Navigation – Plan du site

Nouvelles de la francophonie

La recherche féministe dans la francophonie - Etat de la situation et pistes de collaboration
Huguette Dagenais
p. 207-215

Texte intégral

1Durant cinq jours, du 24 au 28 septembre 1996, le colloque international La recherche féministe dans la francophonie - Etat de la situation et pistes de collaboration a rassemblé à l'Université Laval plusieurs centaines de personnes venues d'une trentaine de pays. Ce colloque avait pour but d'offrir aux chercheuses féministes ayant en commun l'usage du français l'occasion de se pencher ensemble sur les travaux des deux dernières décennies et d'établir ou consolider des collaborations pour l'avenir. Voici quelques informations sur le déroulement de l'événement et sur ses retombées.

Organisation et appuis financiers

2Entre le moment où j'ai exposé mon idée de colloque au Groupe de recherche multidisciplinaire féministe (GREMF) ainsi qu'au comité scientifique et au comité directeur de la Chaire d'étude sur la condition des femmes de l'Université Laval, qui l'ont approuvée d'emblée, il s'est écoulé deux années de travail intense par notre petite équipe à la Chaire d'étude. Dans cette entreprise j'ai été en effet secondée par Micheline Beauregard, mon adjointe, et France Bolduc, ma secrétaire. Un comité scientifique, formé de collègues de différentes universités du Québec, a participé à l'évaluation des propositions de sessions de travail et de communications ainsi qu'à la constitution du programme.

3Le colloque témoigne de la collaboration scientifique entre universitaires de nombreuses disciplines et de nombreux pays ainsi qu'entre ces spécialistes et les femmes qui militent dans les divers groupes, associations et ministères voués à la promotion des femmes au Québec, au Canada et dans la francophonie. Mais tout aussi essentiels ont été les appuis financiers obtenus de la part de ministères et d'organismes dont la liste apparaissait dans le programme.

Programme et faits saillants

4Le programme du colloque contenait 275 présentations. Toutes les personnes inscrites ont reçu également un recueil des résumés. Les personnes qui n'ont pu participer au colloque peuvent parcourir le programme complet et les résumés de toutes les communications en se rendant à l'adresse suivante dans Internet : < http://www.fss.ulaval.ca/​cecf/​colloque96.html >.

Les activités scientifiques

5La session d'ouverture du colloque, à laquelle ont assisté environ 200 personnes, dont le recteur de l'Université Laval, la ministre responsable de la condition féminine et le ministre des relations extérieures du Québec, qui ont prononcé de courtes allocutions, comprenait une table ronde présidée par Ann Robinson, coordonnatrice du GREMF de l'Université Laval. Trois chercheuses québécoises appartenant à trois générations, Micheline Dumont (Université de Sherbrooke), Chantal Théry (Université Laval) et Carmen Gill (UQAM), ont fait un retour sur leur expérience du féminisme en recherche. Durant la réception qui suivit, l'enthousiasme suscité par cette table ronde était manifeste.

6Du mercredi 25 septembre en matinée au samedi 28 à 13h00, les participantes et les participants ont eu l'embarras du choix parmi 43 sessions de travail d'une demi-journée chacune. Certaines sessions ont fait état des analyses nouvellement élaborées en recherche féministe dans différentes parties du monde francophone concernant, par exemple, la religion, le travail, la santé, la violence, l'éducation et l'histoire des femmes, la ville et la conciliation travail- famille. D'autres sessions ont constitué, comme le colloque lui-même d'ailleurs, des innovations dans la francophonie, telles les deux sessions sur l'influence du féminisme sur le droit et la loi ; la session organisée par des hommes pro féministes pour présenter leurs recherches sur les hommes par des hommes ; la session sur la recherche féministe en Afrique et celle traitant de la documentation au service de la recherche féministe. D'autres séances encore ont vu universitaires et membres de groupes extérieurs à l'université débattre de questions concernant le développement régional, l'interface entre recherche et intervention pour le développement, l'institutionnalisation des groupes de femmes, le leadership féministe, les politiques sociales ainsi que les liens entre les féministes et l'État. La langue française elle-même, en tant que véhicule du sexisme, a aussi fait l'objet de deux grosses séances de travail.

