Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Entretiens de femmes dans l’Archi...

Entretiens de femmes dans l’Archive orale de l’AExPPChF : Une approche à travers l’articulation de la mémoire et du genre

Belén Rojas Silva
p. 19-45

Texte intégral

Introduction

  • 1 Gabriel García Márquez, Chile, el golpe y los gringos, Editorial Latina, 1974, p. 33-34 (traduction (...)
  • 2 Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, Informe de la Comisión Nacional de Verdad y Reconcili (...)
  • 3 Nicolas Prognon, « De l’exil chilien dans le monde et en France », dans Exiliados. Le refuge chilie (...)
  • 4 Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, Informe de la Comisión Nacional de Verdad y Reconcili (...)

1Le 11 septembre 1973 constitue une date d’une puissance transformatrice pour l’histoire du Chili. Puissance qui pourrait bien s’étendre au monde entier. Selon l’écrivain Gabriel García Márquez, « le drame s’est produit au Chili au détriment des Chiliens, mais il doit entrer dans l’histoire comme quelque chose qui est arrivé sans remède à tous les hommes de cette époque et qui est resté dans nos vies pour toujours1 ». Le lendemain, les unes des journaux internationaux se multiplient et des manifestations spontanées sont organisées dans différentes parties du globe. Un coup d’État orchestré entre les forces armées, des civils et l’intervention croissante des États-Unis au Chili et dans la région, avait mis violemment fin au gouvernement de l’Unidad Popular dirigé par Salvador Allende. C’est le début de dix-sept années de dictature civile-militaire, dont les séquelles comprennent l’installation pionnière d’un modèle néolibéral et les violations multiples et systématiques des droits de la personne. Selon les rapports officiels, plus de 3 000 personnes ont disparu ou ont été exécutées, et plus de 38 000 ont été arrêtées et torturées2. À ce tableau déjà sombre, il faut ajouter les expulsions et les départs massifs de ressortissants chiliens, d’étrangers résidents et de réfugiés. Pour le seul premier cas, les chiffres globaux se situent entre 150 000 et 500 000 personnes exilées3, dont 10 000 à 15 000 seraient arrivées en France4.

  • 5 Nicolas Prognon, « De l’exil chilien dans le monde et en France », dans Exiliados. Lerefuge chilien (...)

2Le caractère multiforme de la répression dictatoriale permet de comprendre l’existence de personnes qui, ayant vécu l’emprisonnement politique, sont également devenues des exilées. Cette double peine traverse la vie de celles et ceux qui ont fondé l’Association d’anciens prisonniers politiques chiliens en France (AExPPChF) et se sont aventurés en 2005 dans la création d’une archive orale. Initialement autonome, cet effort a été consolidé en 2014 par un accord de coopération avec la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (aujourd’hui La contemporaine) abritée par l’Université de Nanterre. L’aboutissement de ce processus est – à ce jour – un corpus de 99 entretiens audiovisuels, dont 24 correspondent à des femmes chiliennes exilées en France. De manière générale, il est possible de dire que l’Archive rassemble des échanges avec des protagonistes de la première et deuxième phase de l’exil chilien (1973-1976 et 1976-1983)5. Il s’agit de narrations qui émergent à travers les vécus et les points de vue de celles et ceux qui, à partir des différentes positions de sujet, ont été traversés par (et ont à leur tour traversé) l’histoire contemporaine du Chili et de la France.

  • 6 Raphaël Bail, « L’affaire Pinochet : rencontre entre les médias et les Chiliens de France », Amériq (...)

3Pour comprendre les objectifs qui sous-tendent la création de l’Archive, l’interview consacrée aux représentants de l’Association est particulièrement révélatrice. L’AExPPChF existe officiellement depuis janvier 1999 et sa création a pour toile de fond la détention d’Augusto Pinochet à Londres. La période a été décrite comme un moment de rapprochement entre exilés, d’exacerbation de leur identité collective et de renforcement de leur statut social de réfugiés politiques6. Les représentants de l’Association se souviennent qu’au milieu des rencontres et des manifestations, un intérêt à rester en contact et à se réorganiser s’est rapidement manifesté. Cet intérêt a été renforcé par des informations relatives à la nécessité de collaborer avec le processus judiciaire en fournissant des témoignages de survivants de la dictature, ce qui a donné lieu à la collecte de 74 d’entre eux. L’expérience sera reproduite au fil des années. Notamment pour le dépôt de plaintes auprès de tribunaux chiliens et la présentation de cas devant la Commission nationale sur la prison politique et la torture et la Commission consultative présidentielle pour la qualification des détenus disparus, exécutés politiques et victimes de la prison politique et de la torture. Concernant ces témoignages et ce qui les distingue des entretiens de l’Archive, un représentant de l’Association précise :

  • 7 NUMAUD, 10/96 BDIC. Fonds de l’Association d’ex-prisonniers politiques chiliens en France (NUMAUD/1 (...)

Il faut dire que le témoignage de l’époque portait principalement sur la détention, les mauvais traitements, la torture et les personnes présentes dans les lieux de détention, dont beaucoup avaient disparu. Pour cette raison, il était relativement bref, pour ainsi dire, mais beaucoup plus intense et beaucoup plus délicat car, oui, le doigt était mis dans la plaie. Ce n’est pas comme pour l’archive orale, qui est une histoire beaucoup plus longue où l’on entre dans le sujet et où la détention fait partie de l’histoire, c’est un maillon de l’histoire, mais ce n’est pas toute l’histoire7.

4Les thématiques abordées dans les entretiens montrent clairement la différence entre l’intérêt que présente l’Archive et celui des témoignages recueillis à des fins judiciaires. Les entretiens invitent à raconter et à réfléchir sur les familles d’origine, les débuts et les raisons des engagements politiques, la manière dont ont été vécus l’Unidad Popular, le coup d’État, la clandestinité, l’emprisonnement, l’exil, les parcours en France, les retours éventuels au pays, et l’état des choses au Chili après le retour à la démocratie. Cependant, le point de vue des représentants de l’Association reste fondamental pour comprendre la signification attribuée aux mémoires que le collectif entend partager à travers ce projet :

  • 8 NUMAUD, 10/96 BDIC.

L’histoire qui est transmise de génération en génération est l’histoire communiquée par les vainqueurs, les vaincus n’ont jamais le droit d’écrire l’histoire (…) Nous avons donc pensé qu’objectivement, ayant été les vaincus et les victimes du régime dictatorial qui s’est installé au Chili, ce n’est pas notre version de cette période qui allait rester dans la mémoire des générations futures. Nous avons donc décidé que nous devions créer une histoire alternative à cette histoire officielle… et nous avons décidé que cette histoire serait une grande mosaïque composée d’histoires individuelles, que l’histoire militante de chacun d’entre nous, placée côte à côte, créerait une mosaïque qui serait notre histoire, l’histoire alternative8.

  • 9 Selon Isabel Piper, une politique de la mémoire peut se comprendre comme « une articulation des vol (...)

