,2 et 45, 3 (1990), pp. 327-360 et 565-602.

4 Notamment Nicole-Claude Mathieu, L'Arraisonnement des femmes, Essais en anthropologie des sexes, Paris, Cahiers de l'Homme/EHESS, 1985.

5 Jean Claude Kaufman, La trame du linge, Ed. Nathan, 1990.

6 De Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, nov. 1993.

7 Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.

8 Je pense notamment à Olivier Schwartz (Le Monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 1980) qui, sans dénoncer quoi que ce soit, fait le constat de cette double domination, en tant que lecteur de la vie sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Garcia, « Quelques ‘lectures’ récentes de la division sexuelle en sociologie de la famille ou comment intégrer les analyses féministes sans la dimension critique de leur contenu »Les cahiers du CEDREF, Hors série 2 | 1996, 191-196.

Référence électronique

Sandrine Garcia, « Quelques ‘lectures’ récentes de la division sexuelle en sociologie de la famille ou comment intégrer les analyses féministes sans la dimension critique de leur contenu »Les cahiers du CEDREF [En ligne], Hors série 2 | 1996, mis en ligne le 29 juin 2018, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1687

Haut de page

Auteur

Sandrine Garcia

Université de Savoie/Centre de Recherche et d’Études Sociologiques Appliquées de la Loire (CRESAL)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search