7La clôture du colloque a consisté en une table ronde réunissant des conférencières de France : Dominique Fougeyrollas (ANEF), du Sénégal : Fatou Sow (IFAN, Université de Dakar), de l'Acadie : Isabelle McKee-Allain (Université de Moncton) et du Québec : Francine Descarries (IREF, UQAM) qui ont procédé à une analyse de type “bilan et prospective” pour la région du monde francophone à laquelle elles appartiennent.

8Outre l'ouverture et la clôture, quatre sessions du colloque étaient ouvertes au grand public. Ce sont les deux tables rondes : “Femmes ou féministes au pouvoir ?” et “Femmes et villes”, la grande conférence de la philosophe Françoise Collin ainsi que la rencontre avec deux écrivaines féministes suisses, Anne-Lyse Grobéthy et Monique Laederach. Ces deux dernières activités ont été organisées en collaboration avec respectivement la Faculté des sciences sociales et la Faculté des lettres ainsi que la Fondation Pro Helvétia et le Consulat de Suisse.

Les activités parallèles

9Le colloque a aussi donné lieu à une exposition internationale d'ouvrages en langue française, qui a été fort appréciée. Plusieurs maisons d'édition, organismes gouvernementaux (Conseil du statut de la femme, Condition féminine Canada, etc.), groupes féministes universitaires et non universitaires ont présenté leurs ouvrages et offert leurs dépliants. Il était également possible de s'abonner à des revues et de se procurer des ouvrages sur place. Les documents exposés ont ensuite été déposés au Centre de documentation du GREMF, où ils peuvent être consultés par toutes les personnes intéressées.

10Dans la même salle, on pouvait parcourir l'exposition par affiches de Manon Tremblay, professeure de science politique à l'Université d'Ottawa, portant sur “La représentation des femmes et des hommes politiques à travers les caricatures” et admirer une série d'œuvres de Josée Leclerc, artiste peintre québécoise. Dans une autre salle, se tenait une projection de vidéos, organisée conjointement avec Vidéo Femmes de Québec.

La participation

11Compte tenu des inscriptions, du bénévolat et des allers-retours de plusieurs conférencières à cause de leurs cours, nous savons que le nombre de personnes qui ont participé au colloque se situe au-delà de 500. Outre les chercheuses venues de nombreux centres de recherche, programmes d'études féministes/sur les femmes et universités du Canada et de la francophonie, nous avons constaté la participation de représentantes de groupes de femmes locaux, nationaux et internationaux, de déléguées de diverses instances gouvernementales vouées à la promotion des droits des femmes ainsi que la présence de déléguées d'agences de coopération internationale, de centrales syndicales et de groupes communautaires. Notons que la directrice générale de l'analyse et de l'élaboration des politiques à Condition féminine Canada a prononcé une allocution chaleureuse durant le banquet du colloque.

12La participation étudiante était souhaitée, car il s'agit là de la relève en recherche féministe, et elle a été favorisée par un tarif étudiant pour l'inscription. De plus, certaines professeures avaient intégré la participation au colloque dans leur plan de cours de l'automne et demandé des comptes rendus critiques de sessions de travail du colloque. Outre Marie-Eve Bergeron, qui a été le bras droit de notre équipe, la participation étudiante de 2e et 3e cycles a été notable, non seulement aux sessions de travail mais aussi dans l'organisation de l'événement. Une équipe étudiante en information et communication a réalisé la vidéo-bilan d'une quarantaine de minutes dont il est question à l'item suivant et un étudiant en informatique, le magnifique site consacré au colloque dans Internet. L'équipe de bénévoles comprenait une vingtaine d'étudiantes et des membres d'un groupe de femmes de la région ; leur disponibilité et leur chaleureux accueil ont été certainement pour beaucoup dans la satisfaction générale à l'égard du colloque.

Quelques retombées

13Compte tenu de l'atmosphère enthousiaste qui a régné durant tout le colloque, il n'est pas étonnant que les retombées soient variées et se soient rapidement manifestées.