5L’objet de cet article est de présenter une approche des entretiens de Chiliennes exilées en France qui font partie de l’Archive orale de l’AExPPChF, à travers l’articulation entre mémoire et genre. Dans la première partie de cet article, je résumerai les éléments théoriques et les considérations à la base de ce travail. Dans la seconde partie, je me concentrerai sur deux axes thématiques des entretiens et des récits des femmes : les trajectoires politiques et les exils. Je présenterai ensuite l’intérêt que constitue la prise en compte de ces deux axes thématiques pour la politique de mémoire9 que constitue l’Archive et l’apport spécifique de leur traitement dans les élaborations du passé des femmes interviewées.

Éléments théoriques et considérations préliminaires

  • 10 Isabel Piper et Marisela Montenegro, « Ni víctimas, ni héroes, ni arrepentido/as. Reflexiones en to (...)
  • 11 Lelya Troncoso et Isabel Piper, « Género y memoria : articulaciones críticas y feministas », Athene (...)
  • 12 Caterine Galaz, Catalina Álvarez et Isabel Piper, « La construcción de sujetos generizados en las m (...)
  • 13 Lelya Troncoso, « Mujeres revolucionarias y resistencias cotidianas. Reflexiones sobre prácticas de (...)

6En tant que membre du groupe de travail « Mémoires collectives et pratiques de résistance » du Conseil latino-américain des sciences sociales (CLACSO), il me semble fondamental de partager les élaborations des chercheuses de ce groupe autour de la mémoire et son lien avec le genre, auxquelles j’adhère. En premier lieu, je comprends la mémoire collective comme une pratique par laquelle le passé acquiert sa signification dans le présent, dans une relation d’immanence, d’une part avec les contextes sociaux et politiques dans lesquels elle se développe, d’autre part avec les positions de sujet à partir desquelles les interprétations et les versions du passé sont élaborées10. Ensuite, je comprends que les sujets se remémorent à partir de positions historiquement et socialement genrées ; et que les mémoires participent à la reproduction, mais aussi potentiellement à la contestation de ces positions11. La pratique de la remémoration mobilise des imaginaires, des discours et des actions qui peuvent solidifier des positions genrées, mais elle recèle en même temps un potentiel de perturbation et de recréation à travers les cadres socio-historiques et les exigences du présent à partir duquel nous nous remémorons12. Prises ensemble, ces conceptualisations nous permettent de nous distancier de l’affirmation de l’existence de mémoires propres aux hommes ou aux femmes, ou de manières féminines ou masculines de se remémorer, pour réfléchir et problématiser des mémoires associées à certains sujets genrés et les effets de ces attributions dans les élaborations du passé. En ce qui concerne la période et la thématique principale de cet article, je souligne la perspective de Lelya Troncoso qui indique qu’« une façon d’aborder les processus des mémoires genrées est d’analyser les mémoires des périodes dictatoriales et de la violence politique, puisque la violence et la politique ont été historiquement associées au symboliquement masculin13 ».

Cela dit, aborder les entretiens de femmes exilées à partir de l’articulation de la mémoire et du genre m’oblige à clarifier ma position sur deux questions problématiques.

  • 14 Alessandro Portelli, « Lookin’ for a Home. Independent Oral History Archives in Italy », dans F. X. (...)

7La première concerne la « neutralité » s’agissant du genre dans le projet d’archive de l’Association et par conséquent dans l’élaboration et la mise en œuvre de guides d’entretien à partir desquels les récits ont été recueillis. Je tiens à souligner à cet égard que je considère l’Archive comme un corpus qui n’est pas fermé par ses objectifs et ses interrogations de base, même s’il est essentiel de prendre en compte ces caractéristiques pour pouvoir le contextualiser. Je me place donc dans la perspective d’Alessandro Portelli14 pour qui la polysémie du discours oral et narratif donne lieu à de multiples interprétations qui dépassent les prétentions et les connaissances des interviewers et des interviewés. Portelli considère la coexistence des intérêts, des interprétations et des utilisations (interviewers, interviewés, usagers) autour des enregistrements de la narration orale, comme un élément clé dans la transition entre les résultats d’un projet orienté par des fins spécifiques et une archive.

  • 15 Lelya Troncoso et Isabel Piper, « Género y memoria : articulaciones críticas y feministas », op. ci (...)
  • 16 Ibid., p. 68.
  • 17 Il faut ici mentionner l’importance que revêt pour Troncoso et Piper (2015) la contribution des fém (...)

8La seconde porte sur une éventuelle contradiction entre le fait de s’intéresser simultanément à une perspective genrée de la mémoire et aux entretiens de femmes. Il me semble à ce propos qu’une approche comme celle de Troncoso et Piper15 permet d’adopter une perspective critique sur des lectures essentialistes et homogénéisantes des mémoires de femmes, tout en reconnaissant leur potentiel contre-hégémonique face aux élaborations dominantes et/ou « officielles » du passé. Il faut ainsi garder à l’esprit : le caractère de construction socio-historique tant du passé remémoré que des positions des sujets qui se remémorent ; le fait qu’« en se remémorant, nous édifions à la fois le passé genré dont on se souvient et les sujets genrés qui se souviennent16 » (p. 68) ; que la participation à l’élaboration du passé est inégale et dépend en partie des positions genrées des sujets17 ; et que s’interroger sur les mémoires exclues ou subordonnées peut favoriser la remise en question des rapports de pouvoir qui prétendent définir par qui et comment tels ou tels événements doivent être remémorés, et ouvrir la voie à de nouveaux processus de (re)signification dans les pratiques mémorielles.

9C’est à partir de ces éléments théoriques et considérations que, dans ce qui suit, je présenterai une approche des entretiens de femmes qui font partie de l’Archive en me concentrant sur deux axes thématiques : les trajectoires politiques et les exils.

Trajectoires politiques

  • 18 Lelya Troncoso, « Mujeres revolucionarias y resistencias cotidianas. Reflexiones sobre prácticas de (...)

10Comme l’indiquent les représentants de l’AExPPChF, le processus de construction de l’Archive vise à promouvoir des élaborations du passé dans lesquelles les vies des personnes interviewées, indéniablement blessées par la dictature chilienne, ne soient pas réduites à la victimisation. En d’autres termes, l’archive orale favorise la narration de projets, de positionnements, de liens et d’actions politiques, et pas seulement de leurs conséquences dans le contexte d’un régime qui les a qualifiés d’ennemis. Le résultat de la mise en œuvre de cet objectif dans les interviews de femmes exilées présente un grand intérêt. De manière générale, souligner que les « mémoires de femmes » sur leurs trajectoires politiques représentent une interruption des régimes de remémoration ancrés dans une culture hétéro-patriarcale n’est pas nouveau. Des recherches sur les mémoires de femmes relatives à la dictature chilienne montrent par exemple que celles-ci peuvent élargir la compréhension de la violence politique, mais aussi de la résistance politique, et contribuer à la problématisation des « mémoires androcentriques dominantes » de la période18. Ainsi, c’est précisément grâce aux efforts individuels et collectifs de ces femmes concernant l’élaboration et le partage de leurs mémoires, que nous avons pu construire des visions critiques de ces régimes et des silences et simplifications qu’ils ont pu imposer.

  • 19 Yvette Marcela García, « La imbricación de las relaciones sociales en el estudio de situaciones mig (...)
  • 20 Sur les continuités et les transformations de la participation politique des femmes chiliennes exil (...)

11L’Archive donne de la visibilité aux vies politiques des femmes chiliennes à travers des entretiens d’adhérentes au projet de l’Unidad Popular et de militantes de divers partis et collectifs tels que le Movimiento de Izquierda Revolucionaria, le Partido Comunista, le Movimiento de Acción Popular Unitaria et Tendencia Revolucionaria Octubre. Ce qui n’est pas anodin, compte tenu des analyses qui montrent, d’une part une plus grande présence des hommes dans les structures et les hiérarchies de partis, d’autre part le poids du militantisme dans la légitimation reçue par les personnes exilées de la part de la société d’accueil et dans l’actualisation de leur sentiment d’appartenance19. Ces entretiens nous donnent accès à des points de vue sur la socialisation politique familiale et entre pairs, et sur l’émergence de positionnements et de prises de décision en accord ou en rébellion avec cette socialisation. Ils nous font approcher de trajectoires militantes commencées à la prime adolescence ou pour d’autres après le coup d’État, et du vécu du travail politique clandestin dans une dictature sanglante. S’agissant de la période d’exil, ils nous renseignent sur les difficultés d’une réinsertion dans la vie politique et son caractère genré, en relevant le poids des doubles et triples journées et la reconfiguration des rôles sociaux dans un processus difficile et douloureux d’adaptation à la vie dans un nouveau pays – difficultés qui n’empêchent pas une participation à l’organisation élargie d’une solidarité internationale, mais aussi la formation d’alliances entre femmes avec un regard critique sur les rythmes de cette organisation. Ces entretiens révèlent en outre des dissidences par rapport aux politiques de certains partis chiliens réorganisés à l’étranger et le coût des visions critiques et désobéissances. À mesure qu’ils se développent, ces récits nous permettent d’accéder à des expériences de reconfiguration de la participation politique à travers l’intégration de partis politiques français, de syndicats, d’associations de femmes, de groupes travaillant pour la mémoire et les droits humains, les migrants et les réfugiés, ou d’associations liées à la promotion des liens entre la France et l’Amérique latine20.

  • 21 « Mujeres revolucionarias y resistencias cotidianas. Reflexiones sobre prácticas de memoria feminis (...)

12Je voudrais, après cet aperçu général, souligner certaines dimensions des récits de trajectoires politiques recueillies dans l’Archive qui, selon Troncoso21, peuvent offrir des pistes pour une critique des mémoires genrées dominantes.

13En premier lieu, je me réfère aux narrations de femmes ayant fait partie d’organisations politiques qui, parmi leurs différentes formes d’action, incluaient la lutte armée. Sans affirmer que cette participation constitue incontestablement une subversion de l’ordre du genre ou que celui-ci n’était plus pertinent en tant que mécanisme de différenciation hiérarchique dans ces organisations, il nous apparaît néanmoins que ces mémoires peuvent remettre en question le récit de la persécution dite collatérale des femmes en raison de leurs liens familiaux ou romantiques avec des hommes révolutionnaires :

  • 22 NUMAUD 10/003 BDIC.

En juin, ils m’envoient à Santiago (…) Ils m’envoient à Santiago pour préparer mon voyage (…). Mon voyage sur l’île (…) Une belle île en Amérique centrale (…). Je pars pour Santiago et il y a des choses à préparer avant. J’ai eu un cours d’un mois à Santiago (…) disons sur le travail fermé (…). Le travail fermé, c’est tout le travail qui a à voir avec, on appelle ça le travail, comment dire, le travail militaire si tu veux, hein ? Il y a des ateliers, un travail d’information, beaucoup de choses comme ça (…). Maintenant, le voyage est retardé et ils m’ont mis au travail entretemps (…) Ils m’ont mise au travail dans la commission nationale pour l’éducation politique, qui étaient les nouveaux cours d’éducation politique dirigés par Bautista Van Schouwen, n’est-ce pas ? J’ai donc dû mettre des casques et les taper à la machine à écrire22.

14En second lieu, je mets en exergue les narratifs de l’expérience carcérale qui rendent compte de la violence, mais aussi de la réorganisation des activités politiques et du développement d’une politique du care au sein des prisons. Ces élaborations du passé nuancent les récits qui se concentrent sur la souffrance et caractérisent les femmes en tant que victimes passives dans des scénarios de répression directe :

  • 23 NUMAUD 10/048 BDIC.

À Tres Alamos, c’était le camp, il y avait beaucoup de compañeras. Je pense que nous étions plus de cent cinquante. Il y avait une organisation (…) toutes les choses que la famille vous apportait étaient communes et selon les besoins de chaque personne (…) et donc il y avait toujours un petit peu pour chacune d’entre nous (…). Nous avons également organisé des ateliers (…). C’étaient donc des activités qui maintenaient la cohésion dans le camp, entre nous, et l’argent que nous gagnions servait aussi à aider nos familles et à nos propres besoins (…) et les salaires étaient fixés en fonction des besoins de nos compañeras (…) Nous avons protesté, nous avons demandé des choses, nous avons fait des pétitions (…) Nous avons envoyé des informations (…) Parce qu’à l’intérieur du camp, nous avons continué à militer (…)23.

15En troisième lieu, je mets en avant les récits de trajectoires politiques axées sur la résistance à la violence dictatoriale, avant et après l’exil. Je tiens ici à insister sur des élaborations du passé de femmes qui, sans nécessairement avoir été des militantes, ont pris des risques en aidant les victimes de la répression, et en ont payé le prix. Je mets en outre l’accent sur les implications diverses à des activités de dénonciation, au niveau international, des crimes du régime. Si l’importance de ces actions de solidarité ou de dénonciation peut être relativisée par les femmes elles-mêmes, et l’est en général lorsque ces actions prennent la forme de tâches féminisées, les récits permettent une relecture de ce qui constitue la résistance à la dictature au-delà des narrations, souvent masculinisées, de la confrontation directe et violente :

  • 24 NUMAUD 10/041 BDIC.

[Après le coup d’État] il y avait beaucoup de gens qui travaillaient, surtout des prêtres, et des religieuses aussi. Il fallait cacher des personnes, comment faire ? Jusqu’à ce qu’eux décident de faire entrer des gens dans les ambassades. Là, j’ai aussi collaboré, un peu, parce qu’il y avait des informations que je ne devais pas avoir. (…) Je travaillais à la compagnie de téléphone. À ce moment-là j’étais dans le bureau qui se trouvait tout près, presque en face de l’entrée, qui avait des portes en verre. Donc « on va amener telle ou telle personne ». Je savais qu’ils allaient déposer quelqu’un, que la voiture allait passer à telle ou telle heure. Je voyais la voiture passer, puis je téléphonais ou envoyais quelqu’un pour dire que la voiture était passée. C’est ce que je pouvais faire en étant là à mon travail, et puis l’autre chose était d’essayer de loger les gens, de trouver où les loger, où les cacher, pour les protéger24.