14Des publications d'abord, car les écrits restent et sont des instruments essentiels à l'avancement des connaissances mais aussi à l'action. Près d'une centaine de communications ont été soumises au processus de sélection en vue du livre qui sera publié sous ma direction pour témoigner des travaux du colloque. Le comité scientifique a procédé à la lecture des manuscrits, en consultant au besoin d'autres spécialistes des domaines concernés. Une vingtaine de textes ont été retenus et leurs auteur-e-s ont été invité-e-s à les réviser. Le livre paraîtra si possible avant la fin de 1997.

15Par ailleurs, certaines communications révisées ont été ou seront soumises à la revue Recherches féministes pour l'un ou l'autre de ses prochains numéros. Quatre figurent déjà dans le numéro du printemps 1997 ayant pour titre “D'actualité”. De son côté, la responsable des sessions sur le langage, Hélène Dumais, a fait paraître, en collaboration avec la Chaire d'étude, l'ensemble des communications sur le sexisme dans la langue dans la série Le GREMF édite (numéro 13). D'autres publications suivront puisque des organisatrices et un organisateur de séances de travail ont manifesté leur intention de publier l'ensemble des communications de leurs sessions.

16Des outils audiovisuels disponibles pour l'enseignement et l'animation féministes ont également été produits pendant l'événement. D'une part, une vidéo-bilan d'une quarantaine de minutes a été réalisée sous forme d'enquête auprès des personnes présentes. Elle rend bien l'atmosphère qui régnait pendant ces cinq jours. D'autre part, plusieurs sessions de travail, de même que l'ouverture, la clôture et une conférence publique ont été filmées intégralement. Toutes les cassettes peuvent être empruntées au secrétariat de la Chaire d'étude.

17Quatre réseaux féministes internationaux en langue française ont vu le jour au colloque, grâce auxquels les contacts Nord-Sud établis pendant le colloque peuvent dorénavant se poursuivre et s'intensifier. Il s'agit du Réseau de la féminisation linguistique dans la francophonie, qui a déjà tenu plusieurs rencontres depuis le colloque. Ce réseau dispose maintenant d'une zone sur le site Internet de Diversité-Langues pour la production d'un guide d'aide à la féminisation et à l'écriture du français ; cette production est déjà commencée. La responsable est Hélène Dumais, linguiste.

18Le Réseau international d'accès des femmes à la citoyenneté-Urbanisme- Habitat, constitué par des participantes aux sessions de travail “Recherche politique et engagement politique des femmes en milieu urbain” et “Perspectives féministes sur les transformations urbaines (...)”, a de son côté déjà fait circuler entre la France, l’Afrique, l'Europe et le Canada divers documents de travail et une liste de membres à compléter et à corriger. Le RIAFC-Urbanisme-Habitat comptait en avril dernier près de 50 membres, dont neuf responsables régionales (Afrique de l'Ouest : 2 ; Maghreb : 1 ; Afrique centrale : 1 ; Europe : 3 ; Canada : 2). Les responsables générales du réseau sont Pierrette Herzberg-Fofana, Département de français, Université Erlangen-Nürnberg, et Jeanne Bisilliat, Département Sud, ORSTOM.

19Le Réseau sur la documentation en langue française femmes et féminisme”, qui compte 11 membres en provenance de la France, de la Belgique, de la Tunisie et du Québec, a pour sa part préparé une “Recommandation à l'AUPELF”, que je me suis chargée d'acheminer à l'organisme, visant à consolider l'espace documentaire francophone dans le champ “femmes et féminisme”. La réponse a été positive ; le réseau est autorisé à entrer sur le réseau REFER de l’AUPELF-UREF. La page web du réseau sera accessible sous peu. Des membres du comité ont tenu une réunion de travail à ce propos le 5 juin dernier à Paris, à l'initiative de Thérèse Tréfeu et Colette Galland du CÉDID-ORSTOM. Notons aussi que, plus tôt cette année, un membre du réseau, Gaëtan Drolet a effectué une mission en Belgique découlant directement de l'existence du réseau. On peut lire les communications révisées de Faouzia Hmila, Thérèse Tréfeu, Colette Galland et Gaëtan Drolet dans le numéro “D'actualité” (printemps 1997) de la revue Recherches féministes ; on y trouve de nombreuses adresses de ressources bibliographiques dans Internet.