  • 25 NUMAUD 10/057 BDIC.

[L’arrivée et l’installation en France] ont été des étapes difficiles, dures… mais elles ont toujours été marquées par un travail de solidarité à la mesure de nos possibilités. Soit c’était mon partenaire qui assistait à une réunion ou faisait quelque chose… soit c’était moi (…). Je me souviens, au moment d’une grève de la faim, être restée avec trois ou quatre jeunes enfants. Ils avaient presque tous le même âge, ils étaient presque des bébés. Comme je n’allais pas faire la grève de la faim, j’ai pris soin des bébés des autres25.

16Enfin, il me semble important de relever les récits de la reconfiguration de la participation politique, que ce soit à la suite de la dissolution des partis ou de la rupture avec eux. Bien qu’il s’agisse de vécus et de récits dissemblables, je pense qu’ils partagent la réaffirmation d’une agentivité de femmes et, dans certains cas, révèlent l’ouverture d’horizons pour la construction d’autres liens et expériences en France, et également pour d’autres manières et sujets vers lesquels orienter leurs engagements politiques :

  • 26 NUMAUD 10/040 BDIC.

Je me souviens qu’au moment où la Russie a envahi l’Afghanistan, il y a eu une grande réunion à L’Humanité, et les cadres du Parti ont donné l’information suivante : qu’ils étaient d’accord avec cette invasion parce que si la Russie avait été à la place de l’Argentine, et qu’ils nous avaient envahis, nous aurions été très heureux. Et j’ai dit « ça c’est sans moi » (…) Et tu sais ce que j’ai fait ? J’ai demandé un rendez-vous dans ma cellule, avec cette fille qui la dirigeait, et j’ai dit « je me retire, et je me retire officiellement à cause de ça ». Et je suis devenue zéro à gauche, c’est-à-dire que je n’avais plus le droit d’exister, vous voyez ce que je veux dire ? Mais je n’étais pas de ceux qui faisaient l’idiot, qui n’allaient pas à telle ou telle réunion, j’y suis allée, j’ai pris rendez-vous et j’ai dit « pour ceci et cela ». Donc, ma vie était plutôt tournée vers le monde français… J’ai toujours pensé que le pain que je mangeais m’était donné par les Français et que je le gagnais dans le monde français et je suis restée avec mes amis personnels, pas plus. Je n’ai pas eu (après) de militantisme majeur26.

  • 27 Comité latino-américain du Movimiento de Izquierda Revolucionaria (MIR).
  • 28 Fédération d’associations chiliennes en France.
  • 29 NUMAUD 10/001 BDIC.

J’ai toujours été une militante (…) Lorsque les gens ont commencé à rentrer [au Chili], le groupe qui travaillait au CLA27 s’est dissous. Il y a des gens qui ont pu rentrer, d’autres aussi qui sont morts. Je me suis dit « eh bien, je dois chercher une autre façon de lutter » et j’ai rencontré Femmes solidaires dans mon quartier. J’ai commencé à travailler avec elles, et pendant plus de 10 ans j’ai fait partie du conseil d’administration (…) Maintenant je suis militante au niveau de Nanterre uniquement. Je suis aussi militante du Parti communiste français. Je suis aussi une militante de… je fais partie de, je veux dire quand j’ai pris ma retraite avec des amis nous avons créé une association. Je suis la présidente et mon association est membre de la FEDACH28 (…) Nous sommes en contact avec plus ou moins vingt associations et j’ai toujours été avec France Amérique Latine, avec l’Association des anciens prisonniers politiques. Je fais aussi partie de l’Association des retraités de Nanterre29.

Exils

  • 30 Y. M. García, « La imbricación de las relaciones sociales en el estudio de situaciones migratorias  (...)
  • 31 Diego Avaria, « El aporte de los exiliados políticos al retorno a la democracia en Chile », I Jorna (...)
  • 32 Julie Shayne, They Used to Call Us Witches : Chilean Exiles, Culture, and Feminism, Lexington Books (...)

17Comme l’ont relevé des chercheuses telles qu’Yvette Marcela García, « à partir de 1973, les expulsions et les départs du territoire national chilien constituent l’une des différentes facettes de la répression utilisée par la dictature chilienne dans le but d’affirmer son pouvoir et, de cette manière, de réduire également ses opposants30 ». Cependant, la variante de l’exil n’a pas été abordée en profondeur par les commissions de vérité sur la période, leurs rapports étant d’abord focalisés sur la mort et les disparitions forcées, puis sur l’emprisonnement et la torture. Cela a induit l’idée que l’exil – qui n’est pas toujours la conséquence d’une expulsion formelle ou d’une commutation de la peine d’emprisonnement en éloignement – a été l’occasion d’échapper à la répression, et non l’une de ses manifestations, et ainsi favorisé la relativisation de son caractère stratégique et punitif, en occultant les trajectoires dans lesquelles l’exil a fait suite à la détention et la torture. En outre, la construction de cet imaginaire de l’exil peut difficilement être isolée des efforts de la dictature elle-même et de sa presse affiliée pour délégitimer les personnes exilées à travers la rhétorique de l’exil doré31. En ce sens, l’archive orale de l’AExPPChF conteste le manque de reconnaissance de cette violence en rassemblant des récits de déplacement divers mais ayant en commun des protagonistes dont les vies, comme l’exprime Julie Shayne, sont devenues « inhabitable[s] à cause de la dictature32 ».

18Le traitement de cet axe thématique dans les entretiens de femmes constitue également une contribution clé. De manière générale, jusque dans les années 1980, les imaginaires autour de la présence des femmes dans les flux de migrations forcées en ont fait les accompagnatrices de demandeurs d’asile ou réfugiés.

  • 33 Yvette Marcela García, « De différentes formes d’engagements. Itinéraires d’exilées chiliennes en F (...)
  • 34 Maider Moreno, « Un doble exilio : militancia de mujeres chilenas exiliadas en Francia », Cuestione (...)
  • 35 Carmen Norambuena, « Exilio y retorno. Chile 1973-1994 », dans M. Garcés, P. Milos, M. Olguín, J. P (...)
  • 36 Nathalie Jammet-Arias, « Radiografía del exilio chileno en Francia a través de los archivos adminis (...)

Il n’est donc pas surprenant que l’exil chilien ait été compris comme une expérience éminemment masculine, sinon une expérience familiale mais déclenchée par un homme. Si le développement de la recherche a joué un rôle dans la reproduction de ces imaginaires, il a également contribué à sa problématisation. Du côté de la reproduction, Maider Moreno, citant Y. M. García, fait remarquer que le biais général de la recherche sur le refuge, qui se concentre sur les trajectoires des hommes, affecte à son tour la recherche sur l’exil chilien en France. Selon elle, « l’image réductrice implique que “les femmes sont perçues comme les compagnes des militants, alors qu’elles représentent 30 % des personnes détenues et 40,31 % des personnes ayant obtenu le droit d’asile en France33” »34. Du côté de la problématisation, on peut renvoyer à des analyses qui ont révélé que ce sont des femmes qui ont été à l’origine de 33,18 % des déplacements internationaux pendant la dictature35 ainsi qu’à des études qui – bien que limitées aux informations officielles sur les demandes d’asile et de refuge en France – ont montré que 32 % de Chiliennes ont justifié leurs requêtes sur la base de motifs personnels plutôt que familiaux36.

19Face à ces imaginaires faisant des femmes les compagnes d’hommes persécutés et exilés, si l’Archive facilite une approche de leurs trajectoires politiques, elle recueille aussi des récits sur leurs expériences de la répression. L’ensemble contribue à faire comprendre que leur persécution et la violence d’État vécue répondait au caractère subversif de leurs orientations et actions politiques, mais aussi à leur désobéissance par rapport aux mandats et rôles genrés. À ce sujet, l’une des interviewées se souvient que les « rappels à l’ordre » ont commencé dès le 11 septembre 1973 :

  • 37 NUMAUD 10/025 BDIC.

Le jour du coup d’État (…) toutes les descentes des collines de Valparaíso étaient… c’était un cordon, tout bouclé par les militaires, et il y avait des contrôles de papiers. Je me souviens que les femmes ne pouvaient pas porter de pantalon, qu’ils coupaient votre pantalon parce que vous deviez porter une robe. Les hommes ne pouvaient pas avoir les cheveux longs, ils les coupaient. Bref, on a vu tout ça37.

20Bien que toutes les femmes interviewées n’aient pas été détenues, pour celles qui l’ont vécue, leur capture par des agents de l’État a impliqué le passage par différents centres, de lieux clandestins aux prisons. Leur durée de détention a varié d’une semaine à deux ans. Si comme je l’ai déjà signalé, les tourments physiques et psychologiques n’occupent pas une place principale dans les entretiens de l’Archive, les narrations faisant référence à la torture et, dans ce contexte, à la violence sexuelle ne sont pas absentes :

  • 38 NUMAUD 10/025 BDIC.

La détention se résume finalement à vous battre et à vous détériorer, enfin, dans notre cas en tant que femmes, plus sur le plan sexuel que sur le plan politique. Jamais, dans la première, dans la première détention, il n’y a jamais eu de relation avec quoi que ce soit de politique, sauf ce que je vous ai dit sur les manifestations, si je connaissais telle ou telle personne, et si j’y allais ou pas, et ils m’ont montré des photos de manifestations. C’est tout. Tout le reste n’était que dégradations sexuelles, tripotages et autres, des choses terribles38.

21Cela dit, les entretiens montrent que l’articulation entre détention et exil s’installe de façons diverses dans la vie des femmes. L’Archive nous rapproche des narrations de femmes qui ont vu leur peine de prison commuée en déportation et de celles qui ont été libérées. Parmi ces dernières figurent celles qui ont demandé l’asile immédiatement après leur libération et celles qui ont tenté de rester au Chili mais ont été contraintes de partir après avoir reçu des menaces de la part d’agents de l’État.

22Par ailleurs, les récits des femmes ne cachent pas les défis de l’exil, en mettant souvent en évidence le poids des positions de sujet spécifiques au Chili et à la France, et ainsi les diverses conditions et possibilités de reconstruction de leurs vies. Le fait d’être femmes et étrangères doit être mis en dialogue, entre autres éléments, avec le fait d’être en couple ou non, d’être mères ou non, mais également avec leurs niveaux d’éducation et/ou d’expérience professionnelle, ainsi qu’avec leur insertion dans des réseaux partisans ou associatifs. À partir de ce cadre, nous sommes en mesure d’évaluer les empreintes particulières de défis tels que l’espoir d’un exil transitoire que déçoit le passage des années ; la continuation de la brutalité répressive et l’institutionnalisation du régime dictatorial ; la complexité de la gestion d’une santé mentale compromise par la violence directe et indirecte et le départ soudain et forcé du pays ; la (re)construction de la vie familiale et affective ; la réactivation, la création et/ou la rupture des réseaux ; l’apprentissage d’une nouvelle langue ; l’entrée dans le monde du travail ; enfin, la réélaboration complexe de l’appartenance nationale. Ce sont là des aspects et des débats qui, d’une manière ou d’une autre, font tous partie de leurs élaborations du passé dans le cadre des entretiens.

  • 39 Maider Moreno et Yvette Marcela García, « Los procesos de autonomización de las mujeres de la Unida (...)
  • 40 Myra Silva, « La mujer exiliada », dans María Angélica Meza (dir.), La otra mitad de Chile, CESOC E (...)

23Le traitement de la problématique de l’exil dans l’Archive, depuis les vécus et points de vue des femmes, peut être considéré en lui-même comme la voie de la remise en question des mémoires genrées dominantes. Cependant, comme l’ont indiqué des recherches précédentes, des éléments clés dans la discussion constituent les récits qui nous permettent de comprendre qui sont les exilées chiliennes en dehors des dichotomies réductionnistes. Dans cette optique, des travaux tels que ceux de Moreno et García39 – prenant acte des apports de Myra Silva40 – pointent la nécessité d’une analyse critique des distinctions stéréotypées entre des femmes au foyer apolitiques et accompagnant un exilé, et des femmes militantes exclusivement consacrées à l’activité du parti et à l’espace public. Cette analyse vise aussi bien les narrations dans lesquelles les exilées chiliennes relatent les différentes manières dont elles ont participé aux activités politiques tant au Chili qu’en France, que celles qui révèlent les défis des journées partagées entre le travail du care et domestique, le travail rémunéré et le travail politique. Par exemple, si dans certains cas les femmes sont pour la première fois entrées dans le monde du travail rémunéré alors qu’elles se trouvaient en France, elles ont au Chili vécu une double journée (travail du care et domestique, auquel s’ajoute le militantisme), parfois exacerbée par des scénarios de clandestinité. Plus tard, pendant l’exil, cette insertion professionnelle (initiale ou non) a dans de nombreux cas coexisté avec le travail du care et domestique, et le travail politique, ce cumul constituant véritablement de triples journées :

  • 41 Commune du sud du Chili appartenant à la région Bio-Bio.
  • 42 NUMAUD 10/049 BDIC.

[En 1974] nous sommes allés à Talcahuano41 et là dans une maison, une espèce d’appartement ; c’était une ville de marins. Eh bien, les compañeros ont commencé à arriver et il y avait des choses, il y avait des réunions, que sais-je. J’ai toujours été discrète eh bien, oui, il fallait faire de la nourriture et toutes ces choses, et faire en sorte que cela ait l’air aussi normal que possible. Voir les enfants, sortir (…) Je me souviens que les compañeros qui arrivaient pendant la nuit demandaient beaucoup de discrétion. Ils disaient « tu mets un petit drapeau blanc à la fenêtre si rien ne s’est passé et au cas où il y a eu quelque chose, tu casses une fenêtre de la cuisine ». Eh bien, c’était des choses comme ça, qui me rendaient très angoissée parce que j’étais seule avec les enfants et c’était des gens qui avaient beaucoup de responsabilités dans le parti et je risquais aussi l’équilibre de mes enfants42.

  • 43 NUMAUD 10/095 BDIC.

[En France] je n’ai pas pu rejoindre le MIR comme ils l’avaient imaginé et attendu, parce que jusqu’à ce moment-là j’étais en permanence une militante. C’était impossible, j’étais à Fontenay-sous-Bois, c’était difficile pour moi de sortir seule avec ma fille, parce que j’avais des séquelles de la torture, porter un poids n’était pas tenable (…) mais d’un autre côté, comment expliquer ? Je n’allais pas… à qui allais-je confier ma fille pour aller à une réunion ? (…) Puis j’ai pu payer quelqu’un pour garder ma fille, je n’allais pas la laisser avec n’importe qui, et puis j’ai commencé à militer, mais aller à une réunion une fois par semaine c’était le maximum que je pouvais, et ça ce n’est pas du militantisme politique. Plus tard, j’ai rejoint l’Asociación de Familiares de Desaparecidos, mais je n’ai même pas accepté d’être chef de cellule, car cela signifiait une autre réunion, et une autre réunion, et une autre réunion. Non, je ne pouvais pas faire plus. (…) Ma fille était importante et le militantisme était important aussi, mais chacun fait ce qu’il peut (…). Alors, les choses se sont beaucoup refroidies43.

  • 44 M. Moreno et Y. M. García, « Los procesos de autonomización de las mujeres de la Unidad Popular exi (...)

24Enfin, comme je l’ai souligné plus haut, ces récits peuvent entraîner une dévalorisation des activités politiques menées en dehors du cadre ou des exigences du parti, ou ne se conformant pas aux imaginaires de résistance traditionnellement masculins et de confrontation directe. D’autre part, comme le soutiennent Moreno et García44, des femmes militantes peuvent être réticentes à remettre en question leur surcharge de travail, en la relativisant ou en la présentant comme non conflictuelle. En tenant compte de ces complexités, l’exploration de ces mémoires et d’autres que nous avons partagées jusqu’ici constitue un exercice intéressant qui continue à fournir des pistes d’analyse pour un questionnement des mémoires dominantes de l’exil chilien à travers les élaborations du passé de femmes. Des élaborations que je comprends dans leur caractère situé et, en ce sens, dans leurs possibilités de resignification future.

En guise de conclusion

  • 45 Bettina Favero, « Las voces de una juventud silenciosa : memoria y política entre los otros jóvenes (...)

25L’Archive orale de l’AExPPChF peut se concevoir comme une politique de la mémoire dissidente, non seulement en ce qui concerne le déni et/ou la justification de la violence politique de l’État, mais aussi au regard des rapports et des dossiers officiels sur les événements du passé. Ce qui peut sembler évident à partir d’une compréhension de la mémoire comme champ de dispute, a le potentiel de perturber les hiérarchies et les catégories de remémoration légitimées par les institutions étatiques. « La source orale, écrit Bettina Favero, est incomplète, comme toute autre source. Ce qui est intéressant, c’est sa richesse, sa complexité et sa dimension subjective45. » Les récits que cette source peut mobiliser, s’ils ne sont pas toujours à même de fournir de nouveaux « faits », révèlent en revanche des interprétations qui sont tout à la fois des (ré)élaborations singulières et des (re)significations ancrées dans un contexte spatial, temporel, social et politique partagé avec d’autres.

26Si ce qui précède vaut pour le résultat de chaque processus d’entretien, cela vaut également pour l’approche de l’Archive dans son ensemble et les relations entre ses composants. Ainsi, la proposition des représentants de l’AExPPChF de penser l’Archive en tant que mosaïque est suggestive. En principe, elle nous invite à considérer chaque entretien comme étant à la fois unique et faisant partie d’un tout. Plus intéressant encore, elle ouvre l’imagination à une multiplicité de compositions possibles – en interaction plus ou moins conflictuelle avec un récit officiel – ce qui renforcerait le caractère dissident des interrogations et des élaborations du passé que les entretiens favorisent, en comprenant que ce caractère se joue dans la création et la recréation d’interprétations de celui-ci et non dans la consolidation d’une version autre.

  • 46 Voir Pedro Milos, Historia y memoria : 2 de abril de 1957, LOM, 2007.

27Cela dit, nous pouvons penser à des exercices mémoriels en dissidence par rapport aux récits hégémoniques qui, s’ils parviennent à lever les obstacles à la visibilité et la circulation, peuvent avoir un impact sur la recherche en troublant les antécédents, les thématiques, les questions et les approches possibles pour aborder l’histoire récente du Chili et de la France. Cependant, la portée de ces exercices peut être potentiellement étendue au-delà du renouvellement des savoirs, s’ils sont utilisés et appropriés pour nourrir une éthique de la non-répétition du passé, mais aussi pour réagir face aux défis du présent. En d’autres termes, il s’agit de considérer les (ré)élaborations du passé dans leur capacité non seulement à proposer de nouveaux sens, mais aussi à raviver des passions46. Les mémoires des trajectoires politiques peuvent constituer des sources de (dés)apprentissage permettant de faire face collectivement à la perpétuation et à l’actualisation des inégalités. Les mémoires des exils, qui nous renvoient inévitablement aux politiques et pratiques d’accueil, peuvent ouvrir la voie à une remise en question des régimes de frontière et à un renouvellement de l’engagement en faveur des droits des personnes migrantes et réfugiées.

  • 47 | Isabel Piper, « Investigación y acción política en prácticas de memoria colectiva », El Estado y (...)

28Or, d’après Piper, « le simple fait de se remémorer ou d’oublier certains événements ne garantit pas le caractère transformateur de la mémoire. Cela dépend de la capacité des pratiques mémorielles à mettre en tension les versions hégémoniques qui priment dans un ordre social donné47 ». Il s’agit donc de mettre en jeu la capacité de la mémoire à participer à la production de sujets, de liens et d’imaginaires qui nourrissent des possibilités de penser et d’agir visant d’autres futurs possibles. Le fruit du dialogue entre études de la mémoire et études féministes et de genre est donc aussi l’identification des défis à relever pour réaliser la dimension résistante de la mémoire.

  • 48 Lelya Troncoso et Isabel Piper, « Género y memoria : articulaciones críticas y feministas », op. ci (...)
  • 49 | Ibid., p. 72.

29Selon Troncoso et Piper48 l’articulation entre mémoire et genre depuis l’horizon des mémoires genrées peut ouvrir la voie aux contestations des récits hégémoniques sur le passé et sur le genre. Les chercheuses affirment cependant que nous ne pouvons pas considérer comme acquis le potentiel résistant de cette proposition qui requiert au moins d’associer possibilités et volontés pour interroger les processus et les technologies de construction du passé et du genre, ainsi que les impacts de ces productions et de leurs reproductions dans la vie sociale. Par ailleurs, tout en promouvant le déplacement de l’accent dans la question des mémoires de chaque genre vers la manière dont nous faisons mémoire en tant que sujets genrés, elles nous alertent sur les risques de prétendre résoudre la question par l’institution – naturalisante et homogénéisante – de nouvelles positions de sujets légitimés pour remémorer certains événements du passé. D’où leur insistance sur le fait que les travaux menés depuis la perspective des mémoires genrées bénéficieraient aussi d’une approche intersectionnelle. Persévérer et approfondir l’analyse d’une politique de mémoire comme celle que nous avons présentée dans cet article, impliquera ainsi de se demander en permanence de quelles femmes et de quelles mémoires nous parlons, un exercice nécessaire dans la mesure où il « nous permet d’être plus attentives non seulement à qui et à ce qui est rendu visible, mais aussi à qui et à ce qui est réduit au silence49 ».

Haut de page

Notes

1 Gabriel García Márquez, Chile, el golpe y los gringos, Editorial Latina, 1974, p. 33-34 (traduction libre).

2 Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, Informe de la Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, Corporación Nacional de Reparación y Reconciliación, 1991 ; Corporación Nacional de Reparación y Reconciliación, Informe sobre calificación de víctimas de violaciones de derechos humanos y de la violencia política, Corporación Nacional de Reparación y Reconciliación, 1996 ; Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura, Informe de la Comisión Nacional de Prisión Política y Tortura, Ministerio del Interior y Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura, 2004 ; Comisión Presidencial Asesora Para La Calificación De Detenidos Desaparecidos, Ejecutados Políticos Y Víctimas De Prisión Política Y Tortura, Informe de la Comisión Presidencial Asesora para la Calificación de Detenidos Desaparecidos, Ejecutados Políticos y Víctimas de Prisión Política y Tortura, Ministerio del interior, 2011.

3 Nicolas Prognon, « De l’exil chilien dans le monde et en France », dans Exiliados. Le refuge chilien en Isère 1973-2013, Musée de la Résistance et de la Déportation, 2013, p. 22-29 ; Loreto Rebolledo, « Exilios y retornos chilenos », Anales de la Universidadde Chile, 2012, 3, https://doi.org/10.5354/0717-8883.2012.21735 et « Chilenas en el exilio », dans Sonia Montecino (dir.), Mujeres chilenas. Fragmentos de una historia, Editorial Catalonia, 2008, p. 537-546 ; Loreto Rebolledo et María Elena Acuña, « Narrativas del exilio chileno », Anales Nueva Época, 1999, 3/4, p. 223-241.

4 Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, Informe de la Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, Corporación Nacional de Reparación y Reconciliación, 1991 ; Corporación Nacional de Reparación y Reconciliación, Informe sobre calificación de víctimas de violaciones de derechos humanos y de la violencia política, Corporación Nacional de Reparación y Reconciliación, 1996 ; Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura, Informe de la Comisión Nacional de Prisión Política y Tortura, Ministerio del Interior y Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura, 2004 ; Comisión Presidencial Asesora Para La Calificación De Detenidos Desaparecidos, Ejecutados Políticos Y Víctimas De Prisión Política Y Tortura, Informe de la Comisión Presidencial Asesora para la Calificación de Detenidos Desaparecidos, Ejecutados Políticos y Víctimas de Prisión Política y Tortura, Ministerio del interior, 2011.

5 Nicolas Prognon, « De l’exil chilien dans le monde et en France », dans Exiliados. Lerefuge chilien en Isère 1973-2013, Musée de la résistance et de la déportation, 2013, p. 2229.

6 Raphaël Bail, « L’affaire Pinochet : rencontre entre les médias et les Chiliens de France », Amérique latine, histoire et mémoire, 2004, 8, https://doi.org/10.4000/alhim.416

7 NUMAUD, 10/96 BDIC. Fonds de l’Association d’ex-prisonniers politiques chiliens en France (NUMAUD/10). Mémoires vivantes. Entretiens des témoins et acteurs de l’histoire (traduction libre).

8 NUMAUD, 10/96 BDIC.

9 Selon Isabel Piper, une politique de la mémoire peut se comprendre comme « une articulation des volontés qui génère les conditions de possibilité de la construction de savoirs, d’affects et d’identités par rapport au passé, toujours ouvertes à la resignification ». « Investigación y acción política en prácticas de memoria colectiva », dans R. Vinyes (dir.), El Estado y la Memoria, RBA Libros, 2008, p. 154 (traduction libre).

10 Isabel Piper et Marisela Montenegro, « Ni víctimas, ni héroes, ni arrepentido/as. Reflexiones en torno a la categoría “víctima” desde el activismo político », Revista de Estudios Sociales, 2017, 59, p. 98-109, https://doi.org/10.7440/res59.2017.08

11 Lelya Troncoso et Isabel Piper, « Género y memoria : articulaciones críticas y feministas », Athenea Digital. Revista de pensamiento e investigación social, 2015, 15/1, p. 65-90, https://doi.org/10.5565/rev/athenea.1231

12 Caterine Galaz, Catalina Álvarez et Isabel Piper, « La construcción de sujetos generizados en las memorias de las violencias políticas en la transición chilena », Quaderns de Psicologia, 2019, 21/3, https://doi.org/10.5565/rev/qpsicologia.1539

13 Lelya Troncoso, « Mujeres revolucionarias y resistencias cotidianas. Reflexiones sobre prácticas de memoria feminista en Chile », Clepsidra. Revista Interdisciplinaria de Estudios sobre Memoria, vol. 7, no 14, 2020, p. 123.

14 Alessandro Portelli, « Lookin’ for a Home. Independent Oral History Archives in Italy », dans F. X. Blouin et W. G. Rosemberg (dir.), Archives, Documentation and Institutions of Social Memory : Essays from the Sawyer Seminar, The University of Michigan Press, 2007, p. 2019-2224.

15 Lelya Troncoso et Isabel Piper, « Género y memoria : articulaciones críticas y feministas », op. cit.

16 Ibid., p. 68.

17 Il faut ici mentionner l’importance que revêt pour Troncoso et Piper (2015) la contribution des féminismes noirs, lesbiens, post-structuralistes, queers, postcoloniaux et décoloniaux à la remise en question d’une compréhension du genre anhistorique, homogène, non conflictuelle et isolée d’autres formes de différenciation (classe, race, nationalité, statut migratoire, etc.) donnant lieu, de manière située et relationnelle, à des modalités particulières de privilège et d’oppression. Ce questionnement critique est ce qui rend possible une perspective sur les mémoires genrées soucieuse de rendre visibles des sujets et des expériences réduits au silence par les mémoires hégémoniques et de proposer une réflexion critique sur des inégalités touchant les femmes, tout en contrant une lecture uniforme et consensuelle de leurs positions de sujets et de leurs mémoires. Voir C. Galaz, C. Álvarez et I. Piper, « La construcción de sujetos generizados en las memorias de las violencias políticas en la transición chilena », op. cit.

18 Lelya Troncoso, « Mujeres revolucionarias y resistencias cotidianas. Reflexiones sobre prácticas de memoria feminista en Chile », op. cit.

19 Yvette Marcela García, « La imbricación de las relaciones sociales en el estudio de situaciones migratorias : el exilio de chilenos y chilenas en Francia », dans A. Fielbaum, R. Hamel et A. López (dir.), Elpoderdela cultura. Espacios ydiscursos en América Latina, LOM, 2014, p. 113-135.

20 Sur les continuités et les transformations de la participation politique des femmes chiliennes exilées en France, je suggère de suivre l’évolution de la thèse de doctorat en cours de Maider Moreno, intitulée « Les militantismes des femmes exilées chiliennes dans différents domaines sociaux en France ».

21 « Mujeres revolucionarias y resistencias cotidianas. Reflexiones sobre prácticas de memoria feminista en Chile », op. cit.

22 NUMAUD 10/003 BDIC.

23 NUMAUD 10/048 BDIC.

24 NUMAUD 10/041 BDIC.

25 NUMAUD 10/057 BDIC.

26 NUMAUD 10/040 BDIC.

27 Comité latino-américain du Movimiento de Izquierda Revolucionaria (MIR).

28 Fédération d’associations chiliennes en France.

29 NUMAUD 10/001 BDIC.

30 Y. M. García, « La imbricación de las relaciones sociales en el estudio de situaciones migratorias : el exilio de chilenos y chilenas en Francia », dans A. Fielbaum, R. Hamel et A. López (dir.), El poder de la cultura. Espacios y discursos en América Latina, LOM, 2014, (p. 113-135) p. 116 (traduction libre).

31 Diego Avaria, « El aporte de los exiliados políticos al retorno a la democracia en Chile », I Jornadas de Trabajo sobre Exilios Políticos del Cono Sur en el siglo XX, Universidad Nacional de La Plata, 2012, http://sedici.unlp.edu.ar/handle/10915/31943 ; Alejandro Paredes, « El exilio no fue dorado. Las condiciones de vida de los exiliados chilenos en Mendoza entre 1973 y 1989 », III Jornadas de Trabajo sobre Exilios Políticos del Cono Sur en el siglo XX, Universidad de Chile/Museo de la Memoria y los Derechos Humanos, 2016, http://sedici.unlp.edu.ar/handle/10915/112524 ; Loreto Rebolledo, « Memorias del desarraigo », I Seminario sobre el exilio, Museo Benjamín Vicuña Mackenna, 2006, https://www.memoriayjusticia.cl/espanol/sp_temas-semEx.html

32 Julie Shayne, They Used to Call Us Witches : Chilean Exiles, Culture, and Feminism, Lexington Books, 2009, p. 18-19 (traduction libre). Notons que sur ce dernier point, l’Archive va à l’encontre des conceptions étroites de l’exil en s’ouvrant à la collecte des récits de personnes qui pour des critères administratifs peuvent être considérées comme rapatriées, dans la mesure où elles avaient la double nationalité (chilienne et française) avant le coup d’État ; mais aussi de personnes qui, parties rendre visite à des proches exilés dans d’autres pays, ne sont finalement pas rentrées au Chili et se sont installées en France. En ce sens, nous soulignons les mots d’un membre de l’Association à la fin d’un des entretiens : « Merci de contribuer aux témoignages que nous faisons sur des Chiliens en exil… quel que soit cet exil » (NUMAUD 10/042 BDIC).

33 Yvette Marcela García, « De différentes formes d’engagements. Itinéraires d’exilées chiliennes en France », dans Piero-Dominique Galloro (dir.), L’exil des Sud-américains en Europe francophone, Presses Universitaires de Nancy, 2010, p. 59.

34 Maider Moreno, « Un doble exilio : militancia de mujeres chilenas exiliadas en Francia », Cuestiones de género : de la igualdad y la diferencia,14, 2019, p. 529, https://doi.org/10.18002/cg.v0i14.5844 (traduction libre).

35 Carmen Norambuena, « Exilio y retorno. Chile 1973-1994 », dans M. Garcés, P. Milos, M. Olguín, J. Pinto, M. T. Rojas et M. Urrutia (dir.), Memoriasparaunnuevosiglo. Chile, miradas a la segunda mitad del siglo XX, LOM, 2000, p. 173-188.

36 Nathalie Jammet-Arias, « Radiografía del exilio chileno en Francia a través de los archivos administrativos de la Oficina Francesa para los Refugiados y Apátridas », Revista de Historia Social y de las Mentalidades, 22(1), 2018, p. 109-126.

37 NUMAUD 10/025 BDIC.

38 NUMAUD 10/025 BDIC.

39 Maider Moreno et Yvette Marcela García, « Los procesos de autonomización de las mujeres de la Unidad Popular exiliadas en Francia », III Jornadas de Trabajo Exilios Políticos del Cono Sur en el siglo XX. Agendas, problemas y perspectivas conceptuales, Santiago, 2016, https://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/trab_eventos/ev.9316/ev.9316.pdf

40 Myra Silva, « La mujer exiliada », dans María Angélica Meza (dir.), La otra mitad de Chile, CESOC Ediciones Chile y Améica/Instituto paa el Nuevo Chile, 1986, p. 305-323.

41 Commune du sud du Chili appartenant à la région Bio-Bio.

42 NUMAUD 10/049 BDIC.

43 NUMAUD 10/095 BDIC.

44 M. Moreno et Y. M. García, « Los procesos de autonomización de las mujeres de la Unidad Popular exiliadas en Francia », op. cit.

45 Bettina Favero, « Las voces de una juventud silenciosa : memoria y política entre los otros jóvenes durante los años 60 », Mar del Plata, Argentine, Historia Y Memoria, 12, 2016, p. 222, https://doi.org/10.19053/20275137.4203 (traduction libre).

46 Voir Pedro Milos, Historia y memoria : 2 de abril de 1957, LOM, 2007.

47 | Isabel Piper, « Investigación y acción política en prácticas de memoria colectiva », El Estado y la Memoria, édité par Ricard Vinyes, RBA Libros, 2008, p. 151.

48 Lelya Troncoso et Isabel Piper, « Género y memoria : articulaciones críticas y feministas », op. cit.

49 | Ibid., p. 72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Belén Rojas Silva, « Entretiens de femmes dans l’Archive orale de l’AExPPChF : Une approche à travers l’articulation de la mémoire et du genre »Les cahiers du CEDREF, 25 | 2022, 19-45.

Référence électronique

Belén Rojas Silva, « Entretiens de femmes dans l’Archive orale de l’AExPPChF : Une approche à travers l’articulation de la mémoire et du genre »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 09 février 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1851 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1851

Haut de page

Auteur

Belén Rojas Silva

Docteure en sociologie. Chercheuse associée au LCSP, Université Paris Cité. Coordinatrice des études et enseignante du diplôme « Memorias Colectivas, Derechos Humanos y Resistencias », programme de formation dispensé conjointement par le Conseil latino-américain des sciences sociales (Argentine) et la Faculté latino-américaine des Sciences sociales (Brésil).
Adresse mail : belen.rojas@u-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search