20Quant au Réseau-éducation : chercheuses et intervenantes féministes (RECIF), il formalise des échanges déjà nombreux entre collègues françaises et québécoises tout en les élargissant à d'autres spécialistes francophones d'Europe, d'Afrique et du Canada français. Il compte 27 membres provenant de huit pays différents. Grâce aux efforts de la responsable, la professeure Pierrette Bouchard, et à la collaboration de la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval, le réseau a, depuis le 18 décembre 1996, son site dans Internet. Ce site comporte les six entrées suivantes : “liste des membres”, “articles (résumés et appels d'articles, dont celui du vol. 11 n° l, 1998 de la revue Recherches féministes)”, “recherches en cours”, “publications” ainsi que “nouvelles en bref”.

21Par ailleurs, rappelons que le Réseau mondial d'échanges, d'informations, de solidarité, de mobilisation et de formation entre groupes de femmes autonomes utilisant la langue française comme outil de travail, qui a vu le jour en 1995 à Beijing, à l'occasion de la Quatrième Conférence mondiale de l'ONU sur les femmes, a profité du colloque pour se faire connaître et élargir son membership. La rencontre organisée à cet effet par le Réseau québécois des chercheuses féministes (RQCF), le vendredi 27 septembre à l'heure du midi, a fait salle comble.

22Au même moment, la veille, se tenait également une rencontre de travail plus modeste entre les responsables de revues féministes francophones, à laquelle ont participé des représentantes de publications canadiennes bilingues.

23Par ailleurs, depuis la fin du colloque, j'ai été informée que, grâce à l'événement, les rapports entre certaines collègues françaises et africaines se sont intensifiés. Les comptes rendus parus dans le Bulletin de l'ANEF, Femmes suisses, Chronique féministe et les Cahiers du GRIF contribuent aussi à élargir la portée du colloque dans la francophonie.

24Un site dans Internet donne, comme je précisais plus tôt, accès au programme du colloque et aux résumés de toutes les communications. Il s'agit là d'une première au Canada et peut-être même dans le monde. Le site a été conçu de telle manière que l'on puisse aussi repérer facilement les pays d'où proviennent les auteures des communications. Il a été réalisé grâce au soutien financier du Programme de promotion de la femme de Condition féminine Canada.

Un deuxième colloque international en recherche féministe dans la francophonie

25Les participantes et participants au colloque ont été unanimes : il faut répéter l'expérience et, de préférence, dans une autre région du monde. A la session de clôture, la professeure Fatou Sow, de l'Institut fondamental d'Afrique noire (IFAN), Université de Dakar Cheikh Anta Diop, a évoqué la tenue éventuelle de l'événement en sol africain. Cela lui a valu l'approbation de la salle et de nombreux encouragements, notamment de la part de collègues africaines. Depuis, Fatou Sow a entrepris des démarches concrètes en ce sens. Il est donc probable qu'en 1999, un second colloque international sur la recherche féministe dans la francophonie se tiendra à Dakar.

Pour ne pas conclure

26Si on juge un arbre à ses fruits, on évalue un colloque par ses retombées et le souvenir qu'en gardent les participantes et participants. Sur cette base, le colloque international La recherche féministe dans la francophonie semble avoir en grande partie atteint son but.

27Rendez-vous donc au prochain colloque pour faire le point sur les recherches, les collaborations et les réseaux développés depuis 1996.

28Québec, le 4 juillet 1997

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Huguette Dagenais, « Nouvelles de la francophonie », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 207-215.

Référence électronique

Huguette Dagenais, « Nouvelles de la francophonie », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 29 juin 2018, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1787

Haut de page

Auteur

Huguette Dagenais

Titulaire de la Chaire d’étude sur la condition des femmes, Université Laval, responsable du colloque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals